Archives de Catégorie: Politique

Lettre concernant le réforme des retraites de la CGT pour les candidats aux municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois

Objet : Projet de réforme des retraites

Aux candidats à l’élection municipale d’Aulnay-sous-Bois

Comme vous le savez, la CGT, avec l’intersyndical (F0, FSU, SUD, CFE-CGC, UNEF) tant au niveau national qu’au niveau local appelle à cesser le travail par la grève depuis le 5 décembre 2019.

Des camarades aujourd’hui sont à plus de 5 semaines de grèves.

Nous appelons également à la poursuite du mouvement, ainsi qu’à sa généralisation, jusqu’au retrait du projet rétrograde du gouvernement.

La retraite étant un sujet qui nous concerne tous: la réforme à points, impactant également négativement les futurs et actuels bénéficiaires.

Nous souhaitons donc vous interpeller sur ce thème qui nous concerne tous.

Nous voulons en effet connaitre votre positionnement et vos avis sur ce sujet.

En votre qualité de candidat(e) qui recherche un mandat municipal, vous comprendrez aisément que nous puissions vous interpeller sur un ce sujet hautement important pour l’avenir de nos concitoyens.

Sans réponse de votre part, nous ne pourrons que conclure que votre silence vaut consentement au projet actuel du gouvernement, et dans ce cas nous appelons chaque citoyen à se positionner en conséquence.

Dans l’attente d’une réponse sincère de votre part, nous vous prions de croire en notre dévouement envers le service public.

« La retraite ne doit plus être l’antichambre de la mort, mais une nouvelle étape de la vie »

Ambroise CROIZAT, 1946

Pour la CE de l’Union Locale CGT d’Aulnay-Sous-Bois
Laurent BARBIER Secrétaire général
CONTACT:19-21 Rue Jacques Duclos – 93600 AULNAY S/BOIS
Tél. 01 72 51 85 26 – Fax. 01 48 69 17 17
E-mail : ulcgtaulnay@gmail.com

A Aulnay-sous-Bois, la CFTC interroge les candidats aux élections municipales

La CFTC d’Aulnay-sous-Bois interroge les différents candidats aux élections municipales à Aulnay-sous-Bois. Plusieurs thèmes sont abordés :

  • Le temps de travail
  • Le pouvoir d’achat
  • La santé
  • La loi de transformation de la fonction publique
  • La formation, carrière et politique RH
  • La traditionnelle chasse aux sorcières
  • Le management
  • L’AEPC, les oeuvres sociales

Pour télécharger le formulaire complet, cliquer ici ou sur l’image ci-contre.

Aulnay plus fière, plus forte, le livre de campagne de Benjamin Giami téléchargeable

Avant-propos

Le passé doit conseiller l’avenir (Sénèque).

Aulnay-sous-Bois, ma ville ! Un lieu où j’ai grandi, où je vis, où j’ai vécu chaque épisode de mon enfance, de mon adolescence ; un lieu de jeux, d’études, d’espoir, de joies et de peines, un lieu qui me renvoie à mille souvenirs si vivaces.

Comment imaginer vouloir jouer un rôle dans ma ville sans revenir sur son passé et sur son histoire récente ?

Cela permettra d’envisager son avenir avec humanité, ce que je m’efforcerai de faire au fil des pages qui vont suivre.

Je souhaite avant tout rendre hommage aux maires d’Aulnay-sous-Bois, à remercier ceux qui, par les décisions qu’ils ont prises durant leurs
mandats, ont engagé de grandes réalisations, marqué l’histoire de notre commune et fait d’Aulnay la ville que nous aimons : une ville fière, une ville forte.

Je pense à Robert Ballanger, maire de 1971 à 1977. Son mandat, avec l’installation de l’usine Citroën à Aulnay, de L’Oréal dans le quartier de
Chanteloup, mais aussi avec la création de l’espace Jacques-Prévert, a engagé notre ville dans la modernité.

Je pense à Jean-Claude Abrioux, maire de 1983 à 2003, que j’ai eu la chance de bien connaître. Classé officiellement à droite de l’échiquier politique, mais refusant d’être cantonné à une classification simpliste, il a donné une place majeure au volet social. Créateur des centres
sociaux d’Aulnay-sous-Bois (ACSA) en 1989 et convaincu de l’importance d’aider les personnes handicapées, il a créé en 2001 l’institut médico-éducatif Toulouse-Lautrec, rue Michel-Ange. La construction du Cap, premier espace culturel des quartiers Nord de la ville, c’est également lui.

Je pense à Gérard Gaudron, maire de 2003 à 2008, qui a lancé en 2005 avec Jean-Louis Borloo le Plan de Rénovation Urbaine (PRU) de l’immense quartier de la Rose-des-Vents, une réussite reconnue par tous, même par ses adversaires politiques, et qui a donné une nouvelle vie à ces quartiers et à leurs habitants.

Je pense enfin à Gérard Segura, maire de 2008 à 2014, qui a pris des décisions courageuses pour notre ville. Parachevant le PRU entamé sous
Gérard Gaudron, il a aussi mené à son terme le désamiantage de l’usine du CMMP,  » L’Enfer Blanc  » , route de Mitry. Il a obtenu l’implantation de la future gare du Grand Paris Express (ligne 16) et ouvert la voie à l’aménagement des immenses terrains de PSA, notamment avec l’installation de l’entreprise ID Logistics dont l’ouverture a été saluée le 16 septembre dernier par la visite du
Premier ministre Édouard Philippe.

Mon intention est de m’inscrire dans cette dynamique, de rassembler, d’être à l’écoute des citoyens et de la démocratie pour faire d’Aulnay
une ville plus fière, plus forte.

Source : livre de campagne de Benjamin Giami pour les élections municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois téléchargeable en PDF

Retour sur la vidéo du discours de Benjamin Giami pour les municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois

Notre rédactrice en chef Aurore Buselin a couvert le discours de campagne de Benjamin Giami, candidat tête de liste aux municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois. En tant que blog libre et indépendant, le blog Aulnaycap était tout naturellement invité à couvrir cet événement, et le fera pour tous les autres candidats qui le souhaitent.

Nous vous proposons une synthèse des moments forts de ce discours :

  • Pour Benjamin Giami, 2020 est l’année du changement pour une ville plus fière et plus forte. Il rappelle qu’il a grandi à Aulnay-sous-Bois, que ses parents sont arrivés en 1977, et que tout son parcours scolaire s’est effectué à Aulnay (école maternelle République, lycée Jean Zay, Ecole du Parc…)
  • Il rappelle son engagement en tan que président dans une association de défense de l’environnement de son quartier (QCBE, Croix-Blanche)
  • Il fait un bref retour sur la raison de sa démission en tant qu’adjoint de la majorité municipale actuelle, en faisant remarquer que cette équipe n’a pas tenu ses promesses
  • Il a plusieurs gros objectifs dans son programme :
    • Amélioration de l’attractivité du territoire (terrain PSA avec volonté de mettre l’accent sur la formation, l’innovation…)
    • Cadre de vie : ville plus propre, sécurisée, où l’on respire mieux avec un programme immobilier maîtrisé
    • Enfance et éducation, transmission du savoir
  • Il indique vouloir rassembler au-delà des lignes partisanes en prônant l’éthique, l’honnêteté, la transparence, l’écoute, la concertation

Si vous n’avez pas encore écouté le discours de M. Giami, vous pouvez le faire en cliquant sur l’image ci-dessous :

Discours électoral de Benjamin Giami

A l’invitation de Benjamin Giami,

Aulnay cap, à couvert le discours électoral de Benjamin Giami.

Il nous parle de ses souhaits, de ses projets.

Il à écrit un livre, que je vous invite à vous procurer à son siège de campagne au :

4 rue des écoles, Aulnay.

Ce livre, il sera boité dans vos boites aux lettres, il sera fourni sur les marchés de notre ville.

Monsieur Giami, est le premier candidat aux élections, dont le discours est couvert par votre blog.

Chaque candidat, s’il le souhaite, peut nous faire la demande de couvrir son discours.

Notre but, n’est pas de vous influencer, mais de vous aider à vous faire, vous mêmes, votre propre opinion, sur ces prochaines élections.

Aulnay cap, dans un souci d’équité, restera neutre, et ne prendra pas parti, pour aucun des candidats.

Je remercie Benjamin Giami, pour son invitation et pour son accueil chaleureux.

**Contact Benjamin Giami : 4 rue des écoles, Aulnay

Mail: BenjaminGiami2020@gmail.com

Tel: 07. 77. 76. 10. 06

 

Tout de suite, la vidéo:

 

 

Aulnay-sous-Bois, Hadama Traoré veut oublier la polémique et «rendre la ville au peuple»

Le cofondateur du collectif La Révolution est en marche, poursuivi pour apologie du terrorisme après ses propos sur la tuerie de la préfecture de police de Paris, vise la mairie d’Aulnay. Sans être tête de liste.

Pour une fois, il met son solide mètre 90 et sa gouaille sonore en retrait. Pour parler des élections municipales auxquelles il est candidat, Hadama Traoré, 34 ans, militant associatif à Aulnay-sous-Bois, laisse la parole aux colistiers qui l’épaulent dans sa conquête de la mairie.

LIRE AUSSI > Le Labo des municipales 2020 : vos idées pour votre ville

Surprise : il ne sera que cinquième sur la « Liste citoyenne et intergénérationnelle » dont il est pourtant la figure la plus connue. Il l’assure : « Cela résume la philosophie de notre projet : l’homme providentiel n’existe pas, il n’y a que des citoyens au service de leur ville, avec leur vécu, leurs idées ! On veut rendre la ville au peuple. »

Un ancien maire-adjoint (PS) comme tête de liste

C’est Raoul Mercier, 80 ans, qui, « parce que l’administration oblige à déterminer une tête de liste », sera au sommet des cinquante noms. Il fut maire-adjoint PS entre 2008 et 2014, et fondateur du CADA (Cercle amical démocratique aulnaysien), une association dont le maire Bruno Beschizza (LR) ne boude pas les réunions.

Parmi les colistiers, Mariatou Sacko, une aide-soignante, Abdel Naït-Addi, un étudiant impliqué dans les actions culturelles de la commune, Cynthia Pastor, associative malentendante, ou Omar N’Diaye, gardien d’immeuble, fondateur avec Hadama Traoré de la Révolution est en marche, le collectif avec lequel ils mènent leurs actions.

Dans les projets, des cours de langue des signes dans les écoles

« Seul Raoul (Mercier) a déjà été élu. Nous ne sommes pas des pros de la politique et pourtant, depuis la création de notre mouvement en 2017, on a fait plus pour les habitants que beaucoup de politiques! » résume Omar N’Diaye. Parmi les actions, « quinze expulsions de logement évitées, et plus de cinquante relogements », égrène-t-il, déplorant que 9000 habitants soient en attente d’un HLM.

Autre fierté : le travail réalisé pour les sourds et malentendants. « Pendant deux ans, nous avons donné des cours de langue des signes gratuitement, rappelle Cynthia Pastor. Malheureusement, la mairie a supprimé notre salle! » Dans les cartons de l’équipe figure ainsi le projet d’instaurer, dans toutes les écoles, des cours de LSF (langue des signes française).

L’ombre de la polémique sur la tuerie de la préfecture de Paris

Au rayon culture, Abdel Naït-Addi juge la ville comme « un désert », regrettant que trop d’initiatives ne trouvent pas d’écho. « Quand j’ai travaillé sur une découverte sonore du quartier des 3000, aucun jeune fréquentant les structures municipales ne s’était inscrit, regrette-t-il. Il faut créer une dynamique ! »

Mais, en toile de fond de cette candidature, difficile pour Hadama Traoré d’éluder la polémique sur la tuerie de la préfecture de police de Paris.

En octobre dernier, après l’assassinat de quatre agents par Mickaël Harpon, après voir pris contact avec des proches du tueur, il avait balayé les explications officielles arguant d’un acte terroriste islamiste. Et suggéré l’hypothèse d’un « pétage de plombs » de Harpon à cause des discriminations liées à son handicap.

Source, image et article complet : Le Parisien

Réaction d’un habitant d’Aulnay-sous-Bois concernant la tribune UDI Oxygène n°263

Difficile de ne pas réagir à l’article du Président de l’UDI, aujourd’hui 4 ème adjoint d’Aulnay-sous-Bois

Ce monsieur évoque la polémique justifiée de l’appellation du « cours Napoléon Bonaparte » qui comme chacun d’entre nous le sait aujourd’hui, par le choix unilatéral de Monsieur le Maire, paraît-il admirateur de l’empereur, mais bien entendu approuvé par ses  partenaires politiques si bien disciplinés .Des Aulnaysiens ont-ils été consultés ?

 M.CHAUSSAT puisqu’il faut bien le nommer, écrit dans sa tribune représentative :

« …d’aucuns ont fait le choix de polémiquer sur le nom de parc Napoléon Bonaparte récemment inauguré et ce, au nom de la morale …la morale n’a rien à faire avec l’histoire. » et bien sûr que si, et M. Chaussat de poursuivre : «  Si on écoutait ces provocateurs, nous devrions alors rayer du nom de nos rues Danton et Robespierre , leurs têtes de rues devraient être supprimés  en représailles de leurs actes commis lors de la révolution…. »

De tels propos ne peuvent qu’appeler ces quelques remarques :

Monsieur, vous appelez un protestataire, un « provocateur » signifiant, ainsi que bon nombre d’Aulnaysiens l’ont constaté, qu’Aulnay s’est transformé en une autocratie pour ne pas dire davantage, il ne faut pas d’opposition à Aulnay.

Monsieur, vous ne vous êtes pas privé avec votre équipe de faire disparaître le nom de Camélinat, un dirigeant syndical, militant socialiste ayant contribué à la renaissance du socialisme et participé à la formation de la SFIO, sans sang sur les mains … Cela devenait très gênant dans votre ville. Donc bientôt la disparition de la crèche L. Solbès, du Bl., du parc (déjà mis à mal), de l’hôpital R. Ballanger ? Et une fois de plus, avez-vous demandé l’avis à la population aulnaysienne avant de faire disparaître ce nom d’Aulnay sous bois ?

Monsieur, pourquoi donc, à l’époque si récente, vous n’avez pas justement débaptisé cette fameuse  rue Robespierre  ou  Danton pour l’appeler rue  J.C.Abrioux  plutôt que de débaptiser de façon autoritaire la place Camélinat ?

Enfin Monsieur, si par le passé des erreurs ont été commises en appelant ces rues Robespierre ou Danton, celles-ci ne devraient  justement pas vous servir d’exemple et d’expérience pour ne pas renouveler ces erreurs, vos souvenirs éventuels vous disent bien aussi que Napoléon Bonaparte de façon très succincte était un dictateur et qu’en 1802 il rétablissait l’esclavage pourtant aboli en 1793/94 par ….devinez… la révolution . Sûr aussi que Monsieur Napoléon Bonaparte n’a aucun sang sur les mains ?

M . CHAUSSAT, auriez-vous personnellement proposé  le nom Napoléon Bonaparte ?  Mais nous n’aurons jamais de réponse…

Source : lecteur Aulnaycap

Le député Alain Ramadier très présent à l’assemblée nationale mais peu productif et très silencieux

En terme de présence constatée, qu’il faut d’ailleurs différencier des statistiques de participation effective aux travaux, c’est le député Les Républicains de la 10e circonscription (Aulnay-sous-Bois, Bondy, Pavillons-sous-Bois) Alain Ramadier qui s’est présenté le plus souvent au Palais Bourbon avec 233 présences relevées.

Il n’est cependant pas très actif lorsqu’il s’agit de poser une question au gouvernement puisqu’avec 7 questions (orales ou écrites) il est le moins productif des 12 élus du département.  C’est Stéphane Peu, élu communiste de Saint-Denis et Pierrefitte (2e circonscription) qui au contraire a été le plus actif pour interroger le gouvernement d’Edouard Philippe avec 58 questions posées. Il est suivi de près par Bastien Lachaud, député La France Insoumise d’Aubervilliers – Pantin (6e circonscription) qui en comptabilise 57.

Source : Actu.fr

Hadama Traoré affirme que l’ancien Maire d’Aulnay-sous-Bois Gérard Ségura soutient Benjamin Giami

Emmanuel Macron S’ORGANISE À L’ÉCHELLE MUNICIPALE

L’ancien maire Ps Gérard Segura qui a dirigé la ville d’Aulnay-sous-bois de 2008 à 2014 en amenant le diable (clientélisme) à Aulnay-sous-bois, à quitté le PS pour soutenir la liste d’un vassal de Macron. Dans toutes les villes les capitalistes s’organisent et nous ?

L’organisation et la stratégique seront des clés d’une révolution durable. La révolution est en marche et personne ne pourra l’arrêter.

Source : Hadama Traoré, leader de La Révolution Est En Marche

L’ancien adjoint au Maire socialiste Raoul Mercier rejoint la liste de Hadama Traoré aux prochaines municipales à Aulnay-sous-Bois

Raoul Mercier est une figure emblématique du tissu associatif à Aulnay-sous-Bois. Celui qui a milité pendant 50 ans de sa vie pour la Gauche et ses valeurs a décidé, de manière surprenante, de rejoindre le leader de La Révolution Est En Marche (LREEM), Hadama Traoré.

Raoul Mercier estime que M. Traoré porte les valeurs du combat pour la justice sociale. Président de l’association CADA, M. Mercier annonce que deux autres membres éminents de cette même association ont également rallié Hadama Traoré.

%d blogueurs aiment cette page :