Publicités

Archives du blog

Le maire du Blanc-Mesnil Thierry Meignen attaque Bruno Beschizza sur sa gestion du territoire Paris Terre d’Envol

Au dernier conseil de « Paris, terres d’envol », Thierry Meignen (Libres !) a attaqué le second (LR) sur sa gouvernance. Il regrette que les élus ne soient qu’une chambre d’enregistrement.

Les relations froides entretenues par les deux hommes, pourtant de la même famille politique, sont un secret de polichinelle. Le ton est encore monté d’un cran entre Bruno Beschizza, maire (LR) d’Aulnay-sous-Bois et président du territoire Paris, terre d’envol*, et l’ex-LR Thierry Meignen, maire (Libres !) du Blanc-Mesnil. Au conseil territorial lundi soir, le deuxième a mis en cause la gouvernance de l’EPT, visant clairement son président.

Objet du litige : une délibération lançant le projet d’espace culturel à Drancy, qui sera assumé par Paris, terre d’envol, dont les compétences incluent la prise en charge des équipements culturels de plus de 1 000 places.

«Ubuesque »

« C’est ubuesque ! Ce projet arrive sur la table… on ne sait pas trop comment », tonne Thierry Meignen. « Cette salle ne sera qu’à quelques kilomètres du Théâtre du Blanc-Mesnil, que j’ai fait rénover et agrandir l’an dernier avec l’argent de la ville. En plus de cela, en tant que ville-membre du territoire, je devrais payer celle du voisin ? Je suis libéral : je n’ai rien contre la concurrence… mais je trouve la méthode inéquitable et inélégante ! »

Le Blanc-Mesnil a voté « contre » cette délibération, tandis que Sevran s’est abstenu, « aucun plan de financement n’étant annexé au texte », indique Elsa Wanlin, maire adjointe à Sevran (Lrem).

«C’est évident que les choses sont dealées avant »

Meignen dénonce « des accords gérés de maire à maire, faisant du conseil du territoire une simple chambre d’enregistrement ». Là-dessus, il est rejoint par certains élus : « On est là pour lever la main, c’est évident que les choses sont dealées avant », regrette l’un. Un autre met en avant « la jeunesse du territoire (NDLR : créé en 2015), engendrant un fonctionnement balbutiant ».

D’autres défendent la méthode : « Heureusement que les maires se parlent entre eux autrement que lors d’une séance à 72 autour de la table », souffle un élu. Et aussi la personnalité de Bruno Beschizza, « le seul capable de dialoguer avec François Asensi (FG) et Jean-Christophe Lagarde (UDI) en même temps ! »

Bruno Beschizza est maire (LR) d’Aulnay et président du territoire Paris, terres d’envol/LP  

Contacté, Bruno Beschizza indique n’avoir « aucune envie d’entrer dans une polémique ». Mais il rappelle avoir été élu à la tête du territoire par ses pairs « afin de trouver des consensus avec des maires de tous bords politiques ».

Source et article complet : Le Parisien

Publicités

Un adjoint du Blanc-Mesnil devra rembourser 4900 € de frais internet à la ville

Thierry_Meignen_InterventionTout le monde sait que la connexion « Données » des téléphones portables et tablettes sont payantes à l’étranger selon les opérateurs. Cependant, un adjoint du Blanc-Mesnil, Abdelsalem Hitache, s’est fait piéger et devra rembourser, officiellement, 4900 € à la ville. M. Hitache a effet embarqué son appareil pendant ses vacances en Algérie, et aurait oublié de désactiver les transferts de données ou de mettre son appareil en mode itinérance. La visualisation de vidéo serait la principale raison de cette explosion du forfait, selon Le Parisien. L’appareil concerné serait une tablette dont la marque n’a pas été communiquée.

Plus préjudiciable pour l’adjoint, selon l’entourage du Maire Thierry Meignen, ce serait finalement ses enfants qui auraient utilisé cet appareil fourni par la ville dans le cadre de ses fonctions d’adjoint. Payé par le contribuable, les appareils portables et les tablettes ne devraient en effet pas être utilisés de manière intensive à des fins personnelles.

Bruno Beschizza et Thierry Meignen au Novotel d’Aulnay-sous-Bois le 11 juillet pour une conférence de presse sur Europa City

Europa_CityLe débat public sur Europa City est terminé. Pour en tirer les appréciations à partir desquelles le Collectif sur le Triangle de Gonesse tente de rebondir, ce collectif invite à une conférence de presse organisée au NOVOTEL d’Aulnay le lundi 11 juillet à 10 h 30.

Seront présents Bruno BESCHIZZA, Maire d’Aulnay-sous-Bois, et Thierry MEIGNEN, Maire du Blanc-Mesnil. Seront également présents les directeurs d’O’Parinor et d’Aéroville.

Source : communiqué d’Alain Boulanger, Président de CAPADE et Porte parole du commerce du Territoire Paris Terre d’Envol, Co-Président du CPTG

Christophe Tardieux, le père de Titi Gnangnan, entre félicitations et menaces au Blanc-Mesnil

titi_gnangan_procesChristophe Tardieu, alias Remedium, vient de gagner une première bataille dans son duel avec le Maire du Blanc-Mesnil, Thierry Meignen, et son personnage satirique Titi Gnangnan. M. Meignen vient en effet de signifier par l’intermédiaire de son avocat qu’il abandonnait sa plainte contre l’illustrateur satirique, en hommage à l’anniversaire des attentats du Charlie Hebdo.

La rédaction a interviewé l’auteur de Titi Gnangnan, interview que l’on vous propose de découvrir ci-dessous :

  • Aulnaycap : Est-ce pour vous un grand soulagement, ainsi que pour votre famille, de voir la plainte du Maire Thierry Meignen ainsi s’éloigner ?
  • Remedium : Ce n’est pas spécialement un soulagement, car ce procès était gagné d’avance, et c’est d’ailleurs pour ça que le maire et ses avocats se sont déballonnés. Il n’y a strictement rien qui puisse être retenu comme étant de la diffamation dans les strips de Titi Gnangnan.

  • Aulnaycap : Etes vous devenu une personnalité locale de premier plan, êtes vous souvent sollicité/salué/congratulé par les habitants du Blanc Mesnil lorsque vous vous rendez au marché ou ailleurs  ?
  • Remedium : Les réactions parmi les habitants du Blanc-Mesnil sont globalement très positives ! Ils ont souvent davantage d’humour et de distance que leur maire. Les gens ont surtout l’intelligence de ne prendre la bande dessinée Titi Gnangnan que pour ce qu’elle est : une bande dessinée satirique, un petit moment de détente qui n’a pas d’autre prétention que celle de faire rire un court instant.

  • Aulnaycap : Avez vous eu des menaces de partisans ou supporters supposés du Maire ?
  • Remedium : Hélas oui. Beaucoup de personnes se revendiquant du maire ou de ses affidés sont venues me trouver pour me menacer de choses et d’autres. Malheureusement pour eux, ça ne fonctionne pas et me donne plutôt à chaque fois un petit coup de boost pour continuer.7

  • Aulnaycap : Etes vous en relation avec ses opposants politiques ?
  • Remedium : Je n’ai pas de lien avec le monde politique en général. Je suis très critique envers les politiciens, d’où qu’ils viennent et quoi qu’ils fassent. Ma bande dessinée n’est pas qu’une critique d’une personne en particulier, mais du symbole politique qu’elle représente. D’ailleurs, beaucoup de lecteurs d’autres villes trouvent des points communs avec les personnalités politiques de chez eux.

  • Aulnaycap : Pensez-vous que vos caricatures éveillent la curiosité dans le fonctionnement politique, ou a un impact négatif sur la popularité du Maire ?
  • Remedium : Ce qui a un impact négatif sur la popularité du maire, ce n’est pas Titi Gnangnan, mais sa réaction face à la B.D. Si monsieur le maire l’avait prise avec hauteur et distance, voire avec humour, il en serait sorti grandi. Mais ce n’est malheureusement pas dans ses cordes… Du coup, les lecteurs se plaisent à creuser dans chaque strip pour savoir ce qui peut bien mettre à tel point en rage le maire. Comme je le dis souvent, il est devenu le meilleur ambassadeur de la B.D. : sans lui, elle n’aurait pas un tel succès !

Pour Jean-Christophe Lagarde, Samy Amimour s’est radicalisé à cause d’une mosquée au Blanc-Mesnil

Samy_AmimourLa mosquée Casanova au Blanc-Mesnil est pointée du doigt par le député-Maire Jean-Christophe Lagarde (UDI). Ce dernier accuse l’établissement d’avoir radicalisé un enfant timide d’une famille sans histoire et qui ne présentait aucune religiosité.

Selon Jean-Christophe Lagarde, Samy Amimour avait fréquenté cette mosquée avant de se rendre en Syrie pour faire le Djihad. Mais le Maire du Blanc-Mesnil Thierry Meignen défend sa mosquée et affirme qu’aucune mosquée Salafiste se trouve sur sa commune.

Thierry Meignen, Bruno Beschizza et Stéphane Saline en position éligible aux Régionales 2015 cumulent déjà 2 mandats

beschizza_discours_liberationValérie Pécresse qui, sauf retournement de situation, gagnera les élections régionales 2015 en Ile-de-France, a dévoilé hier les listes qui composeront son équipe dans les différentes départements.

En Seine-Saint-Denis, les neufs premiers sont :

  • Bruno Beschizza (LR), Maire d’Aulnay-sous-Bois et Conseiller Départemental
  • Brigitte Marsigny (LR), Maire de Noisy-le-Grand
  • Ludovic Toro (UDI), Maire de Coubron
  • Karine Franclet (UDI), conseillère municipale d’Aubervilliers
  • Thierry Meignen (LR), Maire du Blanc-Mesnil et Conseiller Départemental
  • Manon Laporte (LR), conseillère municipale de Montreuil
  • Stéphane Salini (UDI), Adjoint au Maire à Drancy et Conseiller Départemental
  • Farida Adlani (Modem), Adjointe à Villepinte
  • Claude Capillon (LR), Maire de Rosny-sous-Bois

Meignen_Blanc_MesnilBruno Beschizza, Thierry Meignen et Stéphane Salini ne pourront pas cumuler 3 mandats au soir du second tour des élections régionales. Il est fort probable que ces personnes n’abandonnent leur poste de Conseiller Départemental au profit de leur remplaçant respectif. Il est également fort peu probable que ces personnes n’aient pas songé un instant, en se présentant dans leur canton aux élections départementales, à abandonné cette place acquise auprès des citoyens au profit du poste de Conseiller Régional.

Si cela est permis dan la 5ème république française (dans certains pays ceci est prohibé), il est difficile de penser que cela n’aura aucun impact sur l’électorat, en mal de repère dans une France qui a du mal à sortir de la crise. A l’heure où le Front National monte en puissance et tente de montrer patte blanche, les partis dits traditionnels seraient peut-être plus avisés à respecter leurs électeurs et leur choix (pour rappel, les élections départementales ont eu lieu en mars dernier).

stephane_saliniMohamed Ayyadi, qui remplacera Bruno Beschizza au Conseil Départemental sauf un hypothétique recours, aurait-il eu le même succès que le Maire d’Aulnay-sous-Bois aux élections départementales à Aulnay-sous-Bois ? Nous ne le saurons jamais…

Le père de Titi Gnangnan expulsé de son logement de fonction avec sa compagne enceinte de 8 mois au Blanc-Mesnil

titi_gnangan_marocLe très célèbre maire fictif de la ville d’Alba Villa, située de l’autre côté de l’autoroute, ne finit pas de fâcher le le tout nouveau Maire du Blanc-Mesnil, Thierry Meignen, qui pense se reconnaître dans les Daily-Strip du dessinateur Remedium, le père de Titi Gnangnan.

Les aventures cocasses et déroutantes de ce maire fictif au comportement fantasque et mégalomane ont, il est vrai, commencé peu après que Thierry Meignan ait réussi à ravir cette municipalité communiste pour quelques voix de plus. 

Locataire d’un logement de fonction au Blanc-Mesnil depuis 2010,  Remedium (son nom d’artiste) s’est installé dans le logement actuel en 2013, réservé notamment pour les enseignants. Sa compagne, enceinte de 8 mois, a d’ailleurs ajouté son nom il y a quelques mois sur le bail, pour officialiser en quelque sorte leur vie commune. Cette dernière soutient pleinement Remedium dans sa démarche de caricature d’hommes politiques, parfois risquée. Elle est elle aussi soucieuse de ce que devient la ville du Blanc-Mesnil, et s’inquiète des agissements sans limites de la nouvelle municipalité.

Enseignante tout comme lui, elle tentent aujourd’hui d’éviter le stress en cette fin de grossesse pour éviter toutes les complications.

Remedium et sa compagne ne sont ni encartés ni membres d’une association. Ils se qualifient de citoyens souhaitant s’exprimer librement.

L’annonce de son expulsion a provoqué une onde de choc sur les réseaux sociaux. L’article a été lu par près de 20 000 personnes, et le couple a reçu de nombreux messages de soutien dans leurs déboires, qui ont commencé par l’annonce du « Maire Obscur » qu’il allait porter plainte pour injure par rapport au personne fictif « Titi Gnangnan », en qui il se reconnait. Une lettre recommandée indique à Remedium l’impossibilité de renouveler son bail du fait d’un projet ambitieux en cours dans le quartier concerné. Tous les locataires ont pu être relogés, sauf lui, indique t-il sur sa page facebook.

A noter que Remedium avait été contacté par un conseiller « de cet obscur Maire » (comme il aime le nommer) suite aux événements du 7 juillet, pour l’encourager à continuer dans sa démarche de caricature. Mais ce message a été ensuite effacé, peut-être sous la pression de ce même Maire Obscur.

Remedium indique enfin : « La mairie a toujours tenté d’ignorer le projet Titi Gnangnan, tout en manœuvrant dans l’ombre pour préparer une plainte en diffamation totalement illusoire (et payée par les contribuables de la ville) et organiser mon expulsion. Il n’y a donc eu aucun contact, ni officiel ni officieux, entre le maire, son entourage et moi-même« .

En attendant la suite des événements, on peut se demander jusqu’où peut aller aujourd’hui la liberté d’expression. A Aulnay-sous-Bois, ce genre de menaces pourrait-il se produire ? Où est passée la liberté d’expression et le droit à la caricature ?

 

Appel du BMS Judo à la solidarité des villes du département pour accueillir la 40ème Édition de son tournoi des 13 et 14 juin 2015

bms_judoAprès la culture, au travers de l’annulation ahurissante du concert de Grand Corps Malade Officiel par le maire UMP Thierry MEIGNEN, c’est au tour de l’excellence sportive blanc-mesniloise (à savoir le Blanc-Mesnil Sport Judo) d’être mise à l’épreuve…

En effet, nous apprenons avec stupéfaction que le BMS Judo ne pourra pas organiser la 40ème édition de son traditionnel tournoi au Blanc-Mesnil!!!

Bien que le BMS Judo, fort de ses 400 adhérents et de ses multiples performances sportives nationales et internationales, ait sollicité les services municipaux dès mi-janvier 2015 pour disposer du gymnase Delaune les 13 et 14 juins prochains, l’UMP Thierry MEIGNEN n’aurait toujours pas donné suite à cette demande…

Cette attitude est d’autant plus préjudiciable que le BMS Judo dispose à ce jour de l’accord de la ligue départementale de Judo avec des arbitres nationaux, l’accord des meilleures équipes des clubs de l’hexagone et cerise sur le gâteau, la présence et la participation exceptionnelle des équipes nationales d’ALGÉRIE et du PORTUGAL ; équipes que l’on retrouve régulièrement au tournoi de Paris à Bercy.

Ainsi, ne nous voilons plus la face, les citoyens blanc-mesnilois observent et se rendent bien compte aujourd’hui que pour être soutenu, il faut faire allégeance…

C’est pourquoi le BMS Judo, fleuron sportif du Blanc-Mesnil et fierté de ses habitants, attaché à son indépendance, appelle à la solidarité des villes du département voire d’Ile-de-France, par la mise à disposition d’un gymnase pour accueillir la 40ème Édition de son TOURNOI les 13 et 14 juin 2015 prochains.

Aux villes susceptibles de les accueillir par la mise à disposition du seul équipement sportif de leur commune, le BMS Judo précise disposer des tapis et du prestataire privé pour l’organisation du tournoi.

Enfin, pour conclure, rappelons que la tenue de cet évènement majeur est essentiel pour le Blanc Mesnil Sport Judo car il est l’aboutissement d’une saison au cours de laquelle tous les enfants du club, les bénévoles, les licenciés sportifs loisirs et de haut niveau se sont pleinement investis sans oublier bien entendu tous les passionnés de ce noble art qu’est le Judo.

Contact : M. CHÉRIF, Président du BMS Judo.

Source : communiqué BMS Judo

Vidéo : manifestation communiste au Blanc-Mesnil avant le conseil municipal du 13 novembre 2014

Blanc_Mesnil_Communiste

Vidéo

Avant le délicat conseil municipal du 13 novembre 2014 au Blanc-Mesnil, les communiste s’étaient rassemblés en masse devant la Mairie pour exprimer leur ras-le-bol de l’équipe UMP menée par Thierry Meignen. Non-reconduction de la convention du forum culturel et supposées pressions sur le personnel municipal étaient les principaux griefs des militants.

Pour visionner un extrait de cette manifestation, cliquer sur l’image ci-contre.

Vidéo : coup d’éclat d’Amar Amrane au conseil du Blanc-Mesnil après sa perte de délégation d’adjoint

Amar_Amrane_Blanc_Mesnil_Vote

Vidéo

Suite et fin de notre reportage au Conseil Municipal du Blanc-Mesnil du 13 novembre 2013, la rédaction vous propose de découvrir deux vidéos :

  • Première vidéo : vote du conseil municipal sur la délibération de suppression de délégation d’adjoint à Amar Amrane. L’élu UDI/Parti Radical n’a eu aucun soutien parmi la majorité municipale (sauf le pouvoir qu’il avait). L’opposition Communiste/Socialiste/Verts s’est abstenue de vote. Amar Amrane a été « renié » par le Maire Thierry Meignen suite à un désaccord sur une marque déposée et l’avenir des centres municipaux de santé. Amar Amrane estime qu’il s’agit d’une vengeance cachée de Jean-Christophe Lagarde, puisque l’adjoint déchu avait appelé à soutenir Yves Jego lors des élections internes UDI. Suite au vote, Amar Amrane prend tout le monde à témoin qu’il a remis son écharpe, son iPhone et d’autres matériels alloués aux Adjoints du Blanc-Mesnil
  • Amar_Amrane_Adjointe_blanc_Mesnil

    Vidéo

    Deuxième vidéo : réaction brutale d’une adjointe à l’encontre d’Amar Amrane, suite à sa destitution

Cliquer sur les images pour découvrir les vidéos.

%d blogueurs aiment cette page :