Archives du blog

En Seine-Saint-Denis, on ferme une classe entière dès l’apparition d’un cas de Covid-19

Dès aujourd’hui, u seul cas de contamination au Covid-19 entraînera la fermeture de la classe concernée et ce pour une durée de deux à trois semaines​. Compte-tenu des alertes, il est à prévoir une accélération des fermetures de classe.

En contrepartie pour la gêne occasionnée, les parents pourront demander à bénéficier d’un arrêt de travail pour garder leurs enfants. Il suffira de présenter à son employeur un justificatif attestant de la fermeture de la classe. Un seul des deux parents peut bénéficier de cet arrêt de travail.

Les écoles et les collèges d’Aulnay-sous-Bois frappés de plein fouet par l’épidémie de Covid-19

En Seine-Saint-Denis, cette pénurie de personnels à cause du Covid-19 peut se révéler encore plus frappante. Selon nos informations, l’école élémentaire de la Croix-Rouge, à Aulnay-sous-Bois, a fonctionné ces jours-ci avec 100% de remplaçants, l’intégralité de l’équipe en poste étant soit malade, soit cas contact. Contactées par LCI, l’école et la mairie d’Aulnay n’ont pas données suite à nos sollicitations. À une poignée de kilomètres de là, au lycée Blaise-Cendrars, les enseignants ont fait usage de leur droit de retrait le 18 mars. Ce jour-là, sept classes étaient concernées par au moins un cas avéré de Covid-19. Et huit cas ont été recensés parmi les enseignants. Cette semaine, 75% d’entre eux étaient absents. Mais le lycée, lui, est toujours ouvert.

Source : LCI

Covid-19, les écoles d’Aulnay-sous-Bois au bord de l’implosion et menacées de fermeture

Tous les jours on a au moins un ou deux élèves suspicieux Covid. On l’isole et il va se faire tester. On est obligé de condamner l’infirmerie 15 minutes, on aère tout, on désinfecte », témoigne auprès d’Europe 1 Laurent, infirmier scolaire au Lycée Voillaume à Aulnay-Sous-Bois. Dans cet établissement de 2.400 élèves, les deux infirmiers scolaires sont débordés. « On a plein de nouveaux cas. Il faut que je fasse des mails pour annoncer aux familles que les classes sont fermées. » 

Une situation qui s’ajoute à la gestion des problèmes du quotidien : les petites blessures, les maux de tête, mais aussi la détresse psychologique des élèves, car certains ont perdu des proches et peuvent avoir des pensées suicidaires, rapporte Laurent. « Je sais qu’en rentrant à la maison j’ai besoin d’une bonne heure avant de reparler de choses qui sont de l’ordre de la banalité, parce que c’est de plus en plus compliqué…

Source et article complet : Europe1

Covid-19, 139 classes fermées en Seine-Saint-Denis, trois fois plus que la semaine précédente

Les écoles de la Seine-Saint-Denis connaissent une explosion de cas de Covid-19 provoquant la fermeture de nombreuses classes dans le département. Cette 3ème vague dite du variant anglais fait des ravages à tous les niveaux. 2 366 élèves et 393 personnels ont été contaminés entre le 15 et le 21 mars !

Covid-19, de nouvelles écoles touchées à Aulnay-sous-Bois

L’épidémie de Covid-19 continue de s’étendre sur tout le territoire de la ville d’Aulnay-sous-Bois, avec une nouvelle école touchée : Bourg-2 au Vieux-Pays.

Après Gustave Courbet, Bourg-1, Gérard Philipe et Christine de Pisan, une nouvelle structure scolaire est touchée de plein fouet par le virus.

En France, plus de 7000 cas ont été détectés aujourd’hui.

Covid, plus de 3900 écoliers ne sont pas rentrés en classe en Seine-Saint-Denis

La peur du Covid a eu raison de la rentrée des classes de près de 4000 écoliers dans le département de la Seine-Saint-Denis. La ville d’Aulnay-sous-Bois est également particulièrement touchée.

Plus de 3900 élèves manquent à l’appel, ceux-ci n’ayant pas retrouvé le chemin de l’école. L’éducation nationale est inquiète de ces chiffres, le décrochage scolaire étant souvent une des causes de la délinquance.

Les programmes immobiliers et l’explosion de la population scolaire

Boostée par les programmes immobiliers d’ampleur dans tout le département, la Seine Saint Denis voit sa population scolaire exploser, au point que les établissements ne sont plus en mesure de répondre aux besoins d’affectation des élèves, que ce soit en primaire, au collège ou au lycée !

Après la première journée de rentrée scolaire, les parents et la communauté éducative s’est mobilisée pour réclamer l’ouverture de classes supplémentaires, à la fois pour désengorger les classes surchargées mais également, pandémie oblige, pour respecter les mesures sanitaires de distanciation sociale visant à ne pas créer de foyer de contamination.

A Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza s’est adressé par écrit à Antoine Chaleix, directeur académique, pour l’interpeller sur une hausse significative des effectifs, induisant des classes surchargées dans tous les niveaux et ne permettant plus l’accueil des élèves dans des conditions sanitaires et pédagogiques satisfaisantes.

Des représentants FCPE déplorent de leur côté un manque flagrant d’anticipation des besoins de la part de la direction académique, alors que la population scolaire est notoirement en hausse sur la Seine St Denis, réputée pour être le département le plus jeune de France ! Interpellée, la direction académique affirme que les ajustements de la carte scolaire sont en cours d’instruction et d’évaluation et qu’après vérification des effectifs, les situations tendues de chaque établissement feront l’objet d’une révision de la carte scolaire. 

C’est lors de la réunion du Comité Technique Spécial Départemental (CTSD) qui s’est tenu le 3 septembre que sont décidés les ouvertures, fermetures et allègements de classes surchargées. Les décisions doivent être rendues le vendredi 4 septembre 2020.

Quoi qu’il en soit, l’installation de nouvelles familles dans le département a amené 3 086 écoliers, collégiens et lycéens de plus que l’an passé, et malheureusement les bâtiments scolaires en manque de foncier disponible et à la charge des collectivités territoriales ne peuvent pas toujours repousser les murs pour accueillir cet afflux massif de nouveaux élèves…. il faut reconnaître également que La construction ou l’extension des établissements représentent un véritable coût pour les collectivités qui se chiffre parfois en dizaine de millions d’euros !

Il serait souhaitable toutefois, que lorsque des élus lancent de grands programmes immobiliers sur leur ville, ils anticipent également l’afflux de nouvelles familles en créant en même temps les infrastructures qui vont avec :  crèches, écoles, collèges, lycées et transports pour se rendre d’un lieu à l’autre….

Article rédigé le 4 Septembre 2020 par Catherine Medioni

Malgré les consignes du président Macron, des écoles ne rouvriront pas le 22 juin à Aulnay-sous-Bois

Le discours du Président Macron était clair hier soir : les Français doivent reprendre le chemin du travail, et les enfants doivent reprendre le chemin de l’école. Il en va du salut économique du pays dont la dette atteint des sommets jamais atteints en temps de paix.

Cependant, plusieurs groupes scolaires ont fait savoir qu’ils ne respecteront pas les consignes du président pour une réouverture le 22 juin. Nous avons eu la confirmation que le groupe scolaire Les Perrières et celui de Savigny refusent la réouverture du 22 juin. Les élèves impactés devront se rendre dans une autre école mais des problèmes logistiques risquent d’empêcher cela.

Pour certaines écoles en travaux où celles où la sécurité sanitaire n’est pas assurée, le dilemme est immense : sécurité ou éducation ?

 

Le Maire d’Aulnay-sous-Bois tente de rassurer les parents d’élèves pour la reprise des activités scolaires

Vous trouverez ci-dessous une lettre adressée aux parents d’élèves où le Maire d’Aulnay-sous-Bois explique les mesures sanitaires prises par la ville concernant le retour des enfants dans les écoles et les crèches.

Ouverture des écoles après la fin du confinement, et les citoyens dans tout cela ?

De nombreuses inquiétudes subsistent quant au retour des enfants dans les salles de classe. France Insoumise se pose de nombreuses questions dans un communiqué que vous pouvez lire en cliquant ici.

%d blogueurs aiment cette page :