Archives de Catégorie: Santé

Les élus Aulnay En Commun souhaitent que le Maire investisse dans des détecteurs de CO2 dans les écoles

Monsieur le Maire,

L’épidémie de covid se poursuit et il est important que nous puissions tout mettre en œuvre pour limiter la propagation du virus.

Un an après le début de la pandémie, on n’ignore plus que le coronavirus se transmet essentiellement par voie aérienne, comme le confirment plusieurs revues scientifiques ces derniers jours. Lorsque nous parlons et respirons, nous émettons de grosses gouttelettes et de petites particules, qu’on appelle aérosols, les plus légères flottant dans l’air. Ces particules peuvent être porteuses du SARS-CoV-2 et persister longtemps dans un espace clos, et cela, même si le sujet ne tousse pas.

Les scientifiques ont ainsi démontré l’intérêt de la mise en place de détecteurs de CO2 dans les classes afin de déterminé le moment où il faut aérer les espaces.

Lorsque la concentration en CO2 est trop élevée, cela signifie qu’il est impératif de corriger cela en aérant. Le renouvellement de l’air est un facteur majeur d’élimination des aérosols.

Ces détecteurs sont donc importants dans le cadre de la limitation de la propagation du virus afin d’éviter une trop grande transmission du virus par aérolisation et le seront tout autant pour d’autres épidémies annuelles que nous pouvons connaître dans les écoles (grippes, épisodes de rhinopharyngites…).

Certes cela représente un coût conséquent pour la ville, mais l’effet bénéfique sur les élèves et les personnels éducatifs sera lui aussi important. Il est intéressant de comparer les coups : un détecteur représente cinq tests PCR.

L’Allemagne a largement développé ces mesures dans ses écoles et d’autres pays comme la Suisse et la Finlande le préconisent largement.

Aussi nous vous demandons de bien vouloir étudier la mise en place rapide dans les écoles de ces détecteurs de CO2.

Source : les élus Aulnay En Commun

Malgré une baisse du taux d’incidence de la Covid-19 en Seine-Saint-Denis, l’arrivée du variant Indien fait peur

Malgré des améliorations dans le département de la Seine-Saint-Denis avec une baisse du taux d’incidence, la recrudescence des variants Brésilien et Sud-Africain et la possible arrivée du terrible variant Indien inquiètent les spécialistes. Le variant Indien cause des milliers de morts par jour en Inde avec une situation chaotique dans certaines parties du pays.

Les chercheurs tentent de détecter la présence de ce variant dans le département pour agir au plus vite avant qu’il ne se propage.

Covid-19, le taux d’incidence en Seine-Saint-Denis encore très élevé avec un risque de retard sur le déconfinement

Le taux d’incidence de la Covid-19 pour 100 000 habitants en Seine-Saint-Denis est encore de 440 aujourd’hui, ce qui pourrait pénaliser le département dans sa phase de déconfinement. Outre ce taux d’incidence, une augmentation très brutale de ce taux et une menace de saturation des services de réanimation pourraient également inciter le gouvernement à la précaution.

Cependant, la situation s’améliore dans le département (le taux d’incidence baisse lentement mais sûrement).

Fini la limite de déplacement à 10 km mais le couvre-feu à 19h reste de vigueur

Dès aujourd’hui, vous pouvez aller bien au-delà de la limite des 10 km imposée puisque la restriction a été levée ce matin. Vous pouvez rendre visite aux membres de votre famille même situés dans une autre région sans besoin d’attestation.

Par contre, le couvre-feu reste maintenu à 19h00. Il faudra attendre le 19 mai pour que celui-ci soit repoussé à 21h.

A Aulnay-sous-Bois, une thérapie par le rire pour les aidants à bout de souffle

@wayhomestudio

Jeux de mimes, improvisations, danses… Une fois par mois, la plate-forme «la Voix des aidants» organise un atelier de rigologie destiné aux personnes accompagnant un patient souffrant d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée.

A l’atelier de rigologie, Elsa vient chercher son « rire intérieur » parce qu’à la maison « les fous rires sont devenus très rares ». Depuis dix ans, cette retraitée accompagne son mari atteint de la maladie d’Alzheimer. Une maladie neurodégénérative qui la prive chaque jour un peu plus de son compagnon. « La tristesse, c’est toute la journée », glisse-t-elle pudiquement.

Les confinements successifs n’ont rien arrangé. Avec la solitude, l’autonomie s’étiole plus vite. Depuis quelques mois, son époux ne se reconnaît même plus dans le miroir.

Comme Elsa, beaucoup d’aidants, ces personnes qui accompagnent des proches souffrant d’Alzheimer ou de troubles apparentés, vivent la période comme un nouveau repli. « Le confinement est délétère. Il aggrave l’état des malades », déplore Pauline Tessé, responsable de la plate-forme de répit des aidants familiaux ouverte par Coallia à Aulnay-sous-Bois en 2017. Pour les soulager, elle a eu l’idée de lancer un atelier du rire.

Un défouloir

Une fois par mois, Sophie Gormezano, art thérapeute et rigologue, diplômée de l’école du rire de Frontignan (Hérault), organise « une grande rigolade collective ». Une manière de « libérer les émotions » et de « stimuler les zygomatiques ». A travers des exercices comme des jeux de mimes (pour, par exemple, imiter le rire de la poule ou du chameau), des improvisations (parler en langue imaginaire) ou des danses décomplexées, la thérapeute cherche à créer le décalage, à provoquer l’absurde.

Au fil de la séance, les fous rires incontrôlables s’enchaînent. L’une des participantes se lance dans une imitation endiablée de Louis de Funès, tandis qu’une autre se lâche pendant les « JO de la grimace ». Un vrai défouloir pour ces aidants souvent confrontés à la solitude et à l’incompréhension des autres.

Source et article complet : Le Parisien

Covid-19, le terrible variant Indien serait arrivé en France via l’aéroport Roissy – Charles de Gaulle

Un groupe d’étudiants Indiens qui se rendait en Belgique mi-Avril a été détecté au Covid-19, plus précisément le terrible variant Indien. Ces jeunes ont été placés en quarantaine. Le groupe était arrivé en Europe via l’aéroport Roissy – Charles de Gaulle. Il est fort probable que ce virus mutant qui fait plus de 2 000 morts par jour en Inde ait réussi à s’implanter sur le territoire français.

Ce variant, appelé par le nom de sa lignée, B.1.617, a été détecté dans l’ouest de l’Inde en octobre dernier. Il est porteur de deux mutations jugées préoccupantes au niveau de la protéine « Spike » du virus, l’une soupçonnée d’entraîner une moindre efficacité de la vaccination et un risque accru de réinfection, la seconde soupçonnée d’entraîner une augmentation de la transmission, selon France Bleu.

Covid-19, la fin du confinement pour le 3 mai !

On va enfin pouvoir respirer après le 3 mai avec la fin officielle du confinement. Il ne sera plus interdit de se déplacer au-delà des 10km et l’attestation pourra être oubliée. Le porte-parole du gouvernement se dit confiant et optimiste dans la capacité du pays à vaincre cette pandémie qui a fait plus de 100 000 morts en France.

Quelques restrictions vont subsister au-delà du 3 mai mais les enfants pourront retrouver le chemin de l’école et du collège. En espérant qu’une nouvelle vague ne vienne pas doucher les espoirs à l’image de la situation dramatique en Inde.

Primark interdirait ses salariés qui font le Ramadan d’accéder à la salle de pause !

Il semblerait que Primark, pour des raisons de sécurité sanitaire, n’autorise dans les salles de pause déjeuner que les personnes qui ont l’intention de manger. Les personnes qui font le Ramadan  seraient priées de ne pas occuper les lieux pour respecter les règles de distanciation. Des salariés et syndicats s’indignent de cette décision et demandent à la direction du magasin de revenir sur cette décision.

Covid-19, le centre de vaccination d’Aulnay-sous-Bois ouvre des créneaux réservés à certaines professions

Le centre de vaccination d’Aulnay-sous-Bois situé salle Scohy ouvre à plusieurs professions aujourd’hui : les professeurs des écoles, collèges et lycées, les ATSEM (agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles), les AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap), les professionnels de la petite enfance, dont les assistants maternels, les professionnels de la protection judiciaire de la jeunesse, les professionnels de la protection de l’enfance, les policiers nationaux et municipaux.

Quand : de 9h à 18h le 17 avril 2021

Où : Salle Scohy, 1 Rue Aristde Briand

Plus de 100 000 morts de la Covid-19 en France

Alors que la 3e vague continue de faire des ravages dans notre pays, la barre des 100 000 morts a été franchie aujourd’hui en France. Malgré un confinement certes moins strict qu’en mars 2020 mais qui pénalise une partie de l’économie, les cas de contamination continuent d’augmenter, avec des hôpitaux dans certaines régions surchargés.

A quelques semaines de la fin potentielle de ce confinement, aucun spécialiste ne se prononce aujourd’hui si la France retrouvera une situation normale avant la fin du printemps.

%d blogueurs aiment cette page :