Résultat de Recherche pour catherine

Catherine Medioni : pétition pas en mon nom !

La mairie d’Aulnay sous Bois a osé le 9 mars 2021, soit le lendemain de la journée consacrée aux droits des femmes, s’attaquer à une association humanitaire et caritative nommée « un toit pour elles » en perquisitionnant sans fournir le document qui l’y autorisait, un pavillon privé qu’elle avait loué pour y loger des femmes violentés qui s’étaient retrouvées à la rue et qui ne trouvaient pas de places dans d’autres centres !

Le choc et le traumatisme pour les pensionnaires accueillies et pour les bénévoles fut incommensurable ! Après avoir justifié son intrusion par une suspicion de squat, des plaintes de riverains, un problème de succession et désormais des normes de sécurité non conformes aux lois, le président s’est trouvé contraint, sous la menace d’une plainte au pénal, de fermer le lieu d’hébergement après avoir relogé en urgence les femmes aux quatre coins de l’île de France et pour certaines en province, mettant ainsi brutalement fin à quatre ans d’activités pourtant utiles qui avaient fait leurs preuves, et qui suppléaient aux manquements des pouvoirs publiques et des collectivités territoriales !

En tant que citoyenne de la société civile et contribuable de la ville, j’exprime mon indignation et mon incompréhension devant les pouvoirs excessifs d’élus qui au lieu d’attaquer, d’anéantir, de persécuter et de s’acharner, devraient au contraire soutenir et apporter une aide logistique et matérielle pour que cette association réinsérant les femmes poursuivent ses activités de bienfaisance. Je demande donc à la ville qu’elle fournisse un lieu d’hébergement remplaçant le pavillon loué, conforme à toutes les exigences de sécurité qu’elle impose et j’invite tous les citoyens qui approuvent cette demande à m’emboîter le pas en signant ci-dessous !

Catherine Medioni, le 11 Avril 2021

Catherine Medioni : Je récuse la responsabilité et le rôle de bourreau qu’Aurore m’a assigné

J’ai eu la stupeur de découvrir sur Aulnaycap le 10 novembre au soir vers 20h, après l’entretien téléphonique que j’avais eu avec Arnaud Kubacki concernant le devenir d’Aulnaycap, l’article d’Aurore qui donnait les raisons de sa démission

Si, dans un premier temps j’ai été très émue par la description de son vécu de responsable et de ses ressentis auxquels je compatis et que je confirme puisque, en tant que bloggeuse j’ai subi exactement le même sort, j’ai été choquée de découvrir et de comprendre dans la suite de ses justifications, que je n’étais plus face à l’Aurore que je connaissais, ou plus exactement que je croyais connaitre, mais face à une personne blessée dans son égo, qui s’est vengée publiquement et  dans mon dos, d’une conversation privée que nous avions eue à propos d’un article très polémique qu’elle avait publié deux jours plus tôt et qu’elle avait ensuite retiré  parce qu’il entachait gravement l’image du blog et de ses contributeurs et collaborateurs bénévoles.

J’aurai pu remettre Aurore publiquement à sa place  dans les commentaires sous l’article dégradant l’image du blog et de ses deux autres blogueurs, en recourant aux mêmes procédés de déballage public qu’elle, mais d’une part je ne souhaitais pas humilier Aurore qui par ailleurs est une personne extrêmement dévouée et serviable, et d’autre part il ne me semblait pas opportun d’en rajouter une couche sur les problèmes de coordination et de concertation entre les 3 seules personnes qui l’animent et le font exister !

J’ai alerté Arnaud sur les effets désastreux de cet article sans qu’il ne semble vraiment s’en alarmer dans un premier temps et, observant qu’Aurore se laissait manipuler et tombait naïvement dans les pièges d’un troll dénommé « Huguette » en aggravant davantage encore par ses réponses l’image du blog, j’ai adressé plusieurs mails à Aurore lui demandant des explications et surtout lui expliquant que ce qu’elle faisait était désastreux pour tous les trois, mais surtout pour le blog lui-même. Elle a fait le choix de ne pas répondre sur le fond à l’analyse que je faisais de ses comportements et face à ses silences et à ses « bouderies », j’ai pris le téléphone pour parler directement et en privé avec elle, toujours pour ménager sa sensibilité et son image publique.

J’ai procédé avec elle en toute amitié et bienveillance, et phrase par phrase, à une analyse factuelle des messages subliminaux qu’elle avait envoyé au lectorat et qui n’étaient objectivement pas flatteurs  ni pour Aulnaycap ni pour ses bénévoles. Sur l’analyse méthodique et factuelle de chacun de ses mots et de ses phrases, elle m’a répondu, :  « oui, c’est vrai, tu as raison », « oui, oui, je suis d’accord »…. J’ai bien senti qu’elle se sentait très mal (et au fond il y a de quoi) et qu’elle prenait conscience des conséquences désastreuses de cet article dont elle avait pris seule, l’initiative et la responsabilité sans même consulter ni Arnaud ni moi-même.

Cependant je n’imaginais pas un seul instant qu’elle serait assez déloyale, traîtresse et malhonnête par la suite, pour me rendre responsable publiquement de sa démission qui découle en réalité de la prise de conscience qu’elle a effectivement fait du grand n’importe quoi, et que mon plus grand tort en vérité est de le lui avoir démontré en toute amitié, sans le déballer sur la place publique !

Par conséquent, et puisque Aurore se sent le droit d’écorner mon image publique dans mon dos, en ne révélant qu’une toute petite partie de ce qu’il s’est passé et qui nous a conduit a sa démission, je me sens tout à fait fondée à laver mon honneur et ma dignité de la responsabilité et du rôle de bourreau qu’Aurore m’a assigné en resituant les évènements dans leur contexte et leur temporalité.

Sur mon insistance, Arnaud a fini par programmer une réunion Zoom entre nous trois pour débattre de ce qui venait de se passer et pour parler de l’avenir d’Aulnaycap dans ce contexte…. Arnaud a complimenté Aurore sur toutes les qualités qu’elle avait déjà, mais également sur celles qu’elle avait développées et améliorées en tant que responsable du blog et j’ai confirmé et soutenu ses constats. Aurore est restée plutôt silencieuse. Elle avait la possibilité d’émettre des objections ou des désaccords. Elle n’a pas choisi de le faire.

De mon côté, j’ai souligné qu’il n’était absolument pas possible lorsque l’on est plusieurs à animer un blog de « se tirer » publiquement dans les pattes et dans le dos des autres ou encore de dégrader implicitement l’image de ses collaborateurs, (que cela soit fait délibérément ou en toute inconscience et naïveté dans le cas d’Aurore) car cela doit impérativement se régler en interne. J’ai toujours respecté cette ligne et cette éthique, et de mon point de vue, il n’est pas admissible qu’une personne en charge de la responsabilité d’un blog ne se soumette pas à ce principe élémentaire et fondamental, ou ne soit pas consciente de ce devoir moral et de cette lourde responsabilité envers les contributeurs !

Ensuite, à la décharge d’Aurore dont j’ai mis en avant toutes les qualités humaines et de cœur,  ainsi que son extrême gentillesse, dévouement et serviabilité au point que je lui ai souvent fait remarquer par amitié, qu’elle devait aussi poser des limites parce que beaucoup de personnes profitaient d’elle, j’ai reproché à Arnaud d’avoir fait peser sur Aurore des responsabilités pour lesquelles elle ne disposait pas de tous les outils, ce qui à mes yeux, dédouane Aurore des erreurs qu’elle a pu commettre en toute bonne foi, inconscience ou naïveté.

Et quand je dis qu’Aurore ne disposait pas de tous les outils pour assumer cette très lourde tâche et responsabilité, je ne dis absolument pas qu’elle n’a pas mis tout en œuvre pour remplir sa mission du mieux qu’elle a pu, bien au contraire !  Je suis même extrêmement admirative et abasourdie du parcours époustouflant qu’elle a accompli, acquérant par l’expérience et dans des conditions difficiles de nombreuses compétences qu’elle n’avait pas nécessairement au départ. Aurore est pour moi l’exemple d’un destin remarquable, et une incarnation admirable de résilience dont chacun d’entre nous devrait s’inspirer pour avancer et progresser dans la vie.

Aurore avait émis lors de cette réunion Zoom, la probabilité de se retirer de la responsabilité du blog. Arnaud qui souhaitait qu’elle y reste lui a demandé de réfléchir et de lui (nous ?) donner une réponse le lendemain…. Aurore n’a semble-t-il pas jugé qu’après des années de collaboration et d’échanges réguliers, j’avais le droit d’être informée comme Arnaud de sa décision et pas davantage Arnaud de me prévenir de l’information reçue d’Aurore. J’ai vécu dans l’ignorance de ce qui se tramait et j’ai appris en même que le lectorat sur Aulnaycap par un premier article, qu’Aurore quittait la responsabilité d’Aulnaycap et créait son propre blog d’informations.  Bien que je considère le comportement d’Aurore extrêmement cavalier et déloyal, je lui ai mis un commentaire bienveillant et encourageant sous l’article, pour lequel elle n’a pas jugé bon de me remercier alors qu’elle s’est montrée prolixe dans ses réponses aux autres commentaires.

 Dans le corps du texte d’Aurore nous apprenons :

« Récemment, une personne qui me semblait proche m’a faite une suggestion. Après mûres réflexions, je suis arrivée à la conclusion que cette personne avait raison. C’est pour cela que je pense qu’il est temps que je laisse ma place. »

Bien évidemment et moi la première, tout le monde a compris que : « la personne qui lui semblait proche » c’était moi ! Alors, sur le terme « semblait », Aurore indique tacitement qu’elle s’est trompée, et cela pourquoi ? Parce que je suis la seule à avoir été vigilante dans la protection de l’image du blog, et que j’ai eu la loyauté, l’honnêteté et le courage de lui dire en face et sans témoins que ce qu’elle avait fait, preuves analysées à l’appui, n’était pas correct ni envers le blog ni envers ses collaborateurs pourtant bien dévoués ?

Pourquoi au lieu d’acquiescer à mon analyse durant cette conversation téléphonique privée, Aurore n’a-t-elle pas protesté, émis des objections, démontré que j’avais tort dans cette démonstration ou encore défendu ce qu’elle avait fait ?  Elle avait douloureusement compris en vérité que l’article qu’elle avait publié sans y réfléchir était désobligeant à notre égard et demeurait indéfendable pour l’image du blog !  En quoi devrais-je me sentir responsable de sa démission qui résulte de la prise de conscience et de la reconnaissance de ses bêtises monumentales ? En quoi devrai-je accepter et tolérer d’être désignée publiquement comme la fautive et son « bourreau » ?

Pourquoi ensuite lors de la réunion Zoom qui eut lieu deux heures plus tard, n’a-t-elle rien dit de ce qu’elle fomentait et projetait de faire et qu’elle a mis a exécution à mon insu dès le lendemain matin ?  Est-ce correct d’agir ainsi envers une personne qui a toujours pris sa défense, qui l’a aidée en de multiples occasions et en envers laquelle elle n’a que des bienfaits à reprocher ? 

Est-ce bien loyal et juste de pointer la responsabilité d’une personne qu’elle n’a pas nommée mais dont tout le monde a compris qu’il s’agissait de moi, simplement parce que Aurore refuse d’assumer les bévues et les erreurs préjudiciables au blog et à l’image de ses deux collaborateurs qu’elle a commises toute seule et que je n’ai fait, à juste raison, que souligner et dénoncer ?  

Je récuse publiquement et totalement toute responsabilité dans la démission d’Aurore de quitter « irrévocablement  » Aulnaycap, démission qui résulte uniquement de la prise de conscience de ses erreurs dommageables à la fonction qu’elle occupait et à l’image du blog, et je refuse d’alimenter sa position victimaire en rejetant formellement le rôle de  » bourreau  » qu’elle m’a lâchement et déloyalement assigné et que je n’ai jamais été !

Droit de défense et de réponse écrit le 12 novembre 2020 par Catherine Medioni

Catherine Medioni interview Michel Lefèvre et Sylvie Guy du Parti Ouvrier Indépendant démocratique

Aulnay cap à rencontré Le Parti Ouvrier Indépendant Démocratique

( P.O.I.D.)

avec Michel Lefèvre et Sylvie Guy.

Nous les remercions bien chaleureusement, d’avoir répondu favorablement à notre invitation.

Le P.O.I.D. à un communiqué à partager avec vous:

Pour faire suite à ce communiqué, Catherine Medioni à fait l’interview, que je vous propose de découvrir.

Notre souhait maintenant, rencontrer Mr le maire, pour une interview, espèrons que celui ci, nous fera signe dés qu’il le souhaitera.

Catherine Medioni interview la liste  » Aulnay en commun »

Catherine Médioni à interviewer la liste participative  » Aulnay en commun ».

Cette liste est composée d’un quatuor de tête.

Celui ci est composé de:

Sylvie Billard, Oussouf Siby, Alain Amédro et Chaïbia Rhamami, que nous remercions chaleureusement, pour avoir répondu positivement à notre invitation.

Catherine à échanger longuement avec ce quatuor, sur leurs projets, leurs idées communes.

Chacun(e), à pu s’exprimer, de manière équitable.

« Aulnay en commun » , organise une grande  fête, qui se déroulera

le

Dimanche 8 mars 2020, de 15 h à 18 h à la salle des fêtes de Chanteloup.

Tout de suite, la vidéo:

 

 

Catherine Medioni interroge Alain Boulanger sur son histoire, ses projets

Aulnay cap, dans le cadre des élections municipales, à rencontré Alain Boulanger.

Catherine Medioni l’a interviewé, sur son histoire, ses projets.

Aulnay cap, vous propose de découvrir cette interview, elle est en deux parties.

Les voici, ci dessous:

 

Tout de suite, la suite:

 

Catherine Medioni interroge Raoul Mercier et Hadama Traoré- 3eme partie

La rédaction d’Aulnay cap à rencontré Raoul Mercier et Hadama Traoré, en voici, ici, la 3eme et derniere partie de cet échange.

Un immense merci à Raoul Mercier, Hadama Traoré et bien sur à Catherine.

Catherine Medioni interroge Raoul Mercier et Hadama Traoré- 2eme partie

La rédaction d’Aulnay cap, vous propose de découvrir ici, la 2eme partie de cet entretien :

 

 

Catherine Medioni interroge Raoul Mercier et Hadama Traoré-1ere partie

Dans le cadre des élections municipales; La rédaction d’Aulnay cap, à rencontré Raoult Mercier et Hadama Traoré.

Tous les deux, ont échangés avec Catherine Médioni, sur leurs programmes, leurs projets.

Aulnay cap, vous propose de découvrir cette interview, elle est en 3 parties.

En voici ici, la première:

Interview de Benjamin Giami par Catherine Medioni- 2eme partie

Aulnay cap, à rencontré Benjamin Giami, pour une interview sur son programme.

Cette interview, est en deux parties.

En voici, ici, la deuxième partie.

Merci a Catherine Médioni et à Benjamin Giami pour ce sympathique moment.

Tout de suite, la video:

Interview de Benjamin Giami par Catherine Medioni – 1ere partie

Aulnay cap, à rencontré Benjamin Giami.

Celui ci est candidat aux élections municipales 2020.

Nous avons souhaité le rencontrer et échanger avec lui, sur son programme, ses projets…

Catherine Medioni, a interviewé Mr Giami, et à échangé avec lui..

Cette interview est en deux parties, Aulnay cap vous propose, ici,de visionner la première partie.

Si vous le souhaitez, la 2eme partie est sur la chaîne « You tube » D’Aulnay cap.

Un second article, va venir, avec la deuxieme partie de cette interview.

J’adresse un immense merci à Catherine Medioni, et à Benjamin Giami pour cette interview.

Aulnay cap va rencontrer d’autres candidats, aux élections municipales.

Reste un candidat, que nous souhaitons interviewer, notre demande est restée, à ce jour…..sans réponse…

 

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :