Publicités

Archives de Catégorie: Politique

Alain Pachoud nouvel adjoint à Aulnay-sous-Bois

@Noé d’Aulnay

Suite à la démission de Mohamed Ayyadi à l’élection d’Alain Ramadier en tant que député, Alain Pachoud est devenu le nouvel adjoint dans la majorité. Le très sympathique Alain Pachoud, plutôt discret, est le compagnon de Josette Verschueren, militante de droite de longue date, qui avait contribué à l’élection de Jean-Claude Abrioux en 1983 (après de longues années dominées par les communistes).

Dans un registre un peu plus humoristique, le célèbre  « Noé d’Aulnay » sur facebook félicite M. Pachoud :

« Alain PACHOUD nouvel adjoint au maire.
Un peu de sang neuf et de vitalité, rien de mieux pour impulser une nouvelle dynamique!!
La jeunesse à l’honneur à AULNAY.« 

[NDLR : mise à jour grâce à une information d’une lectrice assidue]

Publicités

Quel impact suite à la démission de Mohamed Ayyadi de la majorité municipale ?

Mohamed Ayyadi

Mohamed Ayyadi fait partie de ces étoiles montantes de la politique Aulnaysienne. Très discret en surface, il oeuvre en profondeur et est très connu du monde associatif, notamment dans les quartiers nord de la ville. Ancré à droite depuis longtemps, ami avec l’équipe de Gérard Gaudron, Maire jusqu’en 2008, c’est tout naturellement que Bruno Beschizza, fraîchement parachuté sur Aulnay-sous-Bois, s’est appuyé sur M. Ayyadi pour asseoir sa position de favori aux élections municipales 2014. On ne connait pas bien l’impact qu’a eu Mohamed Ayyadi sur les élections municipales, mais une chose est sûre : cela a aidé Bruno Beschizza à prendre des vois à Gérard Ségura.

Retour d’ascenseur ou acquisition du poste au mérite, M. Ayyadi a été le suppléant de M. Beschizza aux élections départementales 2015, avant de devenir lui-même conseiller départemental suite à la démission du même Bruno Beschizza pour cause de cumul des mandats (il venait d’être élu conseiller régional Ile-de-France).

Très apprécié dans la majorité comme dans l’opposition, M. Ayyadi était le 4ème adjoint de la majorité, en charge notamment des sports. C’est avec stupéfaction que M. Ayyadi a annoncé sur son mur Facebook sa démission :

« Les conditions n’étant plus réunies pour assurer mes fonctions au sein de la majorité, j’ai décidé de rendre mon écharpe d’adjoint au maire accompagnée de mes délégations.

Le projet pour lequel nous avions été élus nous avait permis de créer une prise de conscience sans précédent dans les différents quartiers de la ville et un espoir qu’il m’est impossible de décevoir. Une prise de conscience qui nous oblige à repenser la manière de faire de la politique.

Aulnaysien je suis né,Aulnaysien je suis et Aulnaysien je resterai .

Les anciens schémas utilisés jusqu’à présent sont aujourd’hui dépassés.

Si ma démission peut servir à une prise de conscience qui peut faire bouger les lignes alors Aulnay aura tout à gagner…
Alors « Aulnay sera gagnante ».« 

Une déclaration qui sonne comme un désaveu pour Bruno Beschizza. On peut aimer ou pas M. Ayyadi mais il a au moins le mérite de tenter de faire bouger les choses et ne pas se taire quand quelque chose ne lui plaît pas, juste pour toucher des indemnités. A la rédaction, nous avons eu des témoignages d’adjoints « déçus » mais qui ne souhaite pas trop s’exposer publiquement. Peut-être par peur justement de perdre les indemnités, non négligeables lorsque l’on sait que beaucoup d’Aulnaysiens touchent à peine le SMIC.

Pas sûr que la démission fasse bouger les choses. La « soupe est bonne », comme le dirait notre ami Hervé Suaudeau.

 

Centre de danse du Galion d’Aulnay-sous-Bois : Une mort annoncée par simple lettre

Dans un courrier adressé à la présidente de l’association IADC et lu aux membres du conseil d’administration mardi 04 juillet 2017, le Maire d’Aulnay-sous-Bois annonce que la subvention qui correspond au fonctionnement du centre de danse du Galion ne sera pas versée en 2018.

Sous couvert d’intégrer les cours du centre de danse dans plusieurs structures de la ville, c’est une municipalisation à périmètre réduit des activités qui est opérée.

Le maire met les membres du Conseil d’administration, les salariés et les usagers devant le fait accompli.

B.Beshizza met fin pour 2018 à tout accueil de résidences de création et jeunes chorégraphes, ne donne aucun avenir au festival H2O.

C’est d’un coup mortel que vient de recevoir le centre de Danse du Galion créé en 1997.

Depuis de long mois le centre de danse du Galion souffre d’un manque de moyen humain chronique et de baisse de subvention municipale.

Le personnel n’a eu de cesse d’alerter la municipalité actuelle sur le déficit d’emploi et de financement pour assurer une activité tournée vers la création, l’accueil de troupes en résidence, l’accueil de cours et la production de spectacle.

Avec l’annonce de la destruction de la barre du Galion et l’évacuation des commerces occupants, la question du devenir du centre de danse du Galion est posée depuis un an et demi.

A plusieurs reprises au Conseil d’administration de l’Institut Aulnaysien de Développement Culturel (IADC), le personnel de l’IADC a alerté les élus de la majorité municipale issue des élections municipales de 2014.

Rien n’y a fait, les moyens financiers ont continué de décroitre, les personnels absents n’ont pas été remplacés.

Aujourd’hui, le maire B.Beshizza et les élus de sa majorité (dont certains siègent au conseil d’administration de l’IADC) sont le dos au mur.

La municipalité n’a pas trouvé de solution, durant ces derniers mois, pour accueillir dans un lieu unique et de façon pérenne les activités du centre de danse.                                                                    

De ce fait, certaines activités ne pourraient plus exister ; accueil studio, accueil de compagnies conventionnées par la DRAC, etc..

Ces abandons d’activités auront pour effet la perte de subventions importantes de la DRAC et de la Région Ile de France.

B.Beshizza et son équipe ont fait le choix de ne pas investir dans la culture, la poursuite des activités et de l’existence du centre de danse du Galion.

Les investissements 2015-2016 et 2017 sont essentiellement tournés vers le tout sécuritaire.

Les millions d’€ que la ville va engloutir dans le mégalo-centre aquatique (plus de 30 millions d’€ au total) et la course aux équipements de sécurité (centre de supervision, armes, caméras, chien, plus de 2 millions d’€) ne serviront pas au rayonnement culturel de la ville.

Que vont devenir les salariés du centre de danse ?

Comment les activités et les cours seront-ils répartis dans les autres structures de la ville ?

Comment s’organisera la saison 2017-2018 pour les usagers et adhérents ?

Que va devenir le festival H²O ?

Comment le ministère de la culture peut-il accepter la disparition d’un lieu de création et d’émergence d’artiste reconnu ?

B.Beshizza et les élus de la majorité ont ignoré toutes les alertes, celles du personnels, celles des usagers et celles des élus d’opposition. Pire ils n’ont rien fait pour que le centre de danse du Galion puisse maintenir ses activités

Ce choix est un choix politique réfléchi, qui ne découle pas de questions techniques, administratives ou financières.

B.Beshizza et sa majorité  portent l’entière responsabilité de la casse des activités culturelles à Aulnay-sous-Bois.

Apres l’attaque portée contre le CAP et la musique du monde, la réduction importante des moyens aux associations, au théâtre et cinéma Jacques Prévert, c’est la fin de la culture HIP HOP à Aulnay-Sous-Bois.

Usagers, professionnels, habitants, élus ne doivent pas laisser sombrer  et disparaitre les activités culturelles et la création à Aulnay-Sous-Bois.

Source : communiqué PCF Aulnay

Billel Ouadah en prend pour son grade dans le dernier mensuel municipal Oxygène à Aulnay-sous-Bois

Billel Ouadah (LREM) avait 6 points d’avance sur Alain Ramadier (LR) le soir du 1er tour dans la 10ème circonscription de la Seine-Saint-Denis (Aulnay-sous-Bois, Les Pavillons-sous-Bois, Bondy Sud-Est). Pourtant, le candidat LR l’a emporté facilement au second tour, déjouant ainsi tous les pronostics.

Bien entendu, le dernier mensuel municipal Oxygène, véritable outil de communication pour la majorité, est revenu sur cette splendide victoire de l’adjoint et ancien conseiller régional Ile-de-France. Dans l’édito du Maire, M. Ramadier est particulièrement flatté :

« Je voudrais terminer en félicitant Alain Ramadier, notre nouveau député, élu le 18 juin dernier avec 56,5% des voix des Aulnaysiens. Son élection a déjoué tous les pronostics. Je me réjouis pour notre ville qu’elle soit représentée par un homme d’expérience et de conviction qui représentera avec fidélité et loyauté notre territoire et ses habitants à l’Assemblée nationale.« 

Billel Ouadah serait par sous-entendu, ni un homme d’expérience ni un homme de conviction ?

Page 9, le mensuel compare ensuite les résultats au premier tour dans toute la circonscription au résultat du second tour dans la ville d’Aulnay seule, où M. Ramadier fait son meilleur score (cf. image ci-contre.). On peut être à première vu confus, sachant qu’une majorité de lecteurs du canard municipal le consulte en diagonal. On pourrait au premier abord parler d’un véritable bouleversement des rapports de force, même si M. Ramadier à renversé la vapeur également sur les deux autres villes de la circonscription.

Des tribunes un peu assassines

Chaque groupe a pu revenir sur les élections législatives et les conséquences dans leur tribune mensuelle.

Alain Ramadier, fièrement élu, n’y va pas par quatre chemins :

« Dans un contexte national de vague En Marche, vous avez eu le courage de faire mentir tous les pronostics. Vous avez refusé les choix imposés et vous avez privilégié la sincérité, la proximité et l’efficacité. »

Là également, on peut se demander du terme « choix imposé » (Billel Ouadah a été investi alors que Jean-Marc Enouf et Marc Masnikosa, étaient pressentis). Et M. Ouadah ne serait-il ni sincère, ni proche de la population, ni efficace ?

Du coté de la tribune UDI, c’est Sébastien Morin, à qui on ne reconnait que difficilement la plume, qui jette une peau de banane à son ancien collègue (Billel Ouadah était membre de l’UDI) :

« Il y a parfois des moments de vérité en politique et l’opportunisme ne paye pas toujours... Nous en avons eu un bel exemple à Aulnay.

Collectivement nous avons porté à l’assemblée nationale un homme [NDLR : Alain Ramadier] intègre, de conviction, de valeur et de coeur. »

Outre le terme « opportuniste », on peut se demander si le fait d’appuyer sur l’intégrité, la conviction, la valeur et le coeur d’Alain Ramadier n’est pas, par effet contraire, une pique lancée en direction du candidat Billel Ouadah.

En tout cas, on ne peut pas dire que ce numéro d’Oxygène ait fait la part belle au candidat LREM, que l’on reverra certainement, avec peut-être plus de réussite cette fois-ci, aux prochaines échéances électorales.

Le PCF d’Aulnay-sous-Bois écrit au Maire pour une adhésion à l’association « Non au CDG Express »

Le PCF d’Aulnay-sous-Bois a envoyé un courrier  au Maire d’Aulnay-sous-Bois pour proposer que la ville adhère à l’association NON au CDG Express. le CDG-Express fait débat depuis des années. C’est une liaison ferroviaire qui doit relier en quelques minutes l’aéroport Charles de Gaulle à l’Est de Paris.

Il faut seulement l’entendre : Interview d’une députée nouvellement élue de la France insoumise

Une députée qui revendique avec conviction, lors de cet interview avec les « Grandes Gueules » que par le passé,  elle a signé la pétition « NIQUE LA FRANCE » pour défendre la liberté d’expression des artistes d’un groupe de musique, une liberté fondamentale selon  elle…

…et sollicitée par ces fameuses GG un peu surpris par cette position, certes du passé, afin de savoir si elle pouvait aussi avoir de la reconnaissance envers La France en tant qu’ élue de la République, représentante aujourd’hui  de la France et dire « Vive la France »… de grandes difficultés …, ne comprenant pas bien les raisons de cette demande, peut être d’ailleurs…?

Juste en prendre connaissance sur le site :

RMC BFM TV Interview du 21 juin 2017, juste à en prendre connaissance mais c’est long ..en fin d’interview

Article de Christian PICQ

2 élus de la majorité municipale d’Aulnay-sous-Bois ne respectent pas la consigne de Bruno Beschizza

Selon un très célèbre opposant local, Oussouf Siby, il y a eu du rififi au sein de la majorité municipale hier :

« Ce soir avait  lieu le vote des délégués et leurs suppléants pour les élections sénatoriales lors d’un Conseil municipal extraordinaire. Deux élus de la majorité n’ont pas voté la liste de Bruno Beschizza. Le maire a donc exigé à tous ses élus de rester dans la salle… Pour quelles raisons? A ma connaissance en France le vote est secret…« 

Pour rappel il y a 43 élus de la majorité. Il y avait déjà eu des couacs dans d’autres majorités précédentes. Ici, il s’agirait d’une première. Mais avec 41 élus en fidèles, l’édile d’Aulnay peut encore dormir tranquillement…

Le maire d’Aulnay-sous-Bois tente d’empêcher une manifestation familiale festive cet après-midi ?

Le maire d’Aulnay-sous-Bois, tente d’empêcher une manifestation familiale festive (« apéro-pique-nique nautique ») qui ne faisait que demander l’ouverture des bassins extérieurs de la piscine municipale.

Dans une lettre portée hier à 23h25 par des policiers municipaux en armes au président de notre association, Bruno Beschizza nous indique que les jardins de l’Hôtel de Ville ne sont pas ouverts à ce type d’activités familiales et pacifiques. Il nous propose de nous réunir sur un endroit bien plus adapté pour un pique-nique… le bitume du parking du centre administratif !

Les jardins de l’Hôtel de Ville, notre maison commune, ne seraient donc pas accessibles… Le dossier piscine doit sans doute continuer à rester symboliquement à distance des élus comme c’est le cas depuis 3 ans.

Pas de bol pour le maire embarrassé par quelques objets de natation gonflables, la manifestation soutenue par 10 organisations, est autorisée par la préfecture de 18h45 à 21h. Notre association, comme les autres, ne compte donc pas rester au bord du bassin…

Libérons notre maire de ses peurs nautiques en venant nombreux pour dire oui à l’ouverture des bassins extérieurs !

Source : communiqué VME

3 ans de fermeture de la piscine : inadmissible pour le PCF Aulnay-sous-Bois

Cela fait 3 ans que la piscine de Coursaille à Aulnay est fermée.

Cela fait 3 ans que l’enseignement de la natation est supprimé dans la plupart des écoles élémentaires d’Aulnay. C’est le 3ème été que les aulnaysiens qui ne peuvent partir en vacances, et tout particulièrement les jeunes et les enfants, seront privés d’une installation nautique de proximité.

Cela fait trois ans que les élus municipaux communistes demandent à minima l’ouverture des bassins extérieurs pendant la période estivale.

C’est une question de bon sens, c’est une question de justice sociale ! Au lieu de cela d’autres préoccupations animent la majorité municipale de droite : construire un stade nautique de grand standing qui sera donné à la gestion d’investisseurs privés plus soucieux de rentabiliser leurs investissements que de promouvoir l’apprentissage de la natation ou de favoriser l’accès de ceux et celles qui n’ont que les installations de proximité pour y trouver quelques loisirs durant leurs congés d’été.

Oui la municipalité doit entendre cette demande juste. Elle doit sans délai, prendre les dispositions techniques qui permettront à
des milliers d’aulnaysiens, jeunes, enfants, seuls ou en familles de pouvoir se baigner durant l’été !

Les élus communistes ont voté, il y a peu, contre le projet de DSP (délégation de service public) nourri par la majorité municipale pour le développement d’un nouveau projet de piscine à Aulnay. De cette question aussi, il faudra bien que les citoyens, les associations de quartiers s’emparent si nous voulons gagner des solutions pérennes répondant aux besoins et aux conditions d’accessibilité de tous à un équipement nautique.

Dès aujourd’hui : ouverture des bassins extérieurs de la piscine de Coursaille !
Dès demain : portons ensemble un nouveau projet pour qu’une piscine gérée par le service public soit à nouveau à disposition de la population rapidement !

Source : communiqué PCF Aulnay-sous-Bois

Des politiques et associatifs envahissent les terrains de la Mairie d’Aulnay-sous-Bois le 28 juin pour réclamer une piscine

Il a fait chaud, et les nerfs sont à vif. L’association VME l’a bien compris, et souhaite capitaliser sur l’exaspération d’une partie de la population Aulnaysienne pour mobiliser le maximum de personnes et manifester au travers d’un pic-nique festif et nautique devant la Mairie. Objectif avéré : ré-ouvrir les bassins extérieurs du centre nautique de Coursaille, quartier Tour Eiffel.

On ne sait pas quelle sera la mobilisation. L’association Aulnay Environnement et le mouvement politique Aulnay Insoumise, dont fait partie quelques membres de VME, se joindront à la manifestation.

Le rendez-vous festif est prévu à 18h45 devant la Mairie, ce mercredi 28 juin. Ce devrait être bon enfant, les autorités municipales ayant tout intérêt à ce que ça se passe sans encombre.

Mais l’opposition ne devrait pas venir de la police municipale ni de la garde rapprochée du Maire Bruno Beschizza : comble de l’ironie, il devrait pleuvoir ce mercredi, alors que de nombreuses personnalités réclamaient l’ouverture des bassins extérieurs lors de la période caniculaire. Comme quoi, comme aux élections législatives, Bruno Beschizza arrive toujours à trouver des alliés de circonstance…

%d blogueurs aiment cette page :