Archives du blog

Lina et Mohamed, en tête du top 10 des prénoms les plus donnés aux bébés en 2020 en Seine-Saint-Denis

Les officiers d’état civil chargés de recueillir les déclarations de naissance en Seine-Saint-Denis comment à en avoir l’habitude. Une nouvelle fois, ce sont Mohamed et Lina qui sont arrivés en tête des prénoms les plus donnés aux bébés en 2020 dans le département par leurs parents.

C’est depuis 2019 que les premiers, avec 238 naissances, ont détrôné Adam, dont le prénom reste le deuxième le plus donné en Seine-Saint-Denis, mais désormais loin derrière (162 bébés). En troisième place, on retrouve le prénom Ibrahim (140), devant Isaac (111) et Rayan (90).

Côté filles, avec 101 naissances, Lina devance de peu les Nour (96 bébés) et les Inaya (87). Sofia (76) et Sarah (66) font également partie du top 5.

Des prénoms qui racontent l’histoire de l’immigration

La Seine-Saint-Denis étant, d’après l’observatoire départemental des données sociales (ODDS), le premier département d’accueil des populations immigrées en France, c’est sans surprise que les prénoms donnés aux bébés prennent bien souvent la consonnance de la région d’origine de leurs parents. En 2019, Baptiste Coulmont, alors enseignant en sociologie à l’université Paris-8 à Saint-Denis (SSD) et Patrick Simon, avaient publié l’enquête « Trajectoires et Origines », dédiée à cette thématique, pour l’Ined et l’Insee. En s’appuyant sur les témoignages de vingt-deux mille personnes d’origine étrangère, partout en France, entre 2008 et 2009.

Source et article complet : Le Parisien

Les professeurs en ont marre de la Seine-Saint-Denis

Marie-Hélène PLARD. – Nous nous trouvons dans le département où le taux de satisfaction est le plus bas. En Seine-Saint-Denis, environ 2350 collègues demandent à partir contre 35 souhaitant y entrer. Cela se vérifie aussi dans mon école, qui est complexe à gérer: certains professeurs souhaitent, à terme, quitter le département mais ne remplissent pas les critères nécessaires.

Source et article complet : Le Figaro

Plus de 6 000 enfants de la Seine-Saint-Denis partiront en vacances cet été

Les colonies de vacances représentent pour beaucoup les premières vacances sans les parents mais elles sont également un privilège. Lundi 26 juillet 2021, une soixantaine d’enfants de Seine-Saint-Denis ont inauguré le dispositif « colos apprenantes » pour l’été 2021. 

Apprendre le matin, s’amuser l’après-midi

Hier, sur le parking du stade la Motte à Bobigny, 15 enfants entre 6 et 17 ans sont partis en direction de l’Aveyron, 16 autres ont rejoint la Meurthe-et-Moselle tandis que 40 bambins se sont dirigés vers Gouville-sur-Mer dans la Manche. Au total avec plus de 175 séjours, ce sont 6 600 enfants qui partiront pendant l’été avec ce dispositif financé à 80% par l’Etat dont 993 avec le soutien financier du Conseil départemental. 

Source et article complet : Actu.fr

La Seine-Saint-Denis donne 640 000 masques à la Tunisie, frappée par le variant Delta Covid-19

Face à la détresse des Tunisiens, frappés de plein fouet par le variant Delta, un élan de solidarité s’est mis en place en Seine-Saint-Denis. Citoyens, associations et élus se sont mobilisés. Et grâce notamment au conseil départemental, 640 000 masques chirurgicaux et 14 400 blouses ont été donnés, ce mercredi, à l’ambassade de Tunisie à Paris.

« Je salue votre soutien et cet élan de solidarité, insiste Mohamed Karim Jamoussi, l’ambassadeur de Tunisie en France. On essaie d’accélérer la campagne de vaccination en Tunisie car c’est la clé. Mais en parallèle, on essaie aussi de renforcer les équipements et le matériel de nos institutions. »

La situation sanitaire en Tunisie est très inquiétante. La vidéo d’un médecin tunisien en pleurs n’a cessé de tourner et d’émouvoir les réseaux sociaux ces derniers jours. Le pays est submergé par le variant Delta. Des hôpitaux de campagne ont été montés en urgence pour faire face à la crise. « Devant la gravité de la crise tunisienne, l’émotion que cela suscite et les sollicitations nombreuses de la diaspora et de nombreuses associations », le département de Seine-Saint-Denis n’a pas pu rester muet. Il a remis officiellement, ce mercredi matin, plusieurs centaines de milliers de masques chirurgicaux et de blouses à l’ambassade de Tunisie, situé dans le VIIe arrondissement de Paris.

Source et article complet : Le Parisien

Au hasard de la campagne des élections départementales, du raisonnement mathématique et du Vélo

Lors de cette campagne déprimante pour les idées de la municipalité en place qui n’a su que traiter son opposition politique de différents adjectifs plutôt malveillants, j’ai retenu une idée comme quoi les pistes cyclables généreraient de la pollutio.

Et moi qui roule majoritairement en vélo pour justement ne pas trop polluer, je serai donc dans l’erreur !

J’ai donc décidé d’utiliser pour vérifier cette assertion d’une méthode mathématique s’inspirant du raisonnement par l’absurde !!

Les villes qui auraient le plus de pistes cyclables devraient donc être les plus polluées au monde !

Ce n’est pas le cas d’Amsterdam, pourtant première au classement des grandes villes les plus saines !

Ce n’est pas pourtant le cas de Copenhague (ou le climat est chaud et méditerranéen comme chacun sait) ou 55% des habitants se déplacent en vélos. (Source : neonmag.fr) !

Visiblement l’argumentaire ne tient pas !

Quelle est donc l’idée soutenue par les candidats de la majorité municipale ? : que les pistes cyclables ne servent à rien car il n’y a pas de vélos qui roulent dessus (sauf moi)

Et pourquoi pas plus de vélos

Pas de volonté municipale : stationnement pas possible sur le marché de la gare sur les arceaux immobilisés par des scooters qui pourraient se garer ailleurs

Pas de respect des itinéraires mis en place au moment du confinement ou les voitures doivent rouler au maximum à 30km/h et derrière les vélos. J ’ai vérifié : respecté par aucun conducteur

Des pistes cyclables qui apparaissent brutalement et disparaissent au hasard des trottoirs (vieux pays) (Remarque : la municipalité actuelle n’est pas la seule responsable mais n’a rien fait de notable au cours de la précédente mandature !

Quasiment pas de pistes cyclables en site vraiment protégé

Peu et pas assez de double sens cyclable souvent peu ou pas assez signalé (on se fait donc engueulé par les conducteurs )

Source : https://drive.google.com/file/d/0B30oY0SCbhcRaU5ydmFIZ3hob28/view?resourcekey=0-yUCR_-t9npr50BGVVUogyA : la carte est sans le nom des rues et daterait de 2011 !!

J’ai quand même une idée car du coté de la cité de l’Europe un tract distribué vendredi 25 juin 2021 tardivement (comme cela pas de droit de réponse) faisait allusion à une piste cyclable qui pourrait être réalisée rue Jacques Duclos. Ce tract invitait les habitants à se mobiliser contre les coronapistes !

Sur cette même rue Jacques Duclos , il y a régulièrement un embouteillage au droit du protectorat St Joseph malgré une interdiction d’arrêt.

Et pourtant, il ne se passe rien .

Et pour terminer, je rappelle que les premières routes bitumées datent de 1902 et qu’à l’époque peu de voitures roulaient dessus .Les automobiles les ont empruntées au fur et à mesure du 20 ieme siècle !

C’est maintenant l’heure du vélo !

 

 

 

 

Source : Christian

Le département de la Seine-Saint-Denis reste à Gauche

Avec 13 des 21 cantons que compte la Seine-Saint-Denis, la Gauche gagne aisément le département de la Seine-Saint-Denis, le seul département qui échappe à la Droite en Île-de-France. Hormis Aubervilliers, la Droite ne parvient pas à gagner d’autres cantons clé comme celui de Tremblay ou celui de Noisy-le-Grand. Stéphane Troussel garde donc la présidence du département.

Paris 2024 propose à 2.000 enfants d’apprendre à nager cet été en Seine-Saint-Denis

Alors que les JO de Tokyo approchent (le 23 juillet pour les jeux olympiques, 24 août pour les paralympiques), Paris 2024 a décidé de donner un petit air olympique à votre été en proposant plusieurs animations sportives et culturelles partout en France, y compris dans notre région.

10 séances pour apprendre à nager

Les organisateurs des Jeux de Paris, avec l’Agence nationale du sport et la Fédération française de natation, vont proposer notamment à 2.000 enfants de Seine-Saint-Denis d’apprendre à nager. Pour cela quatre bassins temporaires seront installés, en juillet et en août, à Clichy-sous-Bois, Villetaneuse, Sevran et Bagnolet.

Du lundi au samedi, de 9 heures à 19 heures, des cours seront proposées aux enfants de 4 à 12 ans ne sachant pas nager. Pour leur apprendre, 20 maîtres-nageurs vont se relayer tout l’été pour donner des cours. Chaque enfant aura droit à 10 séances de 45 minutes, réparties sur deux semaines. Des séances pour les adultes qui ne savent pas nager seront également proposées. Paris 2024 publiera bientôt le programme et les modalités précises pour s’inscrire.

Source et article complet : France Bleu

Les commerces autorisés à rouvrir le dimanche en Seine-Saint-Denis

Les commerces seront ouverts tous les dimanches de juin et ce selon un arrêté préfectoral. Cela permettra de compenser les pertes d’activités à cause des restrictions sanitaires et de relancer l’économie. Il concerne les entreprises du département relevant des conventions collectives des grands magasins et des magasins populaires, des maisons à succursales de vente au détail d’habillement, du commerce succursaliste de la chaussure, les commerces de gros et de détail à prédominance alimentaire ainsi que les commerces alimentaires généralistes de proximité.

L’analyse et les propositions de La France Insoumise à Aulnay-sous-Bois concernant l’éducation en Seine-Saint-Denis

Rénovation et équipement des collèges, moyens mis en œuvre, formations, laïcité… La France Insoumise à Aulnay-sous-Bois nous fait part de son constat et propose des solutions dans un tract que vous pouvez consulter ci-dessous :

Risque de noyade d’enfants en Seine-Saint-Denis avec l’arrivée de l’été

Des enfants n’ont pas repris les séances

Une bonne nouvelle pour Christian Froeliger, l’un des responsables de l’Étoile sportive dionysienne (ESD), association sportive qui donne des cours de natation à près de 300 enfants de la ville. Mais depuis le 19 mai, tous les jeunes ne sont pas revenus. « Environ 40% des enfants qui venaient avant n’ont pas repris les séances, soit parce que les parents ne veulent pas les envoyer, soit parce qu’ils n’ont plus envie. Cette année, il y a aura hélas un gros déficit d’apprentissage », prédit-il. « On ne pourra pas rattraper le temps perdu sur les 4 ou 5 séances qu’il reste et pour certains, il faut presque tout reprendre à zéro ».

Revoir les bases

Au bord du petit bassin, Jade, maître nageuse qui encadre un cours d’éveil pour les 4-6 ans, confirme : « On a vu une grande différence depuis la reprise. _Juste avant la fermeture, les petits commençaient à être à l’aise, à ne plus avoir peur et là il faut revoir les bases_« . Même constat chez les plus grands, les 6-8 ans qui tentent de faire des longueurs dans le bassin de 25 mètres, sous la surveillance de Nicolas.

« Normalement, à cette période, ils peuvent faire les 25 mètres sans problème, et là on voit les enfants qui s’accrochent au mur, c’est catastrophique », analyse le maître-nageur. « Même chez les scolaires, les profs en 6ème nous disent qu’ils ont récupéré des élèves qui ne savent pas du tout nager, parce qu’en CM2, ils n’ont quasiment eu aucun cours ».

Source et article complet : FranceBleu

%d blogueurs aiment cette page :