Archives du blog

Echange entre apiculteurs citadins le 19 juin à Aulnay-sous-Bois

L’apiculture urbaine présente des particularités. Vous qui pratiquez déjà une apiculture, en amateur ou comme professionnel, sur Aulnay-sous-Bois ou aux alentours , venez participer à un échange entre apiculteurs citadins !

Rendez-vous à la Maison de l’Environnement le Mardi 19 juin 2018 à 19h.

Astuces, freins, plaisirs partagés autour de la sauvegarde de l’abeille… la Maison de l’Environnement vous propose un lieu d’échanges sur vos pratiques apicoles dans la convivialité à l’occasion de son exposition « L’abeille fait son buzzzzz !!!« .

N’hésitez pas à apporter des échantillons de votre miel et des photos de vos ruches !

Un apéritif dînatoire sera offert par la MDE.

Sur inscription par téléphone au 01 48 79 62 75 avant le 18 juin prochain.

Invitation vernissage exposition « l’abeille fait son buzzzzz! » le 17 mars à Aulnay-sous-Bois

La Maison de l’Environnement a le plaisir de vous inviter pour le vernissage de  la nouvelle exposition de la Maison de l’environnement intitulée « L’abeille fait son buzzzz! »  le samedi 17 mars à 15h.

Confirmer votre présence en écrivant à 0MAISON-ENVIRONNEMEN@aulnay-sous-bois.com

Conférence débat « DES ABEILLES ET DES FLEURS » à Paris le 8 mars

IESF Île-de-France vous convie à une Conférence-Débat sur le thème : « DES ABEILLES ET DES FLEURS »

La ruche et son organisation : un vrai modèle social !

Par Thierry DUROSELLE

Elle sera suivie par un moment convivial pour prolonger les échanges

OBJECTIF :

  • La vision optimiste des abeilles.

Au travers de la ruche et de son organisation  expliquer un vrai modèle social. Expliquer le travail et les produits de la ruche , la vie des autres abeilles et des pollinisateurs
Le service écologique indispensable à beaucoup d’êtres vivants. Les menaces qui affectent le monde ailé .

PROGRAMME :

  • 18.00-18h15     Accueil des participants
  • 18h15-20h15    Conférence – débat
  • 20h15-21h00     Moment convivial et échanges

INFORMATIONS PRATIQUES :  inscriptions sur le site IESF Ile de France ! www.iesf.idf

Lieu : IESF 7 rue Lamennais 75008 Paris – Métro Georges V (ligne1) ou Étoile

Participation aux frais :

  • Etudiant, Recherche d’emploi : 0 euros
  • Membres IESF Île-de-France, AFAS, CNRS, SEIN ou Partenaires: 0 euros
  • Extérieurs : 5 euros

Inscription préalable et Paiement en ligne >>>ICI<<<

Jacques Prévert d’Aulnay-sous-Bois : Séance Ciné-Citoyen, des abeilles et des hommes le 20 septembre

abeillesEntre 50 et 90 % des abeilles ont disparu depuis quinze ans. Cette épidémie, d’une violence et d’une ampleur phénoménale, est en train de se propager de ruche en ruche sur toute la planète. Partout, le même scénario : par milliards, les abeilles quittent leurs ruches pour ne plus y revenir. Aucun cadavre à proximité. Aucun prédateur visible. Arrivée sur Terre 60 millions d’années avant l’homme, l’Apis mellifera (l’abeille à miel) est aussi indispensable à notre économie qu’à notre survie. Aujourd’hui, nous avons tous de quoi être préoccupés : 80 % des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées. Sans elles, pas de pollinisation, donc pratiquement plus de fruits, ni légumes. Il y a soixante ans, Einstein avait déjà insisté sur la relation de dépendance qui lie les butineuses à l’homme : « Si l’abeille disparaissait du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre ». Réalité ou fiction ?…

« Tout en pointant la folie d’un monde qui se fait à tout, pourvu que l’argent rentre, ce documentaire aide à comprendre quelle évolution est possible, et comment le cycle vital pourra se perpétuer. » TÉLÉRAMA

En partenariat avec la Maison de l’Environnement d’Aulnay-sous-Bois

Six ruches ont été installées en juin 2013 au centre technique municipal d’Aulnay-sous-Bois.
Afin de sensibiliser le public le plus large au rôle primordial que les abeilles jouent au service de la biodiversité et de la vie, la cellule pédagogique des espaces verts et la Maison de l’Environnement mèneront diverses animations pédagogiques à destination des écoles et des familles.

Projection suivie d’une rencontre avec Stéphane Dupont, apiculteur d’Aulnay-sous-Bois, et l’Observatoire de Natureparif.
Dégustation et vente des produits de la ruche à l’issue de la projection.
À consommer sans modération, ils nous aideront à mieux passer l’hiver !

Tarifs de 3,80 € à 5,60 €
Réservations : brigitte.bettiol@ejp93.com

Film Suisse, 2013, documentaire, 1h28. Dès 10 ans
Réalisé par Markus Imhoof
Avec la voix de Charles Berling

Séance le Vendredi 20 Septembre à 20h30

Greenpeace à la rescousse des abeilles en souhaitant interdire des pesticides

abeillesPesticides, frelons asiatiques, pollutions diverses…autant de maux que nos abeilles ont du mal à supporter.

La célèbre organisation GreenPeace tente de venir à l’aide des butineuses en souhaitant interdire 7 pesticides actuellement utilisés pour l’agriculture. Pesticides qui sont potentiellement dangereux pour la santé des hommes, également.

Article complet en cliquant ici.

Peut-on sauver les abeilles ?

Abeille« Madame, Monsieur,

Le phénomène de disparition des abeilles est en train de prendre un tour dramatique. Les derniers chiffres de l’Institut de recherches publiques FranceAgrimer, dépendant directement du Ministère de l’Agriculture, sont effarants : Plus de 1 000 colonies d’abeilles sont décimées en France… CHAQUE JOUR !

En seulement 6 ans, le nombre d’apiculteurs aurait chuté de plus de 40 % ! Et ce serait « directement corrélé à la disparition des abeilles » d’après France Agrimer. C’est une véritable révolution silencieuse et tragique que nous sommes en train de vivre. La majeure partie de ce que nous cultivons aujourd’hui et consommons au quotidien est en danger : tomates, courgettes, melon, pastèque, fraises, pommes, abricots, cassis, mûres, choux, oignons, poivrons, poireaux, persil, tournesol…

Les abeilles ne font pas uniquement du miel. Elles sont une humble et gigantesque force de travail, pollinisant 80 % des plantes à fleurs sur terre, et près de 90 % des plantes que nous cultivons. Il n’existe aucune alternative, ni technique, ni scientifique, pour les remplacer. Sans elles, c’est l’alimentation de toute la population qui est menacée ! Sans parler de millions d’espèces d’insectes, d’oiseaux et de mammifères qui dépendent directement de ces plantes pour se nourrir. Ce déclin catastrophique des abeilles est un phénomène complexe. Mais parmi les multiples facteurs qui joueraient un rôle dans cette hécatombe, il y en a un – majeur, décisif – qui est aujourd’hui clairement identifié et dénoncé par plus d’une quarantaine d’études scientifiques menées à travers le monde depuis plus de dix ans.

Il s’agit d’un groupe d’insecticides utilisés massivement sur les cultures : les néonicotinoïdes. Ce sont des variétés de pesticides systémiques, c’est-à-dire qu’ils sont mis sur la graine de la plante, et lorsque celle-ci poussera, elle suintera des composants chimiques à forte dose qui ne laissent aucune chance aux insectes quels qu’ils soient.

Les hécatombes ont commencé, et progressivement augmenté dans les années qui ont suivi l’apparition de ces nouveaux pesticides sur le marché, dans les années 1990. Et les populations d’abeilles augmentent là où ces produits ont été interdits. Les preuves à charge contre ces pesticides ultra-nocifs sont accablantes, et pourtant…

Sous la pression des grands groupes agrochimiques, Bayer, Syngenta, Dow Chemical ou Monsanto, ils continuent à être autorisés, commercialisés et utilisés massivement dans les champs, – tuant ainsi des millions d’abeilles chaque année. C’est pour couper court à cette situation dramatique que la députée Laurence Abeille (la bien-nommée !) a déposé une proposition de résolution pour interdire immédiatement les pesticides néonicotinoïdes dangereux pour les abeilles.

Si cette résolution était adoptée par l’Assemblée Nationale, des millions d’abeilles seraient sauvées, permettant ainsi la préservation de l’écosystème et de l’alimentation des générations futures. Plusieurs de ses collègues soutiennent déjà l’initiative de Laurence Abeille, mais si nous ne faisons pas immédiatement et massivement pression sur les députés pour qu’ils co-signent cette proposition, elle sera rejetée.

De leur côté, les lobbys de l’industrie des pesticides sentent l’étau se resserrer. Et ils font des pieds et des mains pour que leurs produits continuent à être vendus : ils brandissent de pseudos arguments scientifiques pour prouver qu’on n’a pas d’autre choix que d’utiliser leurs poisons, ils prédisent des licenciements massifs si leurs produits étaient interdits…

Ils sont en passe de bloquer la proposition de Laurence Abeille à l’Assemblée Nationale. C’est pour cela que je vous demande d’interpeller dès à présent le député de votre circonscription, afin de lui demander de cosigner cette proposition de résolution. C’est très simple, il vous suffit de suivre ce lien :

http://www.pollinis.org/petitions/proposition_Laurence_Abeille.php

Et s’il vous plaît, transmettez cet email à vos contacts pour leur demander de faire pression à leur tour sur leur député pour qu’il co-signe la proposition de résolution pour mettre fin à cette hécatombe. Pour peser dans la balance face aux multinationales agrochimiques, la mobilisation doit être massive. Il faut que chaque député reçoive des milliers de messages provenant de citoyens électeurs de sa circonscription.

Nous devons donner le plus d’ampleur possible à cette action primordiale (ce n’est pas tous les jours qu’une députée se positionne aussi franchement dans le combat pour sauver les abeilles !). C’est pour cela que toute l’équipe de Pollinis a travaillé d’arrache-pied pour recenser les noms, les emails et les circonscriptions de chacun des 577 députés qui siègent à l’Assemblée nationale, pour que vous n’ayez plus qu’à mettre votre nom et qu’un email soit envoyé directement à votre député.

Et s’il vous plaît, juste après avoir signé, transmettez cet email à vos amis pour qu’ils interpellent eux aussi leur député. Seule une mobilisation massive des citoyens pourra décider les députés de tous bords politiques à cosigner cette proposition de résolution. Je compte sur vous ! Merci d’avance« 

Source : Communiqué de Nicolas Laarman, Délégué National – Pollinis, Conservatoire des Fermes et de la Nature »

%d blogueurs aiment cette page :