Archives du blog

Mise au point avec Saïd Taghmaoui originaire d’Aulnay-sous-Bois et devenu star du cinéma

Il y a quelques jours la rédaction d’Aulnaycap revenait sur les déclarations de Saïd Taghmaoui, ancien protagoniste dans le film La Haine de Mathieu Kassovitz et devenu depuis une star internationale du cinéma. À la suite du titre réducteur qui se focalisait sur ses reproches vis-à-vis de M. Kassovitz, Saïd Taghmaoui nous a contacté par téléphone pour obtenir une mise au point.

La synthèse de l’interview avec Oui Hustle

Dans l’interview d’environ 1h30 accordée à Oui Hustle, Saïd Taghmaoui est allé bien plus loin que son différend avec M. Kassovitz. En effet, M. Taghmaouï revient sur son parcours mouvementé qui l’a amené à devenir acteur en France puis à l’étranger, principalement aux Etats-Unis. Parcours qu’il a retranscrit dans son livre « De la Haine à Hollywood » pour expliquer ce qu’il a vécu pendant son enfance notamment.

Parmi les principales informations lors de cette interview, nous apprenons :

  • Que sa famille est originaire des environs de Rabat et de Casablanca, dans la campagne au Maroc. Sa famille est venue en France pendant les 30 glorieuses
  • Pendant sa scolarité, il estime avoir été un cancre qui aimait faire des bêtises. Il n’aimait pas aller à l’école et n’y voyait pas d’intérêt
  • Il se décrit comme avoir été un enfant hyperactif, le cinéma l’ayant permis de le projeter au-delà de cette image de personne turbulente
  • Il revient sur sa période où il fut suivi par une psychologue pendant 14 ans, tous les mercredis, et remercie le professionnel pour le travail accompli
  • Il revient sur sa période où il fut en famille d’accueil en Belgique où il passa un agréable moment de sa vie

Lors de cette interview, Saïd Taghmaoui est revenu sur le fléau qu’est le trafic de drogue avec les gens en souffrance qui se suicident à petit feu et qui n’ont pas le courage de se tuer sur le coup. Pour lui, les drogués méritent notre compassion.

Après avoir évoqué sa rencontre plutôt joyeuse avec le monde de la boxe, il confessa avoir lui aussi consommé de la drogue mais pas avec les gens du quartier, mais avec des acteurs de Paris bourgeois qui souffraient intérieurement.

L’évocation de ses rencontres dans le monde du cinéma

Tout naturellement, Saïd Taghmaoui fait une allusion avec ses rencontres dans le cinéma tout au long de sa carrière, allant de la période de l’école du cirque Matthieu Kassovitz et ses passages dans les clips d’Ophélie Winter. Il revient sur le fait que ses origines arabes deviennent un frein à sa carrière à cause d’un racisme encore prégnant dans une partie du milieu du cinéma français. Pour Saïd Taghmaoui, le fait d’être maghrébins est encore perçu comme un problème en France.

Il revient également sur sa rencontre avec Sami Naceri qui reste pour lui une référence même s’il regrette que ce dernier ne renvoie pas forcément l’ascenseur alors qu’il fut bien aidé au départ.

Concernant le film « La Haine » qui fut pour lui une véritable révélation, il affirme avoir écrit ou revu environ la moitié des dialogues et que le scénario original était très différent de celui qui est connu du grand public. Il n’a cependant pas demandé un euro pour ces contributions. Il confirme n’avoir jamais revu Vincent et Mathieu depuis et affirme que « La Haine » est aussi son œuvre et celle des autres acteurs.

Il regrette de ne pas avoir été invité aux 25 ans de la Haine (sortie 4k), il n’a pas perçu le moindre bénéfice ni sur les produits dérivés (collection Reebok notamment). Il aurait souhaité notamment que Hubert Koundé puisse obtenir une rétribution compte-tenu des difficultés actuelles rencontrées.

Synthèse de l’entretien avec la rédaction d’Aulnaycap

Une fois la mise au point effectuée, Said Taghmaoui nous a affirmé vouloir prochainement participer à l’émission de Cyril Hanouna pour présenter son livre. Il nous confie avoir beaucoup aimé travailler avec Gal Godot ou Keanu Reeves. Il rêve de pouvoir jouer avec Denzel Washington avec qui il entretient une réelle amitié. Quant aux acteurs qu’il n’apprécie pas particulièrement, il préfère garder cette information pour lui et ne pas attiser les conflits.

Le leader de La Révolution Est En Marche Hadama Traoré répond à vos questions !

Suite aux récentes publications concernant les actions d’Hadama Traoré et de son mouvement La Révolution Est En Marche, plusieurs lecteurs ont souhaité poser quelques questions sur son parcours, ses convictions. M. Traoré répond à vos questions ci-dessous :

  • Combien de personnes étaient réellement présentes devant C-NEWS ?

Hadama Traoré : Devant C-news, en 24h, nous avons brassé près 200 personnes des 4 coins de la France. Des gilets jaunes, des écologistes, des gilets noirs, des constituants, des syndicalistes, …. Il y a même eu la visite d’Etienne CHOUARD  pour un débat contradictoire.

  • Quelle est votre opinion sur la liberté de la presse ?

Hadama Traoré : Je suis pour la liberté de la presse. 

  • Est-ce que vous condamnez les dessins de Charlie Hebdo concernant les caricatures de Mahomet ou pensez-vous que la liberté d’expression doit primer ?

Hadama Traoré : Je ne suis pas un juge pour condamner un acte commis par une personne. La France offre le droit au blasphème. Je pense que la liberté d’expression bilatérale est une valeur fondamentale. Le droit de critiquer et de critiquer une caricature qu’on pense heurter la sensibilité de certains français.

  • Quelle est votre notion de peuple que vous souhaitez incarner ?

Hadama Traoré : Le mouvement LREEM incarne la notion du peuple sur le principe d’un tryptique démocratique : la nation, l’éducation et une direction. Pour moi, la France par ses racines chrétiennes et son évolution à travers les civilisations est humaniste. Le peuple français par ses fondements institutionnels, part du principe qu’être français n’est pas une couleur, mais respecter des valeurs. La première des valeurs est la tolérance valorisée par la loi de 1905. 

  • Quelle est votre opinion sur le port obligatoire du masque ?
Hadama Traoré : Je pense que le port du masque est nécessaire dans les endroits clos tout en respectant les distances et recommandations sanitaires. Par contre, je suis contre l’obligation du port du masque.
  • Souhaitez-vous nouer des alliances avec des partis politiques traditionnels ?
Hadama Traoré : Nous souhaitons faire une trêve avec la majorité. Nous souhaitons développer notre association apolitique qui se nomme Force Citoyenne qui est basée sur le civisme, l’insertion et la prévention. Il y a le temps politique et le temps administratif. Nous souhaitons se concerter en bonne intelligence avec la majorité, sur des sujets précis. Cela pourra être bénéfique pour les Aulnaysiens et Aulnaysiennes des quartiers Nord de la ville d’Aulnay sous bois.
En parallèle, nous sommes régulièrement en contact avec Sylvie BILLARD, une élu humaniste qui souhaite le meilleur pour les quartiers Nord de la ville d’Aulnay sous bois. 
Je tiens à préciser que nous ne ferons aucune alliance avec un parti traditionnel.
  • Êtes-vous pour ou contre la peine de mort (un récent sondage montre que la majorité des Français est pour)
Aucune mort ne justifie la paix. Je suis contre la peine de mort. On peut faire dire ce qu’on veut à des chiffres. On nomme cela « l’économie comportementale ».
  • Vous êtes contre la présence de chroniqueurs d’extrême-droite comme Eric Zemmour sur les chaînes d’information, est-ce que vous êtes également contre la présence de chroniqueurs d’extrême-gauche comme Edwy Plenel ?
Je ne défini pas la présence d’un chroniqueur par rapport à des idées politiques. Effectivement, je suis amoureux du principe du contradictoire.
Eric Zemmour défend la théorie « du grand remplacement ». C’est une idéologie terroriste. Cette théorie tue dans les 4 coins du monde. Et a engendré l’attentat de Bayonne. De plus, Eric Zemmour a été condamné à plusieurs reprises pour incitation à la haine raciale.
De nos jours, il est en attente d’un rendu de jugement par rapport à ses propos tenus lors de la convention de la droite de 2019. En effet, il a comparé l’islam au nazisme. 
Un multirécidiviste, ayant un discours fascisant n’a rien à faire sur les canaux médiatiques.
Merci à M. Traoré pour avoir répondu aux questions

Sarah Kassouri et Marion Vergnolle, candidates sur la liste participative Aulnay en Commun, s’expriment

Vous trouverez ci-dessous une vidéo d’une auto-interview de deux candidates dans la liste Aulnay En Commun qui expliquent leurs choix :

Interview du leader de la Révolution est en Marche à Aulnay-sous-Bois Hadama Traoré

Que l’on aime ou que l’on n’aime pas, Hadama Traoré, leader du mouvement « La Révolution Est En Marche », est devenu un acteur politique et associatif de premier plan à Aulnay-sous-Bois, mais aussi au niveau national.

Très à l’aise à l’oral, M. Traoré multiplie les coups d’éclat mais aussi les interviews auprès de différents médias.

Vous pouvez prendre connaissance d’une interview complète de M. Traoré (1h00 environ) en cliquant ici. Il parle de la situation sociale actuelle mais aussi de ses précédentes actions.

Vidéo : Interview d’un enseignant et d’une maman du collège Victor Hugo à Aulnay-sous-Bois

victor_hugo_aulnay_interview

Vidéo

La rédaction vous invite à prendre connaissance d’une interview réalisée le 13 décembre d’une maman et d’un enseignant du collège Victor Hugo en cliquant sur l’image ci-contre.

Sujets abordés :

  • REP+
  • Les difficultés rencontrées
  • Les moyens insuffisants pour les élèves en difficulté
  • L’insécurité (l’enseignant affirme qu’il n’y a pas de problème d’insécurité dans ce collège)

Interview réalisée par Arnaud Kubacki

Vidéo : Interview d’une enseignante et d’une maman du collège Christine de Pisan à Aulnay-sous-Bois

interview_pisan_aulnay

Vidéo

La rédaction vous invite à prendre connaissance d’une interview réalisée le 13 décembre d’une maman et d’une enseignante du collège Christine de Pisan en cliquant sur l’image ci-contre.

Sujets abordés :

  • REP+
  • Les difficultés
  • L’insécurité

Interview réalisée par Arnaud Kubacki

%d blogueurs aiment cette page :