Archives du blog

Nouveaux incidents cette nuit à Aulnay-sous-Bois avec des pompiers et policiers attaqués malgré le confinement

Cette nuit à Aulnay-sous-Bois, des incendies volontaires ont nécessité l’intervention des Pompiers de Paris et des forces de police. Les auteurs irresponsables de ces actes de vandalisme ont empêché les secours d’intervenir et ont lancé des projectiles sur les policiers.

Le confinement à cause du COVID-19 semble échauffer les esprits. Il faut savoir raison garder et prendre son mal en patience, le confinement touche tout le monde et impacte nos habitudes. A nous d’être suffisamment intelligent pour s’adapter à la situation…

Près de 200 personnes verbalisées en Seine-Saint-Denis pour non respect du confinement lié au Covid-19

Ce mercredi à midi, 185 personnes ont été verbalisées en Seine-Saint-Denis par ce que celles-ci n’avaient pas d’attestation en règle. La police a réalisé 1 407 contrôles.

Parmi les verbalisés, notons 143 piétons et 42 automobilistes. Pour rappel, il faut remplir et signer une dérogation pour pouvoir circuler sur les voies publiques. Sans cette dérogation, c’est 135 € d’amende !

 

Malgré le confinement, incendies de poubelle et agressions contre les policiers à Aulnay-sous-Bois

Hier soir à Aulnay-sous-Bois, alors que les pompiers maîtrisent des incendies de poubelles, les policiers reçoivent des projectiles d’une foule. Ils interpellent des lanceurs et les esprits s’échauffent.

Pourtant, avec le confinement et le Coronavirus, tout le monde devrait rester chez soi. Inconscience ou volonté de provocation ?

Ci-dessous une vidéo qui en dit long…

 

La police d’Aulnay-sous-Bois sauve un singe magot attaché au pied d’un radiateur

Barbary macaque

Les enquêteurs de la Fondation 30 Millions d’Amis ont secouru un singe magot femelle de 6 mois dans la chambre d’un appartement de l’Île Saint-Denis (93). Une plainte a été déposée pour mauvais traitements.

C’est une triste habitude ! Un singe a été à nouveau retrouvé au dixième étage d’un immeuble de l’Île Saint-Denis (93) après une intervention de la police d’Aulnay-sous-Bois – pour d’autres faits sans rapports avec l’animal (21/01/2020) ; lors de leur présence sur les lieux les forces de l’ordre ont en effet entendu les cris d’un animal… Le pauvre macaque était attaché au pied du radiateur dans une chambre vide. C’est la brigade cynophile des pompiers du Fort de la Briche qui a porté secours à l’animal.

Source : 30 millions d’amis

Vidéo : Un policier au Blanc-Mesnil encerclé par des individus agressifs tire et blesse l’un des assaillants

Illustration

Un banal contrôle routier a failli tourner au drame : des policiers de Drancy ont tenté d’interpeller un homme en scooter hier, mais ce dernier n’a pas voulu obtempérer et a tenter de fuir.

Sur la commune du Blanc-Mesnil, le fuyard percute un policier qui se retrouve aussitôt au sol. C’est alors que plusieurs individus surgissent de nulle part et foncent sur le policier au sol, et commencent à lui asséner des coups de pied.

C’est alors que, pour se sortir de cette situation désespérée, qu’il use de son arme, blesse l’un des lascars, provocant la fuite des autres.

L’homme en scooter (qui a été confisqué) est toujours en fuite. La vidéo ci-dessous explique les faits :

Décès à cause d’une crise cardiaque en pleine rue à Aulnay-sous-Bois, un pompier héroïque

Aux alentours de 13h00 dimanche dernier sur la route de Bondy près de l’intersection avenue du 14 juillet, un homme âgé marchait tranquillement avec sa femme quand il a eu un malaise.

Un sapeur pompier, seul et qui passait par là, a effectué les premiers gestes de secours. Dans un premier temps, le pompier a allongé le vieil homme par terre sur le côté. Ayant vu que cette personne arrêtait de réagir, le pompier a commencé un massage cardiaque.

Une dizaine de minutes plus tard, c’est un collègue qui arrive avec l’ambulance. Les deux hommes ont alors mis en place les appareils d’assistance respiratoire en continuant le massage cardiaque.

Aux alentours de 13h40, la police arrive sur les lieux et effectue le balisage pour éloigner les badauds. Des draps ont été placés autour de la victime pour éviter que les passants ne voient ce tragique événement.

Peu après, le Samu intervient à son tour. La femme de ce Monsieur pleurait énormément.

Source : témoignage d’un lecteur

Les policiers de Seine-Saint-Denis sont à bout parce qu’ils sont toujours remis en cause

De nombreux policiers ont montré leur soutien à leur collègue dont le préfet de police de Paris avait ordonné la suspension suite à une interpellation musclée à Paris. Selon Grégory Goupil, secrétaire régional Alliance police nationale pour la Seine-Saint-Denis, les policiers sont à bout car leur parole est souvent remise en cause.

Grégory Goupil pointe du doigt la « décision de suspension de notre collègue par voie de tweet »« La suspension par tweet n’est absolument pas légitime, c’est pour ça qu’on monte au créneau parce que c’est totalement injuste », affirme le secrétaire régional Alliance police nationale dans France Info.

Un policier d’Aulnay-sous-Bois suspendu après une interpellation controversée et musclée à Sevran

Vidéo

La vidéo de l’interpellation d’un jeune homme à Sevran a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux. Les collègues du policier suspendu estiment eux la sanction « injustifiée ».

Un fonctionnaire de police a été suspendu de ses fonctions « afin d’établir les circonstances exactes de cette interpellation », à la demande du préfet de police Didier Lallement. Une décision qui intervient au lendemain de l’interpellation controversée d’un jeune homme dans une rue de Sevran (Seine-Saint-Denis). Sur les images, qui ont suscité la polémique sur les réseaux sociaux, on voit le policier frapper à plusieurs reprises la victime.
Plusieurs dizaines de policiers se sont rassemblés devant le commissariat d’Aulnay-sous-Bois en signe de protestation contre sa suspension qu’ils jugent « injustifiée »

Source et article complet : RTL

Vidéo ci-dessous :

Une policière se suicide avec son arme de service à Drancy

Jeudi 22 août 2019, une policière âgée de 26 ans s’est donné la mort avec son arme de service sur le parking de sa résidence à Drancy.

C’est le 47e suicide dans la police depuis le début de l’année. Jeudi 22 août 2019, une policière affectée à la Direction de l’ordre public et de la circulation à la préfecture de police de Paris s’est donné la mort à Drancy.

La femme, âgée de 26 ans, s’est suicidée avec son arme de service dans sa voiture garée sur le parking de sa résidence. La fonctionnaire a été retrouvée sans vie, par son compagnon, lui aussi policier, selon les informations du Parisien. Les raisons de son geste sont pour le moment inexpliquées. L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie.

C’est le deuxième suicide d’un policier en Seine-Saint-Denis en moins d’un mois. Le 28 juillet, un fonctionnaire de police affecté à Aulnay-sous-Bois se donnait la mort en utilisant son arme de service.

Source et article complet : Actu.fr

 

Un adolescent frappé par des policiers à Aulnay-sous-Bois, trois familles déposent plainte à l’IGPN

Cinq enfants, âgés de 10 à 15 ans, ont été interpellés par des policiers. L’un d’eux dit avoir été rossé par un agent à plusieurs reprises.

« Qui nous protège de la police, ici ? 15 ans, est-ce que c’est un âge pour se faire tabasser par un policier ? » La rue Maurice-Niles, à Aulnay-sous-Bois, est en colère. Trois familles, habitant ce quartier pavillonnaire,déposent plainte à l’IGPN, la « police des polices », après que leurs enfants, âgés de 10 ans à 15 ans, ont – selon leur récit – fait l’objet d’une interpellation violente jeudi soir.

Noam, le plus âgé, aurait été frappé à plusieurs reprises par l’un des gardiens de la paix. Selon le certificat établi par un médecin de l’hôpital Robert-Ballanger, « les lésions constatées justifient une incapacité totale de travail d’une durée de 4 jours ».

Les deux plus grands pénètrent dans un pavillon inoccupé

Selon le récit des enfants, la scène s’est déroulée à 200 m de chez eux, jeudi vers 19 h 30. Ils étaient six à revenir d’une partie de foot quand, sur le chemin, l’un d’eux a cru voir une « ombre » dans une maison connue pour être inoccupée. Intrigués, les deux plus grands entrent « par le portail ouvert » pour jeter un œil. « On n’a pas escaladé le muret », insistent Josué et Noam, 13 et 15 ans.

Le plus âgé est rattrapé par la police

Là-dessus, une voiture de police arrive. La plupart des gamins restent tétanisés, mais Noam et Sabri, 10 ans, s’enfuient en courant. « J’ai eu peur, c’est un réflexe », dit Noam, sa mère, Elodie, ajoutant « quand on vit ici, même si on n’a rien à se reprocher, on évite la police ». Hasard : à quelques dizaines de mètres vit Théo Luhaka, un jeune homme grièvement blessé lors d’une interpellation en 2017.

Cinquante mètres plus loin, Noam est rattrapé par deux agents et projeté dans une voiture de police. Sabri n’est pas rattrapé. Toujours selon la version des adolescents, c’est à ce moment que les violences commencent.

« Il m’a mis des balayettes, il est tombé avec moi »

« Le conducteur m’a mis un coup de poing au nez », assure Noam, dont le nez était encore gonflé, 24 heures après les faits. L’ado est ramené sur les lieux de l’interpellation, où, dit-il, le même policier serait sorti de la voiture avant de l’empoigner en le tirant par les cheveux, lui arrachant une touffe de cheveux, avant de le frapper aux jambes pour le mettre à terre. « Il m’a mis des balayettes, il est tombé avec moi », se rappelle Noam. La scène se serait déroulée sous les yeux de ses copains. « On suppliait le policier d’arrêter de le taper, assure Josué. Il nous a répondu : c’est mon boulot ! »

Une habitante de la rue, témoin de la fin de la scène, indique que « les plus petits pleuraient, assis sur le muret ».

« J’ai été directement à l’hôpital faire constater les coups reçus »

Les cinq enfants sont ensuite emmenés au commissariat. Deux heures après les faits, les parents sont convoqués au commissariat à 21 h 47 comme le spécifie le procès-verbal de la police.

Source, image et article complet : Le Parisien

%d blogueurs aiment cette page :