Archives de Catégorie: A vous la parole

Renforcer la sécurité de son domicile ou de son entreprise à quelques semaines du départ en vacances

Les vacances scolaires arrivent bientôt et pour beaucoup de foyers, les vacances sont à portée de mains avec pour les familles les plus chanceuses la possibilité de profiter de l’air marin, de la montagne ou des verts pâturages de province. Mais qui dit vacances dit maisons laissées parfois sans surveillance avec des risques de squat ou de cambriolages. Pour les petits entrepreneurs dont la société est quasiment à l’arrêt, les vacances sont aussi synonymes de craintes quant à de possibles visites de personnes mal intentionnées.

En Seine-Saint-Denis et ailleurs, de nombreux dispositifs ont été mis en place pour lutter contre ces larcins et favoriser la quiétude lorsque l’on est loin de chez soi. S’il y a la police nationale, la police municipale ou encore des sociétés de gardiennage pour surveiller les lieux et faire en sorte de tenir à bonne distance celles et ceux qui commettent des larcins, faire appel à un maitre chien 93 prend tout son sens pour protéger les lieux et alerter au moindre danger.

Les chiens sont, comme tout le monde sait, les meilleurs amis de l’homme. Ils on une ouïe et un odorat très développés et sont capables de repérer et de suivre à la trace toute personne ayant commis une infraction. Si de nombreuses entreprises font appel à des sociétés comme E.T.S En Tout Sécurité ou autres pour surveiller les bâtiments et protéger les biens notamment le week-ends et la nuit, de plus en plus de particuliers commencent à s’orienter vers cette solution qui est à la fois radicale et efficace.

S’il ne faut pas tomber dans la paranoïa et qu’Aulnay-sous-Bois – ou la Seine-Saint-Denis en général – n’est pas un coupe-gorge comme certains médias le prétendent, il est bon de ne pas lésiner sur les moyens pour protéger ses biens et sa famille et ne pas faire preuve de laxisme sachant que notre société est aujourd’hui de plus en plus violente. D’autres dispositifs sont également à prendre en considération, comme par exemple mettre une porte d’entrée et des fenêtres capables de résister à des infractions, des systèmes d’alarme capables de détecter le moindre mouvement en alertant rapidement une société de sécurité pour venir constater ce qu’il se passe, ou encore la mise en place d’éléments dissuasifs comme des caméras placées en hauteur et capable de détecter tout mouvement suspect.

Enfin, n’oubliez pas qu’il existe des systèmes de vidéo-surveillance pour l’intérieur de son logement avec la possibilité d’enregistrer les mouvements en vidéo et pouvoir rapidement identifier les malotrus. Il y a également la possibilité de rejoindre le réseau « voisins vigilants » pour faire en sorte d’être alerté rapidement si quelque chose de suspect arrive dans le quartier. En tout état de cause, il existe de nombreux dispositifs pour mettre à l’abri sa maison ou son appartement et mettre en déroute les cambrioleurs qui non seulement essayent de voler ce que vous avez eu du mal à acquérir, mais qui violent aussi votre intimité. Ne jouons pas avec la chance et faisons en sorte que tout un chacun puisse lutter contre ce fléau de l’insécurité.

Source : contribution externe

Vers un rebond de l’immobilier d’entreprise dans le Sud-Est de la Seine-Saint-Denis, notamment à Noisy-le-Grand

Avec la pandémie de la Covid-19 et l’explosion du télétravail résultant, il était à craindre que l’immobilier d’entreprise allait souffrir pour de longues années, le télétravail ayant montré que de nombreuses entreprises pouvaient compter sur leurs employés chez eux. Mais alors que la France est quasiment entièrement déconfinée, on remarque que de nombreuses sociétés incitent leurs salariés à revenir progressivement dans les locaux, en mixant présence sur site et télétravail.

En Seine-Saint-Denis, de nombreux pôles tertiaires notamment sur le secteur de Saint-Denis, Montreuil et Noisy-le-Grand. Outre la zone industrielle des Richardets, la ville dispose également d’un centre-ville dynamique, loin des tumultes de la capitale et à deux pas des verts pâturages que l’on peut trouver dans le département de la Seine-et-Marne. Sans oublier que la Marne est ses bords aménagés vous permettront de profiter du footing pendant votre pause, ou tout simplement vous reposer l’esprit en admirant un espace sauvage en plein milieu d’un tissu urbain.

Il existe de nombreuses agences mais aussi des professionnels indépendants pour trouver votre futur bureau en location à Noisy Le Grand. Desservie par le RER A et le RER E, traversée par l’autoroute A4 et la RN 370 (qui permet de rejoindre la zone de l’aéroport Roissy Charles de Gaulle), cette ville est idéale pour les entreprises qui souhaitent proposer à leurs salariés des locaux dont les prix restent relativement accessibles comparés à ce que l’on peut trouver sur le secteur de La Défense, Paris Montparnasse ou même Montreuil. Idéalement située en direction d’un autre poumon économique, Marne-la-Vallée, Noisy-le-Grand dispose de nombreux avantages indéniables dans un département où de nombreuses aides permettre aux jeunes entrepreneurs de s’implanter.

Est-ce un retour du boom de la location de bureaux d’entreprise ? S’il est un peu trop tôt pour se prononcer, il est notable que de nombreux salariés souhaitent tourner la page définitivement des restrictions sanitaires et retrouver une situation plus convenable pour travailler. Pouvoir parler à des collègues, sortir de ses 4 murs, pouvoir profiter d’un emplacement situé à deux pas du centre-ville pour changer d’air… Les employeurs autant que les salariés aspirent à retrouver une situation normale, c’est à dire avant la terrible déclaration du président Emmanuel Macron annonçant un confinement en mars 2020.

Outre la possibilité de se sociabiliser et de rompre avec la monotonie, la location de bureau permet également aux actifs de bénéficier d’une logistique de qualité professionnelle, d’un service d’impression haut niveau et parfois d’un service de secrétariat pour tout ce qui est envoi de courrier, voire de prise de rendez-vous.

Et vous concernant, êtes vous prêt à abandonner le télétravail, à rependre les transports et à retrouver votre vie d’avant ? Que vous travailliez à Aulnay-sous-Bois, Bondy, Drancy, Saint-Denis ou à Noisy-le-Grand, la reprise des habitudes peut vous permettre de vous motiver davantage dans un monde où tout est informatisé, automatisé et où les réseaux sociaux prennent le dessus, notamment chez les plus jeunes. Et si vous êtes entrepreneur et que vous souhaitez étendre vos activités en recrutant du personnel, la location de bureau à Noisy-le-Grand ou ailleurs dans le département de la Seine-Saint-Denis vous permettra de mieux maîtriser vos dépenses et vérifier la productivité de votre personnel.

Source : contribution externe

Sylvie Billard : le racialisme est une menace pour la paix civile (2/2)

Cher.e.s Aulnaysien.ne.s,

Face aux racialistes qui jugent coupables les seuls Occidentaux pourtant les seuls à avoir d’eux-mêmes aboli l’esclavage et à s’en repentir et qui épargnent les Arabo-musulmans et les Africains tout aussi responsables sans n’avoir jamais reconnu officiellement leur responsabilité, affirmons – en citant un de mes commentateurs – que « toute solidarité qui ne s’applique pas au genre humain dans son ensemble porte en germe la haine de l’autre ».

Alors, plutôt qu’aux racialistes haineux, donnons la parole* à des Africains courageux et responsables (*extraite du journal Jeune Afrique) :

« Nous, Africains, devons aussi assumer notre responsabilité dans l’esclavage1 »

« (…) Les interventions de Romuald Hazoumé, quant à elles, ne vont pas forcément dans le sens auquel on pourrait s’attendre, celui d’une attaque en règle des Occidentaux. « Moi mon rôle en tant qu’artiste africain, c’est de dire aux miens, ‘nous, Africains, devons aussi assumer notre responsabilité dans l’esclavage !’ S’il n’y avait pas eu de vendeur, il n’y aurait pas eu d’acheteur. Comme les Occidentaux, des Africains ont aussi profité de ce trafic ! Et il est important de parler de ce qui se passe aujourd’hui, de parler de ces enfants que l’on « place » dans d’autres familles, qui font le ménage, la vaisselle, qu’on ne met pas à l’école… Nous devons nous regarder d’abord avant de regarder les autres. »

(…) Un autre invité, Gildas Bi Kakou, historien ivoirien qui a consacré sa thèse de doctorat à la traite négrière ivoirienne au XVIIIe siècle, intervient dans les collections. (…) Il décrit par exemple les opérations guerrières ‘nolo’ (rapt d’un individu isolé) ou ‘mvrakila’ (tenant du raid, de la razzia) au Congo pour fournir des esclaves aux négriers. Il évoque aussi le royaume Ashanti (1701-1874) à qui était livré chaque année un tribut de 2 000 esclaves.

‘La responsabilité africaine dans l’esclavage est encore taboue, reconnaît celui qui s’est intéressé au sujet en découvrant que certains de ses lointains aînés avaient été propriétaires d’esclaves. Que l’on soit descendant de parents réduits à la servilité ou de personnes possédant des esclaves, c’est encore très compliqué et honteux d’en parler.’

L’historien prometteur (il est lauréat du prix du Comité national pour la mémoire et l’Histoire de l’esclavage 2019) poursuit actuellement son travail à Nantes, les universités ivoiriennes ne semblant pas pressées de s’attaquer sérieusement au sujet. ‘Il y a aussi des enjeux financiers dans la reconnaissance d’une participation africaine, remarque Krystel Gualdé. Si les États reconnaissaient cette participation, la question des réparations serait évidemment brouillée’. »

Pour ma part, au-delà d’un ressassement haineux du passé, j’appelle chacun.e à assumer et à dépasser son Histoire, afin de construire pour tou.te.s un avenir de Liberté, d’Égalité et de Fraternité.

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te.s les aulnaysien.ne.s

Votre.elue.citoyenne@gmail.com

Sylvie Billard : Le racialisme est une menace pour la paix civile (1/2)

Cher.e.s Aulnaysien.ne.s,

À l’occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions du 10 mai, mon texte d’hommage aux victimes passées et actuelles a été qualifié de « révisionniste » ! L’utilisation de ce terme – réservé habituellement à l’encontre de l’extrême droite antisémite niant l’existence de la Shoah- est plus que problématique. Outre le fait que je ne suis ni d’extrême droite, ni antisémite, loin de nier les faits historiques, je les expose, car au-delà des ressassements haineux du passé, j’appelle chacun.e à assumer et à dépasser son Histoire, afin de construire pour tou.te.s un avenir de Liberté, d’Égalité et de Fraternité. Je vous laisse découvrir ces échanges et juger par vous-même ce qui est bon ou pas pour notre ville et notre pays.

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te.s les aulnaysien.ne.s

Votre.elue.citoyenne@gmail.com

Mon texte :

« Écoutons avec respect les descendants des 42 millions de personnes réduites en esclavage en 13 siècles par les traites atlantique, arabo-musulmane et intra-africaine. Ne cédons rien aux racialistes qui jugent coupables les seuls Occidentaux pourtant les seuls à avoir d’eux-mêmes aboli l’esclavage et à s’en repentir et qui épargnent les Arabo-musulmans et les Africains tout aussi responsables sans avoir jamais reconnu officiellement leur responsabilité. Ne jugeons pas les descendants occidentaux, arabo-musulmans et africains des acteurs de ces traites, car ils ne sont pas responsables des crimes de leurs aïeux.

Fort.e.s d’un passé connu, officiellement reconnu et assumé, écoutons respectueusement les souffrances endurées et luttons contre la réduction actuelle en esclavage de 40 millions de personnes. »

Le commentaire de Laurent Comparot, socialiste aulnaysien :

« Un billet scandaleux qui sous prétexte de rendre hommage aux victimes de l’esclavage et de la traite met en accusation les autres formes historiques d’esclavagisme. Madame Billard s’inscrit bien dans cette ligne révisionniste qui relativise l’esclavagisme européen. Elle évoque le racialisme comme d’autres évoquent l’indigénisme pour qualifier la pensée antiraciste décoloniale.
Il est fort heureux que madame Billard ne soit plus membre du groupe d’élus issus du mouvement Aulnay en Commun dont elle a trahi les principes et les idées. »

Ma réponse à Laurent Comparot :

Encore heureux que je rende hommage à toutes les victimes passées et actuelles (40 millions) de l’esclavage et de toutes les formes de traites ! Pas vous ?

Et en quoi évoquer les travaux d’historiens sur les formes de traites constitue-t-il un « révisionnisme » et un « relativisme » ? Si je saisie bien votre raisonnement pour ne pas relativiser la traite atlantique, il faut

relativiser les traites arabo musulmane et intra africaine. Et pour ne pas relativiser la traite négrière, il faut relativiser la traite « blanchière ». Si je saisie bien votre raisonnement :

– une traite est plus tolérable qu’une autre en fonction de la couleur de peau et de la religion des auteurs et des victimes,

– la souffrance des uns est davantage digne de respect que celle des autres en fonction de la couleur de peau et la religion des victimes.

N’est-ce pas vous qui « revisionnez » et relativisez ? Il semblerait que vous n’acceptiez l’histoire que lorsqu’elle vous permet de racialiser en rond. Moi je reprends fièrement la défense de l’universalisme de nos valeurs -que vous avez manifestement perdu de vue – en affirmant comme l’un de mes commentateurs que « toute solidarité qui ne s’applique pas au genre humain dans son ensemble porte en germe la haine de l’autre ».

Enfin, pourriez-vous expliquer en quoi consiste ma trahison aux principes et idées d’AEC à partir d’éléments factuels ? Encore une accusation que vous aurez du mal à étayer.

Pour des forces de l’ordre instituées « pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux à qui elle est confiée » ou de nos gouvernants

Non à l’agression inadmissible des forces de l’ordre et plus encore à leur assassinat abject. Oui à leur soutien, mais pas à n’importe quelle condition. Non au contrôle des civils à la plage (ici à La Grande-Motte) ou à la terrasse d’un café par des forces de l’ordre armées de fusils d’assaut. Quelle honte !

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te.s les Aulnaysien.ne.s

Votre.elue.citoyenne@gmail.com

Noisy-le-sec : question signalisation, on a de l’humour

Les faits se sont produits en cette fin de semaine. A Noisy-le-sec,  on a le sens de l’humour au point de pouvoir figurer dans le meilleur bêtisier de l’année. 

Est-ce un défaut d’arrêté de l’autorité administrative ou bien un manque de volonté à le faire respecter par l’entreprise, nul ne le sait. Une voiture immatriculée en Espagne empiétait sur la zone de chantier. 

Quoi qu’il est soit, la société en charge de cette réfection de marquage au sol pour ce passage piétons  situé face au 76 rue Carnot à Noisy-le-sec (Seine-Saint-Denis) ne s’est pas posée plus de problème que cela et s’est adaptée à la situation en emputant une partie du marquage.

Le résultat, aussi humoristique soit-il, n’en témoigne pas moins d’une certaine incompétence.  Cela pourrait être plaisant si tout cela n’était pas financé avec de l’argent public.

A.O.F.

Sylvie billard, mes petites brèves de mai (6/10) 17 mai : Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie

Crimes ou délits « anti-LGBT en Métropole : après une hausse de 33 % en 2018 » et de 36 % en 2019, 2020 a connu une baisse de 15 % qui s’explique par les deux confinements.

Chacun.e doit pouvoir vivre ses orientations sexuelles

en toute liberté et sécurité.

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te.s les Aulnaysien.ne.s

Votre.elue.citoyenne@gmail.com

 

Sylvie Billard, mes petites brèves de mai (5/10) 10 mai : Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions

Écoutons avec respect les descendants des 42 millions de personnes réduites en esclavage en 13 siècles par les traites atlantique, arabo-musulmane et intra-africaine. Ne cédons rien aux racialistes qui jugent coupables les seuls Occidentaux pourtant les seuls à avoir d’eux-mêmes aboli l’esclavage et à s’en repentir et qui épargnent les Arabo-musulmans et les Africains tout aussi responsables sans avoir jamais reconnu officiellement leur responsabilité. Ne jugeons pas les descendants occidentaux, arabo-musulmans et africains des acteurs de ces traites, car ils ne sont pas responsables des crimes de leurs aïeux.

Fort.e.s d’un passé connu, officiellement reconnu et assumé, écoutons respectueusement les souffrances endurées et luttons contre la réduction actuelle en esclavage de 40 millions de personnes.

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te.s les Aulnaysien.ne.s

Votre.elue.citoyenne@gmail.com

Sylvie Billard, mes petites brèves de mai (4/10) 9 mai : Journée de l’Europe

Personne n’en a parlé ! Il y a pourtant tant de choses à dire sur l’Europe dont les orientations échappent aux peuples européens. Depuis le viol de la démocratie de 2005 commis par tous les partis dits de gouvernement – depuis 16 ans ! – plus aucun Européen n’a été associé par référendum aux processus décisionnels et les consultations ont été rarement suivies d’effet. Par ailleurs, l’euro a entraîné une perte de pouvoir d’achat pour de nombreux peuple dont le français.

Je dis non à son orientation ultra libérale. Je dis oui à plus de démocratie.

Il serait dommage de devoir sortir de l’Europe pour y parvenir.

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te.s les Aulnaysien.ne.s

Votre.elue.citoyenne@gmail.com

Sylvie Billard, mes petites brèves de mai (3/10) 9 mai : Manifestation écologique

C’est un combat légitime, ainsi que celui de l’amélioration de la qualité de l’air qui engendre environ 6 600 décès prématurés par an sur le territoire métropolitain.

Mais je dis non à l’écologie punitive qui maltraite les classes populaires !

Lors du Conseil municipal du 7 avril dernier, j’ai donc voté contre le vœu de moratoire relatif à la zone à faibles émissions (ZFE) de la Métropole du Grand Paris compte tenu de ses conséquences pour les Aulnaysiens (Délibération n° 69), car plus qu’un moratoire nous avons besoin de dénoncer les décisions irresponsables prises sans étude d’impacts dignes de ce nom et de demander un plan d’accompagnement concret des populations les plus impactées économiquement et socialement, coconstruit avec elles.

Le 8 octobre 2018, l’État et 15 métropoles, dont celle du Grand Paris, se sont engagés à développer d’ici fin 2020 des ZFE. « Son principe : encourager la circulation des véhicules les plus propres. Pour circuler dans une ZFE, la vignette Crit’Air doit être apposée au parebrise. Elle permet de distinguer les véhicules en fonction de leur niveau d’émissions de polluants atmosphériques. Les plus polluants et les “non classés” ne pourront pas rouler dans la ZFE sur certaines plages horaires. La mise en place de la ZFE s’accompagne de dispositifs d’aides au renouvellement des véhicules qui cumulés peuvent aller jusqu’à 19 000 euros pour l’achat d’un véhicule propre neuf, et jusqu’à 12 000 euros pour l’achat d’un véhicule propre d’occasion».

Notre ZFE – qui rassemble 79 communes de la Métropole soit 5,61 millions d’habitants – aboutira à une interdiction progressive de circuler en semaine et en journée à l’intérieur du périmètre défini par l’A86 à compter de :

  • juin 2021, pour les véhicules badgés Crit’Air 4,
  • juillet 2022, pour les Crit’Air 3,
  • 2024, pour les Crit’Air 2,

=>  2030 : objectif de 100 % de véhicules propres.

Or, à Aulnay 24 980 véhicules particuliers sont classés Crit’Air 2, 3, 4, 5 soit 78 % du parc. La moitié des 15 à 64 ans (54 676 personnes) sera privée de véhicule, alors que l’on sait que l’accès à l’emploi dépend pour partie de la possibilité de se déplacer qui est déjà inférieure à Aulnay-sous-Bois au taux régional.

Comme l’écrivain Édouard Louis l’explique, «  la politique c’est la mort  » pour les classes populaires. Exemple : 5 € d’APL en moins pour les classes dites supérieures non concernées cela ne représente rien. Mais pour les classes populaires, cela représente plusieurs repas en moins pour des personnes qui ont déjà des difficultés à s’alimenter correctement.

Cette décision de ZFE – prise dans le cadre d’un calendrier de mise en œuvre irréaliste par des gens pour qui cela ne représente pas grand-chose et sans véritable étude d’impacts – est irresponsable dans le contexte de pauvreté de la Seine Saint-Denis décuplée par la crise sanitaire qui l’année dernière a fait craindre des émeutes de la faim.

Plus qu’un moratoire – certes nécessaire – demandons à Denis CAHENZLI – notre représentant à la MGP – de définir d’urgence un dispositif opérationnel et renforcé d’accompagnement des populations les plus impactées économiquement et socialement, coconstruit avec elles.

Sylvie Billard

L’élue citoyenne de tou.te.s les Aulnaysien.ne.s

Votre.elue.citoyenne@gmail.com

%d blogueurs aiment cette page :