Publicités

Archives de Catégorie: Politique

Stéphane Blanchet originaire d’Aulnay-sous-Bois remplace Stéphane Gatignon à Sevran

L’ancien premier adjoint de Stéphane Gatignon depuis 2008 a été élu par 36 voix sur 45.

D’un Stéphane à l’autre. Pas de putsch ni de surprise de dernière minute à Sevran, ce mardi soir. L’écharpe tricolore est passée des épaules de l’écologiste Stéphane Gatignon (UDE) à celles de Stéphane Blanchet, 48 ans, son premier adjoint depuis deux mandats. Depuis la démission du premier, c’est le second qui assurait l’intérim. Et ce mardi, c’était le seul candidat.

Quelques instants seulement, Philippe Geffroy, opposant de droite (RDC), a failli créer la surprise en levant la main lorsque le doyen de l’assemblée, Jean-François Baillon demandait s’il y avait d’autres candidats… «Non, ce n’est pas pour faire acte de candidature, ce serait ridicule et inutile », précise Geffroy, déjà nostalgique des «joutes oratoires avec l’ancien maire». Au nouveau, il a tenu à souhaiter «bonne chance et bon vent», réclamant au passage de «mettre à bas les arrangements entre les copains et les coquins».

Tous les élus, à quelques rares exceptions étaient présents. La députée Clémentine Autain (France Insoumise), retenue à l’assemblée, avait donné son pouvoir et c’est par 36 voix sur 45 (à bulletin secret) que Stéphane blanchet a été élu. Sous les applaudissements d’une salle comble comme jamais.

Olivier Klein avait fait le déplacement. Le maire de Clichy-sous-Bois n’est pas venu qu’en voisin, c’est aussi l’employeur du nouveau maire. Stéphane Blanchet, 48 ans, est archiviste à Clichy-sous-Bois, où il a précédemment été chargé de mission.

Source et article complet : Le Parisien

Publicités

L’office de tourisme d’Aulnay-sous-Bois déménage, une banqueroute selon Marc Masnikosa

@Marc Fretter

L’office de tourisme d’Aulnay-sous-Bois est transféré à la Maison des Projets et du Patrimoine (3 rue Charles Dordain, proche de la rue Fernand Herbaut).

Cette annonce est surprenante sachant que l’office était situé jusqu’alors au Boulevard de Strasbourg, l’artère commerçante et représentative d’Aulnay. Alors que différentes analyses se font entendre, Marc Masnikosa, personnalité locale proche d’Emmanuel Macron, estime qu’il s’agit tout simplement d’un aveu d’échec de la part de la nouvelle municipalité. Il s’exclame sur Twitter :

« Depuis que les élus gère a tour de rôle l’OT + de touriste a Aulnay malgré la saison qui démarre début juin , banqueroute alors ils l’ont caché dans un coin histoire de continuer a percevoir la taxe de nuitées. Line de rien au vu de combien d’élu on eu l’OT sur leurs bilans se sera la grosse tache« 

 

après l’annonce du plan Borloo, le député Ramadier veut « des actes » à Aulnay-sous-Bois

Alors que le rapport de l’ancien ministre en faveur des quartiers sensibles a été présenté fin avril, le parlementaire proche de Bruno Beschizza s’inquiète du manque de concret.

« On a beaucoup de promesses. Mais l’urgence, c’est d’agir ! » Comme d’habitude avec Alain Ramadier, député (LR) de la 10ecirconscription de Seine-Saint-Denis (Aulnay, Bondy, les Pavillons sous Bois), la voix est posée. Mais le propos est ferme. Quelques jours après la présentation du plan Borloo pour les banlieues, le parlementaire, seul député Les Républicains dans le département, tire la sonnette d’alarme. « Assez de plans et de rapports, place aux actes et aux moyens », résume-t-il.

Pour Alain Ramadier, « le diagnostic est en partie bon » et certaines des 19 mesures élaborées par ce plan « fonctionnent, comme le dédoublement des classes de CP en zones d’éducation prioritaire ». Mais sur plusieurs sujets, l’homme s’étonne qu’on ne « mette pas déjà en œuvre les plans existants ».

Source et article complet : Le Parisien

La dette importante en constante augmentation de la ville d’Aulnay-sous-Bois inquiète Benjamin Giami

En 5 ans, entre 2013 et 2018, la dette de la ville d’Aulnay-sous-Bois a augmenté de plus de 22%. La ville est aujourd’hui endettée à plus de 126 millions d’euros, soit une dette de 1514 € par habitant. De plus, 39% des emprunts souscrits sont à taux variables, ce qui signifie que la dette risque de devenir encore plus difficile à gérer si ces taux venaient à augmenter (ce qui est probable d’ici quelques années).

Pour Benjamin Giami, la situation financière et budgétaire est catastrophique.

Dans sa tribune de Mai 2018, Benjamin Giami souhaite mettre un plan quinquennal pour assainir les finances de la ville et la remettre dans le droit chemin.

Du côté de la municipalité, « tout va très bien Madame La Marquise » comme diraient certains. La dette est saine, les finances sur de bons rails, les investissements suffisants. Pourtant, la dette affolait déjà certaines personnes de la majorité actuelle, alors que cette dette était bien moins importante. Frank Cannarozzo, actuel 2ème adjoint, disait dans ce tract : « A la fin de l’année 2012, la majorité actuelle prévoit que la dette sera de 102,75 millions d’euros. C’est trop pour notre ville, on le verra plus tard« .

Si la ville n’augmente pas les impôts (ce qui est la partie visible de l’iceberg pour 95% des administrés chez qui le budget d’une ville n’est pas du tout un centre d’intérêt), il faudra un jour les augmenter pour rembourser cette dette. Généralement, cette augmentation se fait après les élections municipales, pour ne pas se tirer une balle dans le pied auprès de son électorat.

Source : Oxygène mai 2018 et tract Frank Cannarozzo

 

 

 

 

Le recours gracieux d’Hadama Traoré concernant sa révocation de la ville d’Aulnay-sous-Bois débouté

Hadama Traoré, le leader de la Révolution est en Marche, ne décolère pas : son recours gracieux a été débouté.

Vindicatif, il indique vouloir maintenant tout faire pour « dégager » Bruno Beschizza en 2020.

Pour prendre connaissance de sa déclaration en vidéo, cliquer ici.

Le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza interviewé par le JDD sur le plan Borloo

Très attendu par les acteurs qui travaillent dans les banlieues, le rapport de l’ancien ministre Jean-Louis Borloo, remis jeudi au Premier ministre Edouard Philippe, se veut aussi un avertissement sur les risques de « repli identitaire et communautaire » dans les quartiers, voire d' »apartheid » en matière de mixité. Le texte remet à plat tous les programmes de rénovation existants, avance une série de nouveaux dispositifs et réclame à l’Etat un fonds de plus de 5 milliards d’euros. Au total, il constate qu’il faut 48 milliards d’euros d’investissement pour sortir les quartiers populaires de leur isolement.

Interrogé par le JDD, Bruno Beschizza, maire Les Républicains d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), se reconnaît « globalement » dans le constat fait par Jean-Louis Borloo. Mais se méfie des effets d’annonce.

Source et article complet : le JDD

Le Premier Ministre répond à Bruno BESCHIZZA concernant la réalisation du Grand Paris Express

En février dernier, Bruno BESCHIZZA

​Président de Paris Terres d’Envol et les sept autres ​maires du ​t​erritoire ont écrit un courrier à Edouard Philippe, Premier ministre,​ ​afin de lui faire part de leurs inquiétudes concernant la réalisation des lignes 16 et 17 du Grand Paris Express, et en particulier sur le calendrier de mise en service de ces lignes.

Les élus du territoire ont tenu à rappeler l’aspect « primordial » de ces lignes « pour toute la Seine-Saint-Denis, notamment dans la perspective des Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. » Pour les Maires, le « report de ces projets […] entraverait profondément le développement de nos territoires et continuerait à engendrer des difficultés d’accès aux transports en commun » pour les habitants.

Suite à ce courrier, le Premier Ministre s’est engagé dans une lettre à « articuler le phasage de réalisation du Grand Paris Express […] en une mise en service au plus tard à l’horizon 2024 […] des lignes qui bénéficient au plus grand nombre de Franciliens [comme] le tronçon commun des lignes 16 et 17 entre Saint-Denis-Pleyel et Le Blanc-Mesnil [mais aussi] la ligne 16 entre Le Bourget RER et Clichy-Montfermeil, qui est un axe de cohésion majeur pour la métropole du Grand Paris et pour le désenclavement des territoires de la banlieue Est. »

Pour le territoire, le nouveau métro automatique du Grand Paris Express, c’est : 

  • Une nouvelle gare avec la ligne 15 à Drancy-Bobigny
  • Deux nouvelles gares au Blanc-Mesnil et à Aulnay-sous-Bois, ainsi que la desserte de trois gares déjà existantes au Bourget RER, à Sevran-Beaudottes et à Sevran-Livry sur la ligne 16
  • Deux nouvelles gares au Bourget Aéroport et au Parc des Expositions de Villepinte, ainsi que la desserte de la gare déjà existante du Bourget RER sur la ligne 

Source et article complet : site de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Hadama Traoré accuse le conseiller municipal d’Aulnay-sous-Bois Olivier Attiori d’être Delphine Constant

On ne s’ennuie jamais sur les réseaux sociaux : entre les guéguerres de clocher, les fanboys qui idolâtrent leurs poulains en espérant manger dans la gamelle dans quelques années et les donneurs de leçon, pas besoin de télévision pour se divertir. Et avec la montée en puissance d’Hadama Traoré, de sa gouaille et de son mouvement totalement acquis à sa cause, l’agitation a monté d’un cran. En ce moment, celui qui se fait nommer Black Alinsky passe au crible les différents élus de la majorité municipale, des agents de la ville plutôt partisans (alors qu’ils sont sensés être neutres), ainsi que les membres du cabinet du maire.

Dernière victime en date : Olivier Attiori, conseiller municipal de la majorité, plus actif sur les réseaux sociaux que sur la ville aux dires de ses détracteurs, et bien ancré à droite. Celui qui fut accusé par des écologistes locaux de partager des informations contre les migrants (selon ces militants écologistes et dans un ton paternaliste, le fait d’avoir des origines africaines subsahariennes devraient l’empêcher de propager ces informations : « En cette fin de campagne présidentielle, un conseiller municipal, pourtant d’une minorité visible noir, relaie un tweet ouvertement raciste au seul prétexte qu’il était anti-Macron).

M. Attiori est accusé par M. Traoré d’avoir utilisé un compte factice pour les attaquer. Ce compte facebook, appelé « Delphine Constant », est dans la ligne de mire du mouvement La Révolution Est En Marche (LREEM).

Difficile de trouver des similitudes entre les deux protagonistes : d’un côté, une jolie jeune dame souriante, coquette, à la chevelure magnifique, et de l’autre, un homme au ton très solennel, très sérieux, à la quarantaine moins avancée que la calvitie. Au premier regard, la ressemblance n’est pas flagrante !

Seulement voila : le mouvement LREEM est certain d’avoir fait le rapprochement et a porté plainte. Qu’adviendra t-il de l’enquête ? S’agit-il d’une erreur d’analyse ou s’agit-il bel et bien d’un compte corbeau pour descendre tous les opposants ? On en saura davantage. Après tout, tous les coups bas sont permis : ce même Olivier Attiori avait été la cible d’attaques d’un militant qui est passé, lors des campagnes municipales 2014, du PS à l’UMP, puis par l’UDI tout en donnant des informations confidentielles de l’équipe de campagne aux camps adverses, en utilisant des comptes aux noms de femmes maghrébines. Certains blogs utilisent des prêtes noms pour mieux attaquer le camp adverse en encensant son poulain. Il y a même eu une élue PS qui avait utilisé un prête-nom pour attaquer Alain Boulanger (association CAPADE), et qui a eu l’audace d’attaquer son collègue écologiste (ce qui lui valu d’être démasquée).

Contrairement à Donald Trump qui attaque sur tout ce qui bouge sans avoir de preuves formelles, on attendra le résultat de l’enquête avant de condamner moralement M. Attiori. S’il est innocenté, Hadama Traoré lui devra des excuses. S’il est confondu, ce sera à lui de faire le choix qui lui semble le plus judicieux…

Préparation aux élections. Déjà ? il n’est jamais trop tard pour bien ou mal faire, selon….

Une publicité électorale de M.Ayyadi à n’en point douter mais un discours déjà dispersé par tout candidat depuis, depuis des décennies, des dizaines de fois déjà vues, déjà lues et relues,   en fait peu d’innovation, il faut absolument se renouveler pour nous faire croire aux miracles :

« Contribution à l’amélioration de votre quotidien »

 Merci, c’est  super , un monde meilleur grâce à M. Ayyadi Mohamed….mais trop c’est trop, impossible d’être dupe quoique les foules sont souvent si malléables.

M.Ayyadi fait partie d‘un nouveau « rassemblement pour Aulnay » créé par 4 représentants, 3 nécessaires pour cette création mais 4, c’est mieux pour pouvoir jouer à …

Quelques précisions :

M Ayyadi, élu PR depuis 2014 , auprès de M.Beschizza,  démissionnaire de son poste d’adjoint et remplaçant automatique du Maire au poste de conseiller départemental en raison du cumul des mandats qui vient d’éditer donc son propre CV en solo,  étrange !

  1. Giami, élu PR depuis 2014 auprès de M.Beschizza, démissionnaire de son poste d’adjoint devenu LREM ou proche ? l’opportunité du moment et qui lors du dernier conseil municipal a critiqué le budget 2018 qu’il l’avait pourtant préalablement voté 4 fois, étrange !

J’ai entendu dire qu’il voudrait devenir Président de la République sous toute réserve bien entendu

Mme Abdellaoui, élue PS sous la mandature de l’ex Maire, M.Ségura je crois et élue PS de l’opposition sous la mandature actuelle, étrange !

Et une quatrième, invitée surprise (selon source du Parisien), Mme Fourgeray, ex élue PRG sous la mandature de l’ex maire,  et élue de l’opposition , étrange !

Bon, il faut de tout pour faire un monde : LR + PS +PRG + LREM = « Rassemblement pour Aulnay »

Donc en résumé, des élus démissionnaires de la majorité municipale du PR, PR qui se cherchent actuellement (mais des démissions aussi à l’époque du mandat précédent), des élus PS/PRG en mal de vivre aujourd’hui et des LREM ou pas loin ? les petits nouveaux du moment, des politiques qui s’opposaient par le passé, même récemment sur les bancs du conseiL municipal , mais ainsi que l’a déclaré M.Giami :

« Toutes les bonnes volontés sont bienvenues quelle que soit l’étiquette politique »

Soit un fourre tout pour accéder au pouvoir suprême ?

 Donc on prend toutes les orientations très divergentes de chacun, on oublie les divergences profondes  du passé, on les met dans un shaker, on secoue mais on secoue beaucoup car elles sont peu perméables et il en sort  «  le rassemblement pour Aulnay…» à base surtout de ….LREM puisque c’est le numéro gagnant du moment , ne dit-on pas que « la fin justifie les moyens » mais quelle fin ?

Ca au moins  c’est du « mieux  vivre ensemble »

Peut-on exprimer des doutes sur cette union de façade ? Donc, chacun jugera…

Source : contribution externe

Bientôt une statue de Bruno Beschizza au parc Dumont à Aulnay-sous-Bois

Que l’on apprécie Bruno Beschizza (LR) ou pas,  une chose est sûre : il ne laisse pas indifférent à Aulnay-sous-Bois. Le lieutenant de Nicolas Sarkozy, ancien policier syndicaliste, est également conseiller régional Ile-de-France. Fort de ses 4 premières années de mandat où de nombreuses réformes ont eu lieu, Bruno Beschizza et son entourage ont décidé de marquer le coup en inaugurant, d’ici quelques semaines, une statue à l’image de l’édile au sein du parc Dumont (proche gare RER B). Celui qui a réussi à faire venir à lui plusieurs anciennes personnes de Gauche (aujourd’hui élus, militants ou sympathisants) a en effet marqué à jamais l’histoire de la ville d’Aulnay-sous-Bois.

Contacté par la rédaction, un proche de Bruno Beschizza explique que de nombreux Aulnaysiens ont salué les résultats de l’équipe en place, ayant apaisé une ville autrefois sous tension. Parmi les principaux succès évoqués :

  • La préservation du patrimoine pavillonnaire de la ville, dont un blog local totalement indépendant s’en est fait l’écho récemment
  • Les équipements sportifs
  • L’amélioration des relations entre policiers et jeunes notamment dans les quartiers Nord
  • L’écoute des habitants et même de l’opposition
  • La mise à contribution des différentes associations dans l’évolution urbanistique de la ville
  • La fin du bétonnage et une meilleure répartition des logements sociaux entre les quartiers Nord et Sud
  • La baisse de la délinquance et des incivilités
  • La fin des pressions exercées sur les citoyens notamment ceux qui ne partagent pas forcément sa vision de la ville
  • La baisse de la dette de la ville
  • L’ouverture prochaine du stade nautique avec un vivier à poissons

D’une hauteur de 3 mètres environ, cette statue pourra également permettre aux citoyens de saluer celui qui est considéré comme le « sauveur » d’une ville qui a failli basculer dans les abysses suite à 6 années de gestion socialiste.

Du côté de l’opposition, quelques grincements de dents se font entendre. Ainsi, un militant de l’opposition, qui souhaite garder l’anonymat peur de représailles des supporters (nombreux) de l’édile, nous rappelle qu’un certain Hermann Gessler avait utilisé son chapeau pour permettre aux habitants du canton d’Uri en Suisse de le saluer en son absence, et que ce dernier fut vaincu par Guillaume Tell qui refusait de le saluer.

Reste à savoir si l’opposition Aulnaysienne trouvera un jour son Guillaume Tell…

 

%d blogueurs aiment cette page :