Temps de carême pour les catholiques, du 26 février 2020 au jeudi 9 avril 2020

Tout comme les musulmans, ont le temps du RAMADAN,  les chrétiens catholiques vivent depuis ce mercredi, le temps du carème.

Le carême qu’est ce que c’est ???

Le carême est un temps de conversion. Il est caractérisé par la pénitence, le partage et la prière.

Il n’est pas seulement un temps de pénitence comme on l’envisage parfois, la pénitence avec le jeûne était autrefois au premier plan. Depuis le Concile Vatican II, l’Église insiste plus sur le partage et la prière dans le carême catholique.

Le carême commence le Mercredi des cendres, le mercredi 26 février 2020, et s’achève le jeudi saint, le 9 avril 2020, avant la célébration de la Cène du Seigneur.

La semaine sainte, qui commence avec le dimanche des Rameaux, fêté cette année le 5 avril 2019, commémore la Cène, la Passion et la mort du Christ sur la Croix.

Le Samedi Saint au soir, 11 avril 2020, et le dimanche de Pâques, 12 avril 2020, les chrétiens célèbrent la résurrection du Christ.

La durée du carême :

Quarante jours sans compter les dimanches, fait en particulier référence aux quarante années passées au désert par le peuple d’Israël entre sa sortie d’Égypte et son entrée en terre promise ; elle renvoie aussi aux quarante jours passés par le Christ au désert entre son baptême et le début de sa vie publique. Ce chiffre de quarante symbolise les temps de préparation à de nouveaux commencements.

Un temps de conversion

Au désert, le Christ a mené un combat spirituel dont il est sorti victorieux. À sa suite, il ne s’agit pas de faire des efforts par nos propres forces humaines mais de laisser le Christ nous habiter pour faire sa volonté et nous laisser guider par l’Esprit.

Durant le temps du carême, nous sommes invités à nous donner des moyens concrets, dans la prière, la pénitence et l’aumône pour nous aider à discerner les priorités de notre vie. Le temps du carême est un temps autre qui incite à une mise à l’écart pour faire silence et être ainsi réceptif à la Parole de Dieu.

Durant le carême, dans nos églises, nous ne chantons plus le « Gloria » ni « L’alléluia », ceux ci sont tenus au silence, pour laisser place à la prière.

De même, nos cloches, qui d’habitude, sonnent le rassemblement du peuple chrétien,  se taisent durant la semaine sainte (du jeudi saint, 9 avril au dimanche de pâques, 12 avril) , puisque le christ meurt le vendredi de la passion, soit le 10 avril.

Nous mettons les hosties au tabernacle, nous tamisons l’éclairage de nos Eglises et nous veillons, toujours dans la prière et l’espèrance.

Nous attendons la résurrection du Christ, qui se fait, le dimanche de pâques soit le 12 avril.

Au dimanche de pâques, nous chantons la gloire de Dieu, et donc nous redonnons place au  » Gloria » et à  « L’alléluia ».

En fin de messe, nos cloches qui restaient muettes sonnent « à pleine volées », pour annoncer la résurrection du christ.

Contrairement au Ramadan, les catholiques ont le droit de manger, à quelques abstinences près.

1. Le jeûne du carême catholique

En quoi consiste le jeune du carême ?

Le jeûne consiste à faire un seul repas pendant la journée, avec une alimentation frugale le matin et le soir. On ne doit rien manger entre les repas. Si on prend un repas à midi, on ne prend qu’une légère collation le soir.

L’obligation du jeûne : un seul repas le soir, il est interdit de consommer des aliments non maigres, c’est-à-dire les laitages, les œufs ainsi que la plupart des viandes. De même, il n’est pas autorisé de manger entre les repas.

Pendant le Carême depuis 1949, le jeûne est limité à deux jours, le mercredi des cendres (26 février) et le vendredi saint ( 10 avril). L’Église ne nous ordonne de jeûner que 2 fois l’an, ce qui est fort peu.

Sont dispensés de jeûner les personnes de plus de 60 ans, les jeunes de moins de 18 ans accomplis et les femmes enceintes.

La signification du jeûne de carême : jeûner a pour but de donner soif et faim de Dieu et de sa parole. De plus, jeûner pendant le carême n’est pas seulement un geste de pénitence, mais aussi un geste de solidarité avec les pauvres et une invitation au partage et à l’aumône.

2. L’abstinence du carême catholique

L’abstinence (s’abstenir de viande) s’impose pour le mercredi des cendres, le vendredi saint et tous les vendredis de ce temps.

D’ailleurs elle est demandée par l’Église, chaque vendredi de l’année en souvenir de la mort du Seigneur.

Mais il est possible en France de commuer l’abstinence du vendredi par une autre pénitence laissée à la discrétion de chacun (sauf en carême où elle demeure obligatoire).

En fait, il y a peu de chrétiens qui attachent de l’importance au poisson le vendredi.

Le carême est un temps de pénitence. L’abstinence n’est pas une réelle pénitence. Cette prescription a un caractère symbolique d’un temps de pénitence.

Elle rappelle qu’il faut se priver de quelque chose, qu’il faut faire pénitence pendant le Carême.

On peut réduire sa consommation d’alcool, de tabac ou de chocolat (!). Le pape Jean Paul II a proposé aussi un usage plus modéré de la télévision pour faire pénitence pendant le carême.

Certes, l’Église a assoupli en notre temps les règles et pratiques pénitentielles du Carême catholique, mais elle demande toujours aux fidèles de vivre ces quarante jours comme un temps de pénitence et de conversion.

 

4. Se confesser pendant le Carême

Il est souhaitable de se confesser pendant le Carême qui est un temps de pénitence. Il est obligatoire de confesser ses péchés graves au moins une fois par an (Quatrième concile du Latran (1215), canon 21, Code de droit canonique, canon 989).

Pendant le carême, il fallait se confesser et accomplir sa pénitence pour « faire ses Pâques.

 

5. Chemin de croix des vendredis

Il est particulièrement souhaitable de faire le chemin de croix le Vendredi saint et les vendredis de Carême. Beaucoup de paroisses organisent des chemins de croix tous les vendredis de ce temps liturgique.

Pendant ce temps de pénitence et de prière, il faut penser à la passion du Christ pour se préparer à fêter sa résurrection.

Temps de partage

Partager pendant le Carême catholique qui est à la fois un temps de pénitence et un temps de partage. On peut vivre ce temps de partage en France par les Actions du CCFD, par une opération Bol de riz et par les Kilomètres soleil des enfants. On peut faire aussi un don à une association humanitaire, comme le Secours Catholique.

1. Actions du CCFD-Terre Solidaire

Plus que sur les observances alimentaires (jeûne et abstinence), l’Église insiste sur le partage pendant le Carême. Chaque année le CCFD (Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement) appelle au partage au nom de l’Église de France. Il prépare des actions de carême bien ciblées pour favoriser le développement dans certains pays, en soutenant des initiatives locales. Dans les paroisses, c’est le cinquième dimanche de ce temps que le CCFD propose une animation liturgique et organise une collecte.

2 . Sens du bol de riz

Un repas constitué d’un bol de riz est organisé l’équipe locale du « Comité catholique contre la faim et pour le développement » ou par des paroisses et des écoles catholiques, le mercredi des cendres ou plusieurs vendredi de carême ; Au lieu de prendre un repas habituel, on mange ce bol de riz. La différence avec le prix d’un repas normal est versée à une association caritative comme le CCFD.

Ce geste symbolique rappelle que tout le monde ne mange pas à sa faim particulièrement dans le tiers monde où on doit se contenter souvent d’un bol de riz. Le sens du bol de riz est que carême doit être un temps de partage.

La coutume du bol de riz, importante en France, n’existe pas partout ; en Allemagne et en Espagne par exemple on parle de soupe de carême, (Potage espagnol de carême). Cela a le même sens.

 

3. Faire participer les enfants au carême, partage

Le carême et les enfants – Dans beaucoup de paroisses et de catéchismes, une action est proposée pour faire participer les enfants au carême, faire vivre aux enfants le carême comme un temps de partage. Les Kilomètres de soleil invitent les enfants à agir avec d’autres enfants pour découvrir et faire changer la situation des enfants qui sont dans le besoin dans le monde et autour d’eux.

 

Source:

Bon carème à toutes et à tous!!!

À propos de Buselin Aurore

Responsable blog Aulnay cap

Publié le 28 février 2020, dans Actualité, Culture, Religion. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :