Archives du blog

Pass sanitaire : Force Ouvrière Aulnay-sous-Bois dit non aux sanctions disciplinaires

Le projet de loi relatif à la gestion de la crise sanitaire, validé par la commission mixte paritaire, a été voté par le parlement le 25 juillet dernier. Le conseil constitutionnel rendra son avis le 5 aout prochain.

Pass sanitaire, vaccination, sanctions, etc…

Cette cacophonie gouvernementale n’est pas nouvelle, elle restera le marqueur de cette crise sanitaire que nous traversons depuis février 2020! Les masques étaient d’abord inutiles, puis obligatoires, ensuite ce fut la même histoire pour les tests PCR.

La gestion des vaccins a aussi été chaotique , introuvables hier et indispensables, voir obligatoires demain.

Ainsi, les agents du Mad et du Siad, les personnels de santé et ceux qui exercent dans les lieux recevant du public seront dans l’obligation de fournir un Pass sanitaire, en réciprocité de la demande faite aux usagers de ces lieux.

Force Ouvrière des Communaux d’Aulnay-sous-Bois n’accepte pas le piège de la division entre vaccinés et non vaccinés. Pour notre syndicat, la volonté de sanctionner des agents non vaccinés, est totalement inacceptable ! Suspendre les personnels, ne plus les rémunérer ou rompre des CDD est totalement injustifiable.

Pourtant, le gouvernement annonce que 40 millions de français sont déjà vaccinés avec une première dose et qu’au rythme actuel, l’ensemble de la population adulte, estimée à 52 millions de personnes pourrait être vacciné, à la date du 19 novembre 2021. (Source Covid Tracker).

Cela démontre que l’incitation suffisait largement.

Si cette loi devait être promulguée en l’état, elle remettrait en cause le statut général des fonctionnaires, le droit à la rémunération, mais également les sanctions disciplinaires.

Rien ne justifie cela !

Force Ouvrière ne cultive pas l’ambigüité !

Nous rejetons toutes sanctions envers les fonctionnaires, agents publics et salariés et revendiquons l’abrogation de ce projet de Loi.

Le syndicat Force Ouvrière des Communaux d’Aulnay-sous-Bois refuse que ce projet de loi vienne modifier les garanties du Statut général des fonctionnaires.

Source : Force Ouvrière

Lettre de pétition des agents du service jeunesse à Aulnay-sous-Bois

Monsieur le Maire,

Les agents du service Jeunesse se sont réunis en Assemblée Générale suite au projet d’externalisation de leur service Lors de cette assemblée, il a été décidé de revendiquer :

  • Le refus total du projet d’externalisation
    • Les raisons de ce projet n’ont aucunement été avancées.
    • Aucune concertation avec les agents du service Jeunesse n’a été organisée, ce qui a entraîné une grande incertitude professionnelle chez ceux-ci.
  • Le rejet de la fusion des services Éducation et Jeunesse opérée ces dernières années
    Après tant d’années de fusion, les agents du service Jeunesse n’ont pas constaté l’utilité de cette fusion, le constat des agents est simple :

    • Peu de transversalité, voir aucune transversalité entre les deux services.
    • Aucune communication entre les agents des deux services.
    • Un circuit administratif qui semble s’être rallongé avec la validation par la direction de l’Éducation.
  • Le Retour à un service Jeunesse autonome
    C’est pour cela que Force Ouvrière soutient le combat des agents du service Jeunesse qui demandent :

    • Un service Jeunesse « indépendant » du service de l’Éducation, qui soit acteur et force de propositions.
    • La création de deux lignes budgétaires en direction des structures jeunesse, l’une consacrée à la mise en place de séjours, et la deuxième à la mise en place de projets de structure.
    • Des salaires plus élevés pour les agents saisonniers.

Ils réclament aussi la mise en place d’un accompagnement personnalisé pour le changement de service des agents qui souhaitent donner un nouvel élan à leur carrière.
Nous vous demandons à être reçus le plus rapidement possible en délégation.
Veuillez recevoir, Monsieur le Maire, l’expression de notre haute considération.

Source : Syndicat Force Ouvrière

Force Ouvrière Aulnay-sous-Bois souligne le professionnalisme des équipes de restauration suite à une intoxication alimentaire

Dans l’un des derniers éditos de Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois, le syndicat souligne la rapidité et le professionnalisme des équipes de restauration suite à une intoxication alimentaire constatée.

Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois s’insurge contre les décisions autoritaires

Mardi 21 avril, nous avons été avisés que les agents de la Petite enfance, placés en ASA pour pathologie, avaient été rappelés sur leurs lieux de travail. Certains de ces agents auraient été avertis la veille au soir de leur reprise pour le lendemain.

Les ASMAT en ASA ont aussi été mobilisées pour venir travailler dans les crèches. Pourtant la plupart étaient fermées au public, l’accueil Petite Enfance devant prioritairement être organisé au sein des Mac Guy Chauvin et Henri Thibaut.

Il est à noter, que plusieurs agents nous ont informés que durant les trois jours en présentiel, il leur est demandé sur des crèches fermées au public, de travailler en groupe de réflexion à l’aide de documents fournis par la direction.

Cette tâche ne semble pourtant pas suffisante à occuper les agents trois jours, et que, selon eux, une journée est amplement suffisante. Le reste du temps c’est ménage et nettoyage des sols, alors qu’un service de nettoyage est dédié à ces tâches.

Quel en est l’intérêt pour le service Public ? Selon la direction de la Petite Enfance, les postes doivent être aménagés pour le personnel qui bénéficiait jusqu’alors d’une Autorisation Spéciale d’Absence et un refus de se présenter au poste de travail doit être considéré comme un abandon de poste. Ce procédé nous semble pour le peu très autoritaire !

Source : Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois

Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois ne veut pas de la privatisation rampante du service voirie

Depuis plus d’un an, nous voyons une société privée nettoyer les rues du sud de notre ville et certains grands axes du Nord.

Avant les élections municipales, il nous avait été affirmé que la société Nicollin était un renfort momentané des services de la ville et ne devait nettoyer que les grands axes routiers. Momentané ?

Cela fait maintenant plus d’un an que cette situation perdure et ne semble pas prête de s’arrêter !

Pourquoi certains quartiers d’Aulnay sont-ils confiés à cette société privée, alors qu’en même temps, les agents du service voirie propreté, peinent à avoir du travail et ont à leur disposition, du matériel et des véhicules hors d’âge et en mauvais état ?

Pourquoi la municipalité préfère-t-elle payer une société privée, plutôt que d’investir dans le service voirie propreté de notre ville ? D’après certains agents, la prestation mensuelle d’une balayeuse de cette société coûterait aussi chère que l’achat d’une balayeuse neuve !

Autre exemple de privatisation rampante, par petites touches :

Les agents du pavage s’occupaient de l’installation des bâteaux pavés depuis des années. Pourtant, depuis un an déjà,ces tâches sont effectuées par des sociétés privées !

En même temps, les agents du pavage et de l’enrobage doivent se contenter de matériel et de véhicules hors d’âge voir dangereux. Certains véhicules utilisés ne seraient même pas passés au contrôle technique !

Imaginez une société privée qui agirait de même avec ses employés, ils se retrouveraient au tribunal !

Force Ouvrière rappelle qu’en cas d’accident avec un véhicule non conforme, le chauffeur pourrait être tenu pour responsable, s’il est avéré qu’il conduisait celui-ci en connaissant sa dangerosité.

Force Ouvrière n’accepte pas que l’on mette les agents de la ville et les Aulnaysiens en danger !!!

Force Ouvrière demande aux agents de faire jouer leur droit de retrait et de refuser de conduire des véhicules qui leur semblent dangereux, de rédiger des fiches d’incident pour signaler les faits et de nous contacter immédiatement !

Lorsque nous demandons si le service Voirie sera privatisé, l’administration nous répond que ce n’est pas à l’ordre du jour.

Pourtant, nous assistons à une privatisation par petites touches, une privatisation rampante !

L’obsolescence programmée du matériel et des véhicules fait-elle partie du programme pour justifier cette privatisation ?

Certaines administrations l’ont déjà expérimenté en France pour justifier des privatisations, on planifie la désorganisation de façon à pouvoir dire : « Vous voyez ça ne marche pas ! »

Nous espérons que ce n’est pas la stratégie de la Mairie.

FORCE OUVRIÈRE EXIGE :

  • L’ARRÊT IMMÉDIAT DES PRIVATISATIONS !
  • QUE L’INTÉGRALITÉ DE LA PROPRETÉ DE NOTRE VILLE ET DES AMÉNAGEMENTS DE VOIRIE SOIENT INTÉGRALEMENT CONFIÉS AUX SERVICES DE LA VILLE .
  • QUE LES OUTILS, MATÉRIELS ET VÉHICULES SOIENT REMIS AUX NORMES, RÉPARÉS OU REMPLACÉS.
  • LA TITULARISATION DE TOUS CONTRACTUELS POUVANT L’ÊTRE.

Source : Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois

FO communaux d’Aulnay-sous-Bois menacé d’être mis à l’écart si les communiqués passent sur Aulnaycap ?

Vendredi 26 mars, nous avons été reçus par Monsieur Quenum. Cette réunion faisait suite à notre demande, qui s’inscrivait dans le cadre du préavis de grève déposé pour le 30 mars 2021.

Durant cette réunion celui-ci nous en préambule, nous a exprimé son mécontentement vis à vis de notre communication sur les cas de covid dans les crèches « de la Rose des Vents », « du 11 novembre » et « Natha Caputo ». Selon lui, les parents sont systématiquement informés des cas Covid dans les crèches ou sont accueillis leurs enfants, par la Direction de la Petite
Enfance.

Il nous a par la suite menacé de ne plus négocier avec FO si nous réitérons notre communication avec les blogs Aulnay cap et Aulnay.com. Nous avons précisé à Monsieur Quenum, que nous étions le premier syndicat de la ville avec de très nombreux adhérents.

Nous ne céderons pas à l’intimidation ou au chantage !

Nous tenons à préciser que notre communication aurait été moins agressive si la Direction de la Petite Enfance avait accepter de recevoir une délégation du personnel lorsque nous en avons fait la demande.

Pour autant, nous saluons les mesures que ce Directeur souhaite mettre en place pour améliorer la situation des agents des crèches et l’accueil des enfants :

  • Promotion interne des agents qui auront été repérés pour leurs compétences qui seront accompagnés et bénéficieront de formations qualifiantes.
  • Sécurisation des contractuels à qui l’on proposera des CDI.
  • Démultiplication des moyens de recrutement, par le biais de publication dans des journaux ou médias sociaux professionnels.Huit jury ont déjà eu lieu.

Nous avons indiqué au Directeur de la Petite Enfance que la reconnaissance du travail et l’attractivité de ce secteur d’activité, passait aussi par la rémunération et lui avons indiqué que nous demandions depuis deux ans maintenant une hausse du régime indemnitaire de deux cents euros.

Source : Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois

Le mouvement de grève dans la petite enfance a été bien suivi à Aulnay-sous-Bois !!!

Plus de 60 agents en grève et 50 % des structures fermées sur la ville !

Cette grève avait pour objet la suppression du projet de décret de réforme des modes d’accueils déposé par Adrien Taquet, Secrétaire d’État à l’Enfance et aux Familles.

FO revendique aussi que les secteurs de l’enfance et de la petite enfance bénéficient d’une augmentation de 183 € par mois comme dans la Fonction Publique Hospitalière.

Cette mobilisation a été exemplaire et les agents se sont aussi saisis de ce mouvement de grève pour faire valoir leurs revendications locales :

  • Embauche de personnel,
  • Amélioration des conditions de travail,
  • Augmentation du régime indemnitaire.

Un grand merci à tous ces agents qui se sont mobilisés, nous continuons le combat et nous tiendrons nos camarades au courant des évolutions de ce dossier.

Source : Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois

Petite enfance à Aulnay-sous-Bois, appel à la grève le 30 mars 2021 pour l’abandon du projet Taquet

Texte intégral de la FNAS FO et la Fédération des Services Publics et des services de Santé FO :

Après les grèves de janvier et février 2020, Adrien Taquet, Secrétaire d’État à l’Enfance et aux Familles est resté sourd aux revendications des salariés de la Petite Enfance. Il maintient son projet de décret de réforme des modes d’accueils.

C’est pourquoi, la FNAS FO et la Fédération des Services Publics et des services de Santé FO appellent tous les salariés et agents publics du secteur petite enfance à la grève le 30 mars 2021.

  • Nous refusons la dégradation de nos conditions de travail. Nous refusons le taux de 15 % d’enfants accueillis en surnombre en crèche tous les jours.
  • Nous refusons les dérogations à 5,5 m² en « zone dense » à la surface minimale par enfant. Nous refusons la présence d’un professionnel pour 6 enfants avec l’inclusion des apprentis dans le calcul du taux d’encadrement à hauteur de 15 %.
  • Nous refusons la 1/2 heure de temps d’analyse de la pratique par mois en crèche et rien de tangible pour les assistant.e.s maternel.le.s.
  • Nous refusons la possibilité pour les Éducateurs de Jeunes Enfants, sans expérience professionnelle, de diriger tout type d’Établissement d’Accueil du Jeune Enfant (EAJE) de moins de 40 enfants.
  • Nous refusons l’augmentation des capacités des micro-crèches à 12 enfants.
  • Nous revendiquons la suppression de l’accueil des enfants en surnombre.
  • Nous revendiquons une surface minimale de 7 m² par enfant partout. Nous revendiquons une qualité d’accueil garantie par 1 professionnel(le) pour 5 enfants, des ratios d’encadrement à 50/50, hors apprentis.
  • Nous revendiquons un temps d’analyse de la pratique de 2 heures /mois partout.
  • Nous revendiquons une expérience professionnelle exigée pour diriger tout type d’Établissement d’Accueil du Jeune Enfant.
  • Nous revendiquons le maintien de la capacité d’accueil des micro-crèches à 10 enfants.
  • Nous revendiquons le financement de postes de personnel qualifié à hauteur des besoins.
  • Nous revendiquons la revalorisation des rémunérations.
  • Nous revendiquons un plan ambitieux de formation continue des professionnels(les) des modes d’accueil collectifs et individuels.

FO reste déterminée pour que les secteurs de l’enfance et de la petite enfance bénéficient de l’augmentation de 183 € par mois comme dans la Fonction Publique Hospitalière.

Source : FO Communaux d’Aulnay-sous-Bois

Lettre ouverte au Maire d’Aulnay-sous-Bois concernant le financement et le rôle de L’A.E.P.C.

Monsieur le Maire,

Depuis maintenant plusieurs années, les sommes allouées à l’AEPC sont en baisse constante.

Les prestations offertes aux agents sont aussi en recul, l’arrêt de distribution du cadeau de fin d’année pour les agents en est un exemple flagrant.

Force Ouvrière demande que les dotations allouées à l’AEPC soient augmentées, afin de pouvoir de nouveau offrir des prestations dignes d’une collectivité qui regroupe plus de 2500 agents.

Par ailleurs, cette année il n’y a eu, en raison de la crise sanitaire, aucune fête de nouvelle année de l’AEPC ni voeux.

Nous demandons que les sommes qui devaient y être allouées cette année puissent être mises au compte de l’AEPC et redistribuées sous forme de prestations auprès des agents de la ville.

Pourquoi n’offrirait-on pas des chèques-cadeaux ou bons d’achats, ce qui pourrait améliorer le quotidien de nombre d’agents dans le besoin actuellement.

Nous demandons que le cadeau de fin d’année soit remis au goût du jour avec la possibilité de pouvoir choisir entre les cadeaux, classiquement proposés pendant des années ou des chèques cadeaux.

Le souhait de Force Ouvrière est le suivant :

  • L’AEPC doit retrouver pleinement son rôle social, dans une période qui s’annonce épouvantable sur le plan social et économique pour les mois et les années à venir.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de notre haute considération.

Source : Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois

Force Ouvrière Communaux d’Aulnay-sous-Bois refuse la privatisation du service voirie

Depuis plus d’un an, nous voyons une société privée nettoyer notre ville.

Pourquoi la municipalité préfère-t-elle payer une société privée, plutôt que d’investir dans le service voirie propreté de notre ville ?

Pourquoi certains quartiers d’Aulnay sont-ils confiés à cette société privée, alors qu’en même temps, les agents du service voirie propreté, peinent à avoir du travail et sont livrés à eux mêmes ?

Du matériel, propriété de la ville, serait même mis à disposition de cette société, pendant que nos collègues de la voirie propreté n’ont quasiment plus rien pour travailler (véhicules et matériels en panne et non réparés) !!!

FO DEMANDE À MONSIEUR LE MAIRE DE S’ENGAGER AFIN DE RASSURER LES AGENTS SUR L’AVENIR DU SERVICE VOIRIE PROPRETÉ.

Avant les élections municipales, il nous avait été affirmé que la société Nicollin était un renfort momentané des services de la ville et ne devait nettoyer que les grands axes routiers.

DONC DU PROVISOIRE !!!

FO EXIGE :

1) QUE LE RENFORT PROVISOIRE DE LA SOCIÉTÉ PRIVÉE CESSE IMMÉDIATEMENT !!!
2) QUE L’INTÉGRALITÉ DE LA PROPRETÉ DE NOTRE VILLE SOIT DE NOUVEAU CONFIÉE AU SERVICE VOIRIE PROPRETÉ.
3) QUE LES OUTILS, MATÉRIELS ET VÉHICULES SOIENT REMIS AUX NORMES ? RÉPARÉS OU REMPLACÉS

Source : communiqué FO Communaux d’Aulnay-sous-Bois

%d blogueurs aiment cette page :