Archives de Catégorie: Justice

10 mois de prison ferme pour un éducateur qui a frappé Tédrick, jeune autiste

©La 1ère

Le couperet est tombé : l’éducateur qui avait frappé Tédrick, jeune autiste, avec un bâton passera 10 mois derrières les barreaux. Le jeune Tédrick, qui avait été choqué par ce traitement, recevra également 5000 € de dommages et intérêts.

L’éducateur avait affirmé vouloir calmer le jeune garçon qui était, selon lui, trop agité. La scène avait été filmée et avait fait le tour des réseaux sociaux.

La Seine-Saint-Denis est le 2e département le plus violent de France contre les policiers selon Les Républicains

Les agressions contre les forces de l’ordre en Seine-Saint-Denis seraient monnaie courante selon le parti Les Républicains :

  • Les coups et blessures volontaires enregistrés par les forces de sécurité ont augmenté de + 8 % en 2019 (+ 21 % en trois ans)
  • Forte augmentation des violences sexuelles et des homicides : les violences sexuelles augmentent fortement (+ 12 % en 2019, après + 18 % en 2018)
  • Violences contre les policiers, gendarmes, pompiers, gardiens de prison : plus de 20 policiers ou gendarmes sont blessés tous les jours à la suite d’une agression
  • Selon une enquête de l’IFOP de septembre 2019, la radicalisation de l’islam s’accélère. 27 % des musulmans résidant en France souhaitent que la charia s’impose aux lois de la République, parmi lesquels 41 % des musulmans de nationalité étrangère
  • Sous-équipements des forces de l’ordre

Les Républicains de la Seine-Saint-Denis font plusieurs propositions :

  • Lancer un grand plan de réarmement régalien pour donner aux forces de l’ordre les moyens de faire leur travail
  • Lancer en urgence un plan massif de construction de 20 000 places de prison supplémentaires en cinq ans
  • Instaurer des peines-plancher
  • Supprimer les réductions de peine quasi-automatiques
  • Durcir la justice des mineurs
  • Faire payer toutes les amendes pénales.

Vous pouvez lire toutes les propositions du parti Les Républicains ici.

Les deux auteurs présumés de l’horrible agression de policers à Aulnay-sous-Bois remis en liberté

Malgré les preuves vidéos, malgré la violence des coups et l’ITT de 90 jours concernant l’un des gardiens de la paix, les deux agresseurs présumés ont été remis en liberté. Les faits s’étaient déroulés le dimanche 3 janvier dans la cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois. Deux policiers de la Compagnie de sécurisation et d’intervention de la Seine-Saint-Denis (CSI 93) avaient été attaqués par plusieurs individus durant un contrôle routier.

Les deux personnes qui étaient mises en cause ont été présentés au tribunal correctionnel de Bobigny ce mercredi pour être jugés. Selon une source proche de l’enquête, une commission rogatoire a été ouverte dans ce dossier, notamment pour exploiter une vidéo. Hélas, les avocats des prévenus n’en avaient pas eu la copie.

Ces derniers ont réclamé le report de l’audience et la remise en liberté de leurs clients. Les deux hommes ont été libérés et leur procès a été renvoyé au 2 juin prochain. Les suspects étaient incarcérés depuis le 8 janvier dernier.

Source : Actu17

Pascal Vanthier, le braqueur de Garonor à Aulnay-sous-Bois, était aussi fonctionnaire à l’hôpital Ballanger !

Illustration

Pascal Vanthier, 58 ans, est un personnage complexe. Le membre le plus âgé de la bande de Gaël Nivelais est jugé cette semaine aux assises, en compagnie de neuf autres accusés, pour l’attaque d’un camion de fret menée en 2018 en Seine-Saint-Denis.

Pascal Vanthier est un «papy» braqueur. Ancien fonctionnaire à l’hôpital Robert-Ballanger de Villepinte (Seine-Saint-Denis), sportif et cuisinier, son parcours atypique a été examiné, mardi par la cour d’assises de Paris, qui juge depuis lundi la bande du «bébé braqueur» Gaël Nivelais pour une attaque un camion de fret à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) en mars 2018.

Solides épaules et cheveux courts, Pascal Vanthier est aujourd’hui âgé de 58 ans. Avant de devenir un braqueur récidiviste, le petit Pascal passe ses premières années à Dakar, au Sénégal où travaille son père. En 1965, ses parents s’installent dans un pavillon à Villeparisis (Seine-et-Marne). A l’école, il est bon dans les matières scientifiques, et décroche un bac électro-technique. Il fait deux années d’études supérieures dans la même voie, mais abandonne avant de décrocher son diplôme.

Passionné de rugby et de Harley Davidson

Le jeune homme joue au rugby, c’est un des piliers de l’équipe locale. Pascal aime le rock, Elvis Presley et Chuck Berry. Il est fou de grosses motos, adore les Harley Davidson et s’en achètera une dès qu’il pourra. A l’âge de 17 ans, il tombe amoureux de Svetlana, une jeune femme d’origine Yougoslave. «Cette jeune toxicomane lui a transmis le virus du Sida», raconte l’enquêteur de personnalité.

A l’âge adulte, le jeune homme arrête le jeu à quinze et se lance dans la boxe pour affiner sa silhouette. Il travaille comme agent de sécurité incendie dans le même hôpital que sa mère. A l’âge de 22 ans, il rencontre Isabelle, celle qui comptera le plus pour lui, et s’installe avec elle à Villeparisis. En 1990, le couple voit naître sa fille Kelly, aujourd’hui, âgée de 31 ans. En 1997, Pascal découvre qu’il est séropositif et suit un traitement. Cette nouvelle dramatique crée des tensions dans son couple qui se brisera en 2004.

En prison, il apprend la cuisine

En 1999, après dix-neuf ans passés à travailler honnêtement à l’hôpital, Pascal Vanthier devient braqueur. «Une bêtise, l’attrait de l’argent», explique-t-il au tribunal. Pascal attaque deux bars tabac, le Saint-Claude à Courbevoie (Hauts-de-Seine) et le Blainville dans le Ve arrondissement de Paris. Il est arrêté en novembre 1999 à la suite d’un renseignement anonyme.

En mai 2002, l’agent hospitalier est condamné à huit ans de prison par la cour d’assises de Seine-et-Marne. Pascal retrouve la liberté en septembre 2003 mais, quelques mois plus tard, il retombe : «En sortant de prison, je ne pouvais plus travailler dans la sécurité incendie alors j’ai choisi la solution de facilité, c’était les banques». Vanthier s’attaque aux Caisses d’Epargne à Champagne-sur-Seine (Seine-et-Marne), aux Essarts-le-Roi (Yvelines), à Acquigny (Eure) et à Dignac (Charentes).

Source et article complet : Le Parisien

Chômage partiel, 11 millions d’euros détournés en Seine-Saint-Denis

Pour aider les entreprises à traverser la crise sanitaire et économique, l’Etat a mis en place un mécanisme de chômage partiel notamment en cas d’arrêt des activités. Cependant, cette générosité et abusée par certains petits malins qui détournent les fonds versés pour s’en mettre plein les poches.

Le parquet de Bobigny a décidé de déclarer la guerre aux fraudeurs et estimé le préjudice à 11 millions d’euros détournés. Petits escrocs, as du banditisme : les profils sont nombreux avec les premières affaires déjà jugées. Certains utilisaient le manque de contrôle lors de l’attribution des fonds pour obtenir l’argent. Il suffisait en effet de donner un code SIRET et quelques noms d’employés – parfois fictifs – pour obtenir le versement.

Bernard Loup convoqué au tribunal correctionnel de Pontoise pour l’action ZADiste sur le Triangle de Gonesse

Le Collectif Pour le Triangle de Gonesse occupe depuis quelques jours les terrains dudit triangle pour protester contre la construction de la nouvelle gare du Grand Paris et la construction d’une zone d’activités dans le secteur. Le collectif souhaite que ces terres restent dédiées à une exploitation agricole.

En tant que président de ce collectif, Bernard Loup a été convoqué par le tribunal correctionnel de Pontoise le mercredi 17 février à 9h. Selon les écologistes Aulnaysiens, Bernard Loup mène depuis des années, avec esprit collectif et sens du bien commun la lutte pour protéger les terres fertiles de Gonesse. Le groupe politique d’Aulnay-sous-Bois apporte tout son soutien a cet « humaniste écolo si inspirant sans sa déterminée sagesse ! ».

La justice annule l’élection municipale à Bondy à cause de tracts calomnieux

Stéphane Hervé

Stéphane Hervé (LR) l’avait remporté sur le fil face à Sylvine Thomassin (PS), avec 64 voix d’avance. Dans cette ville à Gauche depuis 1945, ce fut un véritable séisme politique. Sylvine Thomassin avait alors entamé un recours qui s’avère pour le moment gagnant.

Le tribunal administratif de Montreuil reproche à Stéphane Hervé la diffusion de tracts calomnieux à l’égard de Sylvine Thomassin, mentionnant l’ouverture d’une enquête préliminaire pour prise illégale d’intérêts. Cette distribution de tracts avait eu lieu la veille de la trêve électorale, ne permettant pas à Sylvine Thomassin de répondre dans les délais.

Cette technique de tracts est bien connue dans le secteur. Le candidat malheureux Billel Ouadah, pourtant favori lors des élections législatives de 2017 dans la circonscription d’Aulnay-sous-Bois / Pavillons-sous-Bois / Bondy avait également subi le même sort.

Stéphane Hervé va très certainement faire appel de cette décision.

Deux amis d’enfance de la cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois jugés pour l’incendie d’une salle de sport à Amiens

Si les faits ne sont pas clairs, Moussa Traore, 37 ans et Njateng Yomi, 36 ans, deux amis d’enfance de la cité des 3000 à Aulnay-sous-Bois, ont été jugés pour une affaire d’escroquerie à l’Assurance. La salle de sport « Amiens soccer Fitness » avait été incendiée le 17 juin 2017 après plusieurs départs de feu volontaires.

Une Golf blanche avec à son bord 2 hommes cagoulés avait été aperçue par un livreur de journaux vers 3h30 du matin.  Le parquet d’Amiens avait requis un non-lieu mais le juge d’instruction est passé outre.

En garde à vue puis en détention provisoire, l’un des compères avait avoué puis s’est rétracté, prétextant avoir subi des pressions de la police. Finalement, ils ont écopé de 24 mois de prisons de 12 avec sursis, avec l’obligation de porter un bracelet électronique. A noter que Moussa et Njateng accusent deux autres amis d’avoir voulu ruiner leur business, pour fait de concurrence.

Hervé Suaudeau contre Bruno Beschizza, vers une nouvelle claque judiciaire pour le Maire d’Aulnay-sous-Bois ?

Bruno Beschizza poursuivait Hervé Suaudeau, personnalité politique locale Aulnaysienne et blogueur, pour avoir pointé du doigt les liens de financement entre la mairie et les associations faisant la promotion du salafisme. Absent au tribunal, mais représenté par son avocate, il demandait 8000€ de dommages et intérêt en sus du remboursement des frais d’avocats.

Lors de l’audience qui a eu lieu cet après midi, le procureur a requis la relaxe. Il estime que « les propos ne relèvent pas de la diffamation et s’inscrivent dans la libre expression » . Le jugement a été mis en délibéré et sera rendu le 2 avril 2021 à 13h30.

Lors du précédent procès dont l’audience a eu lieu il y a deux semaines, le procureur avait aussi requis la relaxe. Le jugement de cette première affaire sera rendu le 18 mars.

Il y a en ce moment 4 procédures en cours entre Bruno Beschizza et Hervé Suaudeau. Bruno Beschizza bénéficie de sa protection fonctionnelle, Hervé Suaudeau utilise ses propres deniers.

Audience au tribunal ce jour suite à une plainte du Maire d’Aulnay-sous-Bois, Hervé Suaudeau face à son destin

Cet après-midi a lieu une nouvelle audience contre une personnalité locale bien connue à Aulnay-sous-Bois suite à une plainte de Bruno Beschizza, Maire d’Aulnay-sous-Bois. En effet, Hervé Suaudeau, militant écologiste et d’extrême-gauche, également propriétaire du blog Monaulnay.com, va devoir s’expliquer à la 17ème chambre du tribunal de Paris pour des faits supposés de diffamation.

En 2017, Hervé Suaudeau avait témoigné dans un journal Belge sur de prétendues liens entre Bruno Beschizza et des associations cultuelles qui font la promotion du salafisme et de l’intégrisme islamiste. Si Hervé Suaudeau a reconnu les faits, ce dernier estime que ses propos ont été mal traduits. En tout état de cause, il devra faire cet après-midi une démonstration devant le juge et le procureur pour justifier ses propos dans son contexte original, tout en argumentant sur les liens supposés entre l’édile d’Aulnay et de certaines associations.

Si Hervé Suaudeau est avant une personnalité politique locale, pourfendeur de la municipalité LR de Bruno Beschizza, c’est aussi à ses heures perdues un blogueur, certes axé dans le politique, mais qui a le mérite de faire du contenu original. Et si la Rédaction d’Aulnaycap ne se reconnaît pas dans ses positions parfois radicales, c’est sans hésitation que nous lui apportons un soutien moral. Car en tant que blogueurs, nous sommes solidaires entre nous et tout blogueur qui ne le soutiendrait pas moralement ne serait finalement pas un véritable blogueur.

%d blogueurs aiment cette page :