Publicités

Archives de Catégorie: A vous la parole

A l’occasion de la semaine européenne du code « #CodeWeek Européenne 05-20 octobre 2019 », des élèves du Collège Gérard Philipe représentent Aulnay-sous-Bois à l’échelle Européenne

A l’image de l’initiative européenne « CodeWeek 2018 » où 2,7 millions de personnes ont participé à la semaine européenne du code, les élèves, de 5èmeE et de 4èmeI du collège Gérard Philipe, accompagnés de parents d’élèves, se sont associés à cet événement européen et international (70 pays y participent) qui vise à apprendre le code technologique, la programmation et l’alphabétisation numérique à tous de manière amusante et attrayante.

Ces jeunes Aulanysiennes et Aulnaysiens, accompagnés de parents d’élèves, et encadrés par Mr Mustapha REZZAKI, enseignant de sciences physiques et chimiques, chargé de mission  « Citoyenneté » ; « Orientation et forum des métiers » avec la participation de Najat KERARSI-ZIANE, enseignante de SVT, de Salim-Habib ZEGGAI, enseignant de Technologie, de  Mr Lahouari ELKOURADI, enseignant d’Arts Plastiques, ont relevé le défi en représentant la ville d’Aulnay-sous-Bois, le département de la Seine-Saint-Denis (93), l’académie de Créteil et la région Ile-de-France lors de cet événement en collaboration avec SIMPLON.CO Aulnay. Ils se sont déplacés dans les locaux de la fondation KEYRUS à Levallois-Perret, hier mardi 15 octobre, ils ont participé aux ateliers proposés par les formateurs de SIMPLON.CO, les collaborateurs et les ingénieurs de cette fondation pour les initier au codage et à la culture numérique de manière ludique et engageante.

La participation de nos élèves et leurs parents à cet événement « Code Week UE 2019 » est encouragée par le ministère de l’éducation nationale, le Recteur de l’Académie de Créteil et Chancelier des universités, Monsieur Daniel AUVERLOT, le DAASEN de notre bassin, Monsieur Grégory PREMON, le corps des Inspecteurs Généraux et Inspecteurs pédagogiques régionaux, IG et IA-IPR de sciences physiques et chimiques, la Principale du collège, Madame MILVILLE et son Adjoint, Monsieur BENHADRIA. Elle est également l’occasion de rappeler l’importance d’une éducation créative, critique et responsable au numérique car apprendre à coder, c’est comprendre comment le monde fonctionne, mais aussi devenir des citoyens responsables, critiques et acteurs de nos usages numériques !

Dans le même cadre de cette initiative citoyenne européenne, les élèves de 6èmeH ont participé aussi mardi dernier, le 08 octobre,  à une autre action « Cap sur le Code », en partenariat avec Innov’Avenir. Ils ont bénéficié d’une journée d’initiation  à la culture numérique, à l’usage des outils informatiques et au codage technologique au sein des locaux de l’Institut CapGemini à Issy-les-Moulineaux. Les élèves ont été répartis en binôme mixte Fille-Garçon, sous le contrôle et l’encadrement des ingénieures et ingénieurs de cet institut. Cela afin de promouvoir l’égalité Filles-Garçons dans le domaine des sciences et des technologies.

L’implication des parents d’élèves dans cet événement européen, voire international, est une occasion de leur offrir l’opportunité de faire leurs premiers pas en tant que créateurs de contenu numérique, de développer gratuitement du matériel pédagogique et de nouvelles compétences professionnelles, de profiter de la possibilité d’échanger et d’apprendre la programmation. Cela les aide également à comprendre le monde en mutation rapide qui nous entoure ainsi que le fonctionnement de la technologie.

Les élèves ont obtenu des « diplômes d’initiation au code »,  « Certificate of Completion » et « Certificats de participation au EU WeekCode 2019 ». Ils sont contents et nous sommes fiers d’eux.

Nos actions pédagogiques, éducatives et citoyennes ont pour but d’aider nos jeunes à développer des compétences, des capacités et des aptitudes afin d’étudier de nouvelles idées et d’innover. Cela permettra à ces futurs citoyens de demain de relever des défis au niveau local, départemental, régional, national et international.

Grand merci aux partenaires privilégiés de notre collège depuis plusieurs années, SIMPLON.CO Aulnay et Innov’Avenir, aux parents d’élèves pour leur étroite collaboration dans la formation des élèves. Merci à la Fondation KEYRUS et à l’Institut CAPGEMINI pour l’accueil et la disponibilité de leurs ingénieurs.  

Source : Coordinateur inter-cycle (École-Collège ; Collège-Lycée) Collège Gérard Philipe

Publicités

Quelques informations intéressantes sur le Photo Image Club Aulnaysien

Quelques infos/ Le club se réunit régulièrement le vendredi soir afin de visionner, de partager,  de sélectionner ses photos pour les divers concours régionaux, nationaux, voire même internationaux….. Ces séances sont programmées par l’envoi d’un Picanews adressé chaque mois aux adhérents. Parmi les thèmes annuels retenus par les adhérents , ceux des mois d’octobre: les animaux et l’eau + feu et  fumées et de novembre : les mains +  graphisme/abstraction

De plus les adhérents qui le souhaitent ou disponibles se retrouvent également le mardi après midi pour échanger, pour s’initier ou se  perfectionner sur les divers logiciels de retouche des photos : ACDSee, lightroom, photoshop

Suite au prochain numéro…

Aujourd’hui des photos d’Alain HERVIER , ancien Président du PICA, adhérent et spécialiste du studio, assurant aux adhérents une formation à cette technique si intéressante.

Source : Christian P.

« Les belles en belle »

Associer les belles femmes et une voiture de collection américaine , voilà la recette !!!

Le cliché pin up est bien ancré dans notre esprit US et avec la Mustang c’est tout trouvé.

Un bon moment de partage avec les modèles( amateurs) et mon équipe de fidèles assistants.

Le PICA nous rassemble pour créer des nouveaux thèmes dans un moment de partage.

Merci à Angélique , Jackie et Elodie

Mustang cabriolet 1965 V8

 Alain HERVIER

Comment dénicher de bonnes affaires immobilières en Seine-Saint-Denis ?

Arrosé par la Seine et la Marne, le département de Seine-Saint-Denis compte 1,654 million d’habitants regroupés dans 236 km2. La présence de nombreux commerces et un aménagement urbain bien pensé en font un lieu de vie de choix.

Si vous recherchez une bonne affaire immobilière dans ce secteur, vous êtes sur la bonne voie. La commune offre de belles opportunités dans ce domaine. Des anciennes bâtisses aux bâtiments industriels pouvant être rénovés, la Seine-Saint-Denis n’a pas fini de vous surprendre.

Faire des recherches préalables

Vous avez déjà jeté votre dévolu sur cette zone géographique. Il est temps d’en savoir plus sur les modalités d’achat. Quel est le prix moyen au mètre carré ? Existe-t-il des mesures incitatives à l’achat dont vous pouvez bénéficier ? Quels sont les quartiers à fort potentiel ?

Pour obtenir ces informations cruciales, consultez les annonces postées par différentes agences immobilières. Un rapide tour sur la toile vous permettra de constater qu’il existe de nombreux sites ecommerce spécialistes du domaine.

Faites vos devoirs. Vous ne voudriez pas payer plus que nécessaire.

Ne pas avoir peur de faire des gros travaux

Après analyse du bien par un cabinet, le résultat est sans appel : les dégâts n’ont pas affecté la structure de la maison. Seules les finitions sont à reprendre.

Dans ce cas de figure, vous devrez consacrer du temps à remettre l’habitacle au goût du jour mais ces efforts se traduiront par des milliers d’euros d’économie. Ne signez rien avant d’avoir vérifié vos possibilités avec le service d’urbanisme.

Ce n’est qu’une fois cette étape passée que vous pourrez engager entreprise de BTP, architecte et décorateur d’intérieur.

Acheter un local commercial

Bien situés et souvent moins cher que leurs homologues d’habitation, les locaux commerciaux restent une bonne carte à jouer.

Vous pouvez les conserver tels quels et les mettre en location. Grâce à la longue durée de leurs baux (entre 3 et 9 ans) et leurs faible coûts d’investissement, les premiers bénéfices ne tarderont pas à être enregistrés.

Ou alors, vous pouvez transformer cet espace mercantile en un chaleureux foyer. Condition sine qua none : la mairie doit permettre ce changement de statut. Et, comme dans le cas de figure précédent, de gros travaux sont à prévoir.

Miser sur un quartier en voie de développement

Aujourd’hui, les nombreux chantiers en cours dans cette commune ne prêtent pas au songe féerique… Mais tout investisseur expérimenté le sait : dénicher un bon plan immobilier nécessite de se projeter dans le futur.

D’ici quelques années, ce sol plat, terrassé et couvert de gravas sera une splendide avenue bordée d’arbres verdoyants. Cet immense no man’s land sera un parc aménagé où enfants et animaux pourront venir se dégourdir jambes et pattes.

Aujourd’hui, les terrains s’y vendent à des prix extrêmement bas. Mais pensez-vous que ce sera encore le cas une fois que la zone sera bien aménagée ? Saisissez votre chance, vous ne le regretterez pas.

Source : contribution externe

Moi, DANIEL, petit vieux d’Aulnay-sous-Bois Partie 2/2

Par contre, l’autre fois elle m’a emmené au marché, celui que je connais depuis tout petit avec mon papa et ma maman, toute mon enfance où on se bousculait beaucoup tant il y avait du monde , eh bien je vais vous dire, j’ai même pas reconnu , c’est plus comme avant, y vendent maintenant plein de cochonneries, des trucs en plastique, plein d’habits…Ça m’a pas plus. Ils ont même dit dans le journal de ma ville que c’était le plus beau marché de toute la Seine et Oise, non, je crois que cela ne s’appelle plus pareil, l’ile de France qu’ils disent c’est plus beau, le nom, l’île de la France mais sur une île il faut savoir surnager lorsqu’il y a des remous .

Puis, à un moment on a vu des gens qui faisaient comme une parade tant ils étaient nombreux et qui donnaient des papiers partout et Huguette a reconnu son Bruno et  même moi car je l’avais jamais vu, mais seulement en photo sur le journal de ma ville, et à la télé, je vous le dirai . Je l’ai bien reconnu  mais lui il ne m’a pas reconnu,  pourtant 85 ans à Aulnay sous bois, chez moi, mais c’est vrai qu’il ne peut pas connaître tout le monde, juste ses amis car  il est pas là depuis longtemps.

Alors lui, il ne donnait pas de papiers, il semblait super content avec les gens et les gens aussi, ils se poussaient  même pour qu’il les embrasse, il leur tapait dans le dos et je ne vous dirai pas, il a même embrassé ma femme, sais pas pourquoi parce qu’elle est quand même ridée la pauvre, je vous dis pas qu’est-ce qu’elle était heureuse, c’est drôle , il ne lui en faut pas beaucoup, quand je la bise, elle n’est pas aussi contente . Il m’aurait même embrassé et pourtant on  se connait pas, heureusement que je lui ai juste tendu ma main, sinon….   Mais alors c’est peut être pour ça qu’il ne m’a pas envoyé sa lettre ?

Je vous dirais aussi que je n’ai même plus de charrette, enfin de voiture comme on dit, j’ai vendu ma 4 CV renault, ça c’était de la voiture , des fois on poussait jusqu’à la porte de la Chapelle pour  rentrer dans Paris mais paraît qu’il faut une autorisation pour y rentrer peut être que c’est que pour les riches. Maintenant il y a plein de campings, ils l’ont montré à la télé , c’est certainement pour les touristes , c’est pratique pour eux quand ils arrivent de l’aérodrome de Roissy, et puis comme ça ils sont directement sur la route pour aller se promener dans Paris. Maintenant j’y vais plus, c’est trop dangereux.

Tiens par exemple dans ma rue de ma ville depuis toujours, avant on comptait les voitures qui passaient par marques, 4 Renault, 2 Citroen….plus possible aujourd’hui c’est trop plein de voitures, et je les reconnais même pas, y disent qu’avec le marché commun, on fait des affaires pour acheter chez des étrangers, moi je sais pas mais l’autre fois, avec Huguette, on a acheté un tourne disques pas français, l’autre ne marchait qu’avec le 110 Volts, ils préviennent même pas quand ils changent, y a coûté 820 francs, c’est cher avec nos retraites et pourtant ils ont dit qu’il n’y aurait plus de la taxe d’habitation.

Pourtant avec Huguette, on vient de la recevoir et elle a encore augmenté, bizarre quand même, ils disent qu’il faut payer pour les autres, moi je sais pas  mais j’avais déjà payé pour les autres quand j’étais jeune, comprends pas . Oui le tourne disques , on voulait ré écouter André Claveau , Tino Rossi, ça c’était des chansons, maintenant on comprend plus rien.

Et puis dans ma rue de ma ville, ça sent même mauvais et ça fait du bruit, il a même fallu mettre deux fenêtres, du double vitrage comme ils disent mais ça coûte cher  car on ne s’entendait plus avec Huguette mais  des fois c’était mon sonotone qui était mal réglé.  Que je vous dise, des fois, les voitures, elles passent à toute vitesse, même pas le temps de voir la marque et puis des fois elles sont arrêtées au milieu de la route mais longtemps sans bouger, c’est souvent le matin et le soir alors les conducteurs, ils se parlent avec leur  klaxon , ou des fois même il y en a qui sortent de leur voiture certainement pour se parler du beau temps, ça les occupe.

En fait comme je suis souvent chez moi, je regarde la télévision et des fois on parle de ma ville  à la télé, j’ai même déjà vu Monsieur le Maire de ma ville d’Aulnay sous bois, c’est pour ça que je l’ai reconnu au marché mais pas lui, c’est vrai que je ne passe pas à la télé . Mais qu’est-ce qu’il parle bien, il a du faire beaucoup d’études, j’étais drôlement fier mais des fois, c’est mal.

L’autre fois, on disait que quelqu’un avait attaqué les gens du conseil municipal, ils ont du avoir peur, c’est pas bien ou encore qu’un monsieur avait été attaqué par des policiers et que leur bâton pour la circulation s’était égaré à un endroit qu’il ne fallait pas, j’ai pas bien compris . Même que le Président de la république René COTY  non, je crois qu’il est mort, euh, Monsieur Chirac, non pas lui, ah oui, Monsieur Hollande est venu pour voir les policiers, non pas eux, le monsieur qui était à l’hôpital, ça devait être grave. Moi je crois que la télé se trompe de ville car avant il n’y avait pas tout ça   

Vous savez, je pourrais vous en raconter des choses de ma ville d’ Aulnay sous bois, mais cela pourrait être trop long, je le fais à mes petits enfants qui sont grands maintenant comme ça ils pourront le dire mais je crois qu’ils ne veulent pas rester dans ma ville, ils disent que c’est vilain, qu’il n’y pas presque plus de la nature, plus beaucoup d’arbres, qu’il y a plein de nouvelles constructions très hautes où l’on ne voit même plus le ciel et le soleil, qu’il y a plein de voitures partout , ah c’est vrai que maintenant les jeunes y veulent des belles choses, ils sont exigeants par rapport à nous.

Moi avec ma Huguette, je crois qu’on va finir nos jours dans ma ville de toujours, tant pis c’est trop tard maintenant pour partir dans des endroits plus agréables, on aurait du y penser avant mais on savait pas, on verra dans notre nouvelle vie….

Tiens je vais vous mettre des images pour voir, c’était bien.

PS :Toute ressemblance avec  une autre Huguette et un autre Daniel  serait fortuite

Source : contribution externe

Moi, DANIEL, petit vieux d’Aulnay-sous-Bois Partie 1/2

Voilà deux semaines, mes voisins au sud d’Aulnay me demandaient avec une grande fierté dans leur regard, j’ai bien vu, si j’avais reçu une lettre de Monsieur Le Maire d’Aulnay-sous-Bois de ma ville où j’habite depuis toujours, ça fait un bail, depuis bientôt 85 ans, une lettre de deux pages qui était envoyée aux anciens enfin aux vieux comme on disait avant mais maintenant faut plus dire. Je leur répondais avec ma femme Hugette, oui, ma femme c’est Huguette mais elle, elle n’a que 79 ans encore jeune  et moi c’est Daniel, que non à leur grand étonnement, leur demandant quand même s’ils pouvaient me donner une copie pour que je la lise, enfin pour qu’Hugette me la lise car je vois plus très bien. Depuis, mes voisins me regardent d’un air bizarre presque méfiants et sont moins gentils avec moi et ma femme Huguette ? Sais pas pourquoi.

Alors, Huguette m’a lu la lettre, je vous l’ai déjà dit, vous savez je ne me souviens plus bien ce que je dis , et dedans Monsieur le Maire de ma ville disait  à ceux qui l’avaient certainement reçu, mais pas moi,   qu’ils représentaient à la fois la  mémoire et les racines de ma  ville ou bien il disait la place importante qu’ils occupaient dans la vie de la commune, mais pas à moi et il parlait des banquets, des sorties, des promenades, des foyers de vieux …. qu’il offrait. Mais à mon âge, 85 dans un mois, déjà et en plus 85 ans à Aulnay sous bois , je ne peux plus bien me déplacer donc j’y vais plus beaucoup dans tous ces trucs car j’y allais avant. J’ai même connu M.Ballanger, ah ça c’était un grand bonhomme et puis Monsieur Abrioux, qu’est-ce qu’il était gentil, un jour, il m’a même payé l’apéro, oui,  ensemble, mais il ne parlait jamais de politique, pas besoin. Il connaissait tout le monde à Aulnay car c’était une grande famille aulnaysienne de toujours. Il me demandait aussi  des nouvelles de ma femme, de mes enfants, que oui comme il nous aimait. Mais le dernier Maire , Monsieur Ségura je crois, ah mais non, lui  il est déjà parti , le nouveau, ma femme l’appelle Bruno, oui c’est ça, Monsieur Bruno Beschizza, je connais moins, d’ailleurs je l’ai jamais vu lorsque j’allais à l’école Nonneville en CM2 en 19..  me souviens plus,  mais c’est vrai qu’il est beaucoup plus jeune que moi, mais y pouvait pas aller à l’école Nonneville car il est là depuis pas longtemps je crois. En fait c’est Huguette qui me raconte tout car elle  peut encore profiter des bienfaits que Monsieur le Maire offre à tous les anciens mais il paraît qu’il y a aussi un Monsieur qui fait beaucoup de bien aux gens âgés, elle m’a dit mais je me souviens plus très bien.

Car j’ai la mémoire qui flanche , un Monsieur Pa …., non pas lui, Monsieur Pachoud, voilà, elle m’a dit que c’était aussi un ancien d’Aulnay, ma ville, c’est bien qu’un ancien s’occupe des anciens . Huguette me dit tout, je vous l’ai déjà dit  car elle va aussi au repas de NOEL , c’est Monsieur le Maire qui l’offre aussi, ça doit lui coûter cher mais maintenant on m’a dit qu’il y avait des crédits à presque 0% , moi c’était 15 % à mon époque, ils ont de la chance maintenant, ils peuvent dépenser tant qu’ils peuvent, tout s’acheter  facilement. Donc j’y allais avant, je me souviens de Monsieur Solbès, ah lui,  c’était un futé, un malin, c’est même lui qui a fait construire la piscine, j’y allais, c’était bien. Mais je crois qu’elle a été démolie, c’est dommage, on m’a dit qu’elle ne plaisait plus au Maire d’aujourd’hui de ma ville qui voulait  que l’on garde un souvenir de son passage à Aulnay comme Monsieur Solbès. Il paraît qu’elle va être très grande, très jolie mais elle va lui coûter chère, je me demande comment il va faire pour la payer mais avec les crédits sur 20 ans ou 30 ans , il faudra la payer quand il sera parti.

Pour le repas de NOEL , mais que je vous dise sinon je vais oublier, avant il y avait même un cadeau pour les vieux, enfin les anciens, des fois même certains venaient avec leur Mercédès, c’était bien mais maintenant ils l’ont supprimé , y ont peut être eu raison, ils vont maintenant chez les amis d’un monsieur qui faisait rire avant mais il est mort.

Donc Huguette m’a dit qu’elle n’ira peut être plus au repas car elle trouve qu’il y a trop de bruit, plein de lumières partout et des gens bien habillés qui se réunissent sur une estrade pour saluer leurs invités, faire des bises de loin à toute la foule mais moi je ne suis pas certain qu’il y a tous les habitants d’Aulnay, moi j’y étais pas . Alors, les gens bien habillés semblent très joyeux, ils sourient, on voit leurs dents blanches, ils applaudissent, un beau spectacle qu’elle m’a dit et les spectateurs y applaudissent aussi beaucoup surtout quand Bruno, c’est Huguette qui l’appelle ainsi, a beaucoup parlé et dit qu’il aime beaucoup les Aulnaysiens, qu’est-ce qu’ils sont contents, enfin pas sûr car à moi, il n’a pas écrit mais je me demande comment y fait pour tous les aimer et puis il y a la Marseillaise et là il faut se lever, fatiguant qu’elle me dit.

Et pourtant elle aimait bien car Monsieur Bruno, comme elle dit, avec certainement des amis à lui qui l’entourent toujours, peut être pour pas qu’il s’ennuie, viennent à toutes les tables pour dire bonjour, ils sont drôlement polis, ils embrassent tout le monde et  ils vous demandent si ça va bien. Et puis Huguette va aussi dans les foyers avec les personnes comme elle, elle fait de la cuisine, de la peinture… qu’est-ce que c’est chouette  et elle en ramène des fois. Moi j’irais bien jouer aux cartes mais j’ai trop de mal à reconnaître le roi, la reine et ses valets.

Source : contribution externe

Quelques compléments à la lettre « Parole d’expert » du 2 octobre concernant le parking Abrioux à Aunay-sous-Bois

Sur l’ensemble du territoire d’Aulnay, il n’y a pas besoin de descendre de 2 niveaux de parking pour rencontrer la nappe phréatique, ce constat est fait depuis plusieurs dizaines d’années par tous les services compétents sur la commune et sur le département.

Aller pomper dans les sous-sols dans l’espoir d’assécher des niveaux inférieurs construits en sous-estimation des réalités géologiques constitue une erreur, mais en négligeant ces réalités, cela constitue une double faute.

La première faute est bien connue, c’est l’inondation assurée en cas de fortes précipitations.

La deuxième faute, c’est qu’il faut prendre en compte que le fait de pomper l’eau de la nappe phréatique, entraîne aussi l’évacuation de gypse dissous dans la nappe saturée. La nappe se renouvelant sans cesse, d’autres poches de gypse se dissolvent dans une eau non saturée. Il apparaît alors des excavations de terrains, plus ou moins proches du point de pompage. Plusieurs cas ont été constatés sur Aulnay ou dans les communes avoisinantes au cours des dernières décennies.

Rappel : ce problème de pompage, avec les conséquences sur la dissolution des poches de gypse a été soulevé et condamné lors de la construction de la Grande Nef, place de la gare à Aulnay. Il y a également dans ces sous-sols un pompage permanent, donc d’évacuation de gypse dissous.

L’immeuble situé à l’angle des rues Aristide Briand et Jules Princet et récemment livré comporte également 2 niveaux de parking en sous-sols. La différence avec le parking Abrioux, c’est qu’il est construit dans un espace cuvelé, donc étanche à toute infiltration. Il n’est est pas moins dangereux, car en cas de fortes précipitations et de débordements sur la chaussée comme cela a été maintes fois constaté dans ce secteur, l’inondation arrivera tel un entonnoir par l’entrée du parking.

D’autres constructions en cours ou en projets doivent faire preuve d’une étude toute particulière dans le cas de constructions en sous-sol. En règle générale, il est prudent d’éviter d’enfoncer tout type de construction au sein de la nappe phréatique. Ces recommandations ne sont pas nouvelles, elles sont apparues sur le territoire aulnaysien dès les premiers constats d’inondations dans les années 1970 par l’association des aulnaysiens victimes des dégâts des eaux.

Source : Alain Orlandi

Consultation : Quel est votre supermarché préféré à Aulnay-sous-Bois ?

Il existe un grand nombre de supermarchés dans la ville d’Aulnay-sous-Bois  qui peuvent se distinguer par rapport aux produits proposés, à la qualité de présentation ou aux prix. 

Ces supermarchés peuvent également se distinguer par rapport au sens de l’accueil des employés ou au service après-vente. Loin des gros hypermarchés comme O’Parinor ou Beau Sevran, ces petites structures proposent avant toute de l’alimentaire, des produits ménagers et quelques accessoires de première nécessité. On peut aussi trouver de l’électroménager et même de l’outillage en fonction des arrivages.

Et vous, quel est le supermarché ou moyennes surfaces chez qui vous préférez vous ravitailler ? Nous vous laissons mettre votre avis via cette consultation en ligne jusque fin octobre.

Vous pouvez même ajouter votre magasin si nous avons omit de le mentionner.  Bon vote !

Comment poser une charpente industrielle ?

Dans le domaine de la construction, les maisons sont souvent érigées avec des matériaux préétablis et assemblées pour créer un bâtiment solide et durable. Parmi les matériaux les plus appréciés, la charpente industrielle fait l’unanimité. La construction des maisons contemporaines, ou en l’occurrence le montage se font sur la base de ces charpentes. Lors de la construction de leurs habitations, certains propriétaires de terre préfèrent monter eux-mêmes certaines parties de leurs maisons. Bien que l’assemblage et le montage des charpentes industrielles restent accessibles à tous, vous devez lire et suivre les consignes fournies avec les matériaux.

La préparation des matériels et des matériaux

Une fois que les pièces de la charpente industrielle sont achetées, vous devez trouver un espace pour le stockage. Comme le bois représente une grande partie des matériaux de construction, gardez et stockez le tout dans un espace large, sec et désinfecté. Même si le bois des charpentes subit de nombreux traitements chimiques pour renforcer leurs solidités et leurs durabilités, la prise de précautions reste une décision judicieuse.

Comme vous souhaitez poser vous-même votre charpente, préparez les outils nécessaires plusieurs jours ou semaines avant le début des travaux. Faites l’achat des outils dont vous ne disposez pas encore. Vous aurez besoin d’une boîte à outils complète, de divers matériaux comme les clous ou les vis et enfin vous aurez besoin d’une grue pour monter les fermettes.

Le montage et l’assemblage des fermettes

Tout d’abord, apportez les fermettes en haut du bâtiment par le biais de la grue. Prenez les mesures de chaque pièce de la charpente, des murs et des espacements à suivre, puis tracez des marquages sur chaque fermette et sur les murs. Vous devrez également scier de nombreuses pièces de bois pour servir de fixation si les travaux durent plus d’une journée.

Commencez par installer la première fermette, en prenant soin de suivre les marquages que vous avez tracés précédemment et en fixant les surfaces en contact avec le mur par des équerres et des goujons. Continuez ensuite avec la deuxième fermette, en suivant le même procédé. Afin de maintenir droit et en place chaque fermette, clouez un morceau de bois de la même longueur que l’espacement entre chaque fermette. Continuez ainsi jusqu’à ce que vous atteigniez le rebord de la structure avec la dernière fermette.

La fixation et le renforcement de l’ensemble

À cette étape de la construction, les fermettes devront pouvoir tenir, mais elles restent encore relativement fragiles. Vous devez maintenant passer à la fixation. Pour cela, vous devez placer les filants, ce sont des pièces de renforcement à placer sur toute la longueur de la charpente et sur des points précis qui seront indiqués sur le guide de montage.

Une autre pièce de renforcement : les contreventements sont à placer en diagonale et relieront les quatre côtés de la charpente. Ces renforcements devront être fixés sur chaque surface sur laquelle ils se posent, que ce soit la surface d’une fermette, d’un mur ou d’un autre renforcement. Gardez en tête que chaque pièce livrée lors de l’achat de la charpente industrielle possède sa place sur l’ensemble. Ainsi vous devrez suivre les indications et les schémas d’explications affichés sur le guide de montage, la pérennité de votre habitation en dépend.

Source : contribution externe

UNE LETTRE aux ANCIENS AULNAYSIENS !

Lettre à Monsieur Le Maire

Ca, on ne me l’avait jamais fait, ça, on ne  nous l’avait jamais fait… même en passant par tous les Maires de tendances diversifiées, connus personnellement ou pour beaucoup d’entre nous lors des mandatures de F. Herbaut , R.Courtat, M.Cadeau, L.Solbès, R .Ballanger, P.Thomas, JC. Abrioux, G.Gaudron et même celle de G.Ségura et pourtant… , mais les temps changent !

Une lettre adressée aux anciens Aulnaysiens que je, que nous pensions malheureusement incarner…mais quelle satisfaction de pas être comptabilisés parmi eux , ceux à qui vous indiquez exclusivement:

« Je souhaite vous redire la PLACE IMPORTANTE que vous occupez dans la vie de notre commune »

Courrier pas reçu, aussi, très logiquement,  je, nous nous sommes interrogés sur quels étaient vos critères pour décrocher la nomination d’anciens à Aulnay sous Bois:

  • Peut être l’âge , plus de 50, de 60 , de 70 , de 80, de 90 ou de 100 ans (mais alors dans ce cas, je, nous comprenons  que ce soit très limité, je, nous n’en sommes pas encore là)…
  • …ou peut être l’ancienneté dans la commune , 1, 6  (la période d’une mandature ?), 10 , 20, 30, 40 ,60, 70 , 80, 100 ans (mais alors dans ce cas, je, nous  comprenons que ce soit très limité, je , nous n’en sommes pas encore là )

En fait, je, nous  n’avons pas trouvé de réponse adéquate à ces interrogations alors peut être le simple contribuable, le simple électeur que je suis, que nous sommes  à Aulnay sous Bois pourrait obtenir votre explication en « bon père de famille » à Aulnay sous Bois ou celle de M.Pachoud, adjoint délégué aux Seniors qui « déploie beaucoup d’énergie et de talent pour valoriser notre belle ville », selon ce courrier  ou encore des directeurs de cabinet à votre service, on ne sait jamais ?

Et pourtant, nés à Aulnay pour beaucoup, avec une vie complète pour tous, dans cette « belle ville », avec une implication au fil des années dans de nombreux domaines, politique parfois, professionnelle, culturelle, sportive, associative …depuis plus de …. ans, quand on aime, on ne compte pas .

Et pourtant si je , si nous n’avons pas eu la prérogative de recevoir ce courrier, nous pouvons en conclure qu’à Aulnay sous bois, il y aurait depuis peu :

  • les bons Aulnaysiens et les mauvais Aulnaysiens ,
  • les gentils Aulnaysiens et les méchants Aulnaysiens,
  • les amis et les ennemis Aulnaysiens,
  • les dominants et les dominés Aulnaysiens,
  • les alliés et les ennemis Aulnaysiens,
  • Soit Austerlitz pour les uns, Waterloo pour les autres … ???

M .Le Maire, nous payons depuis si longtemps nos taxes foncières, notre taxe d’habitation(que nous continuerons à payer si vous comprenez pourquoi, donc heureusement  que nous sommes là…), ce qui vous permet d’agrémenter votre ville , pas la nôtre puisque vous écrivez aussi dans ce courrier destiné juste à certains :

« Nous investissons pour vous comme pour nos enfants et nos petits enfants »

Donc pas pour nous, donc pas pour nos enfants et petits enfants ? Mais nous payons pour quoi exactement… ?

« Je suis Maire et me consacre aux Aulnaysiennes et aux Aulnaysiens à 100%

Donc vous ne vous consacrez pas pour nous… ? Ne serait-ce que pour 50 , 40, 30% … ?

« Nous n’oublions pas nos racines et ce qui fait l’identité de notre ville »

Donc, nous ne sommes que des radicelles ou juste des images sans parole ?  

« Restant à votre écoute … »

Donc juste à l’écoute des bien pensants ?

Que suis-je, que sommes nous dans votre ville après 65 , 70 , 75 ans de vie aulnaysienne ? Plus rien, écartés,  repoussés, chassés…..c’est bien M.Le Maire, Aulnaysien depuis 2014.

En fait merci de ne pas m’avoir, de ne pas nous avoir envoyé ce courrier qui à sa lecture m’a, nous a  quand même un peu attristé pour ces  anciennes et anciens si sensibles à votre générosité.  

Bien à vous Monsieur Le Maire

Source : Collectif  anonyme mais courtois…(par crainte d’une carte d’électeur supprimée… )

Aulnaysiens Citoyens du monde ?

Pour les municipales les listes citoyennes refleurissent (on ne va pas jusqu’à reparler d’autogestion).

La citoyenneté en 2020 (pour le 150 ème anniversaire de la Commune de Paris) c’est quoi ?

Les citoyens du monde se sont organisés en 1948 par exemple à Cahors autour de Gary Davis.

C’est en 1992 que l’assemblée de RIO a ouvert la voie aux conférences Climat (KYOTO 1997).

Nous sommes en 2020.

Nous savons que l’enjeu climatique est un nouveau paradigme commun, que la terre, les eaux  et le ciel sont un bien commun. Nous savons que le climat est d’abord menacé par les plus riches du monde qui ont des voitures, prennent l’avion et surconsomment et gaspillent…

Nous savons que la planète est un bien commun, (la Z.A.D. à défendre) que l’air que nous respirons et l’atmosphère, la terre qui nourrit, qui se rétrécit en surface vivante et se détruit tant par son imperméabilisation que par les intrants et  les labours intensifs, que la chaleur intérieure de la terre est peu utilisée[1], que la chaleur du soleil , son rayonnement, les vents, les vagues, la houle sont renouvelables…

Nous savons que les hommes ne peuvent se multiplier à l’infini sur une surface terrestre finie, que les « sauve qui peut » de l’immigration ne peuvent qu’aggraver les déséquilibres avec des villes et des campagnes fantômes désertées et des villes monstrueuses ingérables…

Nous avons un SDRIF régional qui n’avait pas encore pris en compte tous ces éléments : reconstruire la ville sur la ville, densifier près des gares et des nœuds de transport, éviter l’étalement urbain c’est bien mais ce n’est plus suffisant : sans parler du « tout Roissy » de  ce SDRIF avec Europa City et le CDG-Express…

La ville pavillonnaire est obsolète.

Les habitants des immeubles dans les quartiers rêvent d’un lopin de terre (à eux si possible…)…

La ville pavillonnaire  de petits propriétaires qui peuvent difficilement isoler ou utiliser les énergies du soleil ou de la terre c’est fini.

Il faut que la zone dense autour des gares s’agrandisse sérieusement, que des immeubles suffisamment haut évite l’artificialisation des sols (en préservant les espaces verts et la possibilité pour les eaux de pluie de s’infiltrer dans le sol en évitant les inondations…) : les jeunes, les étudiants, les personnes âgées en ont besoin.

Des transitions sont souhaitables : les maisons avec jardin peuvent subsister pour les familles avec enfants…Des pavillons patrimoniaux doivent être préservés bien sûr. De plus c’est le temps qui fera son œuvre.

Il faut aussi bien sûr des espaces verts arborés autour de l’habitat collectif et des jardins partagés si possible.

A AULNAY RER (vrai centre du territoire « Paris terres d’envol ») une vraie ville entre mairie, avenue anatole France, place de la gare, route de Bondy, parking Dumont et au-dessus des voies ferrées entre le pont Maillard et le pont de la Croix Blanche doit être étudiée et mise à un concours d’architectes avec le franchissement des voies ferrées après un débat sur un cahier des charges citoyen.

 Les terrains de PSA eux doivent rester essentiellement dédiés aux activités industrielles et à l’emploi.

La propriété des sols doit être bannie à tous niveaux : cela génère les inégalités des prix et loyers des logements : on en parle depuis les GAM (groupes d’action municipale) de Grenoble  il a y 50 ans à l’époque de Dudebout et de Mendes France)

La tendance doit être un nouvel habitat collectif (neutralité carbone minimum), des déplacements limités, des locaux de travail connectés avec l’habitat mais avec une vie de quartier autour des écoles et des commerces et de ville autour des salles de spectacle et de sport et de  l’université que mérite notre territoire « paris terres d’envol »

Les associations d’environnement (dont je fus responsable) ont fait peur aux élus  en dénonçant le « béton » et l’électoralisme a joué. Le futur PLU intercommunal ne sera pas acté avant 2022 ; 30 ans après RIO oublié : il est urgent.

Les Nimbys (Not In My Back Yard) et les lobbys (y compris partis (dont le parti « vert ») et syndicats… comme ceux des transports aériens qui sont incapables de mettre leurs réalités sur la table afin d’en arrêter la « honte ») et le risque de l’effondrement de l’activité et de l’emploi.

Revenons à nos listes citoyennes pour les municipales de 2020. L’étiquette « citoyenne » est partagée par tous : partis, syndicats, associations, électeurs et abstentionnistes.

               Le vrai sujet est de recréer du commun, du débat, de la formation avec un principe de base la « subsidiarité » chère aux « encycliques ». Le local et le global doivent se conjuguer au passé au présent et au futur.

La démocratie locale a besoin à la fois des blogs, sites institutionnels (avec transparence des dossiers…) mais aussi des lieux de rencontres commodes par quartier et sur la ville : la mairie doit être la maison du peuple.

Cette modeste déclaration est révolutionnaire car elle nécessite un vivre ensemble oublié où les partis politiques ou les forces intégristes arrêtent de refuser ou d’empêcher de parler à son voisin pour des raisons de race, de choix sexuel, religieux ou politique, de différences sociales ou professionnelles etc… Pire la violence prend le dessus souvent.

Nos institutions municipales, territoriales, régionales doivent être évaluées après des expériences prolongées de mieux vivre ensemble : commissions diverses et comités d’usagers ouverts à tous publiés, transparents régulièrement.

Pas de structures sans Assemblée Générale annuelle qui fait le point et fixe le cap et les moyens

Le débat municipal est urgent et doit permettre de progresser avec la mise à disposition de moyens en particulier de salles pour des réunions publiques : à défaut il faut ouvrir les écoles…

[1] Nous constatons que beaucoup de responsables ignorent la géothermie et les réseaux de chaleur associés…

Source : André Cuzon

%d blogueurs aiment cette page :