Archives du blog

Emmanuel Macron promet de nouveaux équipements sportifs pour la Seine-Saint-Denis

Terrains multisports, dojos, salles de sports de combat, terrains de basket, terrains de padel,skate parks ou encore sites sportifs mobiles : Emmanuel Macron souhaite que le plus grand nombre puisse avoir un équipement sportif au plus près du domicile et du lieu de travail.

Selon le Monde, une enveloppe de 200 millions d’euros de crédits nouveaux sera affectée à ce plan de construction ou de requalification d’équipements, dont 100 millions dès 2022, à laquelle s’ajoutent 50 millions d’euros spécifiquement alloués à la rénovation thermique des équipements sportifs – ce montant renouvellera la somme identique du plan de relance consacrée à ce domaine en 2021.

Le département de la Seine-Saint-Denis serait bénéficiaire de ce plan, en adéquation avec les futurs jeux olympiques 2024. S’agit-il d’une promesse de campagne ou d’un projet réaliste ? En tout cas de nombreuses collectivités séquano-dyonisiennes accueillent favorablement cette initiative.

Passe sanitaire incontournable, vers une vaccination obligatoire contre la Covid-19 pour une vie normale

Ce qui était à craindre est arrivé : le président Emmanuel Macron a annoncé d’un passe sanitaire serait obligatoire pour pouvoir faire ses courses, aller au restaurant ou dans plusieurs lieux qui accueillent le public. Et dès septembre, le passe sanitaire (qui coûte la bagatelle de 50 € par personne) ne sera plus remboursé par la sécurité sociale.

Sachant qu’un passe sanitaire doit être réalisé 2 à 3 fois par semaine, il va de soit que les français seront dans l’obligation de se faire vacciner pour retrouver une vie normale. Au-delà de la nécessité de se faire vacciner, les grands groupes pharmaceutiques se frottent les mains.

Les français vont-ils être privés de vacances au mois d’août à cause du variant delta ?

Plusieurs pistes pourraient être proposées par le président Emmanuel Macron ce lundi soir pour enrayer une nouvelle vague épidémiologique sous l’impulsion du terrible variant delta, venant d’Inde. Outre la possible fermeture des frontières, certaines professions pourraient nécessiter un vaccin obligatoire et le pass sanitaire pourrait être renforcé.

Au-delà des annonces de circonstances, beaucoup de français craignent de devoir annuler leurs vacances, notamment chez les aoûtiens. L’économie pourrait de nouveau être sens dessus dessous et la dette repartir à la hausse. Mais c’est surtout le moral des français qui risque d’en prendre un coup.

POID Aulnay-sous-Bois : Macron est ultra-minoritaire, il doit partir et sa politique avec lui, tout de suite !

Le second tour des élections régionales et départementales a confirmé le premier : Macron est ultra-minoritaire. Au premier tour, ses listes avaient recueilli 3 % des voix des électeurs inscrits. Là où elles pouvaient se maintenir au second tour, elles finissent dernières. Si la démocratie est la loi de la majorité, alors la majorité a parlé : « Dehors Macron et sa politique, maintenant, tout de suite ! ».

Au-delà de Macron, les partis institutionnels perdent tous des millions de voix par rapport au scrutin précédent. Même ceux qui sont présentés comme les « grands vainqueurs » sont minoritaires : reconduite à la tête de la région Occitanie, Carole Delga, du Parti socialiste, obtient la voix d’un électeur inscrit sur cinq, tandis que les LR Xavier Bertrand et Valérie Pécresse sont « élus » par… 17 et 15 % de l’électorat !

Entre les deux tours, les responsables des partis institutionnels avaient martelé un même message : « Électeurs, ressaisissez-vous, réveillez-vous, votez ! ». Résultat : l’abstention est au même niveau. Ultra-minoritaires ils étaient le 20 juin, ultra-minoritaires ils sont restés le 27.

Mais une majorité s’est exprimée « en creux » ces 20 et 27 juin. Refusant de voter pour Macron, la droite et l’extrême droite, cette majorité a frappé d’illégitimité le gouvernement, et la réforme des retraites qu’il veut relancer, et l’attaque contre l’assurance chômage, et les plans de licenciement qu’il encourage.

Constituée de l’immense majorité des ouvriers, des employés et des jeunes, cette majorité n’a pas davantage été convaincue parles appelslancés parles dirigeants des partis de « gauche » à se ranger « au nom de la démocratie » derrière Muselier, ancien ministre de Chirac, candidat des Républicains, face à Mariani, ancien ministre de Sarkozy, candidat du RN dans la région Paca. Ils ont rejeté la théorie fallacieuse du vote pour les partis capitalistes comme un rempart contre l’extrême droite. D’autant que cette politique d’union sacrée avait connu un précédent lorsque les députés des partis de « gauche » ont tous voté, le 19 mars 2020, avec leurs collègues macronistes et les députés de droite et d’extrême droite, une « aide » de 343 milliards pour les capitalistes à la demande de Macron, privant de ce fait l’école et les hôpitaux des moyens indispensables.

Cette majorité ne s’exprime pas seulement dans l’abstention de masse. Dans les grèves qui se multiplient dans le pays, elle proclame l’exigence ouvrière du maintien des emplois, de l’interdiction des licenciements, des moyens nécessaires pour l’école, la santé, les services publics et du refus de la baisse des salaires et de l’augmentation du temps de travail.

Au soir des régionales, nombre de dirigeants des partis institutionnels ont déclaré : « Maintenant, l’étape suivante, c’est l’élection présidentielle. »

De qui se moquent-ils ? Ils font mine de ne pas comprendre, mais les faits sont lesfaits : ce qui a été rejeté les 20 et 27 juin, c’est non seulement Macron, mais plus généralement le système et les institutions qui concentrent tout le pouvoir entre
les mains d’un président de la République valet des capitalistes. C’est la Ve République qui est rejetée, elle qui donne tous les pouvoirs à une minorité d’exploiteurs et de profiteurs. Si la démocratie est la loi de la majorité, alors elle exige que soit rendu à cette majorité le pouvoir de décider. Elle exige donc qu’à la Ve République capitaliste se substitue la République de la majorité, la République des travailleurs et de la jeunesse.

L’urgence est que le peuple prenne entre ses mains le pouvoir de décider. L’urgence est à l’élection d’une Assemblée constituante abrogeant la Ve République et toutes les contre-réformes anti-ouvrières, antisociales et antidémocratiques, confisquant les centaines de milliards des profits capitalistes pour les affecter aux besoins urgents du peuple travailleur, à la santé, à la jeunesse, à l’emploi. Oui, une Assemblée constituante qui prenne entre ses mains le pouvoir de décider des
mesures impérieuses de préservation de l’emploi et des services publics et interdisant purement et simplement les licenciements.

Pour qui se situe sur le terrain de la démocratie, il n’y a pas d’autre issue.
Pour débattre de ces propositions, le Parti ouvrier indépendant démocratique soumet la proposition que se tiennent de larges assemblées de travailleurs, militants et jeunes pour établir ensemble ce que sont les revendications urgentes de la situation.

Plus que jamais, le POID est déterminé à agir pour que triomphe la cause de l’unité : l’unité pour la satisfaction de toutes les revendications, l’unité pour chasser Macron et sa politique, l’unité pour en finir avec la Ve République et pour que le pouvoir revienne entre les mains du peuple travailleur.

Source : Le Parti ouvrier indépendant démocratique

Valérie Pécresse et Jean-Christophe Lagarde condamnent la gifle contre Emmanuel Macron, aucune réaction pour le moment du Maire d’Aulnay-sous-Bois

Emmanuel Macron a été aujourd’hui giflé par un individu lors d’un déplacement à Tain-l’Hermitage dans la Drôme. S’il est trop tôt pour connaître les motivations de l’auteur, il semblerait qu’un petit groupe proche des gilets jaunes ait voulu faire part de son mécontentement en provoquant un véritable scandale, qui s’est traduit par une agression envers le président de la république.

La classe politique a condamné dans son ensemble cet acte odieux. Valérie Pécresse et Jean-Christophe Lagarde ont été parmi les premiers à se soulever face à cette agression. Le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza ne semble pas, pour le moment, s’en émouvoir.

Covid-19, nouveau confinement plus strict avec des écoles en distanciel pour plusieurs semaines

Emmanuel Macron vient de parler : les écoles seront fermées dès vendredi soir pour 3 semaines. Avec retour en présentiel dans les écoles maternelles et primaires le 26 avril. Les collèges et lycées seront fermés quant à eux 4 semaines, avec en retour en présentiel début mai.

Semaine prochaine, les enfants, les collégiens et les lycéens devront faire leurs cours à distance. Les vacances scolaires sont déplacées, pour toutes les zones, du 12 au 24 avril inclus. Les écoles maternelles et primaires pourront accueillir les enfants dès le 26 avril alors que pour les collèges et les lycées, il faudra attendre début mai.

A noter que les enfants du personnel soignant ainsi que les employés de commerces de nécessité pourront aller dans leur établissement. Le télétravail est désormais obligatoire sauf exception. Les salariés qui ne peuvent faire du télétravail et dont le poste n’est pas vital seront au chômage partiel pendant la période du 5 avril au 30 avril.

A noter que les règles qui s’appliquaient pour les 19 départements confinés (dont la Seine-Saint-Denis) s’appliquent à l’ensemble du territoire métropolitain.

Covid-19, vers une fermeture inévitable des écoles, collèges et lycées en France

Le président Emmanuel Macron va prendre la parole ce soir pour faire le point sur la situation sanitaire que traverse le pays et présenter de nouvelles mesures pour endiguer l’épidémie. Aujourd’hui, les services hospitaliers sont saturés dans plusieurs régions, les médecins alertent qu’un tri des patients devient inévitable et de nombreuses classes d’école ferment à cause de professeurs absents ou de la découverte d’un cas Covid.

Si un confinement aussi sévère qu’au printemps dernier semble hors de question, il est probable que M. Macron demande à ce que les écoles, collèges et lycées ferment pour effectuer les cours en distanciel. Certains établissements scolaires sont devenus de véritables clusters, avec des parents qui meurent du virus.

Le président Emmanuel Macron se rend en Seine-Saint-Denis pour proposer des stages et des emplois aux jeunes

Emmanuel Macron est attendu aux alentours de 10h30 à Stains. Il sera accompagné d’Elisabeth Borne, la ministre du Travail, et de Sarah El Hairy, la Secrétaire d’Etat à la jeunesse, four inaugurer officiellement les locaux de «L’industreet».

Emmanuel Macron arrive avec plusieurs propositions visant à promouvoir l’emploi et la formation pour la jeunesse. Le gouvernement lance ce lundi une véritable bourse aux stages avec 30 000 offres proposées dans toute la France. Cette plateforme, 1jeune1solution.fr, vise à aider les jeunes diplômées à trouver leur premier emploi. En enveloppe de 6,7 milliards d’euros est consacrée pour la jeunesse afin de relancer les perspectives et ne pas laisser cette frange de la population sur le carreau.

700 000 jeunes arrivent sur le marché du travail et si la plateforme ne propose qu’un peu plus de 10 000 offres, Emmanuel Macron espère pouvoir relancer la machine grippée par une pandémie jamais connue depuis le début des années 1920s. Pour Emmanuel Macron, c’est aussi le début de la campagne des présidentielles 2022. S’il est le grand favori, sa rivale Marine Lepen (RN) commence à lui faire de l’ombre.

 

 

 

Covid-19, vers une sortie de confinement avant Noël malgré le nombre important de contamination

Mardi soir, Emmanuel Macron devrait annoncer à la France entière un léger relâchement des restrictions dues à l’épidémie de Coronavirus, dont le pays subit la deuxième vague. Malgré plusieurs dizaines de milliers de contamination par jour et environ 500 morts au quotidien, les commerces de proximité non essentiels devraient rouvrir fin du mois avec quelques précautions qu’il faudra suivre scrupuleusement.

Ouverture de tous commerces fin du mois avec moins d’une personne sur 8 m²

Si la France toute entière subit de plein fouet la pandémie, son économie est au bord du gouffre et de nombreux commerçants menacent de mettre la clé sous la porte, surchargés par les dettes et dans l’impossibilité d’ouvrir leur boutique. Le Président de la République devrait annoncer la réouverture de ces commerces avec l’obligation de compter les entrées / sorties pour veiller à ce que la concentration intérieure n’excède pas 1 client sur 8 m².

La réouverture des bars et restaurants (intérieur) n’est hélas pas certaine.

Vers un déconfinement pour la période de Noël

Afin de permettre aux français de retrouver leur famille parfois éparpillée aux 4 coins du pays, la probabilité d’un déconfinement temporaire est très forte. On ignore si cela sera annoncé mardi soir car trop prématuré. Cependant, afin de faire face à la vague de dépression et de pessimisme qui frappe le pays, ce déconfinement parait certain. Cela pourrait être assorti d’un couvre-feu.

Un virus qui touche aussi les plus jeunes

On aurait tort de croire que le virus soit uniquement mortel ou dangereux que pour les personnes âgées. Selon une étude récente, 10% des personnes en réanimation ont moins de 65 ans. Près de 5% des décès concernent des personnes de moins de 50 ans, toutes n’étant pas sujet à de la co-morbidité. Il est donc essentiel de ne pas relâcher la prudence et maintenir les gestes barrières.

 

Covid, le confinement est de retour le vendredi 30 octobre

Le président Emmanuel Macron, après avoir analysé la situation et les différents scénarios, a décidé de replonger la France dans un confinement à partir du vendredi 30 octobre. Les bars et les restaurants seront fermés et une attestation sera nécessaire pour sortir.

Contrairement au confinement de mars dernier, les élèves d’écoles, de collèges et de lycées pourront toujours aller dans leur établissement. Les étudiants et élèves post-bac devront faire leurs cours à distance. Le télé-travail sera de mise mais les entreprises et usines qui ne peuvent pas s’appuyer sur cette technique pourront continuer à fonctionner. Les employés pourront ainsi rejoindre leur lieu de travail avec une dérogation.

Une appréciation de la situation tous les 15 jours sera réalisée. Ce que beaucoup craignaient arrive donc pour faire face à la nouvelle vague qui fait plusieurs centaines de victimes par jour.

%d blogueurs aiment cette page :