Archives de Catégorie: Politique

L’ex Maire de Noisy-le-Sec Laurent Rivoire risque 130 000 € d’amende pour prise illégale d’intérêts

Il avait été accueilli comme le messie en 2010 à Noisy-le-Sec pour mettre fin au règne peu glorieux d’Alda Perreira Lemaitre (PS) suite à une élection municipale anticipée en battant le Parti Communiste. Au sommet de sa gloire après une réélection facile en 2014, Laurent Rivoire (UDI) connait désormais une descente aux enfers.

Il comparaissait au tribunal pour favoritisme, prise illégale d’intérêts et trafic d’influence. Selon Le Parisien, La procureure a requis trois ans de prison avec sursis, 130 000 euros d’amende et une inéligibilité de trois ans à son encontre.

De quoi est-il accusé exactement ? Selon le parquet, il n’aurait pas respecté les règles d’octroi de marchés publics à la tête de l’office HLM. Pour beaucoup de Noiséens, cela doit être la stupéfaction.

L’ex maire de Noisy-le-Sec Laurent Rivoire jugé pour délit de favoritisme, une déception ?

Laurent Rivoire est jugé du mardi 14 au vendredi 17 septembre 2021 dans une affaire de favoritisme présumée. Lorsqu’il était Maire de Noisy-le-Sec et président de la société anonyme d’économie mixte (SAEM) Noisy-le-Sec Habitat, M. Rivoire aurait, selon les accusations de la nouvelle municipalité (communiste) de Noisy-le-Sec mais aussi de l’association Anticor, favorisé des proches.

Laurent Rivoire (UDI) avait réussi à ravir la mairie de Noisy-le-Sec à la Gauche en 2010 en remportant, contre toute attente, une élection municipale anticipée à la suite de l’éclatement de la coalition PS-PCF-EELV d’Alda Perreira-Lemaître. Après avoir été réélu facilement en 2014, il fut battu assez largement face au candidat communiste Olivier Sarrabeyrouse.

Soupçons de clientélisme, un DIRCAB tout puissant

Parmi les reproches des adversaires de M. Rivoire, il y a les soupçons de clientélisme avec la cité du Londeau en toile de fond. Dans cette cité populaire, un club sportif aurait été sollicité pour fournir des voix lors de la campagne de 2014. Des personnalités locales auraient également participé à une vaste campagne de «favoritisme», «prise illégale d’intérêt» et «trafic d’influence». 

Un homme est aussi dans le collimateur de la justice : Sébastien Moulinat qui était directeur général de la SAEM, et qui fut DIRCAB de Nicole Rivoire (la mère) de 2003 à 2008 et collaborateur du député Jean-Christophe Lagarde (UDI). Il serait, selon l’association Anticor, un homme clé dans un système clientéliste bien huilé.

Une grosse déception pour celles et ceux qui s’attendaient à du changement ?

Si Laurent Rivoire a l’air sympathique, c’est aussi un homme de poigne qui a refusé de nombreux projets imposés par le département ou l’Etat, comme la construction d’un collège dans un quartier qu’il ne souhaitait pas ou le prolongement du Tramway T1 en plein centre-ville. Il fut également hostile à l’installation de migrants dans sa ville car il craignait que des terroristes s’infiltrent dans le lot.

Mais Laurent Rivoire, c’était aussi pour beaucoup l’homme providentiel qui avait mis fin au règne de la Gauche (2008-2010), Gauche qui faisait des procès baillons à profusion pour faire taire les détracteurs, entraînant une atmosphère délétère sur la ville. Une déception pour de nombreux sympathisants, à moins que M. Rivoire ne ressorte blanchi de ce procès.

Agnès Buzyn mise en examen par la cour de Justice de la République

Tandis qu’environ 16 000 plaintes avaient été déposées depuis les débuts de la pandémie auprès de la Cour de Justice de la république( CJR ) à l’encontre d’Agnès Buzin , l’ex ministre de la santé, seules 16  d’entre elles ont été jugées recevables après 9 heures d’audition devant les magistrats de cette cour.

Bien qu’elle n’ait  officié en tant que ministre de la santé que dans les premiers mois de la pandémie survenue en France, Agnès Buzyn  a été mise en examen  le 10 septembre 2021, sur le chef d’accusation de mise en danger de la vie d’autrui.

Agnès Buzyn a le triste privilège de faire partie des premiers membres ou ex-membres du gouvernement à faire l’objet de ces accusations devant la Cour de justice de la République, aux côtés de l’ancien Premier Edouard Philippe, du directeur général de la Santé Jérôme Salomon, mais aussi du ministre de la Santé Olivier Véran. 

De son côté, le parquet de Paris  a enregistré plus de 18 000 plaintes….

Brève rédigée  le  10  Septembre  2021  par  Catherine  Medioni

Pour Eric Zemmour, la Seine-Saint-Denis est une enclave étrangère victime d’une colonisation religieuse

Si l’on sait qu’Eric Zemmour ne porte pas le département de la Seine-Saint-Denis dans son coeur, on ne savait pas à quel point il dénigrait cette collectivité. Dans son ouvrage « La France n’a pas dit son dernier mot », Eric Zemmour estime que la Seine-Saint-Denis serait le symbole de la théorie du Grand Remplacement qui n’existerait pas, et que certains endroits sont devenus de facto interdits aux femmes (notamment dans certains cafés).

On ignore si le polémiste et éditorialiste va se présenter aux élections présidentielles de 2022 ou s’il fait tout ce remu-ménage pour vendre au maximum son livre, mais il est évident qu’il ne pourra pas compter sur le soutien des séquano-dyonisiens pour atteindre l’Elysée.

 

Fleury Drieu et Alain Amédro démissionnent gaiement du conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois

Il y a 18 mois, vous nous avez fait confiance pour vous représenter au conseil municipal et à chaque occasion où cela était possible. Nous avons fait notre travail en lien avec l’équipe d’Aulnay en Commun. C’est pourquoi, comme nous nous en étions engagés, nous transmettrons dans les jours qui viennent le relais de conseillers municipaux au sein du groupe des élu-e-s de la gauche, écologiste et citoyenne.

Depuis 18 mois, nous agissons au service de l’ensemble des aulnaysiennes et aulnaysiens, écoutant, proposant, alertant afin de faire avancer les politiques publiques en faveur de l’adaptation climatique, de la sauvegarde de la biodiversité, de la lutte contre les inégalités, de l’égalité entre les femmes et les hommes, d’une démocratie qui ne rime pas avec coup de menton…
Ce rôle d’élu, de l’opposition est indispensable en démocratie, il est noble et doit être protégé pour que la démocratie puisse pleinement vivre et s’exprimer.

Nous avons eu la chance de travailler avec un président de groupe à l’écoute : Oussouf Siby, que nous tenons à remercier chaleureusement pour sa constance, son travail de qualité et ses capacités à travailler en commun. Nos remerciements s’adressent pleinement à Sarah Kassouri pour son travail concret de pédagogie, de convictions, d’entraides.
Ces deux jeunes élu-e-s représentent ce renouvellement que la vie politique locale a besoin pour retrouver de son souffle, fort de leur engagement à gauche, de leur conviction féministe, de leur attention aux problèmes écologistes, sans oublier leur sens de l’humour qui a rendu ses 18 mois de travail très agréable.

Nous présenterons conjointement notre démission dans les jours qui viennent à Monsieur le préfet par l’intermédiaire du maire d’Aulnay, afin de permettre à deux nouveaux élu-e-s issues de la démarche Aulnay en Commun de prendre place au sein du conseil municipal. Ils sauront faire entendre votre voix !

Bien respectueusement !

Source : Fleury Drieu et Alain Amédro

Le département de la Seine-Saint-Denis engagé dans le procès contre Eric Zemmour pour injures racistes

Eric Zemmour est un polémiste connu pour ses sorties contre l’immigration, les immigrés et l’Islam en général. C’est aussi un éditorialiste de premier plan sur la chaîne CNEWS, un écrivain et potentiellement un homme politique.

Eric Zemmour n’y est pas allé avec le dos de la cuillère en qualifiant les « mineurs étrangers isolés » (certains sont en fait majeurs) en les qualifiant de violeurs, d’assassins et de voleurs. Son procès a lieu demain.

Stéphane Troussel, président du conseil départemental de la Seine-Saint-Denis, s’est porté partie civile et ira témoigner demain au tribunal. D’autres présidents de département ont effectué la même démarche.

 

La France insoumise dénonce les 13,9 millions d’euros versés à l’IFOP et IPSOS et leurs méthodes contestables de sondage qui gomment le vote populaire

Les deux instituts de sondage généreusement arrosés par l’Elysée faussent délibérément les résultats des sondages en gommant le vote populaire, en  tronquant la course à la présidentielle, en influençant les stratégies de « vote utile » des électeurs en fonction des candidats les mieux placés dans les sondages, le tout sur fond de millions de marchés avec l’Élysée payés avec l’argent des contribuables !

La méthode malhonnête de calcul des deux instituts consiste à demander aux personnes sondées d’indiquer, sur une note de 1 à 10, quelle est la certitude qu’ils aillent voter pour le premier tour de l’élection présidentielle. Puis on retire de l’échantillon toutes les personnes qui n’affirment pas leur intention d’aller voter avec une certitude de 10/10.

 »    Ainsi cette méthode de calcul qui introduit un biais sociologique évident, Affirme la France insoumise, réduit de manière très importante la taille des échantillons. En ne retenant qu’une personne sur deux sur un échantillon de 925 personnes (celui de l’institut IPSOS du 3 septembre), on ne retient que 490 personnes pour calculer les intentions de vote. Pire encore, il faut retirer de cet échantillon les personnes se disant certaines d’aller voter mais n’exprimant pas d’intention de vote (entre 11 et 16% selon les hypothèses). On se retrouve donc à publier un sondage pour l’élection présidentielle en France calculé sur un échantillon d’environ 430 personnes, ce qui est ridiculement bas. Sur un tel échantillon, les marges d’erreur sont de quasiment 3 points pour un candidat dont le score est estimé à 10% (c’est à dire que, si on applique la théorie statistique – ce qui est contestable d’un point de vue mathématique vu la méthode d’échantillonnage utilisée, il y’a 95% de chance que le résultat exact soit entre 7 et 13%).  « 

Article  rédigé le  6  Septembre  2021  par Catherine  Medioni

Jean-Philippe Ranquet devient Maire du Blanc-Mesnil à la place de Thierry Meignen

Thierry Meignen est devenu sénateur suite à la démission du Maire des Pavillons-sous-Bois, Philippe Dallier. Parce qu’il ne pouvait pas à la fois être Maire et sénateur, Thierry Meignen a été contraint de laisser sa place à son adjoint, Jean-Philippe Ranquet.

Le poste de premier adjoint du Blanc-Mesnil revient à la compagne de Thierry Meignen, Christine Cerrigone.

Hadama Traoré estime que la municipalité d’Aulnay-sous-Bois n’a pas respecté ses engagements

Depuis janvier 2021, le mouvement LREEM est en trêve avec la mairie d’Aulnay-sous-Bois. En effet, notre intérêt était de servir la majorité silencieuse des quartiers Nord de la commune d’Aulnay-sous-Bois.

Le traité est que :

  • le mouvement LREEM cesse ses attaques médiatiques et juridiques à l’endroit de la commune d’Aulnay-sous-Bois,
  • la mairie d’Aulnay-sous-Bois, nous ouvre les portes de leur administration, afin qu’on puisse faire travailler sur les dossiers des administrés des quartiers Nord de la commune d’Aulnay-sous-Bois.
  • et que les deux parties ne diabolise plus son vis-à-vis.

Malheureusement, la mairie d’Aulnay-sous-Bois n’a pas respecté le traité.

Ce jour, le mouvement LREEM a respecté le traité. Et a fait preuve de professionnalisme dans sa méthodologie d’action au sein du territoire Aulnaysien.

En espérant éviter la guerre psychologique pour une paix morale, le mouvement LREEM se prépare en conséquence.

Aujourd’hui, j’ai déposé une saisine adressée au président du tribunal judiciaire de Bobigny pour destituer l’administrateur judiciaire de la résidence la Morée :
Dans le quartier de Mitry Ambourget : 

https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=5054024511294047&id=100026153863054

À la préfecture de Bobigny : https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=869943693894981&id=100026153863054

Dossier transmis : https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=1215154672289649&id=100026153863054

Le mouvement LREEM prône la concertation dans le respect de son travail. Et impose un conflit intellectuel lorsque les institutions ne répondent pas à leur obligation. Amour, paix et dignité. La révolution est en marche et personne ne pourra l’arrêter.

Source : Hadama Traoré, leader du mouvement La Révolution Est En Marche (LREEM)

Le maire de Montfermeil Xavier Lemoine compare la campagne vaccinale anti-Covid à de la thérapie génique

On savait qu’une partie de la classe politique Française était contre la campagne de vaccination à marche forcée pour endiguer le variant Delta. Mais une surprise de taille est venue du très populaire Maire de Montfermeil, Xavier Lemoine.

Dans un édito du bulletin municipal, celui-ci compare les vaccins à des thérapies géniques. Il va sans dire qu’il est contre cette campagne de vaccination et appelle les parents à la prudence quant à la vaccination de leurs enfants.

%d blogueurs aiment cette page :