Publicités

Archives de Catégorie: Justice

5 jeunes dont 1 mineur mis en examen pour agression d’un policier à Aulnay-sous-Bois

Après l’affaire du policier agressé qui a secoué une partie de la ville, 5 individus ont été mis en examen. 3 hommes de 18 à 24 ans ont été incarcérés, tandis qu’un autre adulte a été placé sous contrôle judiciaire pour « refus de se soumettre à la prise d’empreintes ».

Un jeune mineur de 14 ans est également dans le collimateur de la justice, pour « rébellion et provocation directe à la rébellion ». Il est a été placé en liberté surveillée.

Publicités

Requalification en homicide involontaire concernant Yacine mort dans une cave à Aulnay-sous-Bois ?

C’est en tout cas ce qu’indique le parquet, selon Le Parisien. Yacine a été retrouvé mort, face contre terre, dans une cave de la copropriété Savigny impaire. La première autopsie avait révélé une overdose de stupéfiants, mais la famille et les proches de Yacine souhaitaient une deuxième autopsie pour en avoir le cœur net.

Vraisemblablement, de nombreux mystères planent autour de la mort du jeune homme. Il avait des traces d’égratignures aux mains et au visage. La famille a porté plainte pour meurtre, et de nombreux proches ont protesté parfois violemment contre les faibles progrès de l’enquête.

Les proches de Yacine ont eu accès au 2e rapport d’autopsie

Contacté ce mardi soir, le nouvel avocat de la famille, Me Yassine Bouzrou, signale que « la famille vient d’avoir accès, ce mardi, aux informations contenues dans le rapport de la deuxième autopsie par (son) intermédiaire ». Lui-même a pu consulter ce rapport lundi. « La deuxième autopsie a été réalisée le 10 octobre et le rapport est parvenu dans le bureau du juge d’instruction le 10 novembre, précise l’avocat. C’est un délai anormalement long. Concernant le cœur du dossier, je déciderai des suites à engager lorsque j’aurai examiné précisément ce rapport d’autopsie. »

Source et article complet : Le Parisien

La justice donne tort au maire d’Aulnay-sous-Bois qui avait interdit des affiches montrant des homosexuels

Il jugait les visuels « contraires aux bonnes mœurs et à la moralité », mais a été rattrapé par le droit. Le maire Les Républicains d’Aulnay-sous-Bois qui avait interdit en novembre 2016 la diffusion d’une campagne de prévention contre le sida montrant des couples homosexuels a vu son arrêté annulé vendredi 10 novembre par la justice administrative.

Cette campagne, lancée par le ministère des Affaires sociales et de la Santé, mettait en avant des couples d’hommes ou de femmes avec des messages tels que « Aimer, s’éclater, s’oublier. Les situations varient. Les modes de protection aussi ».

Source et article complet : France Info

conseils de quartier à Aulnay-Sous-Bois

La rédaction d’Aulnay cap vous communique toutes les informations sur les prochains conseils de quartiers .

 

  • Gros Saule

    Le: Mardi 19 septembre à 19h
    Réfectoire André Malraux, rue du Dr Claude Bernard/rue du Dr Fleming – 93600 – Aulnay-sous-Bois

Ordre du jour : 

  • Point sur la Gestion Urbaine de Proximité

………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

  • Prévoyants

    Le: Jeudi 21 septembre à 19h30
    Réfectoire Pont de l’Union; 2 rue du Freinville – 93600 – Aulnay-sous-Bois

Ordre du jour :

  • Point étude circulation
  • Point sur le projet du doublement de pont de la Croix Blanche
  • Point d’info sur les projets immobiliers : Schueller, Touraine, Bourdelle
  • Information sur la création de l’ouverture du pôle de services Louise Michel

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

  • Ormeteau

    Le: Mardi 26 septembre à 19h
    Réfectoire Ambourget, 8 rue du 8 mai 1945 – 93600 – Aulnay-sous-Bois
    8 rue du 8 Mai 45

 

  • Invitation au bailleur OPH
  • Invitation au service des Espaces Verts

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

  • Nonneville

    Le : Jeudi 28 septembre à 19h30
    Réfectoire Nonneville, 41 rue de la Division Leclerc

Ordre du jour :

  • Point Etude circulation
  • Point sur projet immobilier Just Adolphe Leclerc
  • Information sur la création de l’ouverture du pôle de services Louise Michel

 

 

Informations au : 01 48 79 62 99
ou sur http://www.aulnay-sous-bois.fr

 

 

Le médiateur Walid à Aulnay-sous-Bois porte plainte contre la police suite à une blessure par un tir de flashball

Le 10 mai dernier, des échauffourées ont eu lieu dans les quartiers Nord à Aulnay-sous-Bois. Le médiateur de la ville, Walid, se trouvait sur les lieux et indique avoir été délibérément pris pour cible par un policier. Il a été blessé par un tir de flashball. Il a décidé de porter plainte. Selon Le Parisien, il est aidé dans ses démarches par la ville auprès de l’IGPN.

 

L’enquête financière sur la famille de Théo Luhaka confiée à un juge

Théo Luhaka a tristement gagné en notoriété lors de son interpellation par les forces de l’ordre, qui l’a conduit à l’hôpital pour différentes blessures. Mais sa famille, notamment son frère Mickaël, a également fait la une du journal régional Le Parisien dans une affaire de soupçon escroquerie en bande organisée» et «blanchiment», pour reprendre les termes du journal.

Dans Le Parisien d’aujourd’hui, on apprend ainsi :

« La justice soupçonne l’existence d’un véritable système familial d’escroquerie aux aides de l’Etat, d’une ampleur et complexité qui nécessitent la saisie d’un juge d’instruction. Plus de cent réquisitions bancaires ont été effectuées par les enquêteurs« .

Plus loin, on apprend également :

« C’est l’inspection du travail qui est à l’origine de la mini-tornade. Elle a saisi la justice en effectuant tour à tour trois signalements sur des anomalies de gestion relatives à plusieurs associations créées ou dirigées, parfois en sous-main, par Mickaël Luhaka, 35 ans, le frère de Théo. Tout commence courant 2015 par un contrôle de l’inspection du travail d’Ile-de-France concernant l’association Aulnay Events. Cette association d’Aulnay-sous-Bois, est censée avoir embauché 30 salariés, formés pour être animateurs de rue. La structure, dont le but est de lutter contre la violence dans le département, aurait reçu, entre janvier 2014 et juin 2016, 678 000 € de subventions d’Etat par le biais de contrats d’accompagnement à l’emploi.« 

8 membres de la familles Luhaka ont été employés dans diverses structures.

Hervé Suaudeau inquiété pour une possible diffamation envers le maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza

Certains diront que M. Beschizza n’aiment pas les (vrais) blogueurs, ou qu’il n’aime pas la critique sur certains blogs. Plusieurs blogs ont ainsi été inquiétés depuis son arrivée à la mairie d’Aulnay-sous-Bois, pour des faits différents. La dernière affaire concerne Hervé Suaudeau, homme politique émérite tendance EELV / Extrême Gauche. Ce qu’on lui reproche ? Une interview accordée à l’écho, journal Belge, où il critique une supposée proximité avec certains types de personne peu fréquentables. Etant donné que l’exécutif s’adonne à la méthode « Walker Texas Ranger », nous éviterons de diffuser les propos – certes graves – de M. Suaudeau.

Confusion avec un prêt de salle

S’il est vrai que M. Beschizza avait prêté une salle à l’association EMJF qui avait elle-même invité un prédicateur polémique, ce qui n’est pas illégal, M. Suaudeau est allé plus loin en affirmant que M. Beschizza soutenait des personnes peu fréquentables. Cette accusation, grave si M. Suaudeau est capable de le prouver, est bien différente de l’affaire d’un prêt de salle. Les deux hommes, qui soufflent le chaud et le froid, s’affrontent donc sur un terrain judiciaire glissant, ou chacun pourrait y perdre des plumes.

Alain Boulanger alerte Hervé Suaudeau sur les risques de ses allégations

Alain Boulanger, président de Capade, a connu lui aussi quelques déboires avec la justice pour des propos jugés diffamants et publiés dans Le Parisien, il y a de cela bien longtemps. A l’époque, c’était le Maire Jean-Claude Abrioux qui l’avait attaqué, et avait gagné. Cette affaire avait coûté à M. Boulanger une coquette somme. Depuis, M. Boulanger est devenu beaucoup plus prudent et réfléchi. Interrogé sur cette affaire, il indique :

« Il est plutôt positif de constater que l’augmentation des supports de communication amène mécaniquement une augmentation des possibilités d’expression. Malheureusement cette progression exponentielle développe parallèlement souvent sous le couvert d’anonymat à des prises de risque quant aux fêtes de confondre vérité et supputation. La liberté d’expression doit s’accompagner pour tout un chacun de la possibilité de prouver ce que l’on affirme afin d’éviter en retour d’être attaqué pour diffamation. En résumé supputation ou autre allégations non prouvée font prendre à leurs auteurs des risque judiciaires et peut-être financiers par le fait qu’il existe malgré tout un “cadre” pour ce qui peut être dit également et sur ce qui a contrario peut être sanctionné pour ne pas avoir respecté ce “cadre”.« 

Certains propos grossiers facilement démontables

Hervé Suaudeau prend ses responsabilités par rapport à ses déclarations. Mais d’autres propos peuvent faire bondir le plus tatillon d’entre nous :

« Les habitants du sud ont des revenus deux fois plus élevés que ceux du nord. « Le nord est défavorisé. Il compte jusqu’à 40% de chômage. Tous les quartiers n’ont pas accès à internet »

Il serait étonnant que des quartiers d’Aulnay entier n’aient pas Internet (et donc pas de téléphone fixe). Ce propos est assez étrange, oo il faudrait le prouver. Peut-être que M. Suaudeau a confondu « Internet » avec « Haut Débit » ?

« Les gens du sud ne vont pas au nord, et inversement », poursuit-il. « D’ailleurs, c’est vrai pour tout Paris. Les habitants du sud et du centre ne viennent pas au nord, par peur que leur voiture soit incendiée. Mais c’est idiot, la criminalité n’est pas beaucoup plus élevée ici qu’ailleurs en France. Aulnay est victime de l’image qu’on en donne aux infos. »

Là aussi, il généralise – certainement par rapport à son propre mode de vie – et apporte des contrevérités. Nous connaissons plusieurs familles du Sud qui vont dans le Nord de la ville (CAF, marché du Galion, Parc du Sausset, Parc Ballanger, Paris Store, Bricoman…) et inversement. Et parler des incendies de voiture dans le nord stigmatise tout un pan de la ville, ce qui est dommage lorsque l’on souhaite promouvoir l’image de cette même ville. Et puis le propos « la criminalité n’est pas beaucoup plus élevée ici qu’ailleurs en France » mériterait quand même des explications chiffrées et non sorties du chapeau, afin de renforcer ses propos.

« Dans les années cinquante, une ancienne usine du Comptoir des minéraux de matières premières (CMMP) a été installée au cœur d’Aulnay, près d’une école, avant de fermer ses portes vingt ans plus tard.« 

C’est totalement faux, le site a été implanté en 1937, et non dans les années 50. Et elle n’a pas fermé 20 ans plus tard…

« Après plusieurs années, nous avons obtenu une dépollution du site. Nous nous battons aujourd’hui pour qu’on indemnise les victimes.« 

Ici, Hervé Suaudeau s’auto-congratule sur quelque chose sur laquelle il n’a eu que peu d’incidence. On peut détester l’ancien Maire Gérard Ségura et la façon dont il a traité le dossier, mais c’est bien sous l’impulsion de ce dernier que le site a été dépollué. M. Suaudeau aurait dû rendre à César ce qui est à César…

L’ONU exige une enquête impartiale dans les affaires Théo Luhaka à Aulnay-sous-Bois

Le Haut commissariat des Nations unies aux droits de l’homme a interpellé le gouvernement français, le 17 février dernier, pour que la France s’explique sur trois cas graves de violences policières présumées : celles des affaires Adama Traoré, Théo Luhaka et François Bayiga.

La question  de l’impunité est mise sur le devant.

Le restaurant L’Ambiance à Aulnay-sous-Bois en redressement judiciaire ?

Vidéo

Plusieurs fois, la rédaction d’Aulnaycap est allée à la rencontre des gérants du restaurant l’Ambiance, situé 16 rue Eugène Schueller à Aulnay-sous-Bois (proche quartier Chanteloup).

De nombreuses célébrités, principalement portugaises, venaient mettre de l’ambiance le samedi soir, autour d’un bon repas. Dans une vidéo accessible en cliquant sur l’image ci-contre, on y voit le conseiller municipal (qui ne l’était pas au moment de la vidéo) José Correia, fidèle du restaurant, s’exercer sur une célèbre chanson du Portugal.

On apprend qu’une procédure de redressement judiciaire est en cours concernant le restaurant. Ce serait avec tristesse d’apprendre que cet établissement ferme après tant d’années de succès au parfum de l’atlantique…

%d blogueurs aiment cette page :