Archives de Catégorie: A vous la parole

Des élèves de l’école Ambourget Aulnay-sous-Bois posent des questions sur les dangers de l’écran

Alors qu’une étude vient alerter sur l’utilisation des écrans, franceinfo junior se penche aussi sur le sujet avec ses jeunes auditeurs. Pour leur répondre : Michel Desmurget, directeur de recherche en neurosciences à l’Inserm.

Les enfants et les écrans, un binôme qui n’est pas sans risque. On commence à le savoir, plusieurs études le montrent depuis une dizaine d’années. Publiée la semaine dernière, une nouvelle étude de chercheurs bretons nous apprend que les enfants exposés aux écrans le matin avant l’école ont trois fois plus de risques d’avoir des troubles du langage. Quoi de mieux qu’en parler avec eux ? C’est le sujet du jour dans franceinfo junior, avec trois élèves de CM1 de l’école Ambourget d’Aulnay-sous-Bois, en Île-de-France. Pour leur répondre : Michel Desmurget, directeur de recherche en neurosciences à l’Inserm, auteur de la Fabrique du crétin digital.

Aden voudrait d’abord savoir si on peut attraper une maladie en regardant trop les écrans. Michel Desmurget lui explique : « Aden, non, ça ne va pas te rendre malade mais ça va favoriser certains risques pour ta santé surtout à long terme quand tu vas grandir. Ce n’est pas pour ça qu’il faut en avoir peur. » Par exemple, détaille le spécialiste, quand on regarde des écrans, on bouge moins : « ça s’appelle la sédentarité » et ce n’est « ‘pas très bon pour la santé », souligne-t-il. En plus, « ça favorise aussi l’obésité. » Mais le plus gros problème des écrans pour la santé, décrit le spécialiste, « c’est qu’on va dormir moins bien (…) La lumière des écrans, ça fait qu’on va s’endormir un peu plus tard ». Or « avoir un bon sommeil, bien dormir, dormir suffisamment, c’est très important pour être en bonne santé, pour ne pas avoir de maladie mais aussi pour être en bonne santé intellectuelle, pour que ton cerveau marche bien, que tu puisses bien réfléchir, bien penser. C’est important de ne pas trop les regarder ».

Source et article complet : FranceInfo

Comment bien choisir son serrurier à Aulnay ?

On se demande souvent comment choisir un bon serrurier. Entre les arnaques, les serrurier non certifiés et le travail de mauvaise qualité, la possibilité de tomber sur un serrurier qui n’arrivera pas à satisfaire vos besoins est grande. Dans cet article, nous allons vous donner quelques pistes pour bien choisir son serrurier.

Le serrurier ne propose pas d’emblée de tout changer

Si vous avez contacté un serrurier, et qu’il vous dit de tout changer directement, soit votre serrure est complètement foutue, soit il veut vous arnaquer. A priori, vous avez peu de connaissances en matière de serrurerie, et certains serruriers peuvent en tirer profit. Un bon professionnel doit prendre le temps d’analyser le problème et de chercher la meilleure solution, qui n’est pas forcément la plus coûteuse.

Si le serrurier est amené à ouvrir la porte, il vous préviendra à l’avance du niveau de la complexité notamment sur le fait que si la serrure est cassée après son intervention, elle sera à changer. Sachez que si vous avez juste claqué votre porte en laissant les clés à l’intérieur, un bon professionnel saura l’ouvrir sans dommages la plupart du temps. Pour trouver un bon pro, nous vous proposons de regarder sur le site depannagedefrance.

Des tarifs raisonnables

Le montant total de la facture doit inclure les frais de déplacement, le coût de la main-d’œuvre et du matériel. Un coût de déplacement et un taux horaire bas peuvent masquer des marges importantes sur le matériel.Attention, il est vrai que certains types de serrures sont très chers, il y a effectivement des serrures sur le marché qui peuvent coûter 800 euros et plus.

Si vous voulez absolument vous installer une serrure de ce type, sachez qu’il faudra consacrer un budget important à cela. Pour autant, ce n’est pas la première serrure que votre dépanneur doit vous proposer, il existe des modèles bien meilleur marché. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le serrurier dispose du matériel requis

Il doit arriver chez vous avec les outils nécessaires, et disposer de toutes les pièces de rechange les plus courantes dans son véhicule.Si la réparation s’avère complexe et nécessite la commande de pièces, il doit pouvoir vous installer un système d’ouverture provisoire. Si c’est un dépannage en urgence qui doit être suivi d’une intervention plus conséquente, prenez le temps de faire établir plusieurs devis.

Quelle que soit l’ampleur de l’intervention, le serrurier se doit de préserver l’esthétique des lieux, en utilisant l’outillage adapté et en mettant en place les habillages (caches) nécessaires. Maintenant c’est à vous de jouer pour trouver votre serrurier.

Source : contribution externe

La cigarette électronique, un vrai outil de sevrage tabagique sur Aulnay ?

Apparue il y a quelques années en France maintenant, la cigarette électronique est plébiscitée par de nombreuses personnes et notamment par les fumeurs vu qu’elle permet de réduire la consommation de tabac, voire même d’arrêter définitivement le tabagisme. Dans cet article, nous allons vous démontrer cela en chiffres.

Ce que disent les chiffres ?

Selon les statistiques de l’agence sanitaire Santé publique France, l’e-cigarette est devenue l’outil d’aide par excellence au sevrage tabagique. Pour information, entre 2010 et 2017, 700 000 Français qui sont des fumeurs quotidiens sont parvenus à arrêter de fumer grâce à l’e-cigarette. Même si beaucoup de Français sont convaincus par l’e-cigarette, il faut encore attendre les données complémentaires afin de juger son efficacité avec certitude.

Selon une étude menée en France, chez les fumeurs qui utilisent l’e-cigarette, le nombre moyen de cigarettes a diminué (au moins 4 par jour). Pour l’arrêt définitif du tabagisme, les chances sont plus grandes si le fumeur utilisait l’e-cigarette depuis longtemps. Ce chiffre dépend également du liquide qu’il y a dedans. Ainsi, eliquidandco.com vous propose des produits corrects à bas coût.

Une solution soutenue par les médecins

Plus récemment, c’est l’Académie Nationale de Médecine elle-même qui s’est exprimée en faveur de la vape, avançant que la « crise de confiance » causée par les maladies pulmonaires observées aux Etats-Unis pourrait causer la mort de milliers de fumeurs » et que ceux « qui s’apprêtaient à passer à la vaporette au lieu du tabac ne doivent pas hésiter ».

Les potentiels risques avec l’e-cigarette

Même si aucune étude en a la certitude, les études montrent quela cigarette électronique est moins nocive que la cigarette classique, mais ça ne veut pas dire qu’elle n’est pas sans danger, en savoir plus ici.

La cigarette électronique, notamment le liquide, contient de la nicotine toutefois, la combustion de tabac est inexistante alors, il n’y a pas d’exposition aux substances toxiques de la cigarette classique comme les goudrons. Donc, elle est préférable au tabac. Mais les produits intégrés renferment des substances potentiellement toxiques.

Source : contributeur externe

Antar, Abdoallah et Salma, des élèves de CM1 de l’école Ambourget à Aulnay-sous-Bois, sur les incendies en Australie

Après trois mois de lutte, les pompiers australiens ont annoncé, lundi 13 janvier, avoir réussi à maîtriser le plus important « méga-feu » du pays. Cet immense brasier est situé dans la zone montagneuse de Gospers, au nord-ouest de la banlieue de Sydney. Il était hors de contrôle depuis presque trois mois.

Les enfants sont nombreux à avoir vu des images de ces incendies en Australie et les conséquences, notamment pour les animaux. Mais d’où viennent ces feux ? Comment les habitants et les animaux y font face ? On en parle dans franceinfo junior ce mardi avec Gaële Joly, journaliste à la rédaction de franceinfo. Elle revient d’Australie où elle a réalisé une série de reportages pour franceinfo. Pour l’interviewer : Antar, Abdoallah et Salma, des élèves de CM1 de l’école Ambourget à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Une grande sécheresse dans le pays

Au micro, Antar pose la première question « Qui a brûlé la forêt ? » Une question importante mais pas si évidente, à laquelle répond la reporter : « Chaque année en Australie, il y a des feux de brousse qui démarrent en décembre jusqu’en mars-avril. Cette année, ils ont commencé très tôt parce qu’il a fait très chaud, il y a une grande sécheresse. Les feux ont pris plus tôt. Il y a eu des très gros feux, difficiles à arrêter pour les pompiers. C’est la nature qui est comme ça mais qui s’est emballée cette année. » Est-ce qu’il y a eu des victimes ? Comment font les animaux ? Comment lutter contre ces feux ? Sur cette page, réécoutez en entier l’émission franceinfo junior du jour consacrée à la situation des incendies en Australie. 

Source : France Info

DANIEL et HUGUETTE, coucou

85 ans, bientôt 86 ans et je ne sais même pas si j’ai une prostate.

Me revoilà, y a longtemps que je ne vous avais pas vu, alors je continue à vous expliquer car vous ne savez pas tout, même si ça ne vous intéresse pas, tant pis pour vous… Aujourd’hui, je vais vous parler de FACE de BOOK, c’est tout nouveau pour moi et d’après ce que j’ai compris ça doit faire le bonheur des psychologues, peut être même des psychiatres, y a du travail la dessus.

Comme j’en entendais parler, mes  petits enfants enfin des grands petits enfants  m’ont mis face de book sur mon ordinateur, j’en ai un, surpris hein. Ils appellent ça un réseau social, mais qu’est-ce qu’il y a de social car c’est plein de gens qui parlent dessus et y sont pas sociaux ?  et ils m’ont dit qu’avec ça j’aurais plein d’amis mais sans les connaître, comprends pas, en plus avec des vraies nouvelles des gens d’Aulnay-sous-Bois, de l’actualité de ma ville parce que des fois, Oxygène, je vous le dis, c’est la revue qui appartient au maire celui de ma ville, alors on sait pas tout, souvent c’est ma guéguette (oui c’est son surnom comme à la télé chez les vieux) qui me dit  car elle va faire du macramé dans son foyer.

Alors il me semble qu’il y a plusieurs sortes de grands écrivains sur ce truc : 

Il y a ceux qui s’appellent: « Seuls les Aulnaysiens peuvent comprendre » pas les autres, mais pas sûr qu’ils se comprennent entre eux ?

Alors là c’est un peu du n’importe quoi, peut être tous ceux qui en fait n’ont rien à dire mais le disent, en fait que des futilités qui n’apportent rien à personne, et des fois ils s’engueulent entre eux,  préfère même pas en parler, laisse tomber mon poteau…t’as vu, comme les jeunes.

Et puis, il y a aussi : « Tu es d’Aulnay quand… » mais cancoi ? Cela semble être une communauté d’Aulnaysiens avec même des chefs, surtout des anciens Aulnaysiens qui le plus souvent sont partis d’Aulnay. Mais à ce que j’ai compris, ils sont super nostalgiques d’Aulnay enfin la ville qu’ils ont connu avant, pas au 19ème quand même mais au 20ème siècle quand c’était pas trop mal  mais ils ne la connaissent plus maintenant même s’ils y reviennent en vacances, les pauvres !. Et puis c’est leur jeunesse qu’ils regrettent donc, ils sont très mélancoliques,  ils doivent vivre dans le passé mais il faut pas leur dire ce qu’est devenu Aulnay, des fois qu’ils reviennent, enfin ça m’étonnerait,, car quand on quitte Aulnay pour des coins plus agréables, plus tranquilles, plus accueillant, plus et plus, on ne revient jamais ou alors, sais plus ? Peut être parce que l’on a des enfants, des petits enfants mais  eux sont souvent aussi partis. Moi par exemple, mes petits enfants sont vite partis d’Aulnay, pour une fois ils ont suivi mes conseils , et ils me remercient mais bien sûr ils ne sont plus en Seine-Saint-Denis, mais en Gironde, en Savoie…ça fait loin pour les voir mais qu’est-ce qu’ils sont bien, et moi suis toujours là, déménager à mon âge, pensais pas qu’Aulnay deviendrait ce que je vois, ça fait peur pour plus tard mais moi je verrai pas, heureusement.

Alors, ils mettent plein de photos anciennes, des cartes postales et ils demandent aux autres :   « alors où c’était ? » ils sont taquins et les autres disent : «  c’était ma rue » ou « j’allais chercher le lait à cet endroit » ou encore : « oh, lui je l’ai connu… » ou « mon grand père…. »,  c’est marrant presque émouvant enfin pas trop quand même, je me demande s’ils ne sont pas un peu dépressifs d’Aulnay. Mais alors pourquoi ils sont partis s’ils regrettent autant Aulnay en Seine-Saint-Denis ou bien  pourquoi ils ne reviennent pas mais ils sont souvent partis au bord de la mer, à la montagne, à l’étranger, qu’est-ce que je les plains, les malheureux loin d’Aulnay . Peut-être qu’ils ne veulent pas qu’on les oublie alors ils parlent aussi de leur classe des années 50 /60/70, de leurs anciens instituteurs , des  fois on dirait que c’est la préhistoire. Et puis ils se font pas de cadeaux, des fois ils en renvoient un parce qu’il a parlé comme ils ne veulent pas. Moi, je crois qu’il y a un grand chef qui doit être loin mais qui parle d’Aulnay comme si il y vivait et aussi il dit tout ce qu’il fait, où il voyage, où il mange….

Et puis il y a un troisième groupe, celui des élus de Monsieur Beschizza, lui, c‘est un nouvel  Aulnaysien mais il faut reconnaître qu’il est fort, heureusement pour ceux qui le suivent  qui sont dans son ombre . Lui il écrit pas sur ça, il écrit sur touiteur, enfin pas lui, pas le temps, ses gardes du corps certainement. Même le député il écrit, il dit tout ce qu’il fait à l’assemblée nationale, des fois qu’on pourrait croire qu’il travaille pas, si, si mais il a oublié de parler des salaires et de la retraite des députés, pourtant y-a à dire…tu crois pas ?

Donc, il y en a qui sont des accrocs à face de book, ils écrivent même plusieurs fois par jour, le matin, le midi , le soir, même la nuit, ils mettent aussi comme ceux d’avant plein de photos d’eux, ils se photo gratifient et souvent en groupe, tous ensemble, l’union fait la force, c’est mieux pour qu’on les reconnaisse mais en ce moment, avec les élections y a plein des articles et des commentaires des élus, enfin ce sont toujours les mêmes qui se montrent car qui veulent rester, la soupe , elle doit être drôlement bonne . Ils disent qu’Aulnay c‘est vachement bien surtout grâce à eux, avant eux c‘était très mal, maintenant c‘est très bien . Pourtant le canard enchaîné a dit pendant les vacances, c’était le 31 juillet 2019 qu’Aulnay c’était  la PETAUDIERE , moi je sais pas mais le canard enchaîné il dit toujours ce qui est vrai, il sait bien? Je vous enverrai l’article la prochaine fois . Il y a même une petite élue, qui doit passer 26h sur 24 avec face de book, peut être aussi son écran de chevet, elle est partout, elle répond à tout, elle sait tout , elle approuve tout ce qui est bien mais pas ce qui est mal, bien sûr, une vraie petite chef, future maire ?  mais alors elle fait rien d’autre dans sa vie ? Ce qui est rigolo aussi c‘est les fans du Maire, je crois qu’ils sont beaucoup chez moi dans le sud d’Aulnay, c’est beaucoup des vieux car il fait toujours plus beau dans le sud , pour les articulations c‘est conseillé. Mais le Maire il sait y faire avec eux, ils disent bravo à ce qu’écrivent les élus, ils disent même vive le Maire ou félicitations ou merci…avec aussi plein de petits bonhommes qui applaudissent, c’est drôle. Il paraît même qu’ils se sont regroupés en fanclub, A2M que ça s’appelle, sais pas ce que cela veut dire, un code secret entre eux ? En tout cas, on peut devenir un ami du Maire pour 10€ pour pouvoir rentrer dans le fanclub, ça vaut le coup et l’on devient quelqu’un d’important à Aulnay, on a droit à tout …je vais peut être adhérer, pour 10 € seulement.

Bon je m’arrête là pour l’instant car il y a tant à dire mais je le ferai dans mon prochain monologue avec vous,  peut être le dernier car j’ai envie de vous dire même si je suis bien vieux, que tout ça, c‘est bien triste , on devrait même supprimer ce truc. Moi, en tout cas je vais demander à mes petits enfants qui sont grands de me l’enlever, mais on en avait  pas besoin avant et on se portait aussi bien, mieux, on était plus sociable . Et puis, les gens y se parlent plus…,Ils écrivent n’importe quoi , n’importe comment,…et y en a qui les croient, que c’est môche mais peut être qu’ils n’ont pas d’amis, ça leur fait du bien d’écrire mais des fois ils font beaucoup de fotes d’ortografe, sais pas, je demanderai à Huguette

Au fait, Huguette, c’est ma meuf, ça vous épate,  elle va aller au repas des vieillards parce qu’elle a des amis à son foyer de grands-mères mais pas moi car mes amis y sont partis d’Aulnay, eux ils ne pas sont tristes d’être partis, c‘est moi qui va les voir, c’est bien mieux, ça me fait des vacances car mes nouveaux amis sur face de book, 6 je crois,  85 ans ça les intéresse plus mais je les connais même pas, jamais vu, peut être même qu’ils sont vieux, alors …

Zut j’allais oublié, il y a aussi bientôt le grand spectacle à la salle schohy dans le nord, ça c’est quelque chose, il y a même des acteurs qui montent sur la scène et qui font des tours de passe passe, qu’est-ce qu’ils sont forts et les gens ils applaudissent beaucoup, beaucoup et puis c‘est gratuit, on boit tant qu’on veut, on mange plein, enfin toujours avec nos sous quand même mais je n’irai pas, suis plus un mouton , plutôt un bouckiru.

Daniel

Hadama Traoré répond à une tribune de Louis Aliot (Rassemblement National) le concernant

À la suite de la tribune de Louis ALIOT, député du Rassemblement national, parue le 9 octobre 2019 sous le titre « Hadama Traoré : symbole des renoncements français » et illustrée par ma photographie, je tiens à apporter à vos lecteurs et lectrices les précisions suivantes.

Cet article comporte de fausses informations et me prête des propos que je n’ai jamais tenus, des positions que je n’ai jamais exprimées, de telle sorte qu’il est de nature à porter atteinte à mon honneur et ma considération.

En premier lieu, je suis présenté comme un « ennemi de la France », « défiant ouvertement l’état », ou encore comme « symbole de (…) la faillite de l’intégration en France ». Né en France, français, les combats que je mène au travers du mouvement que j’ai co-fondé, La Révolution Est En Marche, me placent bien au contraire en ardent défenseur des valeur républicaines.

Critiquer l’état et ses défaillances ne fait pas de moi un de ses ennemis.

Je laisse à l’auteur de la tribune que vous avez publiée les amalgames incompréhensibles auxquels il s’est livré ou les accointances qu’il me prête, lesquelles accréditeraient ses thèses.

En second lieu, je suis accusé dans cet article d’avoir « lancé un appel à manifester en faveur du terroriste islamiste Mickaël Harpon » ou d’être « le gardien de la mémoire de l’ignoble assassin Mickaël Harpon ».

J’y suis encore accusé de compter parmi ceux qui font l’apologie du terrorisme et de l’assassinat de policiers.

Je n’ai jamais, d’une quelconque manière, apporté mon soutien à Mickaël HARPON ou aux actes qu’il a perpétrés.

Immédiatement après les attentats, j’ai condamné avec vigueur l’horreur des attaques de celui qui est alors présenté comme un terroriste islamiste, tout en m’associant à la douleur des familles et des proches.

Engagé auprès des sourds et des malentendants, j’ai cependant pris l’initiative d’une enquête auprès des proches de Mickaël HARPON, tant dans son milieu personnel que dans son milieu professionnel.

J’ai alors proposé une autre thèse que celle avancée : la thèse d’une folie meurtrière motivée par un mal-être, souhaitant ouvrir de nouveaux débats que nos dirigeants n’étaient pas prêts à soulever.

Mon appel à la mobilisation ne portait que sur la désinformation qui entourait cette tragédie.

Enfin, aujourd’hui, il ne fait plus aucun doute que les meurtres des fonctionnaires de la Préfecture ne peuvent être rattachés d’une quelconque manière à une organisation terroriste islamiste.

Il semble que le geste de Mickaël Harpon soit davantage la conséquence d’un « délire mystique et suicidaire », « sur fond de frustration professionnelle, aggravée par son handicap de surdité ».

Peu nombreux sont les médias qui ont relayé cette information qui conforte mon analyse.

Emporté par la force de mes convictions, je n’ai peut-être pas mesuré l’émotion que susciterait le rassemblement auquel j’ai appelé.

Mais mon message ne pouvait souffrir d’aucune mauvaise interprétation. Que vos lecteurs sachent que pour l’heure, aucune suite n’a été donnée au placement en garde à vue pour apologie du terrorisme dont j’ai fait l’objet.

Source : droit de réponse de Hadama Traoré

Le cyber-harcèlement

Aulnaycap a malheureusement été le théâtre à plusieurs reprises de cyber-harcèlement envers des personnes nommément identifiées et souvent connues pour leurs engagements citoyens et associatifs sur la ville, qui s’expriment et commentent sous leur véritable identité, de façon loyale et respectueuse, parce qu’elles assument pleinement ce qu’elles disent et font, mais également parce qu’elles n’ont strictement rien à se reprocher.

Cependant c’est souvent le fait qu’il ne puisse rien être reproché objectivement et dans les faits à ces personnes ciblées et visées, qui est précisément le point d’appui de déviances comportementales répréhensibles qui elles, tombent vraiment sous le coup de tout ce qui est proscrit pas la loi !

Le cyberharcèlement se traduit donc matériellement par des agressions répétées sur le long terme, avec des périodicités variables, envers un individu dans le but de lui nuire délibérément, et diffusées par des moyens de communication numériques. Avec les   réseaux sociaux et leurs déclinaisons (blogs, Facebook, twitter, Instagram, WhatsApp etc.. ) les informations sont plus facilement conservées, et peuvent se propager rapidement à un large nombre d’internautes connus ou non de la victime, ce qui constitue des préjudices et un dommage à grande échelle !

l’ère du numérique et l’avènement des réseaux sociaux sont donc devenus les nouveaux outils de prédilection  de ces pourritures du net, de ces hors la loi qui s’espèrent intouchables et  qui bien cachés derrières de faux profils corrélés à de fausses adresses mail créées spécialement pour exercer leurs méfaits, se répandent en injures et calomnies mensongères, en insultes et insinuations douteuses, en rumeurs et accusations infondées, le but de la manœuvre étant bien évidemment de nuire le plus efficacement possible à la personne ciblée !

Pourtant la responsabilité de tout individu est engagée lors de dérives sur Internet et les sanctions peuvent être lourdes :

  • Injures ou diffamation : jusqu’à 12 000 € d’amende (art. 32, loi du 29 juillet 1881)
  • Droit à l’image : jusqu’à un an de prison et 12 000 € d’amende (art. 226-1, 226-2, Code pénal)
  • Usurpation d’identité : jusqu’à un an de prison et 12 000 € d’amende (art. 226-4, Code pénal)

En France, pour répondre aux événements tragiques liés aux cyber-harcèlement, un nouvel article a été ajouté dans la loi sur le harcèlement et prend désormais en compte le harcèlement avec utilisation des outils numériques. Cela est développé dans le quatrième point de l’article 222-33-2-2 du Code pénal, qui prévoit une plus grande sévérité : 2 ans d’emprisonnement et jusqu’à 30 000 € d’amende et que je reproduis ci dessous : 

Article 222-33-2-2

Le fait de harceler une personne par des propos ou comportements répétés ayant pour objet ou pour effet une dégradation de ses conditions de vie se traduisant par une altération de sa santé physique ou mentale est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende lorsque ces faits ont causé une incapacité totale de travail inférieure ou égale à huit jours ou n’ont entraîné aucune incapacité de travail.

L’infraction est également constituée :

a) Lorsque ces propos ou comportements sont imposés à une même victime par plusieurs personnes, de manière concertée ou à l’instigation de l’une d’elles, alors même que chacune de ces personnes n’a pas agi de façon répétée ;

b) Lorsque ces propos ou comportements sont imposés à une même victime, successivement, par plusieurs personnes qui, même en l’absence de concertation, savent que ces propos ou comportements caractérisent une répétition.

Les faits mentionnés aux premiers à quatrième alinéas sont punis de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende :

1°   Lorsqu’ils ont causé une incapacité totale de travail supérieure à huit jours ;

2°   Lorsqu’ils ont été commis sur un mineur de quinze ans ;

3°   Lorsqu’ils ont été commis sur une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de leur auteur ;

4°   Lorsqu’ils ont été commis par l’utilisation d’un service de communication au public en ligne ou par le biais d’un support numérique ou électronique ;

5°   Lorsqu’un mineur était présent et y a assisté.

Les faits mentionnés aux premier à quatrième alinéas sont punis de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende lorsqu’ils sont commis dans deux des circonstances mentionnées aux 1° à 5°.

Nous pouvons donc constater que la loi du 3 Août 2018 a été promulguée pour prendre en compte les nouvelles formes de harcèlement qui sévissent sur les réseaux sociaux, et que les harceleurs qui croient pouvoir agir en toute impunité, seraient bien avisés de cesser leurs nuisances hors la loi !

Actuellement Aulnaycap regorge de commentaires qui relèvent clairement du cyber-harcèlement et ce dernier ne se limite pas aux insultes et injures dont la directrice de ce blog a été très récemment et injustement couverte et prise pour cible ! D’autres avant elle et depuis plusieurs années en ont fait indûment les frais !  Cette expérience fort désagréable a cependant ceci de bon, qu’elle encourage à faire évoluer davantage encore la loi, pour mettre ces harceleurs hors d’état de nuire, et cela définitivement !

Je me réjouis que le dernier coup de semonce publié d’Aurore et ses menaces aient, comme par magie, calmé les ardeurs guerrières de ces pourritures du net….  Derrière lesquelles nous subodorons d’ailleurs qu’elles sont pratiquées par de pleutres personnalités locales …Toutes les traces de vos méfaits et de vos commentaires hors la loi sont désormais des preuves tangibles qui vont se retourner contre leurs auteurs….

Article et réflexions rédigés par Catherine Medioni  le  8  janvier  2020.

L’avis de quartier par l’association LNA : est-ce que les blogs sont vraiment neutres ?

L’association La Nouvelle Ambition a réalisé une émission avec plusieurs invités dont les sujets à traiter étaient :

  • La neutralité des blogs aulnaysiens
  • Les syndicats étudiants et la réforme des retraites

Les participants :

  • Mehdi (Vice président de l’association LNA)
  • Aurore (Rédactrice en chef du blog AulnayCap)
  • Hamza (Vice président de l’UNEF de l’université Paris 13)
  • Mounir (Etudiant en école de commerce)

Concernant le sujet de la neutralité des blogs, le constat effectué par Mounir (membre également de LNA) est amer : la quasi totalité des blogs ne fait que relayer l’information telle quelle sans en vérifier le fond et faire un travail d’investigation.

Aulnaycap étant considéré comme un site neutre sans arrière-pensée politique ou personnelle, Aurore Buselin, la rédactrice en chef, a été invitée pour s’expliquer sur la ligne éditoriale du blog et le rôle que peut avoir ce type de médias pour les habitants.

Quelques reproches ont été faites à l’encontre d’Aulnaycap comme notamment le relais d’articles non vérifiés. Les autres blogs en prennent également pour leur grade :

  • Monaulnay, considéré comme un blog d’opposition pour embêter Bruno Beschizza avec à sa tête des personnes ouvertement marquées politiquement
  • 93600infos dont le seul rédacteur travaille (ou travaillait) à la Mairie et ne pouvait pas être neutre
  • Aulnaylibre qui ne diffuse que de l’information favorable à la municipalité

Aurore Buselin a précisé quand même que certains articles ont fait réagir dans le bon sens les pouvoirs politiques locaux, avec à la clé une satisfaction pour les administrés.

Pour consulter l’emission, cliquer sur le lien ci dessous:

Les égouts débordent rue Albert Ballet à Aulnay-sous-Bois

Les feuilles envahissent les caniveaux rue Albert Ballet, la balayeuse ne passe plus depuis des mois. Quand il pleut, ça déborde, nous indique une lectrice.

Proxima ce 19 décembre Jacques Prévert Aulnay-sous-Bois, rue Anatole France à 20h30

Réalisateur : Alice Winocour
Acteurs : Eva Green, Matt Dillon, Lars Eldinger, Zélie Boulant-Lemesle,…
Distributeur : Pathé
Budget : 6.5 M €
Genre : Drame, Thriller.
Nationalité : Français.
Durée : 1h45min.

Synopsis :

Sarah est une astronaute française qui s’apprête à quitter la terre pour une mission d’un an, Proxima. Alors qu’elle suit l’entraînement rigoureux imposé aux astronautes, seule femme au milieu d’hommes, elle se prépare surtout à la séparation avec sa fille de 8 ans.

Proxima, dominé de la tête et des épaules par une Eva Green proprement extraordinaire.

N’usant de la quête des étoiles que comme une toile de fond fascinante pour une intrigue résolument plus terrestre que spatiale (on est plus focalisé sur les exercices de simulations que dans l’odyssée pure et dure dans l’espace), le film suit l’histoire bouleversante de Sarah, une astronaute française qui voit sa vie totalement bouleversée lorsque son rêve de participer à une mission spatiale se réalise : elle est choisie pour être le troisième membre pilier de la mission Proxima, aux côtés de l’Américain Mike et du Russe Anton.

Plongée fascinante et prenante à la lisière du documentaire (la précision du cadre et des spécificités techniques/logistiques, sont d’un réalisme bluffant), tournée dans de véritables centres de formation en Europe – plus précisément  en Russie et au Kazakhstan –

Proxima : se sert d’une véracité fouillée et imposante sur la dureté du métier d’astronaute, pour mieux alimenter un drame familial vibrant et intime sur la relation mère/fille et le parcours psychologique d’une femme tiraillée par ses ambitions, ses rêves et sa culpabilité maternelle, totalement mise à rude épreuve par la franchise désarmante d’un petit bout de chou terrifiée à l’idée de perdre le pilier de son existence.
Avec une finesse d’écriture rare, Alice Winocour joue pleinement sur la dualité de cette relation à double-tranchant pour Sarah, aussi contradictoire que cela puisse paraître, sa fille est à la fois le talon d’Achille de ses ambitions, capable de la faire vaciller psychologiquement plus d’une fois, que l’élément moteur de sa vie, la seule lumière d’espoir dans un monde hermétiquement fermé, ou le danger autant de l’espace que des émotions intimes périlleuses, peuvent mener à une mort certaine.

Proxima porté par l’impériale Eva Green est une réussite dont il est compliqué de dire du mal tant il est difficile de trouver quelque chose de vraiment problématique qui pourrait remettre l’expérience en question. Alice Winocour livre simplement un beau drame spatial, hommage subtil (même si elle ne s’en cache pas lors du générique) aux femmes astronautes.

———————–

L’avis de Thomas Pesquet publié sur sa page Facebook  

https://www.facebook.com/ESAThomasPesquet

Arrêtez tout ce que vous faites et allez voir Proxima, le nouveau film d’Alice Winocour, avec Eva Green dans le rôle d’une astronaute de l’ESA et mère célibataire, qui part bientôt pour une mission d’un an !

C’est le film de l’espace qui est le plus proche de ma propre expérience d’une mission. Il se concentre sur les humains, la mère et la fille, la place minime laissée à la famille dans cette aventure, les responsabilités et la pression qui en découle, être une femme dans ce milieu, les frustrations, les environnements multilingues et multiculturels, les sacrifices, les peurs, le prix du succès. Vous entendrez du français, de l’allemand, de l’anglais, du russe, comme au sein du programme spatial dans la vraie vie. Vous verrez un vrai lancement de fusée à Baïkonour, devant les yeux humides des gens au sol qui sont envahis d’émotion, comme en vrai. Et vous aurez aussi un aperçu de mes premiers pas en tant qu’acteur de cinéma 😉

C’est sans doute aussi vrai parce qu’Alice a suivi les préparations de ma mission pendant deux ans, et a travaillé d’arrache-pied pour faire un film sensible et réel.

Foncez !!!!

—————————

La bande annonce :

https://youtu.be/5c_S4BNMiAE

Ce que « Proxima » nous dit sur le futur et le destin de l’humanité

Par Olivier Parent, fondateur de FuturHebdo.com

Voir et écouter ici : https://www.dailymotion.com/video/x7om45o

—————————

Allez voir Proxima, avec Eva Green, vous ne le regretterez pas ❤

Source : Michel Cadart

%d blogueurs aiment cette page :