Archives de Catégorie: Culture

Le Colisée, la future salle de 8000 places située à Tremblay-en-France

Porté par le charismatique Maire de la ville François Asensi, le projet Colisée à Tremblay-en-France semble sur de bons rails avec la validation par les élus du conseil territorial de Paris Terres d’envol du lauréat du marché de conception-réalisation retenu par un jury. Le site de ce complexe d’envergure est situé près de l’aéroport de Roissy, au cœur de la ZAC Aérolians. Deux grands espaces seront ainsi offerts aux visiteurs : une grande salle de 7000 places et une salle dite sportive de 1500 places.

La société S-Pass sera en charge de la gestion de cet édifice qui coûtera la bagatelle de 60 millions d’euros. S-Pass exploite une vingtaine de salles dans toute la France comme le zénith de Strasbourg ou le zénith de Rouen. D’autres équipements seront construits autour comme des hôtels et un grand restaurant pour faire de cet espace un lieu de vie. A noter que l’équipe de handball de Tremblay-en-France, qui évolue en 1ère division, devrait évoluer à domicile dans la salle sportive.

Sur le plan politique, le maire d’Aulnay-sous-Bois est favorable au projet quand le maire du Blanc-Mesnil, Thierry Meignen, est contre. Ce dernier évoque une opacité du dossier et redoute pour le territoire de Paris Terre d’Envol un coût  bien plus élevé que les 60 millions d’euros annoncés. Il affirme également que l’ouverture d’une salle de même type au niveau de Paris Porte de la Chapelle va concurrence ce projet.

 

 

Le rappeur de Sevran Kaaris gravement malade et hospitalisé !

Les fans du rappeur Kaaris sont complètement retournés puisque leur idole est, depuis plusieurs jours, hospitalisé. On ignore ce qui touche le rappeur de 41 ans mais une chose est sûre, il a mis en stand by ses projets pour se consacrer à la santé.

Pour rappel, Kaaris n’est pas l’ami de Booba, autre rappeur bien connu en Seine-Saint-Denis.

 

L’acteur des «Misérables» Steve Tientcheu lance une école de cinéma ouverte aux habitants d’Aulnay-sous-Bois

@Alexandre Arlot

A l’instar de l’école Kourtrajmé à Montfermeil, Steve Tientcheu, qui s’est illustré dans le film de Ladj Ly primé à Cannes, et le scénariste et réalisateur Tarik Laghdiri souhaitent former des Aulnaysiens aux métiers du septième art.

Adepte des métaphores et des formules ciselées, Tarik Laghdiri espère « semer des graines dans la tête des habitants » de sa ville, Aulnay-sous-Bois (Seine-et-Marne). Depuis un an et des confinements, dont il a raconté les difficultés à nos lecteurs à travers un journal de bord, ce cinéaste amateur fourmille de projets. Parmi lesquels figure une école de cinéma, dont la concrétisation est attendue cet été.

La graine a d’abord germé dans l’esprit du comédien Steve Tientcheu, qui s’est notamment distingué dans le rôle du maire dans le film de Ladj Ly « Les Misérables ». Tout comme le réalisateur multirécompensé a fondé l’école Kourtrajmé à Montfermeil, l’acteur aulnaysien de 38 ans souhaite faire du septième art un atout pour sa commune.

« L’idée m’est venue après la montée des marches à Cannes (NDLR : lors du festival en mai 2019, « Les Misérables » a remporté le prix du jury), rembobine Steve Tientcheu. Je me suis dit que c’était le moment de rentrer à la maison et de rendre à ma ville, jeune et dynamique, ce que j’avais appris. »

Premiers recrutements d’ici l’été

Le tandem est complémentaire. L’allure frêle et juvénile de Tarik, 36 ans, contraste avec la carrure et la voix imposantes de son aîné. « Lui apporte sa sagesse et son calme, moi ma mentalité de rhinocéros », résume Steve d’une formule qui claque.

Leur projet — « L’école de cinéma à ciel ouvert » — consiste à créer un parcours de formation professionnalisant, pour initier les habitants du secteur aux métiers du cinéma. Son rythme ne sera pas celui d’une école classique. Chaque session sera centrée « sur un projet artistique et ses besoins », précise Tarik.

Source et article complet : Le Parisien

Aya Nakamura, l’Edith Piaf d’Aulnay-sous-Bois, se confie sur ses passions, sa famille, ses amours

Tout le monde connait la désormais très célèbre chanteuse Aya Nakamura. Mais sait-on ce qu’elle pense ? Ses amours ? Ses passions ? Sa famille ? Comment lui est venu la passion de la chanson ?

Si vous êtes fan d’Aya Nakamura, vous trouverez toutes les réponses à vos questions en cliquant ici.

Entretien avec Rayen Hediji, jeune réalisateur d’Aulnay-sous-Bois

Dans un précédent article, nous annoncions la participation du court-métrage « Double jeu » au festival Nikon, réalisé par Rayen Hediji, un jeune Aulnaysien. La rédaction a pris contact avec le jeune réalisateur pour en savoir plus sur sa personnalité, son parcours, ses ambitions.

Une passion du cinéma dès le plus jeune âge

Dans cet entretien, Rayen Hediji nous confie que sa passion du cinéma n’est pas nouvelle, qu’elle lui est apparue dès le plus jeune âge. Que ce soit à travers ses diverses activités scolaires ou extrascolaires, M. Hediji ne rate jamais l’occasion d’immortaliser les événements en vidéo. Toutes ses créations étaient filmées, chaque activité était complétée par une séquence vidéo. 

Si cette passion était au départ artisanale, M. Hediji renforça petit à petit la qualité des oeuvres vidéos grâce à un matériel de plus en plus moderne, mais aussi en s’adonnant à la passion du montage. Plus grand, il se mit à réaliser des courts-métrages avec des amis, principalement dans le parc Ballanger à Aulnay-sous-Bois. Les vidéos se faisaient par téléphone, et le montage était réalisé par ce petit groupe.

Hallnaywood, le déclic

Mais c’est bel et bien le festival Hallnaywood qui a propulsé M. Hediji sur le devant de la scène en faisant de belles rencontres et en faisant part de sa créativité. Il rencontra un producteur pour réaliser un premier court métrage de qualité professionnelle, appelé « Ennemi Commun ». Le matériel adéquat lui fut prêté pour la réalisation.

Outre son deuxième court-métrage de premier plan (Double Jeu), Rayen Hediji travaille actuellement sur un autre court-métrage (durée de 15 à 20 minutes) afin de terminer sa professionnalisation. Ce court-métrage est un drame futuriste, qui devait concourir pour le festival Nikon mais qui, par faute de temps et par souci de la perfection, n’est pas encore prêt.

Bientôt un long-métrage

Si Rayen Hediji s’est spécialisé dans les courts-métrages, il a pour ambition de réaliser de long métrages dans quelques années. Il travaille déjà avec un scénariste sur un film qui sera une comédie grand public, avec quelques scènes d’action. L’histoire de ce premier long métrage mettra en avant 4 jeunes garçons, dont l’un vit une relation amoureuse tumultueuse.

Un artiste qui n’oublie pas ses racines et qui souhaite un soutien de la ville

Rayen Hediji habite toujours à Aulnay-sous-Bois. Et pour son premier long métrage, il souhaite qu’un des rôles principaux soit attribué à un Aulnaysien. Il compte d’ailleurs faire participer de nombreux Aulnaysiens parmi les figurants pour mettre en avant la ville et sa richesse.

Il souhaiterait également pouvoir faire partager sa passion du cinéma au plus grand nombre et attend avec impatience la possibilité de pouvoir s’exprimer dans le bulletin municipal Oxygène. Des réalisateurs de premier plan, il n’en existe pas tant que ça à Aulnay-sous-Bois et un petit clin d’oeil du bulletin distribué dans chaque boite aux lettres ne serait pas de refus pour un jeune talent sur la pente ascendante.

Les rencontres de la réussite avec les métiers du Cinéma à Aulnay-sous-Bois

Dans la continuité du « Bus de la réussite », la ville propose les « Rencontres de la réussite » afin de répondre aux besoins d’informations des 16-25 ans sur des domaines d’activités spécifiques et porteurs.

Une occasion de découvrir de nouveaux métiers, des formations ou de candidater à des stages ou emplois grâce à ces rencontres organisées avec de nombreux partenaires locaux (Fnac, Darty, UGC, etc.).

Attention : cette date est prévisionnelle, elle susceptible d’être modifiée en fonction de l’évolution de la crise sanitaire.

Informations et inscriptions : ochaib@aulnay-sous-bois.com

Source : site de la ville d’Aulnay-sous-Bois

Sevran devient la capitale du Rap Français avec Benab et son tube : Au clair de la rue

Sur les traces de Maes, Bersa et Kaaris, Benab vient de sortir un véritable tube avec « Au clair de la rue », sorte de ballade spirituelle dans les rues de la ville de Sevran. Il évoque la drogue, la galère, la prison, la police…

Une véritable pépite pour la Seine-Saint-Denis avec un style bien particulier.

Pour découvrir le tube en avant-première, cliquer sur l’image ci-dessous :

Théo Luhaka, jeune violemment blessé lors d’une interpellation à Aulnay-sous-Bois, sort un album

Théo Luhaka est handicapé à vie suite à une interpellation musclée de la police en 2017 dans le quartier de la Rose des Vents. Le jeune homme tente désormais de se reconstruire et se lance dans une carrière musicale en sortant son premier album. 

Sur BFM, il explique :

« C’était plus une thérapie personnelle. Parce que pour avancer, il faut savoir parler. Beaucoup de gens me demandent comment je vais. Ça n’ira plus jamais, dans le sens où je suis handicapé à vie. Je pourrai toujours aller mieux qu’hier. Mais ça n’ira plus jamais comme avant.« 

Reste à savoir s’il trouvera le succès escompté.

Vidéo, nouveau tube de rap de Limsa D’Aulnay – Starting Block feat ISHA

Une fois de plus, Limsa d’Aulnay nous fait mentir sur le rap et son caractère trop souvent guerrier. Dans son nouveau clip intitulé « Starting Block » avec en guest start ISHA, le rappeur d’Aulnay-sous-Bois évoque des sujets d’actualité comme la galère, la drogue, la musique, le manque de perspective, mais aussi une critique contre les filles qui sortent l’été en débardeur.

Ce qui est intéressant est la phrase suivante : « J’ai quelques fréros qui sont dans les starting block qui se font du bénef grâce aux stars qui se droguent« . Le rappeur mais là en évidence que ce sont les consommateurs de drogue qui enrichissent les dealers et entretiennent le climat de terreur dans les quartiers. Plus de drogués, plus de dealers, et peut-être moins d »insécurité ?

Pour découvrir le nouveau tube de Limsa d’Aulnay, cliquer sur la vidéo ci-dessous :

Jean-Daniel Simon, dandy, communiste et cinéaste vient de s’éteindre à Aulnay-sous-Bois

©Joseph Marando/CCAS

L’acteur et réalisateur, qui vivait ces dernières années à Dakar, est mort dans la nuit de mardi à mercredi à l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois. Ce militant laissera le souvenir d’un homme engagé dans toutes les causes qu’il défendit.

Et d’abord, il était beau. Et charmeur. Cinéaste, communiste, Jean-Daniel Simon faisait des films et militait pour son parti pour les mêmes raisons : partager ses idées, ce qu’il avait appris. Passionnément : il resta militant communiste, alors même que ce n’était plus guère à la mode dans le monde qui était le sien.

Source et article complet : L’Humanité

%d blogueurs aiment cette page :