Publicités

Archives de Catégorie: Education

Pressions sur l’association EPT par la municipalité d’Aulnay-sous-Bois et l’EMJF concernant l’école musulmane Philippe Grenier

ancienne école bougainville à Aulnay

Suite aux différents articles publiés sur les différents blogs sur le Parisien, l’association Education Pour Tous (EPT), qui loue les locaux de l’ancienne école Bougainville dans le cadre de l’école privée musulmane Philippe Grenier, a souhaité faire une mise au point. Nous avons contacté le secrétaire de l’association, M. El Masso, nous a apporté quelques précisions que nous vous partageons :

Aucune légitimité pour mettre fin prématurément au bail, les loyers sont payés

Selon M. El Masso, contrairement aux allégations de la municipalité, l’association EPT est à jour de ses loyers, aucun défaut de paiement n’est à signaler. Cependant, toujours selon M. El Masso, la Mairie n’envoie plus les références de paiement ces loyers ce qui rend difficile le paiement de ces loyers. L’EPT appelle directement les impôts pour payer le loyer et préserver le bail en toute légalité.

Les frais de notaire sont à payer par la Mairie, et les charges demandées sont sans détails

31000 € sont demandés à l’EPT pour les frais de notaire et les charges. Il faut savoir qu’environ 23000 € correspondent aux frais de notaire et que les charges demandées (8000 €) sont celles qui sont étalées sur 3 mois.

M. El Masso explique que l’association ne peut pas payer ces charges car il n’y a aucune relevé de compteur et par conséquent, il est difficile pour le trésorier de lees valider. Concernant les frais de notaire, selon M. El Masso, ce serait à la Mairie de payer. L’EPT n’est que locataire des lieux, et une clause serait également stipulée dans l’une des pages du bail que ces frais de notaire reviennent au propriétaire.

La municipalité impose 2 membres de l’EMJF dans le bureau de l’association EPT

Le bureau de l’EPT a été totalement renouvelé au mois de juin pour repartir d’une feuille vierge et garantir le meilleur fonctionnement de l’école Philippe Grenier. Cependant, selon M. El Masso, la municipalité ferait pression sur l’association pour que deux membres de l’Espérance Musulmane de la Jeunesse Française rejoigne le bureau. Ce demande insistante a pour le moment été refusée.

L’EMJF a défrayé plusieurs fois la chronique avec son président qui a relayé sur son compte Facebook des propos pas très tendres sur les homosexuels. Certains voient en l’EMJF une association proche du Maire Bruno Beschizza, qui a d’ailleurs été soutenu par cette association lors des éléctions municipales de 2014.

« Il y a des choses pas très claires entre l’EMJF et la municipalité d’Aulnay-sous-Bois« , remarque M. El Masso. A noter que l’EMJF bénéficie toujours de l’accès à l’école pour des cours d’Arabe, mais l’EPT souhaite un meilleur encadrement et travailler avec d’autres associations.

Selon M. El Masso, l’EMJF ne fait qu’un business alors que l’objectif principal de l’EPT est l’éducation des enfants.

Pas d’animosité avec l’école maternelle et primaire musulmane Fitrati

Si l’EPT ne travaille pas avec l’association Fitrati qui gère une école musulmane sur la rue Robespierre, M. El Masso a tenu à nous assurer qu’il n’y avait aucune animosité avec cet établissement. D’ailleurs, il est à noter que, selon M. El Masso, Fitrati officiait depuis 1999 mais n’a reçu l’agrément de l’éducation nationale qu’en 2014.

Publicités

L’école musulmane Philippe Grenier à Aulnay-sous-Bous cumule 31 000€ de charges impayées

ancienne école bougainville à Aulnay

La majorité du conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) a voté mercredi 10 juillet 2019 l’étude des modalités de résiliation du bail de l’école musulmane.

Mercredi 10 juillet 2019, pour sa dernière séance avant les vacances, l’atmosphère du conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) était chargée. En cause : la remise en question du bail de l’école musulmane dirigée par l’association Ecole pour tous.

Cédé l’an dernier pour une durée originelle de 25 ans, la majorité du conseil municipal a voté hier l’étude des modalités de sa résiliation.

« L’association ne remplit pas ses engagements, on ne peut pas continuer comme ça », a annoncé Bruno Beschizza, maire LR d’Aulnay-sous-Bois.

31 000 euros de charges non réglées

Ecole pour tous n’aurait pas réglé les charges dues à la ville. Les dettes de l’association s’élèveraient à 31 000 euros, selon Douada Sanogo, adjoint au maire chargé de la formation et de l’apprentissage. « Quand on a un bail, le devoir c’est le paiement », a indiqué Bruno Beschizza.

L’opposition en a profité pour dénoncer l’attitude de la majorité.

« Vous avez agi avec légèreté. Vous n’avez pas vérifié la viabilité financière d’une association qui venait tout juste d’être créée », a accusé Daniel Goldberg, conseiller municipal socialiste.

144 élèves scolarisés

Cette année, 144 élèves étaient scolarisés au sein de cette école hors contrat, située dans les locaux de l’ancienne école Bougainville.

Répartis sur cinq niveaux, de la petite section au CE1, des cours d’apprentissage de l’arabe et du Coran étaient dispensés en plus du programme de l’Education nationale.

L’association dispose d’un délai de deux mois pour déposer un recours auprès du tribunal administratif de Montreuil.

Source : Actu.fr

Un an après son ouverture, l’école musulmane déjà menacée par la municipalité à Aulnay-sous-Bois

Le conseil municipal étudie ce mercredi la résiliation du bail de l’association pilotant cette structure hors contrat, validée par le rectorat. Les inscriptions sont pourtant un succès.

« Si on pouvait parler de l’école elle-même, du travail des enseignants et du succès des inscriptions, ça changerait un peu… » Un an après l’ouverture, à l’heure du bilan et d’annoncer de nouveaux projets éducatifs, on en a marre de la polémique à l’école Bougainville d’Aulnay, un établissement privé hors contrat d’obédience musulmane.

Les lieux étaient occupés durant des années par l’Espérance musulmane de la jeunesse Française (EMJF) pour y dispenser des cours d’arabe. Jusqu’à ce que le bail soit cédé l’an dernier à l’association Education pour tous, pour y ouvrir une école en bonne et due forme. Mais, alors que la première année scolaire s’achève, les élus doivent étudier, ce mercredi soir en conseil municipal, la possibilité de le résilier.

Contrôlé en octobre par les services de l’Etat, l’établissement a pourtant été validé par les autorités – même si quelques points sont à améliorer. Du côté de l’actuelle direction, d’ailleurs, on continue à préparer activement la suite.

Nombre d’élèves en hausse. Au total, 144 enfants étaient inscrits en septembre 2018, dont 84 garçons et 60 filles, dans sept classes réparties en cinq niveaux, de la petite section au CE1.

« L’an prochain, nous ouvrons une classe de CE2, et une deuxième de CP », annonce le directeur. Résultat : l’effectif passe à 178 élèves, « avec un effectif maximum de vingt par classe, pour un enseignement serein ».

Le nombre d’enseignants passe de huit à dix. « Tous sont diplômés et présentent au minimum cinq ans d’expérience dans l’enseignement public », indique le directeur, qui précise : « On ne les paye pas au black ! »

Coût de l’inscription : 2 300 € l’année. C’est l’unique financement, hors dons, de l’établissement, dont le budget avoisine les 400 000 €.

POURQUOI LE BAIL DE L’ECOLE EST REMIS EN QUESTION

Au conseil, ce mercredi, la délibération permettant au maire d’Aulnay de retirer le bail à Education pour tous (EPT) promet d’être électrique.

Déjà, l’an dernier, l’école Bougainville était née dans la polémique. Certains voyant dans EPT le « faux nez » de l’EMJF, débarrassée de ses casseroles. Car l’EMJF avait été pointée du doigt en 2015 pour l’invitation de prédicateurs radicaux. Plus récemment, son président Hassen Farsadou avait été pointé du doigt pour une publication Facebook homophobe.

Frais de notaire

Alors, en un an, les relations entre EPT, titulaire du bail, et l’EMJF – toujours installée dans l’école pour donner des « cours du soir »- se sont dégradées. L’école a déposé plainte en avril pour des dégradations commises par des adhérents de l’EMJF lors de ces cours du soir.

EPT ne comprend donc pas la remise en question de son bail. Selon la ville, celle-ci « n’a pas respecté ses obligations en matière de paiement de frais de notaire ». Or, dans ce bail, il est indiqué que ces frais « sont à la charge de la commune, qui s’oblige à leur paiement ». Mais cela n’apparaît pas dans la délibération instaurant ce bail, qui stipule, elle, que c’est bien à EPT de s’en acquitter !

« On a signé le bail, pas la délibération », rétorque l’EPT.

Source et article complet : Le Parisien

Des élèves du Collège Gérard Philipe et de l’école Bourg 1 diplômés « d’initiation au code » de l’Institut CapGemini

Les élèves ont bénéficié d’une journée d’initiation  à la culture numérique, à l’usage des outils informatiques et au codage technologique le 6 décembre dernier au sein du collège Gérard Philippe en collaboration avec Simplon.co, Accenture, Girls in Tech et avec le soutien de Monsieur Mohamed AYYADI, Ingénieur Système et élu départemental. Aujourd’hui les collégiens de 5ème ont participé, aux côtés des élèves de CM2 de l’école Bourg1, à une nouvelle action « Cap sur le Code », en partenariat avec Innov Avenir et dans le cadre de notre liaison Ecole-Collège au sein des locaux de l’Institut CapGemini à Issy-les-Moulineaux. Cela sous la direction de Madame MILVILLE, Principale du collège et son Adjoint, Monsieur BENHADRIA, accompagnés des parents d’élèves.

.

L’occasion pour nos jeunes élèves de faire plusieurs activités par binôme mixte « Fille-Garçon » sous le contrôle et l’encadrement des ingénieurs.

Plus précisément, il s’agit d’une action qui rentre dans l’axe n°3 du nouveau projet académique 2016-2019 « Coopération »  « Développer la coopération dans l’école et avec les partenaires », elle englobe les leviers 1 et 2 de cet axe.

Les élèves ont pu être sensibilisés à la culture numérique et au codage technologique. Cela a permis de promouvoir l’égalité Filles-Garçons dans le domaine des sciences et des technologies.  

Dans un premier temps, un atelier d’apprentissage au code a été animé par des ingénieurs en numérique (les élèves sont répartis en binôme mixte Fille-Garçon).

Dans un second temps, un atelier de démonstrations et de manipulation par les élèves a été programmé au sein du laboratoire d’innovation, avec : des robots, de la réalité virtuelle, des drones et d’autres innovations.

Les élèves ont obtenu des « diplômes d’initiation au code » et « Certificate of Completion ». Ils sont contents et nous sommes fiers d’eux.

Nous tenons à remercier les responsables du service de la direction de l’éducation qui nous ont accordé un car pour transporter les élèves de CM2.

Source : Collège Gérard Philipe 

La place des Filles-Garçons et Femmes-Hommes dans l’espace public

A partir d’un effort personnel et d’une collaboration collégiale, nous, élèves de la 3èmeC du collège Gérard Philipe à Aulnay-Sous-Bois (Académie de Créteil), avons décidé de participer au concours « Les Olympes de la parole, session 2018-2019 : La place des femmes et des filles dans l’espace public », organisé par l’AFFDU (Association Française des Femmes Diplômées des Universités), avec le soutien du ministère de l’éducation nationale et de la jeunesse. Il est mené en étroite concertation avec les personnes chargées de mission académique égalité filles-garçons.

A partir du mois d’octobre 2018, nous avons pris connaissance de ce concours «Les Olympes de la parole » à travers Monsieur REZZAKI, notre professeur de Sciences Physiques, « chargé de mission citoyenneté » et « référent Egalité Femmes-Hommes », qui nous a expliqué les modalités de ce concours auquel il nous a inscrits après un vote majoritaire de tous les élèves (100% pour).

Nous nous sommes mis d’accord sur la réflexion à mener après une mise en commun des idées de tous les élèves. Nous avons discuté de la problématique proposée, des démarches à poursuivre pour trouver un mode de résolution et des méthodes pédagogiques et éducatives utilisées pour y parvenir. Nous avons réparti les tâches par groupes pour faciliter la production collective de notre dossier final.

Pour mener à bien notre réflexion et pour varier les interventions de chacun d’entre nous, nous avons partagé les tâches en formant des petits groupes de quatre élèves. Chaque groupe est réparti comme suit :

Après avoir fait des recherches bibliographiques, nous avons collecté plusieurs informations à partir des actualités, publications, outils, textes de référence, rapports (bibliographie). Nous avons, alors, mis en commun nos idées pour sélectionner les meilleures. Enfin, nos porte-paroles ont exposé les idées retenues par chaque groupe et nous les avons regroupées sous forme de Problème/Solution.

Nous avons proposé des pistes d’actions visant à une prise de conscience pour défendre l’égalité des chances entre les sexes, pour le plaisir de donner ainsi à chacune et chacun sa place dans l’espace public (rues, boulevards, quais, gares, ports, autoroutes, établissements scolaires, lieux de sports, musés et théâtre…etc.).

Nous avons bénéficié du soutien de Madame Karinne MILVILLE, Principale du collège, de son Adjoint, Monsieur Karim BENHADRIA, ils ont suivi notre dossier et nous ont accompagnés dans son développement. Nous avons reçu les encouragements des IA-IPR de Sciences Physiques et Chimiques qui nous motivent et nous soutiennent pour nous inscrire dans ces démarches pédagogiques et éducatives afin de mettre en œuvre le projet académique (2016-2019), de l’équipe IMS Entreprendre pour la cité, de Messieurs Mohamed AYYADI et Gérard PRUDHOMME, conseillers départementaux de la Seine-Saint-Denis avec qui nous avons discuté de la question de la mixité dans la gestion de l’urbanisme dans les villes, la place des filles-garçons, femmes-hommes dans l’espace public. Ils nous ont réservé un accueil chaleureux lors de nos déplacements au Conseil Départemental à Bobigny.

Nous avons aussi contacté Monsieur le Maire et son équipe municipale,  les élus locaux d’opposition de notre ville, Aulnay-Sous-Bois. Ils nous ont programmé une visite à la mairie pour discuter de la question de la mixité dans la gestion de l’urbanisme dans notre ville, la place des filles-garçons et femmes-hommes, ils ont répondu à nos interrogations sur le sentiment de l’insécurité des filles et des femmes dans l’espace public.

Nous attendons le déplacement de Madame Marlène SCHIAPPA, Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations,  à notre collège pour échanger avec elle. Elle nous éclairera sur le sujet et nous guidera dans ce sens dans la continuité de notre engagement quotidien. Nous comptons aussi discuter avec les hauts responsables de notre pays afin de mettre en application notre démarche de lutte, qui prend la forme d’une pédagogie de prévention, de sensibilisation et d’information à destination aux signataires de la convention 2013-2018, aux responsables des régions et des départements, aux défenseurs de la mixité et l’égalité envers tous les citoyens et en particulier en direction des jeunes générations.

Figure : Les représentants de la 3C à la préfecture de région Île-de-France lors de la finale régionale en mars 2019.

 

Les différents échanges cohérents et coordonnés ont favorisé l’autonomie, l’initiative individuelle et collective des élèves. Ils ont assuré une approche éducative contre les discriminations de genre, ethniques, économiques ou liées au handicap, ils ont ouvert  des horizons vraiment nouveaux aux jeunes collégiens et aux familles afin de promouvoir la mixité dans tous les secteurs et équipements de l’espace public.

Et c’est grâce à cet engagement à leurs côtés que nous parviendrons à améliorer la place des filles-garçons et femmes-hommes dans notre société en général, et dans l’espace public spécialement. C’est ce que nous avons défendu lors de la finale nationale de ce concours au ministère de l’éducation nationale le 15 mai dernier où nous avons représenté brillamment notre collège, notre département 93 et notre académie de Créteil. Nous avons terminé sur le podium avec la 2ème place devant 22 académies sélectionnées sur la France entière. Quelques photos pour illustrer cette finale :

Figure : Les représentants de la 3C à Paris accompagnés de Mme Milville lors de la finale nationale au Ministère de l’éducation nationale le 15 mai 2019.

Ce concours nous a permis de mener une réflexion sur la place des filles et des garçons, des femmes et des hommes dans l’espace public, de renforcer l’éducation à l’égalité et au respect mutuel entre les deux sexes, d’aborder la mixité dans la société en générale, et dans l’espace public spécialement, et de prévenir contre les harcèlements et les violences sexistes.

Nous souhaitons ainsi susciter de nouvelles vocations chez les jeunes filles pour leur permettre d’utiliser plus facilement l’espace public, d’engager résolument contre le harcèlement sexiste ; outre une campagne d’affichage, des actions de sensibilisation auprès des jeunes, la création d’outils de mesure et de suivi de ce phénomène, un plan de formation de l’encadrement et de l’ensemble des agents de transport.

Source : article en provenance du collège Gérard Philippe à Aulnay-sous-Bois

Comme 4 autres collèges, Pablo-Néruda à Aulnay-sous-Bois se met au vert

Le département a investi 30 M€ pour rénover cinq établissements du 93.

Plus verts, les collèges ! Cinq établissements viennent de subir une rénovation express par le département de Seine-Saint-Denis, lequel a investi 30 M€, pour les rendre plus écologiques.
A l’occasion de la Semaine du développement durable, Stéphane Troussel, patron PS du 93, a symboliquement inauguré Pablo-Néruda, à Aulnay-sous-Bois, ce mercredi.

60 % de consommation énergétique en moins

« Ce sont 30 M€ qui ont été dédiés à l’isolation, à l’installation de panneaux solaires ou de pompes à chaleur, mais aussi à des améliorations diverses – sanitaires, accessibilité pour les personnes handicapées, développe l’élu. Avec un résultat concret : jusqu’à moins 60 % de consommation énergétique en moins dans les établissements ! »

Source et article complet : Le Parisien

Sylvie Amici, psychologue de l’Éducation nationale au lycée Voillaume à Aulnay-sous-Bois, répond sur les choix d’orientation

Résultats de Parcoursup, premières épreuves du bac qui arrivent. La fin de l’année scolaire signifie aussi le début des conseils de classe et donc des choix d’orientation, de filières. Mais comment ça marche ? Comment sait-on au collège ou au lycée le métier que l’on voudra faire plus tard ? Elèves en sixième à Paris, Déomarcus, Sophie, Narjice et Gouda en ont déjà une petite idée : médecin, pompier, psychologue… ou pourquoi pas journaliste. Prendre le micro, c’est ce qu’ils font tous lundi 3 juin pour notre émission franceinfo junior du jour, consacrée à l’orientation scolaire. Pour répondre à leurs questions : Sylvie Amici, psychologue de l’Éducation nationale au lycée Voillaume à Aulnay-sous-Bois, spécialisée dans les questions d’orientation. Elle est également présidente de l’APSYEN-France, l’Association des conseillers d’orientation-psychologues.

Source et article complet : France Info Junior

Les élèves du collège Pablo Neruda à Aulnay-sous-Bois participent au concours de robotique Robocup Junior à Bordeaux

Excellentes prestations des équipes du collège Pablo Neruda d’Aulnay-sous-Bois à la finale nationale de la Robocup Junior à Bordeaux aujourd’hui. Bravo aux élèves. Seconde journée demain.

Le concours s’adresse aux jeunes de 12 à 18 ans, son ancrage est à visée interdisciplinaire (SII, Technologie, Mathématiques, Musique, Arts plastiques, etc.), il s’intègre aussi dans la construction du Parcours Avenir de l’élève avec l’objectif de développer son sens de l’engagement et de l’initiative.

Des quartiers d’Aulnay-sous-Bois vont-ils bénéficier du dispositif « les Cités éducatives » du président Macron ?

Coup de pouce ou coup de com’ ? Ce jeudi, l’Etat annonce le déploiement du dispositif « Cités éducatives » dans 80 villes en France, dont neuf* dans le 93. Objectif : favoriser l’éducation dans les quartiers prioritaires.

Piloté par le ministère de l’Education et celui de la Cohésion des territoires, ce label vise à créer une « grande alliance éducative » coordonnant école, associations, parents, université, structures sociales et collectivités, en faveur d’une meilleure éducation dans les quartiers populaires.

Avec des moyens à la clé : 34 M€/an sur 2020, 2021 et 2022, soit un peu plus de 100 M€ au total à répartir entre les 80 communes.

Est-ce que certains quartiers d’Aulnay-sous-Bois vont bénéficier de ce dispositif ? Ce nouveau programme est en fait un moyen de mieux mettre en pratique les précédents dispositifs et obtenir de meilleurs résultats notamment auprès de la jeunesse des quartiers.

Source : Le Parisien

Educap City, le plus grand rallye civique et citoyen d’Europe arrive à Aulnay-sous-Bois le 30 avril !

Educap City s’invite pour la 3ème fois à Aulnay-sous-bois afin de faire participer près de 800 enfants au plus grand rallye civique et citoyen d’Europe !
Le Cap Rallye d’Educap City est une véritable chasse aux trésors lors de laquelle les enfants partent à la découverte des trésors de leur cité, de son histoire, de ses monuments, curiosités, institutions, associations, entreprises, etc
Le 30 avril 2019, le tour de France de la citoyenneté EDUCAP CITY s’invitera pour la 3ème année à Aulnay-sous-bois pour l’organisation du Cap Rallye, ce grand parcours d’orientation civique, citoyen, culturel et sportif dans la ville. Portée par la Direction Enfance Jeunesse de la ville, cette étape réunira près de 800 enfants autour d’un objectif commun : découvrir la ville d’Aulnay-sous-bois et ses acteurs !
La direction Enfance Jeunesse de la mairie a réussi à fédérer de nombreux points de passage que les enfants découvriront pour la plupart pour la première fois !
Educap City est un programme d’éducation populaire, placé sous le Haut Patronage du Ministère de l’Intérieur et du Ministère des Sports. Il se construit en deux étapes: les Cap Classes, sensibilisations dans les écoles contre toute forme de discrimination, et les Cap Rallyes, véritables chasses aux trésors lors desquelles les enfants partent à la découverte de leur cité, de ses monuments, curiosités, institutions, associations, entreprises…. Se déroulant dans 30 villes à travers toute la France, ce programme permet à 35 000 enfants âgés de 8 à 15 ans d’aller à la rencontre.
L’ambition d’Educap City, à travers les Cap Classes et les Cap Rallyes, est d’initier le dialogue avec la nouvelle génération et l’inviter à réfléchir sur sa Cité et son environnement, afin qu’elle fasse un pas de plus vers la citoyenneté !
Le Maire de la ville et les Elus seront présents pour accompagner les enfants au cours de la journée et remettre les prix au terme de celle-ci.
Déroulé de la journée du 30 avril 2019 :
  • 9h45 : Départ. Le rallye sera lancé depuis la Ferme du Vieux Pays où se tiendra le village Educap City
  • Points de passage : Sur chacun des lieux visités, un challenge sera proposé aux enfants.
  • 15h30 : Arrivée et remise des prix. Au terme d’une journée haletante, parsemée d’énigmes et de jeux les équipes seront
    récompensées et les finalistes recevront leur ticket pour l’étape CAPITALE du 20 juin à Paris

Plus d’information en cliquant ici et ici.

%d blogueurs aiment cette page :