Archives de Catégorie: Enfance

Confinement à Aulnay-sous-Bois, le point sur l’accueil des enfants

De nouvelles mesures sanitaires sont en vigueur sur l’ensemble du territoire national

Le temps scolaire est réorganisé comme suit :
  • Du 6 au 9 avril :  travail en distanciel de la maternelle au lycée
  • Du 10 au 25 avril : vacances scolaires pour toutes les zones
  • 26 avril : retour des élèves de maternelle et de primaire en classe
  • Du 26 au 30 avril : travail en distanciel pour les collégiens et lycéens
  • 3 mai : retour des collégiens et lycéens en classe

OUVERTURE DE CRÈCHES

Durant l’ensemble du confinement sanitaire, les crèches Henri Thibault et Gui Chauvin seront ouvertes pour accueillir les enfants du personnel prioritaire.
Ces informations sont susceptibles d’être modifiées.

ACCUEIL DES ENFANTS DES PERSONNELS PRIORITAIRES

Un service d’accueil pour les enfants des personnels prioritaires luttant contre la pandémie (personnels soignants et médicaux sociaux, agents des forces de l’ordre entendu au sens large, enseignants, fonctionnaires d’Etat, agents publics communaux, etc.  La circulaire préfectorale est mis en place sur demande de la Préfecture de la Seine-Saint-Denis et de l’Education Nationale.
Important : Il appartient à chaque parent concerné d’être en mesure de justifier de sa situation (carte CPS et/ou fiche de paie)

OUVERTURE DES CENTRES DE LOISIRS

Les accueils auront lieu sur 4 sites identifiés au sein de la ville :

  • L’école Nonneville maternelle  – 5 rue de Toulouse,
    pour les enfants scolarisés au sein des groupes scolaires : Zola, Prévoyants, Courbet, Pont de l’Union, Jean d’Ormesson, Nonneville, République, Le Parc, Vercingétorix.
  • L’école Croix Rouge – 2 allée de Dublin,
    pour les enfants scolarisés au sein des groupes scolaires : Bourg, Merisiers, Croix Rouge, Savigny, Ambourget, Ormeteau
  • L’école Paul Eluard – 4 rue de Bougainville
    pour les enfants scolarisés au sein des groupes scolaires: Petits Ormes, Jules Ferry, Croix Saint Marc, Perrières, Paul Eluard, André Malraux, Charles Perrault, Louis Aragon.
  • L’école Anatole France  – 43/45 rue Anatole France,
    pour les enfants scolarisés dans les groupes scolaires : Anatole France, Fontaines de Près, Paul Bert, Solbes.

Source : site de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Une chasse aux oeufs virtuelle ce samedi à Aulnay-sous-Bois

Ce samedi de 13h à 18h30, la Ville d’Aulnay-sous-Bois organise une chasse aux œufs virtuelle dans les parcs Dumont, Gainville et Ballanger. À l’aide de votre smartphone, partez à la recherche du poussin Charlie pour tenter de remporter un lot de chocolats.

La chasse aux œufs virtuelle, comment ça marche ? En arrivant au Parc Dumont, au Parc Gainville ou au Parc Ballanger, téléchargez l’application Baludik sur votre smartphone et rendez-vous sur le point d’accueil de la chasse pour lancer le jeu de piste à l’aide d’un QR Code.

Un agent de la micro-crèche Natha Caputo à Aulnay-sous-Bois détecté au Covid-19

Les mauvaises nouvelles s’accumulent pour la petite enfance à Aulnay-sous-Bois. Cette fois-ci, c’est la micro-crèche Natha Caputo à Aulnay-sous-Bois qui est concernée avec un agent contaminé par la Covid-19. Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois demande sa fermeture de toute urgence.

Covid-19, deux agents de la crèche de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois potentiellement infectés

Deux agents de la rose des vents qui étaient présentes ce matin sur leur lieux de travail présentent des symptômes du Covid.

Nous avons conseillé à ces agents de se rendre immédiatement vers un centre de dépistage de consulter leur médecin et se mettre à l’isolement.

Nous demandons une nouvelle fois la fermeture de cette crèche immédiatement afin d’éviter une propagation du virus.

Source : Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois

Fermeture de la crèche du 11 novembre à Aulnay-sous-Bois à cause du Covid-19

Nous vous informons que la crèche du 11 novembre vient de fermer une section suite à un cas Covid.

Selon les agents qui nous ont informé de cette situation, la Direction de cette crèche refuserait que les parents soient informés de cette situation.

Notre syndicat regrette ce manque de transparence et souhaite que les parents soient informés lorsqu’un cas de Covid est détecté dans une crèche de la ville.

Nous regrettons aussi que les agents des crèches en contact avec un cas Covid ne soient pas systématiquement mis à l’isolement et soient contraints de venir sur leur lieux de travail.

Source : Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois

Des enfants victimes d’agressions sexuelles cohabiteraient avec des auteurs d’agressions au sein du réseau La Sauvegarde 93

Des salariés et travailleurs sociaux de La Sauvegarde 93 ont manifesté devant leur siège à Bobigny pour protester contre la nomination à la direction des services et du développement l’ancienne directrice du placement familial. Cette directrice aurait validé tous les dysfonctionnements dont souffre la structure. Elle est désormais numéro deux du groupe.

Outre les problèmes relationnels, des enfants victimes d’agressions sexuelles cohabiteraient avec des auteurs d’agressions. De plus, des familles d’accueil seraient en situation de sureffectifs. Il y aurait des divisions au sein des équipes ou encore des méthodes de chantage envers les assistants familiaux.

Avec plus de 5 000 enfants placés, La Sauvegarde 93 elle est l’une des principales associations de protection de l’enfance dans le département de la Seine-Saint-Denis.

Vidéo, l’aire de jeux à l’abandon et jonchée de détritus des Merisiers à Aulnay-sous-Bois

La ville d’Aulnay-sous-Bois a la chance d’avoir de nombreux aires de jeux disponibles, au Nord comme au Sud, pour permettre aux enfants de se défouler. En cette période de vacances scolaires, ces aires de jeux sont d’autant plus importants dans la mesure où de nombreuses familles ne peuvent pas partir en vacances.

La responsable du groupe Facebook #SLAPC a réalisé récemment un reportage sur l’état déplorable de l’aire de jeux des Merisiers, dans les quartiers Nord de la ville. Des trous sur la chaussée, des équipements manquants ou arrachés, des poubelles non vidés, des détritus qui jonchent le sol ou encore des herbes folles : les équipements sont à l’abandon.

Que fait la ville ? Est-il prévu des investissements pour remettre en état cette aire de jeux ? En attendant, vous pouvez prendre connaissance de la vidéo en cliquant ici.

Les enfants, victimes oubliées des violences conjugales à l’hôpital Ballanger Aulnay-sous-Bois

En Seine-Saint-Denis, un protocole unique en France prend en charge ces victimes. Direction le service pédiatrie de l’hôpital Robert Ballanger à Aulnay-sous-Bois. C’est entre ces murs que les enfants sont hospitalisés quand leur père a tué ou tenté de tuer leur mère. Dans le jargon on parle du « protocole féminicide ». Un sas de huit jours, 24 heures sur 24 pour gérer le traumatisme et aborder la suite car l’impact est comparable à celui des victimes de guerre.

La perte « de deux figures d’attachement »

Clémentine Rappaport, la cheffe du service de pédopsychiatrie les accompagne dans un moment « où les enfants sont souvent soit très agité, soit très triste, où ils manifestent beaucoup de symptômes ». Ces enfants « vont exprimer tout de suite l’absence de leur mère et de leur père puisqu’ils perdent les deux figures d’attachement avec la mère qui est morte, et le père qui est incarcéré, explique Clémentine Rappaport. Ils l’expriment beaucoup avec le jeu mais ce n’est pas jouer au sens de s’amuser, c’est jouer pour exprimer ce que l’enfant a à dire. »

Je pense que ce sas de huit jours est vraiment important pour passer cette première période si douloureuse. Les traumatismes sont d’autant plus impactant sur le développement de l’enfant qu’il était petit.

Clémentine Rappaport

En cinq ans, une trentaine d’enfants ont été pris en charge. Rachid Lamara lui n’a rien eu de tout ça. Il avait 5 ans quand son père a tué sa mère, à coup de couteau, en 1982. Aujourd’hui, il a 40 ans, et il a l’impression d’être passé à côté de sa vie. « La prise en charge d’un orphelin c’est tout de suite après, faut pas le lâcher, alerte-t-il. J’ai réussi à me marier. Je ne sais pas comment ça s’est fait. J’ai réussi aussi à avoir deux garçons mais rien de tout ça ne me faisait plaisir. C’est le bonheur d’avoir une femme, des enfants et un foyer mais rien n’avait de goût pour moi. Il y a toujours cette tache noire quelque part, ma vie a été volée. »

Source et article complet : FranceInfo

Malgré le confinement, le secteur de l’enfance recrute à Aulnay-sous-Bois avec Rahma, Nabila, Yamina et Salima

Le secteur de l’enfance embauche, mais peine à trouver des candidats. Un bus sillonne le 93, pour trouver puéricultrices et familles d’accueil. Reportage Aulnay-sous-Bois, dans le parc du Sausset .

Pourquoi faites-vous ce métier ? » Les masques cachent leurs sourires, mais les yeux de Rahma, Nabila, Yamina et Salima pétillent. « Parce qu’on a un cœur ! », lance l’une d’elle.

Un cœur avec lequel elles ont tenté, ce samedi après-midi, d’éveiller quelques vocations parmi les promeneurs du parc départemental du Sausset, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Toutes quatre sont assistantes familiales. Un vrai métier, que le grand public connaît davantage sous le nom de « familles d’accueil ». En Seine-Saint-Denis, parmi les quelque 8 000 enfants et adolescents suivis par les services de l’Aide sociale à l’enfance, 1 200 sont placés chez des assistants familiaux — des femmes dans l’écrasante majorité des cas.

« Pourquoi faites-vous ce métier ? » Les masques cachent leurs sourires, mais les yeux de Rahma, Nabila, Yamina et Salima pétillent. « Parce qu’on a un cœur ! », lance l’une d’elle.

Un cœur avec lequel elles ont tenté, ce samedi après-midi, d’éveiller quelques vocations parmi les promeneurs du parc départemental du Sausset, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Toutes quatre sont assistantes familiales. Un vrai métier, que le grand public connaît davantage sous le nom de « familles d’accueil ». En Seine-Saint-Denis, parmi les quelque 8 000 enfants et adolescents suivis par les services de l’Aide sociale à l’enfance, 1 200 sont placés chez des assistants familiaux — des femmes dans l’écrasante majorité des cas.

Mais la profession vieillit, et souffre, comme d’autres métiers de l’enfance, d’un manque d’attractivité. Le problème est devenu si aigu que le conseil départemental de Seine-Saint-Denis a lancé, en octobre, un « Bus des métiers de l’enfance » sur les routes du 93. Avec un message clair : le secteur offre des emplois, et même des emplois en CDI, qu’il s’agisse des assistants familiaux, des éducateurs, des auxiliaires de puériculture! Ce samedi, il s’est stationné en plein parc, face à une aire de jeux pour enfants.

Source, image et article complet : Le Parisien

La fondation ADP apporte un soutien intensif à 100 familles vulnérables d’Aulnay-sous-Bois

Suite à l’appel à projets 2020 lancé par la Fondation Groupe ADP, le comité de sélection a décidé d’apporter son soutien à 7 nouveaux projets en 2020, dont 2 à l’international ! À cette occasion, découvrez chaque semaine la présentation d’un nouveau projet soutenu par la Fondation…

Créée en 2017, l’association 1001mots prévient le décrochage scolaire avant l’école en accompagnant les parents pour l’éveil langagier de leur enfant de 0 à 3 ans. Présent au quotidien et dans la durée, le parent joue un rôle clef dans le développement du langage de son enfant. Grâce au soutien de la Fondation Groupe ADP, l’association apportera un soutien intensif à 100 familles vulnérables d’Aulnay-sous-Bois.

Pour en savoir plus, cliquer ici.

Source : page Facebook de la fondation

%d blogueurs aiment cette page :