Archives du blog

A Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza refuse le confinement, mais aura t-il le choix ?

Bruno Beschizza

Si le Premier Ministre Jean Castex n’a rien annoncé concernant un nouveau confinement en région Île-de-France, Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois et conseiller régional, frappe du poing sur la table et refuse ce scénario. Lors d’une visioconférence jeudi dernier avec ses homologues du département et le préfet de la Seine-Saint-Denis, M. Beschizza a averti sans ambages qu’il n’accepterait pas cela dans sa ville.

Ses solutions ? Plus de tests avec l’arrivée d’un nouveau centre de dépistage place du Général de Gaulle, en face de la gare. Mais est-ce que cela sera suffisant pour enrayer la propagation ? Il est fort probable que M. Beschizza n’ait pas le choix si l’Etat impose un nouveau confinement localisé. Les Franciliens seront fixés sur leur sort fin de semaine prochaine.

Marc Verrecchia intervient aux côtés du Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza aux Assises Nationales du Logement

Bruno Beschizza

Le président du Groupe Verrechia, Marc Verrecchia interviendra aux côtés de Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois et Président de Paris Terres d’Envol, aux Assises Nationales du Logement et de la Mixité Urbaine.

Alors que le monde est secoué par une crise sans précédent qui bouleverse tous les modèles, les Assises Nationales du Logement et de la mixité urbaine, le 18 février 2021, seront l’occasion de réunir l’ensemble des acteurs du cadre de vie autour des sujets essentiels que sont le logement et le cadre de vie. Point d’étape sur les actions en cours, elles seront aussi l’occasion de se pencher sur demain et réfléchir aux modèles d’avenir.

Penser, produire et rénover le logement, réfléchir sur la mixité urbaine, c’est non seulement donner un visage aux villes et villages, mais surtout agir concrètement sur la société. Assistez au rendez-vous fédérateur de l’ensemble des acteurs de la filière, afin de faire un point d’étape complet après la crise, autour de la réglementation et des tendances actuelles qui font le logement de notre temps.

Quelles sont les réponses des professionnels du cadre de vie aux défis sociétaux, démographiques, économiques et environnementaux de notre temps ? Quelles politiques du logement et de la ville, post-crise ? Quelles sont les priorités ? Comment les mettre en œuvre ? Comment produire des logements abordables, confortables et durables ?

Pour s’inscrire et participer à l’événement, cliquer ici.

Hervé Suaudeau contre Bruno Beschizza, vers une nouvelle claque judiciaire pour le Maire d’Aulnay-sous-Bois ?

Bruno Beschizza poursuivait Hervé Suaudeau, personnalité politique locale Aulnaysienne et blogueur, pour avoir pointé du doigt les liens de financement entre la mairie et les associations faisant la promotion du salafisme. Absent au tribunal, mais représenté par son avocate, il demandait 8000€ de dommages et intérêt en sus du remboursement des frais d’avocats.

Lors de l’audience qui a eu lieu cet après midi, le procureur a requis la relaxe. Il estime que « les propos ne relèvent pas de la diffamation et s’inscrivent dans la libre expression » . Le jugement a été mis en délibéré et sera rendu le 2 avril 2021 à 13h30.

Lors du précédent procès dont l’audience a eu lieu il y a deux semaines, le procureur avait aussi requis la relaxe. Le jugement de cette première affaire sera rendu le 18 mars.

Il y a en ce moment 4 procédures en cours entre Bruno Beschizza et Hervé Suaudeau. Bruno Beschizza bénéficie de sa protection fonctionnelle, Hervé Suaudeau utilise ses propres deniers.

Audience au tribunal ce jour suite à une plainte du Maire d’Aulnay-sous-Bois, Hervé Suaudeau face à son destin

Cet après-midi a lieu une nouvelle audience contre une personnalité locale bien connue à Aulnay-sous-Bois suite à une plainte de Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois. En effet, Hervé Suaudeau, militant écologiste et d’extrême-gauche, également propriétaire du blog Monaulnay.com, va devoir s’expliquer à la 17ème chambre du tribunal de Paris pour des faits supposés de diffamation.

En 2017, Hervé Suaudeau avait témoigné dans un journal Belge sur de prétendues liens entre Bruno Beschizza et des associations cultuelles qui font la promotion du salafisme et de l’intégrisme islamiste. Si Hervé Suaudeau a reconnu les faits, ce dernier estime que ses propos ont été mal traduits. En tout état de cause, il devra faire cet après-midi une démonstration devant le juge et le procureur pour justifier ses propos dans son contexte original, tout en argumentant sur les liens supposés entre l’édile d’Aulnay et de certaines associations.

Si Hervé Suaudeau est avant une personnalité politique locale, pourfendeur de la municipalité LR de Bruno Beschizza, c’est aussi à ses heures perdues un blogueur, certes axé dans le politique, mais qui a le mérite de faire du contenu original. Et si la Rédaction d’Aulnaycap ne se reconnaît pas dans ses positions parfois radicales, c’est sans hésitation que nous lui apportons un soutien moral. Car en tant que blogueurs, nous sommes solidaires entre nous et tout blogueur qui ne le soutiendrait pas moralement ne serait finalement pas un véritable blogueur.

Hadama Traoré ou le nouveau Robin de bois des temps modernes ?

Cela fait plus de 4 ans qu’Hadama Traoré, le leader du mouvement La Révolution Est En Marche, tente de réveiller les consciences et de gommer les inégalités sociales, à Aulnay-sous-Bois d’abord, puis dans toute la France ensuite. Prônant le vivre et faire ensemble, Hadama Traoré enchaîne les actions, pas toujours couronnées de succès, en prenant la défense des plus démunis, des plus faibles contre tout un système parfaitement rôdé.

Une prise de risque énorme et une révocation de son poste d’animateur jeunesse

Hadama Traoré fut embauché par la mairie d’Aulnay-sous-Bois en 2008 en tant qu’animateur jeunesse. Avec un poste confortable en Mairie en tant qu’animateur jeunesse, Hadama Traoré aurait pu s’accommoder de l’arrivée de Bruno Beschizza au pouvoir à Aulnay en 2014, voire le brosser dans le sens du poil pour obtenir une promotion. Au lieu de cela, M. Traoré n’a pas hésité à taper du poing sur la table en fondant son mouvement, très tôt après l’arrivée de l’édile LR : La Révolution Est En Marche. Ses prises de position et ses critiques vis-à-vis de Bruno Beschizza et de son équipe lui a valu une révocation de son poste d’animateur jeunesse fin 2018.

Père de famille, Hadama Traoré n’a pas hésité à prendre le maximum de risque, lui coupant toute rémunération.

Un coup d’éclat qui le mis au plus haut avant de subir de nombreuses actions judiciaires

S’il y a un moment clé dans la vie politique et locale d’Hadama Traoré, c’est bel et bien son action spectaculaire lors du conseil municipal du 7 mars 2018. Avant même que la séance commence, Hadama Traoré n’hésite pas à interpeller Bruno Beschizza et à bouleverser la soirée. Bilan : le conseil municipal est interrompu pendant 30 minutes, les forces de l’ordre sont appelées pour faire évacuer la salle, et l’opposition quitte la séance en guise de protestation. Ce coup d’éclat lui valu de nombreux encouragements et le hissa au rang de stature importante dans l’échiquier politique Aulnaysien.

Hélas pour Hadama Traoré, certains propos et menaces envers Bruno Beschizza et la Mairie lui valurent une garde-à-vue et des poursuites judiciaires, où il en ressorti pour la plupart gagnant. 

Exportation du mouvement LREEM tout en gardant ses racines à Aulnay-sous-Bois

Ces déboires n’ont pas refroidi les ardeurs d’Hadama Traoré qui, entouré des militants de La Révolution Est En Marche (LREEM), a entrepris des actions partout en France, en réponse à des appels à l’aide ou pour combattre un projet, une idéologie. Très critique vis-à-vis de la chaîne C-NEWS et du polémiste Eric Zemmour, Hadama Traoré entreprit une action de blocage contre le siège. Il prit la défense de Mickaël Harpon qui a tué des policiers à la préfecture de Paris, ce qui lui a valu l’opprobre de la quasi-totalité de la classe politique française pour une action que le médias qualifieront de « manifestation de soutien au terroriste ».

Cependant, Hadama Traoré n’oublie pas d’où il vient et continue de se battre pour des actions locales comme la défense de copropriétaires de la Morée à Aulnay-sous-Bois. Il affirme cependant avoir fait la trêve avec Bruno Beschizza,

Dénonciation des tentatives de récupération politique

Hadama Traoré est si populaire qu’il dispose même de sa propre page Wikipedia. Popularité qui attise les convoitises, notamment à Gauche, avec des tentatives de récupération. S’il s’associe avec Raoul Mercier lors des municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois, il repousse les tentatives de séduction de la gauche écologiste, qu’il qualifie de « Gauche paternaliste ». Plus que jamais, Hadama Traoré refuse toute tentative d’entrisme de ce qu’il qualifie avec dédain « Les gauchistes ».

Le prochain projet d’Hadama Traoré est de pouvoir faire de l’ombre à Emmanuel Macron lors des prochaines élections présidentielles en 2022. S’il parvient à obtenir les 500 parrainages, il est fort probable que M. Traoré deviennent l’homme d’Aulnay-sous-Bois le plus connu en France, avec des débats qui s’annoncent passionnant face à Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon ou Marine Lepen.

Les Jeunes Républicains de la Seine-Saint-Denis en action à Aulnay-sous-Bois pour flatter les actions de Valérie Pécresse

Ce matin, les Jeunes Républicains de la Seine-Saint-Denis (LR) ont été accueillis à Aulnay-sous-Bois par Bruno Beschizza pour un boitage du bilan des actions de Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, contre la Covid-19. Parmi les actions mises en avant, l’aide aux entreprises, la distribution de masques, la réalisations de tests, les paniers alimentaires.

Aulnay-sous-Bois, qui pour succéder à Mohamed Ayyadi et Séverine Maroun au conseil départemental de la Seine-Saint-Denis ?

Les prochaines élections départementales auront lieu en juin 2021. Initialement prévues en mars 2021, elles ont été repoussées à cause de la pandémie de Covid. A Aulnay-sous-Bois, ces élections devraient être une véritable balade de santé pour le parti LR, qui a (presque) gagné toutes les élections depuis 2014 et le sacre de Bruno Beschizza. Avec un parti LREM en difficulté du fait du contexte national (même si Emmanuel Macron s’en sort bien mieux que Nicolas Sarkozy ou François Hollande au niveau popularité en fin de mandat) et une Gauche à terre, rien ne semble pouvoir empêcher l’inéluctable victoire des candidats LR. Mais qui pour rafler la mise ?

Mettre fin à la seule erreur tactique de Bruno Beschizza depuis 2014

En Mars 2015, Bruno Beschizza se présentait en duo avec Séverine Maroun aux départementales 2015 à Aulnay-sous-Bois. Surfant sur la vague anti-Hollande et sur son charisme, Bruno Beschizza l’emporta haut la main. Mais ce qui devait être un poisson d’avril est devenu réalité quelques mois plus tard, Bruno Beschizza préférant démissionner pour siéger au Conseil Régional (il avait pourtant annoncé vouloir démissionner du Conseil Régional pour siéger au Conseil Départemental, ce comportement fantasque et déroutant avait même embrouillé le responsable RN Jordan Bardella, qui lui a valu un procès).

Mal lui en a pris : son suppléant, Mohamed Ayyadi, a pris sa place et à peine plus d’un an plus tard, préféra quitter la majorité pour rentrer dans le giron LREM – sans vraiment y entrer. Mohamed Ayyadi a été en quelque sorte la seule épine dans le pied de Bruno Beschizza, qui a laissé à un poste à responsabilité un concurrent politique notamment très apprécié dans les quartiers Nord de la ville. Sauf bouleversement, Mohamed Ayyadi ne devrait pas conserver son siège, il devrait être logiquement battu par la déferlante LR que connait la ville d’Aulnay-sous-Bois.

Quels candidats LR pour les départementales 2021 à Aulnay-sous-Bois ?

Si tout le monde sait que LR devrait remporter la mise à Aulnay-sous-Bois en juin prochain, tout le monde s’interroge pour savoir qui va succéder à Mohamed Ayyadi. Si du côté du binôme féminin il n’y a aucun doute (Séverine Maroun, actuelle première adjointe à Aulnay-sous-Bois, devrait être reconduite sauf si elle caresse l’idée d’un poste encore plus important), cela est nettement moins certain du côté du binôme masculin.

Le nom de Frank Cannarozzo vient à l’esprit. Lui qui voulait être le suppléant de Bruno Beschizza en 2015 (ce dernier préféra Mohamed Ayyadi) ou candidat à la députation en 2017 (Bruno Beschizza préféra Alain Ramadier) ne cache pas ses ambitions. Sa soudaine activité sur les réseaux sociaux ces derniers mois est un indicateur de ses velléités. Reste à savoir si Bruno Beschizza acceptera ce pari de celui qui, à défaut de se montrer critique en face, n’hésite pas à jouer sur ses réseaux pour maintenir une certaine contestation.

D’autres prétendants peuvent cependant vouloir la place. On pense notamment à Fouad El Kouradi, très connu dans les quartiers Nord. Denis Cahenzli semble hors course puisqu’il a obtenu un poste intéressant à la Métropole du Grand Paris.

Bruno Beschizza pourrait cependant jouer la carte d’un candidat plus fidèle, moins ambitieux, qui ne lui ferait pas de l’ombre, jouant sur la notoriété de Séverine Maroun pour remporter la victoire facilement. Autre possibilité : Bruno Beschizza se présente lui-même, annonçant comme en 2015 vouloir démissionner du Conseil Régional, et espérer que le Conseil Départemental de la Seine-Saint-Denis bascule à Droite pour devenir Président, bien plus « rémunérateur » en termes de notoriété. Si le département reste à Gauche, il pourrait de nouveau démissionner de son poste de conseiller départemental et concourir pour les régionales 2021, qui auront lieu un peu plus tard. Mais la question reste la même : qui pour être son suppléant, qui pourrait, comme Mohamed Ayyadi, le remplacer ?

Colère du maire d’Aulnay-sous-Bois après le refus de l’Etat de laisser l’hôpital privé vacciner les seniors

Bruno Beschizza

Le maire Bruno Beschizza (LR) fustige la décision de la préfecture de ne pas ouvrir un centre de vaccination pour les plus de 75 ans dans la clinique du groupe Ramsay. Cela permettrait, selon lui, de « désengorger la maison médicale de l’hôpital Robert-Ballanger ».

La liste des 17 centres habilités à vacciner à partir de ce lundi les personnes âgées de plus de 75 ans en Seine-Saint-Denis ne satisfait pas Bruno Beschizza (LR), loin de là. Le maire d’Aulnay-sous-Bois a couché sa colère sur papier. Dans un courrier adressé le 15 janvier au préfet Georges-François Leclerc, il fait part de sa « totale incompréhension » quant à l’absence de l’hôpital privé de l’Est parisien dans cette liste.

L’hôpital Robert-Ballanger, situé lui aussi à Aulnay-sous-Bois, fait partie des établissements retenus pour accueillir un centre de vaccination pour seniors. « Lorsque Olivier Véran s’est rendu à Ballanger [NDLR : le 6 janvier], je lui ai dit que nous étions prêts à mettre tous nos moyens à disposition », relate Bruno Beschizza.

Dans cette ville de 86 000 habitants « coupée en deux », nombre de personnes âgées résident dans la partie sud, pavillonnaire. L’hôpital Ballanger, difficile d’accès pour cette frange de la population, se trouve au nord de la commune. « J’ai proposé au préfet de payer des cars pour les emmener, reprend le maire. Mais on ne peut pas faire de demandes groupées pour la vaccination, seulement des rendez-vous individuels. »

La proposition de l’hôpital privé de l’Est parisien (Hopep), propriété du groupe Ramsay Santé depuis 2001, tombait donc à point nommé. Dans une missive adressée elle aussi le 15 janvier au préfet, la direction et les quatre urgentistes de l’Hopep se sont portés volontaires pour vacciner les seniors.

Source et article complet : Le Parisien

Le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza contre la légalisation du cannabis

C’est un sujet récurrent : faut-il légaliser le cannabis pour lutter contre les trafics et empêcher les trafiquants de faire fortune et d’acheter des villas comme des petits pains ? Alors qu’une partie de la Gauche estime qu’il est nécessaire d’étudier la question, une bonne partie de la Droite estime qu’il est nécessaire de continuer à interdire la consommation de cette drogue.

Le cannabis est une drogue qui attaque le cerveau et les neurones et réduit les capacités cognitives des consommateurs. Dans Le Parisien, Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, estime qu’il faut rester ferme face à la question.

L’Etat refuse l’ouverture d’un centre de vaccination à Aulnay-sous-Bois

Le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza vient d’écrire au Préfet de la Seine-Saint-Denis pour demander à l’Etat de revoir sa position afin de désengorger le centre de vaccination intercommunal de l’Hôpital Robert Ballanger. Le manque de doses serait le motif principal de ce refus.

 

%d blogueurs aiment cette page :