Publicités

Archives de Catégorie: Histoire

Histoire de l’Hôpital Robert Ballanger réquisitionné par les allemands lors de la 2nde guerre mondiale.

« Secrets d’Aulnay » vous emmène ce mois-ci découvrir l’histoire de l’Hôpital Robert Ballanger réquisitionné par les allemands lors de la 2nde guerre mondiale.

Des faits que vous pouvez également redécouvrir ce week-end dans le cadre de l’exposition « L’été de la liberté 1944-2019 » qui ouvrira ses portes à l’Hôtel de Ville pour les Journées Européennes du Patrimoine.

EN SAVOIR PLUS 👉 https://www.aulnay-sous-bois.fr/…/exposition-75eme-anniver…/

Publicités

Exposition : 75ème anniversaire de la libération de Paris et de sa Banlieue

Exposition : 75ème anniversaire de la libération de Paris et de sa Banlieue

Du 31 août au 22 septembre 2019

À l’occasion du 75e anniversaire de la libération de Paris et de sa banlieue, venez découvrir des objets et documents d’époque retraçant cette période à Aulnay-sous-Bois.

Exposition visible jusqu’au 22 septembre à l’Hôtel de ville de 10h à 12h et de 14h à 18h.

  • Visite commentée :
    le samedi 21 septembre entre 14h et 18h.
  • Journées européennes du patrimoine :
    Les 21 et 22 septembre de 10h à 12h et de 14h à 18h

HOTEL DE VILLE – ENTRÉE LIBRE.

Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30

Consultation : êtes-vous pour ou contre un square Napoléon Bonaparte à Aulnay-sous-Bois ?

Alors que la consultation concernant votre satisfaction ou insatisfaction vis-à-vis du maire d’Aulnay Bruno Beschizza s’achève semaine prochaine (avec de nombreuses personnes ayant participé), nous vous proposons de vous exprimer sur un autre sujet d’actualité locale qui a fait quelques remous dans la classe politique Aulnaysienne, à savoir la création du square Napoléon Bonaparte proche du parc Gainville.

Si Napoléon Bonaparte fait partie des hommes qui ont marqué l’histoire de France, est-ce que l’avant-dernier empereur français mérite t-il une certaine gratification pour ses actions, ses victoires et ses ambitions ?

Pour rappel, on doit à Napoléon le code civil, les départements (que personne ne souhaite vraiment remettre en question malgré l’utilité anachronique aujourd’hui, les départements ayant été créés en partie pour permettre d’accéder à une préfecture à tout un chacun muni d’un cheval en une journée). Mais Napoléon, c’est aussi les massacres en Espagne, l’exécution des prisonniers de guerre au Levant, des tueries en Egypte et l’assassinat ou faux procès d’opposants à l’image de ce qu’on pu faire des dictateurs du 20ème siècle. Napoléon a libéré Toulon du siège anglais, mais a aussi réprimé dans le sang les révoltes royalistes.

Alors, favorable ou pas à un square Napoléon à Aulnay-sous-Bois ? Nous vous laissons vous exprimer librement via cette consultation en ligne jusqu’au 10 septembre 2019.

D’autres sujets locaux, nationaux et internationaux vous seront également proposés au débat dans les prochains jours. Reprenant le slogan d’un journaliste français pour son émission fétiche, il est interdit d’interdire chez Aulnaycap, on peut débattre de tout.

MÉMOIRE:  À Aulnay, durant l’été 44…

MÉMOIRE] 📰 A Aulnay durant l’été 44…

Le 18 août, la maison du docteur Perlis est soudainement encerclée dans le parc Dumont. Louis Barrault et Pierre Gastaud, deux jeunes aulnaysiens âgés de 23 et 20 ans, sont arrêtés, torturés et fusillés. De nos jours, une stèle leur rend hommage

👉 https://www.aulnay-sous-bois.fr/actualites/a-aulnay-lete-44/

 

Historique de l’église saint Joseph, appels à vos dons, vos souvenirs

Dans le cadre des journées du patrimoine, qui auront lieu les 21 et 22 septembre, sur notre ville d’Aulnay-Sous-Bois.

L’église Saint Joseph ouvrira ses portes, tout l’après midi du 22 septembre 2019. ( programme en cours de réflexion) 

Nous pensons organiser une exposition sur l’histoire de notre église.

Nous bénéficions déja, de l’aide précieuse de Mr Abrioux,  que nous remercions chaleureusement.

Toutefois, nous manquons de documents d’archives, de photos de grands moments, qui font la vie de notre église depuis 1912, jusqu’à maintenant.

Nous faisons appel à vous.

nous recherchons des photos de : la construction de notre église, de la pose de nos vitraux, communions, mariages, baptêmes, patronage, kermesse, vitraux, cloches, prètres de notre église et autres grands moments qui font la vie paroissiale.

Vous possédez des photos qui pourraient nous intéresser? vous souhaitez nous les prêter? ou nous les donner?

Rien de plus simple:  Je me charge de récolter vos dons, joignez-y vos noms, vos documents seront ( avec votre accord) scannés et iront enrichir l’histoire de notre église.

Pour récupérer vos dons, je me tiendrai dans l’église saint Joseph, chaque dimanche matin, du 18 août au 15 septembre 2019 de 10 h 30 à 11 h ( heure de la messe) .

La 2eme possibilité que je vous propose, est de me téléphoner: 06.28.77.34.85.

ou de m’envoyer un mail: aurorebuselindplissy@gmail.com

Afin de convenir, ensemble d’un rendez vous, ou je pourrai récupérer vos dons ou « prêts ».

Je vous remercie beaucoup.

 

MÉMOIRE À Aulnay, durant l’été 44…

MÉMOIRE À Aulnay, durant l’été 44…

Le 27 juillet, les journaux évoquent un intriguant fait divers survenu dans la nuit, vers 21h30. Un soldat allemand a été abattu de plusieurs coups de pistolet sur le Pont de l’Union. Une jeune fille française qui l’accompagnait a été blessée.

Source: https://www.aulnay-sous-bois.fr/actualites/a-aulnay-lete-44/

 

Connaissez-vous la mystérieuse histoire de l’attaque du train d’Aulnay pendant la Seconde Guerre Mondiale

Durant l’été 44 à Aulnay-sous-Bois, l’attaque d’un train nazi par des résistants à permis de sauver de nombreuses œuvres volées pendant la guerre dans les musées parisiens. Redécouvrez dans « Secrets d’Aulnay » les mystères de cet instant atypique de notre Histoire locale.

En 1944, des œuvres d’art arrachées aux mains des nazis en gare d’Aulnay-sous-Bois

La municipalité prépare une grande exposition sur des faits marquants de la Seconde Guerre mondiale qui se sont déroulés dans la ville. Comme ce train nazi attaqué par des Résistants pour reprendre des tableaux volés.

L’été 1944 touche à sa fin. Stationné en gare d’Aulnay-sous-Bois, un train est sous bonne garde allemande. Et pour cause : à l’intérieur, 200 à 300 toiles de maîtres – Picasso, Dufy, Braque – dérobées par les nazis aux musées parisiens. Direction : l’Allemagne, sur ordre d’Adolf Hitler. Mais le 26 août, des résistants français attaquent le train et réussissent à sauver le trésor, au prix de la vie de plusieurs d’entre-eux.

Cet épisode méconnu de la Seconde Guerre mondiale va faire l’objet d’une grande exposition à Aulnay-sous-Bois, fin août, pilotée par les archives. A coups de tweets un peu mystérieux, la ville démarre le teasing sur l’événement.

Une valeur de 1Mds de Reichsmark d’or

«C’est un épisode glorieux de la Résistance », résume Pascal Lecomte, directeur des archives municipales. «Ces tableaux représentaient une manne financière incroyable pour le IIIe Reich. De l’art dégénéré, estimaient-ils… mais une valeur de 1Mds de Reichsmark d’or, soit de quoi se payer dix divisions blindées », chiffre l’historien local. Pas anodin, alors que les Allemands viennent de «perdre » Paris.

L’homme rappelle que c’est une conservatrice de l’Orangerie, à Paris, qui a mis la Résistance sur la piste du train. Lequel, au départ de la Gare du nord, a été ralenti par des cheminots et des résistants, avant d’être «attaqué » à Aulnay, au moment même où les Alliés, qui venaient de libérer Paris, arrivaient dans la commune.

Source et article complet : Le Parisien

Pierre Olmetta, un homme si connu à Aulnay-sous-Bois

Une lectrice nous a écrit pour nous signaler avoir bien connu Pierre Olmetta et sa famille, amis de ses grands parents. Les membres de la famille Olmetta venaient souvent dîner chez eux.

Anecdote, c’est grâce à M. Olmetta que le grand père de notre lectrice a été décoré de la légion d’honneur en 1969.

 

Le château d’Aulnay-sous-Bois sera reconstruit d’ici 2022

C’est une surprise totale mais qui ravira très certainement les amateurs d’histoire, du patrimoine et de la vie de châtelain : le célèbre château d’Aulnay-sous-Bois, qui se trouvait aux alentours de la rue Kléber non loin du siège de la police municipale, sera reconstruit quasiment au même endroit d’antan, selon la volonté de l’exécutif municipal qui souhaite redonner à la ville un emblème à la hauteur de son image.

Un projet de plus de cent millions d’euros et des préemptions

La rédaction a contacté les services de la mairie pour en savoir plus sur les tenants et les aboutissants de ce projet gargantuesque. Selon les plans initiaux élaborés par les services techniques, le futur chateau sera construit à l’identique du bâtiment initial moins quelques dépendances à cause du manque de foncier. L’emplacement se situe entre l’avenue Kléber, la rue Camille Pelletan et la rue Marceau, juste au nord des bâtiments de la police municipale. Une partie de la rue Camille Pelletan, partant vers le Nord depuis le rond-point du château, sera privatisé pour servir d’entrée officielle au nouveau domaine. Au total, c’est pas moins de 22 000 m² qui sont préemptés avec des pavillons qui seront rachetés puis détruits pour faire place nette au chateau.

Ce projet titanesque semble confrontés à ses premières difficultés puisque selon nos sources, certains propriétaires semblent réticents à l’idée de céder leur pavillon, et pourrait jouer sur les recours pour retarder les travaux.

Un projet sous la supervision du Cahra et de Stéphane Bern

Afin de pouvoir reproduire à l’identique le château d’Aulnay tout en utilisant des matériaux modernes et faciles d’accès, la municipalité d’Aulnay a confié au Cercle Archéologique et Historique de la Région d’Aulnay (CAHRA) la maîtrise d’ouvrage. Cette association dispose de nombreux documents d’époques permettant de mieux connaître les détails tant au niveau de l’architecture du château que sur la disposition des jardins. Le CAHRA a d’ailleurs pris contact avec la municipalité de Livry-Gargan pour récupérer quelques fresques, mosaïques et parements de pavillons qui ont été construits à l’aide des vestiges du château.

Autre fait qui a suscité notre intérêt : le célèbre présentateur, animateur, journaliste et passionné de châteaux Stéphane Bern participera aux différents ateliers, à la demande express de Bruno Beschizza, afin de mener à bien le chantier et apporter son expérience et son savoir-faire. Nous ne savons pas cependant quels seront les émoluments exigés par M. Bern.

L’opposition sceptique voire hostile au projet

Si le futur château apportera indiscutablement une visibilité positive à la ville et la visite de nombreux touristes passionnés d’histoire, le coût de l’opération et la suppression de certains pavillons de caractère semblent provoquer une hostilité remarquable de la part de l’opposition. Ainsi, Benjamin Giami (LREM), que nous avons joint par téléphone, s’alarme de l’augmentation de la dette qui résulterait de ce chantier. Guy Challier (PS) trouve quant à lui regrettable de supprimer des logements à proximité d’artères commerçantes pour un projet qui ne bénéficierait qu’à une minorité.

Alain Amédro (EELV) fut aussi très acerbe vis-à-vis de ce projet de construction de château mais reconnait que retrouver les vestiges de ce qui furent les emblèmes de la ville part d’un bon sentiment. Interrogé sur cette volonté de retrouver une partie de l’héritage Aulnaysien, M. Amédro nous a confié qu’il souhaiterait plutôt raser le vieux quartier pavillonnaire de Chanteloup pour y faire renaître la forêt de Bondy, en y plantant principalement des Aulnes. « N’est-ce pas le véritable emblème de la ville », nous a t-il soupiré…

Un chateau aux multiples fonctions

Interrogé par la rédaction, le maire Bruno Beschizza a balayé d’un revers de la main les critiques de son opposition. Selon lui, les retombées économiques seront immédiates, avec des commerces de proximité en plein essor et un quartier du Vieux-Pays re-dynamisé. De plus, les nombreux visiteurs attendus permettraient de couvrir largement l’entretien du château et apporter des bénéfices.

M. Beschizza entend également utiliser le bâti pour y héberger quelques services de la ville, développer les activités culturelles (chants, danses, défilés…) et permettre au Maire d’inviter les personnalités remarquables de passage dans la ville. Des appartements y seraient également loués pour les personnalités politiques et médiatiques, avec un service de restauration étoilé.

Quant aux riverains inquiets de la disparition de leur pavillon, M. Beschizza nous a rappelé que les espaces qui se libèrent sur le terrain de PSA permettraient rapidement de reloger les familles impactées, avec une promesse d’avoir une superficie habitable et un terrain plus importants que ce que les foyers ont jusqu’à présent. De quoi rassurer – ou pas – les personnes qui s’inquiètent de ce projet qui sera débattu lors du prochain conseil municipal.

%d blogueurs aiment cette page :