Faut-il rendre obligatoire la vaccination contre le covid ? (2/3)

  1. Le covid

Sa variabilité : selon le Dr Catherine O’Neal, spécialiste des maladies infectieuses au centre médical régional Our Lady of the Lake à Baton Rouge, en Louisiane, « Le virus de cette année (Delta) n’est pas celui de l’année dernière ». Un vaccin efficace contre un virus peut être inefficace contre un variant.

Sa contagiosité : celle du variant Delta est forte (cf. graphique ci-contre). Selon des virologues néerlandais, « Le variant Delta se propage également via les personnes vaccinées ». « L’idée qu’on avait au départ, qu’on ne transmet plus le virus après la vaccination, ne semble pas vraie pour le variant delta ». Selon Antonio Magi, Président de l’Ordre italien des Médecins, « Les vaccinés sont aussi contaminants que les non-vaccinés ». « Faire passer le message que les non-vaccinés sont un danger public est incorrect ». L’affirmation du 1er ministre selon laquelle la vaccination réduit par 12 le risque de contamination est totalement fausse.

Sa létalité : la courbe ci-après montre que malgré une légère augmentation, elle ne suit fort heureusement pas celle des cas positifs[5].

Les séquelles : si celles du 1er Covid pouvaient être redoutables y compris à long terme, celles du variant Delta semblent plus réduites.

  1. Les vaccins

Leur efficacité contre la contagiosité et la létalité : Quatre vaccins anti-covid sont aujourd’hui autorisés provisoirement en France : le Moderna, le Pfizer & BioNTech (marque : Comirnaty), l’Astrazeneca (marque : Vaxzevria) et le Johnson & Johnson (marque : Janssen).

  • Pfizer (le plus utilisé en France) : que se passe-t-il en Israël qui a réalisé l’une des campagnes de vaccination les plus efficaces au monde avec ce vaccin ? Son efficacité est tombée à 39 % entre le 20 juin et le 17 juillet suite à la propagation du variant Delta. Cependant, l’efficacité du vaccin dans la prévention des cas graves est actuellement estimée à 91,4 %, et à 88 % dans la prévention des hospitalisations liées au Covid-19… sachant – rappelons-le – que ce variant est moins létal.

Leur fiabilité :

À court terme :

Au 15/07/2021, 29 201 246 personnes ont désormais un schéma vaccinal complet, soit 43,3 % de la population totale[2].

  • Selon l’ANSM, du début de la vaccination au 15/07/2021, la proportion d’effets indésirables graves (sur l’ensemble des effets indésirables) est en moyenne de 25 %. Elle monte jusqu’à 37 % pour le Janssen.
  • Le REVAV (Réseau des victimes d’Accidents Vaccinaux) – détaillant l’importance et la gravité des effets secondaires et des décès post vaccinaux constatés internationalement – déconseille fortement la vaccination des enfants et des adolescents.

À long terme :

Pour les vaccins obligatoires en France, la durée entre les dates de découvertes et les dates d’obligation vaccinale

Maladie Date de découverte Date de l’obligation vaccinale Délai entre les 2 en années
Diphtérie 1923 1938 15
Tétanos 1926 1940 14
Poliomyélite 1952 1964 9
Coqueluche 1926 2018 94
Rougeole 1963 2018 55
Rubéole 1964 2018 54
Oreillons 1967 2018 51
Hépatite B 1981 2018 37
Haemophilus influenzae 1985 2018 33
Pneumocoque 1977 2018 41
Méningocoque 1978 2018 40

Les laboratoires pharmaceutiques fabriquant les vaccins contre le COVID ont – quant à eux – obtenu de l’Agence du Médicament Européenne (AME) une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) Conditionnelle en quelques mois. Une AMM conditionnelle permet l’autorisation de médicaments répondant à un besoin médical non satisfait avant que des données à long terme sur l’efficacité et la sécurité ne soient disponible varie entre 14 et 94 ans (cf. tableau ci-dessous) ce qui laisse le temps de déceler les effets indésirables.

De l’analyse des données publiques sur ces vaccins, il ressort que :

  • Ces AMM conditionnelles sont valides un an au lieu des 5 ans pour les AMM standards.
  • Les études en cours doivent être finalisées pour l’obtention de l’AMM standard.
  • Les essais cliniques, même s’ils ont été planifiés, ne sont pas terminés et certains n’ont pas encore commencé. Selon les vaccins, les échéances définitives sont prévues entre 2022 et 2025.
  • Il n’existe aucune donnée sur l’interchangeabilité entre les 4 vaccins pour finaliser le schéma vaccinal.
  • L’utilisation des vaccins est indiquée à partir de 18 ans, sauf pour le Pfizer indiquée dès 16 ans. « La sécurité et l’efficacité des vaccins chez l’enfant et les adolescents âgés de moins de 18 ans n’ont pas encore été établies ».
  • Les données sur les femmes enceintes sont très partielles, ce qui constitue un critère d’exclusion des essais cliniques.
  • Aucune étude de cancérogénicité n’a été réalisée pour le vaccin Moderna et aucune étude de génotoxicité ou de cancérogénicité n’a été réalisée pour les vaccins Pfizer, AstraZeneca et Johnson & Johnson.
  • Des effets secondaires liés à la vaccination pas ou peu apparus lors des essais cliniques peuvent apparaître longtemps après leur injection.

En résumé, l’AMM conditionnelle européenne obtenue pour 30 pays sur la base d’études incomplètes et à venir, permet de comprendre en quoi l’administration du vaccin covid-19 en 2021 est une procédure d’investigation à grande échelle, inédite dans l’histoire de la médecine.

Dans ce cadre, que dit le droit ?

Article rédigé par Sylvie Billard, conseillère municipale à Aulnay-sous-Bois

Publié le 28 juillet 2021, dans A vous la parole, Actualité, Santé, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 7 Commentaires.

  1. La pauvre, je la plains de n’avoir que cela à faire, allez faut se décontracter un peu, ce sont les vacances.

  2. Mme Billard,

    Merci et bravo pour la qualité de vos 2 articles .

    J’ai cependant Une demande de précision et une interrogation :
    – Vous annoncez « Selon l’ANSM, du début de la vaccination au 15/07/2021, la proportion d’effets indésirables graves (sur l’ensemble des effets indésirables) est en moyenne de 25 %. Elle monte jusqu’à 37 % pour le Janssen. »
    Sauf erreur de ma part le taux de 25% s’applique au cas d’effet « secondaires indésirables » détectés, qui lui ne serait selon ANSM que de 0,1%. La précision me semble important.

    – La question des effets « secondaires indésirables » à « long terme » semble être la crainte principale des personnes réticentes à la vaccination.
    Je comprends cette crainte.
    Il me semble important d’y répondre.
    Vous faites référence aux cas de 11 vaccins anciens et bien connus.
    Savez vous sur ces 11 vaccins quels est le temps moyen d’apparition des effets secondaires indésirables qui sont apparus ?
    J’ai cru lire qu’il était d’environ 6 mois ?

    Cordialement

    • Sylvie Billard

      Bonjour Patrice,
      Je vous remercie de cette invitation à approfondir la réflexion. Je vais m’y employer. Au plaisir de vous lire,
      Sylvie Billard

  3. Catherine Medioni

    Bravo vraiment Sylvie pour cette analyse et ce travail remarquable. Je t’en remercie chaleureusement. Tu es véritablement au service de tes concitoyens et compatriotes en leur soumettant des éléments de réflexion reposant sur des faits et non sur une propagande savamment organisée avec la complicité des  » merdias  » dominants qui soutiennent uniquement le point de vue autoritaire et dangereux du gouvernement. J’attends de lire la troisième partie avec impatience….

    • Sylvie Billard

      Merci Catherine. Il est important d’affûter nos arguments par des recherches et en tenant compte notamment des retours constructifs, comme ceux de Patrice par exemple. Bien à toi

  4. Catherine Medioni

    @ Julie | 28 juillet 2021 à 9 h 23 min

    C’est vous que je plains pour tenir des propos aussi bêtes et gratuits !

    Au lieu d’intervenir sur le fond pourtant très pertinent de l’article que vous vous permettez et que vous vous contentez de discréditer sans aucun argument étayé, vous démontrez au lectorat que vous être incapable de tenir le moindre raisonnement sensé face au travail remarquable de madame Billard.

    Permettez moi de vous dire que vous êtes juste une personne malveillante et nuisible, anonyme et minable de surcroît, polluant inutilement les commentaires de ce blog et assurément jalouse des talents, de l’éducation supérieure et de l’intelligence de Madame Billard !

    Osez décliner votre identité civile si vous avez du courage…..

  5. Sylvie Billard

    Merci Catherine. Il est important d’affûter nos arguments par des recherches et en tenant compte notamment des retours constructifs, comme ceux de Patrice par exemple. Bien à toi

Répondre à Patrice Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :