Archives du blog

Hadama Traoré et des membres de La Révolution Est En Marche interdits de conseil municipal à Aulnay-sous-Bois

Hadama Traoré avait donné rendez-vous aux militants du mouvement La Révolution Est En Marche devant le conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois ce mercredi pour protester contre les dysfonctionnements constatés. Hélas pour M. Traoré, l’accès lui a été refusé, les manifestants sont restés dehors.

M. Traoré voulait faire une action coup de poing et faire entendre sa voix aux membres du conseil municipal.

Après CNEWS, Hadama Traoré annonce vouloir manifester devant la préfecture de police de Paris

Si la mobilisation des troupes du mouvement La Révolution Est En Marche était plutôt décevante selon les propos de son leader Hadama Traoré, ce dernier souhaite réitérer l’opération mais cette fois-ci, devant les locaux de la préfecture de police de Paris.

M. Traoré donne rendez-vous pendant les vacances de Noël pour dénoncer l’impunité policière et le climat de violence. Il souhaite ainsi une réforme systémique de tous les rouages de la police.

Un cordon de policiers empêche Hadama Traoré et les manifestants de se rendre devant les locaux de C-News

La Révolution Est En Marche, mouvement mené par l’Aulnaysien Hadama Traoré, a tenté de se rendre devant les locaux de la chaîne C-News. Malgré une demande effectuée mi-août pour manifester, le mouvement n’aurait pas reçu les autorisations nécessaires pour venir à l’adresse souhaitée. Une cordon de policiers a bloqué l’accès aux manifestants.

Malgré une situation de grande tension qui peut dégénérer à tout moment, les manifestants n’ont pas tenté de forcer le passage. Hadama Traoré a cependant prévenu qu’il allait passer coûte que coûte quand il en aura l’occasion.

Mobilisation devant le siège de C-News pour faire cesser la haine et la division !

L’incitation à la haine ne semble pas déranger C-News qui en toute impunité laisse leurs chroniqueurs et animateurs TV (Jean MESSIHA, Éric ZEMMOUR, Pascal PRAUD…) déverser leur vision réactionnaire, stigmatisante quotidiennement et en boucle …

Comme pour les dérives constatées auprès de Valeurs Actuelles nous avons décidé de nous lever le Samedi 12 septembre pour exiger une éthique au sein de certains médias qui alimentent le racisme indirectement dans notre société ! Diffuser ainsi régulièrement la peur de l’autre, la menace grandissante d’un ennemi intérieur n’est alors plus étonnante venant de cette chaine mais nous la condamnons fermement ! C-NEWS s’enrichit en faisant du racisme décomplexé sa monnaie courante.

Par conséquent nous dénonçons :
Le MATRAQUAGE IDEOLOGIQUE, REACTIONNAIRE et FASCISANT que cette chaine d’information déploie insidieusement. Nous dénonçons : la STIGMATISATION : « Le manifestant casseur et fauteur de troubles », « le gilet jaune antisocial dangereux », « le gilet noir envahisseur », « le jeune de banlieue violent », « L’arabe» ou le « noir barbare » qui menacerait intérieurement notre pays, représentation constante des classes dangereuses que les classes dominantes imposent comme vérité pour diviser les classes subalternes. « L’ensauvagement » de la société française !? Voici ce que nous entendons régulièrement sur leurs plateaux par l’intermédiaire de leurs chroniqueurs et
reprit par certains politiques. Où se place donc leur éthique éditoriale ?

Nous dénonçons la nonchalance et le silence voire la complicité de la sphère publique et politique face à cet affichage médiatique haineux et ce racisme sous-entendu consenti ! La loi contre le racisme et les discours de haine ne semblent pas peser dans notre pays puisque nos dépôts de plainte contre ces médias de cette tendance ne donnent pas suite ni condamnation dans les faits….

Les dérives ne sont jamais condamnées ou trop peu et ils se reproduisent à l’image des unes diffusées encore et toujours sur d’autres médias comme Valeurs-Actuelles.

La pratique de ces médias est en réalité une stratégie libérale, capitaliste et conservatrice. Les titres tapageurs, les unes immondes, les talkshow polémistes, réactionnaires spectaculaires visent à faire monter le chiffre de vente et l’audience. A quel prix ? Celui de diviser la France et favoriser un discours de haine et raciste DECOMPLEXE sans rien s’interdire… Nous alertons sur le fait que le rôle du système médiatique dans l’avancée d’un pouvoir fasciste est possible et réelle. Prenons garde. Il est urgent d’exprimer un refus contre ce méta pouvoir qui formate au quotidien notre société.

« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres ».
Antonio Gramsci.

Le 12 septembre à 18h nous appelons à un rassemblement devant le siège de CNEWS !

On appelle toutes et ceux qui luttent contre le racisme, contre les discours fascistes, contre l’idéologie capitaliste : les humanistes, les démocrates, les anarchistes, les syndicalistes révolutionnaires, les militants contre les violences policières, les gilets jaunes, les étrangers en situation précaire, les femmes et les hommes intègres de nos quartiers et de nos villages à se rassembler devant le siège de C-News.

Nous appelons à un rassemblement continu de 24h pour ouvrir des espaces de discussion, de convergences et se réapproprier pacifiquement l’espace public pour dénoncer et illustrer un front humaniste, révolté et progressiste contre ce matraquage idéologique haineux et fasciste.

RDV Samedi 12 septembre à 18H Devant le siège de C-News Au 1, Rue les enfants – du paradis, 92652 BOULOGNE – BILLANCOURT

Source : Hadama Traoré

Rassemblement festif au lycée Jean Zay à Aulnay-sous-Bois ce jeudi

Un rassemblement festif a lieu ce jeudi à 15h devant le lycée Jean Zay à Aulnay-sous-Bois pour contester la réforme des retraites. Plus d’information en cliquant sur l’image ci-contre.

Le dépôt Amazon d’Aulnay-sous-Bois bloqué par des manifestants

Ce vendredi 20 décembre 2019, des manifestants se sont positionnés devant la plateforme Amazon à Garonor, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Le centre est bloqué.

La manifestation de soutien à Mickaël Harpon, terroriste présumé qui a tué 4 policiers, annulée au grand dam d’Hadama Traoré

Hadama Traoré, militant politique de la Révolution est en Marche, souhaitait organiser à Gonesse une manifestation de soutien à Mickaël Harpon, personne soupçonnée de terrorisme qui a tué 4 policiers à la préfecture de Paris.

Bien que le préfet ne souhaitait pas au départ interdire cette manifestation qui a fait des remous dans la classe politique, le ministre de l’intérieur Christophe Castaner a tapé du poing sur la table et a ordonné d’interdire cette manifestation.

Si Hadama Traoré avait condamné l’acte qui a provoqué la mort de 4 policiers, il voulait laver l’honneur de Mickaël Harpon, estimant qu’il n’était ni un terroriste ni un musulman radicalisé, et que son handicap avait provoqué son geste. Dans une vidéo, il indiquait vouloir « cracher à la gueule » de celles et ceux qui insultaient l’image de Mickaël Harpon.

Selon les dernières informations, des vidéos de décapitation ont été retrouvées sur l’ordinateur de Mickaël Harpon, qui fréquentait une mosquée connue pour des positions radicales.

Après le suicide de la directrice d’école Christine Renon à Pantin, des professeurs d’Aulnay-sous-Bois solidaires

Combien de Christine Renon devront donner leur vie ?” Des milliers de manifestants sont venus protester ce jeudi 3 octobre devant les locaux de l’Education nationale à Bobigny, jour des obsèques de cette directrice qui s’est donné la mort dans son école à Pantin (Seine-Saint-Denis), a constaté une journaliste de l’AFP.

Sur une pancarte en carton, Isabelle, enseignante en maternelle à Clichy-sous-Bois, a inscrit “Je suis Christine Renon”. “On peut tous se reconnaître dans la lettre de Christine. Nos conditions de travail sont exécrables, c’est pour ça qu’on a du mal à recruter en Seine-Saint-Denis. Le geste qu’elle a fait, tout le monde pourrait le faire”, dit-elle, tremblante.

“C’est la lettre qui m’a bouleversée”

Lundi 23 septembre au petit matin, la gardienne de l’école Méhul a découvert le corps de cette femme de 58 ans dans le hall de l’établissement. Deux jours plus tôt, juste avant de se donner la mort, cette directrice décrite comme “hyper investie” avait pris le soin d’adresser à une trentaine de ses collègues une lettre de trois pages où elle détaillait “son épuisement”, la solitude des directeurs, l’accumulation de tâches “chronophages”, les réformes incessantes et contradictoires.

“C’est la lettre qui m’a bouleversée”, explique Grégoire, enseignant en élémentaire à Aulnay-sous-Bois, venu avec son épouse, également professeure des écoles, et leurs deux jeunes enfants. “C’est quelqu’un dont on sent l’engagement, l’énergie qui a été déployée. Il n’y a même pas de colère”, dit-il, tout en dénonçant “la dictature du chiffre qui règne dans l’Education nationale” et le “court-termisme” des politiques.

Source et article complet : HuffingtonPost

Vidéo des policiers qui manifestent à Aulnay-sous-Bois contre la suspension d’un des leurs : pas de justice, pas de police !

Vidéo

Un rassemblement spontané de policiers a eut lieu devant le commissariat d’Aulnay-sous-Bois hier soir. Ils protestaient contre la suspension d’un policier suite à une bagarre entre un fonctionnaire de police et un individu interpellé à Sevran dont la vidéo est devenue virale.

Une interpellation avec un médiateur à Sevran avait fini en pugilat qui s’est soldé par l’utilisation d’un taser contre celui qui, selon les forces de l’ordre, avaient un comportement déplacé vis-à-vis du gardien de la paix.

Dimanche 30 juin 2019 venez fêter l’arrivée de l’été sur le Triangle de Gonesse !

Ce sera une belle occasion pour revenir sur le Triangle ou pour le découvrir pour celles et ceux qui n’ont pas pu participer à nos précédents rassemblements sur ces terres agricoles.

Ce sera surtout l’occasion de se réjouir ensemble de la recommandation faite par le rapporteur public devant la cour administrative d’appel de Versailles le 6 juin 2019 de confirmer l’annulation de l’arrêté de création de la ZAC de Gonesse.

Mais ce sera aussi l’occasion de se souvenir que le 9 mars 2018, trois jours après l’annulation de la ZAC (Zone d’aménagement concerté) du Triangle de Gonesse par le tribunal administratif de Cergy, l’Établissement public foncier d’Ile-de-France (EPFIF) sommait le Collectif pour le Triangle de Gonesse « de quitter et libérer les lieux de toutes personnes et de tous biens, et ce immédiatement et sans délai ». Les lieux en question sont une parcelle de 1200 m2, délaissée depuis de nombreuses années et en partie mise en culture par le Collectif pour le Triangle de Gonesse (CPTG) qui y a organisé les premières Fêtes des Terres de Gonesse en mai 2017 et mai 2018 et des rencontres un dimanche sur deux depuis trois ans pour cultiver des légumes et faire découvrir le Triangle.

Vu que le 23 janvier 2019, au terme d’une longue procédure juridique, le Tribunal de grande instance de Pontoise nous a ordonné de renoncer à prendre soin de cette parcelle de terrain cadastrée n° ZN137 pour la rendre « libre de tous biens, matériels, marchandises et plantations au plus tard le 30 juin »nous vous donnons rendez-vous dimanche 30 juin 2019 sur la parcelle d’à côté qui n’est pas visée par le jugement du TGI de Pontoise et que nous avons commencé de mettre en culture depuis le début du printemps 2019.

Ainsi vous constaterez que l’intégralité de la parcelle n° ZN137 de 1253 m2 propriété de l’EPFIF est désormais à l’état de jachère et vous nous aiderez à mettre en valeur la parcelle voisine qui a -comme les autres terres du triangle de Gonesse- vocation à rester une terre agricole d’une qualité exceptionnelle permettant de subvenir aux besoins alimentaires de l’agglomération parisienne comme le prévoit le projet CARMA.

Pour dénoncer le projet, le CPTG vous invite à un pic-nique revendicatif le dimanche 30 juin à partir de 10h.

En cas de besoin, vous pouvez appeler au 06 77 16 31 74 ou au 06 76 90 11 62.

Source : communiqué du Collectif Pour le Triangle de Gonesse

%d blogueurs aiment cette page :