Refuser un vote opaque et invérifiable n’est pas une « polémique ridicule », M. Cuzon !

Dans l’introduction de sa tribune du 8 avril 2020, André Cuzon appelle à « revenir aux machines » à voter pour améliorer la fréquence des consultations démocratiques et de dépasser la « polémique ridicule » qui avait abouti à leur suppression en 2007 à Aulnay. Effectivement, le vote électronique possède des avantages séduisants… mais en apparence uniquement ! La communauté informatique et scientifique est en effet très réticente à son utilisation quand elle ne le condamne pas.

C’est au prix d’un engagement intense en 2008 que j’avais obtenu le retrait des ordinateurs de vote dans notre commune. Au niveau national, avec d’autres associations et spécialistes, nous avions obtenu le gel du déploiement des communes pouvant s’équiper. En effet, nous avions été auditionnés par le ministère de l’Intérieur et lui avions fait réaliser que la généralisation du vote électronique ne fera qu’augmenter la défiance de la population envers les élus. Le ministère avait finalement compris qu’un électeur considérera plus facilement un résultat électoral comme illégitime s’il est privé du contrôle de l’élection à cause de l’installation de boites noires invérifiables.

En vote papier une fraude reste détectable, et comme l’évoque M. Cuzon, l’histoire de notre ville l’a prouvé. Or, si elle est opérée proprement, une tricherie massive en vote électronique demeurera à jamais indétectable. Le vote papier n’est certes pas parfait et peut être amélioré. Les urnes transparentes ne sont d’ailleurs obligatoires que depuis 1988. Mais pourquoi proposer de rendre tout cela opaque et invérifiable ?

Cessons donc d’écouter les vendeurs de fausses solutions technologiques miracles qui au passage sont hors de prix. Prenons surtout connaissance des résultats scientifiques qui prouvent qu’un vote électronique anonyme restera à jamais invérifiable et constitue donc un grave recul démocratique. J’ai écrit, pour une conférence en sécurité informatique, une publication qui vous permettra de comprendre cela avec des mots que j’espère simples https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02071766/document

Hervé Suaudeau
Informaticien au CNRS
Président l’association Aulnay Citoyen en 2007
Membre expert de l’Observatoire du Vote auditionné au ministère de l’Intérieur et au Sénat en 2018 (contribution Sénat ici)
Membre de la direction nationale de Ordinateurs-de-Vote.org « Citoyens et informaticiens pour un vote vérifié par l’électeur »

Quand une tempête de vent, fait tomber un linteau du toit de l’église saint sulpice

Très chers lecteurs, 

Je viens d’être alertée par le père Chimel, qu’un morceau de linteau, du toit de l’église Saint Sulpice, s’est décroché.

Ce morceau est tombé au sol, tout près de la croix, toute proche des portes de l’église.

Par chance, parmi les prêtres présents, aucun bléssé n’est à déplorer. Les services techniques ont été alertés bien sur.

Contactée: Notre mairie m’a répondu, que les services du bâtiment sont totalement à l’arrêt, cause Corona.

L’église saint Sulpice étant le plus vieux monument aulnaysien, à la vue des photos, j’ai peur que d’autres chutes se produisent.

C’est pourquoi, j’ai demandé au père Chimel, d’établir un périmètre de sécurité, et je lui ai demandé aussi, d’éloigner la croix, de manière que celle-ci, soit épargnée, par une possible nouvelle chute. Cette première chute est minime, mais d’autres chutes plus grave, peuvent se produire.

D’un avis personnel, j’espère que des travaux de sécurisation du toit de notre église seront menés bientôt. Je vous avoue mon inquiétude, face à ce toit qui est abîmé, face à l’ancienneté et à l’histoire de l’église Saint Sulpice.

Parce que, la ou les morceaux se sont décrochés, qu’y à t’il en dessous??????? Des cloches. Oui Messieurs, dames, 3 cloches si je ne me trompe pas. Pour le moment, intérieurement, il n’y à pas encore de dégâts, ceux-ci, sont principalement extérieur.

Mais si rien n’est fait rapidement, des dégâts pourraient se faire par infiltration ( eau de pluie, grêle….). Bien sur, il y à le corona, mais Saint Sulpice à besoin de travaux de réparations de sa toiture. J’en appelle, au service des bâtiments, j’en appelle à notre maire, j’en appelle aux monuments historiques, pour que les réparations soient faites rapidement.

Pour que notre chère église, puisse, après le confinement, accueillir de nouveau, ses fidèles, en toute sécurité. Bien sur, j’informe le CAHRA, pour que notre chère Pierrette Hirgorom, puisse avec le père Chimel et moi, appuyez le dossier pour que les travaux se fassent, en respectant, ce haut lieu historique, et cultuel qu’es l’église saint Sulpice.

Bien sur, je ne manquerai pas de suivre le dossier.

Quand le confinement sera levé, si il se lève un jour: 

Pour votre sécurité:  éloignez vous de cette croix, et des portes de l’église; on ne sait jamais, des morceaux du toit, pourraient se décrocher, et tomber, et faire des bléssés.

Espèrons que le toit sera sécurisé, avant qu’une nouvelle chute se produise.

Ci-dessous, les photos des dégâts:

 

Pistes d’atterrissages pour notre territoire « Paris terres d’envol » par André Cuzon

Félicitations aux élus d’Aulnay et des autres communes du territoire.

Un mot sur les élections.

Une polémique ridicule avait abouti à la suppression des « machines à voter » acquises pour limiter la fraude électorale dont notre ville avait pâti en 1983 comme d’autres.

Si nous voulons voter plus souvent, « référendums locaux » ou autres il faut revenir aux machines et mieux mettre en place des outils démocratiques de vote électronique. Un outil basé sur les inscriptions sur les listes électorales pourrait facilement être utilisé au niveau du quartier (bureau de vote), du grand quartier (à redéfinir de mon point de vue) et au-delà au niveau du territoire « terres d’envol » à rebaptiser « terres à vivre ».

Il faut aussi que tous les dossiers et les commissions soient le plus transparentes possibles. Les commissions municipales ne sont pas mentionnées sur le site de la mairie d’Aulnay! Elles pourraient être ouvertes au public au moins une fois par an. Nous ignorons s’ il existe une commission santé ; nous en reparlerons.

Le territoire « terres d’envol » inconnu de la plupart des habitants devra l’être.

La réforme de la région, des départements, du grand paris, des territoires peut être facilitée si les informations sont partagées sur internet et que les débats publics soient une norme au-delà de la CNDP actuelle (couteuse et pas toujours adaptée)…

Pour notre territoire « terres d’envol » il est urgent de mettre à l’ordre du jour l’avenir du transport aérien et en particulier celui de l’aéroport d’affaires du Bourget qui n’a plus aucun sens après la pandémie.

Evidemment ce problème dépasse notre territoire mais si celui-ci ne prends pas les devants nous aurons un chômage de masse tôt ou tard : la mutation durable du territoire est urgente (je le dis depuis 20 ans !). Un « fake news » du lobby international de l’aviation (IATA) relayé par tous nos élus locaux du territoire de droite et de gauche fait croire à un pourcentage de 2 ou 3 % de l’impact du transport aérien sur le climat, alors qu’il faut le multiplier par trois. Ils oublient aussi qu’il n’y a pas de taxe sur le kérosène.

Pour notre territoire c’est la fracture territoriale due aux deux aéroports qui empêche l’indispensable liaison entre le 93 et le 95 : Gonesse (avec son hôpital) était le chef-lieu de canton d’Aulnay jusqu’en 1965. Les 550 hectares de l’aéroport du Bourget doivent revivre ; l’aéroport d’affaires ne doit pas rouvrir ! Ce sont des terres à blé  et non pas des terres pour faire du « blé »!

  • Ouvrons deux autres chapitres territoriaux dont les citoyens sont exclus…
  • Commençons par les hôpitaux.

L’APHP (assistance publique des hôpitaux de Paris)  a essaimé à l’époque dans le département de la « Seine » (Bobigny, Bondy) puis à Aulnay-Sevran pour la gérontologie) : ces 3 unités forment le GHU 93.

Les hôpitaux intercommunaux (Saint-Denis-Delafontaine, Montreuil-Grégoire, Aulnay-Ballanger, Montfermeil-le Raincy…) semblent avoir été créés par souci d’indépendance (politique ?) de Paris et de desserte plus éloignée de Paris.

Ce qui est sûr c’est que ces deux structures sont en concurrence. Les patients (à travers les commissions médicales type R.C.P.) vont dans un circuit ou un autre sans tenir compte de la proximité géographique (éventuellement le réseau intercommunal GHT GPNE (Aulnay, Montreuil, Montfermeil) peut être prolongé à Créteil _ pas à Mondor (APHP)_ ni à Paris qui peut être plus proche.

Cette double structure médicale-politique ne peut se faire qu’au détriment des patients et de la proximité.

Le projet Jean Verdier-Avicenne illustre cette aberration : aucun débat public (à Aulnay limitrophe de Verdier par exemple) : le site APHP cite les bondynois pour plaire à la mairie comme si l’hôpital était communal.

La question de la santé est plus large bien sûr : hôpitaux privés, centres de santé, médecine de ville : un débat public et une commission ad hoc locale et/ou territoriale est nécessaire… la santé est un service public : les aspects financiers (investissements, fonctionnement, revenus…) sont multiples tant dans le public que le privé : c’est le contrôle par les personnels, les usagers et les citoyens qui est fondamental pour assurer un service au public, en particulier à proximité des patients.

  • Poursuivons par le transport
  • J’ai déjà raconté les affiches du PSU que j’ai collées dans les années 1970 (« La RATP à Aulnay »).

En effet l’ancien STIF comme aujourd’hui « IDF mobilités »  ont gérer les lignes de la petite couronne (département de la Seine) comme un monopole de la RATP et la banlieue éloignée était laissée aux transporteurs privés type TRA ou CIF (aujourd’hui Transdev). La concurrence était rude. A l’époque c’est la lutte qui a permis au 251 de la RATP venant de la porte de Pantin d’arriver jusque la gare d’Aulnay. Cela reste d’actualité sauf que le département a des conventions avec TRA et Transdev. L’avantage c’est que la grève RATP du début de l’année n’a pas eu touché lignes (613, 615 etc) ; l’inconvénient c’est que les statuts du personnel étaient très différents : à la RATP pas question d’embaucher des étrangers ! Autre inconvénient nous payons nous les banlieusards à tous les niveaux y compris local (ligne 637).

Avec l’arrivée du « grand paris express » cela ne peut que compliquer les restructurations nécessaire : cela doit être remis en cause bien sûr. Nous espérons pouvoir aller à notre ex-hôpital cantonal[i] de Gonesse par  les transports publics un  jour !

Cela est une dimension importante des structures de santé : l’accès par les transports collectifs est importante : la desserte future idéale de l’hôpital de Montfermeil par le métro doit faire étudier ailleurs les dessertes hospitalières avec des ligne de Bus à l’intérieur des hôpitaux ; le droit au transport médicalisé donne lieu à trop d’abus coûteux pour la collectivité.

Parlons Culture et vie associative

Nous avons pu pendant des décennies réunir des associations départementales à Aulnay (Environnement 93, comité des usagers du RER B, collectif contre le CDG-Express). Après 2014 le règlement des salles l’a empêché. Par ailleurs nos salles pour les associations non équipées et rares sont à l’aune de notre  réputation du 9-3 malheureusement.  Aussi nous saluons l’inscription dans le programme de la nouvelle majorité  la « médiathèque » à un rayonnement départemental.

Ce projet doit avec les possibilités techniques de télématique et d’archivage électronique donner à notre banlieue une mémoire vivante. Il doit se faire en liaison avec les archives départementales, le musée de Saint Denis et les institutions parisiennes ou nationales. Il est temps que nos poètes soient honorés. Paul Eluard l’écolier de l’école du Parc, les amis de l’Orphéon Serge Wellens (décédé il y a 10 ans), André Laude décédé il y a 25 ans ou Jean Rousselot l’ami de Max Jacob mort à Drancy. Il y a aussi des peintres et d’autres artistes : nous pensons à Gabriel Robin le peintre cordonnier.

Notre future médiathèque doit faire la part belle aux cultures d’origine du Maghreb, de toute l’Afrique et au-delà bien sûr. Ce projet pourrait aller de pair avec un projet universitaire dont notre 9-3 et particulièrement notre territoire « terres d’envol » a besoin pour le « vivre ensemble ».

Sans attendre une commission santé télématique est urgente pour limiter les conséquences de l’épidémie et du futur déconfinement…Les citoyens doivent être informés et donné leur avis : MERCI

[i] Est-il marié avec Delafontaine-Saint-Denis comme envisagé en 2016 ?

Source : André Cuzon

L’association Sevranaise Ensemble Pour Tous renouvelle son opération « livraison à domicile » pendant le confinement

Nous proposons de livrer les plus démunis (personnes âgées, isolées, familles dans le besoin…). Nous allons prioriser les sevranais et les villes avoisinantes. Les livraisons se feront directement au domicile gratuitement.

Afin d’optimiser les livraisons merci de nous envoyer renseignements suivants par SMS uniquement au 07.52.25.49.41 :

  • adresse exacte de livraison (étage, code, numéro de porte…).
  • numéro à contacter sur place.
  • nombre de personnes dans le foyer.

Pour info les colis se composent (dans la limite du stock) de :

  • Ananas
  • Mangues
  • Salades
  • Clémentines
  • Citrons
  • Yaourts vanille façon Macdo
  • Yaourts Danone

Ensemble Pour Tous remercie spécifiquement l’association Handi’Cap Insertion Internationale et son président Dan Lahsen Tebani qui nous a donné rendez-vous ce matin à Rungis récupérer les ananas et mangues.

Source : Ensemble Pour Tous à Sevran

Au Maroc, les ministres et les députés font don d’un mois de salaire pour lutter contre le Covid-19, et en France ?

L’épidémie de Coronavirus a non seulement fait des ravages au niveau vie humaine, mais a également détruit l’économie et mit plusieurs pays à genoux. En France, on parle de plus de 5 millions de personnes au chômage partiel, et de plus en plus d’entreprises qui ferment leurs portes.

Le Maroc n’est pas épargné et pour montrer leur solidarité au pays en difficulté, les hommes politiques, ministres et députés, ont fait don d’un mois de salaire.

Et en France ? Est-ce que les ministres vont faire don d’un mois de salaire ? Et les députés qui gagnent plus de 8000 € bruts par mois ? Qui des Maires des grandes villes et parfois cumulards qui peuvent gagner jusqu’à 10000 € bruts par mois ? Prendront-ils l’exemple sur ce qu’il se passe au Maroc ou garderont-ils leurs émoluments comme si la situation ne le justifie pas ?

De nombreux internautes se posent ces questions. Car si nous pleurons les morts aujourd’hui, la sortie de crise va à coup sûr être salée, très salée. Un plan de relance sera nécessaire et le pays tout entier devra s’endetter davantage pour éviter le pire. Si le don d’un mois de salaire ou d’indemnité peut sembler une goutte d’eau dans l’océan, c’est peut-être en donnant l’exemple que les Français sauront, eux aussi, faire don pour relancer l’économie…

Ouverture du centre de dépistage du Coronavirus aujourd’hui à Aulnay-sous-Bois

Le centre de dépistage du Covid-19 ouvre ce jour à Aulnay-sous-Bois, gymnase du Moulin Neuf à Aulnay-sous-Bois. Bous ne pourrez y accéder que sur rendez-vous, en appelant le 15 ou votre médecin généraliste. Vous pouvez également obtenir une autorisation d’accès de la part de tout personnel soignant habilité.

Si vous détectez des symptômes susceptibles de correspondre à ceux du Covid-19, nous vous recommandons d’appeler le 15.

La colère de la députée européenne Salima Yenbou, originaire d’Aulnay-sous-Bois, sur le confinement et les banlieues

Sa tribune, co-signée par une quarantaine d’élus et représentants d’associations,  est une réponse aux propos qui auraient été tenus par Laurent Nuñez, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur. Selon le Canard Enchaîné, lors d’une visioconférence avec les préfets de la zone de défense, le secrétaire d’État aurait évoqué la situation du confinement dans les banlieues.

« Mise en danger »

« Ce n’est pas une priorité que de faire respecter dans les quartiers les fermetures de commerces et de faire cesser les rassemblements », aurait indiqué le secrétaire d’Etat. Contactée, la parlementaire indique qu’elle souhaite interpeller Laurent Nuñez, afin qu’il précise sa position.

« Encore et toujours, ce sont les habitants de banlieues qui sont mis de côté, s’agace Salima Yenbou qui évoque une prise de position inégalitaire et discriminante. Pour un motif sanitaire, la raison est inexcusable. Les habitants des quartiers populaires n’ont pas à être stigmatisés voire sacrifiés. Ce confinement ‘allégé’ en banlieue est une mise en danger de nos concitoyens qui y  habitent. »

Source et article complet : Actu.fr

Le Covid-19 fait déjà plus de 10000 morts en France dont 368 en Seine-Saint-Denis

Alors qu’il y a deux jours un espoir semblait naître chez les professionnels de la santé, la courbe des décès liés au Coronavirus repart de plus belle en comptabilisant les morts dans les EHPAD.

Plus de 10000 morts sont recensés en France, dont 368 rien qu’en Seine-Saint-Denis. Le Premier Ministre Edouard Philippe estime que le confinement va durer, probablement bien au-delà de fin avril…

En attendant, vous pouvez applaudir le personnel hospitalier, les médecins et celles et ceux qui travaillent durement et dans des conditions parfois difficiles. Comme sur la vidéo ci-dessous, applaudissez à 20h !

Un confiné à Aulnay-sous-Bois témoigne et espère un remède très bientôt

Ma cité confinée, épisode 3. Tarik Laghdiri, 35 ans, habitant du quartier des Etangs, à Aulnay-sous-Bois, raconte sa troisième semaine de quarantaine, en pleine épidémie de Covid-19.

Trois semaines que le confinement a démarré. Dans mon appartement, au cinquième étage de la cité des Étangs, à Aulnay-sous-Bois, j’ai peur que rien ne change. Après la crise, j’appréhende de replonger la tête dans le guidon de mon train-train quotidien. Que restera-t-il du confinement? Le port du masque pendant quelques semaines, ou le souvenir des morts?

Je n’ai jamais encore évoqué mes parents dans ces lignes. J’habite avec eux. Mon père a 86 ans. Il est atteint de la maladie d’Alzheimer depuis des années. Il est souvent confus, s’ennuie beaucoup. Il invente à chaque conversation des scénarios qui me feraient sourire… s’ils n’étaient pas dus à sa maladie.

«Mon père, atteint d’Alzheimer, me demande chaque jour si un remède a été trouvé»

Certaines choses lui servent de repères dans son calendrier indéfini. Exemple : avant, il allait tous les lundis à un accueil de jour pour personnes âgées. Il me demandait quand aurait lieu le prochain lundi. Il associait cette journée à du travail, puis à des cours. Parfois il pensait même aller chez… des Espagnols ! Sûrement une façon de distinguer ce jour.

Source, photo et article complet : Le Parisien

Le mercato du handball débute avec le Aulnay Handball

La formation du Aulnay Handball n’est plus à prouver. La question reste à savoir si un jour ce club aura la possibilité et les moyens de capitaliser ses actions sur les jeunes.Il y a quelques jours nous apprenions également que D. Sylla serait à Nantes la saison prochaine.

 Ci-dessous l’article en provenance de Toulon St Cyr Var Handball.

« Camille Mandret (22 ans), la pivot d’Aunis Handball (D2), et Ophélie Tonds (21 ans), la gardienne de but de Plan-de-Cuques (D2), sont les deux nouvelles recrues du Toulon Saint-Cyr Var Handball pour la saison 2020-2021. Les deux jeunes joueuses ont signé pour 2 ans avec le TSCV qui a déjà enregistré les arrivées de Marine Dupuis (Besançon), Amandine Balzinc (Mérignac) et Maike Schirmer (Buxtehuder SV – Allemagne).

Camille Mandret a débuté le Handball à Aulnay Handball (N1) puis fait ses classes à 18 ans au sein du Nantes Atlantique Handball. La joueuse d’1m85 passera 3 saisons au centre de formation Nantais sous la houlette de Loreta Ivanauskas. Cette expérience nantaise lui aura permis de prendre de l’expérience et de jouer sur « la grande scène » en D1. Elle a pu « prouver à Jan Basny (son entraîneur) qu’il pouvait [lui] faire confiance, même dans les moments critiques ». Pour cette saison 2019-2020, désireuse d’obtenir davantage de temps de jeu, Camille s’est engagée avec le club d’Aunis-La Rochelle (D2) et a continué ainsi sa progression au poste de pivot.
En 2016, Camille a fait partie de l’équipe de France junior qui a participé au Championnat du Monde Junior en Russie sous la direction d’un certain… Laurent Puigségur, futur coach du TSCV !

La jeune joueuse retrouvera donc son coach des Bleues U18 dans le Var où elle a signé 2 ans avec la ferme intention de s’imposer dans l’élite du Handball Français.« 

Source : Aulnay Handball

%d blogueurs aiment cette page :