Archives du blog

L’un des policiers agressés à Aulnay-sous-Bois estime qu’on voulait les tuer, un individu a lancé sur eux une barrière !

On commence à en savoir un peut plus sur les éléments qui ont débouché, dimanche dernier, sur l’agression des policiers dans le quartier dit des 3000 à Aulnay-sous-Bois (en fait, le quartier de la Rose des Vents). Tout commence par un banal contrôle routier avec l’interpellation d’un scooter avec 2 personnes dont le chauffeur n’avait pas les papiers. Le passager se propose alors d’aller récupérer les papiers chez son ami mais, au lieu de cela, arrive avec du renfort pour en découdre avec les deux agents. Au total, 15 individus arrivent pour bastonner les policiers.

Rapidement pris pour cible, les deux agents de police sont d’abord plaqués au sol puis reçoivent une pluie de coups.  Selon l’agent interviewé par LCI, les individus voulaient leur faire mal voire les tuer. L’agent reçoit un coup de barrière de séparation dans le visage alors qu’il est à terre, les deux agents reçoivent des voups dans le dos et sur les côtes.

La personne qui a filmé la scène n’était pas neutre : elle encourageait les individus tout en insultant les policiers.

Valérie Pécresse réagit à l’agression des policiers à Aulnay-sous-Bois et … réclame plus d’effectifs de police ?!

L’agression des deux policiers à Aulnay-sous-Bois continue de faire couler beaucoup d’encre et, à défaut de la réaction du Maire Bruno Beschizza, d’autres personnalités politiques ou médiatiques s’en donnent à cœur joie.

C’est au tour de Valérie Pécresse, présidente du Conseil Régional Île-de-France qui, dans un Tweet, n’hésite pas à critiquer avec véhémence la politique gouvernementale :

« Encore une fois des policiers lynchés alors qu’ils ne faisaient que leur métier! #Aulnay. Face à ces images intolérables que fait l’Etat pour renforcer les effectifs manquants et prononcer enfin des sanctions vraiment dissuasives et exécutées?« 

Ce qui est étonnant dans cette phrase est le terme « que fait l’Etat pour renforcer les effectifs manquants« . Pour rappel, Valérie Pécresse a été porte-parole du gouvernement de 2011 à 2012 sous Nicolas Sarkozy, ainsi que la ministre du budget. Elle a donc, directement ou indirectement, accepté les réformes du gouvernement et la directive du président UMP de l’époque.

S’il est vrai que la France sortait d’une crise terrible (crise financière de 2009-2009) avec une dette qui a explosé, Nicolas Sarkozy et son premier ministre François Fillon ont pris l’initiative de ne pas renouveler un fonctionnaire sur deux. Finalité, les effectifs de police ont fondu comme neige au soleil, comme l’indique le graphique ci-dessous en provenance du Sénat :

Effectifs gendarmerie et police nationale

On voit bien qu’entre 2007 et 2012, les effectifs ont fondu d’environ 2000 postes, avant de se stabiliser puis d’augmenter fortement après 2015 (suite aux attentats).

Il aurait été honnêtement intellectuellement de regretter d’abord cette baisse d’effectif puis de souligner l’importance de recruter rapidement de nouveaux gendarmes et policiers, tout en acceptant de nouvelles dettes ou de nouveaux impôts. Valérie Pécresse risque donc d’être taclée par ce Tweet malencontreux.

D’autres estiment qu’il ne sert à rien de renforcer les forces de police dans la mesure où les policiers n’ont que peu de marge de manœuvre pour interpeller les individus récalcitrants, et que la justice ne suit pas (nombreux délinquants sont relâchés rapidement sans même être inquiétés financièrement). Là aussi, le problème de date pas d’hier, même si l’actuel ministre de la Justice ne semble pas vouloir prendre le problème à bras le corps…

Les policiers agressés par 15 individus à Aulnay-sous-Bois gardent des séquelles, attente de la réaction de Bruno Beschizza

Bruno Beschizza

Selon Stéphane Finance, secrétaire régional Alliance Police 93, les deux policiers agressés hier par 15 individus dans le quartier de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois sont sortis de l’hôpital. Ils ont eu plus de peur que de mal, mais ils gardent des séquelles de l’agression : des côtes fêlées et une épaule démise.

Alors que les personnalités politiques réagissent à chaud face à cet acte d’une incroyable violence, le Maire de la ville, Bruno Beschizza, reste étonnement silencieux. L’ancien syndicaliste qui avait commencé sa carrière politique en surfant notamment sur les émeutes de 2005 ne s’est pas encore fendu d’un communiqué.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs personnes s’indignent car M. Beschizza était plus prompt à défendre Théo Luhaka lors de l’interpellation qui a mal tourné.

 

Pour Jean Messiha, les deux policiers agressés à Aulnay-sous-Bois représentent la haine de la France par la diversité

Jean Messiha, ancien membre du Rassemblement National et chroniqueur sur la chaîne CNEWS, ne mâche pas ses mots concernant l’agression des deux policiers dans le quartier de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois. Selon lui, il ne s’agirait pas d’un acte criminel, mais de « l’expression inextinguible de la France par une partie de la diversité islamisée ».

Des propos chocs qui vont certainement faire réagir une partie de la classe politique Française.

La vidéo des deux policiers lynchés dans le quartier des 3000 à Aulnay-sous-Bois, preuve du mal qui couve dans les cités ?

La vidéo prise sur le vif hier lors d’un banal contrôle routier qui a mal tourné dans le quartier de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois a beaucoup fait réagir les réseaux sociaux. Entre les personnes qui exigent une réponse forte pour venir à bout des agresseurs et ceux qui sont plutôt compatissants avec la quinzaine de jeunes qui se sont rués sur les policiers, la société se divise et s’interroge.

Dans la vidéo, on entend bel et bien des complices inciter leurs camarades de « shooter » dans la tête des deux policiers, dont un est à terre. Ces derniers ont fait preuve d’un certain sang froid, décidant de battre en retraite sans utiliser leur arme de service (reste à savoir si, en cas d’usage, la légitime défense aurait été acceptée par les juges).

Dans un quartier qui semble, en partie, échapper au pouvoir régalien, quelle sera la réponse de la municipalité d’Aulnay-sous-Bois ? Est-ce que le ministre de l’intérieur va réagir et venir pour soutenir les policiers ?

D’autres propos surprenants ont été aperçus sur les réseaux sociaux. L’un estime que le jeune homme interpellé aurait été « sauvé » car l’un des policiers l’aurait plaqué à terre et était sur le point de l’étouffer, comme dans l’affaire George Floyd. Etait-ce cependant une raison suffisante pour agresser les policiers ?

On compare souvent le mal des cités à la pauvreté et manque de moyens qui sont accordés aux jeunes. Cependant, dans les quartiers populaires Français des années 50s jusqu’au début des années 80s, notamment dans les corons du Nord-Pas de Calais où beaucoup de foyers n’avaient pas de télévision et dont les toilettes se trouvaient à l’extérieur, il n’y avait pas ce genre de rébellion. Il est difficile d’imaginer que seule la pauvreté et le désespoir seraient la cause de ces agressions.

Vidéo, deux policiers agressés et frappés par une quinzaine d’individus lors d’un contrôle à Aulnay-sous-Bois

Des policiers à moto ont été violemment agressés à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) ce dimanche après-midi alors qu’ils procédaient au contrôle de deux hommes.

Un contrôle routier a viré à l’agression dans la cité des 3000 à Aulnay, ce dimanche vers 17 heures. Deux policiers à moto de la Compagnie de sécurisation et d’intervention de la Seine-Saint-Denis (CSI 93) ont procédé au contrôle de deux hommes qui circulaient eux aussi sur une moto, dans la rue Edgar Degas.

Le conducteur n’avait aucun document sur lui, ni son permis de conduire, ni le certificat d’immatriculation du véhicule. Son passager a proposé aux policiers d’aller récupérer les papiers au domicile du conducteur, situé à proximité selon lui. Plutôt que de ramener les documents, l’homme est revenu avec une quinzaine d’individus pour en découdre.

Ces derniers ont agressé les forces de l’ordre. Les fonctionnaires ont tenté d’interpeller l’un des mis en cause mais ont reçu de nombreux coups, notamment au sol, comme il est possible de le voir sur une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. Sur cette même séquence, d’autres hommes encouragent les agresseurs : « Nique-le ! Shoot dans la tête ! Baise-lui sa mère », peut-on notamment entendre.

Ci-dessous la vidéo de l’agression :

Source : Actu.fr

Les élus Aulnay en Commun saisissent la procureure de la République

Suite à l’agression de l’un de ses colistiers lors du 1er tour des élections municipales 2020à Aulnay-sous-Bois, les élus Aulnay En Commun saisissent la procureure de la République pour des actions et une enquête.

Des individus d’Aulnay-sous-Bois agressent un homme à coup de batte de baseball dans le Val d’Oise

Un véritable règlement de compte s’est déroulé la nuit du vendredi au samedi à Survilliers dans le Val d’Oise. Plusieurs individus d’Aulnay-sous-Bois sont venus cagoulés pour en découdre sur un seul homme. Ces Aulnaysiens avaient des battes de baseball et ont littéralement matraqué l’homme qui a réussi à avoir la vie sauve.

On ignore quel est le motif du litige et on ignore si les agresseurs ont été agressé. Il est fort probable que les protagonistes n’avaient pas leur attestation de sortie dérogatoire sure eux. Cependant, ils ont réussi à déjouer la vigilance des gendarmes…

Un sans domicile fixe et un habitant d’Aulnay-sous-Bois détroussaient des passants de leur carte bancaire

Sur Versailles et Paris 14e, deux complices, l’un sans domicile fixe et l’autre habitant d’Aulnay-sous-Bois, s’en prenaient aux adolescents pour voler non seulement leur carte bancaire, mais aussi leur téléphone portable. Le modus operandi était efficace : les deux lascars ciblaient leur victime, attendaient que celle-ci étaient isolées avant de les agresser avec un couteau. Tandis que l’un tenait le couteau, l’autre avait un pistolet électrique pour forcer la victime à donner le mot de passe de dévérouillage du téléphone ou le code de la carte bancaire.

Les deux crapules ont également opéré sur Chartres et au Mans et utilisaient le TER Centre pour se déplacer. Ils ont été interpellé le 13 octobre, reconnus par leurs victimes, et condamnés à 2 ans d’emprisonnement dont 6 mois avec sursis.

Les attentats terroristes exacerbent-ils l’islamophobie ?

Photo publiée circulant sur les réseaux sociaux

Il n’est pas possible de condamner la Francophobie, cette haine de la France sans condamner également l’islamophobie, si elle est avérée, (et cela seule l’enquête pourra le déterminer), lorsqu’elle frappe aveuglément deux femmes musulmanes, sur notre sol, parce que supposément l’une d’entre elles portait le voile !!!

L’agression à l’arme blanche aurait eu lieu le soir du 18 Octobre 2020, sur le champ de Mars, au pied de la Tour Eiffel et aurait été perpétrée par deux femmes de type caucasien selon les dires des plaignantes. En réalité un différend autour d’un chien non attaché serait à l’origine de l’incident et aurait donné lieu à des insultes racistes.

Le commissariat du 7e arrondissement, chargé des investigations a placé deux personnes en garde à vue. Le parquet de Paris à ouvert une enquête pour tentative d’homicide volontaire. Les réseaux sociaux ont une fois de plus servi à relayer et amplifier cette information qui circule depuis plus de 24 heures : Facebook, Twitter, ou encore Snapchat rapportent que deux cousines d’origine algérienne et voilées auraient été victimes d’une agression à caractère supposément islamophobe en présence de leurs enfants.

Procès verbal de la plainte

La raison clairement invoquée pour expliquer cette agression indique :  » parce que musulmanes et voilées », dans un tweet partagé plus de 25 000 fois !  Toutefois une source proche de l’enquête affirme au Monde que :  » « A ce stade des investigations, aucun élément ne permet d’accréditer la thèse d’un mobile raciste ou lié au port du voile ». Par conséquent, même si la décapitation choquante d’un enseignant de la république est encore dans tous les esprits, rien ne dit que le motif de l’agression découle de cette récente actualité et soit de nature punitive à l’égard des deux femmes musulmanes.

Le journal Libération qui a pris l’initiative de contacter l’une des deux plaignantes explique que cette famille était en promenade avec leurs enfants et qu’ils ont demandé aux deux femmes propriétaires du chien qui effrayait leurs enfants de bien vouloir l’attacher. Refusant d’obtempérer, le ton serait monté…. Et des insultes auraient été proférées :  » sale arabe  »  » on est chez nous »  » rentre dans ton pays  » avant que l’une des agresseuses arrache un voile !

Information circulant sur les réseaux sociaux

L’une des deux cousines opérées de la main a reçu de multiples coups de couteau, et a été placée en arrêt de travail d’une durée de 2 mois. Quant à l’autre cousine dont les jours ne sont pas en danger, elle a également reçu six coups d’arme blanche et subi une perforation du poumon.

Je voudrais saisir l’opportunité de cette agression en direction de ces deux femmes musulmanes, pour affirmer que la violence ne résout rien et qu’au contraire, elle devient la première marche d’un engrenage dont on n’a plus la maitrise ! Je condamne donc fermement ce déferlement de violence à l’égard de personnes qui ont le droit à la sécurité sur notre territoire, quelque soit le motif à l’origine du différent, et je m’interroge sur la nécessité, la présence et l’utilité d’une arme blanche avec soi ! Nul n’a le droit de se faire justice, nul n’a le droit de porter atteinte à l’intégrité physique d’autrui.

Triste d’assister à ces manifestations agressives qui rompent notre unité et notre fraternité, j’adresse mes souhaits de prompt rétablissement à ces deux jeunes femmes.

Article rédigé le 20 Octobre 2020 par Catherine Medioni

%d blogueurs aiment cette page :