Archives de Catégorie: Actualité

Mohamed Bekhtaoui, placé en détention puis relâché pour vice de procédure

Décidément ce conseiller municipal d’opposition siégeant à la Courneuve n’a pas fini de faire parler de lui car il semble vouloir régulièrement en découdre avec nos forces de l’ordre et les lois de notre pays en se positionnant constamment dans la défiance. Régulièrement en délicatesse avec les procédures et la justice, Mohamed Bekhtaoui a dans un premier temps été placé en détention provisoire dans l’attente de son jugement en correctionnelle programmé mardi 4 mai au tribunal de Bobigny.

Pour rappel, j’avais publié un article au sujet de cet élu qui s’était déjà illustré par des faits hautement répréhensibles :

https://aulnaycap.com/2020/10/07/inquietant-un-elu-de-la-courneuve-fait-lapologie-du-terrorisme/

C’était sans compter sur l’intervention de son avocat qui a réclamé l’annulation de l’audience pour vice de procédure ! En effet Maitre Beaufils a fait valoir que les déclarations de l’élu avaient été consignées sans la présence d’un avocat lors de sa présentation devant le procureur. La Présidente a reconnu que le tribunal n’avait pas été saisi de manière régulière dans cette affaire.

Selon le parquet, l’élu avait été déféré dimanche pour des menaces de mort et des violences à l’encontre de personnes dépositaires de l’autorité publique, en l’occurrence des policiers. Il comparaissait également pour provocation à la rébellion et dégradation de biens d’utilité publique.

En effet Mohamed Bekhtaoui s’est interposé le 29 avril dernier aux alentours de 19h45 entre un attroupement d’une vingtaine de jeunes habitants de la cité des fleurs qui ne respectaient ni le port du masque ni le couvre-feu, et une patrouille de police venue leur demander de rentrer chez eux. Tout en filmant la scène, il s’est mis à hurler  » c’est moi la loi, c’est moi la loi  » en incitant les jeunes à revenir et à rester dehors ! Puis la situation a commencé à dégénérer avec des projectiles qui ont fusé de toutes parts et qui ont contraint les policiers à se replier dans leur voiture dont le pare-brise arrière a été brisé par un pavé.

Elu aux municipales de 2020, l’élu s’était déjà fait remarquer lors du déplacement du président le 7 avril 2020 : arrivé sans masque et contrôlé pour la 3ème fois sans attestation de sortie, il avait été placé en garde à vue et avait littéralement dérapé en claironnant au sein du commissariat :  » je vais devenir le nouveau Mohamed Merah  » ! Finalement relaxé pour le chef d’accusation d’apologie du terrorisme, il avait juste écopé de 140 heures de travaux d’intérêt général en octobre 2020 pour des outrages. Sa deuxième comparution devant la justice avait été motivée cette fois par des menaces de mort et des violences envers les policiers.

Le vice de procédure qui a empêché la comparution immédiate ne signifie nullement l’abandon des poursuites à l’encontre de Mohamed Bekhtaoui. En effet la présidente a affirmé que d’autres voies procédurales seraient probablement mises en route par le ministère public. L’élu est néanmoins resté en détention car il tombe sous le coup d’une peine ancienne dans une autre affaire qui devait être mise à exécution en cas de récidive.

Face à des faits répétés de défiance à nos lois et à nos forces de l’ordre, de propos et de menaces appartenant au vocabulaire des islamistes radicaux, d’agression, de violences, de dégradation de biens publics et d’incitation à la rébellion, cet élu ne devait-il pas faire l’objet d’une mise à pied définitive et d’une exclusion par le conseil municipal de La Courneuve au sein duquel il siège ?

L’exemplarité des élus n’est pas négociable et il est étonnant que la justice l’ait relaxé pour le chef d’accusation d’apologie du terrorisme alors qu’il s’était vanté de vouloir devenir le nouveau Mohamed Mérah !

Article rédigé le 5 mai 2021 par Catherine Medioni

Les élus Aulnay En Commun souhaitent que le Maire investisse dans des détecteurs de CO2 dans les écoles

Monsieur le Maire,

L’épidémie de covid se poursuit et il est important que nous puissions tout mettre en œuvre pour limiter la propagation du virus.

Un an après le début de la pandémie, on n’ignore plus que le coronavirus se transmet essentiellement par voie aérienne, comme le confirment plusieurs revues scientifiques ces derniers jours. Lorsque nous parlons et respirons, nous émettons de grosses gouttelettes et de petites particules, qu’on appelle aérosols, les plus légères flottant dans l’air. Ces particules peuvent être porteuses du SARS-CoV-2 et persister longtemps dans un espace clos, et cela, même si le sujet ne tousse pas.

Les scientifiques ont ainsi démontré l’intérêt de la mise en place de détecteurs de CO2 dans les classes afin de déterminé le moment où il faut aérer les espaces.

Lorsque la concentration en CO2 est trop élevée, cela signifie qu’il est impératif de corriger cela en aérant. Le renouvellement de l’air est un facteur majeur d’élimination des aérosols.

Ces détecteurs sont donc importants dans le cadre de la limitation de la propagation du virus afin d’éviter une trop grande transmission du virus par aérolisation et le seront tout autant pour d’autres épidémies annuelles que nous pouvons connaître dans les écoles (grippes, épisodes de rhinopharyngites…).

Certes cela représente un coût conséquent pour la ville, mais l’effet bénéfique sur les élèves et les personnels éducatifs sera lui aussi important. Il est intéressant de comparer les coups : un détecteur représente cinq tests PCR.

L’Allemagne a largement développé ces mesures dans ses écoles et d’autres pays comme la Suisse et la Finlande le préconisent largement.

Aussi nous vous demandons de bien vouloir étudier la mise en place rapide dans les écoles de ces détecteurs de CO2.

Source : les élus Aulnay En Commun

Malgré une baisse du taux d’incidence de la Covid-19 en Seine-Saint-Denis, l’arrivée du variant Indien fait peur

Malgré des améliorations dans le département de la Seine-Saint-Denis avec une baisse du taux d’incidence, la recrudescence des variants Brésilien et Sud-Africain et la possible arrivée du terrible variant Indien inquiètent les spécialistes. Le variant Indien cause des milliers de morts par jour en Inde avec une situation chaotique dans certaines parties du pays.

Les chercheurs tentent de détecter la présence de ce variant dans le département pour agir au plus vite avant qu’il ne se propage.

En Seine-Saint-Denis, un camion-école pour les enfants des squats et les enfants Syriens

© Radio France – Hajera Mohammad

En Seine-Saint-Denis, l’association ASKOLA propose aux enfants qui vivent dans des squats ou des bidonvilles, scolarisés ou non, de suivre des cours à bord d’un camion pour « maintenir le lien » avec l’école, même en pleine crise sanitaire. Reportage lors de son dernier arrêt à Saint-Denis.

Un camion aménagé en salle de classe

Dans le camion rose, une mini-classe a été aménagée avec des tables, des chaises, un tableau. Des pots de crayons et des cahiers sont à disposition. Deux fillettes écoutent attentivement Louis, l’un des éducateurs de l’association ASKOLA, qui leur propose ce matin un jeu de société pour réviser de manière plus ludique le calcul et le français.

Nana, 12 ans et Aeya, 10 ans, vivent avec leur famille dans un immeuble insalubre, à quelques mètres de là, qui a fait l’objet d’une inspection des services de la ville et de la préfecture en janvier dernier. Pour Nana, qui est scolarisée à Saint-Denis dans une classe pour élèves NSA (non ou peu scolarisés antérieurement), l’école à la maison imposée lors de cette crise sanitaire du Covid-19 a été difficile à gérer. « J’ai internet mais sur un téléphone et c’est très lent », nous explique-t-elle. 

Source et article complet : France Bleu

Covid-19 en Seine-Saint-Denis, la nouvelle attestation à remplir pour le couvre-feu

L’attestation a été mise en ligne sur le site du ministère de l’Intérieur, en français et en anglais. Il est possible de la télécharger directement sous différents formats, en Word ou en PDF notamment.

Cette attestation est indispensable si vous souhaitez vous déplacer pendant la période de couvre-feu (19h à 6h).

Covid-19, le taux d’incidence en Seine-Saint-Denis encore très élevé avec un risque de retard sur le déconfinement

Le taux d’incidence de la Covid-19 pour 100 000 habitants en Seine-Saint-Denis est encore de 440 aujourd’hui, ce qui pourrait pénaliser le département dans sa phase de déconfinement. Outre ce taux d’incidence, une augmentation très brutale de ce taux et une menace de saturation des services de réanimation pourraient également inciter le gouvernement à la précaution.

Cependant, la situation s’améliore dans le département (le taux d’incidence baisse lentement mais sûrement).

Fini la limite de déplacement à 10 km mais le couvre-feu à 19h reste de vigueur

Dès aujourd’hui, vous pouvez aller bien au-delà de la limite des 10 km imposée puisque la restriction a été levée ce matin. Vous pouvez rendre visite aux membres de votre famille même situés dans une autre région sans besoin d’attestation.

Par contre, le couvre-feu reste maintenu à 19h00. Il faudra attendre le 19 mai pour que celui-ci soit repoussé à 21h.

Le ramadan à Aulnay-sous-Bois intéresse la presse internationale avec la famille Moujahid

Reuters International est venu faire un reportage chez la famille Moujahid à Aulnay-sous-Bois pendant le jeûne du Ramadan. Crise de la Covid-19, nécessité de parler à certains enfants par visioconférence pour éviter la propagation du virus, le mal-être de ne pas pouvoir se rendre à la mosquée pour prier et rompre le jeûne…

Source : Reuters

En 2020, un tiers des vols violents sans arme ont eu lieu à Paris ou en Seine-Saint-Denis

Dans les affaires de violences sur personnes, la règle est claire : « plus la ville est peuplée, plus le nombre de faits enregistrés par habitants est élevé ». Et la Seine-Saint-Denis, prise dans le tissus urbain de l’agglomération parisienne, ne fait pas exception. En Île-de-France, près de cinq victimes de coups et blessures volontaires sont enregistrées pour 1 000 habitants. Un taux qui comprend les violences intrafamiliales et hors cadre familial.

Toutefois, il existe des écarts entre les départements. « Le taux est supérieur de 2,8 points en Seine-Saint-Denis par rapport à celui de la Seine-et-Marne », note le bilan. Avec Paris, la Seine-Saint-Denis est le seul département métropolitain à avoir un taux supérieur à 2,9 pour 1000 habitants pour les violences et blessures volontaires hors cadre familial. Ce taux est toutefois en baisse par rapport à 2019. Une baisse comprise entre 0 et 11,3%. 

Source et article complet : Actu.fr

 

Un obus de la seconde guerre mondiale prêt à exploser paralyse le REB B entre Mitry-Claye et Aulnay-sous-Bois

@BPI/REX Shutterstock/SIPA

Les ouvriers du chantier du Grand Paris Express en gare de Sevran-Livry on fait une découverte détonnante : un obus datant de la Seconde Guerre mondiale a été découvert.

La police a mis en place un périmètre de sécurité pour les opérations de déminage. Cet obus est dangereux et aurait pu causer victimes et dommages matériels importants.

Le trafic du RER B et de la ligne K est interrompu entre Mitry-Claye et Aulnay-sous-Bois jusqu’à nouvel ordre.

%d blogueurs aiment cette page :