Publicités

Archives de Catégorie: faits divers

Un dealer d’Aulnay-sous-Bois alimentait toute la région en cocaïne et en cannabis

Il livrait des produits stupéfiants sur toute l’Île-de-France. Samedi 20 avril, c’est à Soisy-sous- Montmorency (Val-d’Oise) que le dealer de 26 ans s’était rendu.

Il est 12h20 lorsqu’une patrouille de police qui circule rue de Bleury, aperçoit, au volant d’une voiture stationnée devant le centre aquatique de la Vague, un individu remettre un sachet à une femme contre de l’argent.

Les policiers se dirigent vers le suspect qui à leur vue prend la fuite. Pas pour longtemps. Ce dernier se retrouve bloqué un peu plus loin dans le flot de circulation où il est rattrapé et contrôlé par les fonctionnaires.

Résine de cannabis, herbe et cocaïne

Lors de sa fouille, le dealer est retrouvé en possession de 55 euros en espèces, 35 g de résine de cannabis et 20 g d’herbe, tandis que dans la voiture sont découverts 350 euros en petites coupures.

Les membres des forces l’ordre décident de perquisitionner son domicile d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Ils mettent ainsi la main sur d’autres produits stupéfiants, essentiellement du cannabis pour un poids total de 157 g, mais également 7 g de cocaïne.

Source et article complet : actu.fr

Publicités

Un adolescent braque une arme sur les policiers municipaux à Aulnay-sous-Bois sur le plus beau marché d’Île-de-France

Illustration

La situation a dégénéré dimanche après un vol à l’étalage, boulevard de Strasbourg. Un adolescent a braqué une arme sur les policiers municipaux.

En habituée du marché d’Aulnay, cette mère de famille se souvient bien qu’une « ambiance bizarre » flottait dimanche matin. « C’était pesant, il y avait plein de policiers », se souvient-elle. Le calme était revenu, la frayeur retombée. Juste avant, un jeune homme braquait avec une arme les policiers municipaux, sollicités après un vol à l’étalage.

« On terminait d’installer, ça a commencé bêtement, deux jeunes hommes qui paraissaient alcoolisés, avec un troisième invalide, étaient virulents, ils ont pris des oranges », relate Nicolas Turlure, vendeur de primeurs « depuis quatre générations » comme il aime à préciser. « Mon vendeur a dit :“vous ne prenez pas, si vous avez besoin, je vous en donne“, mais ils ont jeté les fruits par terre, et ont recommencé, je suis intervenu pour leur dire de partir. » Il se souvient d’avoir été insulté en retour. « Un s’est mis front à front contre moi, je l’ai repoussé violemment et son compère est venu me frapper, mais j’ai esquivé et lui en ai mis deux », décrit le commerçant, six années de pratique de Krav-Maga à son actif.

« Si tu jettes la chaise, je t’embroche ! »

Le premier est allé chercher une chaise, pour frapper le commerçant, tandis que le rôtisseur s’interposait avec une broche à poulet. « Il lui a dit, “si tu jettes la chaise, je t’embroche ! » se souvient le vendeur de primeurs. Suffisamment dissuasif pour faire fuir celui qui tenait la chaise. Alertée d’un vol à l’étalage qui tourne à l’aigre, la police municipale accourt.

« On savait qu’un voleur avait été intercepté », explique une policière municipale qui intervient auprès des commerçants, qui ont arrêté le supposé voleur. « Je me retourne et là dans mon dos, j’entends des cris et je vois un jeune homme qui braque son arme contre nous. » Il est huit heures, les clients commencent à arriver.

« J’ai crié Poussez-vous, il a une arme ! »

La policière dégaine son Glock. « J’ai crié “Poussez-vous, il a une arme ! » et j’ai sorti la mienne. La priorité, c’est que les gens se mettent à l’abri », poursuit cette fonctionnaire, douze ans de municipale à son actif. « Il criait, il ne s’attendait sans doute pas à ce qu’on arrive aussi vite avec mon collègue et qui plus est, qu’on soit armé… » Elle ne sait plus combien de secondes a duré ce face-à-face armé à une dizaine de mètres. « Mais ça paraît long… » dit-elle. Le jeune homme a fini par s’enfuir, l’arme à la main, coursé par les deux policiers municipaux. C’est la première fois en douze ans de police municipale qu’elle est braquée. « Heureusement que j’étais armée », ajoute-t-elle, alors que sur le marché on salue son sang-froid.

Le jeune homme armé était mineur. Il a été interpellé par la police nationale, deux rues plus loin, caché dans un buisson, avec l’arme, qui tirait en fait des balles à blanc. « Il savait que son arme ne servait à rien, il a eu de la chance que la police municipale ne tire pas », souffle un Aulnaysien. L’adolescent a été déféré devant un juge des enfants à l’issue de sa garde à vue.

Source : Le Parisien

Des malfrats tentent de faire entrer des vieilles personnes à Aulnay-sous-Bois pour les dépouiller

Une lectrice nous annonce avoir rencontré une amie, très âgée, qui s’est faite interpeller par des femmes en voiture qui voulaient la reconduire chez elle, à la sortie de l’Ephad Camille Saint Saëns. Cette scène s’est passée un dimanche après-midi.

Ces personnes lui parlaient comme si elles la connaissaient et comme elle voit très mal, ne se méfiait pas trop. Fort heureusement , cela n’est pas allé plus loin.

Une scène identique s’est reproduite en sortant du cabinet d’ophtalmologie rue de 14 Juillet, avec le même mode opératoire… 

Si vous êtes fragile, méfiez vous des automobilistes qui veulent vous raccompagner chez vous !

Des cambrioleurs attaquent des personnes âgées dans le quartier du Vieux-Pays à Aulnay-sous-Bois

Plusieurs cambriolages et tentatives de cambriolage chez des personnes âgées ont été signalés dans le quartier du Vieux-Pays à Aulnay-sous-Bois hier matin avant 8h.

Le modus operandi est simple et sournois :
  • un individu se présente en frappant fortement à la porte en s’exclamant : « Police, vous avez été cambriolée« . La personne ne pouvant ouvrir car la serrure est déjà forcée, elle fait le tour par le jardin. Et vous pouvez deviner la suite…
  • Lui ayant montré où la personne mettait ses bijoux, son argent…tout est parti !
  • Comble de l’audace : le malfrat a le toupet de lui dire qu’il reviendra le lendemain avec un serrurier pour réparer sa porte.
Dans le doute, ne laissez jamais entrer chez vous un individu se réclamant de la police sans lui demander son matricule !
Source : témoignage d’une lectrice

Abdul d’Aulnay-sous-Bois abattu d’un tir en pleine tête devant une discothèque

Illustration

Un jeune de 23 ans est mort ce dimanche matin après avoir eu une altercation avec un autre client du Palacio.

« Viens on va s’expliquer dehors ». L’enquête dira lequel des deux protagonistes a prononcé cette phrase en premier dans la nuit de samedi à dimanche dans la boîte de nuit Le Palacio à Ivry. Quel que soit le motif, il sera à coup sûr dérisoire. Abdul, un homme de 23 ans, semble-t-il d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) est mort au petit matin devant la discothèque. Il a été tué d’une balle dans la tempe gauche. Son meurtrier était dans la matinée toujours recherché par la police.

Il est 5 h 30 du matin quand deux groupes se retrouvent dans la rue, d’après une source policière. Il y a la victime, accompagnée de ses copains. Le jeune homme a eu quelques minutes plus tôt une embrouille avec un autre client de la boîte de nuit. Ils ont décidé tous les deux d’en découdre. L’adversaire d’Abdul a eu, semble-t-il, le temps d’appeler un ami en renfort.

Les auteurs en fuite

La bagarre commence. Abdul se saisit d’un couteau et parvient à porter au moins un coup au niveau de la cuisse de son rival. La suite est plus confuse. On ne sait pas si la riposte est immédiate ou s’il s’est passé du temps avant que les copains de celui qui s’est pris le coup de couteau arrivent.

Toujours est-il que l’un des amis venus en renfort sort une arme de poing et tire. Abdul s’effondre. Le tireur et ses copains prennent aussitôt la fuite en voiture. D’après nos informations, il s’agirait d’un véhicule de location.

Alertée par le bruit du coup de feu, une cliente se précipite. Elle prodigue des massages cardiaques à la victime. À 5 h 55, les pompiers prennent le relais. Trop tard.

Sur place, les policiers ont mis la main sur le couteau. Le SDPJ 94 est saisi de l’affaire.

Source et article complet : Le Parisien

Un homme originaire d’Aulnay-sous-Bois accusé d’être dans un gros trafic de drogue

Ce samedi 6 avril, cinq personnes ont été interpellées par les hommes du commissariat d’Aurillac et de la section régionale de police judiciaire de Clermont-Ferrand, dans un hôtel de Vic-sur-Cère. Avec eux, environ un kilo de cocaïne, 12 kilos de cannabis et 16.000 € en liquide.

Les faits

Samedi 6 avril, vers 6 h 20, vingt policiers du commissariat d’Aurillac et six du service régional de police judiciaire de Clermont-Ferrand ont interpellé, dans un hôtel de Vic-sur-Cère, cinq personnes, dans trois chambres distinctes.

À l’occasion de cette descente, les enquêteurs ont pu réaliser une saisie record pour le commissariat d’Aurillac : environ un kilogramme de cocaïne plus de douze kilos de résine de cannabis et 16.000 euros en liquide. Trois véhicules ont également été saisis.

Qui ?

L’une des personnes interpellées placée en garde à vue dans les locaux du SRPJ est un homme de 35 ans, originaire d’Aulnay-sous-Bois, arrivé à Aurillac il y a quelques années. C’est dans sa chambre que les enquêteurs auraient retrouvé le sac d’un kilo de cocaïne, ainsi qu’un pistolet, chargé, sous son oreiller.

Source et article complet : La Montagne

Un accident sur l’autoroute A3 à Aulnay-sous-Bois a fait deux blessés grave

Dans la nuit du dimanche 30 mars au lundi 1er avril, aux environs de 2 h, un accident grave s’est produit sur l’autoroute A3 à hauteur d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Lorsque les secours se présentent, ils découvrent un carambolage violent impliquant trois voitures.

Une des victime est incarcérée dans l’amas de tôles. Une seconde a été éjectée sur la chaussée.

Près de deux heures sont nécessaires pour extraire le passager incarcéré.

Les deux victimes gravement blessées seront prises en charge par des moyens médicalisés et évacuées en urgence à l’hôpital.

Source et image : Actu.fr

18 mois de prison ferme après l’agression de deux Roumains à Aulnay-sous-Bois

Depuis les agressions visant des familles d’Europe de l’Est, c’est le premier procès où les victimes sont présentes. Gheorg et Marcus* ont été pris pour cible parce qu’ils étaient en camionnette immatriculée en Bulgarie.

A l’entrée du palais de justice de Bobigny, Marcus* est fébrile. « Cela fait quinze ans que je vis en France et c’est la première fois que je vis ça », se désole ce père de famille de 45 ans, tabassé avec un compatriote Roumain à Aulnay-sous-Bois, le 26 mars. Cheveux et yeux clairs, ils sont nés en Roumanie, mais ne sont pas roms.

Les deux hommes de belle stature (plus d’1 m 90 pour une centaine de 100 kg) avaient été sortis de leur camionnette, rue de Savigny, puis frappés par « une quinzaine de jeunes gens de 15 à 20 ans ». Marcus avait réussi à trouver de l’aide chez les pompiers. La police a pu identifier les voitures des agresseurs grâce aux caméras de la ville.

Un « nord africain avec une barbe importante » est resté introuvable. Cinq autres suspects ont échappé aux poursuites grâce à un solide alibi. Reste ce jeune, imberbe, contractuel d’une collectivité locale, âgé de 19 ans, qui comparaît seul. Il a écopé, ce lundi, de 18 mois de prison ferme.

« Je suis fatigué et effrayé »

Marcus, l’une des deux victimes, a tellement peur qu’il renonce finalement à assister au procès. Gheorg*, lui, reste. Agé d’une trentaine d’années, il a découvert la France il y a deux mois. « Je suis fatigué et effrayé », dit-il en préambule alors que le président lui demande de s’avancer pour voir son visage en pleine lumière. Un hématome violet et quelques points de suture lui couvrent l’œil. Ses blessures ont été évaluées à 10 jours d’ITT.

« Ce camion rouge là était suspect, je voulais me rassurer… »

« Il était là, affirme Gheorg par la voix d’une interprète. Mais je ne sais pas s’il a frappé, moi j’étais accroupi en train de me protéger. » Il a entendu « sales bulgares, tsiganes roumains », mais n’a pas compris la raison de ce déferlement de violence. Il accompagnait Marcus pour sa quotidienne distribution de prospectus.

Source et article complet : Le Parisien

Un suicide provoque la paralysie du RER B et de la ligne K entre Aulnay-sous-Bois et Mitry-Claye

Un nouveau suicide a provoqué l’arrêt de circulation des trains entre Mitry-Claye et Aulnay-sous-Bois. Reprise du trafic prévu vers 11h. Vous pouvez emprunter les lignes de bus ou utiliser votre voiture pour vous déplacer.

Deux hommes de la communauté rom agressés à Aulnay-sous-Bois par une vingtaine d’individus

Deux hommes de la communauté rom ont été agressés mardi 26 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), a appris franceinfo mercredi de source proche de l’enquête. Les faits se sont déroulés mardi en fin d’après-midi. Les deux hommes ont été pris à partie par une vingtaine d’individus et frappés. Ils ont été hospitalisés.

Cette agression s’est déroulée au lendemain d’une expédition punitivemenée à Clichy-sous-Bois contre des Roms. La communauté a été désignée par des rumeurs sur les réseaux sociaux comme responsable de tentatives d’enlèvements d’enfants ou adolescents par des personnes circulant en camionnette blanche. 
La préfecture de police a évoqué lundi une « rumeur infondée ». La préfecture avait tweeté un message avec le hashtag « #FakeNews », appelant à ne plus relayer la « fausse information ». 

Source : France Info

%d blogueurs aiment cette page :