Archives de Catégorie: commerces

Déconfinement, gratuité du stationnement à Aulnay-sous-Bois pour soutenir les commerces de proximité

Ce samedi 28 novembre, à l’occasion de la réouverture des commerces de proximité suite aux dernières décisions gouvernementales, le stationnement sera gratuit en centre-ville. Soutenons nos commerçants ! 

Le stationnement sera exceptionnellement gratuit dans les rues suivantes : avenue Anatole France, boulevard de Strasbourg, rue de Bondy, rue Isidore Nérat, rue Edouard Cornefert, avenue Dumont, parking Dumont, place du Général Leclerc.

Réouverture du centre commercial O’Parinor à Aulnay-sous-Bois ce samedi

Conséquence de l’assouplissement du confinement décrété par le Président de la République Emmanuel Macron : le centre commercial O’Parinor rouvre ses portes ce samedi.

Tous les commerces hormis les restaurants vous accueilleront avec un protocole sanitaire particulier.

Lettre ouverte n°8 : Pour aider nos commerçants et nos artisans, écoutons-les et mobilisons les ressources existantes

Monsieur le Maire,

Je viens d’apprendre qu’un de vos collaborateurs était intervenu auprès d’AulnayCap pour qu’ils ne me publient pas.  Je suis très honorée de toutes ces tentatives de censure. Comme je ne suis pas de celle que l’on muselle, j’y réponds par une nouvelle lettre ouverte.

Vos messages de soutien à nos commerçants et à nos artisans sont insuffisants s’ils ne s’accompagnent pas d’actes concrets. Les aides et allègements de charges durant les confinements sont nécessaires et indispensables, mais ce que veulent les commerçants et les artisans, c’est vivre de leur travail.

Qu’a fait votre majorité durant son premier mandant pour que les commerçants et artisans ne subissent pas aussi durement les confinements ? La réponse est : pas grand-chose. Certes, le covid 19 ne pouvait être prévu. Mais les investissements qui auraient permis à nos commerçants et nos artisans de pouvoir maintenir leur activité n’ont pas été entrepris, alors que :

  • leurs propositions et celles de leurs chambres consulaires sont nombreuses,
  • les solutions numériques, les dispositifs d’accompagnement et les aides financières existent,
  • les collectivités locales disposent du cadre juridique pour agir.

Pour que le confinement ne profite pas aux GAFAM au détriment des commerçants et des artisans qui apportent vie et convivialité à nos centres-villes et nos quartiers, la ville doit développer le numérique dans le cadre d’une stratégie globale d’attractivité de la ville (voir ensemble des propositions dans le manifeste « Servir Aulnay-sous-Bois »).

Les propositions suivantes -extraites du manifeste « Servir Aulnay-sous-Bois »- sont issues d’échanges en 2018 avec des représentants de la Chambre Régionale des Métiers et de l’Artisanat du 93, de chefs d’entreprises aulnaysiennes et de Paris Terres d’Envol, le maire-adjoint en charge du développement économique de M. Beschizza et d’habitant.e.s. Elles sont complétées par l’actualité.

Faute d’anticipation, il convient de mettre en place rapidement une plateforme mutualisée de commerce en ligne, pour les commerçant.e.s et artisan.e.s en règle avec leurs obligations sociales et fiscales en temps normal, qui offre aux aulnaysien.ne.s le même niveau de services que ceux des géants du web : paiement en ligne, le « cliquer-récupérer », la livraison à domicile, avec possibilité d’échange/retour, remboursement…

Ces investissements dans le numérique sont le plus souvent hors d’atteinte pour un artisan ou un commerçant seul. Pour les restaurateurs, il existe des plateformes marchandes de livraison à domicile qui prennent des commissions importantes et précarisent leurs livreurs. C’est pourquoi la puissance publique en général et la ville d’Aulnay en particulier peuvent et doivent intervenir pour mutualiser les efforts et veiller au respect de la dignité et à la protection de chacun.

Dans le cadre du plan de relance, des aides, des solutions numériques et un guide d’aide aux choix et d’accompagnement existent :

Afin d’anticiper la fin du confinement, il faut également gérer la mobilité compte tenu des contraintes de stationnement pour permettre à des habitant.e.s de quartiers excentrés et sans moyen de locomotion de faire leurs courses. Des villes financent des dispositifs de taxis à tarifs réduits, des plateformes de covoiturage, des navettes, des vélos en partage. Aulnay doit travailler à renforcer cette mobilité.

A moyen terme, il faudrait réfléchir à l’introduction d’une monnaie locale complémentaire(reconnue par la loi relative à l’économie sociale et solidaire du 31 juillet 2014) pour favoriser la consommation locale.

Puisque votre majorité n’a rien anticipé à Aulnay-sous-Bois pour nos commerçants et nos artisans, il serait souhaitable -avec eux et pour eux- de mobiliser rapidement toutes les ressources existantes pour les aider non pas simplement à survivre, mais à se développer en s’adaptant aux nouvelles modalités d’achat des clients et à prospérer même en cas de confinement puisque rien ne nous garantit que celui-ci ne va pas se prolonger et qu’il n’y en aura pas d’autres ultérieurement.

Cordialement,

Source : Sylvie Billard, Elue de gauche, écologiste et citoyenne

Confinement, le Lidl de la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois pris d’assaut pour ses articles non essentiels

Mêmes scènes au Lidl d’Aulnay-sous-Bois, au cœur du quartier populaire de la cité de l’Europe. Fadila tâte les vêtements pour enfants. « Comme je ne pourrai pas en acheter avant un mois minimum, je prends mes précautions », explique la quadragénaire. Qui râle contre la décision du gouvernement de supprimer les rayons dits « non-essentiels » : « Franchement, ils auraient dû durcir les règles sanitaires, la distanciation sociale, et rouvrir les petits commerces, plutôt que de tout fermer ! On se retrouve à faire les choses dans l’urgence… »

Devant le bac à chaussures, c’est aussi le branle-bas de combat. Lidl vient de recevoir une cargaison d’articles de ski. « Je prends trois paires d’après-ski pour mes enfants : ils n’ont pour l’instant que leurs chaussures d’été, alors qu’il commence à faire froid et à pleuvoir. Et je ne sais pas quand on pourra retrouver des chaussures dans les magasins », sourit Kamel.

Dans le rayon voisin, dédié aux jouets, un jeune homme s’agace au téléphone. « Mais maman, c’est son anniversaire la semaine prochaine. Je n’ai rien eu le temps d’acheter, je fais ça en vitesse. Je prendrai ce qu’il reste, demain, c’est trop tard », râle-t-il, à l’adresse de son interlocutrice. Ce sera une bande dessinée et un jeu de briques à construire. « J’aurais voulu faire mieux mais Jean Castex m’a pris de court », rigole le jeune homme, ses deux présents sous le bras.

Source, photo et article complet : Le Parisien

Bruno Beschizza soutient l’AMF qui demande le réexamen de la notion de commerces de premiere nécessité

De nombreux maires font état auprès de l’AMF de l’incompréhension que suscitent les mesures de fermeture qui visent certains commerces.
Les critères ayant conduit a distinguer les commerces de premiere nécessité, évoqués par le Premier ministre, et les autres, sont a l’évidence difficiles a justifier au regard de l’application qui en est faite concrètement.

Certains commerces comme les librairies ou les salons de coiffure pourraient relever des services de premiere nécessité.

Le commerce de centre-ville déjà fragilisé par le premier confinement est animé par des entreprises de petite dimension qui n’ont pas la capacité de résister a une chute brutale et persistante de leur activité sans que soit mise en danger leur existence même. Elles ne comprennent pas que des activités identiques aux leurs puissent être autorisées pour des entreprises de la grande distribution ou de la vente à distance, elles se trouvent ainsi placées dans une situation de grave déséquilibre de concurrence.

François Baroin et André Laignel demandent au gouvernement de revoir rapidement la définition de commerce de première nécessité et de l’élargir, dès lors que les conditions de sécurité sanitaire permettent de preserver la sante des commerçants, de leurs salariés et de leurs clients.

Source : communiqué AMF soutenu par le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza

Fermeture de la galerie marchande O’Parinor à Aulnay-sous-Bois à cause du nouveau confinement

Le centre commercial régional O’Parinor est de nouveau fermé, à l’exception de Carrefour et des commerces essentiels, du fait de l’instauration du nouveau confinement. c’est encore un coup très dur pour les commerçants et celles et ceux qui veulent effectuer leurs emplettes à l’approche des fêtes de fin d’année.

D’autres galeries marchandes sont également fermées comme à Beau Sevran.

Covid, comment se restaurer pendant le nouveau confinement à Aulnay-sous-Bois ?

L’attestation de déplacement est obligatoire pour toute sortie du domicile autorisée, sous peine d’une amende forfaitaire de 135 €.

Mais pour se restaurer, où aller ?

Marchés

Les marchés couverts et non couverts sont maintenus. La vente est limitée aux commerces alimentaires et la vente de graines, semences et plants d’espèces fruitières et légumières.

Commerces

Les commerces dont l’activité n’est pas reconnue indispensable sont fermés

Livraison et vente à emporter

La livraison et la vente à emporter des commerces alimentaires sont autorisées.
>> Retrouvez la liste des commerces de la ville proposant ce service

La Covid va détruire la vie locale à Aulnay-sous-Bois avec des destructions d’emploi et la fermeture de commerces

C’est ce que craint le Maire de la ville, Bruno Beschizza, qui a écrit au préfet de Seine-Saint-Denis, Georges-François Leclerc, pour permettre aux différents événements de l’automne d’avoir lieu (fête de l’arbre, fête du chocolat…).

La suppression de ces événements entraîneraient inéluctablement la fermeture de nombreux commerces et la fuite des activités. La ville deviendrait alors une cité dortoir avec une recrudescence des incivilités et des faits divers.

Si le Coronavirus fait des ravages, de nombreux responsables de commerces et d’associations de commerce estiment qu’il faut que les affaires se fassent. Bruno Beschizza prend donc partie du maintien de la vitalité de la ville d’Aulnay-sous-Bois et ne souhaite pas annuler ces festivités du fait d’un risque sanitaire.

Ouverture d’une partie du centre commercial O’Parinor à Aulnay-sous-Bois ce lundi de Pentecôte

Le centre commercial O’Parinor à Aulnay-sous-Bois sera en partie ouvert ce lundi de Pentecôte. Outre Carrefour, les magasins ouverts sont :

  • Atelier du boucher
  • Cabinet médical
  • Darty
  • Fnac
  • Krys – Pharmacie Parinor
  • Opticiens Nov

Fermeture à 20h.

O’Parinor à Aulnay-sous-Bois en attente

Les très grands centres commerciaux du département resteront fermés, sauf dérogation préfectorale. « Dans les départements justifiant une vigilance accrue, l’ouverture sera possible sur décision du préfet, à l’exception des centres très fréquentés et proches de grands nœuds de transports. » précise Matignon. 

Le centre commercial O’Parinor (90 500 m²) à Aulnay-sous-Bois est donc dans l’attente de confirmation pour sa réouverture.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :