Archives de Catégorie: A vous la parole

Incivilités et tapages nocturnes dans plusieurs quartiers de la ville d’Aulnay-sous-Bois, le riverains deviennent fous !

Plusieurs lecteurs se sont adressées à la rédaction pour signaler des incivilités nocturnes à répétition dans plusieurs quartiers de la ville : Nonneville, Chanteloup, Paul Cézanne, Savigny, Edgar Dégas…

Bien souvent, des jeunes et des moins jeunes sortent après minuit et tapent la discute devant les fenêtres des résidents, criant et riant très fort, empêchant les gens de dormir.

Parfois, les chiens sont de sortie et aboient à la moindre occasion. Il nous a même été reporté que des enfants de quelques années se retrouvent avec leur parent après 1 heure du matin en train de « brayer », sans que ces mêmes parents ne réagissent.

La première adjointe annonce un arrêté pour interdire la vente d’alcool après 22h dans les épiceries de la ville. Pour certains, tout ceci est la faute de la canicule, les gens sortent la nuit pour profiter d’un bol d’air frais. Soucis : ces mêmes personnes doivent faire la sieste la journée, mais d’autres partent travailler…

Ci-dessous, une vidéo d’un témoignage d’un riverain qui se plaint de ces incivilités :

Pétition : L’Aire des Vents, C’est le Parc ! NON à l’urbanisation du Parc de La Courneuve Georges-Valbon

Un collectif se bat contre la bétonisation d’une partie du parc de LA Courneuve et de la suppression de l’Aire des Vents.

Vous pouvez signer cette pétition en cliquant ici.

Fatiha Boudjahlat égratigne le maire d’Aulnay-sous-Bois sur le communautarisme et la dette colossale

Mais si le multiculturalisme séduit, il aurait une réalité bien sombre au niveau local, selon elle:

«Au niveau local, que ce soient des élus communistes –comme dans la couronne francilienne rouge– ou des élus de droite –comme Bruno Beschizza à Aulnay-sous-Bois, ils ont fait du communautarisme, du clientélisme ethnique et religieux, une façon de gérer la paix sociale.»

Réélu au premier tour avec près de 60% des voix, à la tête d’une ville de 85.000 habitants et de… 2.000 agents municipaux, la gestion d’Aulnay-sous-Bois par Bruno Beschizza serait «entachée de nombreuses irrégularités» en matière de ressources humaines, selon la Chambre régionale des comptes d’Île-de-France. Au-delà d’une coquette dette de 129 millions d’euros, les Sages se penchent notamment sur le fonctionnement de certaines associations culturelles de la commune. L’une d’elles fonctionnerait grâce à la mise à disposition de plusieurs dizaines d’agents municipaux.

Un système clientéliste qui se serait donc étendu aux quatre coins de l’Hexagone: «Il n’y a plus du tout d’associations d’éducation populaire. Cela n’existe plus! Que ce soit le sport, l’aide aux devoirs, c’est communautariste!», s’indigne Fatiha Boudjahlat qui tacle au passage Gabriel Attal, élu socialiste qui déclarait à l’automne 2019, devant la Commission des affaires culturelles de l’Assemblée, que les associations étaient une «chance» pour les pouvoirs publics, notamment grâce aux économies qu’elles permettraient à ces derniers de faire.

Source et article complet : Sputnik

Pétition concernant le projet de construction d’un immeuble rue de la Concorde à Aulnay-sous-Bois, La vérité rétablie sur Aulnay cap

Chers lecteurs.

NOUS NOUS DEVONS DE RETABLIR LA VERITE!!!

Une pétition concernant le projet de construction d’un immeuble rue de la Concorde à Aulnay-sous-Bois, circule.

Madame Maroun, sur sa page facebook, nous informe que notre maire, Monsieur Beschizza, à refusé catégoriquement ce permis, et que donc, cette pétition n’a pas lieu d’être.

Pour preuve, voila son écrit sur sa page officielle facebook :

Voilà une vérité rétablie sur Aulnay cap!!!

Comme quoi, nous ne servons pas qu’a propager des fake news, sans ensuite rétablir la vérité.

Merci Séverine !!!

« Encore une fake news !
Cette pétition n’a pas lieu d’être puisque le maire a catégoriquement refusé ce permis.
Mais bien évidemment les services de la ville ne servent à rien et ne sont pas consultables !
J’ai personnellement rencontré les riverains pour affirmer la position négative du maire face à ce projet. »

Pétition contre le projet de construction d’un immeuble rue de la Concorde à Aulnay-sous-Bois

Monsieur le Maire,

Tout récemment, en consultant le panneau d’affichage des permis de construire au Centre Administratif, nous avons découvert que M. Kaplan (parcelle AL88) a déposé un projet de construction d’un petit collectif de 13 appartements au 10,rue de la Concorde.

Alors nous nous opposons à un tel projet, car jusque-là nous étions dans un secteur calme.

De plus, il se trouve que lorsque nous avons acheté, dans l’acte notarié il était bien stipulé que nous nous trouvions dans un secteur historique protégé. Jusqu’à présent aucun projet de construction d’habitat collectif n’a vu le jour

Si vous acceptiez, cela créerait un précédent. De plus, M le Maire, en début d’année, dans vos déclarations en direction de vos administrés vous avez annoncé la suppression de plus d’une centaine de permis de construire. D’autant que dans la période actuelle ce ne sont pas les projets et les réalisations d’immeubles qui manquent.

Alors, pour le bien-être de notre secteur, pour l’image de ce quartier de la ville, nous vous demandons de ne pas accorder ce permis de construire de façon à garder un caractère pavillonnaire au Vieux Pays.

Car si ce projet se réalise, c’est une brèche ouverte à tous les abus, toutes les possibilités.

Car, même si nos pavillons ne sont pas inscrits sur la liste de bâtiments remarquables, c’est tout un ensemble que vous protégeriez en annulant ce projet.

N’y a-t- il pas encore des secteurs protégés dans certains arrondissements de Paris comme le square des Peupliers dans le 13°  ou la Cité florale et tant d’autres !

Alors, si vous souhaitez préserver cette zone historique et agréable du Vieux Pays nous vous saurions gré de ne pas accepter ce projet.

Nous vous prions Monsieur le Maire d’accepter l’expression de nos sentiments respectueux.

Source : Riverains de la Rue de la Concorde Et des Frères Aspis

A propos de la vidéo sur le mariage dans le quartier de Mitry qui a été retirée

Il y a quelques jours, notre rédactrice en chef Aurore Buselin avait filmé un mariage sur la voie publique où l’on voyait, sans les reconnaître, les membres des familles des heureux élus.

Sur fond de musique orientale, ce mariage a apporté un moment de détente et de joie dans tout un quartier. Cet instant agréable avait donc été immortalisé par notre rédactrice en chef.

Plusieurs commentaires anonymes nous avaient été envoyés pour retirer cette vidéo en indiquant que cela était illégal, et qu’une plainte aurait eu lieu. Arnaud Kubacki, qui gère en partie la modération des commentaires, avait bien identifié qu’il s’agissait de trolls reconnaissables par leur adresse IP.

Hélas, un ultime commentaire modéré par la rédactrice en chef Aurore Buselin a fait peur à cette dernière. Via le nom Hamza et l’adresse IP « 93.22.134.158 », ce commentaire intimait l’ordre de retirer l’article et la vidéo. Aurore Buselin s’est exécutée et a donc retirer l’article et la vidéo sans se rendre compte qu’il s’agissait du seul et même troll qui utilise un téléphone SFR capable d’adapter son IP.

Toute la rédaction vous prie de bien vouloir l’excuser.

 

La rue Alfred Sisley à Aulnay-sous-Bois encore couverte de détritus

La photo ci-contre a été prise sur la Rue Alfred Sisley et témoigne de l’insalubrité ambiant dans laquelle les habitants sont confrontés.

Elle est très régulièrement sale et jamais nettoyée. Selon un lecteur, il est urgent de mettre en place une réelle politique de lutte contre les incivilités et ne pas laisser la Ville péricliter.

Ceci atteste d’un manque de considération et donne une image, une fois de plus, dégradante de notre commune. De nombreux riverais expriment un ras-le-bol par rapport à cette situation.

Des boites aux lettres dans le quartier du Gros Saule à Aulnay-sous-Bois à terre et dangereuses

Des boites aux lettres ont été renversées dans le quartier du Gros Saule à Aulnay-sous-Bois, plus précisément au 1 rue du Docteur Broussais. Depuis plus d’un mois, et malgré un signalement à la ville, ces boites aux lettres gisent au sol et sont dangereuses pour les enfants et les animaux.

Les riverains espèrent qu’une solution sera bientôt trouvée.

Une aire de jeux aux Gros Saule à Aulnay-sous-Bois provoque des allergies aux enfants

Dans le quartier du Gros Saule à Aulnay-sous-Bois, devant la PMI non loin du groupe scolaire André Malraux, des parents se plaignent d’une aire de jeux qui a été refaite sans concertation.

Les services de la Mairie avaient encerclé cette aire de jeux avec des barrières pour faire pousser de l’herbe. Alors que les parents voulaient de la mousse de couleur verte anti choc sur la surface pour éviter les bobos, une autre décision a été prise.

Beaucoup de parents se plaignent que leurs enfants sont en contact avec du sable artificiel. Ils attrapent des plaques, des boutons, de l’eczéma. Cette aire de jeux ne serait pas hygiénique selon de nombreux parents. Les chiens font même leurs besoins dedans !

Une pétition est en cours et sera destinée au Maire.

Source : Collectif « La parole aux habitants du Gros Saule »

Jusqu’où ira le rejet des bruits inhérents à la nature par les citadins

Jadis les coqs pouvaient chanter au lever du soleil et les poules caqueter après la ponte, les grenouilles coasser durant la période de reproduction des batraciens dans leurs mares,  les grillons et les cigales  enchanter la Provence, les moutons bêler dans leurs pâturages,  les chevaux hennir dans leur haras, les ânes braire  et les cloches pendues au coup des vaches résonner dans les vallées sans que leur voisinage trouve a y redire, puisque ces expressions du monde de la campagne faisaient partie intégrante de la vie  rurale et de la nature.

Nous observons pourtant un phénomène de plus en plus inquiétant parmi les bipèdes humains, qui se mettent à saisir la justice pour faire cesser à proximité de leurs nouvelles habitations ou de leurs villégiatures occasionnelles, tous les bruits et toutes les expressions vocales du monde animal, accusant leurs éleveurs ou leurs propriétaires de troubler leur tranquillité ! Le but affiché de ces procédures vise souvent à faire supprimer purement et simplement les animaux et les insectes, à détruire leur biotope et leur habitat, ou à en faire interdire l’élevage….

Du coup deux France s’affrontent : d’ex- citadins reconvertis à la vie rurale pour y trouver le silence ne font plus très bon ménage avec les ruraux qui ont toujours vécu avec ces sons inhérents à la vie des campagnes …. Pour ne plus être empêchés de dormir par le bruit des cigales et des grillons, des touristes avait demandé au maire d’une commune du sud de bien vouloir traiter les arbres avec des insecticides ….

A Saint Pierre d’Oléron, les propriétaires d’un coq s’étaient vus traduits en justice par leurs nouveaux voisins qui ne supportaient plus d’être réveillés dès potron minet par le volatil… Fort heureusement le juge les a déboutés de leur demande et le volatil peut désormais continuer à annoncer le lever du soleil…. Le maire Christophe Sueur a pris du coup un arrêté pour proclamer le « caractère rural » de sa commune

En haute Savoie, ce sont les cloches des vaches qui dérangeaient les riverains propriétaires de résidences secondaires… Pris en étau entre les éleveurs et les vacanciers, il parvint à un compromis en déplaçant l’abreuvoir pour éloigner les bovidés des résidences….

En gironde un couple a été condamné par la Cour de cassation à reboucher la mare de leur jardin qui attire de nombreuses grenouilles, trop bruyantes au goût de leurs voisins. Mais pour respecter la décision de justice, ils devraient se mettre en infraction avec le Code de l’environnement car leur point d’eau n’abrite pas moins de huit espèces protégées !

Un député de Lozère a déposé fin juillet 2019 une proposition de loi « visant à définir et à protéger le patrimoine sensoriel des campagnes françaises ».  Ainsi « chant du coq, tintement des cloches, braiment de l’âne, odeur du fumier ou des poulaillers [et] coassements de batraciens » pourraient être classés « patrimoine sensoriel des campagnes » et être de cette manière protégés des poursuites pour troubles anormaux du voisinage. « Quand on vit dans la ruralité, il y a des bruits et odeurs consubstantiels à la vie ou à l’agriculture. Si on porte plainte là-dessus, on porte atteinte à la vie rurale traditionnelle », soutient le député.

Le maire de Gajac (Gironde), auteur d’une lettre ouverte aux parlementaires sur les bruits de la campagne estime que « la justice a autre chose à faire ». « Les éleveurs ont des vaches, les agriculteurs des tracteurs et des animaux vivent dans la nature. Quand on est en ville, on accepte les bruits de la ville, alors, pourquoi pas à la campagne ? »

A Saint-André-de-Valborgne dans le Gard, les touristes sont prévenus et accueillis avec humour : « Attention, village français, vous pénétrez à vos risques et périls, prévient un panneau planté à l’entrée de la commune.  (Voir affiche ci-dessus ).

Bruno Dionis du Séjour, dans sa lettre ouverte aux parlementaires, demandait « solennellement » que le chant du coq, les cloches des églises ou encore le braiment de l’âne « soient proclamés patrimoine national ».

Les citadins investissant nos campagnes imposeront-ils la loi du silence à toute la nature ?

Article rédigé les 23 et 24 juin 2020 par Catherine Medioni

%d blogueurs aiment cette page :