Publicités

Archives du blog

Le collectif Copros Libres Saint-Denis s’adresse à Stéphane Peu

A destination de Monsieur Stéphane Peu – Député de Seine-Saint-Denis

Stéphane,

Je me permets de te contacter pour faire suite aux contacts établis avec les Députés Mathieu Hanotin et Bruno Le Roux (puis Yannick Trigance), à propos de notre collectif Copros Libres Saint-Denis.

Pour ton information, nous tenons à te faire remonter les problèmes que nous rencontrons depuis des années avec les services de la Direction Départementale de la Protection des Populations de la Seine-Saint-Denis. 

Je précise : ce message a déjà été envoyé en mai dernier à Mathieu Hanotin (qui n’a pas répondu) et Yannick Trigance (qui a envoyé un courrier à la DDPP 93, à propos de la copropriété du 22 boulevard Ornano, voir le fichier PDF en pièce jointe).

Depuis plusieurs années déjà, les services de la DDPP ont été saisi par plusieurs acteurs de notre collectif, afin de signaler les nombreuses irrégularités constatées chez les syndics de copropriété.

En retour, la DDPP se contente de nous répondre par des mails « copier-coller », le temps passe et rien n’avance. Tu trouveras plus bas plusieurs réponses écrites par la DDPP en réponse à nos demandes. 

Le problème : la DDPP fait « miroiter » des contrôles de syndics, sur chaque réponse par mail qu’elle nous envoie. Sauf que nous commençons sérieusement à douter de l’existence de ces « contrôles » de syndics. En effet : les années passent et la DDPP, lorsqu’elle est relancée, nous envoie encore et toujours les mêmes réponses « copier-coller » : « On va contrôler, on va contrôler ce secteur d’activité ».

Nous souhaitons demander une intervention du Député, face à la DDPP de Seine-Saint-Denis qui, manifestement, ne respecte pas son obligation professionnelle de contrôler l’activité des syndics de propriété.

Les syndics de copropriété ne font donc l’objet d’aucun contrôle, en Seine-Saint-Denis comme – je suppose – dans le reste de la France !

Je précise : deux acteurs de notre collectif (dont moi-même) ont déjà été reçu dans les bureaux de la Directrice de la DDPP, Madame Mireille BOSSY, pour dénoncer cette situation auprès de la Direction de la DDPP.

Tu trouveras sur ce lien les différents dysfonctionnements qui sont reprochés aux syndics, et notamment par rapport aux problèmes que nous rencontrons avec les comptes bancaire de copropriété (les faux « comptes séparés ») :

http://copros-libres-saint-denis.over-blog.com/2017/04/compte-separe-falsifications-et-contrefacons-de-comptes-courants-par-certaines-banques.html

Je tiens aussi à prévenir que notre collectif entend bien dénoncer ce laxisme de la part des services de la DDPP de Seine-Saint-Denis, à une plus grande échelle si il le faut.

Source : communiqué de David Frigge

Publicités

Un couple à Aulnay-sous-Bois a voulu frauder en se faisant passer pour des victimes de l’attentat du 13 novembre

Aulnay_attentat_ParisL’appât du gain peut parfois pousser certaines personnes à mentir au point de devenir méconnaissables. Un couple d’Aulnaysien, dont la femme travaille comme vendeuse d’écharpes au Stade de France, a prétendu avoir été victime de la dernière explosion qui a eu lieu aux abords du Stade. Objectif : avoir les indemnisations promises aux victimes des attentats.

En fait, le couple se trouvait à Aulnay-sous-Bois et ont utilisé un certificat médical qui ne relatait pas la réalité. Le couple est aujourd’hui en procès, selon Le Parisien. La police judiciaire avait émis de gros doutes sur la version du couple.

Nuit debout contre les dealers ou l’aveu d’impuissance des forces régaliennes

Sevran_Beaudottes_CiteUne fois de plus, des habitants de la cité Paul Eluard ont passé la nuit dehors en espérant faire fuir les dealers qui squattent le pied des immeubles. Excédés par les squats, les bruits et les désagréments, ces pères et mères de famille souhaitent par leur présence la nuit faire déguerpir ceux qui profitent des accrocs aux drogues douces et dures.

Cela n’est pas sans risque, puisque des voitures ont été vandalisées. Des représailles psychologiques ont été également entreprises, avec de la musique à fond jusque tard dans la nuit pour empêcher les enfants de dormir.

Alors que cette cité, comme tant d’autres dans l’hexagone, était connue pour son trafique de stupéfiants, les forces de police et encore moins la justice n’ont réussi à faire cesser ces activités lucratives. Les rares arrestations conduisent souvent à des sanctions légères, ce qui conduit les policiers à réduire leurs interventions.

Cet épisode montre à quel point les forces régaliennes sont impuissantes face à un fléau qui pourrit tout un quartier. Ce sentiment d’abandon ou d’impuissance n’est pas sans conséquence puisque :

  • Plusieurs personnalités politiques espèrent dépénaliser les stupéfiants pour briser les trafiques, au risque d’impacter significativement la santé de ceux qui en consomment
  • Plusieurs chercheurs et intellectuels estiment que ces trafiques apportent une certaine paix sociale : avec l’argent récolté, les jeunes et les caïds arrivent à « contrôler » les cités, qui n’explosent pas malgré les tensions sociales. Cela a quand même des désagréments puisqu’un filtrage est effectué et n’importe qui ne peut pas pénétrer dans la zone de deal
  • Les prisons étant surchargées, les arrestations ne conduisent souvent pas à l’incarcération. De ce fait, les forces de police sont plus réticentes à « prendre des risques » pour un résultat limité
  • Avec cet abandon, des associations cultuelles et d’autres organisations ont pris le dessus et tentent de ramener le calme et la sérénité, souvent avec l’appui des forces politiques locales. Si cela fonctionne sur le court terme, l’apparent non contrôle de ces associations et l’augmentation de leur influence provoquent des inquiétudes tant chez les riverains que chez certains sociologues et politologues.

Un échec qui risque bien, une fois de plus, de faire le jeu des abstentionnistes, nationalistes ou souverainistes, dont le poids ne cesse d’augmenter d’élection en élection. Il n’y a hélas aucune solution miracle, puisque même chez nos voisins, ce fléau semble s’accentuer d’année en année.

Bien entendu, on aurait tort de considérer l’ensemble de ces quartiers comme des zones de non droit : le tissu associatif existe, des familles tentent de s’en sortir, des activités sortent de terre et de nombreux talents ont été découverts tant sur le milieu sportif que culturel ou social. Hélas, le trafique de drogue et ce sentiment d’abandon poussent certains jeunes à basculer du mauvais côté, au grand désespoir de leurs parents.

 

Des riverains de la cité Paul Eluard à Saint-Denis passent la Nuit debout contre les dealeurs

Porte_Saint_OuenLe mouvement Nuit Debout fait des émules, mais cette fois-ci ce n’est pas pour protester contre le gouvernement ou la politique en général, mais pour exprimer un ras-le-bol contre les dealers qui pourrissent la vie de la cité. La scène se situe à Saint-Denis, cité Paul Eluard, non loin de la gare. Soutenu par les autorités locales, est-ce que ce mouvement obtiendra gain de cause ?

Source : Le Parisien

Hasna Aït Boulahcen sera inhumée à Tremblay-en-France dans un carré musulman géré par Aulnay-sous-Bois

hasna_ait_boulahcenLa cousine d’Abdelhamid Abaaoud sera finalement inhumée à Tremblay-en-France, selon plusieurs médias Mainstream français. Elle trouvera sa place dans un petit carré musulman géré par la ville d’Aulnay-sous-Bois. Alors que le corps devait être transféré au Maroc, la mère de la défunte voulait absolument que sa fille soit enterrée en France.

Fragile, manipulable et extravagantes, tels sont les propos avancés par ses proches la concernant. Le Maire d’Aulnay ne voulant pas faire de vague, Hasna Aït Boulahcen aura finalement une sépulture « digne », et anonyme, dans la plus pure tradition de l’Islam sunnite.

Un bus renversé à Saint-Denis suite à une collision avec une voiture

bus_renverse_saint_denis

Le Parisien

C’est un miracle : 2 blessés légers, les chauffeurs des véhicules, tel est le bilan suite à un terrible accident qui s’est déroulé à Saint-Denis, sur la nationale 1, à l’angle de la rue du Landy et de l’avenue du Président-Wilson. Le bus de la RATP n’avait aucun passager à son bord au moment de l’accident, qui aurait été causé par des feux tricolores en panne.

Source : Le Parisien

Hommage aux victimes du terrorisme à Paris et à Saint-Denis du 13 novembre 2015

hommage_terrorismeIl y a bien longtemps que je n’avais pas pleuré et puis je pensais même qu’à un certain âge, voire un âge certain, la vie avait consommé toutes mes larmes à travers les épreuves malheureuses ou  heureuses que chacun d’entre nous peut rencontrer au cours de notre grand voyage.

Eh bien, je me suis bien trompé…Depuis ces tristes évènements, je suis plongé dans un chagrin que je n’aurais jamais imaginé. Plus possible de retenir mes larmes :

  • à chaque fois  que j’entends le moindre témoignage poignant de ces pauvres gens touchés par le drame,
  • à chaque fois que je vois ces gens venus de partout pour témoigner de leur peine ,
  • à chaque fois que je vois toutes ces manifestations des nations du monde entier pour témoigner de leur solidarité,
  • à chaque fois que j’entends la Marseillaise…etc

Et pourtant, aucun mot n’est assez fort pour qualifier ce que je ressens :

Drame, tragédie, détresse, chagrin, malheur, souffrance, douleur,  déchirement, désespoir… 

Non, j’ai beau chercher, aucun ne peut m’apaiser car je pense à :

  • Nick, 36 ans qui vendait des produits à l’effigie du groupe
  • Hugo, 23 ans, en WE à Paris pour rejoindre son père en région parisienne et qui pensait que : «  l’obscurantisme est notre pire ennemi »selon son père
  • Jean Jacques, 68 ans, père de deux filles et deux fois grand père
  • Guillaume, 43 ans, journaliste qui couvrait la musique rock pour le magazine inrokuptibles ,père de deux filles
  • Romain,31ans, originaire de Savoie, à Paris pour devenir Comédien : «  un exemple d’homme, un ami dévoué » , son ami
  • Matthieu, 39 ans, père d’un petit garçon de 3 ans…sa compagne Aurélie enceinte d’une petite fille : « fidèle et incroyablement présent à tous » de sa belle- soeur
  • Olivier, 44ans, originaire du Puy de ¨Dôme
  • Anne Laure, 36 ans, buvant un verre avec ses amis dont Cécile de l’Isle
  • Emmanuel , 48 ans,  mort en présence de son fils : « Le fils a réussi à quitter la salle, il ne trouvait pas son père mais était persuadé qu’il s’était échappé »
  • Raphaël, 28 ans, né en Bavière
  • Ciprian , 32 ans, de nationalité roumaine où il se trouvait avec sa compagne Lacramioara, parents d’un enfant de 18 mois
  • Nicolas, 40 ans, père de 3 enfants de 6, 11, 15 ans, sa compagne blessée
  • Anne , 29 ans, et son mari Pierre Yves
  • Elsa, 35 ans, mère d’un fils de 5 ans, tuée avec sa mère Patricia
  • Vincent, 38ans, père de deux enfants de 7 et  9 ans
  • Thomas, 34ans, originaire d’Amiens, producteur pour la maison de disque Mercury Records
  • Ariane,23 ans, éditrice chez Rustica, : «  nous sommes tous bouleversés… » d’une ex collègue
  • Elif , 26 ans, belge d’origine turque et son compagnon Milko
  • Quentin, 29 ans, jeune marié
  • Richard, 53 ans, du Lot, fan de Harley Davidson, mort en protégeant sa femme qui a survécu
  • Valentin,26 ans, avec son amie, blessée
  • Fabrice ,46ans, « le gentil géant »en raison de ses 2 mètres, père de deux enfants de 11 et 13 ans
  • Elodie, 23 ans, étudiante en design
  • David, 40 ans, mort aux côtés de son ami Cédric
  • Frédéric, 45 ans, père de deux enfants, avec sa compagne et son ami, tous deux opérés , plus en danger
  • Manu, 40 ans, directeur artistique chez Polydor, père de famille
  • Olivier, 44 ans, banquier, amateur de course à pied
  • Mathias, 22ans et sa petite amie Marie, ensemble depuis 5 ans
  • Christopher,  39 ans, père dune fille de 11 ans : « il était drôle avec beaucoup d’esprit et dès que vous prononciez le nom de sa fille, son regard s’illuminait… » de sa compagne
  • Julien, 32 ans qui a protégé son amie
  • François Xavier, 29 ans, « l’amour de ma vie, à jamais » a écrit sa compagne sur  facebook
  • Juan alberto, 29 ans, originaire de Grenade avec son épouse Angelina qui l’a vu mourir
  • Pierri,40 ans, dit Pierro avait repris le resto Livio, institution à Neuilly mort avec son cousin Stéphane : « on est tous tétanisés » de son cousin par alliance Smaïn,  père d’un petit garçon de 4 ans
  • Thomas, 30 ans, décédé dimanche à l’hôpital
  • Salah , 28 ans, Egyptien qui venait de se marier en Egypte où réside sa femme
  • Véronique, 54 ans,  mère de deux enfants adoptés à Madagascar, se consacrait depuis un an à une association humanitaire
  • Richard, 52 ans, qui s’est couché sur sa femme pour la protéger et a reçu plusieurs balles
  • Nohemi, 23ans, de nationalité mexicaine américaine à Paris pour un trimestre dans le cadre d’un échange universitaire et qui devait rentrer aux EU le mois prochain
  • Cécile, 32 ans, tuée aux côtés de son compagnon , Luis, 33 ans, musicien chilien
  • Maxime, 26 ans, originaire de Dordogne qui réalisait des films
  • Baptiste, 24ans, petit fils de la chanteuse Anne Sylvestre
  • Précilia, 35 ans, portugaise, syndicaliste
  • Suzon, 21 ans, étudiante à Paris Sorbonne
  • Mayeul, 30 ans, originaire de Saône et Loire, juriste : « drôle,discret, efficace, très professionnel »
  • Germain, 36 ans, originaire du  Calvados, réalisateur, monteur et photographe
  • Romain, 25 ans, fan de musique , professeur d’Anglais : « …son dévouement pour ses élèves » de ses proches
  • Cécile, 37 ans, décédée avec son amie Anne Laure
  • Romain, 32 ans, fauché avec sa compagne Lamia
  • Lucie, 37 ans, créatrice de bijoux, infographiste qui aimait Paris
  • Alban, 32ans, artiste plasticien bordelais
  • Nicolas, 36 ans, a fait rempart de son corps pour sauver ses amis
  • Cédric, 27 ans, originaire de Laval
  • Kheireddine, 29ans, violoniste de nationalité algérienne , dit Didine , il habitait un quartier d’Alger
  • Manuel,63 ans, chauffeur de car accompagnant des supporters au stade
  • Aurélie, 33 ans, originaine de St Tropez avec son amie Elodie en soins intensifs
  • Valéria,,  28 ans, de nationalité Italienne : « …elle était le visage souriant et le cerveau brillant de la jeune communauté italienne à Paris »
  • Patricia, 61 ans, nièce de l’ambassadeur chilien au Mexique, fonctionnaire à Sevran, tombée sous les balles avec sa fille Els
  • Juan, 29ans, et sa compagne Angelina sauvée, restée longtemps allongée près de son mari
  • Asta, cousine du footballeur Lassana Diarra ,tuée en sortant faire ses courses et protégeant son neveu avec elle
  • Nathalie, 31 ans, régisseuse lumière au Bataclan
  • Frederic, 45ans , père de deux enfants, sa compagne opérée plusieurs fois , plus en danger
  • Pierre Antoine, 36 ans , père de deux enfants, fan de rock : « sa gentillesse » de son ami
  • Mathieu, 38ans ,  père d’un enfant de 6 ans, caméraman à France 24
  • Djamila,41ans, mère d’une fillette de 8ans, morte dans les bras de son mari, propriétaire de la belle équipe
  • Jean Jacques, 44ans, tué dans la salle où il avait embrassé sa compagne pour la 1ère fois : « il aimait le rock, les fêtes avec ses copains de toujours… »
  • Grégory, 28 ans, programmateur musical
  • Madeleine, 30ans, professeur , « une prof adorable » de l’une de ses élèves
  • Fabian, 51 ans, né à Berlin, père de deux enfants
  • Eric, 39 ans, père d’une petit fille et qui attendait un deuxième enfant
  • Moham , et sa femme blessée
  • Marion,  24 ans, de Chartres, recherchée par son compagnon pendant tout le WE
  • Milko, 47 ans, belge, père de famille avec sa compagne Elif
  • Michelli, 27 ans, Mexicaine fiancée le 26 octobre : « je t’aime mon amour, repose en paix » de son compagnon italien Filo
  • Lola, 28 ans, éditrice chez Gründ, décrite comme «  attentionnée, sensible, enthousiaste… » 
  • Claire , 35 ans, originaire d’Avignon,  avec son mari qui s’en est sorti
  •  Thierry, 36ans, policier à Bobigny, père de deux enfants
  • Gilles, 32ans, mort après 3 jours d’incertitude et qui a protégé sa compagne Marianne parvenue à s’enfuir
  • Christophe,33 ans, créateurs de sites internet
  • Fanny,29 ans, monteuse au supplément à Canal +
  • Yannick ,39ans, père d’un garçon de 7 ans et chantait dans un groupe de rock
  • Marie, 24 ans, originaire de Nancy passionnée de musique
  • Justine, 23 ans, originaire du Nord, blessée à la tête, et décédée le samedi
  • Estelle, 25 ans, originaire de Concarneau, venue avec un ami blessé à la jambe
  • Thibault,36 ans, bénévole au relais Frémincourt, association visant à apporter une aide aux démunis
  • Mathieu,32ans, «  la plus belle étoile du ciel » sa sœur lui rendant hommage
  • Victor,25 ans, fils de deux militants  socialistes dont une élue, venait de lancer une start up
  • Isabelle,44 ans, ingénieur
  • Antoine,34 ans, originaire de Caen, développeur pour sites internet
  • Nathalie , 39ans, Franco Russe, mère de trois enfants avec son mari blessé
  • Marie, 23ans originaire de Metz et Mathias tué aussi, son compagnon depuis 5 ans
  • Renaud, 29ans, avec sa compagne rescapée et qui devait se marier l’année prochaine, ils s’étaient connus à 17 ans : « tout le monde l’aimait, c’était un mec bien »
  • Cédric, 41ans, père de deux enfants
  •  Marion , 24 ans, recherchée pendant tout le WE par son compagnon épargné 
  •  Charlotte et Emilie, 30ans, les « sœurs jumelles »
  •  Guillaume ,33ans, figure du quartier :« …un vrai gentil… » par un proche
  • Silva, 29 ans, de nationalité Vénuzuelienne
  • Victor, 25 ans, fils d’un élu du XIè
  • Pierre Yves, ingénieur du son et professeur en sonorisation, tué avec sa femme Anne
  • Hyacinthe, 37 ans, participait à une soirée d’anniversaire à la belle équipe : « il avait beaucoup d’amis » de sa petite sœur Amy
  •  Eric, 39 ans, père d’une petite fille et attendait un deuxième enfant
  • Maud, 37 ans, avec son mari rescapé
  • Macathéo Ludovic,40 ans, d’origine congolaise : « Il a voulu protéger une amie en se mettant sur elle il s’est pris une rafale »
  • Cloé, 25 ans, originaire de La Vienne,  avec son compagnon, blessé
  • Véronique,54ans, mariée, deux enfants
  • Raphaël, 37 ans : « c’était un ami hors pair, attachant et passionnant… » des anciens de Sciences Po Grenoble
  • Thierry , 36 ans, père de deux enfants, policier à Bobigny
  • Hyacinthe, originaire du Burkina Faso
  • Halima, 37 ans, originaire de Tunisie, mère de deux enfants et sa sœur Hoddad venue pour fêter ses 35 ans
  • Hodda, 35ans, sœur de Halima, décédée samedi de ses blessures: « On a toujours donné  une belle image de l’intégration et eux, les terroristes ils foutent tout en l’air » de Béchir son frère
  • Anna, 24 ans, du loir et Cher, venue retrouvée sa sœur Marion
  • Marion, 30 ans, sœur de Anna, musicienne et étudiante
  • Amine, 29 ans, d’origine marocaine
  • Stéphane, 52 ans, tué dans son studio d’une balle perdue
  • Stella, 36 ans, médecin généraliste et médecin régulateur du Samu
  • Une Suédoise de 25 ans
  • Un Parisien d’une trentaine d’années dont la famille ne souhaite pas rendre public le nom
  • Sébastien, 38 ans originaire de Valenciennes
  • Raphael, 28 ans, origininaire de Garmish
  • Hélène, 35 ans, mère d’un petit garçon de 17 mois, recherchée pendant le WE. « Nous sommes deux, mon fils et moi, mais nous sommes plus forts que toutes les armées du monde… ce petit garçon vous fera l’affront d’être heureux et libre. » a déclaré Antoine, son mari.
  • Bertrand, 37 ans, de Cap Breton et de passage à Paris
  • Lola, 17 ans, jeune arménienne, la plus jeune victime, sa mort a été annoncée mercredi
  • Armelle,46 ans, mère de famille  avec son mari Joseph qui l’a ramassé, porté mais qui a du la lâcher : « Je n’ai jamais revu Armelle »
  • Caroline, 24 ans, une des premières à mourir qui a souri à son amie en tombant

Voilà, ainsi je les connais mieux…

Mais aussi à tous ceux marqués à vie physiquement et psychologiquement

  • à tous les parents qui ont perdu des filles et des fils,
  • à tous ses enfants qui ont perdu leur père ou leur mère
  • à tous ces grands parents qui ont perdu des petits enfants
  • à toutes ces familles qui ont perdu un des leurs
  • à tous ceux qui ont perdu leurs plus proches amis, leurs connaissances
  • à tous ceux qui ont perdu un collègue de travail
  • à tous ceux présents sur place et qui  en garderont  à vie des traumatismes
  • à tous ceux qui ont participé, aidé, protégé, sauvé…, témoins, pompiers, policiers, personnels de santé…

Et maintenant, à quand un MEMORIAL à l’image du World Trade Center

Auteur : Christia Picq

A la découverte de la basilique de Saint-Denis

La rédaction s’est rendue à la basilique de Saint-Denis, et vous propose de découvrir ce superbe monument. Sachez que la 2eme flèche sera remontée, vous trouverez toutes les infos sur ces gros travaux d’ampleur, qui auront pour but de redonner à la basilique son visage d’antan, en suivant ce lien :

http://www.tourisme93.com/basilique/remontage-de-la-fleche-de-saint-denis.html

20151123_172934 20151123_172944 20151123_17301620151123_172958

Cette superbe basilique à bénéficié d’un superbe nettoyage, La rédaction vous offre de voir les photos que nous avons prises

20151123_175155 20151123_174432

Vous y trouverez aussi une exposition

20151123_173934

 

Dessins et hommage aux victimes des attentats de Paris et de Saint-Denis

hommage-aux-victimes1_Page_01Quelques artistes se sont réunis pour passer un vibrant hommage aux victimes du terrorisme du 13 novembre à Paris via une présentation animée que vous pouvez découvrir en cliquant sur l’image ci-contre.

Hasna Ait Boulahcen qui vivait à Aulnay-sous-Bois n’est pas morte en kamikaze

hasna_ait_boulahcenAprès plusieurs jours de confusion et d’analyse contradictoires, il s’avère qu’Hasna Ait Boulahcen, qui vivait en partie avec sa mère dans le quartier de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois, n’est pas morte en kamikaze. Si elle fut bien tuée lors de l’assaut de l’appartement de Saint-Denis par le groupe du RAID, la personne qui s’est fait exploser était en fait un homme.

Cela ne change pourtant en rien sur sa dramatique histoire de radicalisation.

%d blogueurs aiment cette page :