Archives du blog

Aulnay En Commun souhaite pérenniser le parc Ballanger

Parole d’Aulnaysien : Ce parc est un petit bijou, une vraie réussite paysagère. Il est respecté, on y est protégé des nuisances sonores, les collines sont essentielles ! Non, au bétonnage et à la suppression des collines ! Laissez-nous notre havre de paix !!!!

Poumon vert essentiel pour les habitants qui fait rayonner leur ville

Durant 10 semaines des membres de la démarche Aulnay en Commun ont recueilli les témoignages des usagers du parc. 350 000 visiteurs annuels témoignent de son rayonnement bien au-delà de la ville. Depuis trois générations pour certains, ce parc à dimension humaine se vit en famille  et entre ami.es, pour pique-niquer, admirer les animaux, jouer, se promener, y faire du sport… À l’heure de la nécessaire adaptation aux changements climatiques et à la chute de la biodiversité, il est un poumon vert essentiel pour les êtres vivants.

Zone écologique fragile avec une espèce à la préservation prioritaire

L’urbanisation galopante rend indispensable la conservation et la création d’autres espaces tels que le parc Ballanger. La présence de la nature est bénéfique pour la qualité de vie : atténuation de l’effet d’îlot de chaleur urbain, piégeage de carbone, diminution des pollutions, limitation du ruissellement des eaux… Mais surtout ce parc accueille une espèce d’oiseau dont la préservation est un enjeu prioritaire et 5 qui relèvent d’enjeux élargis. De plus, Il joue le rôle de zone tampon entre le parc du Sausset, classé Natura 2000, et les zones urbanisées.

En faire un fleuron pour Aulnay

Nous devons aller au-delà d’une simple pérennisation. Ce n’est pas qu’une pelouse où l’on peut abattre des arbres de plusieurs dizaines d’années et l’écosystème qui allait avec. Les serres municipales sont elles-aussi menacées d’urbanisation. Faisons donc de ces espaces verts, le fleuron d’une gestion écologique active, chaînon essentiel d’une trame verte et nourricière : forêt, haies, zone humide, espace pédagogique, offrant les conditions de vie nécessaires aux insectes, aux amphibiens et aux oiseaux. Appuyons-nous sur le savoir-faire des services municipaux et des habitants pour y développer des actions déjà menées avec succès dans d’autres villes (régie alimentaire en production biologique, formations aux écoliers et aux citoyens, animateurs nature, maraîchers, vergers municipaux…).

Pour toutes ces raisons, Aulnay en Commun porte le projet d’un parc Ballanger préservé de toute construction immobilière et de routes et veut revenir sur l’urbanisation programmée des serres municipales.

Vous trouvez sur le site aulnayencommun.fr les récits d’Aulnaysien.nes reçus lors de nos présences au parc.

Source : Aulnay En Commun

René Augustin Bougourd regrette le sectarisme et les manœuvres de la liste Aulnay En Commun

Je ne sais par quelle erreur, je viens de recevoir de la part de la liste Aulnay en Commun une invitation pour un séminaire de stratégie électorale. Je suis au regret de décliner cette invitation, car je suis en désaccord total avec votre stratégie.

Pour moi, la priorité est de voir partir une équipe qui, massacrant notre paysage urbain, associe en outre le sectarisme, la mauvaise foi et le mépris des habitants, avec le recul des services sociaux, de forts soupçons de pratiques contraires à toute éthique et la condamnation de la Cour Régionale des Comptes. J’appelle de mes vœux un désistement en faveur de la liste d’opposition municipale la mieux placée à l’issue  du premier tour. Or je constate jour après jour que la liste ABC coupe tous les pont possibles avec la seule liste capable de réunir des voix de droite modérée et des progressistes de tous bords. Le choix est clairement celui d’une triangulaire dont la liste Beschizza ne pourra que sortir gagnante. Ce n’est donc pas le bien des Aulnaysiens qui est l’objectif prioritaire. C’est pour les Partis Socialiste et Communiste un moyen de prendre date jusqu’aux élections suivantes, dans l’espoir que le discrédit qui frappe la mandature Ségura (et que pour ma part je trouve injuste) commencera à s’atténuer en regard de l’écœurement suscité par une seconde mandature Beschizza.  Il s’agit seulement pour ces partis de se « refaire une virginité » en surfant sur l’indignation légitimement soulevée par la réforme des retraites. Pour la troisième composante de cet attelage dont beaucoup doutent de la solidité, la sympathique utopie de promouvoir des citoyens « de base » a débouché, au vote majoritaire, sur le choix  de mettre en tête de liste des représentants des « vieux partis ». Je ne vois pas là le vent de renouveau qui permettra de renverser le rapport de force dans notre ville. Je voudrais bien me tromper, mais je ne parviens pas à y croire.

Dans le cas d’une victoire de la liste AEC, je ne peux qu’être effrayé de constater que le sectarisme risque de ne pas disparaître des pratiques, à la lecture de la déclaration en réponse à l’union locale CGT qui exigeait un avis sous peine de représailles. Après avoir répondu sur le sujet, et avoir brièvement taclé Bruno Beschizza, on s’attaque longuement à celui qui semble être l’adversaire privilégié. On prend le temps de s’indigner que le candidat Giami puisse rendre hommage à Robert Ballanger dans l’avant-propos de son livre -programme.  Robert Ballanger, ne vous en déplaise, n’est pas la propriété des partis de gauche, il appartient à l’histoire d’Aulnay. Lire qu’il s’agit « d’indécence » me révulse, quand Benjamin Giami rompt ici avec l’une des choses qui m’écœurent tout particulièrement dans les discours de l’équipe Beschizza, ressassant le dénigrement de la mandature Ségura, passant sous silence tout ce qu’elle a eu de positif, et  s’attribuant tout le mérite de ce qu’elle avait préparé. Avez-vous observé que le même avant-propos rendait aussi hommage à un homme dont vous semblez vous-même vouloir faire oublier le nom ? Pourquoi ne vous indignez-vous pas aussi de l’hommage rendu à Gérard Ségura ? Ce que j’apprécie au plus haut point, même chez un homme de droite, c’est la probité intellectuelle, qui consiste entre autres à n’ignorer ni le contexte, ni le passé. Où est cette probité dans votre déclaration ?

Vous vous référez aux « Jours heureux », nom donné au Programme du Conseil National de la Résistance. Ayez l’honnêteté de reconnaître que dans  ce Conseil, il y avait à peu près autant de gens issus de la droite que de gens de gauche ! Des gens qui, au-delà de leurs attaches partisanes, voulaient le meilleur pour leurs compatriotes. Je ne vois rien dans le programme publié par Benjamin Giami qui n’aille dans ce sens, au strict niveau communal. Si ce programme municipal est mauvais, éclairez-moi, au lieu de vous concentrer dans vos déclarations sur celui du gouvernement sur les retraites, qui sur bien des points, est effectivement révoltant, mais n’est absolument pas du ressort de Maire ! Certes, se réclamer la République en Marche, c’est une sacrée casserole, mais mes amis socialistes n’en traînent-ils pas aussi une belle, avec la réforme EL KHOMRI ? Pensez-vous que les électeurs aient la mémoire si courte ?

Avez-vous entendu comme moi le candidat communiste au Havre déplorer que la candidature du Premier Ministre allait transformer un scrutin municipal en référendum pour ou contre la réforme des retraites, et protester qu’on allait ainsi leur voler le débat démocratique ? Eh bien, c’est précisément ce que vous êtes en train de faire !  

René-Augustin BOUGOURD, citoyen impliqué

Aulnay En Commun répond à la lettre ouverte UL CGT à propos du projet de réforme du système de retraite

Bonjour,

L’Union Locale CGT d’Aulnay-sous-Bois a interpellé les différents candidats aux élections municipales à Aulnay-sous-Bois quant à leur positionnement et avis à propos du projet de réforme de retraite par points qui génère un important conflit social dans le pays. La liste « Aulnay en Commun », après en avoir délibéré, tient à apporte la réponse suivante à cette interpellation bien légitime :

Comme la grande majorité des français nous constatons que les conséquences prévisibles du projet du gouvernement concernant les retraites seraient de retarder le moment où les assurés sociaux pourraient faire valoir leurs droits à la retraite, d’une part, et de diminuer le montant des pensions servies dès lors que les droits seraient ouverts, d’autre part.

Aulnay en Commun, liste participative, s’est constituée, entre autres, sur un socle de valeurs développées dans une charte publique. Ces valeurs peuvent être résumées ainsi : promouvoir dans la gestion municipale la solidarité, la prise en compte des exigences écologiques par une action démocratique sous le contrôle des habitants.

Une réforme qui rompt avec le principe de solidarité

La diminution des pensions induites par la prise en compte de l’ensemble de la carrière au lieu des 25 meilleures années, combinée à l’absence de garantie quant au calcul des pensions (du fait des conditions de fixation de la valeur du point), ouvre la porte à la promotion de retraites complémentaires par capitalisation. Les plus fragiles, les femmes, les précaires, les agriculteurs/trices, les fonctionnaires, les enseignant-es et les plus jeunes d’entre nous, seraient les grand-es perdant-es de ce projet délétère.

En ce sens le système solidaire par répétition qui fait la singularité du système actuel est fortement mis en cause.

Une réforme qui empêche de concevoir sereinement de nouvelles activités humaines utiles

L’allongement de la durée du temps de travail dans la vie généré par le recul de l’âge d’ouverture des droits, outre les effets sur la santé des travailleurs, prive la société du dynamisme et de la disponibilité de jeunes retraités pour développer toutes sortes d’activités citoyenne utiles à la collectivité et ne permet pas de libérer des emplois pour les trop nombreux privés d’emploi.

Un déni de démocratie

Nous sommes convaincus que la démocratie est le moyen incontournable de toute évolution sociale utile et favorable au plus grand nombre. C’est en ce sens qu’ Aulnay en Commun en appelle à l’intervention des habitants de la ville pour imaginer, décider et mettre en œuvre la ville dans laquelle ils veulent vivre. Il en va de même pour une question sociale comme celle des retraites.

L’intervention, avec leurs syndicats, des salariés, retraités mais également de la jeunesse est légitime. Réprimer par la force les manifestations, faisant des blessés graves est injustifiable dans un état de droit reconnaissant dans sa constitution le droit à manifester.

S’il n’est pas question de remettre en cause la légitimité institutionnelle de l’élection du Président de la République, il ne saurait être question de légitimer l’usage de la force et le mépris des syndicats représentatifs au motif que cette légitimité institutionnelle vaut légitimité démocratique, alors même que la majorité des assurés sociaux est opposée à ce projet de réforme. Pour nous, la démocratie ne peut se réduire à l’exercice du droit de vote légitimant ensuite un pouvoir sans limite et incontestable. Nous combattons cette conception dévoyée de la démocratie à Aulnay. Nous ne saurions l’accepter ailleurs.

Enfin, nous rappelons combien ces attaques contre notre système de retraite par répartition ATTAQUANT la solidarité entre les générations sont développées depuis des années par le MEDEF trouvant des prolongements politiques attentifs chez les amis politiques de B. Beschizza, maire SORTANT d’Aulnay-sous-Bois. Candidat à un nouveau mandat il feint, durant cette campagne, de n’avoir d’autre Parti que « sa » ville pour tenter de masquer les projets délétères qu’il nourrit avec ses amis de LR (Les Républicains) en matière de diminution des droits à la protection sociale des citoyens.

Il nous faut également dire notre consternation en lisant B. Giami, candidat MACRONISTE de LREM, le parti présidentiel auteur de cette contre-réforme, qui prétend s’inscrire dans la lignée des grands maires qui ont marqué le développement d’Aulnay en citant Robert Ballanger.

L’indécence DU CANDIDAT En marche qui feint d’oublier que Robert Ballanger avant d’être député-maire d’Aulnay-sous-bois avait acquis sa légitimité politique en assumant d’importantes responsabilités dans la résistance durant l’occupation nazie. Cette résistance qui permit à notre peuple de se libérer et de reconstruire le pays à partir du programme « Les jours heureux » élaboré dans la clandestinité. C’est dans la mise en œuvre de ce programme que fût créée la

Sécurité Sociale en général et de notre système de retraite en particulier aujourd’hui combattu par M. Giami, ses ami-e-s et es colistiers. Rien ne sert de se cacher en masquant l’étiquette politique et le projet de société sous-jacent qui préside à cette candidature des premiers de cordées !

Pour toutes ces raisons, comme la grande majorité des français, nous nous prononçons pour le retrait de ce projet de réforme par points. Les perspectives que notre liste entend ouvrir avec et pour les habitants d’Aulnay se fondent sur des valeurs auxquelles ce projet ne pourrait que nuire si il devait devenir réalité.

Penser les retraites du monde à venir, c’est penser un équilibre vivable pour tou-tes, un projet qui permette à toutes les générations de vivre bien et ne pas transmettre en héritage à nos enfants  une protection sociale au rabais, en plus de la dette écologique qui pèsera déjà sur elles et eux. Il nous revient aujourd’hui, pour les générations futures, de construire les bases d’un nouvel horizon commun, celui des conquêtes sociales et environnementales.

Nous prônons ainsi l’intervention citoyenne dans la vie collective. En ce sens, nous appelons les habitants d’Aulnay à défendre leur système de retraite et à obtenir qu’il bénéficie des améliorations que la richesse de notre pays peut financer. Nous en appelons à une juste réforme des retraites nécessaire pour combler les insuffisances d’un système perfectible.

La liste Aulnay en Commun

La France Insoumise se désengage de la liste Aulnay En Commun

Gros désaccord de La France Insoumise qui regrette que la liste Aulnay En Commun ne se préoccupe pas des questions majeures des quartiers. De plus, LFI regrette que la liste soit trop politisée sous le slogan « Union de la Gauche » alors que LFI voulait une ouverture aux associations.

Ci-dessous le communiqué.

Tract de la liste Aulnay En Commun et explication sur la démarche citoyenne

La liste Aulnay En Commun, qui fédère plusieurs personnalités de gauche et est soutenu par au moins un blog à Aulnay-sous-Bois, vient de sortir son second tract qui explique le pourquoi de la démarche tout en critiquant la liste de leur adversaire principal, à savoir celle de Bruno Beschizza.

Reste à savoir si cette démarche s’inscrit dans la sincérité ou non. Quid des « éléphants » de la politique locale qui ne seraient pas choisis démocratiquement mais qui souhaiteraient quand même avoir une place prépondérante dans cette équipe ?

%d blogueurs aiment cette page :