Archives de Catégorie: Syndicats

Pass sanitaire : Force Ouvrière Aulnay-sous-Bois dit non aux sanctions disciplinaires

Le projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire, validé par la commission mixte paritaire, a été voté par le parlement le 25 juillet dernier. Le conseil constitutionnel rendra son avis le 5 aout prochain.

Pass sanitaire, vaccination, sanctions, etc…

Cette cacophonie gouvernementale n’est pas nouvelle, elle restera le marqueur de cette crise sanitaire que nous traversons depuis février 2020! Les masques étaient d’abord inutiles, puis obligatoires, ensuite ce fut la même histoire pour les tests PCR.

La gestion des vaccins a aussi été chaotique , introuvables hier et indispensables, voir obligatoires demain.

Ainsi, les agents du Mad et du Siad, les personnels de santé et ceux qui exercent dans les lieux recevant du public seront dans l’obligation de fournir un Pass sanitaire, en réciprocité de la demande faite aux usagers de ces lieux.

Force Ouvrière des Communaux d’Aulnay-sous-Bois n’accepte pas le piège de la division entre vaccinés et non vaccinés. Pour notre syndicat, la volonté de sanctionner des agents non vaccinés, est totalement inacceptable ! Suspendre les personnels, ne plus les rémunérer ou rompre des CDD est totalement injustifiable.

Pourtant, le gouvernement annonce que 40 millions de français sont déjà vaccinés avec une première dose et qu’au rythme actuel, l’ensemble de la population adulte, estimée à 52 millions de personnes pourrait être vacciné, à la date du 19 novembre 2021. (Source Covid Tracker).

Cela démontre que l’incitation suffisait largement.

Si cette loi devait être promulguée en l’état, elle remettrait en cause le statut général des fonctionnaires, le droit à la rémunération, mais également les sanctions disciplinaires.

Rien ne justifie cela !

Force Ouvrière ne cultive pas l’ambigüité !

Nous rejetons toutes sanctions envers les fonctionnaires, agents publics et salariés et revendiquons l’abrogation de ce projet de Loi.

Le syndicat Force Ouvrière des Communaux d’Aulnay-sous-Bois refuse que ce projet de loi vienne modifier les garanties du Statut général des fonctionnaires.

Source : Force Ouvrière

Lettre de pétition des agents du service jeunesse à Aulnay-sous-Bois

Monsieur le Maire,

Les agents du service Jeunesse se sont réunis en Assemblée Générale suite au projet d’externalisation de leur service Lors de cette assemblée, il a été décidé de revendiquer :

  • Le refus total du projet d’externalisation
    • Les raisons de ce projet n’ont aucunement été avancées.
    • Aucune concertation avec les agents du service Jeunesse n’a été organisée, ce qui a entraîné une grande incertitude professionnelle chez ceux-ci.
  • Le rejet de la fusion des services Éducation et Jeunesse opérée ces dernières années
    Après tant d’années de fusion, les agents du service Jeunesse n’ont pas constaté l’utilité de cette fusion, le constat des agents est simple :

    • Peu de transversalité, voir aucune transversalité entre les deux services.
    • Aucune communication entre les agents des deux services.
    • Un circuit administratif qui semble s’être rallongé avec la validation par la direction de l’Éducation.
  • Le Retour à un service Jeunesse autonome
    C’est pour cela que Force Ouvrière soutient le combat des agents du service Jeunesse qui demandent :

    • Un service Jeunesse « indépendant » du service de l’Éducation, qui soit acteur et force de propositions.
    • La création de deux lignes budgétaires en direction des structures jeunesse, l’une consacrée à la mise en place de séjours, et la deuxième à la mise en place de projets de structure.
    • Des salaires plus élevés pour les agents saisonniers.

Ils réclament aussi la mise en place d’un accompagnement personnalisé pour le changement de service des agents qui souhaitent donner un nouvel élan à leur carrière.
Nous vous demandons à être reçus le plus rapidement possible en délégation.
Veuillez recevoir, Monsieur le Maire, l’expression de notre haute considération.

Source : Syndicat Force Ouvrière

La CGT 93 dénonce le comportement de MA France et le risque de fermeture du site à Aulnay-sous-Bois

MA France continue de vouloir déménager l’usine d’Aulnay,tout en racontant que l’emploi ne serait pas menacé. Une usine sans outils et avec des emplois assurés, et il faudrait les croire sur parole! Les patrons ne doute de rien! Mobilisation ! Une mobilisation est prévue ce samedi devant l’usine.

Source : CGT 93

SOPROREAL Aulnay-sous-Bois : volontaire un jour, volontaire toujours

Au CSE du 21 juin la Direction nous a informés de son projet de recourir à des heures supplémentaires pour le personnel travaillant en fabrication, et ce pour une durée de 3 mois : en semaine de 5h à 6h le matin, de 20h à 22h l’après-midi et le
samedi matin, la nuit du 13 au 14 juillet et le 14 juillet.

Ce recours à des heures supplémentaires caractérise un échec cuisant de la Direction à organiser correctement l’activité de l’usine et son manque d’anticipation.

Ces heures supplémentaires vont dégrader encore plus les conditions de travail : en premier lieu celles des fabricants mais par la suite de toutes les autres corporations, qualité, conditionnement, flux, etc..

C’est un engrenage dans lequel il ne faudrait surtout pas rentrer car cette situation dite exceptionnelle se reproduira inéluctablement et ce pour de multiples raisons dont celle que la Direction ne voudra jamais régler : le manque d’effectifs !

Pour nous CGT, ces heures supplémentaires auraient pu être évitées si la Direction n’avait pas fait partir la majorité des fabricants ; ainsi, il aurait été possible de réactiver l’équipe de nuit de fabrication plutôt que de faire un bricolage avec deux
ex-fabricants de nuit passés au conditionnement malgré eux, un opérateur de conditionnement polyvalent et des intérimaires : lamentable !

La Direction n’avait plus d’autres choix que de demander des heures supplémentaires et utilise toujours le même appât « l’argent » pour attirer des volontaires. Il faut préciser que le volontariat n’en est pas vraiment un : les intérimaires sont volontaires d’office et les titulaires qui l’acceptent une première fois intègrent systématiquement l’équipe de confiance dévouée à vie !

Sur l’aspect financier, ces heures sont payées au rabais : un comble par rapport à l’effort fourni ! La Direction pourrait au moins considérer que ce sacrifice mériterait d’être payé double, soit à 200% ; cela serait possible si les salariés titulaires refusaient de les faire à ce tarif minimum…. dommage on pourrait les négocier !!!

Nous vous le disons : accepter ce projet serait une erreur fondamentale et n’inciterait pas du tout la Direction à régler les problèmes d’organisation, de ressources humaines, de compétences ; bien au contraire, à chaque fois qu’elle aurait des difficultés à honorer ses commandes, elle se servirait de son joker, l’augmentation du temps de travail.

Au bout du compte, nous les salariés y perdrions beaucoup, d’abord notre santé mais aussi la possibilité de créer un rapport de force pour revendiquer des augmentations de salaire (200 euros), des renforts d’effectifs (20 CDI) et de meilleures conditions de travail !

Pour ces raisons votre syndicat CGT s’oppose fermement à ce recours à des heures supplémentaires et a donné un avis défavorable au CSE ; le syndicat associé de la Direction la CGC a, lui, donné un avis favorable et compte utiliser ce moyen pour
d’autres secteurs !

Méfiez-vous de ces gens qui incitent à vous faire travailler plus longtemps car aucun d’entre eux ne sera volontaire pour le faire ; ils sont simplement spectateurs comme d’habitude, c’est bien plus facile !

Pour nous CGT, il est hors de question de faire subir aux autres ce que l’on n’aimerait pas subir nous-mêmes et nous préférerons toujours œuvrer pour augmenter les salaires sans travailler plus !

Ne vous laissez pas entraîner dans ce processus ; restons unis et nous gagnerons ensemble les combats futurs !

Source : CGT SOPROREAL Aulnay-sous-Bois

CGT SOPROREAL à Aulnay-sous-Bois : la croyance Pulse !

Depuis des années le groupe l’Oréal a mis en place une enquête de satisfaction « PULSE ».

La participation des salariés à cette enquête, pour rappel, doit être anonyme et sur la base du volontariat.

Mais cela n’est pas le cas. Une pression hiérarchique est mise sur le personnel pour l’inciter à y répondre ; la Direction de Soproréal a un seul but : obtenir un taux de participation élevé pour montrer aux dirigeants du Groupe que l’usine est bien gérée et les salariés satisfaits de leur sort !

Les salariés qui y participent et croient que leurs opinions, leurs ressentis sont pris en compte, ont-ils constaté une amélioration dans leurs conditions de travail ou une reconnaissance de leur engagement ? NON, leurs conditions de travail se sont détériorées, dégradées : charge de travail toujours plus importante, une pression de plus en plus forte, un climat anxiogène et une dérive autoritaire !

Concrètement quel est le bilan de PULSE ?

Le seul retour de l’enquête PULSE se limite à des réunions et des présentations PowerPoint. Cette fiction est très éloignée de la réalité que vivent les salariés au quotidien dans les usines ou centrales et chacun peut le vérifier !

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : un taux d’absentéisme très élevé en production, une augmentation des risques psycho-sociaux toutes catégories socio-professionnelles confondues, des maladies professionnelles en hausse.

LA DEPRIME !

Finalement, le Groupe transmet un bilan de l’enquête PULSE toujours très valorisant à la presse à l‘intention de l’opinion publique et aux salariés. Ainsi nous sommes toujours classés dans les meilleures entreprises en termes de qualité de vie au travail.
La messe est dite !
La Direction n’a jamais eu à faire face à un rejet de son enquête et elle serait très ennuyée si le taux de participation était très bas ; peut-être devrait-elle se remettre en question, écouter les salariés et traiter leurs problèmes.

Votre syndicat CGT vous le dit : PULSE n’a aucun intérêt pour vous Ça ne vous apportera rien. Si vous voulez réellement voir vos conditions de travail s’améliorer, rejoignez-nous. L’union fait la force.

Source : communiqué SOPROREAL à Aulnay-sous-Bois

Halte au grand déménagement de MA France Aulnay-sous-Bois ! Les salariés sont déterminés à défendre leur outil de travail

L’équipementier automobile d’Aulnay, spécialiste dans l’emboutissage et le ferrage, est l’un des principaux fournisseurs de PSA et donc du groupe Stellantis. Cette entreprise a contre tout attente, et avec renfort d’agents de sécurité, déménagé la semaine dernière un élément de la ligne de production. Un déménagement qui ne serait que le début d’une opération beaucoup plus conséquente qui viserait à dépouiller la totalité d’une chaîne de production de ses outils industriels.

Une initiative de la direction de MA France qui provoque stupeur et colère des salariés !
En effet, ce grand déménagement s’effectuerait sans aucune information préalable des salariés. La direction avait seulement indiqué les impacts de la nouvelle stratégie de PSA, pour la charge de travail de l’usine de MA France Aulnay, qui risquait de connaître une baisse de ses commandes. Mais de disparition d’une partie de l’outil de production, il n’en a jamais été question ! Ces machines sont l’outil de travail des salariés ! C’est avec cet outil qu’ils comptent continuer à produire pour préserver leurs emplois !

Or il semblerait que cela soit PSA qui souhaiterait récupérer ces machines-outils. Non contente de ne pas respecter un accord qui devait assurer la fourniture de certaines pièces pour des véhicules utilitaires jusqu’en 2026, PSA s’accapare nos éléments de productions : Avec MA France le client est plus que roi ! c’est inadmissible !

La CGT demande en urgence une réunion extraordinaire pour obtenir tous les éléments d’information sur cette tentative de « braquage » d’une ligne de production de l’usine.

La CGT a d’ores et déjà engagé une étude approfondie de l’accord entre MA France et PSA afin d’utiliser tous les leviers permettant de défendre l’outil de travail.

Les salariés vont très prochainement se réunir en Assemblée générale pour décider de la pertinence et du contenu d’un certain nombre d’initiative.

Pour l’emploi, l’usine ne déménagera pas du 9.3 !

Source : CGT

Lettre ouverte de la CFDT pour une demande de travaux pour la bourse du travail à Aulnay-sous-Bois

Monsieur,

Avec l’ensemble des utilisateurs de la bourse du travail, sise 19/21 rue Jacques Duclos, nous tenons à attirer votre attention sur la situation des locaux.

En effet, nous utilisons quotidiennement les locaux de la bourse de travail pour nos différentes actions et nous avons besoin pour nous-mêmes et pour le respect du public, de l’accueillir dans un lieu agréable et non anxiogène. Les locaux n’ont pas été rénovés depuis au moins 20 ans, malgré nos demandes formulées depuis longtemps.

Les locaux ont besoin d’être rafraichis, et doivent être dotés de toilettes pour les personnes à mobilité réduite, conformément à la loi du 11 février 2005. Certains murs sont fissurés, certaines portes sont défoncées, le mobilier date du siècle dernier, le matériel informatique en fin de vie, la connexion internet et téléphonie mauvaises, le lieu est non sécurisé et la porte d’entrée est fragilisée…

De plus, l’attribution des locaux se fait de manière arbitraire, une organisation syndicale s’est vu refuser l’obtention d’un bureau, tandis qu’une autre bénéficie d’un espace plus important. Nous déplorons aussi l’absence de conseil d’administration pour cette structure.

Nous avons procédé au recensement des travaux à effectuer qui nous semblent urgents à honorer dans les meilleurs délais.

Pour toutes ces raisons, nous faisons appel à vous, pour vous faire part de cette situation, et nous espérons être entendus.

Nous mettons en pièce jointe les demandes de travaux.

Dans l’attente de votre réponse, veuillez agréer, Monsieur le maire, nos sincères salutations.

  • Demandes de travaux
    • Les locaux ont besoin de travaux et d’un rafraichissement (peinture)
    • De réparation : murs avec des fissures apparentes
    • Portes sont défoncées (trous) donc à remplacer
    • Nous accueillons du publics et notamment des personnes handicapées : absence de WC pour ce public
    • Absence de rideaux occultant (soleil+ écran de PC)
    • Moquette usée
  • Chauffage : il faudrait revoir toute l’installation des convecteurs électriques
  • WC : manque les abattants
  • Mobilier datant du dernier siècle non adapté aux exigences ergonomiques actuelles
  • Sécurité :
    • Lieu non sécurisée : porte d’entée fragilisée
    • Prévoir le passage de la commission de sécurité
    • La vérification des extincteurs
    • Mise en place d’un défibrillateur
    • Le renforcement de l’issue de secours
  • Eclairage :
    • Revoir l’éclairage dans les bureaux et les couloirs
    • Remplacement des tableaux d’affichage
    • Les enseignes de sécurité
  • Sur le plan organisationnel et administratif
    • Mise en place d’une commission administrative et d’un règlement intérieur.
    • Election d’un bureau de gestion du lieu
    • Doter le lieu d’un photocopieur performant
    • Une connexion internet fiable
    • Matériel informatique récent
  • Développement durable
    • Prévoir des poubelles de tri sélectif

Source : CFDT Aulnay-sous-Bois

La CFDT section syndicale de la mairie d’Aulnay-sous-Bois obtient gain de cause pour la publication de ses tracts sur l’Intranet

L’administration a été obligé sous la pression des militants, des agents , du Préfet de la Seine-Saint-Denis et du défenseur des droits de capituler au sujet de notre revendication pour la publication de nos tracts et courriers sur l’espace dédié sur l’intranet, néanmoins le compte n’est pas bon , car il manque la publication d’autres tracts et courriers qui sont encore censurés C’est une victoire contre ceux qui veulent entraver l’action syndicale et le droit d’expression et d’information.

Nous nous réjouissons de cette victoire et nous continuerons le combat pour défendre les droits des agents.

Source : CFDT section syndicale de la mairie d’Aulnay-sous-Bois

Force Ouvrière Aulnay-sous-Bois souligne le professionnalisme des équipes de restauration suite à une intoxication alimentaire

Dans l’un des derniers éditos de Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois, le syndicat souligne la rapidité et le professionnalisme des équipes de restauration suite à une intoxication alimentaire constatée.

Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois s’insurge contre les décisions autoritaires

Mardi 21 avril, nous avons été avisés que les agents de la Petite enfance, placés en ASA pour pathologie, avaient été rappelés sur leurs lieux de travail. Certains de ces agents auraient été avertis la veille au soir de leur reprise pour le lendemain.

Les ASMAT en ASA ont aussi été mobilisées pour venir travailler dans les crèches. Pourtant la plupart étaient fermées au public, l’accueil Petite Enfance devant prioritairement être organisé au sein des Mac Guy Chauvin et Henri Thibaut.

Il est à noter, que plusieurs agents nous ont informés que durant les trois jours en présentiel, il leur est demandé sur des crèches fermées au public, de travailler en groupe de réflexion à l’aide de documents fournis par la direction.

Cette tâche ne semble pourtant pas suffisante à occuper les agents trois jours, et que, selon eux, une journée est amplement suffisante. Le reste du temps c’est ménage et nettoyage des sols, alors qu’un service de nettoyage est dédié à ces tâches.

Quel en est l’intérêt pour le service Public ? Selon la direction de la Petite Enfance, les postes doivent être aménagés pour le personnel qui bénéficiait jusqu’alors d’une Autorisation Spéciale d’Absence et un refus de se présenter au poste de travail doit être considéré comme un abandon de poste. Ce procédé nous semble pour le peu très autoritaire !

Source : Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois

%d blogueurs aiment cette page :