Le Parlement européen refuse la surveillance de masse par reconnaissance faciale

Les peuples d’Europe l’ont échappé belle ! Certains chefs d’état, dont le nôtre, rêvent de pouvoir surveiller et contrôler les citoyens avec le concours des entreprises de la High tech qui voient dans cette perspective, la promesse d’un essor exponentiel de leur activité, et surtout des profits garantis si ces technologies étaient mises en place par les chefs d’état de la planète ! Ne soyez pas naïfs chers concitoyens car beaucoup d’entre eux rêvent d’y parvenir et de nous soumettre à leur dictature qui a déjà commencé avec les scandaleux Pass sanitaires contrôlés par les QRcodes et les COVID tracker ! Et je peux vous certifier que nos dirigeants ne s’arrêteront pas en si bon chemin. Il faut dire que les citoyens gravement endoctrinés et  » moutonnisés  » deviennent leurs plus fidèles collaborateurs et complices dans ce contrôle abusif attentatoire aux libertés et aux droits les plus fondamentaux.

Fort heureusement, L’union européenne par la voix de son parlement vient de mettre un coup d’arrêt à cette tentative liberticide de contrôle des masses par les technologies numériques et a approuvé à une écrasante majorité un appel fort à l’interdiction de la surveillance par reconnaissance faciale. Le vote sur la résolution était de 377 voix pour et de 248 contre . C’est par conséquent une grande victoire pour les droits de l’homme et la liberté des peuples à aller et venir sans être surveillés ni contrôlés jusque dans leur vie personnelle.

Il serait utile d’identifier les 248  » représentants  » qui nourrissent traitreusement des velléités de contrôle numérique des peuples qui ne le veulent absolument pas et qui, s’il avait existé du temps d’Hitler aurait été assurément utilisé pour mettre fin à toute contestation et pour réduire l’humanité à l’esclavage !

Porté et défendu âprement par le député européen Petar Vitanov, membre du Parti socialiste bulgare, le Parlement a adopté pour la première fois une position officielle plaidant pour l’interdiction de la surveillance biométrique de masse, ce qui envoie un signal fort pour les négociations des toutes premières règles de l’UE concernant les système d’intelligence artificielle.

Selon Petar Vitanov,  » les droits fondamentaux sont inconditionnelsNous appelons à un moratoire sur le déploiement de systèmes de reconnaissance faciale à des fins répressives, car la technologie s’est avérée inefficace et conduit souvent à des résultats discriminatoires.  Nous sommes clairement opposés à la police prédictive basée sur l’utilisation de l’intelligence artificielle  ainsi qu’à tout traitement de données biométriques conduisant à une surveillance de masse. « 

C’est une énorme victoire pour tous les citoyens européens épris de libertés et attachés à leurs droits fondamentaux irréductibles !

Patrick Breyer, député européen du Parti pirate qualifié ce « moment  » décisif dans la lutte pour mettre fin à l’utilisation intrusive et discriminatoire des outils de surveillance de masse par les autorités policières.  La surveillance biométrique de masse signale à tort un grand nombre de citoyens innocents, discrimine systématiquement les groupes sous-représentés et a un effet dissuasif sur une société libre et diversifiée   »   a-t-il ajouté.

Le rapport sur l’intelligence artificielle, également défendu par Ella Jakubowska, conseillère politique auprès de European Digital Rights (EDRi), ( = droits digitaux européens ) recommande une interdiction de l’utilisation des bases de données privées, comme Clearview AI  par les forces de l’ordre, et demande donc à la Commission [européenne] de mettre en œuvre, par des moyens législatifs et non législatifs, et si nécessaire par des procédures d’infraction, une interdiction de tout traitement de données biométriques, y compris les images faciales,  à des fins répressives qui conduisent à une surveillance de masse dans des espaces accessibles au public, ainsi qu’à une interdiction de financer la recherche sur la surveillance de masse  !

Voilà qui ne va pas arranger les affaires et les espérances de profits des entreprises spécialisées dans l’intelligence  artificielle, laquelle donne des outils numériques potentiels de surveillance et d’immixtion dans la vie privée des citoyens, intéressant bien évidemment tous les dirigeants de la planète qui veulent contrôler les peuples au point de faire glisser nos démocraties vers la surveillance abusive et intrusive, la censure, l’entrave au droit d’expression et d’opinion et pour finir pour installer une véritable dictature où plus aucune liberté ne sera possible ni permise ! Est-ce vraiment ce que vous voulez ?

Il n’est pas du tout anodin que ce problème de contrôle des masses par les technologies numériques soit posé et mis sur la table, car les citoyens du monde entier constate un durcissement des mesures liberticides et attentatoires à leurs droits humains fondamentaux liés à la pandémie et  pratiqués un peu trop durablement et systématiquement par leurs dirigeants.

Article  rédigé  le  7  Octobre  2021  par  Catherine Medioni

Publié le 8 octobre 2021, dans Actualité, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :