Publicités

Archives du blog

Assemblée Générale d’Aulnay Environnement du mardi 7 Mars 2017

Motions votées à l’unanimité des présents :

  1. Les constructions

Les adhérents d’Aulnay Environnement s’inquiètent du non-respect par la municipalité élue en 2015 de son engagement électoral de mettre fin au « bétonnage ». Ils font un distinguo entre la création de nouveaux logements abordables sur l’axe CD 115 et la mise en œuvre d’opérations immobilières hautement spéculatives rue Anatole France et Place Abrioux ex-Camélinat, d’une masse qui contredit les spécifications du règlement prévoyant une intégration harmonieuse dans le bâti existant.

Ils dénoncent la dégradation du paysage urbain telle qu’on la voit en œuvre rue du 14 Juillet et Rue Gatouillat, avec la mise en place de goulets transformant nos rues étroites en couloirs obscurs.

Ils dénoncent le refus de la municipalité d’imposer des constructions en retrait dans les rues étroites, pourtant souhaité par la majorité des habitants, et la priorité donnée au cœur d’îlot au détriment des usagers de la rue auxquels on impose de passer sous des balcons débordants.

Ils dénoncent la modification du règlement dans le PLU 2016 portant la hauteur des immeubles à 5 étages dans la zone UDa.

Ils dénoncent une politique de construction qui accentue la ségrégation urbaine : logements sociaux de tous niveaux dans le nord, programme pour les classes moyennes inférieures le long du CD 115, en réservant dans le sud la zone proche des transports ferrés à des programmes spéculatifs pour les classes les plus aisées.

Ils dénoncent une politique d’aménagement urbain qui vise essentiellement à attirer les spéculateurs et ces classes aisées, en détruisant un paysage auquel sont attachés tous les Aulnaysiens ( ex : place Camélinat)

Ils demandent que soit abandonné tout projet de construction d’un quartier d’habitation sur PSA, sous le trajet des avions et à faible distance d’entrepôts consacrés au stockage de produits inflammables.

  1. Les espaces verts et le patrimoine arboré

Les adhérents d’Aulnay Environnement dénoncent l’abattage non motivé d’arbres au stade du Moulin Neuf, le déclassement de nombreux arbres héritiers de la forêt de Bondy ( par ex. sur le terrain de l’ancien Hôtel des Impôts) et l’abattage programmé des tilleurs centenaires de la place Camélinat.

Ils dénoncent le projet d’ouverture d’une voie à travers le parc Ballanger.

  1. La circulation

Les adhérents d’Aulnay Environnement regrettent que dans le plan de circulation mis à l’étude ne soient pas bien pris en compte les principaux point noirs de la commune que sont le carrefour de l’Europe, la rue Jean Charcot, le centre gare nord, la rue du 14 juillet, le pont de la Croix Blanche. Ils regrettent que la lutte contre la circulation de transit soit l’axe essentiel de réflexion, d’autant que personne ne vit en autarcie, et que nous participons tous à cette circulation.

Ils regrettent que l’accent ne soit pas mis sur la facilitation des déplacements des piétons, des cyclistes  et des transports en commun à travers une sensibilisation des citoyens au respect des règles du stationnement, au prix d’une répression systématique de toutes les entraves à la circulation des personnes et une invitation à mieux utiliser les garages privés.

Ils dénoncent le projet de construction de garages souterrains, en particulier place ex-Camélinat, au prix d’un cuvelage énorme qui va perturber la circulation souterraine des eaux avec des conséquences qui peuvent être désastreuses pour les constructions voisines. Ils dénoncent le choix municipal de ne pas encourager les promoteurs à proposer des parkings au niveau de la rue et à privilégier les parkings souterrains.

  1. La piscine

Les adhérents d’AE se réjouissent que la municipalité ait fait un choix conforme à leur voeu et à celui des signataires de la pétition initiée par l’association, à savoir le maintien du centre nautique à son emplacement actuel.

Dans la perspective d’une reconstruction, ils s’inquiètent du coût financier d’un projet qui risque d’être surdimensionné et représentera une très lourde charge lorsqu’au bout de 25 ans, les équipements reviendront à la commune.

Ils renouvellent la demande que soit inscrite dans le cahier des charges (dont nous demandons la communication ainsi que de tous les documents relatifs au projet) la sauvegarde du maximum de constructions existantes en raison, entre autres, de leur valeur patrimoniale, en particulier la toiture de l’actuel bâtiment.

Motion votée à l’unanimité des présents, moins une abstention

Source : communiqué Aulnay Environnement

Publicités

Aulnay Environnement et les projets d’embelissement de la place Abrioux, ex-Camélinat

ae_abrioux_immeubleA la réunion du jeudi 8 décembre, où la Mairie a défendu ses projets pour cette place, Aulnay Environnement a présenté sa propre analyse des projets.

Sur le diagnostic, il y a accord pour mettre fin au parking et rendre la place aux piétons, faire revivre des commerces et ramener des habitants (mais pas trop !) pour faire vivre ces commerces.

Mais le désaccord est profond sur les remèdes proposés :

ae_abrioux_immeuble_3Aulnay Environnement est hostile à tout parking souterrain

  • qui perturbe la circulation souterraine des eaux, va nécessiter comme partout l’installation de pompes dans le parking et peut-être aussi chez les riverains
  • qui va entraîner la disparition de tilleuls centenaires (espérance de vie 500 à 1000 ans), arbres remarquables.

Aucune réflexion ne semble avoir été menée sur les déplacements dans l’ensemble de la zone, où s’ajoutent plusieurs flux automobiles :

  • ae_abrioux_immeuble_4une partie des usagers de l’hôpital
  • les clients des commerçants
  • un transit nord-sud depuis la rue du 14 juillet et est-ouest depuis l’avenue du Clocher
  • un afflux de véhicules en fonction des horaires d’entrée et de sortie du collège

En fonction de ces flux (et de la place disponible) :

  • Où vont se faire les entrées et sorties du parking souterrain ?
  • Ne vont-elles pas créer de sérieux problèmes en débouchant sur des croisements de voies où passent aussi beaucoup d’enfants et d’adolescents ?
  • Ne vont-elles par largement empiéter sur la place elle-même, en contradiction avec l’ambition de rendre cet espace aux piétons ?
  • Comment sera compensé l’espace « d’arrêt minute » offert par le parking actuel ?

ae_abrioux_immeuble_45jpgEt surtout, a-t-on fait une étude sur la circulation autour de la place pour évaluer aussi la part des riverains, des clients et des professionnels dans le stationnement plus ou moins permanent, ce qui aurait pu faire émerger des responsabilités et des solutions alternatives intégrant les autres parkings de la ville? N’aurait-il pas été plus raisonnable de faire cette étude avant de prendre toute décision, au lieu de décider d’abord, et de s’en remettre aux professionnels pour faire rentrer ce projet au forceps dans cette petite place ?

Source et article complet : communiqué Aulnay Environnement

 

Le président d’Aulnay Environnement presque agressé lors de la réunion d’information sur le projet immobilier de la Rue Anatole France

Rene_Augustin_BougourdQu’en est-il de la « démocratie de proximité » ? A une réunion annoncée par ce service municipal, l’épouse d’un promoteur est-elle fondée, en fin de réunion, à mettre dehors une personne qui discutait courtoisement avec des collaborateurs de ce même promoteur, sous prétexte qu’elle n’est pas « sur sa liste » ? La « démocratie de proximité » se fait donc l’écho d’une réunion privée ? Est-il légitime que le président d’une association qui compte à Aulnay soit considéré « persona non grata »  à la présentation d’une opération immobilière qui va peser sur le paysage urbain ? Où est la « démocratie » ?

Il est vrai que le promoteur, très satisfait de lui-même, s’étant longuement étendu sur la qualité de sa construction, insistant particulièrement sur des prestations intérieures haut de gamme, cette réunion avait tout de l’opération promotionnelle destinée à une clientèle potentielle.

Cependant on pouvait rester indifférent à  ce tableau idyllique, car c’est la moindre des choses : c’est ce que souhaite la municipalité, qui veut des immeubles de standing pour attirer les classes moyennes supérieures et modifier la composition sociale de la commune, au prix d’un approfondissement du fossé entre le nord et le sud d’Aulnay. 

Aulnay Environnement ne conteste pas qu’il faille de nouveaux logements. L’association partage le souci des riverains de voir reconvertir des pans de rue en déshérence. Mais elle s’inquiète de voir pousser un peu partout au raz de nos rues étroites d’énormes immeubles de 5 à 6 étages qui vont en faire petit à petit des couloirs sans soleil.

Il est vrai que de cela les  promoteurs ne sont pas les premiers responsables. Ils se contentent d’exploiter les grandes facilités offertes par le PLU voté par la municipalité. Mais il est choquant de les voir se poser en sauveur d’un quartier, alors que ce n’est évidemment pas leur souci principal, et qu’ils n’ont pas le pouvoir d’installer les « commerces de bouche » dont rêvent les riverains. 

Choquant aussi de s’entendre inviter  à quitter la salle parce qu’on ne partage pas la conception du promoteur sur la course du soleil dans le ciel aulnaysien ou que l’on suggère que l’on aurait pu installer les commerce en bordure du trottoir, et mettre les étages en retrait, comme c’est le cas boulevard de Strasbourg.

Certes, le promoteur ne tenait pas dire à dire que dans ce cas, l’investissement n’aurait pas été rentable. C’est le prix du haut de gamme : il faut nécessairement faire le plus gros possible.

Pour finir, je tiens à remercier chaleureusement l’épouse du promoteur pour s’être interposée devant son mari qui fondait sur moi avec l’intention évidente de me casser la figure. Soyons donc sereins : nous sommes entre de bonnes mains.

Source : communiqué de René Augustin Bougourd, président d’Aulnay Environnement

Aulnay Environnement dresse un premier bilan de la consultation sur le futur centre nautique d’Aulnay-sous-Bois

centre_nautque_aulnayA l’issue des réunions publiques organisées par la municipalité sur le projet de centre nautique, Aulnay Environnement vous propose un « bilan d’étape ».

I/ La gestion démocratique du dossier

Les réunions organisées par la municipalité ont tardivement et imparfaitement comblé l’indigence de communication qui a caractérisé depuis deux ans la gestion du dossier de la piscine.
En juin 2015, nous n’avons pas contesté la décision de fermer la piscine, le Maire invoquant l’imparable principe de précaution.
Nous ne pouvons non plus reprocher le temps mis à faire un diagnostic, la lecture du rapport d’expertise permettant de comprendre combien les données à réunir étaient complexes.

En revanche, nous considérons que dès que l’ensemble de ces données a été réuni, c’est-à-dire à la fin du printemps 2015, il eut été d’une bonne gestion démocratique de les publier et de présenter aux habitants les choix possibles.

Or ces rapports n’ont pu être connus que grâce à l’insistance d’Aulnay Environnement qui au printemps 2016 a pu en obtenir une communication (qui s’est révélée partielle), mais seulement  sous la menace de saisir la Commission d’Accès aux Documents Administratifs. Si, par l’intermédiaire des blogs, ces documents sont parvenus à la connaissance du public, c’est à l’initiative d’un membre d’Aulnay Environnement. Au contraire, en juin 2015, la communication municipale s’est limitée à une « Lettre du Maire » qui,  des évaluations de coût et de pérennité des réparations, ne retenait que les hypothèses les plus pessimistes. 

De plus, cette « Lettre du Maire » donnait du projet envisagé une image très maladroite, en insistant sur un luxe d’équipements annexes qui laissaient imaginer un projet digne d’un Aquaboulevard.

Or ce n’était pas ce qu’attendaient les Aulnaysiens confrontés à l’absence de piscine, surtout les parents qui cherchaient à pallier l’incapacité des établissements scolaires à assurer l’apprentissage de la natation et qui avaient les plus grandes difficultés à trouver une place dans les piscines des autres communes.   Ces doléances, l’équipe d’Aulnay Environnement les a entendues durant toute la Journée des associations. En réponse, dans la mesure de nos connaissances, nous avons essayé de répondre impartialement aux interrogations d’une population très insuffisamment informée.

Est-ce parce qu’Aulnay Environnement s’est emparé du problème en organisant fin septembre une réunion publique sur ce thème que la municipalité s’est enfin décidée quelques jours plus tard à annoncer pour la mi-octobre une rafale de réunions publiques ?  Certains le pensent.

Source : communiqué complet Aulnay Environnement accessible en cliquant ici.

Aulnay Environnement : Entendez les vœux des Aulnaysiens pour une nouvelle piscine !

centre_nautque_aulnayDepuis deux ans les habitants d’Aulnay, privés de piscine municipale, sont confrontés à diverses difficultés, qu’il s’agisse de l’apprentissage  de la natation pour les enfants, de la pratique sportive, des activités de bien-être et de loisir. Dès l’annonce de la fermeture définitive, on aurait pu attendre d’une municipalité élue sur le slogan « Aulnay respectueuse » qu’elle s’explique et entende les doléances des habitants dans une réunion  publique.

Enfin des réunions publiques sont organisées, mais le dossier du projet de nouveau centre nautique n’a pas été préalablement communiqué aux Aulnaysiens sur le site de la ville, comme  nous l’avons demandé. Comment parler de « concertation » si les citoyens ne disposent pas du temps et du recul nécessaire, sans filtre ?  
 Les ambitions affichées par la municipalité sont-elles bien conformes aux vœux des habitants de la commune ?

Nous souhaitons :

  • que la reconstruction se fasse sur place, sur ce terrain relativement central sur le territoire de la commune
  • que le dimensionnement de cet équipement reste raisonnable, centré sur la pratique de la natation, sans chercher à en faire un complexe de loisirs proposant une pléthore de services de bien-être et de divertissement que l’on peut trouver ailleurs.
  • que cet équipement reste dans l’esprit du service public, avec des tarifs accessibles au plus grand nombre.

Source : pétition de l’association Aulnay Environnement concernant la nouvelle piscine accessible en cliquant ici.

Les citoyens ont leur mot à dire sur les projets de la place Jean-Claude Abrioux à Aulnay-sous-Bois

tract-camelinat2L’évolution de l’ancienne place Camélinat (plus anciennement place des Écoles) inquiète depuis longtemps : devenue un parking, elle a perdu nombre de ses commerçants (derniers en date : le pressing, le traiteur et la librairie-papeterie).  La municipalité a le projet de la « revitaliser » en lui imposant un véritable « remède de cheval » en la transformant en îlot tourné vers une nouvelle population d’immeubles de standing.

3 nouveaux immeubles doivent sortir de terre dans les prochains mois :

  • 1 à la place de la perception et de l’ancienne boucherie devenue fast-food
  • 1 à la place du café
  • 1 ensemble encore plus important sur les terrains légués par la famille Pecoroni en 2005 dans le but de les voir consacrés à des fonctions d’éducation, auquel s’ajoute un pavillon acquis fort cher dans le même but. Est-il acceptable que l’ensemble soit revendu à un promoteur pour y édifier des logements de standing ?

Doit-on accepter de voir ainsi bafouées les volontés d’un légateur ?

Doit-on accepter la disparition d’un café qui reste le seul lieu de convivialité de la place (avec le restaurant italien, mais avec une offre très différente) ?

Si l’on peut se réjouir de la disparition du parking, faut-il le remplacer par un parking souterrain nécessitant un énorme cuvelage qui s’ajoutera à celui des nouveaux immeubles ? Quelles conséquences sur la circulation souterraine des eaux de ruissellement et sur la fragilisation des propriétés limitrophes ?  Et quel avenir pour les tilleuls qui participent au charme de la place ?

Exigeons un débat public sur l’avenir de la place et du quartier !

Le futur du legs Pecoroni est à inscrire dans une réflexion d’ensemble dont Aulnay Environnement a posé les premiers éléments dans un tract ci-joint. C’est toute l’ex-place Camélinat qui devrait muter pour en faire une vitrine de l’actuelle mandature.

A noter le défaut du raisonnement qui repose sur l’affirmation que le dimensionnement du collège actuel, lorsque seront rouverts les bâtiment anciens, sera suffisant. Si comme on peut le penser, tout un ensemble de vastes parcelles (l’actuelle annexe Barrault du collège, l’ancien centre Le Camus et un certain nombre de pavillons)  est destiné à plus ou moins brève échéance  à devenir le terrain de jeu des promoteurs, la population du quartier va considérablement augmenter. Dès l’année prochaine, sur la place, un nouvel immeuble va surgir à la place du café. Agir avec prudence sur la transformation d’une place dont le charme tient à sa relative homogénéité architecturale, préserver la réserve foncière du legs Pecoroni témoignerait d’une bonne réflexion sur l’avenir du quartier. Car il est clair qu’inexorablement, tout autour, les logements individuels vont laisser place à de belles opérations de logements collectifs de standing, et la zone pavillonnaire, dont en période électorale on nous promettait la préservation, va reculer. Tout le quartier va inexorablement se densifier.

Une réunion publique sera organisée prochainement par l’association Aulnay Environnement sur ce sujet.

Source : communiqué Aulnay Environnement

Rappel : réunion ce soir organisée par Aulnay Environnement concernant la piscine

tract-piscine2La décision de fermer la piscine a été prise dans la plus grande opacité, sans que les citoyens aient été informés des éléments du dossier, sans que l’impact social de la disparition d’un équipement  d’éducation et de loisir aussi essentiel ait été étudié. L’insistance d’Aulnay Environnement n’a abouti qu’à la communication d’un dossier technique incomplet.

Au moins avons-nous pu entrevoir que d’autres solutions étaient possibles, toutes considérées comme trop coûteuses. C’était discutable, mais il est trop tard maintenant pour y revenir.

Nous aurons donc un nouveau centre nautique. Un bureau d’études doit remettre prochainement un projet.

Nous souhaitons :

  • que la reconstruction se fasse sur place, sur ce terrain relativement central sur le territoire de la commune
  • que le dimensionnement de cet équipement reste raisonnable, centré sur la pratique de la natation, sans chercher à en faire un complexe de loisirs proposant une multitude de services de bien-être et de divertissement que l’on peut trouver ailleurs. On nous a parlé d’un coût dépassant les 20 millions. Or dans le dossier de présentation du bureau d’études retenu ( Mission H2O ) aucun équipement réalisé, aucun projet n’atteint ces sommets ! Pourquoi ce montant ?
  • que cet équipement reste un service public, et non pas qu’il soit confié à un groupe privé dont le but ne sera évidemment pas de rechercher le moindre coût pour les Aulnaysiens
  • qu’enfin les citoyens soient associés aux décisions.

Aulnay Environnement vous propose d’en débattre le vendredi 23 septembre à 19h15 salle Gainville avec l’association Aulnay Environnement.

Pour André Cuzon, Beschizza joue à « QUITTE ou DOUBLE » sur la piscine d’Aulnay-sous-Bois

Andre_Cuzon_PLUDans ma note du 7 juillet, je demandais une rénovation-reconstruction de la piscine existante, qui était plébiscitée par les aulnaysiens. Je demandais en plus un bassin modeste dans le sud d’Aulnay…

Ce bassin aurait pu être accessible aux handicapés, qui de toutes façons ne peuvent pas forcément bénéficier selon les cas de tous les bassins classiques.

Après le coup de force de la fermeture définitive sans argumentaire et sans plan B, la municipalité a choisi la fuite en avant avec un projet « olympique » qui doublerait (ou plus) le nombre d’usagers (vers 200.000 an).

Ceci grâce l’espoir de l’obtention des J.O. à Paris en 2024, ce qui faciliterait les financements de tous : état, région, département et territoire inter-communal « terres d’envol ».

Cela conduit à un gros équipement à vocation régionale dont la gestion serait soumise à une délégation de service public (DSP).

Cela comporte le risque financier d’un équipement surdimensionné avec en conséquence possible des tarifs prohibitifs et discriminatoires.
Cela limite le choix des emplacements possibles.
Les terrains proches du vélodrome sont grevés (entre autre) d’un risque de fouilles archéologiques (ferme et cimetière de Savigny) avec donc une difficulté pour être disponible en avant 2024.

Le terrain actuel devient trop petit. On peut sans doute trouver des solutions au moins pour le stationnement : si on veut on peut.

La tendance risque d’être sur les terrains de Citroen qui pourrait ainsi s’en défaire, mais cela signifie un équipement très éloigné des habitations et des transports publics.

La gare du grand paris est assez éloignée : celle préconisée par les opposants à « europa city » sur Citroen aurait été adaptée (à ce projet comme à une reconversion du site Citroen qui peut devenir une friche industrielle quasi-cinquantennale comme celles de KODAK ou de la WESTING.

 Le plus grave c’est que le projet de piscine indispensable aux aulnaysiens dans les meilleurs délais est soumis à la décision du C.I.O.  (PARIS ou LOS ANGELES) qui aura lieu en septembre 2017, date retenue pour la délivrance du permis de construire avec l’espoir d’une livraison en 2020.

Et le cas échéant il n’y a pas de plan B encore une fois.

La « gross » piscine ne pourrait pas être financée ou ne pas correspondre aux besoins…

L’investissement est de l’ordre de 20 millions d’euros : c’est donc soit un cadeau pour la ville soit une cata.

Nous sommes dans l’obligation de devenir « supporter » des J.O. et de prier tous les saints et tous les dieux pour battre les anges (los angeles).

La municipalité rêve d’avoir un grand club de natation (type club de Marseille CNM) : pour l’instant le club aulnaysien a mis les clefs sous la porte.

Il est urgent de tout mettre sur la table pour avoir un vrai débat démocratique, pas seulement au niveau des quartiers mais à celui de la ville et de l’intercommunalité !

Source : communiqué d’André Cuzon de l’association Aulnay Environnement

La disparition de la piscine d’Aulnay-sous-Bois : une autre solution était possible

centre_nautque_aulnayAulnay Environnement a obtenu la communication des documents qui ont motivé la fermeture définitive de la piscine. Il en ressort qu’une solution provisoire était possible: l’installation d’une structure modulaire sur le bassin de 50 mètres. Au vu du coût annuel du transport des élèves de l’enseignement élémentaire vers les équipements des communes voisines, cet équipement aurait été amorti en environ 5 ans. Bien sûr, le coût de fonctionnement de cette structure est évalué  à 2M€ par an. Est-ce vraiment trop pour une ville de 82 000 habitants?

Rappelons que faute d’équipements, la moitié des enfants du 93 ne sait pas nager!

La municipalité promet un centre nautique fastueux  avec sauna, hammam, espace de relaxation, spa, salle de fitness, cardio-training et musculation, dans le cadre d’une délégation de service public, c’est-à-dire confiée au privé.  Aucun engagement sur un calendrier! Si cette promesse se réalise, cela prendra des années, alors que tous les aulnaysiens auraient pu bénéficier d’un bassin de 50 mètres au plus tard début 2017!

Un débat public est nécessaire. Nous le demandons au Maire. D’ores et déjà, Aulnay Environnement  convie tous les Aulnaysiens à échanger sur ce sujet le 23 septembre à 19h30  à la salle Gainville.

Source : communiqué Aulnay Environnement

Annexe 1 : synthèse du dossier par Aulnay Environnement

Annexe 2 : note de l’administration de la ville d’Aulnay-sous-Bois au sujet de la piscine

Aulnay Environnement exige que Bruno Beschizza partage les études concernant la piscine d’Aulnay-sous-Bois

centre_nautque_aulnayNous avions le plus beau stade nautique du département, et aujourd’hui, nous n’avons plus rien. À ce qui aurait dû apparaître comme un séisme pour les pratiquants de la natation de tous âges, on peut s’étonner que réponde jusqu’ici un silence assourdissant. Pour Aulnay Environnement, il est plus que temps pour  les citoyens d’interpeller la municipalité afin d’en savoir plus sur les conditions de la fermeture et les perspectives que nous avons de bénéficier à nouveau dans des délais raisonnables d’un équipement adapté à une ville de 82 000 habitants, dont l’accès  serait aisé et aussi peu onéreux que possible.  

C’est pourquoi l’association a envoyé au maire cette lettre, et à toutes les associations concernées un courrier appelant à s’organiser afin de constituer sur ce problème un collectif représentant les citoyens dans un dialogue constructif  avec la municipalité.

Nous vous invitons donc à nous rejoindre et à nous contacter à l’adresse: aulnay.environnement93@orange.fr

Source : communiqué Aulnay Environnement

%d blogueurs aiment cette page :