Archives de Catégorie: Travaux

Les travaux dans le quartier de Mitry à Aulnay-sous-Bois progressent

Le magasin Netto n’est plus et des immeubles vont voir le jour prochainement. Le quartier de Mitry est un peu sens dessus dessous mais les riverains ont espoir d’un quartier meilleur, plus accueillant, plus attractif.

Notre consœur et amie Aurore Buselin en a fait un reportage que vous pouvez découvrir en cliquant ici.

620 000 € pour revégétaliser les cimetières à Aulnay-sous-Bois

La Ville d’Aulnay-sous-Bois lance un plan de revégétalisation des cimetières afin d’embellir les 9 hectares consacrés à ces sanctuaires. L’objectif est de renouveler le patrimoine arboré, mais aussi de désimperméabiliser les sols afin de ne plus avoir recours aux produits phytosanitaires pour désherber les allées..

De nouveaux alignements d’arbres vont être créés pour ombrager les allées qui en sont dépourvues, des massifs paysagers et des prairies fleuries seront aménagées en parallèle de la création d’une mare.

 

Réaménagement des berges du Canal de l’Ourcq à Aulnay-sous-Bois pour 700 000 €

La Ville d’Aulnay-sous-Bois lance une nouvelle opération de réaménagement des berges du Canal de l’Ourcq. La première phase sera engagée en 2022 pour un montant de près de 700 000€.

À terme, le mobilier urbain sera également renouvelé (chaises, bancs, corbeilles, éclairage LED à détection de mouvement) et de nouveaux aménagements seront créés (développement des frayères, installation de passerelles et pontons, renouvellement des barrières de protection).

À l’occasion du Conseil Municipal du 7 avril 2021, le Maire de la ville, Bruno Beschizza, a sollicité des subventions auprès de l’Etat, de la Région Île-de-France, de l’Office français de la biodiversité, de la Métropole du Grand Paris et de l’Agence de l’EauSeine Normandie.

Ci-dessous, une découverte des berges en vidéo :

Le Colisée, la future salle de 8000 places située à Tremblay-en-France

Porté par le charismatique Maire de la ville François Asensi, le projet Colisée à Tremblay-en-France semble sur de bons rails avec la validation par les élus du conseil territorial de Paris Terres d’envol du lauréat du marché de conception-réalisation retenu par un jury. Le site de ce complexe d’envergure est situé près de l’aéroport de Roissy, au cœur de la ZAC Aérolians. Deux grands espaces seront ainsi offerts aux visiteurs : une grande salle de 7000 places et une salle dite sportive de 1500 places.

La société S-Pass sera en charge de la gestion de cet édifice qui coûtera la bagatelle de 60 millions d’euros. S-Pass exploite une vingtaine de salles dans toute la France comme le zénith de Strasbourg ou le zénith de Rouen. D’autres équipements seront construits autour comme des hôtels et un grand restaurant pour faire de cet espace un lieu de vie. A noter que l’équipe de handball de Tremblay-en-France, qui évolue en 1ère division, devrait évoluer à domicile dans la salle sportive.

Sur le plan politique, le maire d’Aulnay-sous-Bois est favorable au projet quand le maire du Blanc-Mesnil, Thierry Meignen, est contre. Ce dernier évoque une opacité du dossier et redoute pour le territoire de Paris Terre d’Envol un coût  bien plus élevé que les 60 millions d’euros annoncés. Il affirme également que l’ouverture d’une salle de même type au niveau de Paris Porte de la Chapelle va concurrence ce projet.

 

 

Panneau d’affichage d’une future construction à Aulnay-sous-Bois et manœuvre dolosive (5)

Le panneau d’affichage obligatoire à installer sur la clôture de la future construction doit impérativement être installé au minimum deux mois avant le début des travaux afin que les tiers et les riverains qui s’estimeraient lésés par ce projet puisse faire opposition ou obtenir des modifications qui préservent leurs droits.

Il faut savoir en effet que le 1er jour de l’affichage du panneau est le point de départ du délai de recours des tiers qui leur est accordé durant deux mois avant que les travaux de construction ne puissent démarrer. Par conséquent il est impératif de respecter scrupuleusement ce délai incompressible mais également le détail et la description précise de tous les travaux qui seront entrepris, et de ne pas chercher à omettre une partie d’entre eux.

Il se trouve qu’au 5 rue Alix, s’il y a bien eu un panneau d’affichage placardé sur la clôture, le détail précis des transformations et constructions envisagées n’a jamais été mentionné, ne permettant donc pas aux tiers et aux riverains de pouvoir s’opposer à ce projet dont on découvre aujourd’hui et trop tard qu’il contrevient totalement aux règles du PLU qui s’appliquent à la Zone UG, et qu’il dénature complètement son esprit et ses spécificités, créant un regrettable et dommageable précédent dans cette précieuse zone pavillonnaire.

Ci dessous le panneau de la discorde :

Il y a donc là matière à litige et à plainte pour obtenir réparation et exiger le respect absolu des règles du PLU qui ont été manifestement violées. En effet, à la rubrique  » nature des travaux  » il est inscrit :

« Construction d’une maison avec deux appartements, démolition d’un garage et d’un abri de jardin »

Les riverains proches du 5 rue Alix ont tous observé la rénovation et la surélévation du pavillon ancien existant, complètement remis à neuf et augmenté d’un étage. Ils ont donc tous naïvement pensé qu’il s’agissait de la construction d’une maison de deux appartements indiquée sur le panneau d’affichage…. De plus, tous ces travaux ont été réalisés durant le premier confinement où personnellement je ne suis pas sortie de chez mois durant plus de 4 semaines….

Donc je n’ai pas pu comprendre ni prendre connaissance de ce qui était en train de se tramer, jusqu’à ce que je découvre lors de ma première sortie avec stupéfaction que de nouvelles fondations étaient en cours de construction devant l’ancien pavillon rénové….

Pourquoi le panneau, pour être scrupuleusement conforme à l’ensemble des travaux qui allaient être réalisés sur cette parcelle, n’a pas spécifié à la rubrique nature des travaux :

« Rénovation et surélévation d’un étage du pavillon ancien indiquant le nombre de logements prévus à l’intérieur de ce pavillon » ?

Cette omission pourtant très importante et manifestement intentionnelle, associée à l’autre indication figurant sur le panneau, aurait pourtant permis à tous les riverains de s’opposer formellement et fermement à ce projet qui dénature l’esprit de la zone UG et qui est la négation matérielle de tous les interdits qui y sont attachés !

La construction d’un deuxième pavillon sur cette petite parcelle n’aurait jamais du bénéficier d’un permis de construire, car l’emprise des deux bâtisses et leurs terrasses ainsi que leur allée d’accès bétonnée rendaient objectivement impossible le respect et la sauvegarde des 40 % minimum de terres pleines prescrit dans le PLU et les riverains s’y seraient formellement opposé !

Il y a donc bien eu manœuvre dolosive de la part de la SCI Bellevue qui devra en assumer toutes les conséquences vis à vis des tiers et des riverains abusés et trompés sur la nature des travaux annoncés !

Car si l’on peut admettre la rénovation et la surélévation d’un pavillon existant sur une petite parcelle, les riverains ne conçoivent absolument pas tolérer la construction d’un deuxième pavillon détruisant arbres et espaces verts qui constituent pourtant expressément la caractéristique, le charme et l’art de vivre de leur quartier !

Ce panneau est donc devenu la preuve matérielle et factuelle d’une manœuvre dolosive de la part de la société « Bellevue » qui a omis de mentionner la totalité des travaux qui allaient être entrepris sur la parcelle et qui par le fait même, n’a pas permis aux tiers concernés et impactés d’user de leur droit d’opposition !

La manœuvre dolosive est constituée et avérée dès lors que 3 actions le prouvent, à savoir :

—    La société Bellevue a intentionnellement omis de détailler sur son panneau la totalité des travaux qui allaient être réalisés et qui étaient susceptibles de susciter l’opposition du voisinage.

—    Le silence gardé sur une partie des travaux et l’omission volontaire de leur indication sur le panneau prouve l’intention de la SCI Bellevue de tromper tout le voisinage pour imposer sa construction sans protestations et placer les riverains devant le fait accompli apparemment irréversible….

—     » l’erreur  » sciemment commise par la société Bellevue de tromper les riverains sur la nature de tous les travaux entrepris est constitutive du dol, ce qui devrait entrainer la nullité du permis et probablement la démolition du pavillon de trop pour restaurer les espaces verts constitutif du caractère précieux des zones pavillonnaires.

L’article 1137 du Code civil définit le dol comme une manœuvre frauduleuse visant à obtenir le consentement du cocontractant (ici les riverains des constructions litigieuses et hors la loi). La manœuvre peut consister en une action ou une abstention.

Il y a donc faute grave et intentionnelle de la SCI immobilière  » Bellevue  » improprement nommée d’ailleurs puisqu’elle nous prive tous de la vue et de la jouissance d’espace verts par une parcelle désormais entièrement bétonnée ! Les riverains immédiats et les habitants de la zone UG se retrouvent malgré eux, à leur insu et sans leur consentement, avec la complicité coupable de la mairie elle-même pour avoir accordé ce permis hors la loi et contrevenant au PLU, placés devant le fait accompli du massacre de leur quartier !

Probablement alerté par les différents articles rédigés dernièrement sur ce sujet et publiés sur Aulnaycap, j’ai compris en accomplissant de nombreuses démarches auprès du service de l’urbanisme, que la police de l’urbanisme avait été saisie et qu’elle devait se rendre sur place pour contrôler la conformité des constructions. J’ai expressément demandé à être avertie du jour et de l’heure de leur passage….

Je vous tiendrai bien évidemment informés et je ne manquerai pas de défendre bec et ongle le respect du PLU qui désormais ne protège plus les zones pavillonnaires qu’à minima !

Article rédigé les 29, 30, et 31 Mars et le 1er avril par Catherine Medioni

Fermeture de la piste cyclable de l’Ourcq à Aulnay-sous-Bois pour cause de travaux

Dès jeudi 4 mars et pour une durée de 3 semaines, la piste cyclable du Canal de l’Ourcq sera fermée au niveau du Pont de l’Union afin d’effectuer un remplacement des gardes corps. Pour des raisons de sécurité, ces travaux nécessiteront une déviation de la circulation des cyclistes pendant toute la durée du chantier via l’avenue des Rosiers. Le passage des piétons restera néanmoins possible.

La ligne16 du Grand Paris Express qui passe par Aulnay-sous-Bois sera terminée dès 2028

C’est une bonne surprise : la ligne 16 du Grand Paris Express qui permettra de relier Saint-Denis à Noisy-le-Grand en passant par Aulnay-sous-Bois sera ouverte dès 2028 au lieu de 2030. Le quartier de l’Europe sera doté d’une nouvelle gare flambant neuve.

Malgré l’épidémie de la Covid-19 et les quelques retards le printemps dernier, le chantier avance plus vite que prévu.

Les galères de la rue Fernand Herbaut à Aulnay-sous-Bois

Depuis plusieurs années, les riverains de la rue F.Herbaut (incluant aussi l’impasse des marronniers) vivent de multiples nuisances qui,  au contraire de s’améliorer, malgré une soi disante prise en compte depuis tant d’années, ne cessent de s’accroître sans véritable solution, entre une circulation totalement inconséquente(tous les bus de la gare routière Nord) qui entraîne à la fois embouteillage aux heures de pointe, bruit, pollution, dangerosité, vibrations dans les maisons…, un urbanisme déraisonnable où les quelques pavillons sautent régulièrement (ce bel exemple récent de la construction Verrechia)…tout ceci dans une rue au gabarit bien étroit et désolante du centre ville.

Une telle situation a entraîné « Le ras le bol » de ce riverain qui nous a adressé ce courrier qu’il a également envoyé à des élus et techniciens de la ville d’Aulnay-sous-Bois.

 

Demande d’explications et d’actions des acteurs de la municipalité.

‌Bonjour Mesdames, Messieurs ; 

Je réside depuis 9 ans à Aulnay-sous-Bois (3 ans dans le quartier du lycée Voillaume puis, depuis 2015 au centre gare rue Fernand Herbaut).

Prenant le bus 15 tous les jours de 2012 à 2015 je passais par la rue Anatole France avec ce bus et je n’y ai jamais vu d’accident ou de difficultés pour les bus articulés à prendre cette rue. Les utilisateurs des transports en RER sortant massivement là ou les bus ont leurs arrêts et non par le tunnel sous-terrain, en 2015j ‘ai acheté un appartement rue Fernand Herbaut car cela semblait une rue calme allant de Anatole France vers la rue du11novembre (sens contraire d’aujourd’hui)

A mon grand étonnement (5mois après) le sens de la rue passait dans l’autre sens amenant 375 BUS par jour. Imaginez un peu ma déception ! Mais face à moi se trouvait un vieux pavillon condamné et je pouvais profiter de la lumière du soleil de 13H à 22h en été. 

Le promoteur Verrecchia a apposé un panneau non exhaustif de future construction à cet emplacement mais aucune déclaration de travaux car celle-ci a été affichées rue Anatole France, ce qui n’a pas éveillé l’attention des riverains de la rue Fernand Herbaut pendant le délai légal pour une quelconque opposition à ce projet. 

J’ai un plan de la construction avant travaux fourni par Verrecchia et cela comporte déjà plusieurs anomalies (taille, implantation par rapport aux autres bâtis existant, 5 étages du projet initial transformé en 6 étages deux mois avant la construction et surtout sans modification de la hauteur). Ce qui montre un certain professionnalisme.

La démolition du pavillon a été faite sans trop de respect des heures légales afférentes à l’arrêté du MAIRE (sortie de très gros engins de chantiers à 5H15 du matin et démolitions à 6h + les bus et les camions des éboueurs qui klaxonnent à cause du blocage). J’ai personnellement fait stopper les engins à 6 reprises car avant 7h, pas question de subir la moindre nuisance que le maire de notre ville doit faire respecter par sa fonction et son mandat (de part son mandat le maire est en charge de la tranquillité urbaine de ses administrés).

Il y eut ensuite la bonne idée de la municipalité de faire des grandes réunions publiques des riverains du centre gare pour tenter de résoudre les nuisances de circulations des passages de tous le bus de la gare routière et de 4900 véhicules chaque jour, ce qui a coûté un pognon de DINGUE. Cela était organisé par un petit « chef technicien  » qui à ce jour n’a trouvé que l’issue de secours et n’a toujours rien amélioré dans ce centre gare nord.

Un bâtiment a été rasé au coin de Fernand Herbaut et 11 novembre « pour plus de visibilité en prévision éventuelle du passage de bus pour alléger Fernand Herbaut. Ceci afin de les faire passer par la rue du Commandant Brasseur mais quelques propriétaires de pavillons s’y sont opposés par des banderoles et le sujet fut clos (accointance certainement avec des élus bien placés à mon sens puisque architecte pour l’un d’entre eux).

Le passage surélevé a été refait 2 FOIS à ce carrefour car mal étudié, les essieux des 390 bus (375+15″ ligne 23″) frottaient à chaque fois Ainsi, la voirie totale a été recoulée et des bouches d’égout se sont légèrement affaissées face à l’impasse des marronniers, ce fut réparé mais actuellement, en février 2021, c’est à refaire. Un passage berlinois mini certainement provisoire a été installé car tous ces véhicules dont les bus passaient a plus de 50 KM/H. Mais provisoire ne veut pas dire 1an et demi car ledit passage berlinois se désolidarise du goudron et vient claquer au passage des véhicules (la même chose en dur coulé dans la chaussée existe dans de nombreuses rues où passent aussi des bus ce qui est donc possible et soi-disant envisagé)

Un radar en zone 30 ou même une chicane qui semble à l’étude peut être légal et ne demanderait pas de consultation de riverains afin surtout de supprimer les vibrations permanentes dans les maisons, infernal, c’est à la municipalité d’en décider.

Pour en revenir à la Villa Eiffel de M. Verrechia, le trou fait lors de la construction a éclaté sur la voirie jusqu’aux places de stationnements de la rue Fernand Herbaut. Le sous-sol argileux a été sous-estimé et l’eau présente en sous-sol a créé une nuisance supplémentaire (une pompe de relevage fonctionnant 2 ans par intermittence avec un bruit mesuré de 55 à 65 décibels JOUR ET NUIT, plusieurs bâtiments jouxtant ladite construction ont eu des dégâts sur les bâties et des habitants ont même été déplacés. 

Après le montage de l’immeuble commencé avec des entrepreneurs ne connaissant pas les arrêtés préfectoraux de notre pays je pense, ou outrepassant ceux-ci (la police municipale en a les traces), les travailleurs commençaient souvent à 6h15 du matin (dont des travaux en façade sans filet de protection pour éviter les chutes de gravats).

Excédé de mes appels aux différents services de la mairie et envoyé de service en service par le standard sans pour autant voir le moindre changement de la part du constructeur envers ses prestataires, le chef de projet de Verrecchia accompagné de son chef de chantier a déclaré face aux policiers municipaux que si le non-respect des horaires de début de chantier donnaient lieu à une amende,  la société paierait mais qu’elle était dans l’impossibilité de faire autrement, on ne comprend pas un tel mépris envers les riverains. Pourtant, quand personnellement je les interpellais pour stopper le « BORDEL » c’était stoppé jusqu’à 7h, heure légale.

Je demande dés à présent que chaque situation soit étudiée par des personnes compétentes de vos services avec des solutions rapides et pérennes sans consultation permanente surtout lorsqu’il s’agit de remédier à des nuisances impossibles à accepter par qui que ce soit mais qui s’éternisent et qui ne font que ralentir les prévisions municipales lorsqu’il y en a … Les élections approchent et la peur envahie certainement des élus de perdre leurs sièges alors que cela ne coûterait pas un bras à la commune pour y remédier sans passer par le biais de cabinets de consulting qui ne servent à rien .

Je vous écris, Mesdames ,Messieurs, conscient que chacun de nous pouvons jouer un rôle dans l’avenir de la ville mais que les habitants ,contribuables et élus n’ont qu’une liberté d’actions restreintes que l’on ne peut pas fixer au nombre de citoyens aulnaysiens qui subissent de telles nuisances depuis tant de temps. 

En espérant que le quartier centre gare nord puisse retrouver rapidement un futur meilleur pour la tranquillité à minima de ses riverains. 

Mr MENGUY  le 17.02.2021

Historique consternant du rond-point de la rue Albert Ballet à Aulnay-sous-Bois

Suite aux articles parus en février datés du 11 et du 17 février, des riverains qui œuvrent depuis des dizaines d’années font l’historique de ce carrefour.

Sous la mandature de Jean Claude ABRIOUX, l’adjoint au maire changé de la circulation Gérard GAUDRON à écouter les riverains et créé un rond-point à l’angle des six rues (Bondy, Albert Ballet, Franklin, Reims et Havre). Cela ralentissait la circulation mais n’empêchait pas les camions venant de la Négresse de prendre le rond-point à l’envers.

Sous la mandature de Gérard SEGURA, l’adjoint chargé de la circulation Bruno DEFAIT «Ingénieur» n’a jamais voulu nous écouter, mais le maire nous a écouté.

Le collège SIMONE VEIL a été construit sous la mandature de Gérard SEGURA mais inauguré sous la mandature de Bruno BESCHIZZA. Cette construction a augmenté fortement la circulation et le bruit dans cette zone. Des feux rouges ont été installés mais mal réglés. Le bus 616 a été dévié à l’aller par la rue Franklin et au retour par la rue Albert Ballet (60 bus par jour). Nous avions demandé à deux adjoints dont Franck CANNAROZZO, qui s’est déplacé, de mettre les feux sur trois positions. Cela a déclenché des concerts de klaxons matin et soir (CF bruit Parif). Une pétition a été remise en mains propres à Bruno BESCHIZZA lors de l’assemblée générale de CAPADE en Mai 2016. Le conseiller en charge de la circulation Mathieu TELLIER « Ingénieur » a décidé la suppression du rond-point et l’organisation actuelle. Passage de tous les camions de plus de 3,5 T jusqu’à 40 T malgré les panneaux d’interdiction de l’avenue de la Division Leclerc en passant par Bondy et Pavillons-sous-bois sans aucune de verbalisation.

Ceci explique que les jardinières et les balisettes soient systématiquement détériorées. Heureusement pour l’instant, aucun enfant à notre connaissance n’a été victime d’un accident de la route dans cette zone fréquentée par plus de 1 000 élèves.

Article de J. GRANET et de P. GRECOURT

La place de la République à Aulnay-sous-Bois entièrement refaite !

Pendant les vacances, plusieurs chantiers de voirie sont en cours à Aulnay-sous-Bois pour améliorer votre cadre de vie. Cette semaine, la Place de la République bénéficie d’un renouvellement intégral de l’enrobé.

Ici, 90 000€ sont investis par la ville pour votre sécurité !

%d blogueurs aiment cette page :