Archives du blog

Réaction des élus d’opposition de gauche à Aulnay-sous-Bois suite au tract de la majorité municipale

La majorité municipale dirigée par Bruno Beschizza experte sur les fakes news et les polémiques de tout genre vient de sortir un document de 4 pages tirant à boulet rouge sur les élus de l’opposition et sur toutes celles et ceux qui n’ont pas voté Bruno Beschizza.

Après la campagne électorale et les sourires de façade, les masques tombent. Le Maire souhaite écraser et bâillonner toutes celles et ceux qui ne relaieront pas sa propagande.

Pendant que le Maire et sa majorité méprisent et caricaturent, nous préférons parler du fond et des faits ! Dès le 16 mars, les 5 élus de gauche, écologistes et citoyens : Aulnay en commun se sont positionnés comme des élus force de propositions, sans posture ni parti-pris, mais avec des valeurs et des convictions dont la seule boussole est la défense de l’intérêt général et des services publics forts.

Rappelons que nous avons envoyé plusieurs lettres et effectué de nombreuses propositions concrètes, comme un Plan été ambitieux pour tous les âges et tous les quartiers, des mesures fortes pour les familles en difficulté, des interventions en faveur des soignants et des agents communaux, un vœu contre les violences policières et le racisme…Bref, des idées pour tous les Aulnaysiens !

Il est évident que ces actions tranchent avec la caricature méprisante présentée par la majorité ! Mais toutes nos propositions furent balayées d’un revers de main. Nous regrettons fortement le sectarisme du Maire. Étonnant pour un Maire qui réclame à qui veut l’entendre que son parti c’est Aulnay , celui qui veut être le Maire de tous les Aulnaysiens.

En réalité, c’est un Maire qui gère notre ville brutalement, sans écoute, ni respect pour les Aulnaysiens. Il est dans la lignée de son mentor N. Sarkozy et de ses amis P. Balkany, C. Guéant, J.F Copé, B.Hortefeux…

Nous le réaffirmons avec force, vous pouvez compter sur des élus combatifs, déterminés, sereins, qui agissent et agiront pour l’ensemble des habitants.

Nous voulons servir les Aulnaysiens et non pas nous servir des Aulnaysiens comme le fait de façon pitoyable le Maire et sa majorité.

Oussouf Siby, Conseiller municipal, Président du groupe des élus de gauche, écologistes et citoyens
Anne-Sophie Carton, Conseillère municipale
Alain Amedro, Conseiller municipal
Sylvie Billard, Conseillère municipale
Fleury Drieu, Conseiller municipal

Une rue Jacques Chirac à Aulnay-sous-Bois

Jacques Chirac a été l’un des hommes politiques Français les plus charismatiques de la fin du 20ème siècle. Président de la République de 1995 à 2007, il a été également député de Corrèze et Maire de Paris.

Opposant acharné à François Mitterrand qu’il respectait, il est celui qui a mis fin au service militaire obligatoire et qui s’est opposé à l’intervention Américaine en Irak en 2003. C’est tout naturellement que la ville d’Aulnay-sous-Bois semble vouloir lui rendre hommage en baptisant un rue à son nom. 

C’est la rue Maxime Gorki, proche du Centre-Sud de la ville, qui sera donc débaptisée pour prendre le nom d’un président qui a incarné la droite Française et le Gaullisme. Maxime Gorki était un intellectuel proche du courant bolchevik, courant qui a causé une révolution en Russie, des millions de morts de famine et la construction de Goulags pour les opposants. 

Dupond-Moretti ministre de la Justice : à Aulnay-sous-Bois, «Théo vit cela comme un abandon»

L’avocat star défendait le jeune homme, grièvement blessé lors d’un contrôle de police à Aulnay en 2017. Nommé ministre, il ne pourra probablement pas plaider. Un coup dur pour Théo, qui comptait sur lui dans un procès attendu fin 2020-début 2021.

« Il est un peu abattu, il ne souhaite parler à personne pour l’instant… » Au téléphone, Eléonore Luhaka, la grande sœur de Théo, prévient. Le jeune homme de 25 ans ne décrochera pas, ne rappellera pas. Sonné, alors qu’il vient d’apprendre que — sauf coup de théâtre — « son » avocat, Eric Dupond-Moretti, l’homme aux 120 acquittements, tout juste nommé garde des Sceaux, ne pourra donc probablement pas plaider lors du procès l’opposant aux policiers accusés de l’avoir gravement blessé il y a trois ans. Celui-ci pourrait intervenir fin 2020 ou début 2021,

Handicapé à vie après avoir été blessé à l’anus par un coup de matraque, lors d’un contrôle de police à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), Théodore Luhaka, dit « Théo », est devenu un symbole des violences policières. Et son avocat, son « rempart », déclarait récemment le jeune homme au « Parisien/Aujourd’hui en France », en marge d’un entretien sur ses projets musicaux.

Source et article complet : Le Parisien

Une femme enceinte d’Aulnay-sous-Bois oubliée toute la nuit au parloir d’une prison !

Elle était venue visiter son mari au centre pénitentiaire de Liancourt (Oise). Oubliée, la future maman est

C’est une histoire totalement rocambolesque mais qui aurait pu mal finir. Une femme de 43 ans, enceinte de 8 mois et demi, a passé, la nuit de dimanche à lundi, coincée dans un parloir au centre pénitentiaire de Liancourt (Oise), établissement qui accueille 600 détenus et qui a une bonne réputation. Le 5 juillet, Madéré B. était venue rendre visite comme chaque week-end à son compagnon incarcéré.

Vers 17 heures, à la fin de son parloir, le détenu est extrait du box et ramené en cellule. La visiteuse, elle, reste dans le parloir en attendant les résultats de la fouille de son compagnon, comme le veut la règle. Une demi-heure passe, puis une heure. Aucun surveillant ne vient lui ouvrir. Elle frappe à la porte du box, crie à travers la petite lucarne du parloir. Aucune réponse.

«Heureusement cela n’a pas déclenché l’accouchement»

La quadragénaire va rester séquestrée durant 16 longues heures dans le noir et le froid, sans pouvoir ni boire, ni manger. « Ma mère a frappé, hurlé, personne n’est jamais venu la chercher. Elle a eu très froid car la clim fonctionnait et elle a dû se retenir d’uriner. Heureusement cela n’a pas déclenché l’accouchement », raconte sa fille de 20 ans, encore sous le coup de la colère.

Source et article complet : Le Parisien

Le parc aqualudique Robert Ballanger à Aulnay-sous-Bois est ouvert

L’espace aqualudique du parc Robert Ballanger à Aulnay-sous-Bois est ouvert dès aujourd’hui.

L’espace est limité a 75 personnes. N’oublier pas de respecter les règles d’hygiènes et port de maillot de bain obligatoire.

Outing et attaques homophobes contre des candidats aux municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois

@Le Progrès

Cible parmi les cibles : les candidats supposés homosexuels. Summum atteint à Aulnay-sous-Bois, où deux d’entre eux ont été victimes d’outing — c’est-à-dire la révélation publique de leurs orientations sexuelles supposées.

Quelques heures avant le premier tour, Fleury Drieu, tête de liste de gauche, a découvert… l’acte d’Etat-Civil de son mariage publié sur Facebook ! La photo du document officiel faisant état de son mariage avec un homme, célébré en 2016. Publié par un certain Malik Nybala, se disant soutien de la majorité, au regard des publications aimées sur ses réseaux sociaux.

«La gauche aussi gay, vaut mieux garder le père de famille qui a réussi à faire quelque chose d’Aulnay», commente-t-il par exemple sous ses propres publications, en référence à Bruno Beschizza, qui se présente lui-même comme un «bon père de famille».

Autre candidat visé : Benjamin Giami (LREM). Un anonyme a ainsi publié une vidéo prise devant l’un de ses appartements, à Paris, adresse visible… et accompagnée de bruits de phoques — un animal qui, dans la mythologie homophobe, désigne les gays.

A Aulnay, encore, des tracts évoquant l’homosexualité de la mère d’une adjointe ont été distribués. Autant d’attaques condamnées sans détour par Bruno Beschizza.

Source et article complet : Le Parisien

La crise normale» revient après la crise du Covid-19 à l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois

A Robert-Ballanger, 420 lits, il n’y a plus que cinq patients atteints du coronavirus. Les syndicats s’attendent à vivre des temps très difficiles malgré la fin de la crise sanitaire.

Le grand barnum blanc et le container réfrigéré, installés à la hâte pour accueillir les morts du Covid-19, a disparu. Dans les couloirs de l’hôpital Robert-Ballanger, à Aulnay-sous-Bois, le va-et-viens des infirmières, des médecins et des brancards n’a plus les mêmes airs de tranchées en temps de guerre. Le virus n’est plus vraiment là — il ne restait, ce mardi, que cinq patients hospitalisés pour cette raison —mais les plaies d’avant n’ont pas disparu.

Le «retour à la normale est là : l’hôpital a retrouvé un visage… humain », plaide le docteur François Walylo, chef du service cardiologie, l’un de ceux transformés à 100% pendant deux mois pour prendre en charge les patients Covid-19. A son constat, fait écho celui de Patrice Vétéran, délégué CGT : «Le Covid n’est peut-être plus là, mais le manque de médecins et de personnel, oui! Finalement, on revient à… la crise normale! ».

Source et article complet : Le Parisien

Pétition concernant le projet de construction d’un immeuble rue de la Concorde à Aulnay-sous-Bois, La vérité rétablie sur Aulnay cap

Chers lecteurs.

NOUS NOUS DEVONS DE RETABLIR LA VERITE!!!

Une pétition concernant le projet de construction d’un immeuble rue de la Concorde à Aulnay-sous-Bois, circule.

Madame Maroun, sur sa page facebook, nous informe que notre maire, Monsieur Beschizza, à refusé catégoriquement ce permis, et que donc, cette pétition n’a pas lieu d’être.

Pour preuve, voila son écrit sur sa page officielle facebook :

Voilà une vérité rétablie sur Aulnay cap!!!

Comme quoi, nous ne servons pas qu’a propager des fake news, sans ensuite rétablir la vérité.

Merci Séverine !!!

« Encore une fake news !
Cette pétition n’a pas lieu d’être puisque le maire a catégoriquement refusé ce permis.
Mais bien évidemment les services de la ville ne servent à rien et ne sont pas consultables !
J’ai personnellement rencontré les riverains pour affirmer la position négative du maire face à ce projet. »

Pétition contre le projet de construction d’un immeuble rue de la Concorde à Aulnay-sous-Bois

Monsieur le Maire,

Tout récemment, en consultant le panneau d’affichage des permis de construire au Centre Administratif, nous avons découvert que M. Kaplan (parcelle AL88) a déposé un projet de construction d’un petit collectif de 13 appartements au 10,rue de la Concorde.

Alors nous nous opposons à un tel projet, car jusque-là nous étions dans un secteur calme.

De plus, il se trouve que lorsque nous avons acheté, dans l’acte notarié il était bien stipulé que nous nous trouvions dans un secteur historique protégé. Jusqu’à présent aucun projet de construction d’habitat collectif n’a vu le jour

Si vous acceptiez, cela créerait un précédent. De plus, M le Maire, en début d’année, dans vos déclarations en direction de vos administrés vous avez annoncé la suppression de plus d’une centaine de permis de construire. D’autant que dans la période actuelle ce ne sont pas les projets et les réalisations d’immeubles qui manquent.

Alors, pour le bien-être de notre secteur, pour l’image de ce quartier de la ville, nous vous demandons de ne pas accorder ce permis de construire de façon à garder un caractère pavillonnaire au Vieux Pays.

Car si ce projet se réalise, c’est une brèche ouverte à tous les abus, toutes les possibilités.

Car, même si nos pavillons ne sont pas inscrits sur la liste de bâtiments remarquables, c’est tout un ensemble que vous protégeriez en annulant ce projet.

N’y a-t- il pas encore des secteurs protégés dans certains arrondissements de Paris comme le square des Peupliers dans le 13°  ou la Cité florale et tant d’autres !

Alors, si vous souhaitez préserver cette zone historique et agréable du Vieux Pays nous vous saurions gré de ne pas accepter ce projet.

Nous vous prions Monsieur le Maire d’accepter l’expression de nos sentiments respectueux.

Source : Riverains de la Rue de la Concorde Et des Frères Aspis

Les Amis de la Majorité Municipale d’Aulnay-sous-Bois communiquent et tirent à boulets rouges sur l’opposition

La victoire sans appel de Bruno Beschizza à Aulnay-sous-Bois en mars 2020 permet à ce dernier de critiquer, non sans ironie, une opposition chancelante et qui a du mal à se reconstruire après la récente débacle.

Dans un tract de l’association pro-Beschizza A2M, l’édile se permet de constater l’absence des élus de l’opposition sur les marchés dans le monde associatif. Il ironise encore plus en indiquant que l’opposition se concentre dans le monde virtuel, sur les réseaux sociaux, sans avoir réellement d’impact sur le lectorat.

Ce tract revient également sur les promesses de campagne en mettant l’accent sur les projets comme l’installation d’une usine à gaz naturel sur le site PSA, la végétalisation de certains espaces et la rénovation annoncée des crèches et des écoles. Deux nouvelles crèches sont ainsi annoncées.

Vous pouvez lire le contenu de ce tract en cliquant ici ou sur l’image ci-contre.

%d blogueurs aiment cette page :