Archives du blog

Les différentes bonnes pratiques pour éviter un cambriolage

Comme tout le monde le sait, le risque 0 n’existe pas. Et cela s’applique bien entendu à la sécurité de nos bien et de notre logement en particulier. Comme in le sait, les cambriolages sont un fléau dans certains secteurs de la ville, pour des raisons diverses et variées comme la facilité pour les cambrioleurs pour trouver des échappatoires, ou la vétusté de certaines maisons.

Il existe plusieurs méthodes pour éviter les cambriolages et ne pas subir un choque psychologue forte lorsque cela se produit. Zoom sur ces différents moyens que vous pouvez mettre en oeuvre.

Analyser la solidité de la porte d’entrée et des fenêtres

En moyenne, 2/3 des cambriolages ont lieu en forçant la porte d’entrée, 1/4 par l’une des fenêtres. Par conséquent, il est plus que nécessaire de s’assurer que votre porte d’entrée et vos fenêtres puissent résister suffisamment longtemps à une tentative d’effraction pour faire rebrousser chemin au cambrioleur. En effet, le cambrioleur abandonne son larcin en moyenne au bout de 5 minutes de tentative pour éviter d’alerter les voisins et se faire appréhender par la police.

Au niveau de la porte d’entrée, plusieurs questions sont à se poser :

  • Est-ce que la porte est renforcée, voire blindée, pour résister à une masse ou un pied de biche ? Vous pouvez mettre des verrous solides, si la porte est simplement en bois non renforcée, elle cédera rapidement aux coups assénés par le cambrioleur
  • Disposez-vous d’une serrure 3-points ou 5-points ? Si cela ne suffit pas toujours à arrêter le malfaiteur, ce type de dispositif ne lui facilitera pas la tâche

N’hésitez donc pas à investir au niveau de la porte d’entrée pour vous mettre en sécurité. Egalement, une porte blindée et correctement réglée vous permettra de réaliser des économies d’énergie, pensez-y !

Au niveau des fenêtres, faites en l’inventaire et relevez toutes les fenêtres simple vitrage qui pourraient servir d’accès à un cambrioleur. Là aussi, une fenêtre double ou triple vitrage avec dispositif anti-intrusion vous apportera non seulement sérénité, mais aussi un gain au niveau des économies d’énergies.

N’hésitez pas à installer une grille de sécurité au niveau des fenêtres situées au rez-de-chaussée si vous habitez en pavillon.

Les systèmes d’alarme et de vidéo-surveillance comme moyen de dissuasion

Afin de faire réfléchir à deux fois un cambrioleur avant de passer à l’action, pensez aux systèmes d’alarme et de surveillance de votre demeure, avec capteurs de mouvement disséminés aux endroits stratégiques. N’hésitez pas également à indiquer à l’entrée de votre demeure que votre logement est protégé par un tel dispositif. En général, cela en dissuade plus d’un !

De nombreuses sociétés de gardiennage et de sécurité proposent leurs services pour surveiller votre logement en cas d’absence prolongée. Cela ne vous garantira pas une sécurité totale de votre logement, mais vous pourrez rapidement réagir en cas d’effraction.

Ne pas faire part de ses objets de grande valeur en dehors de votre cercle proche

Que vous habitiez en pavillon ou en appartement, inutile de vous plastronner d’avoir des bijoux, une télévision 1080p 4k dernier cri ou des Rolex à ne plus savoir que faire. Cela peut attiser des convoitises, des jalousies et, par effet de bord, atterrir dans l’oreille d’une personne mal intentionnée. Se prémunir d’un cambriolage, c’est aussi savoir tenir confidentiel sa fortune mobilière surtout si votre logement est mal équipé en termes de dispositif de sécurité.

Comme indiqué en début de cet article, le risque 0 n’existe pas, mais il est possible de l’atténuer en adoptant une attitude responsable et prudente.

Source : contribution externe

On en sait plus sur Alain Siekappen Kemayou, agent de sécurité O’Parinor Aulnay-sous-Bois mort du Coronavirus

La rédaction a effectué quelques recherches sur Alain Siekappen Kemayou, très vénéré et respecté responsable de sécurité du centre commercial O’Parinor à Aulnay-sous-Bois et mort du Coronavirus le 21 mars au Centre hospitalier de Saint-Denis.

M. Siekappen était de nationalité Camerounaise, il venait de Yaoundé, la capitale. Il était passionné de football et de Karaté, dont il concourrait et avait un très bon niveau et était même sélectionné une fois dans l’équipe nationale.

Il a travaillé en tant qu’agent de sécurité dans le centre commercial O’Parinor au moins depuis le milieu des années 2000. Il a gravi les échelons par sa discipline, sa rigueur et son abnégation. Il vivait dans un appartement du Blanc-Mesnil mais beaucoup d’Aulnaysiens le connaissaient.

Il s’est mis à tousser violemment le 14 mars 2020 et s’est rendu aux urgences où il a été rapidement diagnostiqué porteur du virus Covid-19. Son état était stable jusqu’aux dernières heures où subitement, il connu de gros problèmes respiratoires.

M. Siekappen aujourd’hui repose en paix mais laisse dans la tristesse de nombreux membres de sa famille et des amis qui se trouvent en France et au Cameroun. Il avait 45 ans, preuve il en est que le virus est fatal quelle que soit la catégorie d’âge.

 

 

Vidéo de notre rencontre avec Alain agent de sécurité à O’Parinor Aulnay-sous-Bois mort du Coronavirus

Les membres d’Aulnaycap effectuent de nombreux reportages dans toute la ville d’Aulnay-sous-Bois et ont réalisé des vidéos au sein du centre commercial O’Parinor. C’est ainsi que, par le plus grand des hasards, nous avons rencontré, de manière fortuite, Alain, célèbre agent de sécurité à la carrure importante.

Ce jour là, nous avions contacté de nombreuses enseignes et nous avons filmé la devanture des magasins qui le souhaitaient. Une façon en quelque sorte de montrer à tout un chacun, comme on le fait également sur le Boulevard de Strasbourg et ailleurs, quels sont les commerces disponibles.

En filmant devant l’enseigne Téléshopping qui avait donné son accord via le responsable Marketing, deux agents de sécurité sont venus à notre rencontre pour demander de mettre fin au tournage. Si nous avions eu l’autorisation des magasins concernés, il aurait fallu également demander l’autorisation au propriétaire Hammerson.

Alain nous a donc demandé, avec son allure impressionnante, d’arrêter le tournage et de le suivre au poste de sécurité. Finalement, et de manière aimable au bout de quelques mètres voyant que nous n’étions pas hostiles, il avait finalement concédé de nous laisser partir, à condition de ne plus filmer sans l’autorisation préalable du propriétaire d’O’Parinor.

Nous rendons hommage à ce personnage que beaucoup croisaient sans le remarquer, une personne qui a assuré la sécurité de tout un chacun et qui connaissait de nombreux commerçants au sein de ce centre commercial. Vous pouvez voir dans la vidéo ci-dessous le corps imposant de celui qui était à la fois craint et respecté par ses pairs (vers la fin, deux agents de sécurité interviennent, l’un est Alain, à droite). Le Covid-19 a eu raison de lui, preuve il en est, contrairement aux scientifiques de pacotille, que le virus tue également les plus forts d’entre-nous. Alain, reposez en paix ! Toutes nos condoléances à votre famille et à vos proches.

Un agent de sécurité du centre commercial O’Parinor à Aulnay-sous-Bois est mort du Coronavirus

Alain était membre du service de sécurité au centre commercial O’Parinor. Un membre de la rédaction l’avait rencontré (non filmé) lors d’un reportage dans l’enceinte de l’établissement.

Le Coronavirus semble avoir fait sa première victime à Aulnay-sous-Bois. Toute la rédaction présente toutes ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Les radicalisés pourront être signalés aux maires, Bruno Beschizza content

La décision du chef de l’Etat suscite une franche hostilité parmi les agents du renseignement.

Emmanuel Macron rompt avec le dogme du « tout Etat » en matière de lutte antiterroriste. Mardi, dans son discours sur les banlieues, le chef de l’Etat a souhaité que les préfets « échangent » avec les maires sur la présence dans leur commune d’islamistes radicalisés. Ce qui suppose la transmission aux élus locaux d’informations sensibles recueillies par les services de renseignement (DGSI, renseignement territorial…) et versées au fichier dit des « radicalisés » (FSPRT). Une base de données qui intègre quelque 20 000 noms.

Cette décision du chef de l’Etat marque une mini-révolution dans le système français fondé sur la confidentialité et le cloisonnement des données collectées par le ministère de l’Intérieur. Sans surprise, l’initiative présidentielle suscite des réactions très positives chez les maires, à commencer par Bruno Beschizza (LR, Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis). En 2015, il avait été parmi les premiers à plaider pour de telles dispositions. « Ce qui m’intéresse en tant que maire d’une ville de 83 000 habitants, c’est de savoir si dans mes effectifs d’agents municipaux ou dans la ville, il existe des personnes dangereuses ou radicalisées », résume-t-il.

Pour Guy Lefrand (LR, Evreux dans l’Eure), « il est normal que les maires aient accès à ces informations dans la mesure où les communes assurent une partie de la compétence régalienne de la sécurité. » « Cette annonce du Président Macron va dans le sens de la proposition de loi que j’avais déposée en 2016 prévoyant que les maires soient informés de la présence de fichés dans leur commune, renchérit le sénateur (Union centriste) Hervé Maurey. La communication de ces informations ne doit pas être à la simple « discrétion » des préfets. Ils doivent avoir l’«obligation» de transmettre ces informations aux maires. »

Source et article complet : Le Parisien

Bruno Beschizza réclame 3 mesures d’urgence pour la Justice en Seine-Saint-Denis

Beschizza_mixiteBruno BESCHIZZA, Maire d’Aulnay-sous-Bois, apporte son soutien aux revendications des personnels du Tribunal de Grande Instance de Bobigny. Voilà de nombreux mois que la délinquance et le nombre de procédures pénales sont en augmentation sans que la réponse judiciaire ne puisse suivre.

Alors que le gouvernement annonce une lutte sans merci contre les trafics de stupéfiants, il n’est pas rare que certaines affaires de stupéfiants mettent 5 à 6 ans avant d’être jugées provoquant un sentiment d’impunité chez les voyous.

Bruno BESCHIZZA demande donc à Jean-Jacques URVOAS, Ministre de la Justice, la mise en place de 3 mesures d’urgence pour la Justice en Seine-Saint-Denis :

  • La création de Zones de Justice Prioritaire (ZJP) sur le modèle des ZSP dont l’arrondissement judiciaire de Bobigny ferait partie et qui permettra une meilleure répartition des effectifs entre les différentes juridictions ;
  • La mise en place d’un l’Avantage Spécifique d’Ancienneté (ASA) pour les personnels de ces ZJP sur le modèle de l’ASA des policiers afin de renforcer l’attractivité de ces postes ;
  • Le détachement immédiat de magistrats et greffiers d’autres juridictions et des directions centrales afin de répondre en urgence aux besoins dans l’attente que les postes soient réellement pourvus.

Source : communication Bruno Beschizza

Les téléalarmes à Aulnay-sous-Bois de nouveau reliées à la police municipale

police_municipaleAlors que l’ancien Maire Gérard Ségura avait supprimé brutalement la possibilité aux Aulnaysiens d’utiliser la téléalarme reliée à la Police Municipale, le Maire Bruno Beschizza a fait machine arrière.

Alors que la société privée prônée par Gérard Ségura dépêchait un vigile sur place en cas d’alerte, pour ensuite appeler la police municipale, l’intervention directe de la police municipale permet de gagner en temps et en efficacité. Cette formule existe depuis 1988 et n’aura finalement été supprimée que quelques années.

En cas de cambriolage, la police municipale intervient ainsi directement, avec un délai d’intervention de 10 minutes maximum, selon Séverine Maroun, première adjointe.

Les Aulnaysiens semblent favorables à cette mesure dans leur majorité. Le député Daniel Goldberg également, mais lui souhaite que l’ensemble des habitants, y compris les quartiers Nord, puissent en profiter, et craint qu’un trop grand nombre d’abonnés mettent à mal les moyens de la police municipale.

Qu’en disent les habitants ? « C’est une bonne idée, si c’est plus efficaceet que cela ne coûte pas une fortune, estime un habitant de la rue Danton. Dans ma rue, on compte un cambriolage par an. Moi, j’ai été cambriolé il y a trois ans, quand je quitte mon domicile le matin, j’ai peur de le retrouver vide le soir… »

Source : Le Parisien

 

Aulnay-sous-Bois : Café Citoyen ce soir au New Resto sur l’insécurité

CambriolagePour rappel, le 3ème Café Citoyen a lieu ce soir, 20H00, au restaurant le New Resto (24 rue Jules Princet). Sous la coupe de la municipalité et de la démocratie participative, les questions de sécurité seront débattues. La communication présente la soirée comme suit :

« Dans un monde en perpétuel mouvement et en transformation rapide, inscrit dans un processus de globalisation planétaire, l’incertitude et l’insaisissable sont anxiogènes à l’échelle de l’individu et génèrent toutes les insécurités, tous les sentiments d’insécurité aussi.

Dans ce cadre, la délinquance apparait comme le symptôme social où ces insécurités viennent cristalliser et s’exprimer. Vivre localement un monde plus sûr contribuerait donc sans doute à la réduction des insécurités et du sentiment associé. Pour autant, la délinquance ne peut être réduite et encore moins traitée comme une conséquence fâcheuse et regrettable d’un monde incertain.

Et le fatalisme, ou l’angélisme, ne peuvent constituer une réponse. Les actions pragmatiques et coordonnées, novatrices ou issues de retours d’expérience, les moyens humains, techniques, financiers, doivent au quotidien contribuer pour leur part à la tranquillité publique, dans toute leur dimension, dans toute leur ambition, mais pas au-delà.

Le Café citoyen, espace démocratique de débats publics sans concessions ni démagogie, ouvre la porte avec ce 3e rendez-vous à un sujet important collectivement et toujours sensible individuellement. »

Avec :

  • Michel Kokoreff, Sociologue, professeur
  • Stéphane Gatignon, Maire de Sevran
  • Daniel Vaillant, Ministre de l’Intérieur entre 2000 et 2002
  • Gérard Ségura, Maire d’aulnay-sous-Bois

Description complète à récupérer en cliquant ici.

SUD PSA Aulnay-sous-Bois : 2 délégués dont une femme frappés par des vigiles

Vigiles« 2 délégués SUD à PSA Aulnay dont une femme mère de 2 filles ont été violentés par des vigiles de l’entreprise : Preatorian trajan sécurité sûreté, des vigiles utilisés par PSA pour la surveillance des bâtiments de la Direction.

L’un des délégués Gaël MÉPHARA délégué du personnel titulaire est grièvement blessé à la main, il a une incapacité de travail de 9 jours.

Une plainte et une main courante ont été déposées par les délégués SUD.

Le syndicat SUD se porte partie civil si le parquet décide de poursuite les vigiles a l’origine de violences et d’atteinte aux personnes »

 Source : communiqué SUD PSA Aulnay-sous-Bois

Retour sur la réunion publique de Capade Sud à Aulnay-sous-Bois en vidéo, partie 3

Capade_Sud_Aulnay_7

Vidéo

La rédaction d’Aulnay Cap ! vous propose de poursuivre la découverte des différentes interventions survenues lors de la réunion publique de l’association Capade Sud, le 22 mars 2013.

Dans ce troisième épisode, nous revenons sur la réaction de Raphaël Pochet, le flic parachuté dans les cités. Il est revenu sur la loi Dati où toutes les peines de prison inférieures à 2 ans  ne sont pas effectuées. Par exemple, une personne qui prend 23 mois de prison ferme n’en effectue pas. Pour les récidivistes, cela descend à 1 an (en gros, un récidiviste qui prend 9 mois de prison ferme n’ira jamais en prison). Selon M. Pochet, comme 99% des délits traités concernent des peines inférieures à 2 ans, un ras-le-bol est largement ressenti par les forces de police.

Capade_Sud_Aulnay_8

Vidéo

M.  Pochet revient également sur les missions de la police nationale, inadaptées selon lui. La culture du chiffre et les arrestations des transporteurs de drogue ne permettront pas de démanteler des réseaux bien organisés. Enfin, M. Pochet craint que le démantèlement des économies parallèles dans les cités risquent de les faire tout simplement exploser.

Le public est ensuite intervenu que les questions d’insécurité, des sociétés écrans et des réseaux bien structurés. Une question a été posée sur les contrôles de fiscalité et le train de vie de certains trafiquants. Des remarques ont été émises sur les dégradations des bus, des trains et des équipements publiques.

Capade_Sud_Aulnay_9

Vidéo

Enfin, une personne du public a donné un  témoignage poignant qui a ému la salle, par rapport à la mort d’une personne de sa famille.

 

%d blogueurs aiment cette page :