Archives de Catégorie: Santé

Covid-19, la Seine-Saint-Denis de nouveau submergée par la pandémie !

L’éclaircie n’aura été que de courte durée : il ne reste plus aucun lit en réanimation de disponible, la plupart de ces lits étant occupés par des patients Covid. La propagation du variant anglais, plus contagieux, est certainement à l’origine de cette nouvelle pression sur les hôpitaux du département.

Alors que le ministre Jean Castex annoncera dans quelques jours de nouvelles mesures, le risque d’un nouveau confinement est plus que jamais d’actualité.

 

Dans le département psychiatrie à l’hôpital Ballanger à Aulnay-sous-Bois, on attache et on isole

Dans un article terrifiant de Libération, on rappelle qu’il y a peu, on menaçait les patients du département psychiatrie faute de personnel et de moyen :

« L’histoire est immobile. C’était au printemps 2010, dans un service de psychiatrie de l’hôpital d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Des images tirées d’un reportage, diffusé sur France 2. Il ne s’y passe rien. Des malades, la plupart enfermés dans leurs chambres, sont laissés livrés à eux-mêmes, au gré des humeurs des aides-soignantes ou des infirmières. Ce n’est pas bien méchant, juste terrifiant. «Tu restes là, ou je t’attache», lâchait ainsi une aide-soignante. Les médecins psychiatres étaient peu présents. Charlotte, une patiente, restera ainsi enfermée pendant quinze jours, comme ça, sans raison. Faute d’avoir été examinée, une autre malade qui se plaignait de douleurs au ventre se retrouvera peu après trente jours en réanimation pour une septicémie non diagnostiquée. «C’est terrible comme on travaille mal», murmurait un élève-infirmier. Quelques mois plus tard, le contrôleur général des lieux de privation de liberté faisait une visite surprise dans cet hôpital. Rien n’avait changé. Un exemple parmi d’autres des bizarreries de fonctionnement relevées à cette occasion : «Aux urgences, le psychiatre qui a pris la décision d’hospitaliser un patient en psychiatrie, se voit contraint de l’installer pour une nuit ou plus, sur un brancard à côté des autres patients de médecine ou de chirurgie.» Ou encore : «Dans les trois secteurs de psychiatrie adulte et dans l’unité pour adolescents, les chambres d’isolement sont utilisées comme des chambres “normales.” Un patient peut occuper une chambre d’isolement alors que son état clinique ne le requiert pas, faute de pouvoir disposer d’une chambre dans l’unité. Cette pratique ne respecte pas les droits des patients. »

Source : Libération

Covid-19, des contrôles accrus en Seine-Saint-Denis pour éviter le pire

Le 1er ministre Jean Castex a demandé au préfet de la Seine-Saint-Denis de mettre tout en oeuvre pour renforcer les contrôles des mesures sanitaires et pour optimiser la campagne vaccinale anti-Covid. Le 1er ministre a également demandé le déploiement des tests salivaires dans les établissements d’enseignement et de faire en sorte à ce que les entreprises privilégient le télétravail.

Avant le samedi 6 mars, on saura si le département sera de nouveau confiné.

A Aulnay-sous-Bois, Bruno Beschizza refuse le confinement, mais aura t-il le choix ?

Bruno Beschizza

Si le Premier Ministre Jean Castex n’a rien annoncé concernant un nouveau confinement en région Île-de-France, Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois et conseiller régional, frappe du poing sur la table et refuse ce scénario. Lors d’une visioconférence jeudi dernier avec ses homologues du département et le préfet de la Seine-Saint-Denis, M. Beschizza a averti sans ambages qu’il n’accepterait pas cela dans sa ville.

Ses solutions ? Plus de tests avec l’arrivée d’un nouveau centre de dépistage place du Général de Gaulle, en face de la gare. Mais est-ce que cela sera suffisant pour enrayer la propagation ? Il est fort probable que M. Beschizza n’ait pas le choix si l’Etat impose un nouveau confinement localisé. Les Franciliens seront fixés sur leur sort fin de semaine prochaine.

Covid-19, la Seine-Saint-Denis passe en surveillance renforcée, risque de nouveau confinement

La Seine-Saint-Denis fait partie des 20 départements qui sont passés sous surveillance renforcée, selon le premier ministre Jean Castex. Le gouvernement se laisse jusqu’à la semaine prochaine pour prendre une décision sur des restrictions supplémentaires qui pourraient avoir lieu dès le 6 mars.

Parmi les mesures redoutées, un nouveau confinement. Les cas de Covid-19 s’accélèrent depuis une semaine, les souches variantes, plus contagieuses, s’imposant.

Covid-19, Aulnay-sous-Bois passe au dessus du seuil d’alerte maximal !

A quelques heures du discours du 1er Ministre Jean Castex, nous apprenons que la ville d’Aulnay-sous-Bois, comme une trentaine d’autres villes dans le département, vient de passer au dessus du seuil d’alerte maximal. Le virus circule de plus en plus vite et touche tous les quartiers.

Quelles seront les nouvelles contraintes imposées aux Aulnaysiens ? Un confinement le week-end ? Réponse tout à l’heure.

Du personnel contaminé au Covid-19 de l’hôpital Ballanger à Aulnay-sous-Bois allait en maternité

Le quotidien 20 Minutes fait une révélation fracassante concernant le non respect de l’isolement du personnel contaminé au Covid à l’hôpital Ballanger à Aulnay-sous-Bois. Des médecins et infirmiers qui se savaient contaminés allaient quand même exercer leur fonction en maternité. Ci-dessous, un extrait de l’article :

« Selon un témoignage que nous avons recueilli, plusieurs membres du personnel soignant du centre hospitalier Robert-Ballanger, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), sont ainsi venus travailler la semaine dernière à la maternité, alors même qu’ils étaient positifs au coronavirus. « Au départ, il n’y avait que quelques personnes contaminées, et elles étaient remplacées, indique un membre du service concerné. Mais tout s’est compliqué quand plusieurs sages-femmes ont attrapé le Covid-19. Il a été demandé à certaines, qui étaient asymptomatiques, de venir quand même pour faire tourner le service ».

Finalement, il faudra l’intervention d’un cadre et les plaintes de plusieurs soignants pour que toutes les personnes testées positives soient placées à l’isolement. Et une partie du service a finalement été fermée. « C’est assez révélateur du manque de moyens à l’hôpital, où nous sommes constamment en sous-effectif, et quand il y a une crise, ça se voit encore plus » constate notre témoin. Contactée, la direction n’avait pas encore répondu au moment de la publication de l’article.« 

Pour lire l’article complet, cliquer ici.

600 nouveaux cas de Covid-19 par jour en Seine-Saint-Denis, un confinement le week-end envisagé !

Si la pression est moins forte en Seine-Saint-Denis que dans les Alpes Maritimes, les spécialistes ont remarqué une recrudescence des cas de Covid-19 dans le département. Avec des lits en réanimation occupés à près de 90% par des patients Covid et une hausse inquiétante des contaminations, le gouvernement envisagerait de confiner le week-end le département, voire la région Île-de-France toute entière.

Selon les informations dont nous disposons, le ministre de la Santé, le premier ministre et le président de la République sont en train d’évaluer la situation et pourraient donner leur verdict la semaine du 1er mars 2021. Espérons donc qu’une embellie sera perceptible pour éviter un nouveau confinement, même le week-end seulement.

1759 morts de la Covid-19 en Seine-Saint-Denis

Ces dernières 24h, 5 personnes sont décédées du Coronavirus en Seine-Saint-Denis, ce qui porte le nombre de victimes à 1759. 707 personnes sont hospitalisées dont 91 en réanimation.

Si le variant anglais semble moins terrible que prévu, le nombre de personnes toujours entre la vie et la mort reste constant.

De nouveaux lits de réanimation éphémères à l’hôpital Ballanger à Aulnay-sous-Bois

Sous l’impulsion de la région Île-de-France et de l’Union Européenne, des nouveaux lits de réanimation éphémères sont en cours d’installation dans l’hôpital Ballanger à Aulnay-sous-Bois. Malgré une légère amélioration de la situation et la baisse du nombre de décès, ces lits pourraient permettre de faire face à une troisième vague, prévue pour mars-avril avec l’arrivée du beau temps et les éventuelles baisses de vigilance.

%d blogueurs aiment cette page :