Archives du blog

Comment poser une charpente industrielle ?

Dans le domaine de la construction, les maisons sont souvent érigées avec des matériaux préétablis et assemblées pour créer un bâtiment solide et durable. Parmi les matériaux les plus appréciés, la charpente industrielle fait l’unanimité. La construction des maisons contemporaines, ou en l’occurrence le montage se font sur la base de ces charpentes. Lors de la construction de leurs habitations, certains propriétaires de terre préfèrent monter eux-mêmes certaines parties de leurs maisons. Bien que l’assemblage et le montage des charpentes industrielles restent accessibles à tous, vous devez lire et suivre les consignes fournies avec les matériaux.

La préparation des matériels et des matériaux

Une fois que les pièces de la charpente industrielle sont achetées, vous devez trouver un espace pour le stockage. Comme le bois représente une grande partie des matériaux de construction, gardez et stockez le tout dans un espace large, sec et désinfecté. Même si le bois des charpentes subit de nombreux traitements chimiques pour renforcer leurs solidités et leurs durabilités, la prise de précautions reste une décision judicieuse.

Comme vous souhaitez poser vous-même votre charpente, préparez les outils nécessaires plusieurs jours ou semaines avant le début des travaux. Faites l’achat des outils dont vous ne disposez pas encore. Vous aurez besoin d’une boîte à outils complète, de divers matériaux comme les clous ou les vis et enfin vous aurez besoin d’une grue pour monter les fermettes.

Le montage et l’assemblage des fermettes

Tout d’abord, apportez les fermettes en haut du bâtiment par le biais de la grue. Prenez les mesures de chaque pièce de la charpente, des murs et des espacements à suivre, puis tracez des marquages sur chaque fermette et sur les murs. Vous devrez également scier de nombreuses pièces de bois pour servir de fixation si les travaux durent plus d’une journée.

Commencez par installer la première fermette, en prenant soin de suivre les marquages que vous avez tracés précédemment et en fixant les surfaces en contact avec le mur par des équerres et des goujons. Continuez ensuite avec la deuxième fermette, en suivant le même procédé. Afin de maintenir droit et en place chaque fermette, clouez un morceau de bois de la même longueur que l’espacement entre chaque fermette. Continuez ainsi jusqu’à ce que vous atteigniez le rebord de la structure avec la dernière fermette.

La fixation et le renforcement de l’ensemble

À cette étape de la construction, les fermettes devront pouvoir tenir, mais elles restent encore relativement fragiles. Vous devez maintenant passer à la fixation. Pour cela, vous devez placer les filants, ce sont des pièces de renforcement à placer sur toute la longueur de la charpente et sur des points précis qui seront indiqués sur le guide de montage.

Une autre pièce de renforcement : les contreventements sont à placer en diagonale et relieront les quatre côtés de la charpente. Ces renforcements devront être fixés sur chaque surface sur laquelle ils se posent, que ce soit la surface d’une fermette, d’un mur ou d’un autre renforcement. Gardez en tête que chaque pièce livrée lors de l’achat de la charpente industrielle possède sa place sur l’ensemble. Ainsi vous devrez suivre les indications et les schémas d’explications affichés sur le guide de montage, la pérennité de votre habitation en dépend.

Source : contribution externe

Le château d’Aulnay-sous-Bois sera reconstruit d’ici 2022

C’est une surprise totale mais qui ravira très certainement les amateurs d’histoire, du patrimoine et de la vie de châtelain : le célèbre château d’Aulnay-sous-Bois, qui se trouvait aux alentours de la rue Kléber non loin du siège de la police municipale, sera reconstruit quasiment au même endroit d’antan, selon la volonté de l’exécutif municipal qui souhaite redonner à la ville un emblème à la hauteur de son image.

Un projet de plus de cent millions d’euros et des préemptions

La rédaction a contacté les services de la mairie pour en savoir plus sur les tenants et les aboutissants de ce projet gargantuesque. Selon les plans initiaux élaborés par les services techniques, le futur chateau sera construit à l’identique du bâtiment initial moins quelques dépendances à cause du manque de foncier. L’emplacement se situe entre l’avenue Kléber, la rue Camille Pelletan et la rue Marceau, juste au nord des bâtiments de la police municipale. Une partie de la rue Camille Pelletan, partant vers le Nord depuis le rond-point du château, sera privatisé pour servir d’entrée officielle au nouveau domaine. Au total, c’est pas moins de 22 000 m² qui sont préemptés avec des pavillons qui seront rachetés puis détruits pour faire place nette au chateau.

Ce projet titanesque semble confrontés à ses premières difficultés puisque selon nos sources, certains propriétaires semblent réticents à l’idée de céder leur pavillon, et pourrait jouer sur les recours pour retarder les travaux.

Un projet sous la supervision du Cahra et de Stéphane Bern

Afin de pouvoir reproduire à l’identique le château d’Aulnay tout en utilisant des matériaux modernes et faciles d’accès, la municipalité d’Aulnay a confié au Cercle Archéologique et Historique de la Région d’Aulnay (CAHRA) la maîtrise d’ouvrage. Cette association dispose de nombreux documents d’époques permettant de mieux connaître les détails tant au niveau de l’architecture du château que sur la disposition des jardins. Le CAHRA a d’ailleurs pris contact avec la municipalité de Livry-Gargan pour récupérer quelques fresques, mosaïques et parements de pavillons qui ont été construits à l’aide des vestiges du château.

Autre fait qui a suscité notre intérêt : le célèbre présentateur, animateur, journaliste et passionné de châteaux Stéphane Bern participera aux différents ateliers, à la demande express de Bruno Beschizza, afin de mener à bien le chantier et apporter son expérience et son savoir-faire. Nous ne savons pas cependant quels seront les émoluments exigés par M. Bern.

L’opposition sceptique voire hostile au projet

Si le futur château apportera indiscutablement une visibilité positive à la ville et la visite de nombreux touristes passionnés d’histoire, le coût de l’opération et la suppression de certains pavillons de caractère semblent provoquer une hostilité remarquable de la part de l’opposition. Ainsi, Benjamin Giami (LREM), que nous avons joint par téléphone, s’alarme de l’augmentation de la dette qui résulterait de ce chantier. Guy Challier (PS) trouve quant à lui regrettable de supprimer des logements à proximité d’artères commerçantes pour un projet qui ne bénéficierait qu’à une minorité.

Alain Amédro (EELV) fut aussi très acerbe vis-à-vis de ce projet de construction de château mais reconnait que retrouver les vestiges de ce qui furent les emblèmes de la ville part d’un bon sentiment. Interrogé sur cette volonté de retrouver une partie de l’héritage Aulnaysien, M. Amédro nous a confié qu’il souhaiterait plutôt raser le vieux quartier pavillonnaire de Chanteloup pour y faire renaître la forêt de Bondy, en y plantant principalement des Aulnes. « N’est-ce pas le véritable emblème de la ville », nous a t-il soupiré…

Un chateau aux multiples fonctions

Interrogé par la rédaction, le maire Bruno Beschizza a balayé d’un revers de la main les critiques de son opposition. Selon lui, les retombées économiques seront immédiates, avec des commerces de proximité en plein essor et un quartier du Vieux-Pays re-dynamisé. De plus, les nombreux visiteurs attendus permettraient de couvrir largement l’entretien du château et apporter des bénéfices.

M. Beschizza entend également utiliser le bâti pour y héberger quelques services de la ville, développer les activités culturelles (chants, danses, défilés…) et permettre au Maire d’inviter les personnalités remarquables de passage dans la ville. Des appartements y seraient également loués pour les personnalités politiques et médiatiques, avec un service de restauration étoilé.

Quant aux riverains inquiets de la disparition de leur pavillon, M. Beschizza nous a rappelé que les espaces qui se libèrent sur le terrain de PSA permettraient rapidement de reloger les familles impactées, avec une promesse d’avoir une superficie habitable et un terrain plus importants que ce que les foyers ont jusqu’à présent. De quoi rassurer – ou pas – les personnes qui s’inquiètent de ce projet qui sera débattu lors du prochain conseil municipal.

Information de dernière minute du « Rassemblement Pour Aulnay » concernant la place Abrioux

Alors que nous réclamons depuis plus d’un mois d’avoir accès à plusieurs permis de construire dont celui de la place Abrioux (ancienne place Camélinat) :

Le Maire Bruno Beschizza organise via son service de l’urbanisme une réunion en catimini sur le devenir de la place lundi 10 décembre 2018 à 19h00 au restaurant La Bottega, place Abrioux !

Pourtant, le préfet, détenteur du contrôle de légalité, vient d’ordonner au maire de transmettre à l’association Aulnay Environnement toutes les informations relatives à ces constructions.

Pourquoi Bruno Beschizza refuse-t-il de transmettre les informations concernant les permis de construire, et pourquoi organise-t-il cette réunion à huis clos, en laissant les habitants de côté ?

Pour rappel, le coût municipal du projet du parking souterrain de la place Abrioux est de :

6 millions d’euros € pour 110 places, soit 55 000€ la place de parking aux frais des Aulnaysiens !

Sans oublier un futur immeuble rue de la république dénombrant 16 logements…sans places de parking ! Il y a donc eu dérogation du PLU, et les habitants en paieront le prix fort.

Et le Maire ose nous parler d’une bonne gestion des finances municipales, en totale transparence…

Il est important que tout le monde soit au courant ce qu’il se passe à Aulnay. S’il le faut, nous mobiliserons un huissier pour obtenir ces permis de construire.

Source : communiqué des membres du Rassemblement pour Aulnay

Image d’archive du passage souterrain de la gare d’Aulnay-sous-Bois

creation_souterrain_aulnayLe passage souterrain a complètement changé depuis les récentes opérations de rénovation. Cet emblème riche en histoire a été construit à l’époque pour éviter que les piétons ne traversent un passage à niveau dangereux, pour relier la rue Anatole France à la route de Bondy.

Le gouvernement échafaude encore un plan de relance de la construction

pelleteuseAlors que tous les indicateurs de la construction de logements sont au rouge, Manuel Valls et sa ministre du Logement Sylvia Pinel ont annoncé une série de mesures pour relancer le secteur, avec une légère impression de déjà-vu.

Depuis l’arrivée à la présidence de François Hollande, ce n’est pas moins que le troisième plan de relance de la construction qui a été lancé le 25 juin par Manuel Valls et sa ministre du Logement Sylvia Pinel.

Depuis plusieurs semaines, les professionnels du secteur ont sorti les balises de secours : les chiffres de la construction – mises en chantier et dépôts de permis de construire – sont en baisse depuis le début de l’année, dans le secteur privé et public.
Tant la Fédération des professionnels de l’immobilier (FPI) que l’Union sociale pour l’habitat (USH) ont alerté sur les nombreux blocages de projets suite aux changements d’équipes municipales. Une réaction forte du gouvernement était donc attendue, d’autant qu’aucun décret d’application de la loi ALUR n’a encore été publié.

Au menu du plan gouvernemental, les ingrédients classiques : une dose d’accession à la propriété, de soutien au logement social, de simplification et de mobilisation de foncier.

Source et article complet : La Gazette des communes. Proposé par Annie Neveu

Vidéo à Aulnay-sous-Bois : le chantier de la Rue du Sausset sur le point de reprendre ?

chantier_sausset_aulnay

Vidéo

Des habitants de la rue du Sausset, rue adjacente à la rue Maximilien Robespierre et proche de la ferme du Vieux-Pays, nous ont informé que le chantier du 5 rue du Sausset serait prêt à redémarrer : alors que ce chantier est arrêté depuis presque un an, des planches de bois ont été déposées il y a quelques jours, laissant présager la reprise des travaux.

Pour rappel, ce terrain avait été vendu à un particulier, qui l’a ensuite divisé en deux partie. De nombreux arbres ont été supprimés pour y construire deux maisons de ville. De nombreux riverains s’étaient émus que ce projet aboutisse à la bétonisation d’une parcelle déjà petite. La modification du Plan Local d’Urbanisme de 2009, portée à l’époque par Alain Amédro (alors adjoint à l’urbanisme) et le Maire Gérard Ségura, a permis ce genre de projet avec la suppression du Coefficient d’Occupation des Sols (COS).

Les riverains se sont tournées vers deux associations (Aulnay Environnement et Capade Nord) pour les défendre. Aucune autre association de quartier n’avait souhaité défendre les riverains désemparés.

La rédaction vous propose de découvrir une vidé de ce chantier, prise récemment, en cliquant sur l’image ci-contre.

Nouvelles normes BBC : quel impact sur le coût des constructions ?

construction_bbcLes nouvelles constructions fleurissent beaucoup plus que les plantes en ce début d’année à Aulnay-sous-Bois. Mais certains auront remarqué que le prix d’acquisition d’un appartement dans ces flamboyants programmes n’est pas à la portée de n’importe quel porte-monnaie ! Une fidèle lectrice nous fait remarquer que les nouvelles normes en vigueur en matière de rendement énergétique sont nettement plus rigoureuses, et que les constructeurs ou promoteurs se doivent de respecter tout un tas de critères pour respecter le Grenelle de l’environnement.

Nous vous proposons de prendre connaissance d’un article du Parisien, publié il y a quelques temps, en cliquant ici ou sur l’image ci-contre. On y explique le surcout lié à ces nouvelles normes et l’impact sur le prix final pour les consommateurs. Bonne lecture !

%d blogueurs aiment cette page :