Publicités

Archives du blog

Valérie Pécresse finance l’aide aux clandestins selon le Front National Ile-de-France

Pecresse_Aulnay_Question_2Valérie Pécresse a fait voter mardi dernier à la commission permanente du Conseil régional d’Île-de-France une subvention de 742 556 €, répartie entre 14 associations investies à divers degrés dans l’aide alimentaire aux plus démunis. Une subvention soutenue par le Front National dans son principe, avec pour seul bémol le fait qu’une partie de ces associations soient ouvertement investies dans le soutien aux clandestins.

Ainsi l’association « Revivre », ou encore « Dons solidaires », toutes deux actives dans l’accueil des « réfugiés ». Mais surtout l’association « Najma », dont il est utile de rappeler qu’elle était à son origine destinée à gérer le financement de la mosquée d’Asnières et qui se présente ouvertement comme multiculturelle, donc communautariste, sur le site internet de la municipalité asniéroise.

La supercherie de la politique de Valérie Pécresse est une nouvelle fois évidente : discours fort contre les clandestins face caméra et subventions déguisées à ceux qui actionnent à plein la pompe aspirante. Le Front National dénonce ce double langage et a demandé le retrait de ces associations de la liste des subventions.

Il est urgent d’obtenir que nos concitoyens franciliens en détresse, de plus en plus nombreux, soient bien les premiers à bénéficier de la solidarité nationale et de l’argent public. Visiblement, ce n’est pas la politique choisie par la majorité régionale, alignée sur la gauche, qui préfère les clandestins aux Franciliens.

Source : communiqué FN Ile-de-France envoyé à la rédaction

Publicités

Valérie Pécresse finance une association pro-migrants et la LICRA, selon le Front National Ile-de-France

refugies_migrantsValérie Pécresse fait subventionner par le Conseil régional d’Île-de-France l’association pro-migrants la « Ligue de l’enseignement » qui réclame une politique publique européenne de l’accueil des réfugiés et migrants et qui propose que le 21 juin « journée mondiale des réfugiés » soit un moment privilégié pour sensibiliser les populations à l’ensemble des questions migratoires.

Il s’agit d’un retournement puisque Valérie Pécresse a déclaré, à BFMTV, le 6 novembre 2016 que : « Il y a aussi beaucoup de migrants économiques et là, c’est une question de souveraineté, nous avons le droit de les refuser. Aujourd’hui, les places d’hébergement sont saturées par des déboutés du droit d’asile et par des clandestins. Ceux-ci n’ont pas leur place dans la République, ils sont dans l’illégalité. La République, c’est le respect de la loi, c’est le renvoi des clandestins chez eux… ».

Ainsi, Madame Pécresse, devant les caméras, prétend refuser les clandestins mais finance en sous-main cette association pro-migrants. La Présidente de la Région a été élue sur un programme « de droite » et mène une politique « de gauche ». Il est insupportable d’avoir à tolérer ce double discours qui discrédite une fois de plus la parole politique.

Madame Pécresse subventionne également la LICRA. La Région n’a pas à financer des associations partisanes éloignées de l’intérêt général. Nous considérons que le denier public n’a pas à subventionner une association politisée et sectaire comme la LICRA. Là encore, la Présidente de la Région avait affirmé qu’elle ne financerait plus les associations politisées…

Que de contradictions accablantes entre les paroles et les actes.

Source : communiqué sur Front National IDF envoyé à la rédaction

Jordan Bardella critique la « dictature » molle de Valérie Pécresse et la venue de prédicateurs islamistes à Aulnay-sous-Bois

Jordan_Bardella._DiscoursCe vendredi 8 juillet 2016 au Conseil régional d’Île-de-France, réuni en séance plénière dans le cadre du débat sur le projet de délibération Laïcité/Radicalisation (CR 143-16), Jordan Bardella a rappelé la compromission d’élus locaux avec des associations communautaristes. Il s’est ainsi exprimé :

« Où êtes-vous, Madame la Présidente, lorsqu’à Aulnay-sous-Bois, un maire de votre majorité déroule son tapis rouge et ouvre ses gymnases à des prédicateurs islamistes, connus pour leur proximité avec des djihadistes, qui viennent y prêcher la haine de la France, la haine de nos valeurs, la haine des femmes, la haine des juifs, la haine des homosexuels. »

En effet, en accordant le prêt de son gymnase à l’Espérance musulmane de la jeunesse française pour sa réunion publique du 31 décembre 2015, la municipalité LR-UDI d’Aulnay-sous-Bois a très clairement fait le choix d’offrir une tribune à plusieurs prédicateurs islamistes, connus pour leurs propos violents et particulièrement choquants. Parmi les intervenants, l’Imam Mehdi Bouzid proche de l’un des frères Kouachi, Nader Abou Anas militant actif de la mise sous tutelle sexuelle et financière des femmes au sein de la société ou encore Eric Youssouf qui décrit la France comme une nation persécutrice de l’Islam qui traite les musulmans « comme des animaux ». Dans sa conférence intitulée « L’identité musulmane » et diffusée sur internet en 2012, il s’en prend ouvertement aux Juifs, « peuple de l’inaction ».

De manière surprenante, par la voix de Florence Portelli, le groupe Les Républicains a requis l’inscription administrative d’un fait personnel au procès-verbal de la séance. Pire, Valérie Pécresse a, en vertu des nouvelles dispositions du règlement intérieur qu’elle a fait voter, rappelé à l’ordre Jordan Bardella, pour avoir, par deux fois, « diffamé un collègue ».

Il n’y a eu, dans les propos de Jordan Bardella, aucune diffamation, seulement et clairement des imputations politiques factuelles.

Par conséquent, Jordan Bardella demandera au Tribunal administratif l’annulation de ce rappel à l’ordre juridiquement infondé.

Source : communiqué Front National Ile-de-France envoyé à la rédaction

Le conseil Régional Île-de-France déménage à Saint-Ouen

Pecresse_Aulnay_Question_1C’était une promesse de campagne de Valérie Pécresse en cas de victoire : mutualiser les infrastructures du conseil régional Île-de-France et trouver un site unique proche de Paris.

C’est chose faite, puisqu’un site à Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis a été trouvé. Si cela réjouit les membres de la majorité Les Républicains, l’opposition fustige quant à elle un choix jugé partisan, Saint-Ouen étant une ville dirigée par la droite (deux autres villes étaient candidates, dirigées par la gauche).

Le Front National Île-de-France ne fait pas dans la dentelle dans son communiqué envoyé à la rédaction :

« Mais Valérie Pécresse n’en a cure, ce déménagement n’est pas fait pour servir les agents, mais uniquement ses ambitions personnelles. Elle s’installe ainsi en terrain conquis dans une ville tenue par sa famille politique, quand les deux autres sites étaient des villes de gauche. Surtout, elle choisi le projet le plus avancé, un des immeubles étant déjà en partie sorti de terre, pour être sur de pouvoir réussir son opération de communication et, pour une fois, de tenir son engagement de déménagement à mi-mandat« 

Le Front National Ile-de-France s’insurge contre l’augmentation du passe Navigo et s’adresse aux associations d’usagers

Wallerand_de_saint_justA la suite de l’annonce de l’augmentation du tarif du Passe Navigo, Wallerand de Sant-Just, Président du groupe FN IDF Bleu Marine au Conseil régional d’Île-de-France,  a adressé une lettre aux associations d’usagers des transports en commun franciliens, dont vous pouvez découvrir le contenu ci-dessous :
Madame, Monsieur,
L’annonce est tombée ce lundi, le tarif du passe Navigo va augmenter de 3 euros au 1er août. Ce qui est déjà une mauvaise nouvelle en soit pour le pouvoir d’achat déjà bien fragile des franciliens cache en réalité beaucoup plus.
Il faut en effet être attentif à la communication de Valérie Pécresse, présidente LR de la région Île-de-France. A l’entendre, elle aurait réussi à faire plier le gouvernement, à lui faire reconnaître l’amateurisme de l’instauration de ce passe par son prédécesseur socialiste et à sauver le passe Navigo unique.
La réalité est tout autre. Le passe Navigo unique n’a jamais été financé, pas plus avant, que pendant, qu’après l’élection de Valérie Pécresse. Elle savait parfaitement qu’il lui faudrait trouver des financements, et elle ne l’a pas fait, se contentant de s’en remettre à l’Etat. Elle n’a surtout pas sauvé grand chose. L’accord qu’elle a signé aujourd’hui avec le Premier ministre n’étant que la mise en place des modalités de financement prévues… par son prédécesseur Jean-Paul Huchon.
Le Front National le dénonçait d’ailleurs déjà dans un communiqué du 31 août 2015 :
« Les 400 millions d’euros de manque à gagner pour le Stif seraient compensés par 210 millions d’augmentation du versement transport acquitté par les entreprises et par 190 millions que la Région devrait trouver chaque année dans son budget de fonctionnement. En conséquence, encore plus de taxes pour des entreprises déjà asphyxiées et, à terme encore, plus de dettes, et donc d’impôts, pour les franciliens.
Passées les élections, une augmentation de l’abonnement Navigo de 3% par an est déjà prévue jusqu’en 2025 »
Soit précisément ce que contiennent les annonces faites ce 27 juin 2016 par Valérie Pécresse et Manuel Valls. La droite francilienne applique donc scrupuleusement la politique prévue par la gauche francilienne : faire payer les franciliens et taxer encore et toujours plus nos entreprises.
Les élus Front National du Conseil régional d’Île-de-France s’opposeront catégoriquement à cette politique ! Nous refusons par principe toute nouvelle augmentation de charges et bien entendu d’impôts. En luttant activement contre la fraude, en faisant des choix courageux quant aux priorités budgétaires de la région, en mettant fin aux financements des projets les plus extravagants du Grand Paris Express, il est possible de financer cette mesure autrement. Aucune de ces directions n’est prise par Valérie Pécresse, aujourd’hui, comme toujours, seul le Front National défend le pouvoir d’achat de tous les franciliens et les intérêts des entreprises franciliennes.
Source : communiqué FN Ile-de-France adressé à la rédaction

Suppression des aides au transport pour les étrangers en situation irégulière en Ile-de-France

rerbC’était l’une des promesses de campagne de Valérie Pécresse et c’est depuis chose faite : la région Ile-de-France a voté en majorité pour la suppression de ses aides au transport pour les étrangers en situation irrégulière. Les élus LR et FN ont voté pour la mesure, les élus PS contre. Au total, 131 conseillers régionaux ont voté pour, et 64 contre.

Valérie Pécresse choisit 15 Vice-Président pour l’Ile-de-France, sans Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois

Pecresse_Aulnay_Question_1Valérie Pécresse présidera la destinée de l’Ile-de-France pendant 6 ans. Son programme très ambitieux est très attendu par les Franciliens. Autour d’elle, 15 Vice-Présidents se sont vus confier des missions très importantes, à savoir :

  • Jérôme CHARTIER Vice-président en charge de l’économie et de l’emploi
  • Chantal JOUANNO Vice-présidente en charge de l’écologie et du développement durable
  • Stéphane BEAUDET Vice-président en charge des transports 
  • Anne CHAIN-LARCHÉ Vice-présidente en charge de la ruralité et de l’agriculture
  • Frédéric PÉCHENARD Vice-président en charge de la sécurité
  • Stéphanie VON EUW Vice-présidente en charge des affaires européennes
  • Stéphane SALINI Vice-président en charge des finances
  • Agnès EVREN Vice-présidente en charge de l’éducation et de la culture
  • David DOUILLET Vice-président en charge de l’action internationale et du tourisme
  • Farida ADLANI Vice-présidente en charge de l’action sociale, de la santé et de la famille
  • Patrick KARAM Vice-président en charge des sports, de la jeunesse et de la vie associative
  • Faten HIDRI Vice-présidente en charge de l’enseignement supérieur et de la recherche
  • Geoffroy DIDIER Vice-président en charge du logement et de la politique de la ville
  • Marie-Carole CIUNTU Vice-présidente en charge de l’administration générale
  • Didier BARIANI Vice-président en charge du Grand Paris

A noter que Bruno Beschizza, tête de liste dan le département de la Seine-Saint-Denis, ne se verra pas confier de poste de Vice-Président. Ses adversaires de Gauche prétendent que son score face au candidat PS Claude Bartolone lui a empêché d’exiger un poste de Vice-Président. 

Mais les raisons peuvent être diverses et variées : 

  • Volonté de Bruno Beschizza de se concentrer sur la ville d’Aulnay ?
  • Volonté de Valérie Pécresse de sanctionner le camp Sarkozy ?

Toutes les hypothèses sont possibles.

 

La liste du Front National perd 357 voix entre le premier et le deuxième tour des Régionales 2015 à Aulnay-sous-Bois

Wallerand_de_saint_justSi l’on pouvait s’attendre à un faible report des voix des autres listes souverainistes sur celle du Front National menée par Wallerand de Saint-Just, peu d’analystes auraient pu prévoir que ce dernier allait perdre plus de 10% de ses voix en l’espace d’une semaine.

Et pourtant, à Aulnay-sous-Bois comme à peu près partout en Ile-de-France, le parti à la flamme fait moins bien au second tour qu’au premier. Au premier tour, Wallerand de Saint-Just recueillait 3259 voix. Au second, il ne lui en reste que 2 902.

Une perte de 357 voix qui peut s’expliquer de différentes façons :

  • Certains électeurs frontistes ont voulu voter utile. Valérie Pécresse a fait des appels du pied en indiquant que voter FN, c’est voter pour Claude Bartolone
  • L’entre-deux tours a montré parfois une image bien agressive de la patronne du FN Marine Le Pen, qui a pu faire peur à certains électeurs
  • L’image de Claude Bartolone, qui clive plus qu’il ne rassemble et qui n’a pas hésité à jouer sa carte comme candidat des minorités a pu certainement profiter à Valérie Pécresse

Il est possible que si Jean-Paul Huchon avait été investi tête de liste aux Régionales 2015 en Ile-de-France, le score aurait été différent.

Valérie Pécresse aura 6 ans pour mettre en pratique son programme, avec notamment :

  • La multiplication par deux de l’aide aux apprentis
  • Rénovation de toutes les rames du Transilien et mise en place de la vidéo-surveillance dans les RER
  • Multiplication par deux du  budget de soutien aux commerçants et artisans

Résultats du second tour des élections Régionales 2015 à Aulnay-sous-Bois : Claude Bartolone devant

Regionales_2015La rédaction vous propose de découvrir les résultats du second tour des Régionales 2015 à Aulnay-sous-Bois (51 bureaux sur 51) :

  • Nombre d’inscrits : 44 031
  • Nombre de votants : 20 294 ( 46,09 %)
  • Nombre de votes blancs : 622 ( 3,06%)
  • Nombre de votes nuls :  236 ( 1,16 %)
  • Nombre de votes exprimés : 19 436 ( 95,77 %)
  • Abstentions :  23 737 ( 53,90 %)
  • Procurations : 194 (0,95 %)
  • Valérie Pécresse (LR) : 7 886 voix (40,57 %)
  • Claude Bartolone (PS) : 8 648 voix (44,49 %)
  • Wallerand de Saint-Just (FN) : 2 902 voix (14,93 %)

 

Suspens pour le second tour des régionales 2015 en Île-de-France

Pecresse_Aulnay_Question_2Alors que la tête de liste des Républicains Valérie Pécresse était archi-favorite du scrutin pour les élections Régionales en Ile-de-France, le premier tour a montré, une fois de plus, qu’il fallait manier avec des pincettes les sondages. Avec un contexte national pourtant très favorable, l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy semblait en position de force face au candidat Claude Bartolone, toujours au perchoir de l’assemblée nationale et qui représente en quelque sorte un gouvernement qui reste toujours très impopulaire.

Si le contexte national a certainement joué, les enjeux régionaux ont, espérons le, également été un facteur important pour le choix de la liste qui dirigera pendant les 6 prochaines années la région la plus riche de France (en PIB) : les transports, la recherche, les lycées, le Grand Paris, autant d’enjeux qui devraient être rappelés pendant la campagne du second tour. Le troisième larron, Wallerand de Saint Just pour le Front National, arrive en troisième position, assez loin mais suffisamment fort pour jouer les arbitres au second tour.

Résultats et possibles reports de voix

Wallerand_de_saint_justSi la Gauche était complètement divisée, la droite était elle complètement unie au premier tour, rassemblant les Républicains, l’UDI et le Modem. Cependant, les réserves de voix au second tour sont minces, même si la tambouille politique et les accords au soir du premier tour ne garantissent en rien un report massif de voix d’un candidat sur l’autre. Analysons maintenant quel est le rapport de force au soir du 1er tour :

  • Valérie Pécresse (LR) : 30,51 %
  • Claude Bartolone (PS) : 25,19 %
  • Wallerand de Saint-Just (FN) : 18,41 %

Du côté de Claude Bartolone, il peut espérer suite aux accords de l’entre-deux tours obtenir la majorité des voix d’Europe Ecologie Les Verts (8,03%) et du Front de Gauche (6,03%). Il peut également grapiller quelques voix des listes marginales telles que Lutte Ouvrière (1,40%) ou Fluo (0,30%).  Au total, c’est un peu plus de 15% de réserve de voix potentielles, ce qui l’aménerait au mieux aux alentours des 40%. Mais attention toutefois à la réaction des citoyens qui ne comprennent pas forcément le sens d’une telle alliance politique sous fond de tension palpable entre les différents appareils politiques.

UNIVERSITE D'ETE DU PSPour Valérie Pécresse, cela se complique : si elle peut compter faire le plein parmi les électeurs de Nous Citoyens (0,63%) et de Aux Urnes Citoyens (0,76%), il n’est pas dit que les électeurs de « Debout la France » de Nicolas Dupont-Aignan (6,57%) votent pour elle. La liste « Debout La France » est ouvertement souverainiste, et plus proche du Front National que des Républicains.  Même en prenant la moitié des voix de Debout la France, Valérie Pécresse ne serait alors qu’à 35% des voix, loin de Claude Bartolone.

Tentative de drague de l’électorat Frontiste ?

Si mathématiquement Claude Bartolone gagne, un « sursaut républicain » et un possible renversement de tendance est prévisible. Avec un taux de participation à 45,89%, des abstentionnistes peuvent très bien aller aux urnes ce dimanche, et la Droite peut espérer obtenir de meilleurs résultats.

Autre source d’inspiration pour la Droite, draguer l’électorat Frontiste, avec une campagne d’affichage qui indique, en gros : « Voter pour Wallerand de Saint-Just au second tour, c’est voter Claude Bartolone« . Cette tentative de récupération est louable mais est-ce que ce message sera entendu, sachant que de nombreux électeurs du FN ne le font plus pas protestation, mais par adhésion aux idées du parti à la flamme ?

Le suspens reste entier, et si vous vous rendez sur les marchés les prochains jours, armez vous de patience : de belles promesses, des explications sur pourquoi il est important de voter et comment votre vie sera merveilleuse si tel ou tel candidat passe vous attendent.

%d blogueurs aiment cette page :