Publicités

Archives du blog

Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, veut sauver Notre Dame de Paris

Le maire d’Aulnay-Sous-Bois, s’associe à l’élan de solidarité et vous invite à participer à la reconstruction de la cathédrale « Notre-Dame de Paris ».

Si vous souhaitez faire un don à un organisme certifié.

Rendez-vous en ligne sur :

Source : site de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Publicités

La CFTC s’adresse au Maire d’Aulnay-sous-Bois pour améliorer les conditions de travail à la mairie

Monsieur le Maire,

En plusieurs occasions, le syndicat CFTC vous a fait part de la preoccupation légitime des agents de la collectivité quanta la juste valorisation de leur travail.

Le résultat des elections professionnelles adresse un message fort avec la confiance donnée a la CFTC

Monsieur le Maire, ii est temps, aujourd’hui, de répondre aux attentes de nos agents sur des amelioration concretes.

1. Les TICKETS RESTAURANT

Depuis des années, la valeur faciale n’a plus évolué. De plus nous sommes en-dessous de la moyenne nationale qui est d’aujourd’hui de 8€. Une fois encore, nous ne souhaitons pas tramper les agents en demandant !’impossible.
La progression de la valeur faciale de 6€ a 7€, permettrait un rattrapage partiel et constituerait une premiere avancée.
En syndicat responsable, nous savons que !’augmentation d’1€ (soit 0.60€ pour la ville, pour 1800 bénéficiaires) représente un effort pour la collectivité.  Mais cet effort est possible. II sera bénéfique pour les agents.

Monsieur le Maire, la CFTC demande !’augmentation de la valeur faciale du ticket restaurant a 7€ immédiatement, nous ne pouvons plus attendre.

2. COMPTE EPARGNE TEMPS

Depuis sa mise en place dans notre collectivité, en 2004, un certain nombre d’agents de la ville ont atteint le maximum de 60 jours pouvant être cumules sur leur CET. Aujourd’hui ils sont utilises pour des congés supplémentaires.  Une solution de valorisation est possible par la monétisation du CET.

Elle permet d’améliorer le pouvoir d’achat des fonctionnaires et agents publics, gelé par les gouvernements successifs depuis plusieurs années.

Plusieurs options sent possibles :

  • La monétisation du CET, selon le tarif journalier en vigueur, pour les agents qui le souhaitent, et selon un plafond a définir (nombre maximum de journées/an)
  • La conversion de jours de CET en points de retraite RAFP (regime de retraite additionnelle de la Fonction publique), toujours selon un quota a définir. Cette conversion a l’avantage de ne pas tenir compte du plafonnement des 20% et de ne pas etre soumise a l’impôt sur le revenu (contrairement a la monétisation du CET).

Conscient que la monétisation est compliquée a court termes, La CFTC demande la mise en place immediate du dispositif de conversion CET en points de retraite RAFP

3. Prise en charge Mutuelle

La collectivité participe au financement de la mutuelle. Celle-ci pourrait être utilement revalorisée pour les agents des categories B et C.

Nous proposons les modifications suivantes :

  • Catégorie C: Modification de la participation de 25,10€ a 40€ soit une augmentation de 14.90 €
  • Catégorie B : Modification de la participation de 15€ a 25€ soit une augmentation de 10€

4. Bien être des agents

Nous proposons d’agir sur le bien être des agents pour lutter centre l’absentéisme.

La ville pourrait encourager la pratique du sport pour améliorer les conditions de travail des agents et creer une dynamique afin de lutter centre un absentéisme trop élevé préjudiciable aux agents et aux services.

La CFTC propose que cette activité sportive soit comptabilisée dans le temps de travail.

Les modalités pratiques de cette action qui pourrait prendre la forme d’un credit horaire hebdomadaire restent a definir.

De plus, la collectivité peut en parallèle permettre d’avoir un tarif négocie auprès d’associations sportives de la ville partenaire a travers les subventions.

Monsieur le Maire, nous la CFTC demande que la DRH se saisisse immédiatement de ce sujet.

Consciente des preoccupations actuelles des agents de notre collectivité la CFTC fait des propositions pour !’ensemble des agents. Les agents n’accepteront d’être sacrifier aux profits de certains.

Monsieur le Maire, les agents ne peuvent plus attendre.

Source : communiqué de la section syndicale CFTC

Le château d’Aulnay-sous-Bois sera reconstruit d’ici 2022

C’est une surprise totale mais qui ravira très certainement les amateurs d’histoire, du patrimoine et de la vie de châtelain : le célèbre château d’Aulnay-sous-Bois, qui se trouvait aux alentours de la rue Kléber non loin du siège de la police municipale, sera reconstruit quasiment au même endroit d’antan, selon la volonté de l’exécutif municipal qui souhaite redonner à la ville un emblème à la hauteur de son image.

Un projet de plus de cent millions d’euros et des préemptions

La rédaction a contacté les services de la mairie pour en savoir plus sur les tenants et les aboutissants de ce projet gargantuesque. Selon les plans initiaux élaborés par les services techniques, le futur chateau sera construit à l’identique du bâtiment initial moins quelques dépendances à cause du manque de foncier. L’emplacement se situe entre l’avenue Kléber, la rue Camille Pelletan et la rue Marceau, juste au nord des bâtiments de la police municipale. Une partie de la rue Camille Pelletan, partant vers le Nord depuis le rond-point du château, sera privatisé pour servir d’entrée officielle au nouveau domaine. Au total, c’est pas moins de 22 000 m² qui sont préemptés avec des pavillons qui seront rachetés puis détruits pour faire place nette au chateau.

Ce projet titanesque semble confrontés à ses premières difficultés puisque selon nos sources, certains propriétaires semblent réticents à l’idée de céder leur pavillon, et pourrait jouer sur les recours pour retarder les travaux.

Un projet sous la supervision du Cahra et de Stéphane Bern

Afin de pouvoir reproduire à l’identique le château d’Aulnay tout en utilisant des matériaux modernes et faciles d’accès, la municipalité d’Aulnay a confié au Cercle Archéologique et Historique de la Région d’Aulnay (CAHRA) la maîtrise d’ouvrage. Cette association dispose de nombreux documents d’époques permettant de mieux connaître les détails tant au niveau de l’architecture du château que sur la disposition des jardins. Le CAHRA a d’ailleurs pris contact avec la municipalité de Livry-Gargan pour récupérer quelques fresques, mosaïques et parements de pavillons qui ont été construits à l’aide des vestiges du château.

Autre fait qui a suscité notre intérêt : le célèbre présentateur, animateur, journaliste et passionné de châteaux Stéphane Bern participera aux différents ateliers, à la demande express de Bruno Beschizza, afin de mener à bien le chantier et apporter son expérience et son savoir-faire. Nous ne savons pas cependant quels seront les émoluments exigés par M. Bern.

L’opposition sceptique voire hostile au projet

Si le futur château apportera indiscutablement une visibilité positive à la ville et la visite de nombreux touristes passionnés d’histoire, le coût de l’opération et la suppression de certains pavillons de caractère semblent provoquer une hostilité remarquable de la part de l’opposition. Ainsi, Benjamin Giami (LREM), que nous avons joint par téléphone, s’alarme de l’augmentation de la dette qui résulterait de ce chantier. Guy Challier (PS) trouve quant à lui regrettable de supprimer des logements à proximité d’artères commerçantes pour un projet qui ne bénéficierait qu’à une minorité.

Alain Amédro (EELV) fut aussi très acerbe vis-à-vis de ce projet de construction de château mais reconnait que retrouver les vestiges de ce qui furent les emblèmes de la ville part d’un bon sentiment. Interrogé sur cette volonté de retrouver une partie de l’héritage Aulnaysien, M. Amédro nous a confié qu’il souhaiterait plutôt raser le vieux quartier pavillonnaire de Chanteloup pour y faire renaître la forêt de Bondy, en y plantant principalement des Aulnes. « N’est-ce pas le véritable emblème de la ville », nous a t-il soupiré…

Un chateau aux multiples fonctions

Interrogé par la rédaction, le maire Bruno Beschizza a balayé d’un revers de la main les critiques de son opposition. Selon lui, les retombées économiques seront immédiates, avec des commerces de proximité en plein essor et un quartier du Vieux-Pays re-dynamisé. De plus, les nombreux visiteurs attendus permettraient de couvrir largement l’entretien du château et apporter des bénéfices.

M. Beschizza entend également utiliser le bâti pour y héberger quelques services de la ville, développer les activités culturelles (chants, danses, défilés…) et permettre au Maire d’inviter les personnalités remarquables de passage dans la ville. Des appartements y seraient également loués pour les personnalités politiques et médiatiques, avec un service de restauration étoilé.

Quant aux riverains inquiets de la disparition de leur pavillon, M. Beschizza nous a rappelé que les espaces qui se libèrent sur le terrain de PSA permettraient rapidement de reloger les familles impactées, avec une promesse d’avoir une superficie habitable et un terrain plus importants que ce que les foyers ont jusqu’à présent. De quoi rassurer – ou pas – les personnes qui s’inquiètent de ce projet qui sera débattu lors du prochain conseil municipal.

Lettre ouverte au Maire d’Aulnay-sous-Bois de Force Ouvrière concernant l’augmentation du régime indemnitaire

Monsieur le Maire,

Le personnel réuni en Assemblée Générale ce jour, à l’initiative de notre syndicat, a été informé des négociations qui ont eu lieu avec la Municipalité le 12 mars 2019 sur la revendication de revalorisation du régime indemnitaire de 200 euros.

La proposition que nous a fait Madame MAROUN de mettre en place une cellule pour faciliter l’obtention de la prime d’activité aux agents qui peuvent y prétendre a été jugée à l’unanimité des participants : HORS SUJET !!!

Ceci est une bonne initiative que nous soutenons sur le fond mais qui ne correspond pas aux attentes des agents.

Il est à noter que deux assistantes sociales s’occupent déjà de ces dossiers depuis un mois et que la prime d’activité est une mesure gouvernementale revalorisée suite au mouvement des gilets jaunes . Cette prime est conditionnée au revenu fiscal du foyer, même les plus petits salaires dont le conjoint dépasse le plafond de revenus ne pourront y prétendre.

Des promesses nous ont été faites :

  • Pour les tranches des salariés qui ne peuvent pas bénéficier de cette aide des augmentations du régime indemnitaire seront peut être octroyées au cas par cas une fois que les dossiers « prime d’activité » seront clos.

Hors sujet encore, notre revendication est une augmentation de 200 euros du régime indemnitaire pour tous !!!

Les tickets restaurants et la part mairie de la mutuelle seraient augmentés avant la fin de votre mandat, nous prenons acte car c’est une revendication que nous portons depuis de trop nombreuses années. Cela malheureusement ne concerne que les agents qui en bénéficient.

Depuis plusieurs années maintenant, le point d’indice des fonctionnaires n’augmente plus et les conditions de travail se dégradent.

Des efforts sont constamment demandés aux agents : baisse du régime indemnitaire en cas de maladie ordinaire, suppression de jours de congés, etc…

On nous culpabilise en nous tenant le discours suivant : Si la Municipalité augmente le régime indemnitaire, elle sera mise sous la tutelle du préfet ! Mais Monsieur le Maire combien d’économie la collectivité a t’elle fait années après  années ?

Le point d’indice bloqué depuis 9 ans, les suppressions de postes, le cadeau de fin d’année du personnel, la baisse de la participation de l’AEPC aux vacances des agents etc… On se moque de nous !

Les salariés de la ville, ceux dont les fins de mois commencent dès le début du mois, ceux qui peinent à payer leurs loyers, leur chauffage, certains ne mangeant plus à leur faim attendent des mesures fortes de votre part pour améliorer leur quotidien.

NOTRE REVENDICATION N’A PAS CHANGÉE FORCE OUVRIÈRE DEMANDE L’AUGMENTATION DE 200 EUROS DU RÉGIME INDEMNITAIRE POUR TOUS NOUS NE LÂCHERONS RIEN !!!

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de notre haute considération.

Source : lettre de Syndicat Force Ouvrière

Bruno Beschizza accepte le débat national à Aulnay-sous-Bois mais sous conditions

Bruno Beschizza, maire (LR) d’Aulnay accepte d’organiser le débat mais uniquement au profit de sa population. « Il n’est pas question de défendre l’action ou les projets du gouvernement mais bien de donner la parole à tous les citoyens », souligne-t-il. Tout comme Sevran qui veut, lui aussi « faire vivre le débat ».

Dans le département de Seine-Saint-Denis, aucun maire n’est étiqueté LREM. Pour défendre le projet du président demeurent donc les députés de la majorité. Stéphane Testé va mouiller la chemise en participant à tous les débats des villes de sa circonscription. Notamment à celui de Clichy, où il est conseiller municipal et pour laquelle la ville va faire appel à une société privée, comme elle en a l’habitude pour les réunions publiques.

Pour les maires qui n’ont pas l’intention de faire appel à des intervenants extérieurs, le député a la solution. « Les élus peuvent se tourner vers la commission nationale du débat public qui leur fournira du personnel, précise-t-il. Un site Internet en cours de développement devrait proposer une liste de toutes les ressources mises à la disposition des maires ».

Source et article complet : Le Parisien

Lettre de Benjamin Giami à Bruno Beschizza, maire d’Aulnay-sous-Bois concernant la concertation

« Quand toute la France va débattre, notre ville ne peut rester au bord du chemin »

Notre pays vient de vivre des semaines douloureuses.

Après avoir apporté des premières réponses aux revendications légitimes de nombreux manifestants, le Président de la République a annoncé un grand débat national et a demandé au gouvernement de le mettre en oeuvre.

Il a chargé la Commission Nationale du débat public de veiller au respect du libre accès de l’information et à la garantie d’une véritable concertation.

Cette commission enregistrera et accompagnera ces débats. Elle a d’ores et déjà produit un kit de préparation et de tenue des débats, ainsi que des stands destinés à accueillir et à faciliter la parole citoyenne.

En outre, le Gouvernement a invité les maires des communes de France à être les relais et les garants d’une démarche permettant librement à nos concitoyens d’exposer leurs points de vue, leurs demandes et leurs revendications afin que ceux-ci soient transmis dans les meilleures conditions. Dans chacune des 35 000 communes du pays, il sera ainsi possible d’organiser ces débats à l’échelle du quartier comme de la ville.

Aulnay-sous-Bois, ville de plus de 83 000 habitants, ne saurait rester absente de l’immense exigence de démocratie qui, au-delà même des revendications diverses formulées dans les manifestations, vient de tous les Français.

Car les difficultés, la demande d’écoute et d’attention, l’exigence de réponse, si elles sont bien sûr nationales, prennent forme dans chaque village comme dans chacun de nos quartiers.

Par conséquent, Monsieur le Maire, une concertation d’une telle ampleur qui veut donner la parole à tous et surtout à ceux qui n’ont pas souvent les moyens de se faire entendre, suppose que notre ville se mobilise et se donne les moyens de le faire.

Vous avez les moyens d’en décider. Nous vous demandons donc de prendre la responsabilité d’organiser ce débat dans les meilleures conditions.

A l’Hôtel de Ville, notre maison commune, mais aussi dans les mairies annexes de quartier, au Centre administratif municipal, au Service Jeunesse, au théâtre Prévert, au Cap, ou encore dans les bibliothèques municipales, nous vous invitons à placer des cahiers de doléance qui seront à la disposition des Aulnaysiens.

Parce que nous devons redonner confiance en la vie publique de notre pays, les élus de notre groupe, par-delà les différences de sensibilités que nous pouvons connaître, sommes disponibles pour vous accompagner dans cette démarche.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes salutations distinguées.

Benjamin GIAMI
Conseiller municipal
Président du groupe
« Rassemblement pour Aulnay »

La mairie d’Aulnay-sous-Bois perd en justice une seconde fois pour opacité sur le financement aux associations EMJF et ECM

Le jugement est d’autant plus problématique pour la mairie qu’il souligne l’entrave pour obtenir les informations sur le financement municipal des associations qui ont fait la promotion du salafisme. Or, c’est pour avoir dénoncé ce financement, qu’Hervé Suaudeau, co-directeur de publication de MonAulnay.com, est aujourd’hui poursuivi en diffamation – avec les moyens municipaux – par le maire. Le blogueur soulignait la contradiction entre les discours nationaux de Bruno Beschizza, très sévères avec l’islamisme, et sa politique locale de financement massif d’associations ayant notamment invité des prédicateurs radicaux controversé jusque dans la presse nationale.

Le Tribunal Administratif de Montreuil vient d’annuler la décision de refus de communication par la Mairie d’Aulnay-sous-Bois de pièces démontrant le financement municipal controversé aux associations EMJF et ECM (aujourd’hui remplacée par LNA). La décision lue en audience le 6 décembre 2018, souligne les entraves successives, durant 14 mois, qu’a mis en place l’exécutif municipal pour fuir la transparence sur ce sujet. La mairie de Bruno Beschizza n’a en effet commencé à envoyer des documents qu’une fois le recours au tribunal administratif lancé. Pire, elle a même été jusqu’à recruter une fois de plus son prestigieux cabinet d’avocat pour rédiger deux longs mémoires en justice écrivant notamment la fausse information que « le requérant a obtenu satisfaction » pour éviter de donner des copies de simples documents de financement votés en conseil municipal. À l’audience, la défense du maire jurait finalement qu’ils allaient envoyer au juge les documents manquants. Le juge a fait cette cinglante réponse : « ce n’est pas à moi qu’il faudrait envoyer ces documents, mais à M. Suaudeau ».

M. Beschizza est un récidiviste du point de vue du tribunal

Le tribunal n’a pas été sensible aux arguments de la défense, car M. Beschizza est un récidiviste. C’est en effet la seconde fois que le juge administratif reproche l’opacité de la mairie, notamment en matière financière. En octobre 2015, après 18 mois de démarches du blogueur pour obtenir des documents pour l’émission Cash Investigation, le même tribunal avait annulé le refus de communication de documents établissant le coût d’un audit sur la vidéosurveillance, ainsi que les frais de pose et de maintenance de caméras au sein de la ville.

Un contexte de harcèlement judiciaire municipal

Ironie amère pour l’édile, le même jour où la mairie fait venir via le tribunal un huissier au domicile d’Hervé Suaudeau pour le citer en correctionnelle, le Tribunal Administratif dans sa conclusion enjoint aussi des huissiers contre le maire pour faire appliquer sa décision. Le rédacteur a dénombré 18 « procédures bâillons » (selon ses termes) contre des blogueurs ou opposants politiques, dont trois contre lui. Selon une source policière, Bruno Beschizza serait le probable  recordman d’IDF de ce genre de procédures payées avec l’argent du contribuable. Certains policiers ont confiés être agacés par l’encombrement judiciaire d’affaires par celui-là même qui dans les médias dénonce régulièrement la prétende inefficacité et le supposé laxisme de la justice.

Pièce connexe : jugement

Source : communiqué Hervé Suaudeau

Lettre ouverte de FO Communaux d’Aulnay-sous-Bois à Bruno Beschizza, des actions à prévoir

Monsieur le Maire,

Le 15 novembre 2018, FO affirmait son soutien aux « gilets jaunes » et vous interpellait pour connaitre votre position.

Très rapidement vous avez fait connaitre votre solidarité avec ce mouvement citoyen.

Aujourd’hui, FO vous interpelle principalement concernant les agents qui utilisent leur véhicule personnel pour le service.

Monsieur le Maire, la solidarité à travers un tract c’est une chose, maintenant nous vous demandons des actes.

AUGMENTEZ LES PRIMES des agents qui ont des frais de gasoil pour la collectivité c’est ça la solidarité !

AUGMENTEZ LES PRIMES de vos agents qui touchent pour certains a peine 1000 euros !

AUGMENTEZ LES TICKETS RESTAURANTS c’est pour certains agents le seul vrai repas qu’il font chaque jours.

FO ANNONCE d’ores et déjà une action de forte ampleur dans les semaines a venir concernant l’augmentation des salaires.

Monsieur le Maire, recevez l’expression de notre entière considération.

Source : lettre ouverte de Force Ouvrière au Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza

Halte à la récupération politique ! À Aulnay-sous-Bois, il n’y a vraiment plus ni boussole, ni pilote !

Bruno Beschizza, en perte de vitesse dans la ville, il tente d’attirer éperdument les électeurs qui lui filent entre les doigts.

Alors qu’il a détruit, dès son élection, le ciment social construit depuis plus de quinze ans (suppression des assistantes sociales mises en place par le Conseil Général, ACSA vidée de ses moyens …), il se présente aujourd’hui comme le défenseur du petit peuple, allant jusqu’à enfiler un gilet jaune sur les marchés de la ville et courir tous les médias.

Alors que les besoins des habitants de notre ville sont de plus en plus délaissés et que l’exécutif municipal ne maîtrise plus aucun des grands dossiers et empile les erreurs, le maire cherche à faire une récupération politique inacceptable, lui qui a soutenu le candidat François Fillon qui proposait… une augmentation de 2 points de TVA ! Cherchez l’erreur…

Où allons-nous en matière d’urbanisme ? Quand le maire donnera-t-il tous les documents concernant les permis de construire délivrés depuis avril 2014 ?

Quid des projets immobiliers du quartier Mitry-Princet, de la Croix Blanche, du site PSA ?

A part de la communication à outrance et des inaugurations avant l’heure, il n’y a strictement rien de concret aujourd’hui et sans doute rien avant 2020.

Quels résultats réels en matière de sécurité alors qu’il en avait fait la colonne vertébrale de son programme de campagne et qu’il se présentait comme un professionnel ?

Quant à l’école, qu’a-t-il fait depuis 2014, à part l’augmentation des tarifs de cantine qui frappent les familles les plus modestes ?

Depuis l’affaire de l’école Esperance Musulmane de la Jeunesse Française et, dernière bourde en date, la délibération de soutien au CDG Express (qui reléguera encore plus le RER B déjà mal en point), Bruno Beschizza navigue à vue.

Il n’y a plus de pilote à Aulnay-sous-bois.

Il est temps que les forces vives de notre ville se rassemblent pour préparer les prochaines échéances.

Source : communiqué de Mohamed Ayyadi et de Benjamin Giami, conseillers municipaux  LREM à Aulnay-sous-Bois

Le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza s’adresse au Comité des Usagers du RER B Nord

Madame, Monsieur,

Depuis le 22 octobre dernier, la commune d’Aulnay-sous-Bois accueille l’enquête publique relative à la demande d’autorisation environnementale concernant le projet CDG-Express.

En 2016, j’avais exprimé des doutes quant à l’intérêt de ce projet pour les territoires qu’il traverse. Le CDG-Express ne profite pas à nos villes mais va entrainer de nombreuses nuisances pendant les travaux et risque de perturber le fonctionnement d’un RER B déjà en dysfonctionnement chronique.

En effet, avec 8 trains par heure, de 5 heures à minuit chaque jour, et avec une vitesse de 160km/h minimum, les rames du CDG-Express engendreront une grande pollution sonore. De plus, les travaux nécessaires jusqu’en 2024 pour mener à bien ce projet seront également source de désagréments avec d’importantes interruptions de trafic pour ceux qui empruntent quotidiennement la ligne B du RER et la ligne K du réseau transilien.

En l’état, ce projet risque de dégrader le service de transport public global des Sequanodyonisiens, dont la qualité est déjà très perfectible. J’ai donc proposé que la Ville d’Aulnay-sous-Bois rende un avis défavorable à la demande d’autorisation environnementale du CDG-Express.

Si l’objectif du projet du CDG-Express de renforcer l’attractivité de notre région, son développement économique mais aussi d’accompagner l’arrivée du nouveau terminal T4 de l’aéroport Roissy – Charles de Gaulle est louable, il ne concernera qu’environ 17.000 voyageurs par jour. Il me parait plus prioritaire d’avancer sur les lignes 16 et 17 du Grand Paris Express et de répondre aux besoins des 900.000 voyageurs quotidiens du RER B et de la ligne K.

Je me félicite que lors du Conseil municipal du 14 novembre dernier, l’ensemble des élus, de toutes tendances politiques confondues, se soient ralliés à ma position et aient exprimé unanimement un avis défavorable. Je tenais à vous en informer personnellement.

Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en l’expression de mes salutations distinguées.

Source : lettre de Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois

%d blogueurs aiment cette page :