Publicités

Fest-Noz à Bondy ce samedi 23 juin 2018

Bondy et la Bretagne, une histoire d’amour qui dure depuis des années…

Les Bondyzarts préparent le *Fest-noz qui nous rassemble maintenant chaque année Place du Général de Gaulle.

Cette année, Breiz hor Bro nous enseignera quelques pas de danses bretonnes avec son habituel talent pédagogique.

Nous nous lancerons dans la danse avec eux, suivis du groupe Trenk, notre cher groupe aux chemises à fleurs.

Puis la belle Fasia Kati nous emmènera dans son bal berbère, avec sa compagnie Grain Magique.

Et nous, tout contents de nous retrouver fouettés par les vents d’Ouest et alanguis par la sensualité de la Méditerranée, nous nous abandonnerons au bonheur de nos retrouvailles ( restauration et buvette assurées bien sûr ).

On compte sur vous. Ouvert à tous !

*fest-noz: (mot breton signifiant « fête de nuit », par opposition au fest deiz pour « fête de jour ») est un type de fête « revivaliste » (essentiellement un bal), inventé dans les années 1950 dans le centre de la basse Bretagne (essentiellement la Haute-cornouaille, dans le but de recréer les rassemblements festifs de la société paysanne qui ponctuaient les journées de travaux collectifs et qui ont disparu dans les années 1930. La renaissance des festoù-noz peut être attribuée à Loeiz Ropars

Au cours des années 1970, grâce au mouvement folk, en particulier l’effet Alan Stivell à partir de 1972, les festoù-noz ne se cantonnent plus au centre de la Bretagne. Beaucoup de jeunes découvrent la musique et la danse bretonne et s’en emparent : le fest-noz devient une manifestation urbaine. De nombreuses associations en organisent parfois dans un but militant ou même lucratif. Ce premier effet de mode passé, ces rassemblements se raréfient dès la fin des années 1970. Toutefois, au cours des années 1980 et 1990, musiciens et danseurs s’approprient leur culture, en l’approfondissant et en la consolidant. C’est pourquoi le fest-noz retrouve une grande popularité dans les années 1998-2000 avec le renouveau de la musique bretonne et celtique2. Le phénomène est désormais d’une grande ampleur, on compte plusieurs centaines de festoù-noz organisés chaque année, et a même quitté la Bretagne pour gagner d’autres régions de FRANCE. Le 5 décembre 2012, le fest noz est inscrit comme patrimoine culturel immatèriel de l’hmanité par l’UNESCO après que cette pratique a été inscrite à l’inventaire du patrimoine culturel immatèriel de FRANCE.

Le pluriel breton est festoù-noz, mais les soeurs Goadec disaient festnozoù, et le français peut dire aussi des fest-noz. ( source: wikipédia)

Publicités

Fête des quartiers Albatros à Aulnay-Sous-Bois

 La Fête des Quartiers 2018 aura lieu sur la nouvelle place du marché. Comme chaque année retrouvez les associations de votre quartier et de nombreuses activités pour les enfants.
Un tournoi de football sera organisé.
Pour plus d’informations contacté nous au 01 48 79 07 60 ou via la messagerie de Facebook.

Saison masterclass d’écrivains 2018-2019

Nous sommes heureux de vous annoncer le programme de la saison 2018-2019 de nos#Masterclass d’écrivains.

4 auteurs : David Lopez, Camille Cornu, Sven Hansen-Løve, Benoît Toqué

12 rencontres entre septembre 2018 et avril 2019

ATELIERS D’ECRITURE d’Aulnay-sous-Bois / Ville de Sevran / Master de création littéraire Université Paris 8 Saint-Denis / Université Participative Inter-âges de Sevran

Source: Maison des projets et du patrimoine d’Aulnay

Êtes-vous victime de la présence de rats dans votre quartier ?

Dans la capitale française, un scandale avait éclaté il y a quelques mois avec la prolifération des rats et autres rongeurs dans de nombreux quartiers. La crue de la Seine avait poussé les rongeurs à migrer dans différents endroits de la capitale, ce qui les rendait bien plus visible auprès des habitants et des touristes.

Ce fléau a touché d’autres villes voisines, et la ville d’Aulnay-sous-Bois n’est bien sûr pas épargné. Il y quelques années, plusieurs lecteurs nous avaient signalé la présence de rats dans leur quartier, notamment au niveau du Gros Saule et de Mitry. Les autorités avaient fait appel à à un service de dératisation à Aulnay-sous-Bois afin d’éradiquer les petites bêtes qui pullulaient ici et là.

Si les rats prolifèrent de manière récurrente dans certains quartiers, cela vient du fait que certaines personnes peu scrupuleuses n’hésitent pas à jeter leur déchets alimentaires sur la voie publique. Une bout de pizza que l’on jette par terre, un épis de maïs jeté sur le rebord du caniveau, un reste de sandwich que l’on jette par dessus les fenêtres, et cela suffit pour créer les conditions de l’apparition du rongeur tant redouté. Un geste de civilité peut solutionner bien des tracas.

Dans le cas où votre quartier est infesté, l’intervention d’un professionnel sera nécessaire. S’il s’agit d’une intervention dans des espaces publics, le coût de l’intervention sera couvert par vos impôts. Par contre, il est possible que certaines résidences privées fassent appel à des professionnels pour désinfecter les parties communes, notamment les caves. Dans ce cas de figure bien entendu, les coûts sont supportés ans les charges de copropriété.

Vecteur de maladie et peu sympathique, le rat se reproduit très rapidement et agit de manière opportuniste. Son principal prédateur est le chat, mais aussi certaines races de chien comme je Jack Russel, qui peut en tuer des dizaines en une journée (des opérations anti-rats dans les docks de Londres ont été effectuées avec des Jack Russel dont le flair et l’agilité permettent de débusquer les rongeurs). Il se cache principalement dans les égouts, les caves et dans tout endroit humide et sombre, et vit en groupe.

La lutte des logements insalubres une priorité pour tous

Comme montré dans de nombreux reportages de la rédaction, le logement insalubre reste l’un des fléaux  de la ville d’Aulnay-sous-Bois et du département de la Seine-Saint-Denis en général. Humidité trop importante, électricité non conforme, manque d’aération, isolation quasi inexistante ou encore présence de nuisibles : de nombreux locataires, souvent avec enfants , souffrent de ces conditions que certains juges inhumaines.

Lorsque des rats encombrent les sous-sols, lors que des cafards envahissent les conduits d’aération ou lorsque des punaises de lit dans votre maison rendent vos nuits pénibles et vous empêchent de récupérer, l’exaspération conduit inévitablement à des troubles qui touchent la plupart des enfants, avec les conséquences que l’on connait.

Si parfois ce mal logement est du fait de propriétaires indélicats (qui n’hésitent pas à entasser plusieurs familles dans un seul et même logement sans autorisation), il est possible de lutter efficacement contre une partie de cette insalubrité. Plusieurs bonnes pratiques sont à appliquer, comme :

  • Bien aérer l’intérieur de son appartement ou de sa maison, notamment en journée, pour faire évacuer l’air vicié. C’est une question de santé et cela permettra d »évacuer une partie de l’humidité
  • Installer des absorbeur d’humidité pour piéger celle-ci, afin de l’évacuer plus facilement
  • Vérifier la présence de fuite au niveau des canalisations. Un joint trop ancien peut céder sous l’usure et la pression
  • Faire appel à un dératiseur ou poser délicatement des pièges anti-rats. Attention cependant s’il y a présence d’animaux domestiques
  • Mettre des produits anti-punaises pour les exterminer et ainsi vous préserver de ces nuisibles. En positionnant les produits au bon endroit, vous allez pouvoir éradiquer les sources et vous soulager. Attention cependant à bien nettoyer les différents endroits du logement afin d’éviter que celles-ci ne réapparaissent. L’eau de javel peut être un bon moyen pour tout désinfecter

Concernant le dernier, il est primordial de traiter l’ensemble de l’habitation, y compris sur le textile, les sommiers, les plinthes les prises…

Parce qu’un logement sain permettra à chacun des occupants d’être en bonne santé et de se sentir bien dans la tête, ces petits gestes pratiques permettront de limiter les impacts d’un logement insalubre ou mal dimensionné par rapport au nombre de personnes qu’il abrite.

Dernier point et pas des moindres : ne pas oublier à contacter les autorités locales compétentes et de vous rapprocher des services sociaux si vous pensez que votre santé est en danger dans votre logement. Si le locataire a des devoirs, il en va de même pour les propriétaires. Avant d’engager les actions judiciaires, vous pouvez tenter de trouver une conciliation. Si cela n’est pas possible, vous pouvez vous faire accompagner dans vos démarches.

Attention!!! Présence de Chenilles processionnaires au parc Robert Ballanger à Aulnay-Sous-Bois

 ‪Si vous êtes un visiteur régulier du parc Robert Ballanger, vous avez sans doute pu constater que des foyers de chenilles processionnaires se sont répandus ces dernières semaines dans les massifs forestiers et les arbres du parc. Ces chenilles ont des poils urticants, c’est pourquoi il est conseillé de ne pas s’en approcher. Un traitement est prévu ce vendredi matin pour lutter contre ce phénomène.

 

Fête des traditions populaires portugaises à Aulnay-Sous-Bois

 L’association « Culture Portugaise – Rosa Dos Ventos » organise ce dimanche 24 juin 2018 la « Fête des traditions populaires » à la ferme du vieux-pays. Pour la 20ème édition, cette fête populaire vous propose de retrouver des traditions portugaises et l’ambiances des fêtes campagnardes typique du Portugal. Nombreuses animations au programme !

 

Braderie des commerçants 2018 à Aulnay-sous-Bois le 30 juin

Quand : samedi 30 juin 2018 de 10h à 18h

Venez profiter de la diversité et de la qualité des commerces Aulnaysiens.

Route de Bondy et du Boulevard de Strasbourg.

Le bus qui a effroyablement basculé dans un fossé à Aulnay-sous-Bous était poursuivi par des individus

Une jeune femme se trouvait dans le bus 618 lorsque le conducteur a été pris à partie à Sevran par un automobiliste. Pris en chasse par plusieurs voitures, le bus a fini dans le fossé à Aulnay-sous-Bois.

L’accident de bus de la ligne 618 mercredi soir ne doit rien au hasard ni à une banale perte de contrôle. Le chauffeur s’est retrouvé bloqué par trois voitures, suite à un différend de la route.

Le conducteur du bus aurait involontairement coupé la route à l’automobiliste. « Il sortait de son arrêt, indique la société Transdev, lorsqu’il a été pris à partie d’abord verbalement puis physiquement par la poursuite de trois voitures. »

Une passagère a assisté à la scène. « Un automobiliste a interpellé le chauffeur, l’a insulté en lui demandant de descendre du bus, mais le chauffeur a dit qu’il n’avait pas le temps, a fermé sa fenêtre et continué son chemin », raconte cette jeune passagère qui n’est jamais arrivée à destination.

Car l’automobiliste a eu de la suite dans les idées et a poursuivi le bus, sans doute en appelant des amis en renfort. « Le conducteur nous a prévenus qu’il déviait de son itinéraire, et qu’il était obligé de faire un tour en attendant l’arrivée de la sécurité », se souvient la passagère. A bord, à ce moment-là, elle se trouvait avec une femme, un jeune homme et deux autres jeunes filles.

Le bus a fait un détour par les Beaudottes puis vers le Lidl. « Il a dû faire marche arrière et demi-tour pour reprendre le chemin en sens inverse parce qu’une deuxième voiture est arrivée », se souvient la jeune femme, qui s’est retrouvée au Gros Saule.

Elle se souvient qu’une troisième voiture s’est jointe aux poursuivants dont la voiture du départ. « Le bus est monté sur un trottoir puis il s’est retrouvé pris en sandwich, et il a basculé sur le côté », décrit-elle.

Arrivés rue Suzanne Lenglen, à Aulnay-sous-Bois, un projectile a percuté le pare-brise. Ce n’était pas pour autant l’épilogue de la soirée. « Un groupe de garçons est arrivé à la porte et du côté de la fenêtre du chauffeur, en l’insultant et en tapant à la vitre, ils sont entrés, le bus basculait, j’ai eu très peur. » Elle se rappelle qu’un homme disait au chauffeur « descends ! »

Elle se souvient qu’une femme a perdu connaissance. Une autre a demandé aux jeunes de laisser descendre les passagers, ce qu’ils ont fait. « La sécurité est arrivée et ils sont partis en courant ».

Source et article complet : Le Parisien

Les surveillants impliqués dans la vidéo humiliante du petit garçon au collège Debussy à Aulnay-sous-Bois suspendus

Selon nos informations, le principal du collège Debussy à Aulnay-sous-Bois aurait suspendu les 4 surveillants impliqués dans la vidéo humiliante du petit garçon. Ce petit garçon que l’on voit pleurer dans différentes photos et dans une vidéo qui a été depuis supprimée est inscrit au sein du dispositif SEGPA.

%d blogueurs aiment cette page :