Archives du blog

Deux comités de La République En Marche s’affrontent toujours à Aulnay-sous-Bois

La rentrée s’annonce mouvementée pour le mouvement présidentiel à Aulnay-sous-Bois. Deux comités s’affrontent à coup de communications et de participations à des événements locaux :

  • Aulnay En Marche, animé par Benjamin Giami, conseiller municipal d’opposition, ainsi que par Leïla Abdellaoui (également conseillère municipale d’opposition). On compte 202 adhérents dans ce comité qui est très hostile à Bruno Beschizza, maire LR d’Aulnay-sous-Bois
  • En Marche Aulnay-sous-Bois, animé par Marc Masnikosa avec 105 membres. Ce comité est au contraire plutôt conciliant avec le Maire LR et n’hésite pas à faire de la publicité de sites Internet qui lui sont favorables

Dans moins de deux ans auront lieu les législatives pour renouveler l’assemblée nationale. Est-ce que ces deux comités travailleront main dans la main ou, au contraire, s’affronteront de manière fratricide ?

Alors qu’une liste portée par LREM était présente cette année avec comme tête de liste Benjamin Giami, certains membres En Marche de la première heure ont fait bande à part. Marc Masnikosa a continué à prêter son nom au site Aulnay Libre, plutôt favorable à l’édile LR, alors qu’Abdel Benjana, autre figure LREM locale, a littéralement soutenu Bruno Beschizza dans un tract distribué dans les quartiers Nord.

Deux courants qui semblent donc s’affronter avec un pôle plutôt au Centre, et un autre plutôt à Droite.

Aulnay Flus Pière Plus Forte ne valide pas le compte administratif 2019

Merci Monsieur le Maire.

Ce compte administratif de l’année 2019 dresse le bilan des réalisations et nous donne une vision de la situation financière de la ville.
Ce soir, nous ne pouvons que nous réjouir de la réforme sur la taxe d’habitation décidée par le gouvernement, puisque ce sont près de 20 000 Aulnaysiens qui en ont bénéficié en 2019.

Deuxièmement, sur un plan strictement local, nous constatons que la ville d’Aulnay dispose de peu de marges de manoeuvre au regard des recettes qui ont peu évolué.

La commune vit donc très clairement au-dessus de ses moyens, et elle continue de s’endetter.
Je vous rappelle pourtant un principe de base de la gestion publique : la dette d’aujourd’hui constitue les impôts de demain !

Sans investir plus que les autres, vous avez donc dépensé sans compter et engagé notre ville dans un endettement inconsidéré.
On passe de 1564€ de dette par habitant en 2018 à 1750€ en 2019, sachant que la moyenne nationale pour une ville de même strate est de 1 447€.

Sous votre mandat, la dette de notre ville continue d’exploser : le compte administratif 2019 montre que le recours à l’emprunt reste encore très élevé cette année. Un tel niveau d’endettement n’est pas justifié. Rappelons que la dette a augmenté de 50% en l’espace de six ans.

Par conséquent, le groupe « Aulnay Plus Fière, Plus Forte » ne peut approuver de tels résultats financiers.

Source : Benjamin Giami, président du groupe « Aulnay Plus Fière, Plus Forte »

Intervention de Benjamin Giami au conseil municipal d’Aulnay-sous-Bois concernant le budget de la ville

Merci Monsieur le Maire.

Ce soir, nous devons adopter le budget et faire par conséquent une analyse de vos dépenses de ces dernières années, qui s’avèrent très mauvaises.

Après un mandat de mauvaise gestion, nous ne verrons pas grand-chose de ce prochain mandat, à part une dette qui s’alourdit de plus en plus, passant de 100 millions d’euros à 151 millions d’euros durant votre mandat.

Et pourtant, les investissements baissent ! Nous allons passer de 39 millions d’euros à 21 millions d’euros d’investissement. C’est-à-dire que tout ce que vous avez annoncé durant votre campagne électorale ne verra pas le jour.

De plus, cette année, sur le programme d’équipements de 39 millions d’euros, vous allez mettre 8 millions d’euros pour le stade nautique. C’est la plus grosse part. Et c’est absolument insensé.

Pour le reste, on est bien loin des annonces de candidat, à savoir rénover toutes les écoles et les crèches.

Ce qui nous coûte, et ce qui va nous coûter pendant des années, et donc qui va purement et simplement annuler les autres dépenses pourtant indispensables, c’est votre centre nautique.

Qui bien sûr, ne verra pas le jour cet été comme vous l’aviez promis. Et cela, tout le monde le savait depuis de nombreux mois. Et vous verrez, les enfants vont être privés d’une année scolaire supplémentaire de natation.

Mesdames et Messieurs les élus, une bonne gestion, c’est prendre les bonnes décisions en prenant compte de l’intérêt général. Nous allons nous retrouver dans une impasse : ceux qui vont subir les conséquences de cette dette, ce sont les Aulnaysiens. Et on y est aujourd’hui. Avec encore une augmentation des tarifs à la cantine, une augmentation du prix des activités des centres de loisirs, des tarifs culturels, et même des tarifs pour les seniors.

Avec des hausses allant jusqu’à 35% en une année.

Pour ce qui est des charges de personnel, elles augmentent alors que nous sommes dans une situation financière et budgétaire calamiteuse. Aujourd’hui, vous avez multiplié par deux le nombre de DGA, les faisant passer de 4 à 8, avec des salaires très élevés, alors que les transferts de compétences se font désormais de la ville vers le territoire Paris Terre d’Envol. Mais nous aurons l’occasion d’en parler ultérieurement quand nous aborderons le point relatif au rapport de la chambre régionale des comptes.

Sur l’encours de dette, il est désormais de 1 757 € par habitant. Il augmente, rien qu’en une année, de 11,38% puisque l’an dernier il était de 1 577 €. Une dérive que l’on dénonçait déjà ! Car la moyenne nationale pour une ville de même strate est de 1 447€. Vous n’avez plus aucune marge de manœuvre et vous n’aurez donc pas d’autre choix que de continuer à vous défausser sur les autres pour justifier votre gestion de bon père de famille.

Enfin, vous justifiez la dette par la baisse des dotations de l’Etat. Mais même si le montant de ces dotations avait été maintenu, vous auriez laissé filer la dette, les chiffres étant sans équivoque. Bercy a donc raison d’agir de la sorte, oui l’Etat a parfaitement raison d’agir de la sorte au regard de votre gestion budgétaire et financière parfaitement désastreuse.

Par conséquent, bien évidemment, le groupe « Aulnay Plus Fière Plus Forte » votera contre ce budget.

Source : Benjamin Giami, président du groupe d’opposition « Aulnay Plus Fière Plus Forte »

Discours du Débat d’orientation budgétaire à Aulnay-sous-Bois par Benjamin Giami

Merci Monsieur le Maire.

Tout d’abord, je souhaiterais rappeler que pour la période 2018-2020, la loi de programmation des finances publiques a prévu que les dépenses réelles de fonctionnement ne pourront pas évoluer au-delà d’un taux individualisé axé autour de +1,2 %, inflation comprise, et ce pour les 322 collectivités dont le budget de fonctionnement dépasse les 60 millions d’euros. L’objectif attendu de ce plafonnement instauré par l’Etat étant d’augmenter l’autofinancement des collectivités locales afin d’accroitre leur capacité à investir et surtout de réduire leur appel à l’emprunt.

Rappelons aux Aulnaysiens que c’est dans ce cadre obligatoire que la ville d’Aulnay a signé ce contrat avec l’Etat.

Le rapport d’orientation budgétaire a pour objet ici ce soir de présenter les orientations de l’année à venir et de rappeler la ligne de conduite et les objectifs financiers et budgétaires de la municipalité sur le long terme.

Il s’agit donc d’un « prend acte » d’une dette qui ne fait que s’alourdir. D’un « prend acte » d’une promesse que vous avez faite aux Aulnaysiens d’assainir les finances de la ville et que vous n’avez pas respectée.

L’an dernier, vous vous félicitiez, je cite « d’avoir abaissé la capacité de désendettement à 12 ans, et d’être dans une dynamique vertueuse ». Or, aujourd’hui, nous apprenons que la ville voit sa capacité de désendettement passer à près de 20 ans. Oui, 20 longues années pour que la ville se débarrasse de sa dette vertigineuse, et alors que l’Etat a bien insisté sur le fait qu’une ville est en mauvaise santé financière dès lors qu’elle a une capacité de désendettement qui dépasse 12 années.

Vous vous rendez compte qu’en l’espace d’une année, vous avez pulvérisé la dette en faisant monter la capacité de désendettement de la ville de 12 à 20 ans. C’est absolument irresponsable.

La situation est aujourd’hui intenable puisque votre épargne nette est négative, ce qui veut dire que vous n’avez pas assez de sous pour rembourser : vous êtes aujourd’hui obligé d’emprunter pour rembourser la dette.

Vous annoncez dans votre document de synthèse que vous espérez une situation plus ou moins correcte pour 2024. Mais pour cela vous allez devoir augmenter vos recettes de fonctionnement en les faisant passer de 156 millions d’euros à 161 millions, soit 5 millions d’euros supplémentaires ; vous espérez également baisser les charges de fonctionnement de 142 millions d’euros à 138, et en même temps, et c’est ça le plus inquiétant, vous comptez diviser vos dépenses d’investissement par deux, c’est-à-dire les faire baisser de 39 millions à 21 millions d’euros. C’est-à-dire que tout ce que vous avez annoncé durant la campagne ne pourra pas être respecté.

Par exemple, vous avez annoncé la rénovation de toutes les écoles de la ville alors que dans le programme d’équipement de 2020 à 2025, seulement 6 écoles sont concernées ainsi qu’une seule crèche. Il n’y a rien de prévu sur la santé, ni sur la culture.

S’agissant des équipements sportifs, les uniques gagnants de cette mandature seront le rugby et le football.

Pour résumer, les recettes doivent augmenter, les dépenses d’investissement doivent être divisées par deux, et seulement dans ce cas-là nous pourrons envisager de voir le bout du tunnel. Mais comment vous croire alors que l’an dernier vous annonciez une capacité de désendettement de moitié par rapport à ce que vous annoncez aujourd’hui ?

En somme, vous le répétez toujours à qui veut l’entendre, ce n’est jamais de votre faute : nous en sommes au septième débat d’orientation budgétaire, c’est la septième année que nous évaluons les finances de la ville, et c’est toujours de la faute de l’ancien maire.

Si ce n’est pas la faute de l’ancienne majorité, c’est la faute du Président Hollande, puis du Président Macron, et le nouveau responsable s’avère être le Covid puisqu’on peut lire dans votre document « que la situation inédite que nous vivons depuis plusieurs mois a entaché la santé des comptes de la ville ».

Rappelons tout de même que ça ne vous a pas empêché le 27 mai dernier d’augmenter vos indemnités ainsi que celles des élus de votre majorité.

Pour revenir sur la crise liée au Covid, beaucoup de villes ont donné le montant qu’elles ont investi ces derniers mois, en détaillant chaque action et chaque dépense. Il serait donc temps que vous nous donniez les dépenses réalisées par la ville durant le confinement : certes il y a eu des dépenses, mais il y a également eu des économies qui ont été réalisées, notamment dans les cantines, dans les écoles, dans les centres de loisirs, ou encore dans le cadre d’évènements qui ont été annulés.

Le gouvernement a présenté récemment un plan d’urgence aux collectivités de 4,5 milliards d’euros, ce qui veut dire que les dépenses que vous avez engagées seront intégralement remboursées par l’Etat.

Ce qui nous attend, Mesdames et Messieurs les conseillers municipaux, ce n’est rien moins que ce que nous avons annoncé l’an dernier, c’est-à-dire une augmentation des impôts. La situation n’est plus tenable, l’épargne est négative pour de nombreuses années, la dette va passer de 100 millions d’euros il y a six ans à plus de 169 millions d’euros. Et pour quelles dépenses ? Des travaux dans des écoles? Non. Des travaux de voirie ? Non. Plus de propreté ? Non plus.  

Monsieur le Maire, vous avez mis la ville dans une impasse financière et vous avez anéanti toute marge de manœuvre, tout en vous défaussant sur les autres. Par conséquent, le groupe « Aulnay plus Fière, Plus Forte » ne peut que vous alerter, une nouvelle fois, sur la pente extrêmement dangereuse que vous prenez.

Je vous remercie. 

Source : Benjamin Giami, conseiller municipal d’opposition

Le Maire d’Aulnay-sous-Bois amorce la politique d’ouverture avec plusieurs personnalités politiques à des postes clé

A l’image de son mentor Nicolas Sarkozy qui, sous le gouvernement de François Fillon, avait attribué à des personnalités politiques de Gauche plusieurs ministères, Bruno Beschizza, Maire LR d’Aulnay-sous-Bois, annonce l’arrivée dans sa future majorité municipale de plusieurs personnalités de Gauche ou d’opposants. Ce geste surprenant et inattendu fait suite à cette situation exceptionnelle de confinement suite à la pandémie de Covid-19, dans une volonté d’unité. Après nous être entretenu avec l’exécutif municipal en exercice, nous en savons plus sur cette ouverture avec les personnalités concernées.

Alain Amédro futur adjoint en charge des questions environnementales et du développement durable

Le leader de la liste Aulnay en Commun vient de se voir attribuer un poste qui lui est taillé su mesure : l’ancien opposant EELV, fer de lance de la politique de développement durable à Aulnay, aura comme délégation l’écologie et l’aménagement du territoire Aulnaysien.

Très critique et farouche opposant situé sur la Gauche de l’échiquier politique, Alain Amédro aura comme lourde tâche de montrer que son programme ambitieux en termes d’écologie sera applicable selon les contraintes budgétaires imposées par ses futurs partenaires (la réunion du prochain conseil municipal avec l’attribution des différents postes d’adjoint est repoussée sine die jusqu’à la fin du confinement).

Nous avons contacté Alain Amédro qui nous accorde être très honoré et très fier de travailler au service de Bruno Beschizza, mais aussi des Aulnaysiens. Il nous confirme vouloir être intransigeant quant aux prochains défis qui lui seront fixés et d’avoir plusieurs priorités qu’il souhaite finaliser sur la première année de son mandat : une charte de l’arbre à Aulnay et l’amélioration de la circulation douce à Aulnay-sous-Bois, en rendant plusieurs rues et avenues complètement piétonnes comme le Boulevard de Strasbourg ou une partie de la rue Anatole France.

Benjamin Giami futur adjoint à la culture

C’est aussi une autre surprise que personne ne pouvait prévoir : Benjamin Giami, principal opposant à Bruno Beschizza lors de la campagne des municipales 2020 à Aulnay, se voit attribuer le très convoité poste d’adjoint à la culture.

Bruno Beschizza a en effet été fort impressionné par le talent littéraire du jeune prodige politique lors de la campagne, avec un livre qui décrit son parcours, sa vision de la ville et ses projets. Ce n’est pas sans hésitation que M. Giami a accepté cette délégation étant donné la rivalité prégnante entre les deux hommes politiques. Mais selon le leader local de La République En Marche, l’intérêt local Aulnaysien primait sur les divergences d’opinion.

La principale mission que se voit attribuer M. Giami est de remettre en marche une politique culturelle plus ambitieuse et beaucoup plus en adéquation avec les attentes des Aulnaysiens. Une modernisation des bibliothèques de la ville et une festival local dont le nom ne nous a pas été dévoilé font partie de ses principales priorités.

Hervé Suaudeau rejoint le cabinet du Maire

C’est ici une énorme surprise non seulement pour le microcosme politique Aulnaysien, mais aussi pour la blogosphère locale dont fait partie notre site : Hervé Suaudeau, figure emblématique des blogueurs locaux, va rejoindre le cabinet du Maire en charge de superviser digitalisation de communication et des nouvelles technologies.

Pour un émolument qui ne nous a pas été communiqué, M. Suaudeau se voit confier la lourde responsabilité d’aider le personnel informatique de la ville à moderniser les infrastructures vieillissantes et de dématérialiser un maximum les canaux de communication standards. Sous la responsabilité directe de Bruno Beschizza et en travaillant de concert avec le DGS Philippe Palomo, Hervé Suaudeau entend mettre en avant ses connaissances informatiques et son expérience dans la communication digitale. Parmi ses principaux objectifs pour les 5 années à venir, M. Suaudeau nous confie vouloir piloter la bascule de toutes les stations de travail des employés communaux sous Linux et de déployer OpenOffice pour la productivité des fonctionnaires et contractuels. Il souhaite également piloter un projet visant à distribuer dans toutes les boites emails des Aulnaysiens le magasine municipale Oxygène tout en supprimant progressivement la version papier pour des raisons écologiques et économiques évidentes.

Toute la rédaction souhaite bonne chance à notre confrère, mais aussi aux deux leaders politiques concernés. Nous ne pouvons que saluer cet esprit d’ouverture voulue par Bruno Beschizza qui montre ainsi sa volonté d’union sacrée alors que la ville, et le monde toute entier, se trouve dans une situation jamais vue auparavant.

André Cuzon s’adresse aux amis d’Aulnay Bien Commun (ABC), du CADA ainsi qu’à Benjamin Giami pour battre Bruno Beschizza

Voici quelques éléments de réflexions concernant les municipales..

Votre démarche est très sympathique, cela me rappelle la liste citoyenne que nous avions fait en 1971 avec le PSU et Lutte Ouvrière après des luttes communes avec des comités d’usagers des transports en commun. Les sigles politiques étaient présents : le PSU avait des conseillers sortants…

Nous avions décidé de présenter la liste dans l’ordre alphabétique. !

Nous avions fait environ 10% des voix : après 68 c’était bien.

Aujourd’hui ce n’est pas facile de faire abstraction des partis politiques qui doivent avoir un rôle démocratique, surtout dans les villes importantes.

A Aulnay la municipalité sortante a « beaucoup péché » : racisme implicite par l’absence du FN et le maintien de l’opposition Nord-Sud, homophobie, piscine, parc Ballanger, pas de salles aux associations, pas de débat culturel, utilisation de l’argent public pour punir les opposants… j’en oublie.

La question de battre les sortants et de proposer une alternative est donc importante.

Personnellement l’union de toute l’opposition au centre et à gauche du parti du maire serait idéale sans exclusive à priori.

Et pourquoi pas ?

Mais au premier tour même, cela est mal parti.

Au second tour c’est indispensable, sauf à risquer de reconduire les sortants.
Les rencontres pour en discuter devraient se faire sans attendre le soir des élections.

Un accord pour accepter la tête de liste de la liste en  tête au premier tour et la proportionnelle des candidats sur la liste commune du deuxième tour serait importante y compris pour mobiliser les électeurs

Sur les programmes je ne vois pas de difficultés majeures…

Pour ma part je fais la proposition de deux  projets (deux ZAC ?) :

 un autour de la future gare de la ligne 16 pour reporter les zones industrielles existantes si possible sur la zone PSA et laisser la place à un quartier proche de la nouvelle gare (et de la piscine ! et du vieux pays).

 et un autre autour de la gare RER B pour densifier au nord, au sud et au-dessus de la gare : terrains SNCF, parking Dumont, quartier entre mairie et gare…

Le franchissement  des voies ferrées comme à Pleyel pourrait aussi mieux réunir enfin les quartiers de la ville.

Evidemment ces projets doivent être co-construits.

Ils doivent aussi être proposé au territoire « Paris Terres d’envol » : la centralité de la gare RER B doit être affirmée.

Ces propositions peuvent être faite sans délais d’ailleurs pour éviter l’électoralisme et peut même être proposée à l’ensemble des candidats.

Elle vise aussi à rapprocher les différents quartiers tant au nord qu’au sud.

Elle vise enfin à permettre un débat public de qualité respectueux de tous au lieu des rapports trop agressifs depuis trop longtemps : même la campagne électorale doit être respectueuse.

La démarche d’Aulnay Bien Commun (ABC) est intéressante mais dans une grande ville ce n’est pas simple de recueillir largement l’avis du maximum de personnes et il me parait indispensable que la première année de mandat permette un débat approfondi.

D’autres listes « risquent » d’être présentes. L’inconnue du deuxième tour est à analyser sans délai.

Refus d’être présent, volonté de se maintenir coûte que coûte, recherche de se réunir pour battre une droite qui a le privilège à Aulnay d’avoir tout l’électorat de l’extrême droite au premier tour il faut ouvrir les yeux et en parler…

Cordialement à tous.

Source : André Cuzon

Résultats de la consultation : Pour qui irez-vous voter aux municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois ?

Ce soir s’achève la campagne pour le 1er tour des élections municipales 2020. Le blog Aulnaycap, totalement neutre et indépendant, n’a pas ménagé ses efforts pour permettre aux Aulnaysiens – et pas seulement – d’en savoir plus sur les listes, les candidats, les programmes. Aulnaycap a été le seul blog transparent et ouvert à toutes les sensibilités avec l’interview des différents candidats (seul 1 a refusé), la diffusion des tracts et la volonté à tout un chacun de s’exprimer au travers des commentaires.

Aulnaycap a aussi été le seul blog à vous proposer une consultation pour le 1er tour des élections municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois. Vous avez été 266 votants uniques à y participer.

Au regard des résultats, 4 listes semblent prendre le dessus :

  • En tête arrive Vivre Aulnay avec Bruno Beschizza, 23,68% des voix
  • Arrive ensuite Aulnay En Commun avec Alain Amédro, 22,56% des voix
  • Aulnay plus fière, plus forte avec Benjamin Giami, 18,8% des voix
  • Démocratie représentative avec Raoul Mercier et Hadama Traoré, 15,79% des voix.

  Bien entendu, il s’agit de l’avis d’une petite partie de notre audience qui a souhaité se prêter au jeu. Cela montre que nos lecteurs sont de toutes tendances.

Ci-dessous les résultats : 

Le marcheur Abdel Benjana poignarde dans le dos Benjamin Giami et soutient le maire sortant d’Aulnay-sous-Bois

Si Abdel Benjana a prêté allégeance à Emmanuel Macron, il a décidé de ne pas soutenir la liste pourtant soutenue par LREM (celle de Benjamin Giami), mais bel et bien celle de Bruno Beschizza (LR).

Désaccord entre les deux hommes. Accord tacite avec le maire pourtant plus proche de Nicolas Sarkozy que d’Alain Juppé ? Tout est écrit dans le tract que vous pouvez découvrir ci-contre (source : page Facebook #SLAPC).

4 candidats aux élections municipales à Aulnay-sous-Bois répondent à la CFTC

Alain Amédro, Bruno Beschizza, Benjamin Giami et Raoul Mercier ont répondu aux questions de la CFTC concernant les agents territoriaux, les conditions de travail et les éventuelles sanctions en cas d’élection.

Vous trouverez le compte-rendu complet en cliquant sur l’image ci-contre.

PS : dommage que tous les candidats déclarés n’aient pas été sollicités.

Philippe Grécourt, ancien membre d’Aulnaycap, soutient Benjamin Giami à Aulnay-sous-Bois

Le monde associatif et une grande partie des hommes politiques d’Aulnay-sous-Bois connaissent Philippe Grécourt pour son franc parler et son combat pour une circulation plus fluide, plus douce. Philippe a été membre d’Aulnaycap de 2012 à 2016 avant de se mettre en retrait pour poursuivre ses combats associatifs et politiques.

Philippe Grécourt a été rédacteur en chef du site Aulnaycap pendant la campagne des municipales 2014 à Aulnay-sous-Bois pour remplacer le responsable de l’époque, Arnaud Kubacki, alors colistier sur la liste UDI.

La rédaction souhaitait rendre un vibrant hommage aux contributions de Philippe et au travail accompli. Homme de valeur, il ne faisait jamais dans les faux semblants et n’hésitaient pas à faire connaitre ses différences, sans pour autant les dévoiler sur la place publique. Philippe Grécourt a surtout été un membre éminent de l’association CAPADE notamment sur les sujets relatifs à la circulation, avant de démissionner pour cause de désaccord avec son président Alain Boulanger (d’autres membres du bureau ont démissionné à la même période, là aussi à cause de désaccords avec M. Boulanger).

Philippe, véritable homme de dossiers et très pointilleux sur les détails, a montré toutes ses qualités de synthèse et d’analyse. La vidéo ci-dessous montre notamment sa parfaite connaissance sur le dossier de la circulation :

Philippe est aussi un passionné de moto, il fait partie d’un club et n’hésite pas à sortir sa bécane pour de belles balades sur les anciennes routes nationales de France. Dans la vidéo ci-dessous, il présente d’ailleurs sa moto de fort belle manière :

Philippe est également un passionné de voile et adore l’océan.

Le nouveau combat de Philippe Grécourt est désormais de soutenir corps et ame la candidature de Benjamin Giami en tant que futur maire d’Aulnay-sous-Bois. Pour Philippe, M. Giami est ce qui pourrait arriver de meilleur à la ville et lui fait entièrement confiance pour la remettre sur les rails niveau projets et finances.

Comme vous le savez, notre blog est entièrement libre et indépendant, neutre et ne soutient aucun candidat. Nous souhaitons cependant bonne chance à notre ancien collègue dans ses projets politiques et associatifs. 

%d blogueurs aiment cette page :