Archives du blog

La droite LR à Aulnay-sous-Bois règne de manière insolente faute d’alternative crédible ?

Les élections municipales de 2020 et les élections départementales de 2021 ont montré que la droite LR semblait intouchable à Aulnay-sous-Bois. Dans le dernier numéro d’Oxygène, plusieurs pages sont consacrées à ce triomphe insolant. A l’image de Puteaux, Levallois-Perret sous l’ère Balkany ou de Drancy sous domination de la famille Lagarde (certes officiellement UDI), Aulnay-sous-Bois semble promise à un avenir LR et ce peut-être pour de longues décennies.

Le Maire Bruno Beschizza analyse cet engouement pour sa personnalité et son équipe municipale par une présence sur les marchés, l’écoute des Aulnaysiens. Il est vrai que les poignées de main permettent de se mettre dans la poche des électeurs qui, par le bouche à oreille, peuvent propager la bonne parole.

Au-delà de l’abstention record qui montre un désintérêt croissant des Aulnaysiens pour la vie politique locale, il est également vrai que l’opposition semble en mal d’inspiration et d’initiative. On ne gagne pas des élections via les réseaux sociaux ou des tracts distribués à la va-vite. Les Aulnaysiens dans leur vaste majorité n’en ont que faire de l’écriture inclusive – qui on le rappelle est proscrite par l’Education Nationale – et des considérations métaphysiques. Et ce n’est pas en faisant campagne quelques mois avant une échéance pour disparaître aussitôt que Bruno Beschizza aura des soucis pour dormir tranquille.

Bref, en attendant les élections législatives de 2022 qui seront très certainement gagnées par LR à Aulnay-sous-Bois, l’opposition va t-elle partir en vacances ou tenter de mettre à contribution cette période pour revenir avec des idées crédibles pour les Aulnaysiens ? Quid de LREM, du RN et des autres forces politiques majeures qui ne semblent pas vraiment trouver un ancrage au niveau local ?

Jordan Bardella dénonce «l’islamodroitisme» de Valérie Pécresse en visant le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza

Largement soutenue pendant cette campagne électorale par des personnalités politiques de divers horizons, Valérie Pécresse, la candidate à sa réélection en tant que présidente de la région Île-de-France, a été accusée par Jordan Bardella du RN de représenter «l’islamodroitisme».

Le débat d’entre-deux-tours en Île-de-France, quelques jours avant la tenue du second tour des régionales, a été marqué par une passe d’armes entre la présidente sortante de la région Valérie Pécresse, ancienne membre des Républicains (LR), et le vice-président du Rassemblement national (RN) Jordan Bardella.

«Mme Pécresse, vous avez beaucoup dénoncé pendant cette campagne l’islamogauchisme, mais personne ne parle de l’islamodroitisme et de votre véritable visage», a lancé le bras droit de Marine Le Pen.

Après avoir exprimé, en novembre 2020, son souhait de «débusquer les islamogauchistes» pendant les régionales, Valérie Pécresse avait également alerté sur le fait que voter pour La République en marche (LREM) ou le RN signifiait «prendre le risque de faire gagner cette gauche des « zadistes » ou des islamogauchistes», en affaiblissant son propre camp.

Sur le plateau de BFM TV, Jordan Bardella l’a ainsi accusée d’avoir comme tête de liste en Seine-Saint-Denis Bruno Beschizza, maire Les Républicains d’Aulnay-sous-Bois. Celui-ci, d’après M.Bardella, a «accordé durant son mandat des locaux publics à des prédicateurs radicaux, dont certains étaient proches des frères Kouachi». Une accusation à laquelle la candidate à sa réélection en Île-de-France a répondu:

«Moi j’ai des policiers sur ma liste, pas des mis en examen.»

«J’ai été pendant six ans harcelé par la majorité de Mme Pécresse», a poursuivi le vice-président du RN, «pour avoir dénoncé les compromissions de la droite avec les maires LR, les associations islamiques, j’ai gagné tous mes procès, que sa majorité m’a faits, j’ai été un lanceur d’alertes pendant cette mandature.»

Source et article complet : Sputnik

Déclaration du PCF Aulnay-sous-Bois suite aux propos du Maire et Les Républicains

Le 1er tour des élections départementales et régionales est marqué par une forte abstention exprimant tout à la fois désintérêt quant aux scrutins et contestation des institutions sclérosées ne laissant aucune place à l’exercice de la citoyenneté
entre 2 scrutins.

C’est un fait que tous les candidats et toutes les forces politiques engagés dans ces élections doivent comprendre pour permettre de transformer nos institutions afin qu’elles instaurent la nécessaire confiance des citoyens en leur pouvoir d’intervention collective sur leurs vies.

C’est avec consternation que nous prenons connaissance de la déclaration de M. B. Beschizza qui, dans un brulot rappelant les pires épisodes de la vie politique contemporaine, insulte, calomnie, dévoie ses adversaires, leurs ambitions pour le département et la région, les projets qu’ils nourrissent avec et pour les citoyens. En un mot, le premier magistrat de la ville se comporte tel un chroniqueur de bas étage cherchant à faire “le buzz”. Ce comportement est indigne d’un maire, d’un candidat républicain, quand bien même il engage par ses propos son Parti “Les Républicains”.

Se présenter comme un gestionnaire en bon père de famille et se conduire en potentat haineux de tout ce qui diffère de lui n’encourage pas à s’intéresser à la chose publique, à la vie politique!

OUI, il existe une alternative à cette conception quasi totalitaire du débat.

NON, nous ne partageons pas vos conceptions et vos choix destructeurs du service public.

NON, nous ne pensons pas que le marché permet de réguler et d’améliorer les services qu’ils soient de santé, d’éducation ou encore de transport.

NON, nous ne considérons pas que la sécurité des personnes est secondaire, surtout quand on sait que celles et ceux qui vivent le plus l’insécurité sont ceux-là même qui souffrent du manque de service public. Il ne suffit pas de bomber le torse sur les marchés, fier de faire payer à ses administrés une police municipale pléthorique pour que la sécurité soit au rendez-vous !

OUI, un plan d’urgence pour la jeunesse est nécessaire ! Nos candidats de gauche Oussouf Siby et Adélaïde Gandji aux départementales et Julien Bayou, Audrey Pulvar et Clémentine Autain aux régionales s’engagent à faire vivre cette priorité pour l’éducation, pour l’autonomisation, pour la mobilité, pour le logement.

OUI, il y a urgence à modifier intelligemment et de façon volontaire et réfléchie nos comportements et mode de consommation (ainsi que de production d’ailleurs). C’est pour cela que nos candidats veulent favoriser les circuits courts, la  restauration collective en nourriture bio, la lutte contre les passoires thermiques des structures collectives et des habitats collectifs.

OUI, il y a urgence à valoriser tout comportement solidaire, à multiplier les soutiens aux associations qui œuvrent à cela tout en développant des services publics de proximité, partout… et tout particulièrement dans notre département.

OUI, il y a urgence à prendre soin des petits, des aînés. Faire cesser la désertification médicale en finançant les études de celles et ceux qui s’engagent à exercer leurs métiers de santé dans notre département.

OUI, OUI et OUI, nous sommes plein de projets que nous voulons mettre en œuvre avec nos concitoyens dans le respect mutuel, dans la concertation !

Alors OUI, il y a un choix à faire dimanche 27 juin.

Ou continuer à s’autosatisfaire de la situation en insultant qui veut en sortir… ou chercher une issue à ces situations de crises écologique, sociale et démocratique ! C’est cette alternative que choisissent avec clarté les communistes.

Les résultats du 1er tour nous donnent espoir : Le département peut conserver une gestion visant ces objectifs sociaux, écologiques et démocratiques animée par des élus de gauche et écologistes (PCF, LFI, PS, EELV). Malgré les pronostics, la région peut “basculer” dans une nouvelle période de progrès plaçant la réponse aux besoins sociaux et aux exigence écologiques comme objectifs prioritaires !

Est-ce cette perspective qui inquiète M. Beschizza?

Peut-être… mais cela n’excuse en rien la bassesse et la pauvreté de ses propos.

Les aulnaysiennes et aulnaysiens par leur intelligence répondront par les urnes dimanche 27 juin !

Source : communiqué PCF Aulnay-sous-Bois

Le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza ne veut pas d’un parc à la place de l’aéroport du budget

Plusieurs personnalités politiques de droite et de gauche, dont Bruno Beschizza, se sont offusquées des proposition du candidat EELV aux régionales 2021 en Île-de-France Julien Bayou de transformer l’aéroport du Bourget en parc géant.

Parmi les principaux griefs, la perte d’emploi, la destruction d’un patrimoine qui a fait la renommée de la genèse de l’aviation en France (l’aéroport du Bourget accueilli Charles Lindbergh en 1927 lorsque celui-ci traversa pour la première fois l’océan Atlantique en avion).

Faut-il détruire cet aéroport mythique pour y planter des arbres ?

Bruno Beschizza fier des résultats de la vidéoverbalisation à Aulnay-sous-Bois

Depuis 2015, la vidéoverbalisation à Aulnay-sous-Bois c’est : 28 803 interventions et 2 589 auteurs de crimes ou délits appréhendés. En 2020 : 631 réquisitions judiciaires de bandes vidéo. 57% ont permis de faire avancer les enquêtes en cours.

Jordan Bardella annonce une plainte en diffamation contre Valérie Pécresse et fait référence au Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza

Après les tweets de Valérie Pécresse, visant des candidats du Rassemblement National, Jordan Bardella annonce une plainte en diffamation contre sa rivale des prochaines élections régionales.

Le numéro deux du Rassemblement National, Jordan Bardella, tête de liste pour les régionales en Ile-de-France, a annoncé le dépôt d’une plainte en diffamation lundi contre sa rivale Valérie Pécresse (ex-LR) après des tweets visant des candidats RN.

L’équipe de Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, avait dénoncé la présence sur les listes de Jordan Bardella de plusieurs candidats ayant tenu des propos relevant de la « haine des musulmans », de « l’antisémitisme » et du « racisme », notamment « contre les Chinois », sur les réseaux sociaux.

Jordan Bardella avait ensuite affirmé à l’AFP que l’une des personnes incriminées, l’avocat Gilles Naudet, n’avait « jamais possédé de compte twitter » et « n’est évidemment pas l’auteur des propos incriminés ».

« Probablement que Mme Pécresse est un petit peu gênée parce que nous sommes en train de mettre sur la table un certain nombre de dossiers, de compromission de ses élus avec l’islamisme radical au cours de la mandature », a-t-il ajouté.Il estime que la présidente sortante « entretient une ambiguïté avec l’islamisme radical ».

Jordan Bardella a ajouté qu’il avait été « harcelé judiciairement (…) par la majorité de Valérie Pécresse pour avoir dénoncé les accointances notamment de Bruno Beschizza, qui est sa tête de liste dans le 93, le maire LR d’Aulnay-sous-Bois, avec les islamistes radicaux ». « La justice m’a donné raison », a-t-il affirmé.

Source et article complet : BFM TV

Régionales 2021 en Île-de-France, Jordan Bardella accuse le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza d’islamo-droitisme !

Le premier tour des élections régionales 2021 approchent et les premières banderilles fusent. La tête de liste du Rassemblement National, Jordan Bardella, accuse le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza d’Islamo-Droitisme. Dans un tweet vidéo très évocateur, M. Bardella affirme que M. Beschizza flirte avec les islamistes en leur accordant des salles et en investissant dans des écoles islamiques :

De son côté, Bruno Beschizza se défend et estime agir dans les règles en trouvant des solutions par rapport une situation héritée de son prédécesseur, Gérard Ségura :

La campagne est lancée. Pour rappel, Bruno Beschizza a engagé les fonds de la ville d’Aulnay-sous-Bois et de la région pour attaquer Jordan Bardella pour diffamation, ce dernier ayant jusqu’à présent gagné tous ses procès.

La police municipale d’Aulnay-sous-Bois manifeste avec le soutien du maire Bruno Besschizza

A Aulnay-sous-Bois, les agents de la plus importante police municipale de Seine-Saint-Denis ont manifesté, jeudi 3 juin 2021, leur mécontentement après que le Conseil Constitutionnel ait censuré plusieurs articles de la loi Sécurité globale. Le maire (LR) de la ville, Bruno Beschizza a répondu à l’invitation des agents et a dénoncé « une gifle portée à toutes celles et tous ceux qui s’engagent pour protéger nos compatriotes ». 

« La police municipale est totalement écartée »

Une mobilisation qui s’est déroulée dans l’enceinte des locaux de la police municipale d’Aulnay-sous-Bois à l’appel du syndicat CFTC. Les policiers présents étaient particulièrement remontés contre la censure par le conseil constitutionnel de sept articles de la loi Sécurité globale.

« Dans la loi Sécurité globale, la police municipale est totalement écartée, indique David Méseray, président du syndicat CFTC-Police municipale et policier municipal à Aulnay. Si vous prenez l’article 1er qui a été censuré, il prévoyait d’expérimenter un élargissement des pouvoirs de la police municipale sur diverses interventions, ce qui est très intéressant, car on ne demande que ça ». 

Source et article complet : Actu.fr

Le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza s’insurge contre le parachutage des hommes politiques

C’est l’effet « nouveau monde », clame t-il en faisant référence au président Emmanuel Macron et son mouvement La République Est en Marche (LREM). Il vise plus particulièrement Laurent Saint-Martin, tête de liste LREM qu’il affronte dans le cadre des élections régionales 2021 en Île-de-France.

Pour Bruno Beschizza, ce parachutage est indécent. En lisant ente les lignes, le Maire d’Aulnay-sous-Bois estime que la politique n’est pas une affaire de tactique d’appareils, et que pour défendre une collectivité territoriale en voulant se présenter pour la diriger, il vaut mieux être du cru et bien la connaître.

La liste complète des candidats derrière Valérie Pécresse en Seine-Saint-Denis pour les régionales 2021

On savait que Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, allait conduire la liste de la Seine-Saint-Denis derrière Valérie Pécresse (Libres/LR) pour les élections régionales 2021. On ne savait pas qui allait se trouver derrière lui. C’est désormais chose faite. Beaucoup de Maires, peu de surprises (le Maire du Blanc-Mesnil Thierry Meignen rétrograde mais est remplacé par sa compagne Christine Cerrigone). Pour découvrir la liste, cliquer sur les images ci-dessous :

%d blogueurs aiment cette page :