Publicités

Archives de Catégorie: Politique

Le député Alain Ramadier s’insurge contre l’arrêt du T4 entre Aulnay-sous-Bois et Bondy

19 juin 2017 : Alain Ramadier, Seine-Saint-Denis
93 – 10
H‚micycle, d‚but de la XVe l‚gislature 1

Monsieur le Directeur general,

Par un courrier en date du 8 avril 2019, vous m’avez informe de la prolongation de la fermeture de la ligne T4 jusqu’en septembre alors qu’elle devait rouvrir des le 6 mai prochain.

Vous motivez cette decision par la survenance de difficultés techniques relatives a la mise au point du système de signalisation qui doit subir des ajustements techniques et faire l’objet d’importantes sequences d’essais, de certification, d’homologation ainsi que de validation par l’autorité française de sécurité ferroviaire.

Depuis le debut des travaux, l’interruption du T4 a été extrêmement pénalisante pour les usagers concernés qui doivent depuis faire face a des conditions de transports particulièrement dégradées et supporter d’importants temps de trajet supplémentaires. L’offre de substitution que vous avez proposée a par ailleurs apporte de nombreuses contraintes aux communes traversées (degradation de chaussée, pollution supplémentaire, comportements dangereux de la part de vos chauffeurs).

II me parait incomprehensible que ces retards puissent être justifies par les délais de certification, d’homologation et de validation par l’autorité française de sécurité ferroviaire. En effet, je ne doute pas que ces délais soient connus par vos services. Ils ont done été nécessairement pris en compte dans le planning de réalisation des travaux.

Aussi, je tiens a vous faire part de la colère de nombreux habitants de ma circonscription qui ont déjà subi plusieurs mois ces nuisances et se sentent aujourd’hui trompes par votre annonce.

Vous annoncez aujourd’hui le renforcement de cette offre de substitution alors que celle-ci ne répond pas aux attentes des usagers. La période des examens pour les collégiens, lycéens et étudiants va bientôt commencer et ii me semble urgent de prendre en compte a leur juste valeur les efforts nécessaires pour assurer au mieux la desserte de nos communes.

Plusieurs pistes ont été proposées par les maires d’Aulnay-sous-Bois, Livry-Gargan et Sevran. D’abord l’etude et mise en oeuvre du maintien d’une liaison directe entre les gares d’ Aulnay et la gare de Bondy, mais également la mise en oeuvre d’une liaison omnibus de la branche de substitution aulnésienne vers la gare de Bondy afin de limiter les retards et améliorer la répartition de la charge d’usagers.

Ensuite l’etude de la possibilité de créer des zones de regulation temporaires, voire un espace de depose et reprise des usagers du T4 sur vos emprises ferroviaires situées a proximité immédiates de la gare. Enfin; la sollicitation d’Île-de-France Mobilités afin qu’une action de dédommagement soit attribuée aux usagers du T4 comme l’a demandée la maire des Pavilions-sous-Bois.

Ces solutions de hon sens méritent a mon d’être étudiées dans les délais les plus brefs.
Je vous prie de bien vouloir agréer, Monsieur le Directeur general, l’expression de mes salutations distinguées.

Source : lettre du député Alain Ramadier à Monsieur Alain KRAKOVITCH Directeur general SNCF Transilien

Publicités

Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, veut sauver Notre Dame de Paris

Le maire d’Aulnay-Sous-Bois, s’associe à l’élan de solidarité et vous invite à participer à la reconstruction de la cathédrale « Notre-Dame de Paris ».

Si vous souhaitez faire un don à un organisme certifié.

Rendez-vous en ligne sur :

Source : site de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Les cambriolages en chute libre à Aulnay-sous-Bois

Le Parisien a publié un article sur l’évolution du nombre de cambriolages. Celui-ci fait état de 779 faits constatés pour la circonscription d’Aulnay-sous-Bois en 2018, soit une baisse de 4,53% par rapport à 2017.
Ce chiffre concerne donc la circonscription de sécurité publique d’Aulnay-sous-Bois qui inclut donc les cambriolages constatés sur la commune de Sevran. Cela explique du reste que Sevran ne soit pas cité dans le tableau. 
Pour la commune d’Aulnay-sous-Bois, la baisse du nombre de cambriolages de résidence principale s’établit à 31%, soit 413 faits en 2018.
Cet excellent indicateur est le résultat de la politique de sécurité menée par la municipalité depuis 2014 avec notamment :
  • la mise en place d’une Police municipale 24h/24 et 7j/7 avec des effectifs portés à 80 agents ;
  • le déploiement d’un réseau de vidéo-protection avec un prévisionnel de 339 caméras en 2019 qui a par exemple permis le déclenchement de 4466 interventions en 2017 ;
  • la mise en oeuvre d’un service de télé-alarme en liaison directe avec la Police municipale, au service des particuliers, commerçants et professionnels, le délai d’intervention constaté est compris entre 5 à 7 minutes.

Source : communication municipalité d’Aulnay-sous-Bois

Le château d’Aulnay-sous-Bois sera reconstruit d’ici 2022

C’est une surprise totale mais qui ravira très certainement les amateurs d’histoire, du patrimoine et de la vie de châtelain : le célèbre château d’Aulnay-sous-Bois, qui se trouvait aux alentours de la rue Kléber non loin du siège de la police municipale, sera reconstruit quasiment au même endroit d’antan, selon la volonté de l’exécutif municipal qui souhaite redonner à la ville un emblème à la hauteur de son image.

Un projet de plus de cent millions d’euros et des préemptions

La rédaction a contacté les services de la mairie pour en savoir plus sur les tenants et les aboutissants de ce projet gargantuesque. Selon les plans initiaux élaborés par les services techniques, le futur chateau sera construit à l’identique du bâtiment initial moins quelques dépendances à cause du manque de foncier. L’emplacement se situe entre l’avenue Kléber, la rue Camille Pelletan et la rue Marceau, juste au nord des bâtiments de la police municipale. Une partie de la rue Camille Pelletan, partant vers le Nord depuis le rond-point du château, sera privatisé pour servir d’entrée officielle au nouveau domaine. Au total, c’est pas moins de 22 000 m² qui sont préemptés avec des pavillons qui seront rachetés puis détruits pour faire place nette au chateau.

Ce projet titanesque semble confrontés à ses premières difficultés puisque selon nos sources, certains propriétaires semblent réticents à l’idée de céder leur pavillon, et pourrait jouer sur les recours pour retarder les travaux.

Un projet sous la supervision du Cahra et de Stéphane Bern

Afin de pouvoir reproduire à l’identique le château d’Aulnay tout en utilisant des matériaux modernes et faciles d’accès, la municipalité d’Aulnay a confié au Cercle Archéologique et Historique de la Région d’Aulnay (CAHRA) la maîtrise d’ouvrage. Cette association dispose de nombreux documents d’époques permettant de mieux connaître les détails tant au niveau de l’architecture du château que sur la disposition des jardins. Le CAHRA a d’ailleurs pris contact avec la municipalité de Livry-Gargan pour récupérer quelques fresques, mosaïques et parements de pavillons qui ont été construits à l’aide des vestiges du château.

Autre fait qui a suscité notre intérêt : le célèbre présentateur, animateur, journaliste et passionné de châteaux Stéphane Bern participera aux différents ateliers, à la demande express de Bruno Beschizza, afin de mener à bien le chantier et apporter son expérience et son savoir-faire. Nous ne savons pas cependant quels seront les émoluments exigés par M. Bern.

L’opposition sceptique voire hostile au projet

Si le futur château apportera indiscutablement une visibilité positive à la ville et la visite de nombreux touristes passionnés d’histoire, le coût de l’opération et la suppression de certains pavillons de caractère semblent provoquer une hostilité remarquable de la part de l’opposition. Ainsi, Benjamin Giami (LREM), que nous avons joint par téléphone, s’alarme de l’augmentation de la dette qui résulterait de ce chantier. Guy Challier (PS) trouve quant à lui regrettable de supprimer des logements à proximité d’artères commerçantes pour un projet qui ne bénéficierait qu’à une minorité.

Alain Amédro (EELV) fut aussi très acerbe vis-à-vis de ce projet de construction de château mais reconnait que retrouver les vestiges de ce qui furent les emblèmes de la ville part d’un bon sentiment. Interrogé sur cette volonté de retrouver une partie de l’héritage Aulnaysien, M. Amédro nous a confié qu’il souhaiterait plutôt raser le vieux quartier pavillonnaire de Chanteloup pour y faire renaître la forêt de Bondy, en y plantant principalement des Aulnes. « N’est-ce pas le véritable emblème de la ville », nous a t-il soupiré…

Un chateau aux multiples fonctions

Interrogé par la rédaction, le maire Bruno Beschizza a balayé d’un revers de la main les critiques de son opposition. Selon lui, les retombées économiques seront immédiates, avec des commerces de proximité en plein essor et un quartier du Vieux-Pays re-dynamisé. De plus, les nombreux visiteurs attendus permettraient de couvrir largement l’entretien du château et apporter des bénéfices.

M. Beschizza entend également utiliser le bâti pour y héberger quelques services de la ville, développer les activités culturelles (chants, danses, défilés…) et permettre au Maire d’inviter les personnalités remarquables de passage dans la ville. Des appartements y seraient également loués pour les personnalités politiques et médiatiques, avec un service de restauration étoilé.

Quant aux riverains inquiets de la disparition de leur pavillon, M. Beschizza nous a rappelé que les espaces qui se libèrent sur le terrain de PSA permettraient rapidement de reloger les familles impactées, avec une promesse d’avoir une superficie habitable et un terrain plus importants que ce que les foyers ont jusqu’à présent. De quoi rassurer – ou pas – les personnes qui s’inquiètent de ce projet qui sera débattu lors du prochain conseil municipal.

Le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza dément toute tentative d’enlèvement à la camionnette

Depuis quelques jours, de nombreux témoignages parlent de tentatives d’enlèvement en région Île-de-France par des personnes en camionnette pour un prétendu trafic d’organes, notamment à Aulnay-sous-Bois. Il en est rien selon la police, et le maire Bruno Beschizza le confirme dans une lettre adressée aux parents d’élèves d’Aulnay.

Aucune subvention de la Ville d’Aulnay-sous-Bois pour l’excursion de l’élue Lanchas-Vincente au rallye des Gazelles

Un site internet, dont plusieurs contributeurs sont déjà mis en examen dans plusieurs affaires de délits de presse, a publié un article dans la nuit. Cet article affirme que Madame Karine LANCHAS-VICENTE qui participe à un événement caritatif, le Rallye des Gazelles, est subventionnée par la Ville d’Aulnay-sous-Bois.
Il n’en est rien. La présence du logo de sa commune sur son véhicule est simplement l’expression d’une volonté de marquer la fierté d’appartenir à cette ville dans cette aventure, sans aucune contrepartie. Il n’y a donc strictement aucune subvention de la Ville d’Aulnay-sous-Bois contrairement aux affirmations de ce site internet.
Il aurait été préférable que l’auteur de cet article demande ce qu’il en est, au moins directement à l’intéressée, avant de publier une telle affirmation.
Source : service de presse de Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois

Réunion publique sur le triangle de Gonesse à Gonesse

Le collectif des  » vrais gens » propose une

REUNION PUBLIQUE  sur le

TRIANGLE DE GONESSE.

(Europa city, métro, quartier d’affaires)

L’emploi et la formation.

 

Le JEUDI 21 Mars 2019, à 19 h ,

salle Jacques Brel,

5 rue du commandant Fourneau, 95500 Gonesse

 

La dette à Aulnay-sous-Bois explose en prenant des prêts à taux variables !

154 millions d’euros, telle serait la dette d’ici 2022 si on en croit les projection de Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois. Le groupe d’opposition « Rassemblement Pour Aulnay » tire la sonnette d’alarme via un tract à découvrir en cliquant sur l’image ci-contre. 

La dette augmenterait de plus de 50 millions d’euros en quelques années, et on rembourserait à peine le capital de la dette avec l’auto-financement.

Une situation qui parait bien critique sachant qu’il est fort probable que le taux d’intérêt risque d’augmenter, les taux actuels étant très bas…

Benjamin Giami, l’homme qui pourrait faire trembler Bruno Beschizza à Aulnay-sous-Bois ?

Il n’est de secret pour personne que Benjamin Giami lorgne plus que jamais sur la place de Maire à Aulnay-sous-Bois. Depuis son ralliement à Emmanuel Macron et son départ forcé de la majorité municipale menée par Bruno Beschizza (LR), Benjamin Giami, qui a fait de la politique son cheval avec un long parcours à Sciences Po, ne cesse d’être sur le terrain.

Celui qui incarnait la droite dure à Aulnay-sous-Bois, celui qui avait soutenu Gérard Gaudron même pendant les moments difficiles et qui avait soulevé une partie de la ville contre un projet d’implantation d’immeubles en lieu et place de l’ancien centre des impôts avenue de la Croix Blanche, a mis un peu d’eau dans son vin. Aujourd’hui président du groupe d’opposition LREM-Agir! à Aulnay-sous-Bois, le jeune politique a su rallier à lui l’ancien homme de confiance de Bruno Beschizza, Mohamed Ayyadi (également conseiller départemental de la Seine-Saint-Denis), Leila Abdellaoui (ancienne alliée de Gérard Ségura, maire PS d’Aulnay de 2008 à 2014) et Karine Fougeray (ancienne alliée d’Ahmed Laouedj, PRG).

Benjamin Giami aura fort à faire dans une ville quadrillée par les militants de Bruno Beschizza. Pourtant, le jeune homme politique plein d’ambition ne lésine pas sur les moyens et multiplie les rencontres pour adhérer à sa cause, et construire une opposition à Bruno Beschizza, que beaucoup pensent intouchable. Jusqu’où iront les alliances autour de Benjamin Giami ? Des déçus de la droite qui viendrait gonfler ses rangs ? Des centristes non représentés qui souhaiteraient une politique sociale et solidaire plus prononcée ? Des socialistes qui souhaitent faire barrage à LR au sein d’une coalition élargie ? Il faudra attendre les annonces les prochains mois pour en savoir plus et déterminer si les démarches de M. Giami portent ses fruits.

On sait aujourd’hui qu’une autre liste citoyenne va se mettre en place à Aulnay avec l’association VME en soutien de taille. Benjamin Giami arrivera t-il à trouver suffisamment de colistiers – et de colistières – pour conduire sa liste face à Bruno Beschizza ? Quid des soutiens de Billel Ouadah (candidat LREM malheureux en 2017), de Marc Masnikosa (qui ne cache pas son affection pour Bruno Beschizza) et de Jean-Marc Enouf, qui ne cache pas lui non plus ses ambitions ?

La campagne à Aulnay-sous-Bois s’annonce palpitante…

Val Francilia à Aulnay-sous-Bois : Benjamin Giami et Mohamed Ayyadi saisissent le préfet

Dans son édition de mars 2019, la mensuel « Oxygène » de la municipalité d’Aulnay fait état d’une réunion publique autour du projet Val Francilia qui verra le jour sur l’ancien site PSA. 

Intitulé « Val Francilia : la concertation commence », l’article évoque une réunion publique qui se tiendra jeudi 28 mars à 18h, avec un « nombre de places limité ». 

A l’heure de la mise en place d’une concertation nationale inédite, voulue par le gouvernement, force est de constater que la situation locale d’Aulnay-sous-Bois est aux antipodes de ce qui se fait à l’échelle de l’hexagone. 

Après de nombreuses critiques des riverains sur le devenir de la place Abrioux, sur le coût de la future piscine, ou encore sur le futur du parc ballanger, le Maire Bruno Beschizza persiste et signe : non seulement il n’a jamais abordé le futur de ce site en conseil municipal, mais il organise une réunion en catimini, avec un nombre de places limité, à l’autre bout de la ville.

Aucune information n’est communiquée sur les modalités d’inscriptions ou sur la façon dont la municipalité va sélectionner les habitants. 

Alors qu’un projet sans précédent de développement industriel, de mise en place de services publics divers et de création de logements doit voir le jour dans les prochaines années, une « concertation » est organisée parmi des personnes triées sur le volet. 

Est-ce ainsi que l’on construit le futur de notre ville, de notre département, et de notre région ? Comment peut-on annoncer une telle réunion alors que le sujet n’a même pas été abordé en conseil municipal ? 

Il est désormais urgent de tous nous rassembler autour d’un projet commun qui respectera les avis de chacun – riverains, élus, associations, acteurs publics et économiques. Bruno Beschizza ne peut décider seul et invoquer une prétendue concertation de la sorte. 

C’est la raison pour laquelle le groupe «  Rassemblement Pour Aulnay » a décidé de saisir le préfet de Seine-Saint-Denis pour l’alerter sur ce manque de concertation criant. Ce projet de Val Francilia ne doit pas se réaliser dans le dos des habitants et des forces vives de la ville.

Benjamin GIAMI
Conseiller municipal
Président du groupe
« Rassemblement Pour Aulnay »

Mohamed AYYADI
Conseiller départemental
Conseiller municipal

%d blogueurs aiment cette page :