Publicités

Archives de Catégorie: Sécurité

Aulnay-sous-Bois ne retirera pas les caméras piétons des agents de la police municipale

L’expérimentation des caméras-piétons – à laquelle plus de 300 communes ont participé – avait été prévue par la loi du 3 juin 2016 relative à la lutte contre le terrorisme et à la procédure pénale (article 114) pour une durée de deux ans. Mais à l’approche de la date de fin, les maires de Saint-Etienne, Bordeaux (qui venait de rejoindre l’expérimentation), Aulnay-sous-Bois et Valence ont annoncé qu’ils ne retireraient pas les caméras-piétons de leurs policiers. D’autres ont annoncé qu’ils se plieraient à la loi, tout en demandant une pérennisation rapide. C’est le cas du maire de Nice, Christian Estrosi, qui a indiqué avoir écrit au ministre pour demander la pérennisation et la généralisation du dispositif. Les municipalités estiment que les caméras ont permis de faire baisser les tensions lors des interventions, ce qui est leur but. Mais elles font aussi valoir le coût qu’a représenté l’achat des caméras qu’il convient à présent de rentabiliser.

Source : Caisse des dépôts des territoires

Publicités

La caserne des pompiers d’Aulnay-sous-Bois vous ouvre ses portes ce samedi

Le samedi 26 mai, les sapeurs-pompiers de Paris du site à Aulnay-sous-Bois vous accueillent dans leurs casernes.

Vous pourrez découvrir le quotidien des pompiers de Paris à travers de nombreuses démonstrations et animations.

Au programme :

  • Présentation des savoir-faire
  • Déroulé de l’épreuve de la planche
  • Manœuvre de désincarcération
  • Ateliers secourisme
  • Montée à l’échelle
  • Lances incendie

Restauration sur place.

Quand : Le 26 mai de 13 à 19 heures au 156, route de Mitry 93600 Aulnay-sous-Bois.

La délinquance en forte baisse sur les deux premiers mois de l’année à Aulnay-sous-Bois

@Le Parisien

Les agressions et les atteintes aux biens ont baissé depuis le 1er janvier. Le nouveau commissaire a réorganisé les effectifs et souligne le travail de la police municipale, mais reste « prudent ». Les habitants, eux, sont mitigés.

2018 sera-t-elle meilleure que 2017 à Aulnay ? Oui, si l’on en croit les statistiques de la délinquance de janvier et février établies par la police nationale. Alors qu’en ville le sentiment d’insécurité existe toujours, les atteintes aux biens et aux personnes ont sensiblement baissé.

Après la pluie, le beau temps ? En 2017, la délinquance a augmenté par rapport à 2016, sur les trois indicateurs principaux : les atteintes aux biens (4 057 faits, soit +3,65%), les atteintes aux personnes —c’est à dire les agressions— (1 567 faits, soit +8,37%) et les escroqueries économiques et financières (681 faits, soit +10,91%). « L’année écoulée a été particulière, au regard de l’émoi provoqué par l’affaire Théo», contextualise Pierre-André Durand, le préfet de Seine-Saint-Denis.

Or, sur les deux premiers mois de 2018, selon des chiffres présentés au dernier Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) d’Aulnay, tous ces indicateurs baissent : – 18,48% pour les agressions, et – 18,37% pour les atteintes aux biens. «On est optimiste, mais prudent : il reste dix mois ! » prévient Pierre-André Durand.

Un nouveau déploiement pour les 180 policiers. Comment s’explique l’embellie ? «J’ai rééquilibré le maillage des fonctionnaires. Avant, nous étions concentrés sur le nord et ses quartiers populaires, avec moins d’hommes au sud, plus pavillonnaire, or, c’est là que se concentrent certains délits, comme les cambriolages», explique Olivier Simon, à la tête du commissariat depuis janvier.

Autre paramètre : le «partenariat étroit avec la police municipale » (lire ci-après)—laquelle compte 80 agents. «Le développement de la vidéoprotection est d’une grande aide pour résoudre des affaires », ajoute le préfet.

La PSQ attendue. Comment confirmer la tendance ? «Cet été, nous aurons des effectifs supplémentaires dans le cadre de la police du sécurité du quotidien(NDLR : la police de proximité version Macron), affectés au Gros-Saule, mais qui auront un impact dans le reste de la ville », détaille le préfet. Et la « réforme pénale » prévue cet automne, devrait permettre aux policiers de «dégager du temps ».

Reste la question du lien entre policiers et habitants, mis à mal depuis l’affaire Théo —dans laquelle un policier est mis en examen pour viol et trois autres pour violences. «Je ne suis pas là depuis assez longtemps pour savoir si les relations sont mauvaises, reconnaît Olivier Simon. Si elles le sont, c’est mon rôle de restaurer le dialogue. »

Source et article complet : Le Parisien

FO appelle au boycott de la police de sécurité du quotidien

FO a conditionné sa participation au projet de Police de Sécurité du Quotidien (PSQ) à l’instauration d’un calendrier de négociations sur le volet social et la généralisation des équipements de protection pour les policiers municipaux.

Ces deux problématiques n’ayant pas à ce jour été abordées, nous avons décidé de décliner l’invitation du ministre pour la présentation de la PSQ, ce jeudi 08 février.

FO appelle l’ensemble des organisations syndicales à se joindre au boycott de la PSQ, tant que n’aura pas été obtenue l’ouverture de négociations sur les deux revendications précitées.

Les revendications portées par Force Ouvrière concernant le volet social font l’unanimité des organisations syndicales. Des engagements pris antérieurement par les représentants de l’AMF et du gouvernement n’ont pas été respectés.

Aussi, FO demande que les travaux de la CCPM portent uniquement sur le volet social et la généralisation des équipements de protection et de défense, et ce, jusqu’à l’obtention d’un accord.

Nous appelons les policiers municipaux à se mobiliser et à solliciter le soutien de leur employeur. Ce soutien pourra se traduire par l’envoi d’un courrier au préfet, exprimant son refus d’engager son service de police municipale dans la police de sécurité du quotidien, tant que le gouvernement et l’AMF refuseront d’ouvrir des négociations sur les revendications légitimes des policiers municipaux.

Nous invitons l’ensemble des policiers municipaux à manifester leur refus catégorique d’accepter toutes prérogatives ou compétences nouvelles, et ce, tant que les revendications concernant le taux, les modalités d’attribution de l’ISF, la généralisation des moyens de protection et de défense ne seront pas prises en compte.

Nous demandons au ministre de l’Intérieur de nous recevoir dans les meilleurs délais.

Source : communiqué FO

Vidéo d’une interpellation policière musclée à Aulnay-sous-Bois

Vidéo

Une vidéo circule sur Internet concernant une interpellation musclée de la police dans un quartier d’Aulnay-sous-Bois. 

Selon nos informations, cette intervention avait été rendue nécessaire suite à quelques incidents reportés. Certaines associations ont cependant, bien maladroitement, parlé de violences policières.

Un tagueur arrêté à Aulnay-sous-Bois grâce à un tweet ?

@Laurent Comparot

Il y a parfois des histoires qui se finissent bien, enfin pas pour tout le monde. Laurent Comparot, ex-confrère et militant PS de premier plan, avait alerté les autorités locales via un tweet et une image que le tunnel de la gare d’Aulnay-sous-Bois avait été tagué. Un jour plus tard ou presque, grâce à la vidéo-surveillance et l’alerte, le tagueur aurait été arrêté. C’est ce que prétend en tout cas le pseudo « AulnaySniper » :

Tagueur arrêté suite à votre tweet et la télésurveillance merci

Tout est bien qui fini bien en sorte. Comme quoi les alertes et les informations pas toujours joyeuses peuvent apporter un soutien non négligeable aux autorités…

La Révolution est en Marche dénonce une nouvelle violence policière à Aulnay-sous-Bois

Selon la Révolution est en Marche, collectif soutenu par de nombreuses personnalités politiques locales de gauche, un jeune aurait interpellé puis frappé dans une impasse par des policiers. Ses amis seraient venu pour sa sécurité et se seraient fait tirer dessus.

Pour l’instant, la prudence est de mise. La police intervient dans des conditions difficiles, avec du matériel pas toujours adéquat. Des provocations incitent parfois à une riposte que nous ne pouvons pas juger.

Pour visionner la vidéo de cette présumée violence, cliquer ici.

Les rodéos sauvages à moto qui terrorisent la population, Aulnay-sous-Bois mise à l’honneur

Vidéo

Hier sur le journal de France 3 (National), le sujet des rodéos sauvages à moto a été remis sur la table. Ces deux-roues, parfois quatre désormais, sillonnent les zones industrielles désaffectées, les quartiers populaires et même certains quartiers pavillonnaires aisés de la Seine-Saint-Denis.

Parfois sans casque, ces « motards » n’hésitent pas à empiéter sur les propriétés privées et mettre la vie des piétons en danger. Jouissant d’une certaine impunité, la police a l’ordre de ne pas les poursuivre. En effet, en cas d’accident, les risques d’émeute sont grands. Les autorités préfèrent « laisser rouler », même si les riverains sont exaspérés.

Dans le journal télévisé, Aulnay-sous-Bois est mise à l’honneur, avec une parade de motos et autres engins motorisés au niveau du carrefour Anatole France / Jules Princet. Vous pouvez revoir ce JT en cliquant sur l’image ci-contre (le sujet débute vers 12:30, le passage à Aulnay-sous-Bois vers 15:20)

Bruno Beschizza demande l’expérimentation de la Brigade de Soutien de Quartier à Aulnay-sous-Bois

Bruno BESCHIZZA, Maire d’Aulnay-sous-Bois, s’adresse à M. Gérard COLLOMB, Ministre de l’Intérieur. Il lui fait part de l’intérêt de la Ville d’Aulnay-sous-Bois afin de participer à l’expérimentation de la police de la sécurité du quotidien.
Pour lire le courrier, cliquer sur l’image ci-contre.

16 680 euros investis par Aulnay-sous-Bois dans 20 silhouettes en forme de piéton

Pour ralentir les chauffards et baisser la mortalité sur la route, la ville d’Aulnay-sous-Bois a investi 16680 euros dans 20 silhouettes en forme de piéton, qui seront disposées à proximité des écoles.

Leur installation est prévue entre le 26 et le 31 août, selon Le Parisien. Elles seront installées aux abords des groupes scolaires Croix-Saint-Marc, Jules-Ferry, Paul-Eluard, Ambourget, Fontaine-des-Prés, Anatole-France, Vercingétorix, l’école du Bourg II, ainsi que la maternelle Emile-Zola. D’une taille d’un enfant de 8 ans et de différentes couleurs, elles seront sensées freiner les automobilistes.

 

 

%d blogueurs aiment cette page :