Publicités

Archives du blog

Annie Delmont-Koropoulis sur la liste de Philippe Dallier aux Sénatoriales ?

Plusieurs sources nous informent que l’adjointe Annie Delmont-Koropoulis, célèbre médecin local et très appréciée dans son quartier, serait présente sur la liste de Philippe Dallier aux élections Sénatoriales. Si confirmé, ce serait une consécration pour madame Delmont-Koropoulis, ancienne cadre du Parti Radical et qui a travaillé sur plusieurs dossiers liés à la santé.

Publicités

Élections sénatoriales du 24 septembre prochain : pourquoi Benjamin Giami est candidat En Marche

Élections sénatoriales du 24 septembre prochain : pourquoi je suis candidat sur la liste de grand rassemblement conduite par Patrick Toulmet de La République En Marche !

Lors de l’élection présidentielle de 2017, Emmanuel Macron a suscité un espoir de renouveau et de transformation du pays. Il a su contenir la vague d’extrême gauche et d’extrême droite. J’ai voté pour le Président de la République car il porte cette vision réformatrice, soucieuse de l’égalité, favorable à la croissance économique, et ouverte sur l’Europe qui m’est chère. L’éducation et la formation sont au cœur de son projet. 
Alors que le vent du renouveau souffle dans le pays, j’assiste avec tristesse à une droite qui se durcit, dont le projet libéral et européen disparaît jour après jour. Avec l’arrivée probable de Laurent Wauquiez à la tête du parti Les Républicains, nous ne pouvons rester inertes face à une droite qui va se durcir et s’isoler.  

J’ai donc pris la décision de rejoindre le mouvement En Marche ! et d’accepter de rejoindre la liste conduite par Patrick Toulmet aux élections sénatoriales du 24 septembre prochain. Le parcours de Patrick Toulmet, ses combats pour l’emploi des jeunes, pour l’accessibilité des handicapés, pour les PME, pour l’artisanat et pour l’insertion sont exemplaires. Il sera un élu de terrain qui ne se contentera pas de discourir dans des tribunes et de s’éclipser aussitôt l’élection passée. 

Pour ma part, je suis aujourd’hui adjoint au Maire d’Aulnay-sous-Bois, en charge de l’insertion, de la formation et de l’apprentissage. Je n’ai jamais caché mon positionnement centriste, libéral et pro-européen. 
J’ai bien évidemment averti le Maire d’Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza, avec qui je travaille étroitement et en parfaite confiance depuis 2013. M. Beschizza est un homme de convictions, que je respecte beaucoup et que j’apprécie sur le plan personnel. Il lui appartiendra de décider de se séparer ou non de moi au sein de l’exécutif municipal. 

Je serai bien évidemment ravi de continuer à œuvrer au bien de la ville, tout en faisant le choix de placer mes convictions au sommet de mon engagement politique et citoyen.

Source : communiqué de Banjamin Giami

2 élus de la majorité municipale d’Aulnay-sous-Bois ne respectent pas la consigne de Bruno Beschizza

Selon un très célèbre opposant local, Oussouf Siby, il y a eu du rififi au sein de la majorité municipale hier :

« Ce soir avait  lieu le vote des délégués et leurs suppléants pour les élections sénatoriales lors d’un Conseil municipal extraordinaire. Deux élus de la majorité n’ont pas voté la liste de Bruno Beschizza. Le maire a donc exigé à tous ses élus de rester dans la salle… Pour quelles raisons? A ma connaissance en France le vote est secret…« 

Pour rappel il y a 43 élus de la majorité. Il y avait déjà eu des couacs dans d’autres majorités précédentes. Ici, il s’agirait d’une première. Mais avec 41 élus en fidèles, l’édile d’Aulnay peut encore dormir tranquillement…

Les éléments clés des sénatoriales du 28 septembre 2014

senatLe Sénat est composé de 348 sénateurs élus au suffrage universel indirect.

La circonscription d’élection est soit le département soit la collectivité d’outre-mer. En outre, douze sénateurs représentent les Français établis hors de France.

Depuis 2011, et en application de la réforme de 2003, le Sénat est renouvelable par moitié, en deux séries (la série 1, renouvelée lors des élections de 2011 : 170 sièges, et la série 2, concernée par le renouvellement de septembre 2014 : 178 sièges), tous les trois ans, pour tenir compte de la réduction de neuf à six ans de la durée du mandat sénatorial. L’âge d’éligibilité des sénateurs a été ramené de trente à vingt-quatre ans par la loi n° 2011-410 du 14 avril 2011.

Les élections de septembre 2014 concernent les 178 sénateurs de la série 2, c’est-à-dire :

  • 58 départements métropolitains dont l’ordre minéralogique va de l’Ain (1) à l’Indre (36) et du Bas-Rhin (67) au Territoire de Belfort (90), à l’exception des départements d’Ile-de-France.
  • 1 département d’outre-mer (Guyane)
  • 4 collectivités d’outre-mer (Saint-Barthélemy, îles Wallis et Futuna, Saint-Martin, Polynésie Française)
  • 6 sénateurs représentant les Français établis hors de France

Parmi les 178 sièges concernés, 119 sont à pourvoir à la représentation proportionnelle et 59 au scrutin majoritaire.

Dans chaque circonscription, le collège électoral se compose :

  • des députés et des sénateurs,
  • de l’ensemble des conseillers généraux,
  • des conseillers régionaux,
  • mais surtout des délégués des conseils municipaux qui représentent 95% des électeurs des sénateurs.

Le nombre total de grands électeurs pour la série 2 est de 87 534

Voici la répartition du collège électoral au mois d’avril 2013 (Source : Ministère de l’intérieur )

Membres du collège électoral

Nombre

Proportion

Députés

577

0,4 %

Conseillers régionaux

1 880

1,2 %

Conseillers généraux

4 052

2,6 %

Élus non municipaux ultramarins

192

0,1 %

Délégués des conseils municipaux

151 458

95,8 %

dont conseillers municipaux

138 889

87,8 %

dont délégués supplémentaires

12 569

7,9 %

Total

158159

100 %

La composition du collège électoral des sénateurs a été modifiée par la loi du 2 août 2013 relative à l’élection des sénateurs. Dans les communes de plus de 30 000 habitants, les conseils municipaux élisent des délégués supplémentaires à raison de 1 pour 800 habitants – contre 1 pour 1.000 auparavant – en sus de 30.000 habitants.

En savoir plus : Rapport n° 538 (2012-2013) de M. Philippe KALTENBACH, fait au nom de la commission des lois, déposé le 24 avril 2013

La loi du 22 juillet 2013 relative à la représentation des Français établis hors de France modifie la composition du collège électoral des sénateurs représentant les Français établis hors de France.

Celui-ci est désormais constitué :
1° des députés élus par les Français établis hors de France et des sénateurs représentant les Français établis hors de France,
2° des conseillers consulaires,
3° des délégués consulaires.

Article proposé par Annie Nevei

%d blogueurs aiment cette page :