Publicités

Archives du blog

Interview du leader de la Révolution est en Marche à Aulnay-sous-Bois Hadama Traoré

Que l’on aime ou que l’on n’aime pas, Hadama Traoré, leader du mouvement « La Révolution Est En Marche », est devenu un acteur politique et associatif de premier plan à Aulnay-sous-Bois, mais aussi au niveau national.

Très à l’aise à l’oral, M. Traoré multiplie les coups d’éclat mais aussi les interviews auprès de différents médias.

Vous pouvez prendre connaissance d’une interview complète de M. Traoré (1h00 environ) en cliquant ici. Il parle de la situation sociale actuelle mais aussi de ses précédentes actions.

Publicités

100 000 € demandés à Hadama Traoré pour préjudice par la mairie d’Aulnay-sous-Bois dans une affaire de diffamation ?

C’est ce qu’affirme le leader de La Révolution Est En Marche (LREEM) dans une vidéo sur sa page Facebook que nous ne pouvons pas partager au risque nous-même de se faire attaquer. M. Traoré dénonce des prétendus dysfonctionnements dans l’attribution des logements HLM dans la ville, en nommant plusieurs personnes.

Les 100 000 € demandés le sont au titre du préjudice subi. Reste à savoir si la justice sera du même avis. L’instruction étant en cours, nous ne pouvons pas commenter sur cette affaire.

 

 

La Révolution est en Marche, attaquée pour propos injurieux, appelle à la mobilisation le 23 mai à Aulnay-sous-Bois

Le Mercredi 23 mai 2018 à partir de 19h30 la municipalité va voter 4 aides juridictionnelles contre le mouvement LREEM dont Hadama TRAORÉ est co-fondateur du mouvement LREEM. Afin de soutenir Hadama TRAORÉ quo ne peut pas ce présenter au conseil municipal sans risquer la prison on demande à tous ceux qui soutiennent le mouvement LREEM d’être présents au conseil municipal peut importe votre zone géographique.

L’UNION SERA NOTRE FORCE

LA RÉVOLUTION EST EN MARCHE

SEUL ON VA VITE ENSEMBLE ON VA PLUS LOIN

Source : communiqué La Révolution est en Marche

Le recours gracieux d’Hadama Traoré concernant sa révocation de la ville d’Aulnay-sous-Bois débouté

Hadama Traoré, le leader de la Révolution est en Marche, ne décolère pas : son recours gracieux a été débouté.

Vindicatif, il indique vouloir maintenant tout faire pour « dégager » Bruno Beschizza en 2020.

Pour prendre connaissance de sa déclaration en vidéo, cliquer ici.

Une cagnotte pour Hadama Traoré, mais pour quoi faire ?

On le sait, avec la plateforme Leetchi, tout le monde peut faire un appel au don. Vous voulez sauver un bâtiment de l’abandon ? Vous voulez aider quelqu’un en difficulté ? Leetchi est une solution simple, mais pas sans risque (attention aux arnaques).

Sur Facebook, et ce malgré la volonté d’Hadama Traoré de se débrouiller seul, une certaine « Lolo La Folleuhh » a décidé d’ouvrir une cagnotte pour le leader de la Révolution est ne Marche.

Cependant, plusieurs choses peuvent interloquer :

  • Pourquoi est-ce indiqué « Adama » sur la cagnotte alors que M. Traoré se prénomme Hadama ?
  • Est-ce  que Hadama a donné son feu vert pour cette cagnotte en son prénom (mal orthographié) ?

Si le cœur vous en dit, vous pouvez participer à cette cagnotte en cliquant ici. Mais contrairement à certains qui vous incitent à donner les yeux fermés, vous pouvez contacter l’organisatrice de cette cagnotte via sa page Facebook en cliquant ici.

[NDLR : partie modérée suite à initiation d’une plainte de Mickael Luhaka. Article en cours de rédaction]

Le ministre de l’intérieur dépose plainte contre Hadama Traoré le leader de la Révolution est en Marche

Pour avoir posté une vidéo devant les locaux du syndicat Alliance Police Nationale le 15 février dernier, le ministre de l’intérieur Gérard Collomb dépose plainte contre Hadama Traoré, le leader de la Révolution est en Marche et candidat aux élections municipales 2020 à Aulnay-sous-Bois. Motifs : Injures Publiques envers la Police Nationale.

Un nouveau coup dur pour celui qui souhaite éradiquer « la racaille en col blanc ».

Aulnay Environnement et VME lancent un appel au dialogue et à la médiation autour d’Hadama Traoré

Nous sommes inquiets devant cette escalade dans la dégradation des rapports entre les administrés et la municipalité : blogs attaqués, élu-e-s d’opposition mis en examen, conseils municipaux perturbés et à huis-clos…et aujourd’hui la garde à vue d’un responsable associatif.

Ce climat est malsain et marque le délitement d’un débat démocratique nécessaire, indispensable même s’il pique, dérange, oblige à argumenter de part et d’autre.

Un ancien élu connaît le travail des élus et le dévouement de nombre d’entre eux, femmes et hommes au service de leur ville, département, Région, Pays… Ils méritent le respect de leur personne, de leur travail de longue haleine mais aussi nos critiques vigilantes et citoyennes. Il doit exister des contre-pouvoirs dotés de moyens de les exercer afin de permettre aux élus d’être mieux en phase avec le vécu des habitants.

Nous comprenons la difficulté de faire face à la multiplicité des attentes et revendications citoyennes. Nous comprenons la difficulté de composer avec des intérêts contradictoires, à faire des choix dans le sens de l’intérêt collectif…

Animateurs d’associations, nous ne pensons pas que la place d’un animateur d’une association soit en garde à vue. C’est la marque d’un échec collectif, auquel nous pouvons nous associer. Avons-nous assez travaillé pour approfondir les liens avec La Révolution est en marche, pour exprimer nos convergences et nos désaccords ? Pour aider, critiquer, faire ensemble, faire entendre…

La parole d’Hadama Traoré n’est pas en costume-cravate. Son vocabulaire dérange, il peut même basculer dans l’outrance, mais il faut entendre cette voix qui en porte bien d’autres. Il réclame des réponses avec insistance, il va vite, il se trompe parce qu’il fait fi des usages et des règles, mais il fait aussi preuve d’une grande volonté, d’une belle énergie au service des autres : des locataires pour la qualité des logements, des personnes exclues. Il a commencé un travail pour un rapprochement entre jeunes et policiers.

Un certain nombre de ses propos ont pu blesser, faire peur…Nous ne les approuvons pas mais nous y avons par contre entendu du découragement, du dépit face à une absence de réponse, considérée comme du mépris… Avec cette question lancinante : que faire pour être entendu ? Le refus du dialogue et de la conciliation n’est pas de bonne politique face à une personne qui porte la voix de bien des Aulnaysiens. Le marteau-pilon d’une intervention policière digne de l’arrestation d’un terroriste n’est pas une bonne réponse, c’est une humiliation de plus.

Nous pensons qu’un dialogue exigeant et respectueux aurait pu, aurait dû être instauré avec lui et son association, et plus largement avec une jeunesse qui veut prendre sa place dans la vie de notre ville.

Pouvons-nous croire que cela n’est pas trop tard ?

Il faut développer des lieux de dialogue et de médiation au plus vite, nous sommes prêts à y prendre notre place.

Source : communiqué VME et Aulnay Environnement

Hadama Traoré libéré : « j’ai été interpellé de manière sauvage, ils ont jeté ma femme par terre et je vais porter plainte A L’IGPN!!!

Vidéo

Le leader de la Révolution est en Marche a été libéré aujourd’hui après une journée en garde-à-vue. Il avait en effet été arrêté le mercredi 4 avril au matin par des policiers cagoulés chez lui, devant sa femme et ses enfants.

Selon lui, les policiers auraient forcé la porte puis aurait violemment interpellé le leader du mouvement. Sa femme, qui cherchait à protéger son mari, aurait été projeté par terre par la police. Toujours selon Hadama Traoré, ce serait le maire Bruno Beschizza qui aurait envoyé les policiers procéder à son interpellation.

Cependant, M. Traoré tient à souligner que, après l’interpellation mouvementée, les esprits se sont calmés et de nombreux policiers se sont montrés respectueux. Certains auraient même donné des conseils à M. Traoré pour mieux communiquer.

Suite à sa libération, Hadama Traoré fait la promesse de se canaliser et de mesurer la portée de ses mots (il avait dans une vidéo menacé de brûler la mairie d’Aulnay). Il réitérer cependant la demande d’une nouvelle concertation pour reconsidérer sa révocation, en espérant que le Maire entende raison. Dans le cas contraire, il promet une guerre psychologique à la municipalité.

Pour visionner la vidéo dans son intégralité, cliquer ici ou sur l’image ci-contre.

 

NB: TITRE RECTIFIE APRES MAINTES DEMANDES!!

Hadama Traoré menace de brûler la mairie d’Aulnay-sous-Bois et de séquestrer le Maire dans une vidéo

Vidéo

On ne savait pas pourquoi le leader de la Révolution est en Marche a été placé en garde à vue aujourd’hui, à quelques heures d’une grande manifestation devant la Maire (en cours au moment de la rédaction de cet article). On en sait un peu plus aujourd’hui.

Dans une vidéo accessible en cliquant ici ou sur l’image ci-contre, M. Traoré, apparemment fâché que sa famille ait subit les conséquences de son désaccord avec le Maire Bruno Beschizza, menace littéralement de brûler la Mairie s’il n’obtient pas gain de cause.

En outre, il menace de brûler les voitures des proches du Maire (il semblerait que ce soit les élus, mais pas seulement) ainsi que de séquestrer M. Beschizza dans son bureau. Des menaces qui auraient peut-être conduit l’édile à demander une mesure de précaution.

En jurant sur le Coran, il tient à signaler son désir d’en découdre. M. Traoré a été révoqué en tant que fonctionnaire à la Mairie d’Aulnay, et pense que cette sanction vient de ses actions associatives.

M. Traoré a beaucoup travaillé dans les quartiers Nord et a remonté pas mal d’inquiétudes des habitants vers les élus. Cependant, ses relations se sont détériorées avec le Maire, qui ne partage pas sa vision.

Note : la vidéo n’est accessible que pour les abonnés de la page Facebook en question.

Plus de 80 personnes bloquées devant la mairie d’Aulnay-sous-Bois en soutien à Hadama Traoré

@Thomas Poupeau

L’appel à la mobilisation du leader de la Révolution est en Marche, Hadama Traoré, semble avoir porté ses fruits. Alors que ce dernier a été placé en garde-à-vue au commissariat d’Aulnay aujourd’hui, les manifestants sont allés au rendez-vous pour soutenir l’ancien employé municipal, et protester contre la municipalité.

Il semblerait que des militants VME aient rejoint le cortège.

%d blogueurs aiment cette page :