Archives de Catégorie: Environnement

La consultation sur le plan Climat-Air-Energie Territorial de Paris Terres d’Envol bientôt close

Depuis le 15 juin, le plan Climat-Air-Energie Territorial (PCAET) du Territoire dont Aulnay est la ville la plus importante est entré dans sa phase finale, sa mise à disposition au public. Le public est invité à le consulter à cette adresse : https://www.paristerresdenvol.fr/plan-climat-air-energie-territorial-pcaet et à déposer ses observations à : contact.pcaet@paristde.fr.

Certes, ces documents ne sont pas d’un abord facile. Mais en un moment où la prise de conscience des problèmes environnementaux progresse de manière spectaculaire, il serait regrettable que les citoyens, publiquement sollicités, ne s’emparent pas de l’occasion qui leur est donnée d’exprimer un avis.

Cette consultation mérite d’être soutenue par un effort d’information tout particulier. Or on en cherche vainement la trace dans le bulletin municipal d’une ville qui couvre environ 1/5e du territoire et rassemble près du quart de la population, et dont par surcroit le Maire est le président du Territoire.

Pourquoi n’existe-t-il aucune rubrique «Paris-Terres d’Envol » dans Oxygène, alors que le territoire, l’un des 12 qui composent la Région Île-de-France, a bénéficié du transfert de nombreuses compétences :

  • ·assainissement et eau
  • gestion des déchets ménagers et assimilés
  • équipements culturels et sportifs d’intérêt territorial
  • politique de la ville
  • action sociale d’intérêt territorial
  • plan local d’urbanisme intercommunal
  • plan climat air énergie
  • aménagement
  • développement économique
  • habitat

(Les trois dernières compétences partagées avec la Métropole du Grand Paris)

Un exemple des plus simples de l’impact du transfert de ces compétences : le ramassage des déchets verts. Ce qui était jusqu’alors impossible, aux dires des responsables de notre commune, est devenu possible avec la mise en place de cette nouvelle structure.

Il est donc important que les citoyens s’intéressent à ce qui se passe à ce niveau de décision, et donnent leur avis lorsqu’on les sollicite. Encore faut-il qu’ils soient informés, avec un effort de pédagogie. Une pédagogie active, qui, comme dans toute formation initiale, s’appuie sur les acquis et cherche à développer l’autonomie. N’est-ce pas là l’idéal de tout bon père de famille ? Il est temps qu’à Aulnay, la propagande cède le pas à la pédagogie.

Source : Aulnay Environnement

Jusqu’où ira le rejet des bruits inhérents à la nature par les citadins

Jadis les coqs pouvaient chanter au lever du soleil et les poules caqueter après la ponte, les grenouilles coasser durant la période de reproduction des batraciens dans leurs mares,  les grillons et les cigales  enchanter la Provence, les moutons bêler dans leurs pâturages,  les chevaux hennir dans leur haras, les ânes braire  et les cloches pendues au coup des vaches résonner dans les vallées sans que leur voisinage trouve a y redire, puisque ces expressions du monde de la campagne faisaient partie intégrante de la vie  rurale et de la nature.

Nous observons pourtant un phénomène de plus en plus inquiétant parmi les bipèdes humains, qui se mettent à saisir la justice pour faire cesser à proximité de leurs nouvelles habitations ou de leurs villégiatures occasionnelles, tous les bruits et toutes les expressions vocales du monde animal, accusant leurs éleveurs ou leurs propriétaires de troubler leur tranquillité ! Le but affiché de ces procédures vise souvent à faire supprimer purement et simplement les animaux et les insectes, à détruire leur biotope et leur habitat, ou à en faire interdire l’élevage….

Du coup deux France s’affrontent : d’ex- citadins reconvertis à la vie rurale pour y trouver le silence ne font plus très bon ménage avec les ruraux qui ont toujours vécu avec ces sons inhérents à la vie des campagnes …. Pour ne plus être empêchés de dormir par le bruit des cigales et des grillons, des touristes avait demandé au maire d’une commune du sud de bien vouloir traiter les arbres avec des insecticides ….

A Saint Pierre d’Oléron, les propriétaires d’un coq s’étaient vus traduits en justice par leurs nouveaux voisins qui ne supportaient plus d’être réveillés dès potron minet par le volatil… Fort heureusement le juge les a déboutés de leur demande et le volatil peut désormais continuer à annoncer le lever du soleil…. Le maire Christophe Sueur a pris du coup un arrêté pour proclamer le « caractère rural » de sa commune

En haute Savoie, ce sont les cloches des vaches qui dérangeaient les riverains propriétaires de résidences secondaires… Pris en étau entre les éleveurs et les vacanciers, il parvint à un compromis en déplaçant l’abreuvoir pour éloigner les bovidés des résidences….

En gironde un couple a été condamné par la Cour de cassation à reboucher la mare de leur jardin qui attire de nombreuses grenouilles, trop bruyantes au goût de leurs voisins. Mais pour respecter la décision de justice, ils devraient se mettre en infraction avec le Code de l’environnement car leur point d’eau n’abrite pas moins de huit espèces protégées !

Un député de Lozère a déposé fin juillet 2019 une proposition de loi « visant à définir et à protéger le patrimoine sensoriel des campagnes françaises ».  Ainsi « chant du coq, tintement des cloches, braiment de l’âne, odeur du fumier ou des poulaillers [et] coassements de batraciens » pourraient être classés « patrimoine sensoriel des campagnes » et être de cette manière protégés des poursuites pour troubles anormaux du voisinage. « Quand on vit dans la ruralité, il y a des bruits et odeurs consubstantiels à la vie ou à l’agriculture. Si on porte plainte là-dessus, on porte atteinte à la vie rurale traditionnelle », soutient le député.

Le maire de Gajac (Gironde), auteur d’une lettre ouverte aux parlementaires sur les bruits de la campagne estime que « la justice a autre chose à faire ». « Les éleveurs ont des vaches, les agriculteurs des tracteurs et des animaux vivent dans la nature. Quand on est en ville, on accepte les bruits de la ville, alors, pourquoi pas à la campagne ? »

A Saint-André-de-Valborgne dans le Gard, les touristes sont prévenus et accueillis avec humour : « Attention, village français, vous pénétrez à vos risques et périls, prévient un panneau planté à l’entrée de la commune.  (Voir affiche ci-dessus ).

Bruno Dionis du Séjour, dans sa lettre ouverte aux parlementaires, demandait « solennellement » que le chant du coq, les cloches des églises ou encore le braiment de l’âne « soient proclamés patrimoine national ».

Les citadins investissant nos campagnes imposeront-ils la loi du silence à toute la nature ?

Article rédigé les 23 et 24 juin 2020 par Catherine Medioni

Consultation publique sur le Plan climat de Paris Terres d’Envol

Afin de préparer la transition énergétique sur notre territoire, et après une phase de diagnostic et de concertation visant à élaborer son plan climat-air-énergie, Paris Terres d’Envol termine sa démarche par une invitation en direction du public et des habitants du territoire à donner leur avis.

Avant le vote définitif du conseil de territoire et conformément à la procédure réglementaire, tous les documents élaborés du projet de Plan climat-air-énergie territorial (PCAET) ont été soumis à l’autorité environnementale et à la Métropole du Grand Paris pour avis.

Afin de pouvoir donner votre point de vue ou faire quelques suggestions, vous pouvez dans un premier temps prendre connaissance de l’avis administratif de mise à disposition électronique du dossier de consultation du projet de ce Plan sur ce lien :
https://www.paristerresdenvol.fr/sites/default/files/atoms/files/avis_de_consultation_du_projet_de_pcaet_de_paris_terres_denvol.pdf

Le dossier de consultation du projet de PCAET sera accessible en ligne sur le site internet suivant :
https://www.paristerresdenvol.fr/plan-climat-air-energie-territorial-pcaet

Au regard de l’urgence sanitaire, Les observations et suggestions du public pourront être déposées en ligne du 15 juin au 15 juillet 2020 inclus à l’adresse suivante :
contact.pcaet@paristde.fr

Nota Bene : Les avis envoyés avant le 15 juin ou après le 15 juillet 2020 ne seront pas pris en Considération !

Tous renseignements sollicités peuvent être obtenus au 01 48 17 02 80 aux horaires administratifs d’ouverture.

Pour accéder directement au dossier de consultation, c’est ici :

https://partage.paristerresdenvol.fr/s/HMNjz35MqgiKPk3

Chers concitoyens et administrés Aulnaysiens, je vous invite et vous encourage donc à prendre un peu de votre temps pour donner votre avis sur un projet qui vous concerne et qui impactera votre quotidien dans les années qui viennent.

Article rédigé par Catherine Medioni

Avenir de l’aviation, du tourisme, des aéroports, des travailleurs de ces secteurs et des habitants du territoire « Paris terre d’envol »

L’aviation doit arrêter son développement, mieux diminuer.

Pour des raisons climatiques bien sûr et aussi pour mettre fin à la folie du tourisme international, aux abus du transport de fret qui génèrent des développements contraires à une vie économique et sociale équilibrée pour tous les pays qu’ils soient riches (et idiots avec un tourisme inhumain) ou pauvres (et esclaves des touristes riches).

De plus ces « libertés » de se déplacer (sans payer de taxes) amène à une interdépendance qui devient pour tous une dépendance sur le plan climatique, alimentaire, de la santé publique, des capitaux qui achètent les entreprises, les terres… le travail humain.

Nous venons de découvrir le télétravail et les réunions à distances à tous les niveaux y compris international.

La conséquence est évidente : il faut mettre en cause les aéroports d’affaires (derrière lequel peut se cacher du tourisme « abus de biens sociaux », soit l’aéroport du Bourget mais aussi beaucoup d’aéroports régionaux. L’aller-retour Paris-Province dans la journée en avion n’a pas de sens, le trajet Paris-Marseille en avion n’est pas justifié.

L’aéroport du Bourget ne doit pas rouvrir :

Il faut le reconvertir comme celui de Berlin-Tempelhof

Le gain de la fermeture du « Bourget » (envisagée depuis la création de Roissy) c’est la moindre pollution sonore des 92, 93, 95 pour quelques milliers de passagers et surtout la libération de 550 hectares de territoire de bonnes terres à 10 kilomètres de Paris.

Pour les aéroports régionaux, il faut restructurer l’ensemble des réseaux (route, rail, air, mer…) aux différents niveaux (local, régional, continental et intercontinental…). Nous avons finalement la chance d’avoir un réseau ferré national en étoile (radial) sur Paris qui est de fait une porte continentale et surtout intercontinentale.

Les lignes ferrée de rocade sont forcément concurrencées par la souplesse de la route (qui peut être du transport collectif, peu polluant…) …mais elles ont le mérite d’exister et doivent être réinventées : transport régional…

Cependant les régions excentrées ou insulaires au niveau européen peuvent avoir un trafic minimum aérien : Grèce, Irlande, Islande, Ecosse, Norvège, Italie du sud. Mais le trafic aérien peut aussi être réalisé par des dirigeables y compris au niveau international. Brest-New-York doit être envisagé par dirigeable comme par la mer…

L’Europe doit être innervée par des rails performants : de Paris à Moscou, de Madrid à Barcelone, Lyon, Italie du Nord et Balkans et du nord au sud…Des trains de nuit peuvent performer…

Evoquons le tourisme qui est une plaie évidente (Venise, Mont-saint-Michel et ailleurs…) et qui menace à terme nos pays riches comme ceux du sud (Tunisie et autres…)

La rencontre des hommes est devenue une réalité dans nos pays modernes. La découverte des paysages et des richesses artistiques ne peut pas être superficielle et attentatoire au climat : des séjours (type Erasmus…) seuls sont à même de favoriser de véritables échanges durables (apprentissage des langues, des cultures…), avec des perspectives professionnelles.

A l’inverse l’utilisation des mains d’œuvre bon marché pour les travaux saisonniers ou pour les travaux durs ou dangereux est à proscrire : il faut aller vers l’égalité des systèmes sociaux au moins continentale.

Il faut se battre contre les kilomètres inutiles dans tous les cas et surtout contre les kilomètres « bêtes et méchants ».

L’urgence sociale est majeure dans notre territoire dont les emplois actuels sont liés aux aéroports et à l’hôtellerie qu’il y a autour.

 L’hôtellerie doit être reconvertie : logements sociaux, étudiants, jeunes travailleurs, accueil d’urgence (femmes battues, SDF, sans papiers, populations réfugiées…), réserves sanitaires… (de quarantaine).

Mais le territoire doit aussi être valorisé (campus de toutes natures en particulier universitaire, ensembles festifs, sportifs et culturels).

Enfin le territoire doit avoir une autonomie alimentaire minimum : les cultures vivrières doivent exister come le maraîchage d’antan à Aubervilliers, la grande culture et les élevages de toutes natures aussi et les marchés locaux accueillir les productions locales y compris de transformation agro-alimentaire.

Evoquons Roissy qui doit arrêter de grossir (T4 et CDG-Express), les directs RER B « Paris Roissy » vides doivent être abandonné sans délai : pour des raisons sanitaires aujourd’hui et pour donner la priorité aux travailleurs invisibles demain.

Source : André Cuzon

Peut-on s’autoproclamer écologiste quand on roule en Diesel dans une ville comme Aulnay-sous-Bois ?

Les élections municipales arrivent et les premières escarmouches sont visibles non seulement sur les marchés, mais aussi sur les réseaux sociaux. Alors qu’Alain Boulanger précise dans son interview récente que l’emploi est une priorité chez les français, bien plus que l’écologie, en faisant référence à l’aménagement nécessaire du triangle de Gonesse, certaines forces politiques pensent le contraire.

Pourtant, quelques critiques se font entendre sur le fait que certaines personnes s’autoproclament écologistes tout en ayant une voiture qui roule au Diesel. Et de la à se poser la question : « Peut-on vraiment se considérer comme écologiste lorsque l’on utilise un véhicule équipé d’un moteur Diesel ?« .

La Rédaction n’est pas vraiment en mesure d’apporter une réponse non-équivoque à cette question. Cependant, plusieurs facteurs sont clairement établis :

  • Les particules fines émanant de la combustion du Diesel provoquent des cancers et une baisse notable de l’espérance de vie. De grandes villes comme Paris entendent interdire l’accès à ce type de véhicule dans les prochaines années pour une raison sanitaire
  • Il est connu que le Diesel pollue énormément sur de la courte distance. Faire quelques kilomètres avec son véhicule Diesel provoque, à froid, une forte pollution

Il faut cependant contrebalancer ces faits par les progrès technologiques effectuées sur ce type de motorisation. L’ajout d’Urée et les améliorations dans la motorisation ont permis de réduire sensiblement l’émission des particules fines, même si cela reste bien entendu polluant. Selon M. Cannarozzo, adjoint à Aulnay-sous-Bois, certains membres de la liste « Aulnay Bien Commun » (qui est visée sans être citée), qui met en avant l’écologie, rouleraient en Diesel. Mais s’agit-il de véhicules ancienne génération très polluants qui pourraient être remplacés par un véhicule plus adapté à une conduite citadine ? Ou de véhicules très récents qui, à défaut de ne pas polluer, sont moins nocifs pour la santé ?

En tout état de cause, si la santé vous le permet bien entendu, n’hésitez pas à utiliser vos jambes, votre vélo ou votre trottinette pour vous déplacer sur de courtes distances. Si vous ne pouvez pas faire autrement que prendre votre véhicule pour aller sur votre lieu de travail, pensez covoiturage. Et si vous devez faire vos courses, n’hésitez pas à aller aux commerces de proximité du coin avec un bon chariot. Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas forcément plus cher.

Aulnaycap est prêt à interviewer ces « écologistes » qui roulent au Diesel, si tant est qu’ils existent vraiment.

Imaginez maintenant le bouchon monstre illustré dans la vidéo ci-dessous avec des véhicules Diesel ancienne génération, et devinez le sale quart d’heure pour notre environnement…

Interview d’Alain Boulanger sur BFM PARIS, sur l’abandon d’EUROPA CITY

Alain Boulanger, à été interviewer sur BFM PARIS, il réagit suite à l’abandon du projet  » EUROPA CITY ».

En voici, ici, la vidéo:

 

Je remercie Alain Boulanger, pour m’avoir fait passer cete vidéo.

La magie des gros oeufs du poulailler

En passant voir Djeff, il m’a expliqué que les poules ont pondu 3 oeufs différents en 4 jours.

un gros oeuf, un moyen et un petit.

Le petit oeuf,et l’oeuf moyen avaient chacun un seul jaune.

Le gros oeuf lui, nous à réservé une belle surprise; en effet, celui ci avait deux jaunes.

Ces oeufs ont été cassés, mais pas en vain, Djeff me les à offert, je me suis régalée.

Merci Djeff.

Comment utiliser l’eau et l’économiser en permaculture

C’est dans une ambiance « BON ENFANT » que Djeff, vous dévoile comment il récupère l’eau qu’il utilise pour la permaculture, comment il l’utilise, comment il l’économise.

Djeff et moi, avons éssayé de manière ludique, et joyeuse de partager avec vous, certaines idées dont Djeff à le secret.

Notre histoire démarre de manière rigolote autour d’un chariot bricolé, nous allons ensuite, vous raconter comment, à partir d’une citerne, l’eau est récupérée, et les usages que Djeff en fait, sur le terrain pour la permaculture.

Espèrons que ces façons d’utiliser l’eau donneront des idées à d’autres.

L’eau est vitale pour l’homme, vitale pour nos animaux, pour nos plantes.

Economisons la, utilisons la, mais ne la gaspillons pas.

Tout de suite, la vidéo:

 

Initiation aux récoltes de graines de tomates par Djeff

Djeff, à procédé à la récolte de graines de tomates.

Pour ce faire, il à tenu à nous faire une petite initiation, qu’il à tenu à partager avec vous.

Vous souhaitez plantez des tomates dans votre jardin? vous ne savez pas comment faire?

Pas de panique, Djeff vous explique et vous montre comment procéder….

Tout de suite, la vidéo:

Ouverture d’un groupe  » What’s app » dédié à la permaculture du 93

La rédaction d’Aulnay cap est allée voir Djeff, sur le térrain paroissial de l’église Saint Sulpice d’Aulnay-Sous-Bois.

Djeff, comme vous le savez, est permaculteur.

Il à monté un poulailler, et un potager, sur ce même terrain.

Les poules et le potager, tout fonctionne de manière, écologique.

Pour faire connaitre la permaculture, qui se vit sur le terrain de l’église.

Pour montrer qu’a l’église, en dehors de la messe, des grands sacrements ( mariages, baptèmes obsèques… et autres), il se passe une vie.

Pour vous montrer l’envers du décor, Jean-François, vous annonce l’ouverture d’un groupe *WHAT’S APP, dédié à la permaculture du 93.

  • WHAT’S APP: application sur téléphone portable androïd.

Ce groupe est ouvert à toutes les personnes qui sont intéréssées par la permaculture.

 

Aulnay cap s’est engagée à aller régulièrement voir Djeff, nous vous offrirons lui et moi, régulièrement, des petites vidéos sur différents thèmes.

Nous vous tiendrons informés de la vie du poulailler, du potager, de nos prêtres de notre belle église Saint Sulpice, et encore plein de belles aventures.

Je laisse tout de suite, la parole à Djeff:

%d blogueurs aiment cette page :