Archives du blog

Les policiers municipaux veulent être armés pour se protéger, qui souhaiterait les désarmer ?

Depuis ses débuts à la police municipale d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), en 1996, le visage de la police municipale s’est profondément modifié. « On est toujours sur le qui-vive. A n’importe quel moment, on peut être victime d’une agression ou devoir prêter main-forte à une victime. Il faut garder ça en tête », affirme Antéro Ferreira, aujourd’hui chef de la police municipale de Joinville-le-Pont (Val-de-Marne).

Au cours de sa carrière, il a notamment formé Aurélie Fouquet, victime du braqueur multirécidiviste Redoine Faïd en 2010, ou encore Clarissa Jean-Philippe, abattue par le terroriste Amedy Coulibaly en 2015. « Aujourd’hui, la majorité des policiers municipaux sont armés. C’est souvent une condition qu’ils posent à leur recrutement », souligne le fonctionnaire.

Source et article complet : Le Parisien

Policier blessé par balle à la tête à l’Île-Saint-Denis, image d’une insécurité de plus en plus perceptible en Seine-Saint-Denis

Police_Galion_Attaque

Vidéo

Lors d’une course poursuite le lundi 5 octobre à l’Île-Saint-Denis, un policier a été grièvement blessé en se prenant une balle dans la tête. Cette énième tragédie montre à quel point la prolifération des armes à feu, notamment en Seine-Saint-Denis, nécessite aux forces de l’ordre d’adopter une extrême vigilance face à des individus qui ne reculent devant rien pour commettre leurs méfaits.

Alors que certains mouvements prônent le désarmement de la police municipale, voire la suppression d’équipements dans la police nationale, l’armement de plus en plus sophistiqué des réseaux de grand banditisme et la relative facilité pour se procurer des armes ne nécessiteraient-ils pas des moyens adaptés, tout en ne négligeant pas la prévention ? Les prisons surchargées (qui ne jouent plus le rôle de réinsertion) et la relative impunité (notamment chez les mineurs) ne sont-elles pas de mauvais signaux apportés ?

Le thème de la sécurité sera, à coup sûr, bien présent dans la campagne des régionales 2015 qui bat son plein…

L’Etat veut armer de force la police municipale pour se défendre du terrorisme et du grand banditisme

circulaire armement PM_Page_1Les attentats de Charlie Hebdo et l’assassinat d’une policière municipale ont plongé la France dans un état de choc. Depuis, le ministère de l’intérieur a réfléchi sur comment mieux protéger le personnel de la police municipale pour faire face à ces nouveaux défis, à commencer par le terrorisme.

On peut lire dans la circulaire accessible en cliquant ici ou sur l’image ci-contre :

« Je rappelle que l’initiative prise pour l’armement des polices municipales s’intègre dans une démarche tendant à assurer la protection des personnels ……..Dès lors les refus devront revêtir un caractère exceptionnel et donner lieu à une argumentation motivée« 

Tout refus d’armer la police municipale devra donc être dument argumenté. Le préfet de police est le premier visé. L’arme de prédilection sera le pistolet Manurhin utilisant des cartouches de type 357 magnum.

Le syndicat IN FOPM se réjouit de cette directive. Côté politique, seuls les communistes et les Verts semblent contre l’armement de la police municipale.

L’armement des policiers municipaux doit être la règle, selon Bruno Beschizza, maire d’Aulnay-sous-Bois

93_beschizza«Faire entrer la police municipale dans la modernité» ou encore généraliser l’armement. Alors que Nicolas Sarkozy lui a confié une mission sur la police municipale, Bruno Beschizza, le secrétaire national de l’UMP en charge de la sécurité fait le point sur les propositions de son parti.

Source et article complet : La Gazette des Communes

%d blogueurs aiment cette page :