Archives du blog

Les amazones en Force à Aulnay-sous-Bois

Très probablement vexées par le résultat final du  Dimanche 5 Janvier dernier ou les Amazones ont laissé échapper une victoire largement à leur portée à Paris Issy , elles ont réagi ce W.E dernier à Rennes.

Elles ont abordé sans complexe le match devant la réserve de Rennes St Grégoire.

Une excellente entame de jeu, une défense constante et intraitable tout au long du match. Un collectif soudé du début jusqu’à la fin sans accuser un coup de mou comme la semaine précédente.

Au retour des vestiaires, elles préservaient l’avance de deux buts. Puis avec les performances de Coura aux tirs (auteur de 10 buts) et les arrêts de Jémina en pleine forme actuellement (10 arrêts) , la décision était acquise durant le dernier quart d’heure « 

Il faut remettre le couvert ce Dimanche au Gymnase P.E.V devant DREUX HB pour confirmer les bonnes dispositions du moment . Ce sera le dernier match aller de la saison .

Un dimanche qui se conjugue de nouveau au féminin puisque la journée démarre dès 10h00 ( affiche jointe)

A noter la première rencontre de la deuxième phase du Championnat de l’Entente AHB/BMS.
En route pour une nouvelle qualification pour les phases finales .
Il y aura du monde ce W.E au PEV !!!!!!! pour encourager nos couleurs.
Source : communiqué Aulnay Handball

Le chanteur Kery James sera en concert à Aulnay-sous-Bois le 27 mars

En plein tournée, le chanteur Kery James donnera une concert à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), le 27 mars 2020. La billetterie est ouverte.

De retour sur scène, le rappeur Kery James a décidé de faire escale à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) en pleine tournée. 

C’est le 27 mars 2020 que le célèbre rappeur montera sur la scène du Nouveau Cap, à Aulnay-sous-Bois. Kery James interprétera les plus grands titres de son répertoire, accompagné d’un piano et de percussions.

Rappeur engagé

Il reprendra ses plus grands textes, toujours empreints d’une grande poésie, mélangée à une dénonciation des injustices de la société. Son œuvre évoque la vie en banlieue et les inégalités dans la France actuelle.

La rappeur engage ne pouvait pas concevoir sa tournée sans un passage à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis. Une banlieue qu’il connaît très bien et où il vient régulièrement à la rencontre des jeunes.

La billetterie pour le concert événement est ouverte et des places sont encore disponibles.

Source et article complet : Actu.fr

Amandine, Morgane et Mohamed-Amine de l’école Ambourget à Aulnay-sous-Bois posent des questions sur la grippe

C’est la saison ! Après la gastro-entérite, c’est la grippe qui fait son chemin en France. Selon le dernier bulletin hebdomadaire de l’agence sanitaire Santé publique France, publié mercredi 8 janvier, 11 des 13 régions métropolitaines sont en phase pré-épidémique pour la grippe. Mais c’est quoi cette maladie et comment la soigner ? Ils sont élèves en CM1 à l’école Ambourget d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) et vont poser leurs questions dans franceinfo junior sur ce sujet. Pour répondre aux interrogations d’Amandine, Morgane et Mohamed-Amine :  Bruno Lina, professeur de virologie au CHU de Lyon et au Centre international de recherches en infectiologie. 

Amandine démarre avec sa première question : « La grippe, ça se fait avec plein de microbes ? » demande l’écolière. Le professeur lui répond : « globalement il y a un seul microbe qui donne la grippe : le virus de la grippe. On l’appelle aussi influenz, c un nom qu’on revoit souvent; Un virus c’est un petit agent infectieux, petit parce qu’on ne peut pas le voir avec un microscope simple. (…) »

D’où vient la grippe ?

« Pourquoi la grippe, c’est qu’en hiver que ça vient ? » interroge Morgane, élève en CM1. « Il est probable que c’est dû à plusieurs causes : premièrement quand il fait froid, notre organisme se défend moins bien. Le virus infecte essentiellement le nez. Quand il fait froid, on a le nez froid » et donc le système immunitaire se défend moins bien, explique le spécialiste. Deuxième raison : en hiver, « on a tendance à se mettre tous ensemble à l’intérieur où il fait chaud, (…) on favorise la transmission des virus. » Résultat : l’an dernier, 2 millions l’ont attrapée en France. Une maladie qui peut être grave : 10 000 personnes sont mortes de la grippe l’an dernier. Symptômes et origine de la grippe, remèdes pour la soigner… Sur cette page, réécoutez en entier l’émission franceinfo junior du jour sur la grippe.

Source : France Info

Procès des filières djihadistes, la mère des frères Belhoucine qui ont grandi à Aulnay-sous-Bois témoigne

La mère de Mohamed et Mehdi Belhoucine, présumés morts alors qu’ils avaient rallié Daech après les attentats de janvier 2015, assure qu’elle et son mari n’ont rien vu venir.

De l’incompréhension et une souffrance incommensurable. Devant la cour d’assises spéciale où elle est invitée à témoigner, la mère de Mohamed et Mehdi Belhoucine a plus de larmes que de mots à fournir en ce mardi matin. Ses deux fils aînés, pourtant brillants étudiants, ont tous les deux rejoint les rangs du groupe Etat islamique début janvier 2015, en accompagnant notamment Hayat Boumeddiene, la compagne d’Amedy Coulibaly, le futur tueur de l’Hyper Cacher une semaine plus tard.

« Je n’ai pas compris […]. Si j’avais su qu’ils allaient partir, je les aurais dénoncés tout de suite. Je préférerais les voir en prison », sanglote cette femme accablée. Ses deux enfants, jugés en leur absence depuis dix jours dans le cadre d’un vaste procès de filières djihadistes, sont présumés morts en zone syro-irakienne.

Mohamed, l’aîné, apparaît comme le plus influent de la fratrie. Alors qu’il étudie à la prestigieuse École des mines d’Albi (Tarn), il abandonne ses études. Une première alerte intervient en 2010 lorsqu’il est arrêté dans le cadre d’une procédure pour association de malfaiteurs terroriste en lien avec des filières pakistano-afghanes.

Source et article complet : Le Parisien

Antar, Abdoallah et Salma, des élèves de CM1 de l’école Ambourget à Aulnay-sous-Bois, sur les incendies en Australie

Après trois mois de lutte, les pompiers australiens ont annoncé, lundi 13 janvier, avoir réussi à maîtriser le plus important « méga-feu » du pays. Cet immense brasier est situé dans la zone montagneuse de Gospers, au nord-ouest de la banlieue de Sydney. Il était hors de contrôle depuis presque trois mois.

Les enfants sont nombreux à avoir vu des images de ces incendies en Australie et les conséquences, notamment pour les animaux. Mais d’où viennent ces feux ? Comment les habitants et les animaux y font face ? On en parle dans franceinfo junior ce mardi avec Gaële Joly, journaliste à la rédaction de franceinfo. Elle revient d’Australie où elle a réalisé une série de reportages pour franceinfo. Pour l’interviewer : Antar, Abdoallah et Salma, des élèves de CM1 de l’école Ambourget à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Une grande sécheresse dans le pays

Au micro, Antar pose la première question « Qui a brûlé la forêt ? » Une question importante mais pas si évidente, à laquelle répond la reporter : « Chaque année en Australie, il y a des feux de brousse qui démarrent en décembre jusqu’en mars-avril. Cette année, ils ont commencé très tôt parce qu’il a fait très chaud, il y a une grande sécheresse. Les feux ont pris plus tôt. Il y a eu des très gros feux, difficiles à arrêter pour les pompiers. C’est la nature qui est comme ça mais qui s’est emballée cette année. » Est-ce qu’il y a eu des victimes ? Comment font les animaux ? Comment lutter contre ces feux ? Sur cette page, réécoutez en entier l’émission franceinfo junior du jour consacrée à la situation des incendies en Australie. 

Source : France Info

Retour sur la vidéo du discours de Benjamin Giami pour les municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois

Notre rédactrice en chef Aurore Buselin a couvert le discours de campagne de Benjamin Giami, candidat tête de liste aux municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois. En tant que blog libre et indépendant, le blog Aulnaycap était tout naturellement invité à couvrir cet événement, et le fera pour tous les autres candidats qui le souhaitent.

Nous vous proposons une synthèse des moments forts de ce discours :

  • Pour Benjamin Giami, 2020 est l’année du changement pour une ville plus fière et plus forte. Il rappelle qu’il a grandi à Aulnay-sous-Bois, que ses parents sont arrivés en 1977, et que tout son parcours scolaire s’est effectué à Aulnay (école maternelle République, lycée Jean Zay, Ecole du Parc…)
  • Il rappelle son engagement en tan que président dans une association de défense de l’environnement de son quartier (QCBE, Croix-Blanche)
  • Il fait un bref retour sur la raison de sa démission en tant qu’adjoint de la majorité municipale actuelle, en faisant remarquer que cette équipe n’a pas tenu ses promesses
  • Il a plusieurs gros objectifs dans son programme :
    • Amélioration de l’attractivité du territoire (terrain PSA avec volonté de mettre l’accent sur la formation, l’innovation…)
    • Cadre de vie : ville plus propre, sécurisée, où l’on respire mieux avec un programme immobilier maîtrisé
    • Enfance et éducation, transmission du savoir
  • Il indique vouloir rassembler au-delà des lignes partisanes en prônant l’éthique, l’honnêteté, la transparence, l’écoute, la concertation

Si vous n’avez pas encore écouté le discours de M. Giami, vous pouvez le faire en cliquant sur l’image ci-dessous :

Aulnay-sous-Bois, Hadama Traoré veut oublier la polémique et «rendre la ville au peuple»

Le cofondateur du collectif La Révolution est en marche, poursuivi pour apologie du terrorisme après ses propos sur la tuerie de la préfecture de police de Paris, vise la mairie d’Aulnay. Sans être tête de liste.

Pour une fois, il met son solide mètre 90 et sa gouaille sonore en retrait. Pour parler des élections municipales auxquelles il est candidat, Hadama Traoré, 34 ans, militant associatif à Aulnay-sous-Bois, laisse la parole aux colistiers qui l’épaulent dans sa conquête de la mairie.

LIRE AUSSI > Le Labo des municipales 2020 : vos idées pour votre ville

Surprise : il ne sera que cinquième sur la « Liste citoyenne et intergénérationnelle » dont il est pourtant la figure la plus connue. Il l’assure : « Cela résume la philosophie de notre projet : l’homme providentiel n’existe pas, il n’y a que des citoyens au service de leur ville, avec leur vécu, leurs idées ! On veut rendre la ville au peuple. »

Un ancien maire-adjoint (PS) comme tête de liste

C’est Raoul Mercier, 80 ans, qui, « parce que l’administration oblige à déterminer une tête de liste », sera au sommet des cinquante noms. Il fut maire-adjoint PS entre 2008 et 2014, et fondateur du CADA (Cercle amical démocratique aulnaysien), une association dont le maire Bruno Beschizza (LR) ne boude pas les réunions.

Parmi les colistiers, Mariatou Sacko, une aide-soignante, Abdel Naït-Addi, un étudiant impliqué dans les actions culturelles de la commune, Cynthia Pastor, associative malentendante, ou Omar N’Diaye, gardien d’immeuble, fondateur avec Hadama Traoré de la Révolution est en marche, le collectif avec lequel ils mènent leurs actions.

Dans les projets, des cours de langue des signes dans les écoles

« Seul Raoul (Mercier) a déjà été élu. Nous ne sommes pas des pros de la politique et pourtant, depuis la création de notre mouvement en 2017, on a fait plus pour les habitants que beaucoup de politiques! » résume Omar N’Diaye. Parmi les actions, « quinze expulsions de logement évitées, et plus de cinquante relogements », égrène-t-il, déplorant que 9000 habitants soient en attente d’un HLM.

Autre fierté : le travail réalisé pour les sourds et malentendants. « Pendant deux ans, nous avons donné des cours de langue des signes gratuitement, rappelle Cynthia Pastor. Malheureusement, la mairie a supprimé notre salle! » Dans les cartons de l’équipe figure ainsi le projet d’instaurer, dans toutes les écoles, des cours de LSF (langue des signes française).

L’ombre de la polémique sur la tuerie de la préfecture de Paris

Au rayon culture, Abdel Naït-Addi juge la ville comme « un désert », regrettant que trop d’initiatives ne trouvent pas d’écho. « Quand j’ai travaillé sur une découverte sonore du quartier des 3000, aucun jeune fréquentant les structures municipales ne s’était inscrit, regrette-t-il. Il faut créer une dynamique ! »

Mais, en toile de fond de cette candidature, difficile pour Hadama Traoré d’éluder la polémique sur la tuerie de la préfecture de police de Paris.

En octobre dernier, après l’assassinat de quatre agents par Mickaël Harpon, après voir pris contact avec des proches du tueur, il avait balayé les explications officielles arguant d’un acte terroriste islamiste. Et suggéré l’hypothèse d’un « pétage de plombs » de Harpon à cause des discriminations liées à son handicap.

Source, image et article complet : Le Parisien

DANIEL et HUGUETTE, coucou

85 ans, bientôt 86 ans et je ne sais même pas si j’ai une prostate.

Me revoilà, y a longtemps que je ne vous avais pas vu, alors je continue à vous expliquer car vous ne savez pas tout, même si ça ne vous intéresse pas, tant pis pour vous… Aujourd’hui, je vais vous parler de FACE de BOOK, c’est tout nouveau pour moi et d’après ce que j’ai compris ça doit faire le bonheur des psychologues, peut être même des psychiatres, y a du travail la dessus.

Comme j’en entendais parler, mes  petits enfants enfin des grands petits enfants  m’ont mis face de book sur mon ordinateur, j’en ai un, surpris hein. Ils appellent ça un réseau social, mais qu’est-ce qu’il y a de social car c’est plein de gens qui parlent dessus et y sont pas sociaux ?  et ils m’ont dit qu’avec ça j’aurais plein d’amis mais sans les connaître, comprends pas, en plus avec des vraies nouvelles des gens d’Aulnay-sous-Bois, de l’actualité de ma ville parce que des fois, Oxygène, je vous le dis, c’est la revue qui appartient au maire celui de ma ville, alors on sait pas tout, souvent c’est ma guéguette (oui c’est son surnom comme à la télé chez les vieux) qui me dit  car elle va faire du macramé dans son foyer.

Alors il me semble qu’il y a plusieurs sortes de grands écrivains sur ce truc : 

Il y a ceux qui s’appellent: « Seuls les Aulnaysiens peuvent comprendre » pas les autres, mais pas sûr qu’ils se comprennent entre eux ?

Alors là c’est un peu du n’importe quoi, peut être tous ceux qui en fait n’ont rien à dire mais le disent, en fait que des futilités qui n’apportent rien à personne, et des fois ils s’engueulent entre eux,  préfère même pas en parler, laisse tomber mon poteau…t’as vu, comme les jeunes.

Et puis, il y a aussi : « Tu es d’Aulnay quand… » mais cancoi ? Cela semble être une communauté d’Aulnaysiens avec même des chefs, surtout des anciens Aulnaysiens qui le plus souvent sont partis d’Aulnay. Mais à ce que j’ai compris, ils sont super nostalgiques d’Aulnay enfin la ville qu’ils ont connu avant, pas au 19ème quand même mais au 20ème siècle quand c’était pas trop mal  mais ils ne la connaissent plus maintenant même s’ils y reviennent en vacances, les pauvres !. Et puis c’est leur jeunesse qu’ils regrettent donc, ils sont très mélancoliques,  ils doivent vivre dans le passé mais il faut pas leur dire ce qu’est devenu Aulnay, des fois qu’ils reviennent, enfin ça m’étonnerait,, car quand on quitte Aulnay pour des coins plus agréables, plus tranquilles, plus accueillant, plus et plus, on ne revient jamais ou alors, sais plus ? Peut être parce que l’on a des enfants, des petits enfants mais  eux sont souvent aussi partis. Moi par exemple, mes petits enfants sont vite partis d’Aulnay, pour une fois ils ont suivi mes conseils , et ils me remercient mais bien sûr ils ne sont plus en Seine-Saint-Denis, mais en Gironde, en Savoie…ça fait loin pour les voir mais qu’est-ce qu’ils sont bien, et moi suis toujours là, déménager à mon âge, pensais pas qu’Aulnay deviendrait ce que je vois, ça fait peur pour plus tard mais moi je verrai pas, heureusement.

Alors, ils mettent plein de photos anciennes, des cartes postales et ils demandent aux autres :   « alors où c’était ? » ils sont taquins et les autres disent : «  c’était ma rue » ou « j’allais chercher le lait à cet endroit » ou encore : « oh, lui je l’ai connu… » ou « mon grand père…. »,  c’est marrant presque émouvant enfin pas trop quand même, je me demande s’ils ne sont pas un peu dépressifs d’Aulnay. Mais alors pourquoi ils sont partis s’ils regrettent autant Aulnay en Seine-Saint-Denis ou bien  pourquoi ils ne reviennent pas mais ils sont souvent partis au bord de la mer, à la montagne, à l’étranger, qu’est-ce que je les plains, les malheureux loin d’Aulnay . Peut-être qu’ils ne veulent pas qu’on les oublie alors ils parlent aussi de leur classe des années 50 /60/70, de leurs anciens instituteurs , des  fois on dirait que c’est la préhistoire. Et puis ils se font pas de cadeaux, des fois ils en renvoient un parce qu’il a parlé comme ils ne veulent pas. Moi, je crois qu’il y a un grand chef qui doit être loin mais qui parle d’Aulnay comme si il y vivait et aussi il dit tout ce qu’il fait, où il voyage, où il mange….

Et puis il y a un troisième groupe, celui des élus de Monsieur Beschizza, lui, c‘est un nouvel  Aulnaysien mais il faut reconnaître qu’il est fort, heureusement pour ceux qui le suivent  qui sont dans son ombre . Lui il écrit pas sur ça, il écrit sur touiteur, enfin pas lui, pas le temps, ses gardes du corps certainement. Même le député il écrit, il dit tout ce qu’il fait à l’assemblée nationale, des fois qu’on pourrait croire qu’il travaille pas, si, si mais il a oublié de parler des salaires et de la retraite des députés, pourtant y-a à dire…tu crois pas ?

Donc, il y en a qui sont des accrocs à face de book, ils écrivent même plusieurs fois par jour, le matin, le midi , le soir, même la nuit, ils mettent aussi comme ceux d’avant plein de photos d’eux, ils se photo gratifient et souvent en groupe, tous ensemble, l’union fait la force, c’est mieux pour qu’on les reconnaisse mais en ce moment, avec les élections y a plein des articles et des commentaires des élus, enfin ce sont toujours les mêmes qui se montrent car qui veulent rester, la soupe , elle doit être drôlement bonne . Ils disent qu’Aulnay c‘est vachement bien surtout grâce à eux, avant eux c‘était très mal, maintenant c‘est très bien . Pourtant le canard enchaîné a dit pendant les vacances, c’était le 31 juillet 2019 qu’Aulnay c’était  la PETAUDIERE , moi je sais pas mais le canard enchaîné il dit toujours ce qui est vrai, il sait bien? Je vous enverrai l’article la prochaine fois . Il y a même une petite élue, qui doit passer 26h sur 24 avec face de book, peut être aussi son écran de chevet, elle est partout, elle répond à tout, elle sait tout , elle approuve tout ce qui est bien mais pas ce qui est mal, bien sûr, une vraie petite chef, future maire ?  mais alors elle fait rien d’autre dans sa vie ? Ce qui est rigolo aussi c‘est les fans du Maire, je crois qu’ils sont beaucoup chez moi dans le sud d’Aulnay, c’est beaucoup des vieux car il fait toujours plus beau dans le sud , pour les articulations c‘est conseillé. Mais le Maire il sait y faire avec eux, ils disent bravo à ce qu’écrivent les élus, ils disent même vive le Maire ou félicitations ou merci…avec aussi plein de petits bonhommes qui applaudissent, c’est drôle. Il paraît même qu’ils se sont regroupés en fanclub, A2M que ça s’appelle, sais pas ce que cela veut dire, un code secret entre eux ? En tout cas, on peut devenir un ami du Maire pour 10€ pour pouvoir rentrer dans le fanclub, ça vaut le coup et l’on devient quelqu’un d’important à Aulnay, on a droit à tout …je vais peut être adhérer, pour 10 € seulement.

Bon je m’arrête là pour l’instant car il y a tant à dire mais je le ferai dans mon prochain monologue avec vous,  peut être le dernier car j’ai envie de vous dire même si je suis bien vieux, que tout ça, c‘est bien triste , on devrait même supprimer ce truc. Moi, en tout cas je vais demander à mes petits enfants qui sont grands de me l’enlever, mais on en avait  pas besoin avant et on se portait aussi bien, mieux, on était plus sociable . Et puis, les gens y se parlent plus…,Ils écrivent n’importe quoi , n’importe comment,…et y en a qui les croient, que c’est môche mais peut être qu’ils n’ont pas d’amis, ça leur fait du bien d’écrire mais des fois ils font beaucoup de fotes d’ortografe, sais pas, je demanderai à Huguette

Au fait, Huguette, c’est ma meuf, ça vous épate,  elle va aller au repas des vieillards parce qu’elle a des amis à son foyer de grands-mères mais pas moi car mes amis y sont partis d’Aulnay, eux ils ne pas sont tristes d’être partis, c‘est moi qui va les voir, c’est bien mieux, ça me fait des vacances car mes nouveaux amis sur face de book, 6 je crois,  85 ans ça les intéresse plus mais je les connais même pas, jamais vu, peut être même qu’ils sont vieux, alors …

Zut j’allais oublié, il y a aussi bientôt le grand spectacle à la salle schohy dans le nord, ça c’est quelque chose, il y a même des acteurs qui montent sur la scène et qui font des tours de passe passe, qu’est-ce qu’ils sont forts et les gens ils applaudissent beaucoup, beaucoup et puis c‘est gratuit, on boit tant qu’on veut, on mange plein, enfin toujours avec nos sous quand même mais je n’irai pas, suis plus un mouton , plutôt un bouckiru.

Daniel

Yoan Tanga a grandi dans un quartier difficile à Aulnay-sous-Bois et en est fier

« Si j’étais resté dans le quartier, j’aurais mal tourné »

Les trois Racingmen entretiennent avec leur quartier d’origine une histoire qui s’écrit parfois en pointillé. « J’y retourne rarement, concède Tanga qui a grandi à Clichy-sous-Bois puis à Aulnay avec ses deux grands frères. Quand j’y vais, je croise les mecs avec qui j’ai grandi et honnêtement de voir leur vie, ça me fait mal au cœur. Pour la plupart des gars de notre âge, c’est souvent la prison, la drogue toute la journée ou l’alcool… » Le troisième ligne, arrivé au Racing cet été, reconnaît avoir fait quelques « bêtises » dans sa jeunesse sans vouloir s’étendre : « Pas des trucs de fou non plus, mais si j’étais resté dans le quartier, j’aurais mal tourné. »

Source et article complet : Le Parisien

Jean-Claude à Aulnay-sous-Bois continue le combat en tant que Gilet Jaune

Illustration

Jean-Claude venu d’Aulnay-sous-Bois, porte son gilet jaune, des dizaines de dates inscrites au feutre noir. La première, le 17 novembre 2018, jusqu’à la dernière : le 11 janvier 2020. « Cela correspond à peu près à 66 manifs. On marque ça juste histoire de montrer notre détermination à aller jusqu’au bout », explique-t-il.

Bientôt une 67e car il continuera à manifester, dit-il, même s’il est déjà convaincu que les annonces d’Edouard Philippe vont diviser le front syndical : « Les leaders syndicaux vont tomber d’accord avec Edouard Philippe, en se contentant peut-être de quelques miettes ». Il appelle au rassemblement : « On essaie déjà de remuer la base en leur disant ‘souvenez-vous que quand vos leaders vont vous demander de retourner au charbon, rien ne vous empêche en tant que citoyen de revenir le samedi avec nous pour faire sentir votre mécontentement. Avec un gilet ou même sans ! »

Source et article complet : France Info

%d blogueurs aiment cette page :