Archives du blog

Hadama Traoré apporte un rayon de soleil aux habitants des mille-mille à Aulnay-sous-Bois

Ce cliché date de dimanche dernier. Les copropriétaires de la résidence la Morée (rue des Aulnes) s’organisent des moments festifs afin d’apprendre à se connaître pour vivre et faire ensemble.

Ce mercredi de 14h30 à 16h, nous menons la 4ème réunion publique au 9 rue des Aulnes, afin de préparer la prochaine réunion avec le service habitat de la ville d’Aulnay-sous-Bois qui aura lieu le mardi 2 mars.

Bravo aux copropriétaires de la Morée pour leur ténacité. La révolution est en marche et personne ne pourra l’arrêter.

Source : Hadama Traoré

Les copropriétaires de La Morée à Aulnay-sous-Bois s’organisent derrière Hadama Traoré

Afin de préparer au mieux la future rencontre avec le service habitat de la ville d’Aulnay-sous-Bois et l’opérateur Citémetrie, les membres du mouvement La Révolution Est En Marche (LREEM) a réuni 43 copropriétaires munis de leur acte notarié. En effet, le leader Hadama Traoré et son équipe ont effectué une cartographie des places de parking. Ils se sont appuyés sur les numéro de la place de parking qui figurent sur leur acte notarié.

LREEM lutte pour conserver les places de parking des copropriétaires de la résidence la Morée. Hadama Traoré dit bravo aux copropriétaires de la résidence la Morée en soulignant que cette 3ème réunion publique est une réussite. Pour lui, la révolution est en marche et personne ne pourra l’arrêter.

Hadama Traoré obtient le soutien de Philippe Palomo pour aider la copropriété de la Morée à Aulnay-sous-Bois

Hadama Traoré a été reçu par Philippe Palomo, Directeur Général des Services (DGS), pour évoquer différents sujets concernant les habitants des quartiers Nord de la ville d’Aulnay-sous-Bois. Les deux hommes ont longuement discuté de la situation des copropriétaires de la résidence la Morée. Selon Hadama Traoré, le leader de La Révolution Est En Marche (LREEM), la mairie d’Aulnay-sous-Bois prend au sérieux l’inquiétude des copropriétaires. De cette réunion plusieurs actions ont été décidées :

  • Une convention d’occupation privée sera effectuée afin que les copropriétaires puissent jouir de leurs places de parking.
  • L’opérateur « Citémetrie », mandaté par la municipalité de la ville d’Aulnay-sous-Bois, cherchera une solution juridique pour solutionner cette problématique
  • En urgence, une réunion de clarification sera mise en place entre les copropriétaires, l’élu à l’habitat, le service habitat, et l’opérateur

Afin de préparer au mieux cette réunion en urgence, le mouvement LREEM invite les copropriétaires de la résidence la Morée de la rue Ambourget (2-4-6) à la prochaine réunion publique qui se déroulera de 12h à 17h, au 4 rue Ambourget, le samedi 20 février. Les membres LREEM vont effectuer une cartographie des places de parking en appliquant le droit coutumier, en rapport avec les actes notariés.

Hadama Traoré espère une forte implication des copropriétaires et félicitent les résidents pour leur ténacité. Et le leader conclut ainsi : « Seule l’union sera notre force. La révolution est en marche et personne ne pourra l’arrêter« .

Hadama Traoré victorieux dans son combat auprès des copropriétaires de la Morée à Aulnay-sous-Bois

Pour Hadama Traoré, le rêve du mouvement LREEM (La Révolution Est En Marche) devient réalité. L’union des copropriétaires en colère de la ville d’Aulnay-sous-Bois, des membres actifs du mouvement LREEM, des gilets jaunes et le collectif COR a payé. En effet, ce collectif impressionnant a réussi à forcer la main de l’administrateur judiciaire (cabinet Bleriot) avec un début de concertation.

Hadama Traoré félicite les copropriétaires de la résidence la Morée pour leur détermination. Selon lui, la révolution est en marche et personne ne pourra l’arrêter.

Hadama Traoré obtient une pétition de 200 signataires pour défendre la Morée à Aulnay-sous-Bois

Hadama Traoré, le leader de La Révolution Est En Marche, est heureux de vivre la révolte sociale des copropriétaires en colère de la résidence « la Morée » à Aulnay-sous-Bois. Après plusieurs actions dont une le week-end dernier pour rassembler le maximum de personnes autour de la défense de la copropriété en difficulté, les résidents ont nommé des référents par bâtiment et ont fait une pétition avec plus de 200 signataires.

La pétition sera remise à la municipalité le 17 février. Les signataires sont ceux de la rue des Aulnes et de la rue Ambourget. Une mobilisation très importante a lieu ce mardi 16 février de 11h à 15h, au siège du mandataire judiciaire Mr Bleriot qui se situe au 26 chemin de la Madeleine à Bobigny.

Hadama Traoré souligne le courage et la détermination des copropriétaires.

Réunion publique avec les résidents de La Morée à Aulnay-sous-Bois organisée par Hadama Traoré ce samedi

Ce samedi 13 février à 14h00, Hadama Traoré, le leader de La Révolution Est En Marche, co-anime une réunion publique avec les copropriétaires de la résidence La Morée à Aulnay-sous-Bois. Charges exorbitantes, travaux urgents, problèmes divers qui pourrissent le quotidien des résidents : Hadama Traoré entend trouver des solutions pragmatiques et pérennes pour faire de ce véritable quartier résidentiel un havre de quiétude.

Rendez-vous au  rue des Aulnes à Aulnay-sous-Bois, samedi à 14h.

 

Lettre ouverte n°9 sur les propositions des copropriétaires dans le cadre de l’enquête publique relative à l’opération d’aménagement du quartier la Morée-Ambourget

Monsieur le Maire,

Dans le cadre de l’enquête publique sur le programme d’aménagement des espaces publics du quartier la Morée-Ambourget* dont ils reconnaissent l’intérêt, des copropriétaires ont élaboré avec mon appui des propositions qu’ils vous demandent de prendre en compte pour améliorer leur quotidien.

Leurs principales préoccupations relèvent pour certaines de missions courantes de la ville et peuvent donc trouver des réponses à court terme. Elles concernent la sécurité publique, les équipements collectifs et les usages, le civisme, la propreté, les espaces verts et convivialité, l’animation du quartier. Ils ont clairement exprimé ce qu’ils voulaient et ce qu’ils ne voulaient pas. Ils vous posent également des questions.

Je vous invite à leur répondre en précisant le calendrier de mise en œuvre des propositions que vous leur ferez.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le maire, mes salutations les meilleures.

Sylvie Billard

Elue de gauche, écologiste et citoyenne

Pour le compte de copropriétaires de la Morée

Préoccupations et questions des copropriétaires de la Morée :

  1. La sécurité publique
  • Au niveau des rues

Lorsque nous rentrons chez nous, nous sommes obligés de marcher sur la route, car les voitures ambulantes sont sur les trottoirs et attirent des vendeurs de drogue, des fumeurs et des voitures dont les conducteurs et passagers s’arrêtent pour acheter des sandwichs et de la drogue. Il y a tellement de voitures que nous ne pouvons pas passer. Les piétons et les voitures doivent tous les jours faire des détours. Cela casse l’image du quartier et c’est une source de honte. Nous avons honte d’inviter des ami.e.s chez nous. Malgré le confinement, il y a beaucoup de gens et la police ne fait rien.

  • Qui donne les autorisations de ces commerces ambulants ? Est-il possible de leur retirer leur autorisation ?
  • Que peuvent faire les polices nationales et municipales pour empêcher ces attroupements gênants et le trafic de drogue ?
  • Au niveau du square de la Morée

Le projet d’aménagement est très bien avec notamment des aires de jeu pour les enfants, mais il faut résoudre le problème du trafic de drogue avec ces adultes qui squattent le square et le rendent peu attractif. Il faut donc des espaces ouverts, visibles pour décourager les trafics illicites.

  • Que peuvent faire les polices nationales et municipales pour empêcher ces attroupements gênants et le trafic de drogue ?
  1. Les équipements collectifs et usages
  • Les poubelles rue des Aulnes donnent une image de saleté qui ne donne pas envie de passer devant.
  • Les rues : Il y a trop de trous. Elles sont sales. On se sent laissés pour compte.
  • Les espaces publics: ils sont sales. Le quartier est sale.
  • L’éclairage : En pleine nuit, on est quelques fois obligé d’utiliser notre portable pour voir clair et éviter les trous.
  • Les jeunes ouvrent souvent les vannes d’eau dans les rues l’été.
  • Il y a des rodéos de motos ce qui est dangereux pour les enfants.

Il n’y a pas de ronde de police.

  • Il y a des problèmes de parking : on nous vole ce qui nous appartient sans notre autorisation.

Ce que nous ne voulons plus :

  • Des voitures ambulantes qui attirent des trafics de drogue
  • Des voitures partout qui entravent la circulation des piétons et des voitures
  • De la saleté
  • Des dealers dans les cages d’escalier et les espaces publics
  • Des poubelles gérées de façon anarchique

Ce que nous voulons :

  • Sécurité publique
    • Pouvoir être tranquille dans la rue. La sécurité est la principale préoccupation. « Je veux pouvoir me sentir bien dehors ».
    • Augmenter les rondes de police notamment l’été et pour empêcher les rodéos
    • Empêcher les rodéos par des équipements adaptés : installer des ralentisseurs, casser les lignes droites rue Ambourget notamment, refaire les parkings des autres immeubles
    • Améliorer l’éclairage
  • Civisme et propreté
    • Installer des poubelles dans les rues
    • Renforcer les passages de ramassage des encombrants : « il n’y a tellement pas de place que je dois garder mes encombrants chez moi parfois pendant 1 mois »
    • Mieux gérer les poubelles collectives
    • Renforcer la propreté et le civisme, ce qui passe aussi par l’éducation et la sensibilisation
      • Après les travaux, si nous voulons que le quartier reste propre et agréable, au final c’est le comportement des gens qui fera la différence.
  • Stationnement
    • Trouver un compromis acceptable entre le stationnement et les espaces verts, sachant qu’il y a de plus en plus de voitures par famille.
    • Réfléchir à un stationnement de voitures vertical automatique pour réduire l’emprise au sol
  • Espaces verts et convivialité
    • Aménager des espaces verts de proximité, fleuris comme dans le centre, propres, qui donnent envie de venir, de flâner, qui donnent envie de vivre
    • Etudier l’implantation de jardins et de poulaillers partagés pour faire sortir les gens de chez eux, lutter contre la solitude, amener de la convivialité
  • Equipement et animation
    • Installer des équipements sportifs pour tous en extérieur, pourquoi pas dans le square
    • Protéger les vannes d’incendie
    • Proposer des équipements polyvalents de proximité pour les jeunes et les adultes (en substitution notamment des vannes)
    • Proposer des sorties, des animations et des activités pour occuper les jeunes
    • Installer des « vélib » pour faciliter la mobilité
  • Il faut de la sécurité, de la propreté, des travaux, des équipements, un changement de comportement et des animations.

* Pour la bonne compréhension des lecteurs :

Le programme d’aménagement destiné à résoudre les dysfonctionnements suivants : habitat dégradé, absence de délimitation des espaces publics et privés, stationnement sauvage, trame urbaine peu lisible. Il vise à améliorer l’aménagement des espaces publics, la gestion et l’accessibilité du quartier, le renouvellement de l’entrée du quartier avec un nouveau projet de logements et de commerces sur l’ilot du 8 mai 1945.

Il diffère des programmes de résidentialisation et de scission de la copropriété de la Morée menées dans le cadre de l’OPHCD. Mais ces programmes distincts sont étroitement liés, puisque qu’ils concernent la même entité foncière.

Lancement d’un nouveau dispositif d’accompagnement pour La Morée à Aulnay-sous-Bois !

Objectif :  5 ans pour poursuivre le redressement financier, finir les travaux extérieurs, permettre un accompagnement social des familles, créer 5 copropriétés indépendantes et autonomes.

La Morée est une copropriété lourdement endettée située dans le quartier de Mitry à Aulnay-sous-Bois. Plus d’information en cliquant sur l’image ci-contre.

Hadama Traoré souhaite une révolution philosophique à Aulnay-sous-Bois et combattre pour La Morée

Pour compte rendu de la réunion du vendredi 14 février 2020 de 11h à 14h, avec la présence de la 1ère adjointe au maire, de l’élu à l’habitat, des responsables du service habitat, du directeur général de l’association Force Citoyenne ainsi que des copropriétaires du 4 rue d’Ambourget.

Rappel de la chronologie des faits

  • Le 4 septembre 2003, Maître Blériot est désigné comme administrateur provisoire par le juge du TGI de Bobigny avec pour mission de convoquer une assemblée générale en vue de la désignation du syndic
  • Le 7 octobre 2003, par ordonnance pouvoir élargi pour le syndicat primaire des copropriétaires
  • Le 23 janvier 2004 pouvoir élargi pour le syndicat secondaire des copropriétaires pour la gestion et le redressement de la Morée
  • En 2005, désignation d’un délégué et d’un référent par bâtiment
  • Le 4 septembre 2007, mise en place d’un conseil syndical avec difficulté par manque de présence des copropriétaires
  • Le 12 septembre 2007, le plan de sauvegarde est validé par tous les acteurs et la copropriété cède les espaces extérieures (espaces verts et voirie) pour 1 euro symbolique à la municipalité.
  • Le 9 décembre 2009, élargissement du conseil syndical
  • En 2009 des travaux urgents (y compris sur les ascenseurs) sont effectués pour un montant de 4.5 millions d’euros TTC
  • En 2013 de nouveaux travaux mais cette fois-ci pour de la réhabilitation, l’étanchéité et l’assainissement, sont effectués pour un montant total de 18 millions d’euros
  • En 2017, une demande de fond en provision est lancée. Toujours en 2017, les habitants s’y opposent et rédigent une pétition pour avoir une visibilité sur le suivi des travaux du plan de sauvegarde. La copropriété étant déjà endettée, les copropriétaires ne peuvent assumer de nouveaux travaux et doutent des capacités de gestion de Maître Blériot
  • En 2018, sans réponse de Maître Blériot, 56 copropriétaires du syndicat secondaire entament une procédure judiciaire pour :
    • déterminer l’étendue des malfaçons sur les travaux effectués,
    • vérifier les comptes du syndicat des copropriétaires de la résidence la Morée,
    • fixer (évaluer) le préjudice souffert par les demandeurs à la présente
  • Le 8 juin 2018, par acte les 56 copropriétaires saisissent le juge des référés,
  • En novembre 2018, dépôt d’une demande de subvention (Opah – Cr)
  • Le 22 juillet 2018, les copropriétaires payent 4550 euros de frais d’avocats,
  • Le 13 août 2018, un constat d’huissier est réalisé quant à la vétusté des parties communes
  • Le 8 janvier 2019, le juge des référés du TGI de Paris fait droit à la demande des copropriétaires et désigne un expert judiciaire batimentaire à la charge des copropriétaires d’un montant de 11.200 euros
  • En mars 2019, les copropriétaires s’acquittent de l’appel de fond prévisionnel,
  • Le 8 mars 2019, une demande de prorogation est faite au juge des référés du TGI de Paris
  • Le 24 avril 2019, un mail explicite est envoyé sur la complexité du 1000 feuille administratif. Les 11.200 euros de consignation avaient été récoltés par les copropriétaires (69 chèques)
  • En avril 2020, les travaux débutent

PLAN DE SAUVEGARDE

  • Financement : cabinet d’étude l’Arche
  • Travaux Urgent : 4,5 millions d’euros
  • La Mairie, l’ANAH, l’Etat, la Région et les copropriétaires.
  • Maître d’œuvre : Brezillon
  • Opérateur : Soleha (pact arim 93)
  • Porteur de projet : Mairie Mme Devilancour
  • Vérification des comptes : Conseil syndical et l’Arc
  • Réhabilitation : 16.691.000e HT
  • La Mairie, l’ANAH, l’Etat, la Région et les copropriétaires.

Opah – Cd :

  • La mairie, le département, l’anah et les coproprietaire ;  3000e par copropriétaire ; Travaux doivent débuter en 2019 ; Aucun devis est fait ou disponible

Travaux de residentialisation : Décidé par maître Bleriot en 2017 ; Confirmé par décision écrite le 12 mars 2018 ;

PLAN DE COMMUNICATION

  • La Mairie
    • Préemption des places de parking sans aucune communication.
    • Manque de suivi des travaux avant et après réception (argent public)
    • Aucun outil mis à disposition et aucune action menée pour sensibiliser les copropriétaires aux travaux de réhabilitation et de résidentialisation.
    • Absence totale de travail en transversalité avec l’opérateur pact Arim 93 mandaté par la municipalité (maîtrise d’ouvrage) sur les travaux et la vie de la copropriété (plan de sauvegarde vote en 2007).
    • La Mairie n’a pas payé l’opérateur pact arim 93 dans sa totalité Mme Catherine Picard (plan de sauvegarde fin 2012)
      – L’Opah – Cd (Mairie, Département et l’ANAH) n’a pas était réfléchi dans l’intérêt de l’ensemble des pariétaires (Problème d’argent).
    • Les ascenseurs qui ont été rénovés ne figure dans aucun document ni devis alors que la résidentialisation figure dans le premier audit fait par l’architecte à hauteur de 2 millions d’euros.
  • Les copropriétaires
    • Rédaction d’une pétition par les habitants opposés aux travaux recueillant les signatures de 200 copropriétaires
    • Assignation de Maître Blériot par 50 copropriétaires => jugement gagné en appel au TGI de Paris.
    • Mille-feuille judiciaire très complexe qui a fait passer le délai pour financer l’expert judiciaire batimentaire alors que les copropriétaires avaient réussi à récolter la somme de 11.200 euros
    • Problème de communication entre le conseil syndicale et les copropriétaires (ex : réception des travaux)
    • Manque total d’implication des copropriétaires
    • Frais d’avocats pour 45500 euros
    • Financement d’un procès-verbal par voie d’huissier. Travaux globaux estimés à 13 millions d’euros
  • Blériot
    • C’est un agent publique (fonctionnaire d’État) qui a comme client le président du tribunal de Bobigny et les copropriétaires
    • Gestion administrative correcte pour preuve le juge a dérouté les copropriétaires sur leur demande d’expertise des comptes de Mr Blériot,
    • Mandaté en 2003 afin de redresser la résidence de la Moré endettée à hauteur de 1.200.000e, prorogé depuis 18 ans, en 2012 la propriété était endettée de 3.000.000e pour que en 2017 elle soit endettée de 1.700.000e
    • Fin de mandat pour juillet 2021 lors de la fin des travaux (scission judiciaire). Blériot était-il mandaté pour redresser la Moré ou pour gérer les travaux de réhabilitation et de résidentialisation ?
    • Honoraires annuel de Blériot : 311.034,36 euros TTC sans les honoraires liés aux travaux
    • Chauffage et eau chaude raccordés au chauffage général de la ville (AES) favorisant une économie de 1.8 millions pour la copropriété.
    • Problème d’eau chaude et de chauffage, procédure judiciaire au frais des copropriétaires, augmentation du prix du chauffage de 30%, procédure en cours et malgré cela la chaufferie demeure la même.
    • Solde Veolia régularisé
  • Avocat copropriétaire
    • Demande d’expertise des comptes de Blériot
    • Demande d’expertise batimentaire
    • Insiste sur le fait que les travaux de voirie étaient dans le plan de sauvegarde (Manque devis final avant travaux)
    • Insiste sur la mauvaise gestion qui est insoutenable pour les copropriétaires chiffres à l’appui et faits concrets (copropriétaire saisi)
    • Se questionne quant à la prorogation de Maître Blériot en octobre 2018 et en 2019 sachant qu’il y a une procédure judiciaire à s’en encontre déclenchée par les copropriétaires
    • Pour être entendu il a fallu un changement de juridiction (du TGI de Bobigny au TGI de Paris)
  • Juge et l’arc
    • Le juge a prorogé Blériot pendant 18 ans par rapport aux travaux et non au redressement financier de la copropriété (preuve en est avec la scission judiciaire à la fin des travaux)
    • la copropriété est gérée par un administrateur judiciaire depuis 1996 : comment les dettes ont-elles pu augmenter ?
    • l’arc a validé les comptes par ricochet à la réception des travaux
    • Quel est le rôle de l’arc et qu’est-ce qui justifie sa présence eu sein de la résidence de la Moré ?

À la fin de la réunion nos demandes auprès de l’administration de la ville d’Aulnay sous bois : À effectuer par le service habitat avant fin Février 2020 :

  • Acté que aucun droit de préemption sera effectué sur les places de parking
  • Réunion avec les 55 copropriétaires
  • Réunion avec Maitre Blériot et le conseil syndical
  • Réunion avec l’opérateur Soleha
  •  À effectuer avant le début des travaux de résidentialisation d’avril 2020 :
    • Expertise batimentaire (charge de la mairie)
    • Vérification des comptes des travaux (par les copropriétaires)

Cordialement,

Mr Hadama TRAORÉ

Directeur général de l’association Force Citoyenne

Copropriétés Savigny Paire et Morée à Aulnay-sous-Bois : signature de promesses de vente de SA HLM de la Plaine de France

SavignyUn lecteur d’Aulnaycap nous a transmis un document relatif à la vente d’appartements de la copropriété Savigny Paire et de la Morée pour en faire des HLM, par le biais de SA Plaine de France. Vous pouvez découvrir ce document en cliquant ici.

Plusieurs immeubles étaient concernés par cette opération :

  • 4 rue des Lilas
  • 9,11 rue des Mimosas
  • 1, 3 allée des Genêts
  • 46,48,50 Avenue de Savigny

A ce jour, les bâtiments rue des Lilas et rue des Mimosas ne sont plus concernés par cette opération suite à la révolte des copropriétaires. L’opération a abouti allée des Genêts.

Quant à ceux de l’avenue de Savigny, une grogne de plus en plus intense se fait sentir. Le projet n’est pour le moment pas abouti. SA Plaine de France essaye de s’accaparer la majorité des appartements pour « mieux » les gérer ensuite.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :