Archives de Catégorie: Travaux

La ligne16 du Grand Paris Express qui passe par Aulnay-sous-Bois sera terminée dès 2028

C’est une bonne surprise : la ligne 16 du Grand Paris Express qui permettra de relier Saint-Denis à Noisy-le-Grand en passant par Aulnay-sous-Bois sera ouverte dès 2028 au lieu de 2030. Le quartier de l’Europe sera doté d’une nouvelle gare flambant neuve.

Malgré l’épidémie de la Covid-19 et les quelques retards le printemps dernier, le chantier avance plus vite que prévu.

Les galères de la rue Fernand Herbaut à Aulnay-sous-Bois

Depuis plusieurs années, les riverains de la rue F.Herbaut (incluant aussi l’impasse des marronniers) vivent de multiples nuisances qui,  au contraire de s’améliorer, malgré une soi disante prise en compte depuis tant d’années, ne cessent de s’accroître sans véritable solution, entre une circulation totalement inconséquente(tous les bus de la gare routière Nord) qui entraîne à la fois embouteillage aux heures de pointe, bruit, pollution, dangerosité, vibrations dans les maisons…, un urbanisme déraisonnable où les quelques pavillons sautent régulièrement (ce bel exemple récent de la construction Verrechia)…tout ceci dans une rue au gabarit bien étroit et désolante du centre ville.

Une telle situation a entraîné « Le ras le bol » de ce riverain qui nous a adressé ce courrier qu’il a également envoyé à des élus et techniciens de la ville d’Aulnay-sous-Bois.

 

Demande d’explications et d’actions des acteurs de la municipalité.

‌Bonjour Mesdames, Messieurs ; 

Je réside depuis 9 ans à Aulnay-sous-Bois (3 ans dans le quartier du lycée Voillaume puis, depuis 2015 au centre gare rue Fernand Herbaut).

Prenant le bus 15 tous les jours de 2012 à 2015 je passais par la rue Anatole France avec ce bus et je n’y ai jamais vu d’accident ou de difficultés pour les bus articulés à prendre cette rue. Les utilisateurs des transports en RER sortant massivement là ou les bus ont leurs arrêts et non par le tunnel sous-terrain, en 2015j ‘ai acheté un appartement rue Fernand Herbaut car cela semblait une rue calme allant de Anatole France vers la rue du11novembre (sens contraire d’aujourd’hui)

A mon grand étonnement (5mois après) le sens de la rue passait dans l’autre sens amenant 375 BUS par jour. Imaginez un peu ma déception ! Mais face à moi se trouvait un vieux pavillon condamné et je pouvais profiter de la lumière du soleil de 13H à 22h en été. 

Le promoteur Verrecchia a apposé un panneau non exhaustif de future construction à cet emplacement mais aucune déclaration de travaux car celle-ci a été affichées rue Anatole France, ce qui n’a pas éveillé l’attention des riverains de la rue Fernand Herbaut pendant le délai légal pour une quelconque opposition à ce projet. 

J’ai un plan de la construction avant travaux fourni par Verrecchia et cela comporte déjà plusieurs anomalies (taille, implantation par rapport aux autres bâtis existant, 5 étages du projet initial transformé en 6 étages deux mois avant la construction et surtout sans modification de la hauteur). Ce qui montre un certain professionnalisme.

La démolition du pavillon a été faite sans trop de respect des heures légales afférentes à l’arrêté du MAIRE (sortie de très gros engins de chantiers à 5H15 du matin et démolitions à 6h + les bus et les camions des éboueurs qui klaxonnent à cause du blocage). J’ai personnellement fait stopper les engins à 6 reprises car avant 7h, pas question de subir la moindre nuisance que le maire de notre ville doit faire respecter par sa fonction et son mandat (de part son mandat le maire est en charge de la tranquillité urbaine de ses administrés).

Il y eut ensuite la bonne idée de la municipalité de faire des grandes réunions publiques des riverains du centre gare pour tenter de résoudre les nuisances de circulations des passages de tous le bus de la gare routière et de 4900 véhicules chaque jour, ce qui a coûté un pognon de DINGUE. Cela était organisé par un petit « chef technicien  » qui à ce jour n’a trouvé que l’issue de secours et n’a toujours rien amélioré dans ce centre gare nord.

Un bâtiment a été rasé au coin de Fernand Herbaut et 11 novembre « pour plus de visibilité en prévision éventuelle du passage de bus pour alléger Fernand Herbaut. Ceci afin de les faire passer par la rue du Commandant Brasseur mais quelques propriétaires de pavillons s’y sont opposés par des banderoles et le sujet fut clos (accointance certainement avec des élus bien placés à mon sens puisque architecte pour l’un d’entre eux).

Le passage surélevé a été refait 2 FOIS à ce carrefour car mal étudié, les essieux des 390 bus (375+15″ ligne 23″) frottaient à chaque fois Ainsi, la voirie totale a été recoulée et des bouches d’égout se sont légèrement affaissées face à l’impasse des marronniers, ce fut réparé mais actuellement, en février 2021, c’est à refaire. Un passage berlinois mini certainement provisoire a été installé car tous ces véhicules dont les bus passaient a plus de 50 KM/H. Mais provisoire ne veut pas dire 1an et demi car ledit passage berlinois se désolidarise du goudron et vient claquer au passage des véhicules (la même chose en dur coulé dans la chaussée existe dans de nombreuses rues où passent aussi des bus ce qui est donc possible et soi-disant envisagé)

Un radar en zone 30 ou même une chicane qui semble à l’étude peut être légal et ne demanderait pas de consultation de riverains afin surtout de supprimer les vibrations permanentes dans les maisons, infernal, c’est à la municipalité d’en décider.

Pour en revenir à la Villa Eiffel de M. Verrechia, le trou fait lors de la construction a éclaté sur la voirie jusqu’aux places de stationnements de la rue Fernand Herbaut. Le sous-sol argileux a été sous-estimé et l’eau présente en sous-sol a créé une nuisance supplémentaire (une pompe de relevage fonctionnant 2 ans par intermittence avec un bruit mesuré de 55 à 65 décibels JOUR ET NUIT, plusieurs bâtiments jouxtant ladite construction ont eu des dégâts sur les bâties et des habitants ont même été déplacés. 

Après le montage de l’immeuble commencé avec des entrepreneurs ne connaissant pas les arrêtés préfectoraux de notre pays je pense, ou outrepassant ceux-ci (la police municipale en a les traces), les travailleurs commençaient souvent à 6h15 du matin (dont des travaux en façade sans filet de protection pour éviter les chutes de gravats).

Excédé de mes appels aux différents services de la mairie et envoyé de service en service par le standard sans pour autant voir le moindre changement de la part du constructeur envers ses prestataires, le chef de projet de Verrecchia accompagné de son chef de chantier a déclaré face aux policiers municipaux que si le non-respect des horaires de début de chantier donnaient lieu à une amende,  la société paierait mais qu’elle était dans l’impossibilité de faire autrement, on ne comprend pas un tel mépris envers les riverains. Pourtant, quand personnellement je les interpellais pour stopper le « BORDEL » c’était stoppé jusqu’à 7h, heure légale.

Je demande dés à présent que chaque situation soit étudiée par des personnes compétentes de vos services avec des solutions rapides et pérennes sans consultation permanente surtout lorsqu’il s’agit de remédier à des nuisances impossibles à accepter par qui que ce soit mais qui s’éternisent et qui ne font que ralentir les prévisions municipales lorsqu’il y en a … Les élections approchent et la peur envahie certainement des élus de perdre leurs sièges alors que cela ne coûterait pas un bras à la commune pour y remédier sans passer par le biais de cabinets de consulting qui ne servent à rien .

Je vous écris, Mesdames ,Messieurs, conscient que chacun de nous pouvons jouer un rôle dans l’avenir de la ville mais que les habitants ,contribuables et élus n’ont qu’une liberté d’actions restreintes que l’on ne peut pas fixer au nombre de citoyens aulnaysiens qui subissent de telles nuisances depuis tant de temps. 

En espérant que le quartier centre gare nord puisse retrouver rapidement un futur meilleur pour la tranquillité à minima de ses riverains. 

Mr MENGUY  le 17.02.2021

Historique consternant du rond-point de la rue Albert Ballet à Aulnay-sous-Bois

Suite aux articles parus en février datés du 11 et du 17 février, des riverains qui œuvrent depuis des dizaines d’années font l’historique de ce carrefour.

Sous la mandature de Jean Claude ABRIOUX, l’adjoint au maire changé de la circulation Gérard GAUDRON à écouter les riverains et créé un rond-point à l’angle des six rues (Bondy, Albert Ballet, Franklin, Reims et Havre). Cela ralentissait la circulation mais n’empêchait pas les camions venant de la Négresse de prendre le rond-point à l’envers.

Sous la mandature de Gérard SEGURA, l’adjoint chargé de la circulation Bruno DEFAIT «Ingénieur» n’a jamais voulu nous écouter, mais le maire nous a écouté.

Le collège SIMONE VEIL a été construit sous la mandature de Gérard SEGURA mais inauguré sous la mandature de Bruno BESCHIZZA. Cette construction a augmenté fortement la circulation et le bruit dans cette zone. Des feux rouges ont été installés mais mal réglés. Le bus 616 a été dévié à l’aller par la rue Franklin et au retour par la rue Albert Ballet (60 bus par jour). Nous avions demandé à deux adjoints dont Franck CANNAROZZO, qui s’est déplacé, de mettre les feux sur trois positions. Cela a déclenché des concerts de klaxons matin et soir (CF bruit Parif). Une pétition a été remise en mains propres à Bruno BESCHIZZA lors de l’assemblée générale de CAPADE en Mai 2016. Le conseiller en charge de la circulation Mathieu TELLIER « Ingénieur » a décidé la suppression du rond-point et l’organisation actuelle. Passage de tous les camions de plus de 3,5 T jusqu’à 40 T malgré les panneaux d’interdiction de l’avenue de la Division Leclerc en passant par Bondy et Pavillons-sous-bois sans aucune de verbalisation.

Ceci explique que les jardinières et les balisettes soient systématiquement détériorées. Heureusement pour l’instant, aucun enfant à notre connaissance n’a été victime d’un accident de la route dans cette zone fréquentée par plus de 1 000 élèves.

Article de J. GRANET et de P. GRECOURT

La place de la République à Aulnay-sous-Bois entièrement refaite !

Pendant les vacances, plusieurs chantiers de voirie sont en cours à Aulnay-sous-Bois pour améliorer votre cadre de vie. Cette semaine, la Place de la République bénéficie d’un renouvellement intégral de l’enrobé.

Ici, 90 000€ sont investis par la ville pour votre sécurité !

L’enfer du chantier de la ligne 16 et de ses bruits à Aulnay-sous-Bois devient un enjeu national

Nous l’évoquions dans un article précédent, les riverains de la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois subissent des nuisances extrêmes avec 20h de travaux non-stop sur le chantier de la ligne 16. Les murs tremblent, le bruit est infernal. La Société du Grand Paris a promis une indemnisation à hauteur de 30% des loyers pour les foyers impactés.

C’est BFM TV qui en parle dans une brève qui montre à quel point les gens souffrent de ces bruits, sans compter le sommeil impossible pour les enfants. Ci-dessous l’extrait vidéo :

Réunion publique avec les résidents de La Morée à Aulnay-sous-Bois organisée par Hadama Traoré ce samedi

Ce samedi 13 février à 14h00, Hadama Traoré, le leader de La Révolution Est En Marche, co-anime une réunion publique avec les copropriétaires de la résidence La Morée à Aulnay-sous-Bois. Charges exorbitantes, travaux urgents, problèmes divers qui pourrissent le quotidien des résidents : Hadama Traoré entend trouver des solutions pragmatiques et pérennes pour faire de ce véritable quartier résidentiel un havre de quiétude.

Rendez-vous au  rue des Aulnes à Aulnay-sous-Bois, samedi à 14h.

 

Bords des trottoirs et des rond-points défoncés par les voitures à l’angle Albert Ballet – Route de Bondy à Aulnay-sous-Bois

Le carrefour situé au niveau des rues Albert Ballet, route de Bondy, rue de Reims et rue du Havre est-il si dangereux que les automobilistes foncent systématiquement sur les bordures et les murets des ronds-points et des haricots ? Situé à proximité immédiate du collège Simone Veil, ce carrefour montre les stigmates d’accidents et de fausses manœuvres des automobilistes pressés.

Ce qui inquiète les riverains, c’est que des pavés sont disponibles à proximité du rond-point défoncé, celui-ci étant en cours de réfection par les services techniques de la ville. A proximité immédiate d’un collège, en cas d’une bagarre, les projectiles peuvent rapidement voler !

En face du collège, au niveau du passage piéton, on voit que certains poteaux n’ont pas résisté au choc avec un véhicule. Là aussi, on peut imaginer les dégâts occasionnés en cas de chute d’un poteau sur une voiture de passage, ou le mal que cela peut faire s’il venait à tomber sur le pied d’un passant.

Les riverains demandent des travaux d’urgence pour sécuriser le tout.

Merci à notre lectrice pour les photos.

Humidité et insécurité électrique dans le Conservatoire d’Aulnay-sous-Bois ?

Prise non protégée, humidité qui effrite les murs : tel est le constat d’un habitant d’Aulnay-sous-Bois, circonspect en voyant la salle de danse du conservatoire de la ville d’Aulnay-sous-Bois !

Si la ville « s’embellit » selon les dires de l’édile, ne faudrait-il pas revoir certaines priorités, pour la sécurité des petits et grands ?

Si la pandémie a certainement fait repousser certains travaux, ne faudrait-il pas effectuer des réparations afin d’éviter un drame ?

Les travaux du supermétro 20 heures par jour font «péter un plomb» aux riverains à Aulnay-sous-Bois

@Le Parisien

Pour compenser les nuisances provoquées par les travaux de l’ouvrage Delacroix, la Société du Grand Paris a indemnisé 120 foyers… qui ont dû renoncer à leur droit de recours. Mais ces nuisances perdurent, et certains habitants s’estiment floués. Reportage.

Haute de trois mètres, la palissade ne masque qu’une infime partie du chantier de l’ouvrage Delacroix. Derrière cette paroi de fortune, les hauts réservoirs jaunes côtoient des grues bleues dont l’extrémité perce le ciel gris. Voilà le décor qui s’offre depuis des mois aux habitants de l’allée des Roseaux et des voies alentour qui donnent sur la Nationale 2, à Aulnay-sous-Bois.

En ce samedi matin pluvieux, Sadjo entrouvre la fenêtre du salon de son appartement en rez-de-chaussée. L’encombrement du vis-à-vis se double alors de nuisances sonores.

«Et parfois même de tremblements, assure le quinquagénaire. Un jour, j’ai mis la main sur le mur de la chambre. Ça tremblait. C’était la même chose chez les voisins. On a peur, on se dit que le bâtiment risque de tomber.»

Des travaux de 6 heures à 22 heures… voire plus

Dans les propos parfois décousus de Sadjo se devine l’exaspération d’un habitant confronté au bruit des engins de chantier, qui voisinent son logement de quelques mètres seulement.

«Ça ne peut pas continuer comme ça, ce n’est pas normal, lâche-t-il. Ils nous prennent pour des imbéciles parce qu’on vit en banlieue. Ils ne feraient pas ça à Paris. Ils ne resteraient pas travailler jusqu’à 1 heure, 2 heures du matin.»

«Ils», c’est la Société du Grand Paris (SGP). Situé à 800 mètres de la future gare d’Aulnay-sous-Bois de la ligne 16, l’ouvrage Delacroix servira à la ventilation et au désenfumage du tunnel du supermétro, le Grand Paris Express (GPE).

«Le chantier est actuellement en phase de réalisation de parois moulées, c’est-à-dire la construction des murs de la boîte souterraine de l’ouvrage, précise le maître d’ouvrage. La technique des parois moulées requiert de pouvoir réaliser un cycle de bétonnage sans interruption sur une durée d’environ 16 heures. En conséquence, les horaires de travaux pendant cette phase s’étendent de 6 heures à 22 heures.»

Source, image et article complet : Le Parisien

Contrairement aux rumeurs infondées, le chantier CDG Express est bel et bien suspendu

Cacophonie sur les réseaux sociaux et certains sites d’information : malgré une reprise des travaux de SNCF Réseau sur le chantier du CDG Express qui doit être livré fin 2025, tout a été suspendu depuis le 29 janvier 2021. 

Les juges administratifs ont ordonné à SNCF Réseau de suspendre immédiatement les travaux et l’ont condamné au versement de 1 500 euros à la Ville de Mitry-Mory au titre des frais de l’instance. L’ordonnance prévoit également une pénalisation de 1 000 euros par jour au-delà du délai de 24 heures, à compter du 29 janvier 2021. Le motif de l’arrêt du chantier est la possible présence d’espèces protégées sur le tronçon de Mitry-Mory. SNCF Réseau avait alors contesté cette décision et avait commandité un audit via une société indépendante, qui n’a trouvé aucune espèce protégée.

Du fait de la période hivernale et de la difficulté de trouver ce espèces, le tribunal demande d’attendre jusqu’au printemps 2021 avant de donner le feu vert avant le redémarrage du chantier.

%d blogueurs aiment cette page :