Publicités

Archives de Catégorie: Syndicats

Lettre de la CGT au maire d’Aulnay-sous-Bois concernant le jour de carence pour les agents de la Fonction publique

Monsieur le Maire,

Emmanuel MACRON en avait fait une « promesse de campagne » : le «jour de carence pour les agents de la Fonction publique» instauré par N. Sarkozy et supprimé par F. Hollande sera restauré dès leur premier jour d’arrêt maladie. Une sanction !

Pour la CGT, ce jour de carence constitue une véritable insulte. Son instauration revient à considérer chaque malade comme suspect de fraude et donc, dans le doute, à le sanctionner d’office. Les médecins sont au passage considérés comme des pourvoyeurs d’arrêts de complaisance.

Pour la CGT, l’instauration du jour de carence est motivée par un mensonge : le gouvernement fonde notamment sa décision sur la volonté de corriger une supposée inégalité public-privé. Or, pour une large majorité des salarié-e-s du privé (près de 65% d’entre eux), les trois jours de carence sont actuellement couverts par divers dispositifs (convention collective, accord d’entreprise…) et pris en charge par les employeurs. L’égalité dans ce domaine devrait en fait passer par un dispositif de couverture intégral pour tou-te-s, et notamment pour la minorité de salarié-e-s du privé qui aujourd’hui n’en bénéficient pas.

Conséquence les agents viennent bien souvent travailler, même malades !

Cette mesure s’ajoute au gel du point d’indice, à l’augmentation du coût de la vie, mettant des agents en condition de précarité après la scandaleuse loi sur les retraites. Et en ce qui concerne les agents d’Aulnay-sous-Bois, elle s’ajoute à la délibération n°25 du 14 décembre 2016 que vous avez fait voter pour instaurer la diminution d’1/30ème du régime indemnitaire au-delà du 10ème jour de maladie.

La décision du jour de carence, prise par ordonnance vient donc en opposition avec l’article 57 des statuts : «tout fonctionnaire a droit à des congés de maladie pour une période de 12 mois, dont trois mois à plein traitement et 9 mois à demi-traitement».

Nous sollicitons donc de votre part de ne pas appliquer ce jour de carence et, en tant qu’employeur d’une collectivité de plus de 2 300 agents sa prise en charge afin de ne pas en faire supporter les frais par les personnels tout comme l’avait fait votre prédécesseur en 2012.

Dans cette attente, nous vous prions de recevoir, Monsieur le Maire, nos salutations les meilleures.

Pour la CGT des territoriaux d’Aulnay-sous-Bois

Publicités

FO Communaux d’Aulnay-sous-Bois demande au maire de laisser les agents partir plus tôt à cause de la neige

Monsieur le Maire,

Le 7 février dernier, nous vous alertions sur les difficultés que rencontraient certains agents pour venir travailler et les risques qu’ils prenaient dû aux intempéries.

Aujourd’hui, nous demandons pour les agents qui ont réussi à venir travailler, qu’ils soient autorisés à partir plus tôt, la neige tombant en abondance et le verglas faisant apparition.

Nous vous remercions par avance, au nom des agents, de l’intérêt que vous porterez à cette demande.

Recevez Monsieur le Maire nos respectueuses salutations.

Cordialement.

Source : lettre FO Communaux d’Aulnay-sous-Bois

Force Ouvrière à Aulnay-sous-Bois demande au Maire que le personnel reste chez lui à cause de la neige

Monsieur le Maire,
 
En raison des conditions météorologiques, de nombreux personnels sont en difficulté pour venir travailler.

Comme vous le savez les routes sont très difficilement praticables, voire dangereuses. 

Les transports en commun sont saturés ou très perturbés. Certaines lignes de bus, de train, sont fermées.

Après la neige, du verglas est attendu et laisse envisager des difficultés encore plus importantes pour demain.

Monsieur le Maire, si les routes ne sont pas salées, si la maintenance des transports publics n’a pas été mise en œuvre dans des délais satisfaisants, il en est de la responsabilité des pouvoirs publics qui depuis des années multiplient les mesures contre les services publics et ses agents. 

Ces derniers seront d’ailleurs dans la mobilisation le 22 mars prochain, dans l’unité syndicale, pour défendre leurs conditions de travail et le service public.

Les agents ne sont pas responsables de cette situation.

Pour FO, il n’est pas possible de demander aux agents de venir travailler, quelles que soient les conditions et d’ainsi se mettre en danger.

Monsieur le Maire, nous demandons que tant que la situation n’est pas rentrée dans l’ordre, des mesures soient prises pour garantir des conditions maximales de sécurité des salariés et des agents publics, notamment en fermant les établissements qui peuvent l’être. 

Les agents doivent pouvoir rester chez eux en sécurité.

Monsieur le Maire, nous vous remercions par avance de l’intérêt que vous porterez à cette demande. 

Source : lettre de FO Communaux d’Aulnay-sous-Bois adressé au Maire

FO appelle au boycott de la police de sécurité du quotidien

FO a conditionné sa participation au projet de Police de Sécurité du Quotidien (PSQ) à l’instauration d’un calendrier de négociations sur le volet social et la généralisation des équipements de protection pour les policiers municipaux.

Ces deux problématiques n’ayant pas à ce jour été abordées, nous avons décidé de décliner l’invitation du ministre pour la présentation de la PSQ, ce jeudi 08 février.

FO appelle l’ensemble des organisations syndicales à se joindre au boycott de la PSQ, tant que n’aura pas été obtenue l’ouverture de négociations sur les deux revendications précitées.

Les revendications portées par Force Ouvrière concernant le volet social font l’unanimité des organisations syndicales. Des engagements pris antérieurement par les représentants de l’AMF et du gouvernement n’ont pas été respectés.

Aussi, FO demande que les travaux de la CCPM portent uniquement sur le volet social et la généralisation des équipements de protection et de défense, et ce, jusqu’à l’obtention d’un accord.

Nous appelons les policiers municipaux à se mobiliser et à solliciter le soutien de leur employeur. Ce soutien pourra se traduire par l’envoi d’un courrier au préfet, exprimant son refus d’engager son service de police municipale dans la police de sécurité du quotidien, tant que le gouvernement et l’AMF refuseront d’ouvrir des négociations sur les revendications légitimes des policiers municipaux.

Nous invitons l’ensemble des policiers municipaux à manifester leur refus catégorique d’accepter toutes prérogatives ou compétences nouvelles, et ce, tant que les revendications concernant le taux, les modalités d’attribution de l’ISF, la généralisation des moyens de protection et de défense ne seront pas prises en compte.

Nous demandons au ministre de l’Intérieur de nous recevoir dans les meilleurs délais.

Source : communiqué FO

Délinquance, insécurité, insalubrité et risques d’incendie à la bibliothèque Elsa Triolet à Aulnay-sous-Bois

FORCE OUVRIÈRE dénonce les risques encourus par les usagers et les agents de la bibliothèque Elsa Triolet lors du CHSCT du jeudi 25 janvier 2018. Nous avons alerté la collectivité sur les risques d’incendie, les risques sanitaires et le développement de la délinquance aux abords de cet établissement.

◊ Risques d’incendie :
Aucun exercice d’évacuation n’a été organisé depuis des années alors que ces exercices sont obligatoires une fois par semestre. Le responsable de la bibliothèque nous a affirmé que ces exercices n’avaient pas lieu car la clé de l’alarme incendie a été perdue et il ne peut pas
désactiver l’alarme !

Pire, la porte d’évacuation de secours est fermée à clé, cette clé est introuvable depuis plusieurs années… Nous rappelons que ces portes devraient obligatoirement être déverrouillées et munies de barres anti-panique afin de permettre l’évacuation du public et des usagers dans le calme en cas d’incendie.

Cette situation pourrait paraître simple à résoudre par le changement de canon de serrure, la formation des agents au risque incendie et des exercices d’évacuation.

Il n’en n’est rien : La vétusté de l’installation électrique, de nombreuses infiltrations d’eau et la présence d’animaux nuisibles qui nichent dans les combles où passent des câbles électriques sont un risque majeur de départ de feu !

◊ Insalubrité du bâtiment :
La présence de moisissures qui sont dues à l’humidité ambiante peuvent favoriser l’apparition de maladies respiratoires, des irritations des yeux, du nez et de la gorge mais aussi des maux de tête et un état de fatigue. Les enfants et les personnes ayant un système immunitaire affaiblis sont plus vulnérables aux moisissures.

Ce n’est pas tout, des chats nichent dans les combles. Selon le responsable de la bibliothèque leurs excréments coulent le long des murs, l’été le bâtiment est envahi de puces.

Ces excréments peuvent contenir le parasite responsable de la toxoplasmose, une infection souvent bénigne, mais qui peut être très dangereuse pour les foetus et pour les personnes immunodéprimées. Certaines infections peuvent aussi être transmises de la puce à l’homme !

Pourtant durant cette réunion nous n’avons entendu dans la bouche de la direction ou des élus que le mot « désagréments » !

◊ Délinquance aux abords de la bibliothèque :
Le « petit commerce » se développe bien aux alentours de la bibliothèque…
Ce commerce illicite de stupéfiants entraîne de nombreuses dégradations mais aussi des risques d’agressions pour le personnel et les usagers.

Le Directeur nous a avoué que parfois, lors de descentes de Police, des dealers se réfugiaient dans la bibliothèque et y cachaient la drogue, le temps de l’intervention des forces de l’ordre !

Cette situation est inacceptable !!!

FORCE OUVRIÈRE s’est insurgé lors de la tenue du CHSCT, contre la désinvolture de la Municipalité face à cette situation en rappelant que les usagers sont pour une grande part les élèves des écoles environnantes.

  • Que se passerait-il en cas de départ de feu, dans ce bâtiment ?
  • Peut-on accueillir ces enfants et faire travailler les agents de la ville dans des locaux insalubres avec des risques sanitaires aussi importants ?
  •  Peut-on laisser l’insécurité et la délinquance se développer aux abords de la bibliothèque et laisser les agents et usagers livrés à eux-mêmes ?

FORCE OUVRIÈRE DIT NON !!!

FORCE OUVRIÈRE EXIGE :

  • Des travaux effectués dans les plus brefs délais pour la remise aux normes de ce bâtiment.
  • Le déménagement provisoire de cette structure dans des locaux sécurisés pendant la durée des travaux de rénovation ou de reconstruction.
  • La re-mise en place d’un service de sécurité, qui avait été supprimé, dans la bibliothèque.

Source : communiqué Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois

Lettre ouverte de la CFTC au Maire d’Aulnay-sous-Bois concernant la journée de carence

Monsieur le Maire,

Conformément à la loi de finances n° 2017-1837 du 30 décembre 2017, la journée de carence est rétablie et s’applique depuis le 1er janvier 2018.

Nous savons que la mise en oeuvre technique à Aulnay-sous-Bois ne pourra se faire avant le mois de mars 2018. En effet, la mise en oeuvre sur le logiciel ASTRE nécessite un paramétrage spécifique avec intervention d’un prestataire.

La section syndicale CFTC demande que ce dispositif ne soit pas appliqué pendant cette période. Nous demandons donc que les agents en arrêt depuis le 1er janvier 2018 ne subissent pas la journée de carence le temps de la mise en oeuvre et qu’aucune rétroactivité ne soit mise en place.

Nous déplorons  aussi que cette journée de carence s’ajoute au dispositif déjà en vigueur sur le régime indemnitaire qui consiste à réduire le régime indemnitaire RIFSEEP au-delà de 10 jours d’absence par année civile, occasionnant ainsi une double peine aux agents territoriaux.

La section syndicale CFTC vous demande de revoir votre position en portant à 15 le nombre de jours d’absence avant réduction du régime indemnitaire.

Source : communiqué section syndicale CFTC Aulnay-sous-Bois

Force Ouvrière communaux d’Aulnay-sous-Bois s’adresse au premier ministre Edouard Philippe

Monsieur le Premier Ministre,

LES ADHERENTS FO de la ville d’Aulnay-sous-Bois réunis en Assemblée Générale, à la bourse du travail DÉNONCENT le décret n° 2017-1137 qui modifie les conditions d’attribution de la prime spéciale d’installation et aura pour conséquence LA SUPPRESSION PURE ET SIMPLE DE CETTE PRIME pour certains agents.

Les agents contractuels de notre ville qui auront la chance d’être titularisés, souvent après un parcours du combattant et de nombreuses années à cumuler les CDD, NE PERCEVRONT PLUS CES 2000 EUROS !!!

C’EST INACCEPTABLE !!!

Monsieur le Premier Ministre, nous sommes curieux et avons hâte de lire vos explications.

VOUS DEVEZ VOUS EXPLIQUER !!!

Un exemple pour dénoncer avec la plus grande fermeté cette mesure injuste :

Après un long combat, FO a obtenu que le service de la restauration reste en régie municipal.

Nous avons aussi obtenu 28 titularisations en deux cessions, une en 2017 l’autre en 2018.

COMMENT ALLEZ VOUS EXPLIQUER À NOS OFFICIÈRES QUE LES 16 AGENTS NOMMÉS STAGIAIRES EN 2018 NE TOUCHERONT PAS CETTE PRIME DE 2000 EUROS CONTRAIREMENT AUX NOMMÉS DE 2017 ?

CERTAINES D’ENTRE ELLES NE GAGNENT QUE 1000 EUROS NET MENSUEL !

Monsieur le Premier Ministre, il n’est pas trop tard FO AULNAY vous demande de renoncer à cette mesure injuste, inéquitable et intolérable.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de notre haute considération.

Source : communiqué FO Communaux d’Aulnay-sous-Bois

Une pétition pour une véritable reconnaissance professionnelle des ATSEM

Vous avez été nombreux et nombreuses à vous mobiliser à l’appel de Force Ouvrière pour défendre une vraie reconnaissance de votre métier en terme de qualification et de déroulement de carrière !

UNE PARTIE DE VOS REVENDICATIONS A ETE ENTENDUE !

Les ATSEM pourront désormais intégrer deux cadres d’emplois :

  • Celui des agents de maîtrise par promotion interne, après avis de la CAP (et 9 ans de services effectifs) ou par examen professionnel, après avis de la CAP (et 7 ans dans le cadre d’emplois).
  • Celui des animateurs par concours spécial ouvert aux ATSEM justifiant de 4 ans de service public au 1er janvier de l’année du concours, à hauteur de 15% des postes à pouvoir aux concours interne.

Par contre aucune amélioration de la rémunération des ATSEM n’a été proposée alors que le projet de décret reconnaît aux ATSEM un rôle d’assistant auprès des enseignants !

Dans la Fonction Publique Territoriale un assistant correspond à la catégorie B !
POUR FORCE OUVRIÈRE, LES REVENDICATIONS SONT TOUJOURS LÀ ET NOUS CONTINUONS À LES PORTER :

  • Revalorisation de la grille indiciaire
  • 1 ATSEM à temps complet par classe
  • Précisions des missions liées au cadre d’emplois
  • Intégration des ATSEM en catégorie active
  • L’amélioration de la réglementation concernant l’annualisation du temps de travail
  • Reconnaissance des suggestions particulières dans le temps de travail afin d’éviter que les ATSEM ne doivent des heures à la collectivité
  • Un dispositif de remplacement afin de permettre aux ATSEM de se rendre en formation Le gouvernement poursuit sa politique d’austérité envers les agents de la Fonction Publique Territoriale et il persiste à refuser la revalorisation comme il se doit du cadre d’emplois des ATSEM.

AVEC FORCE OUVRIÈRE AFIN DE FAIRE ABOUTIR VOS LÉGITIMES REVENDICATIONS SIGNEZ MASSIVEMENT LA PETITION NATIONALE

Retrouvez cette pétition en ligne avec le lien suivant :

https://www.change.org/p/fo-territoriaux-fosps-com-pour-une-v%C3%A9ritable-reconnaissance-professionnelle-des-a-t-s-e-m

Source : communiqué Force Ouvrière

F.O Aulnay-sous-Bois souhaite qu’une employée handicapée ait un poste adapté à la mairie

Dans le communiqué accessible en cliquant sur l’image ci-contre, Force Ouvrière communaux d’Aulnay-sous-Bois regrette qu’une employée municipale handicapée n’ait pas un poste adapté à la mairie.

COMMUNIQUÉ A.T.S.E.M. Force Ouvrière Aulnay-sous-Bois : Récupération du 11 novembre

FORCE OUVRIÈRE a interpellé la Direction de l’Éducation concernant la récupération du jour férié du 11 novembre qui tombait un samedi cette année.

La récupération des jours fériés tombant un samedi est inscrite dans le règlement intérieur de la collectivité.

Les ATSEM étant assujetties à un planning particulier qui prend en compte les vacances scolaires, les récupérations des jours fériés qui tombent un samedi sont normalement calculés dans le temps de travail.

La Direction de l’Éducation nous a affirmé que la DRH avait fait une erreur en oubliant ce jour férié, c’est pourquoi il ouvre droit à récupération pour les ATSEM.

Elle est consciente que l’annonce faite aux ATSEM a été tardive ne laissant pas le temps à tous les agents de poser leurs récupérations avant la fin de l’année.

Il nous a été assuré que ce jour férié pourra être récupéré par les ATSEM durant l’année 2018. Un courrier leur sera envoyé au mois de janvier pour expliquer les modalités de récupération.

FORCE OUVRIÈRE demande que les ATSEM puissent récupérer la journée 11 novembre 2017 à leur convenance.

%d blogueurs aiment cette page :