Archives du blog

Le collège Marcel Cachin touchée par une violente vague de Covid-19 ferme ses portes au Blanc-Mesnil

De nombreux cas de Covid-19 ont été détectés dans le collège Marcel Cachin au Blanc-Mesnil. Par mesure de précaution, le maire Thierry Meignen a annoncé la fermeture de l’établissement.

Une professeure est dans un état grave, diagnostiquée positive au Coronavirus. Elle a été mise à l’isolement.

Une enquête épidémiologique est en cours par l’Agence Régionale de Santé (ARS).

La ville du Blanc-Mesnil incite ses administrés à rester chez eux en vidéo

Parfois, une vidéo est bien plus efficace qu’un long discours. Ainsi, la ville du Blanc-Mesnil diffuse une vidéo incitant ses administrés à respecter le confinement.

COUP D’OEIL sur les magazines municipaux de villes diverses

Voilà ce que l’on peut lire légalement dans de nombreux magazines municipaux de France et de Navarre :

 

Deux exemples parmi tant d’autres :

« La période préélectorale ayant débuté le 1er septembre 2019, la liberté d’expression de l’équipe municipale est limitée.C’est la raison pour laquelle, ………… maire de ………… a décidé de ne pas rédiger d’éditorial dans les éditions du magazine précédant les élections municipales des 15 et 22 mars 2020 .»

….et donc suivi d’une page vide, normal .

Mais ce n’est pas la même règle à AULNAY SOUS BOIS puisque comme chacun d’entre nous a pu le constater depuis le 1er septembre 2019 dans les oxygènes de septembre, d’octobre, de novembre, de décembre, de janvier, de février et bientôt de mars :

 « L’édito du mois existe toujours mais est rédigé et signé par la rédaction d’Oxygène .»

Sachant bien entendu que la rédaction d’Oxygène ne dépend absolument pas du Maire d’Aulnay-sousBois, puisqu’elle dispose d’une totale autonomie pour ses articles, qui ne le savait pas ?

Pourtant qui est le directeur de la publication : Bruno BESCHIZZA semble –t-il ?

Or, l’édito du mois de février exprimé donc par ces travailleurs totalement indépendants décrit  avec beaucoup d’exultation l’ensemble des réalisations récentes ou de structures prêtant à la grande satisfaction des….rédacteurs:

A n’en point douter, la PLUS GRANDE AUTONOMIE vis-à-vis de la majorité aulnaysienne du directeur de la publication Bruno BESCHIZZA

Source : contribution externe

Vidéo : Un policier au Blanc-Mesnil encerclé par des individus agressifs tire et blesse l’un des assaillants

Illustration

Un banal contrôle routier a failli tourner au drame : des policiers de Drancy ont tenté d’interpeller un homme en scooter hier, mais ce dernier n’a pas voulu obtempérer et a tenter de fuir.

Sur la commune du Blanc-Mesnil, le fuyard percute un policier qui se retrouve aussitôt au sol. C’est alors que plusieurs individus surgissent de nulle part et foncent sur le policier au sol, et commencent à lui asséner des coups de pied.

C’est alors que, pour se sortir de cette situation désespérée, qu’il use de son arme, blesse l’un des lascars, provocant la fuite des autres.

L’homme en scooter (qui a été confisqué) est toujours en fuite. La vidéo ci-dessous explique les faits :

Bourse aux livres au Blanc-Mesnil ce samedi

Le conseil de quartier Centre organise une bourse aux livres le samedi 16 novembre de 13h30 à 17h30.

Lieu : salle Roucaute, Hôtel de ville du Blanc-Mesnil, place Gabriel Péri.

Les fonds récoltés seront reversés à l’association AFM TELETHON.

Un voleur s’enfuit avec les dons des fidèles musulmans du Blanc-Mesnil qui devaient permettre de construire une mosquée

Un homme s’est introduit dans la mosquée de la rue Maxime-Gorki, avant de voler le coffre-fort contenant l’argent donné par les musulmans, environ 10 000 à 12 000€, pour la construction d’un nouveau lieu de culte.

Les festivités de l’Aïd-el-Fitr, la fin du mois de Ramadan, ont un goût amer pour les musulmans du Blanc-Mesnil. Un coffre-fort contenant des donations de fidèles – environ 10 000 € à 12 000 €, et non pas 90 000 €, comme l’affirme la rumeur – a été dérobé dans la nuit de samedi à dimanche.

Un argent destiné à financer en partie la construction de la future mosquée, pilotée par l’Union des Musulmans du Blanc-Mesnil. « Nous sommes émus et en colère », soupire Mohammed Marecar, l’imam de la mosquée El-Ishan, installée dans un grand pavillon au 166 de la rue Maxime-Gorki. Il s’est rendu compte de l’effraction dimanche matin, et a déposé plainte au commissariat de police du Blanc-Mesnil le lendemain.

Source et article complet : Le Parisien

Inauguration d’une structure d’activité physique dédiée notamment aux personnes fragilisées au Blanc-Mesnil le 9 avril

Le mardi 9 avril à 18h30 a lieu l’inauguration d’une structure d’activité physique dédiée notamment aux personnes fragilisées au Blanc-Mesnil en présence du maire Thierry Meignen.

La Force d’Epione se situe au 75 avenue de la République au Blanc-Mesnil. Dans la mythologie grecque, Epione est la déesse des médecins, de la guérison et de l’apaisement de la douleur. Epouse d’Asclépios, dieu de la Médecine, elle est la mère de neuf enfants dont Hygie, déesse de la santé, de la propreté et de l’hygiène, et de Panacée, déesse de la guérison par les plantes.

Ce centre est principalement dédié pour toutes les personnes :

  • Fragilisées par un cancer
  • En maladie chronique
  • Après un AVC
  • En surpoids
  • Seniors
  • Et toutes celles qui souhaitent prendre soin d’elles avec un accompagnement de qualité

HORAIRES D’OUVERTURE
Du lundi au vendredi de 10h à 20h

COMMENT S’Y RENDRE
RER B, gare du Blanc-Mesnil
Bus 607, arrêt Marcos
Autoroute A1, A3, sortie 5 (Aulnay s/s Bois Centre), suivre Le Blanc-Mesnil Centre

Plus s’information sur la brochure disponible en cliquant ici.

Une bourse aux livres au Blanc-Mesnil ce samedi 30 mars

Une braderie de livres se tiendra samedi après-midi salle Roucaute située à la mairie du Blanc-Mesnil (place Gabriel-Péri). Cette braderie est organisée par le conseil de quartier du centre au Blanc-Mesnil.
Si vous avez des livres à donner vous pouvez les apporter le matin au même endroit.
Les fonds récoltés seront reversés au AFMTELETHON.
Plus d’information en cliquant sur l’image ci-contre.

Le stationnement automobile : pourquoi au Blanc-Mesnil et pas à Aulnay-sous-Bois ?

Aujourd’hui pratiquement tous les automobilistes aulnaysiens, et d’autres bien entendu se plaignent des difficultés à se stationner entre autres dans les zones pavillonnaires, phénomène relativement récent de ces dernières années , ainsi que l’indique fort justement la page du magazine municipal du Blanc Mesnil :

  • Saturation du stationnement dans les zones pavillonnaires
  • Les voitures ventouses
  • Les marchands de sommeil avec la multiplication de logements dans les pavillons
  • Les camionnettes garées des professionnels

Et ce qui n’est pas peut être pas dit, les propriétaires eux-mêmes qui ne rentrent pas leur voiture chez eux…,  mais qui s’en plaignent pourtant.

Or comment comprendre les décisions certainement efficaces puisque testées de la ville du Blanc Mesnil alors qu’à Aulnay, on parle, on réfléchit,  on se réunit , on étudie, on promet et…toujours rien dans ce sens, aucune mesure mise en place après plusieurs années de réflexions :

  • Soit nous sommes en face de responsables d’Aulnay peut être inaptes à gérer ce problème malgré :

« La ville améliore votre cadre de vie »

  • Soit nous sommes en face d’une frilosité des élus et du Maire d’Aulnay qui n’osent pas prendre des décisions peut être courageuses comme le Maire du Blanc Mesnil, les élus du Blanc Mesnil seraient-ils plus énergiques ?

 

Très dommage car cela serait enfin une solution définitive et efficace, alors que même les habitants s’en plaignent sans pour cela faire l’effort nécessaire. Devant de telles réticences, l’exemple du Maire de Blanc Mesnil ne peut qu’être louée!

Tiens, deux majorités pourtant PR…pas sur la même longueur d’onde , des options divergentes?

Ne faut-il pas de temps à autres regarder ce qui fonctionne bien ailleurs et moins chez soi … ?

A bon entendeur….

Source : Contribution d’un contribuable automobiliste (bien entendu)

La dette explose à Aulnay-sous-Bois, vers une forte augmentation des impôts locaux ?

Si Oxygène laisse entrevoir une bonne gestion de la ville d’Aulnay-sous-Bois avec des propos rassurants pour l’avenir de la ville, les chiffres et les graphiques interpellent. Ainsi, la dette d’Aulnay-sous-Bois est passée de 44,5 millions d’euros en 2007 à 129 millions en 2017, soit presque un triplement de la dette en 10 ans.

Sur le graphique du JDN ci-contre, on constate différents à-coups sur l’augmentation de la dette : 2008, 2011 et 2017. Si l’ancienne municipalité socialiste (2008-2014) justifiait l’augmentation par le Plan de Rénovation Urbaine, l’actuelle majorité dirigée par Aulnay-sous-Bois semble avoir du mal à maîtriser cette augmentation, notamment à cause du baisse des dotations de l’état.

L’actuel adjoint Frank Cannarozzo disait à juste titre, lorsqu’il était conseiller municipal d’opposition (2008-2014), que les emprunts d’aujourd’hui sont les impôts de demain. Or si les impôts n’ont pas augmenté ces dernières années principalement pour des raisons politiques, il apparaît évident que ce maintien de la fiscalité risque de ne pas tenir après les élections municipales de 2020, à moins de laisser la dette enfler comme ce fut le cas à Levallois-Perret (même si depuis plusieurs années, cette dette diminue notamment grâce à l’extension du centre d’affaires de La Défense).

Aulnay-sous-Bois comparée à d’autres villes ?

On pourrait se demander si la ville d’Aulnay ne pâtit pas d’une conjoncture macro-économique morose, à l’image des résultats des autres villes. Pourtant, ce n’est pas vraiment le cas. A l’image du graphique ci-contre, on remarque que les villes de même taille ont, en moyenne, réussi à maîtriser leur dette, voire la baisser.

Pour la première fois, le ratio dette/nombre d’habitants à Aulnay-sous-Bois a dépassé la moyenne de celui de la moyenne des villes de 50 000 à 100 000 habitants, en 2017. Ce qui pousse à croire que ce qu’il se passe actuellement à Aulnay-sous-Bois n’est pas un phénomène national mais bien un problème local que la municipalité actuelle ou future devra adresser.

Au niveau des villes voisines, la ville du Blanc-Mesnil semble bien s’en sortir depuis 2014 (effet Meignen ?) avec une baisse sensible de la dette, alors que le budget de la ville de Villepinte semble sain depuis plus de 10 ans, que la ville ait été dirigée par la Gauche ou par la Droite.

Quid du désendettement ?

L’ancienne adjointe aux finances Françoise Bovais-Liegeois le clamait : la dette ne signifie pas grand chose, l’annuité et la capacité de désendettement sont deux mesures plus efficaces pour vérifier la bonne gestion de la ville.

Et là aussi, les chiffres ne sont pas bons : entre 2007 et 2017, cette capacité de désendettement est passée de quelques années à près de 20 ans. Et la tendance ne semble pas être à la baisse.

Qu’est-ce qui pourrait changer la donne ? Les nombreuses constructions de logements à Aulnay-sous-Bois pourraient amener (pour combien de temps encore ?) de la fiscalité supplémentaire pour la ville. Et avec la nouvelle cité en construction sur l’ancien terrain de PSA, la ville pourrait, d’ici 10 ans, dépasser le seuil des 100 000 habitants, avec à la clé une augmentation de la dotation de l’état.

%d blogueurs aiment cette page :