Quelle défense de la zone pavillonnaire à Aulnay-sous-Bois ?

Dans ses documents de propagande électorale, notre municipalité se targue de défendre la zone pavillonnaire. Que peut-on entendre par là ?

Nous pensons que ce qu’il y a à défendre, c’est un paysage urbain qui garantit une certaine qualité de vie, avec des jardins et des arbres, une lutte efficace contre l’imperméabilisation des sols et le morcellement des parcelles à l’infini. Cela passe par le respect d’un règlement souvent déjà trop peu contraignant à notre avis, et qui a été rédigé après que la concertation sur le PLU a été bouclée. Or ce que nous constatons ici et là, c’est que ce règlement est allègrement violé par de nouveaux propriétaires.

Le cas de la rue Alix, soulevé par Catherine Medioni, est exemplaire. Nous avons pu consulter le permis et constater l’écart avec ce qui a été réalisé : une surélévation de pavillon non prévue dans le permis, un bétonnage presque complet de la surface, alors que 40% doivent être laissés en pleine terre, et sur 372m2 un seul arbuste survivant alors que la règle est d’un arbre de petit ou moyen développement pour 100m2 .

Alerté par Catherine Medioni, le service de la police de l’urbanisme a diligenté un agent. Nous avons donc demandé un rendez-vous avec ce service. L’agent est arrêté car cas contact, sa chef de service en congéde maladie. Et quelle ne fut pas notre stupeur de découvrir qu’il s’agit là de l’effectif complet du service de la police de l’urbanisme ! Mieux encore : la directrice a la responsabilité de deux services : la police de l’urbanisme et le service d’hygiène et santé ! Alors qu’autrefois, le service des permis et la police de l’urbanisme étaient logiquement réunis.

Qui peut croire encore à la réalité d’une intention sincère de défendre la zone pavillonnaire ? Il est vrai que le poids de la masse salariale est considérable à Aulnay, et que notre ville est l’une des plus endettées de France. Et pourtant il faut bien un personnel suffisant pour assurer cette police de l’urbanisme. Mais on a fait un autre choix : le gonflement des effectifs de la police municipale ou la multiplication par deux du nombre de Directeurs Généraux Adjoints, avec des salaires très élevés. La défense de la zone pavillonnaire n’est pas donc pas une priorité.

Nous demandons une politique volontariste pour que soit effectivement menée une défense de la zone pavillonnaire et une lutte contre l’imperméabilisation des sols comme de la préservation du couvert végétal.

Cela passe par un effort de sensibilisation des nouveaux propriétaires à la préservation du patrimoine qu’ils ont acquis, et par l’accroissement à un niveau décent des moyens de contrôle du respect des règles d’urbanisme.

Source : Aulnay Environnement

Publié le 14 avril 2021, dans Actualité, Urbanisme, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. 3 Commentaires.

  1. Et si, on fesait une liste des terrains appartenant a la Ville et qui ont été revendus a des prix complètement dérisoires a des personnes proches de la Municipalité.

  2. Je signale que hier toute la journée, les riverains du 5 rue Alix ont eu à supporter les marteaux piqueurs toute la journée…. Le responsable de cette bétonisation outrancière par la présence de deux pavillons sur une seule parcelle et de imperméabilisation du peu de terre pleine qui restait tremblerait-il devant les mécontentements des riverains qui remontent jusqu’en mairie ?

    Les transgressions au PLU sont très nombreuses et nous sont imposées de force : la demande de permis de construire a été déposée les 23 septembre et 23 décembre 2019 ( pourquoi deux dates ? ) et un permis a été accordé le 10 février 2020.

    Le résultat visuel fourni par les plans de l’architecte ne correspond pas du tout à ce qui a été réalisé sur aucun des deux pavillons d’ailleurs ! Quant aux 40 % de terre pleine obligatoire et minimum en zone UG, elle n’existe plus car elle a été imperméabiliser sur toute sa surface par du béton.

    Et désormais les marteaux piqueurs ne font plus que des réparations  » cosmétiques « , c’est à dire qu’ils décaissent la surface bétonnée sur environ 10 cm de profondeur qu’ils remplissent de terre qu’il vont engazonnée….

    Le compte n’y est vraiment pas ! Et tout le monde en a marre que leurs véhicules et leurs camionnettes squattent le peu de places que nous nous partagions dans la rue… On ne peut même plus avoir de visiteurs….

  3. Et si on demandait à Bruno Beschizza pourquoi les logements qui appartiennent à la ville sont loués à des prix très très en dessous du marché locatif, et ce qu’ont fait les chanceux occupants de ces logements pour mériter ces avantages qui s’imputent sur les ressources de la ville et pour bénéficier et jouir des libéralités du maire avec notre patrimoine immobilier ? J’avoue que je ne comprends pas comment notre maire-coucou peut encore revendiquer de gérer la ville en  » bon père de famille « …..

    J’ose espérer qu’il l’est pour ses enfants, mais en aucun cas il ne défend les intérêts de la ville, bien au contraire. Mon commentaire appuie donc celui de Samy. [NDLR : nous ne sommes pas capables d’affirmer si les informations qui suivent sont exactes ou pas] Il se passe des choses anormales sur la ville qui font sérieusement soupçonner la commission de délits d’octroi d’avantages injustifiés à personnes qui ne justifient d’aucune qualité pour en être si généreusement récipiendaires !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :