Archives du blog

Maya, la chienne de la police municipale, butine les points de deal à Aulnay-sous-Bois

Le 28 janvier, ce berger belge malinois de trois ans a permis de débusquer 12,2 kilos de résine de cannabis lors d’une opération des forces de l’ordre. «C’est un auxiliaire de police, pas un toutou à sa mémère», souligne fièrement son maître.

@LP/Nathalie Revenu

Maya aura évité de laborieuses recherches aux enquêteurs qui venaient perquisitionner un appartement de la rue du Bailli-de-Suffren, dans la cité des 3000, à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) le 28 janvier. Ils savaient qu’ ils cherchaient de la drogue, mais ignoraient où elle se planquait. Avec sa truffe dotée d’un flair hors pair, leur chienne est allée droit au but.

« Elle s’est dirigée directement vers la buanderie et elle a marqué devant un sac en plastique dissimulé sous une étagère et n’a plus bougé, raconte Antoine Brenner, son maître. Puis, elle a commencé à gratter le paquet. »

Pas d’ambiguïté possible : Maya avait flairé le gros lot. Enveloppés dans de la cellophane se tenaient bien à l’abri 12,2 kg de résine de cannabis. Maya a eu droit à son boudin, un petit jouet qu’elle affectionne et qui vient couronner ses exploits.

Elle s’entraîne plusieurs fois par semaine à détecter des substances illicites

A peine un mois après son arrivée au sein de la police municipale d’Aulnay-sous-Bois, ce berger belge malinois âgé de 3 ans se taille déjà un statut de star au sein de l’équipe. Poids plume de 22 kg, robe fauve, affûtée comme un athlète de haut niveau, Maya est considérée comme un membre à part entière de cette unité qui ne compte pas moins de 80 policiers. C’est la plus étoffée d’Ile-de-France.

« C’est un auxiliaire de police, pas un toutou à sa mémère », souligne fièrement son maître. Et elle est particulièrement courtisée. Lors de la perquisition du 28 janvier aux 3000, elle participait à une opération menée par la police nationale, qui ne compte pas d’animal à quatre pattes dans ses rangs.

Il est vrai que l’achat d’un tel animal a un coût : « 3000 euros avec la formation », précise Loïc Le Roux, directeur général adjoint des services à la ville d’Aulnay. Tel un sportif professionnel, Maya s’entraîne plusieurs fois par semaine à détecter des substances illicites. Cannabis, cocaïne ou héroïne, elle est dressée pour repérer ces trois substances.

Source, image et article complet : Le Parisien

L’argent de la drogue ferait vivre 240 000 personnes en France !

Aussi impensable que cela puisse paraître, l’argent de la drogue en France permettrait de faire vivre environ 240 000 personnes selon Frédéric Ploquin, journaliste spécialisé dans les domaines de la police, du banditisme et du renseignement. Le chiffre d’affaires des dealers avoisinerait les 4 milliards d’euros par an. Chaque mois, ce sont près de 40 tonnes de cannabis ou d’herbe qui sont écoulées sur le territoire Français.

Selon le journaliste, certains pays profitent de ce business et ne font rien pour casser les trafics, les rentrées d’argent étant beaucoup trop intéressantes. Ce qui est inquiétant, c’est de constater que de nombreux français consomment des substances non seulement illicites mais également toxiques, tout en enrichissant des personnes peu scrupuleuses. N’y a t-il pas de remèdes, d’activités plus intéressantes et enrichissantes que de fumer un joint ?

Vous pouvez retrouver l’article choc sur FranceInfo.

La police saisit 15 kg de cannabis et arrête un grossiste présumé à Aulnay-sous-Bois

Six personnes ont été interpellées mardi et ce mercredi. «Il est trop prématuré pour dire si cette cascade d’arrestation a permis de démanteler un réseau en entier», indique une source judiciaire.

Tout est parti d’un renseignement anonyme adressé à la police à la fin de l’été : un grossiste de cannabis sévirait depuis la cité du Grand Ensemble à Tremblay-en-France. Il distribuerait sa marchandise dans tous les environs.

Mardi 19 janvier vers 17 heures, après une enquête longue de plusieurs mois, un homme a été interpellé dans sa voiture sur la Nationale 2, à hauteur d’Aulnay-sous-Bois. Il transportait plus de 2 kilogrammes de résine de cannabis, dissimulés sous le capot de son véhicule. Il était sur le point d’effectuer une transaction.

Tout est parti d’un renseignement anonyme adressé à la police à la fin de l’été : un grossiste de cannabis sévirait depuis la cité du Grand Ensemble à Tremblay-en-France. Il distribuerait sa marchandise dans tous les environs.

Mardi 19 janvier vers 17 heures, après une enquête longue de plusieurs mois, un homme a été interpellé dans sa voiture sur la Nationale 2, à hauteur d’Aulnay-sous-Bois. Il transportait plus de 2 kilogrammes de résine de cannabis, dissimulés sous le capot de son véhicule. Il était sur le point d’effectuer une transaction.

Source et article complet : Le Parisien

Le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza contre la légalisation du cannabis

C’est un sujet récurrent : faut-il légaliser le cannabis pour lutter contre les trafics et empêcher les trafiquants de faire fortune et d’acheter des villas comme des petits pains ? Alors qu’une partie de la Gauche estime qu’il est nécessaire d’étudier la question, une bonne partie de la Droite estime qu’il est nécessaire de continuer à interdire la consommation de cette drogue.

Le cannabis est une drogue qui attaque le cerveau et les neurones et réduit les capacités cognitives des consommateurs. Dans Le Parisien, Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois, estime qu’il faut rester ferme face à la question.

Drogue, 276 points de deal en Seine-Saint-Denis, et combien à Aulnay-sous-Bois ?

Cannabis, cocaïne : de nombreux points de deal existent en France où un véritable réseau bien organisé recèle des matières prohibées. En Seine-Saint-Denis, pas moins de 276 points de deal ont été répertoriés dans tout le département. 

A Aulnay-sous-Bois, dans plusieurs quartiers de la ville, plusieurs endroits sont connus pour se procurer de la drogue sans émouvoir les autorités. La traditionnelle méthode du shoes tracking (suspendre des chaussures aux fils électriques aériens) permet aux acheteurs de s’y retrouver sans trop de difficulté.

Alors que la drogue est connue pour ses effets dévastateurs y compris le cannabis (les synapses de déclapent entraînant des pertes de mémoire et une diminution des capacités cognitives), les consommateurs sont de plus en plus nombreux.

Source : Le Parisien

Les policiers mettent la main sur 28 kg de cannabis à Aulnay-sous-Bois et au Blanc-Mesnil

Deux surveillances policières ont amené à la découverte de près de 28 kg de résine de cannabis, mardi en Seine-Saint-Denis.

Confinement ou pas, la drogue continue de circuler et les dealeurs se jouent des restrictions imposées à la population. Preuve en est ces deux belles découvertes des policiers mardi à Aulnay-sous-Bois et au Blanc-Mesnil, à hauteur de 28 kg, après une surveillance de points de deal.

À Aulnay, dans la cité des 3 000, la police a saisi un peu plus de 19 kg de cannabis, ainsi qu’une arme approvisionnée et 935 € dans un appartement de la rue Edgar-Degas. La drogue approvisionnait le point de deal de l’allée de Bougainville.

La drogue cachée dans une épave automobile

Ce dernier avait été placé sous l’étroite surveillance de la police. L’opération n’a pas tardé à porter ses fruits. Un suspect a été interpellé en possession de 247 g de résine de cannabis sur place.

Source et article complet : Le Parisien

La Révolution Est En Marche accuse un policier d’Aulnay-sous-Bois de fumer du cannabis

Depuis 4 ans, le mouvement LREEM dénonce certains policiers délinquants ou haineux au sein de la ville d’Aulnay-sous-Bois. Comment se fait-t-il que certains policiers ont un sentiment d’impunité à Aulnay-sous-Bois ???

Car le commissaire est irresponsable. Car le préfet n’assume pas ses responsabilités. Car le premier magistrat de la ville ne protège pas sa population. Et le ministre de l’intérieur n’a pas le costume de l’emploi.

Jeudi 8 octobre 2020 de 10h à 16h nous serons devant la préfecture du 93 afin d’alerter le préfet qui est le représentant de l’état sur :

  • La [NDLR : prétendue] corruption à Aulnay-sous-bois,
  • et sur les sanctions disciplinaires non appliquées aux agents de la police nationale à Aulnay-sous-Bois et cela créé un sentiment d’impunité.

La guerre psychologique pour une paix morale est une obligation. La révolution est en marche et personne ne pourra l’arrêter.

Ci-dessous, la vidéo visée par le mouvement, où l’on voit un policier fumer :

Aulnay-sous-Bois listée comme l’un des points de deals pour obtenir du cannabis et de l’herbe !

Sur les réseaux sociaux, un groupe propose via Whatsapp ou Snapchat un rendez-vous dans plusieurs villes de France pour obtenir du cannabis et de l’herbe. Au même titre que Créteil, Aulnay-sous-Bois fait partie de ces villes où ce groupe distribue ces substances illicites et dangereuses pour la santé.

Bizarrement, les responsables des réseaux sociaux n’ont pas encore banni ce groupe alors que cette pratique est doublement illégale : commerce de substance prohibée et recèle.

Pour éviter que certaines âmes bien pensantes nous reprochent de promouvoir ce groupe, nous ne communiquerons pas le lien.

10 kilos de branches, pieds et têtes de cannabis planqués dans une voiture à Aulnay-sous-Bois

Une patrouille de police a été attirée cette nuit par une forte odeur de cannabis. Dans la voiture, ils ont finalement découvert 10 kilos de branches, têtes et pieds de cannabis.

La Préfecture de Police se félicite ce dimanche 5 janvier du flair d’une patrouille qui opérait la nuit dernière dans les rues d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) à proximité d’une voiture en stationnement, les fonctionnaires ont clairement senti une forte odeur de cannabis.

En lus des 2 grammes, il y avait 10 kilos

Au cours du contrôle sur les occupants de la voiture qu’ils opèrent, les policiers découvrent deux grammes d’herbe, mais très vite, ils vont mettre la main sur un volume autrement plus conséquent. Ce sont en effet dix kilos de branches, pieds et têtes de cannabis qui étaient cachés dans le véhicule.

Le contrôle s’est soldé par deux placements en garde à vue.

Source et article complet : Actu.fr

Deux dealers s’approvisionnaient en cannabis à Aulnay-sous-Bois pour faire du commerce dans le Val d’Oise

Trois ans de prison ferme pour Sid’ali Lekali, un an pour Hadiya Sy : ces deux Méruviens de 20 ans, reconnus coupables de « détention, transport et cession de produits stupéfiants », dormiront en prison. Ils étaient jugés ce vendredi, en comparution immédiate, par le tribunal correctionnel de Beauvais.

La gendarmerie a pu établir des preuves d’ un trafic qui s’est tenu de juin à décembre 2019. Les deux dealers allaient chercher du cannabis à Aulnay-sous-Bois, Bondy, Saint-Denis (93) et Saint-Ouen-l’Aumône (95) pour le revendre à une douzaine de clients répartis entre Méru, Amblainville et Persan (95).

Source et article complet : Le Parisien

%d blogueurs aiment cette page :