Publicités

Archives du blog

Lettre d’Aulnay Environnement à Bruno Beschizza concernant le parking Place Jean-Claude Abrioux

Monsieur le Maire,

Nous vous prions de bien vouloir reconsidérer le projet de parking souterrain sous la place Jean-Claude Abrioux, anciennement Camélinat.

En effet, depuis que ce projet a été lancé, une autre possibilité de rendre la place aux piétons est  apparue : la libération du terrain de l’ancienne perception rend envisageable l’édification d’un parking en silo. Sur trois niveaux, il permettrait de remplacer avantageusement les 42 emplacements de parking de la place.

Cela éviterait la disparition des tilleuls centenaires, la mise en danger économique des derniers commerces de la place en raison des travaux, la mise en danger par la nappe phréatique des fondations des immeubles qui entourent la place, la mise en danger des enfants du collège et des futures écoles dont les déplacements se feraient au voisinage de la rampe d’accès du parking.

Enfin il nous semble qu’un parking en silo serait d’un coût bien moindre pour les finances de la commune, et nous épargnerait des arbitrages dont bien des services ou investissements plus profitables aux Aulnaysiens feraient les frais.

Nous vous serions reconnaissants, Monsieur le Maire, en étudiant sérieusement cette nouvelle possibilité, de montrer à vos administrés que vous êtes soucieux de satisfaire leurs attentes, leur confort de vie, la sécurité de leurs biens et de leurs enfants, conformément à votre engagement d’une « Aulnay respectueuse » qui vous a valu d’accéder à la tête de notre ville.

Dans l’espoir que vous entendrez notre demande, veuillez croire, Monsieur le Maire, à nos salutations respectueuses.

Source : communiqué Aulnay Environnement

Note : Aulnay Environnement invite tous les Aulnaysiens sensibles aux dangers du projet de parking souterrain à reproduire et envoyer cette lettre-modèle au Maire. Cee problème dépasse le cercle des 160 adhérents d’Aulnay Environnement.

Publicités

Une salle de prière musulmane allée Sainte-Anne à Aulnay-sous-Bois passe mal

Des lecteurs nous ont signalé qu’une salle de prière musulmane s’était implantée au niveau de l’Allée Sainte-Anne à Aulnay-sous-Bois, juste en face des Pavillons-sous-Bois. Est-ce la destruction de la cité Sainte-Anne qui a donné des ailes à un propriétaires qui souhaitait mettre à disposition une salle pour les fidèles ? A ce jour, on ne sait pas.

En tout cas, une pétition a circulé aux Pavillons-sous-Bois et à Aulnay-sous-Bois contre cette salle de prière. Des travaux sont prévus dans le pavillon pour accueillir les fidèles. A notre connaissance, de nombreux riverains ont signé la pétition.

Bruno Beschizza et Philippe Dallier contre le projet

Cette pétition n’est pas restée inaperçue auprès des édiles des Pavillons-sous-Bois et d’Aulnay-sous-Bois. Une habitante nous annonce que les riverains ont reçu une lettre de Bruno Beschizza, indiquant qu’un recours est en cours contre cette salle de prière qui serait illégale. Bruno Beschizza semble prendre le problème à bras le corps…

MAJ : Il s’agit bien de la cité Sainte-Anne

Bruno Beschizza interpelle Philippe Yvin de la société du Grand Paris pour une maison des projets à Aulnay-sous-Bois

Les travaux de la Société du Grand Paris continuent à Aulnay-sous-Bois. La future gare qui sera située à proximité de la cité de l’Europe va certainement bouleverser le paysage. Cependant, le Maire Bruno Beschizza souhaiterait que certaines propositions soient prises en compte, comme une maison des projets. Pour l’instant, ces propositions ont été refusées. M. Beschizza relance donc M. Yvin de la Société du Grand Paris, via une lettre que vous pouvez découvrir en cliquant sur l’image ci-contre.

Source : communiqué de la communication du Maire d’Aulnay

Bruno Beschizza demande l’expérimentation de la Brigade de Soutien de Quartier à Aulnay-sous-Bois

Bruno BESCHIZZA, Maire d’Aulnay-sous-Bois, s’adresse à M. Gérard COLLOMB, Ministre de l’Intérieur. Il lui fait part de l’intérêt de la Ville d’Aulnay-sous-Bois afin de participer à l’expérimentation de la police de la sécurité du quotidien.
Pour lire le courrier, cliquer sur l’image ci-contre.

Discours de Bruno Beschizza pour l’Aïd El Adha à la mosquée d’Aulnay-sous-Bois

Crédit : Noé d’Aulnay

Le Maire Bruno Beschizza, accompagné du député de la 10ème circonscription de la Seine-Saint-Denis, Alain Ramadier, a souligné l’importance de la fête de l’Aïd El Adha (fête du sacrifice) ce vendredi à la mosquée d’Aulnay-sous-Bois.

Si ce discours relativement neutre et n’annonçant rien d’exceptionnel a été salué par de nombreux fidèles, d’autres ont trouvé cette intervention un tantinet déplacé. Noé d’Aulnay, célèbre dans les réseaux sociaux, et d’autres, ont été les plus véhéments. On peut lire ainsi sur Facebook :

 » Je ne saisie pas le sens de l’intervention des politiques dans les lieux de cultes quelqu’ils soient. Hormis un objectif vénal et électoraliste. En revanche recevoir régulièrement les représentants des cultes afin de co-construire le vivre ensemble et la tolérance sur un territoire, voici probablement le rôle d’un exécutif local. Tout le reste n’est que fumisterie etne contribue en rien à la connaissance de l’autre et à faire avancer la tolérance. Bien
au contraire ! No comment« 

L’école du numérique à Aulnay-sous-Bois remercie Bruno Beschizza et Frank Cannarozzo

@SimplonAulnay

L’école du numérique à Aulnay-sous-Bois organisait un repas de fin d’année. Le Maire Bruno Beschizza et l’adjoint Frank Cannarozzo ont fait le déplacement, remerciant au passage à leur tour le programme éducatif et les succès rencontrés :

« Merci à @brunobeschizza , @DurolletF et à @FrankCannarozzo , nos partenaires @FondationFACE et @epaidf d’être venu au repas de fin d’année.« 

Terrorisme islamiste, un tweet de Bruno Beschizza qui passe mal chez certains habitants d’Aulnay-sous-Bois

Les attentats de Barcelone et de Cambrils restent dans les mémoires, et de nombreuses personnalités politiques en sont allées de leur petite déclaration. Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois mais également conseiller régional et président de Paris Terre d’Envol, n’a pas attendu longtemps avant de réagir. Son tweet est court, mais a fait beaucoup de remous :

« Une nouvelle fois, le terrorisme islamiste frappe une ville européenne. Solidarité et pensée pour les victimes de l’attentat de #Barcelone.« 

Si de prime abord cela n’apparaît pas choquant, le terme « terrorisme islamiste » n’a pas été au goût de tout le monde. Des musulmans à Aulnay se sont offusqués de ce terme et demande des excuses. Preuve il en est de l’ambiance plutôt délétère qui règne sur la ville.

Les commentaires sur le Tweet de Bruno Beschizza, compte géré par lui-même, sont très violents. Est-ce que le Maire va demander la protection fonctionnelle lors du prochain conseil municipal pour attaquer celles et ceux qui l’insultent ? Ou va t-il présenter ses excuses auprès des fidèles lors de sa prochaine visite à la Mosquée d’Aulnay, comme certains l’affirment sur Facebook ?

Nous avons supprimé les propos peu élogieux envers l’édile d’Aulnay sur l’image ci-contre, mais ce que nous avons récupéré montre à quel point certaines personnes en veulent à Bruno Beschizza.

 

Réaction de Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, suite à l’attentat de Barcelone

Vous trouverez en cliquant sur l’image ci-contre le communiqué de Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, concernant les attentats commis en Espagne hier.

Hervé Suaudeau inquiété pour une possible diffamation envers le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza

Certains diront que M. Beschizza n’aiment pas les (vrais) blogueurs, ou qu’il n’aime pas la critique sur certains blogs. Plusieurs blogs ont ainsi été inquiétés depuis son arrivée à la mairie d’Aulnay-sous-Bois, pour des faits différents. La dernière affaire concerne Hervé Suaudeau, homme politique émérite tendance EELV / Extrême Gauche. Ce qu’on lui reproche ? Une interview accordée à l’écho, journal Belge, où il critique une supposée proximité avec certains types de personne peu fréquentables. Etant donné que l’exécutif s’adonne à la méthode « Walker Texas Ranger », nous éviterons de diffuser les propos – certes graves – de M. Suaudeau.

Confusion avec un prêt de salle

S’il est vrai que M. Beschizza avait prêté une salle à l’association EMJF qui avait elle-même invité un prédicateur polémique, ce qui n’est pas illégal, M. Suaudeau est allé plus loin en affirmant que M. Beschizza soutenait des personnes peu fréquentables. Cette accusation, grave si M. Suaudeau est capable de le prouver, est bien différente de l’affaire d’un prêt de salle. Les deux hommes, qui soufflent le chaud et le froid, s’affrontent donc sur un terrain judiciaire glissant, ou chacun pourrait y perdre des plumes.

Alain Boulanger alerte Hervé Suaudeau sur les risques de ses allégations

Alain Boulanger, président de Capade, a connu lui aussi quelques déboires avec la justice pour des propos jugés diffamants et publiés dans Le Parisien, il y a de cela bien longtemps. A l’époque, c’était le Maire Jean-Claude Abrioux qui l’avait attaqué, et avait gagné. Cette affaire avait coûté à M. Boulanger une coquette somme. Depuis, M. Boulanger est devenu beaucoup plus prudent et réfléchi. Interrogé sur cette affaire, il indique :

« Il est plutôt positif de constater que l’augmentation des supports de communication amène mécaniquement une augmentation des possibilités d’expression. Malheureusement cette progression exponentielle développe parallèlement souvent sous le couvert d’anonymat à des prises de risque quant aux fêtes de confondre vérité et supputation. La liberté d’expression doit s’accompagner pour tout un chacun de la possibilité de prouver ce que l’on affirme afin d’éviter en retour d’être attaqué pour diffamation. En résumé supputation ou autre allégations non prouvée font prendre à leurs auteurs des risque judiciaires et peut-être financiers par le fait qu’il existe malgré tout un “cadre” pour ce qui peut être dit également et sur ce qui a contrario peut être sanctionné pour ne pas avoir respecté ce “cadre”.« 

Certains propos grossiers facilement démontables

Hervé Suaudeau prend ses responsabilités par rapport à ses déclarations. Mais d’autres propos peuvent faire bondir le plus tatillon d’entre nous :

« Les habitants du sud ont des revenus deux fois plus élevés que ceux du nord. « Le nord est défavorisé. Il compte jusqu’à 40% de chômage. Tous les quartiers n’ont pas accès à internet »

Il serait étonnant que des quartiers d’Aulnay entier n’aient pas Internet (et donc pas de téléphone fixe). Ce propos est assez étrange, oo il faudrait le prouver. Peut-être que M. Suaudeau a confondu « Internet » avec « Haut Débit » ?

« Les gens du sud ne vont pas au nord, et inversement », poursuit-il. « D’ailleurs, c’est vrai pour tout Paris. Les habitants du sud et du centre ne viennent pas au nord, par peur que leur voiture soit incendiée. Mais c’est idiot, la criminalité n’est pas beaucoup plus élevée ici qu’ailleurs en France. Aulnay est victime de l’image qu’on en donne aux infos. »

Là aussi, il généralise – certainement par rapport à son propre mode de vie – et apporte des contrevérités. Nous connaissons plusieurs familles du Sud qui vont dans le Nord de la ville (CAF, marché du Galion, Parc du Sausset, Parc Ballanger, Paris Store, Bricoman…) et inversement. Et parler des incendies de voiture dans le nord stigmatise tout un pan de la ville, ce qui est dommage lorsque l’on souhaite promouvoir l’image de cette même ville. Et puis le propos « la criminalité n’est pas beaucoup plus élevée ici qu’ailleurs en France » mériterait quand même des explications chiffrées et non sorties du chapeau, afin de renforcer ses propos.

« Dans les années cinquante, une ancienne usine du Comptoir des minéraux de matières premières (CMMP) a été installée au cœur d’Aulnay, près d’une école, avant de fermer ses portes vingt ans plus tard.« 

C’est totalement faux, le site a été implanté en 1937, et non dans les années 50. Et elle n’a pas fermé 20 ans plus tard…

« Après plusieurs années, nous avons obtenu une dépollution du site. Nous nous battons aujourd’hui pour qu’on indemnise les victimes.« 

Ici, Hervé Suaudeau s’auto-congratule sur quelque chose sur laquelle il n’a eu que peu d’incidence. On peut détester l’ancien Maire Gérard Ségura et la façon dont il a traité le dossier, mais c’est bien sous l’impulsion de ce dernier que le site a été dépollué. M. Suaudeau aurait dû rendre à César ce qui est à César…

Lettre ouverte d’Aulnay Environnement à Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois

Monsieur le Maire,

Vous avez pour projet de « réhabiliter » l’ex place Camélinat que vous avez rebaptisée « Jean-Claude Abrioux » et la rendre aux piétons en y interdisant le stationnement des automobiles. C’est une bonne idée.

Vous voulez creuser sous la place pour y installer un parking souterrain. C’est une très mauvaise idée.

  • Cela perturbera l’écoulement d’une nappe phréatique très peu profonde dans cette partie de la commune et affectera toutes les constructions environnantes.
  • Cela entraînera la destruction des tilleuls qui ont encore devant eux plusieurs siècles d’espérance de vie, qui sont un des ornements de la place et une source de fraîcheur en période de chaleur.
  • Cela coûtera très cher : 5 millions d’Euros sur le budget de la commune.

Or vous le savez, le nouveau gouvernement va demander de nouveaux efforts financiers aux collectivités, 11 milliards d’euros sur les 50 milliards d’économies publiques prévues sur 2015-2017, sous la forme d’une baisse des concours financiers que leur verse l’État.

L’association des maires de France vient d’alarmer le gouvernement qui va leur imposer de faire des « arbitrages douloureux entre les services rendus aux populations, y compris les plus fragiles, et une diminution massive de leurs investissements. »

Nous vous prions instamment de faire le bon choix : renoncer à un investissement inutilement coûteux plutôt qu’aux services rendus à la population.

 On peut renoncer au parking souterrain sans abandonner l’idée de libérer de la place.

  • Un investissement moins coûteux est possible : la transformation de l’ancienne perception de la Rue des Écoles en parking à trois niveaux, qui pourra contenir autant  de véhicules, sinon plus, que la place. Ce parking peut être construit sans détruire une façade typique des années 30 et sans défigurer le quartier. Les architectes ont démontré qu’ils sont capables de reconstruire en conservant une façade.
  • Ce choix aurait l’immense avantage de faire entrer et sortir les véhicules loin du passage des enfants du collège et des écoles maternelles et élémentaires qui vont être installées dans l’ancienne annexe Barrault. Aménager les accès d’un parking souterrain en pleine zone de passage de centaines d’enfants est une aberration.

Choisir cette solution alternative aura donc de multiples avantages : elle contribuera à préserver l’équilibre financier de la commune et la sécurité de nos enfants.

Il faudrait saisir l’occasion de ces nouvelles contraintes budgétaires pour consulter la population du quartier, riverains et parents d’élèves, ce qui n’a jamais été fait, malgré la pétition que nous vous avons présentée.  Les conseils de quartier doivent fonctionner comme une institution démocratique, et non plus comme une sorte de conférence de presse où les représentants de la municipalité sont seuls maîtres du débat, refusent le micro aux contradicteurs et tournent en ridicule les défenseurs d’un projet alternatif.

Ainsi vous pourrez faire de l’aménagement de la place J-C Abrioux une vitrine  positive de votre mandature.

Source : communiqué Aulnay Environnement

%d blogueurs aiment cette page :