Archives du blog

Jugé à Noisy-le-Grand pour avoir tué par balles le serveur d’un kebab qu’il trouvait trop lent

MINOLTA DIGITAL CAMERA

« Fais-moi le sandwich ou je te tue »: un homme de 36 ans comparaît aux assises de Bobigny depuis mardi pour le meurtre d’un serveur de kebab à Noisy-le-Grand en août 2019, alors qu’il était fortement alcoolisé et s’impatientait.

Le 16 août 2019, El Hadji Bamba se rend au Mistral, un snack de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis). En ce vendredi soir, Mohamed Fares Ben Yahiaten est en poste au niveau du comptoir à pizzas. Sur les images de vidéosurveillance diffusées mardi, il apparaît façonnant des boules de pâte et étalant de la sauce tomate. Près de l’entrée, El Hadji Bamba, très alcoolisé, passe un temps au comptoir dédié aux kebabs, après avoir demandé un sandwich. Il s’impatiente.

Source et article complet : Actu17

Une homme tué avec un trou dans la tête au Blanc-Mesnil, deux autres blessés graves !

Illustration

Un homme mort avec un trou dans la tête, un autre, en vie, mais avec une balle dans la fesse et un troisième dans un sale état mais qui devrait également s’en tirer. Que s’est-il passé dans la nuit de samedi à dimanche dans un bar à chicha du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) ?

Ce sera l’objet de l’enquête confiée à la SDPJ 93 (sous-direction de la police judiciaire) pour homicide volontaire, tentative de meurtre et violences volontaires, nous a confié ce dimanche soir le procureur de Bobigny Éric Mathais.

Source et article complet : Le Parisien

2 jeunes condamnés à la prison et 7 acquittés suite au meurtre de Dalil à Aulnay-sous-Bois

Le principal accusé a été condamné à douze ans de réclusion criminelle et un autre, mineur, a écopé de cinq ans de prison pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Sept autres prévenus ont été acquittés par la cour d’assises.

La cour d’assises de Seine-Saint-Denis a condamné jeudi deux jeunes d’une cité et acquitté sept autres pour la mort accidentelle d’un des leurs en marge de rixes nocturnes avec un quartier rival en 2018, fustigeant une enquête « très très incomplète ».

Le principal accusé a été condamné à douze ans de réclusion criminelle et un autre, mineur, a écopé de cinq ans de prison pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner.

Ils ont été les seuls reconnus coupables d’avoir participé à l’attroupement dans la cité de l’Europe d’Aulnay-sous-Bois qui, dans la confusion de la nuit, a lynché un jeune qu’ils pensaient venir de la cité voisine et rivale des 3.000, alors qu’il s’agissait d’un de leurs amis.

Source et article complet : BFM TV

9 jeunes jugés pour avoir tué par mégarde leur ami Dalil dans la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois

Neuf jeunes d’une cité de Seine-Saint-Denis sont jugés depuis ce jeudi aux assises des mineurs pour une tragique méprise : le meurtre en 2018 d’un des leurs, pris par erreur pour un membre de la cité rivale. Ils encourent jusqu’à trente ans de réclusion criminelle.

« Arrêtez c’est Dalil, bande de cons ! » Neuf jeunes d’une cité de Seine-Saint-Denis sont jugés depuis jeudi aux assises des mineurs pour une tragique méprise: le meurtre en 2018 d’un des leurs, pris par erreur pour un membre de la cité rivale en marge de rixes nocturnes de quartiers.

Leur procès s’est ouvert ce jeudi matin au tribunal judiciaire de Bobigny et le huis clos a été ordonné en raison de la minorité de deux des accusés à l’époque des faits, ont indiqué des avocats. L’audience doit durer deux semaines, le verdict est attendu autour du 28 octobre. Cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois, 5 juin 2018, autour de 23h. Les esprits sont chauffés à blanc, les corps remontés à bloc. L’éclairage public ne fonctionne plus depuis des semaines et la nuit plonge dans le noir le quartier en proie au trafic de drogues.

Source et article complet : Charente Libre

Meurtre d’un adolescent en Seine-Saint-Denis

Les faits se sont déroulé lundi soir rue de Noisy le Sec aux Lilas,  dans un quartier pavillonnaire en présence de quelques jeunes selon une source policière qui écarte pour l’instant un homicide lié aux phénomènes de bande.  La victime qui est un adolescent de 16 ans originaire de Bagnolet, n’a malheureusement pas survécu au coup de couteau qui lui a été plongé au niveau de la poitrine. Le suspect présumé quant à lui réside aux Lilas.

« Vers 19 heures, les policiers ont été appelés pour un jeune blessé sur la voie publique. Quand ils sont intervenus, le jeune garçon était toujours en vie. Il a été transporté dans un état grave à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière en urgence. Malheureusement, il a succombé à ses blessures », détaille une source policière.

La victime se trouvait alors avec deux amis qui ont déclaré  qu’ils  :  » rentraient du foot quand ils ont croisé ce jeune de 17 ans en Vélib, dans une ruelle. Il a engagé la conversation en leur demandant où ils allaient. Les trois amis ont dit qu’ils rentraient chez eux. L’agresseur les aurait alors insulté avant de descendre de son vélo et de porter un coup de couteau à l’un des trois garçons. »

Des témoins ont donné un signalement aux enquêteurs détaillant la tenue vestimentaire et le profil de l’auteur présumé des faits. Les policiers ont donc recherché un jeune homme de type nord africain vêtu de noir Ce dernier, âgé de 17 ans, a été rapidement interpellé alors qu’il circulait en Vélib  et le couteau a été retrouvé.

Le  parquet de Bobigny saisi de l’affaire a révélé ce matin  qu’un adolescent de 17 ans, suspecté d’en être l’auteur, a été interpellé vers 20H lundi et immédiatement placé en garde à vue, peu de temps après les faits, alors qu’il se trouvait sur un Vélib.

Les deux adolescents impliqués dans ce drame sont inconnus des services de police. L’enquête a été confiée à la police judiciaire du département.

Article  rédigé  le  21  Septembre  2021  par  Catherine  Medioni

Le meurtre de Tremblay-en-France serait lié au trafic de drogue, comment mettre fin à ce fléau ?

Un jeune homme de 22 ans qui avait toute la vie devant lui a été assassiné dans une rue paisible de Tremblay-en-France par des individus qui ont foncé sur lui en voiture avant de l’achever à coups de couteau. 

Ce nouveau drame a choqué toute une ville, mais aussi un département qui tente désespérément de se débarrasser de l’image qui lui colle à la peau. Selon les premiers indices qui restent à confirmer, il s’agirait d’un règlement de compte sur fond de trafic de drogue. Des cartels se partagent le territoire et des affrontements sont fréquents. Ce trafic est non seulement dangereux pour les consommateurs (dépendance, mort, santé détériorée, bouffées délirantes…), mais aussi pour la quiétude des habitants qui conchient autant les trafiquants que ceux qui consomment cette dope.

Comment mettre fin à cette tragédie ? L’adage dit que s’il n’y avait pas de consommateurs de drogue, il n’y aurait pas de trafic et donc pas de victimes. Il y aurait moins de dépendance, les services hospitaliers seraient moins surchargés et la France certainement plus productive.

A l’image de celles et de ceux qui accusent les non-vaccinés d’égoïsme et d’inconscience, cette qualification ne pourrait-elle pas s’appliquer aux consommateurs de drogue qui enrichissent et renforcent les trafiquants, qui peuvent se développer, d’armer et devenir encore plus dangereux ? Celles et ceux qui ne comprennent pas que les non-vaccinés pourraient prendre rendez-vous via Doctolib pour une injection peuvent-ils comprendre que les drogués ne contactent pas les services spécialisés dans la désintoxication et la lutte contre les dépendances ? 

Et si on se mettait à lutter efficacement contre le trafic de drogue pour mettre fin à ce climat de terreur dans certains quartiers ? Après le « tous vaccinés, tous protégés », pourrions-nous avoir un slogan de style « sans stupéfiants, sans trafiquants » ?

Un jeune homme renversé par une voiture puis poignardé à mort à Tremblay-en-France

Au milieu de l’après-midi aujourd’hui, un homme de 22 ans a été volontairement percuté par un véhicule puis poignardé à mort pour un raison indéterminée. Il était avec un groupe d’amis quand des individus sont arrivés à vive à lure à bord d’un véhicule pour le culbuter. Les secours sont arrivés rapidement sur place mais n’ont pas pu ranimer la victime.

Selon Le Parisien, le surnom du jeune homme était Détroit 93 TR.

Le Maire d’Aulnay-sous-Bois Bruno Beschizza rend hommage à la policière Stéphanie tuée par le terroriste à Rambouillet

Ave la première adjointe Séverine Maroun, le Maire Bruno Beschizza s’est rendu cet après-midi auprès des policiers municipaux d’Aulnay-sous-Bois qui ont observé une minute de silence en hommage à Stéphanie, policière nationale assassinée vendredi à Rambouillet. Ce meurtre a secoué la France entière compte-tenu des circonstances et du fait que le terroriste n’aurait jamais dû se trouver sur le territoire Français compte-tenu de son arrivée illégale.

Encore un homme poignardé à mort en Seine-Saint-Denis, un suspect interpellé

C’est fois-ci, c’est dans la coquette ville de Pantin que le drame a eu lieu. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’attaque aurait eu lieu entre 6h30 et 7h30 ce dimanche matin. L’homme a reçu plusieurs coups de couteau et est mort de ses blessures. Un suspect a été appréhendé et mis en garde-à-vue. Les motifs et les circonstances du meurtre restent encore flous.

Un homme tué à bout portant à Aulnay-sous-Bois !

Illustration

Un homme âgé de 26 ans a été tué par balle mardi à Aulnay-sous-Bois et les auteurs des tirs étaient en fuite, a appris l’Agence France-Presse (AFP) de sources proche de l’enquête et judiciaire.

Les faits se sont déroulés vers 18h, en pleine rue. La victime a été retrouvée par la police en arrêt cardio-respiratoire et présentait cinq impacts de balles, selon une source proche de l’enquête.

Le jeune homme a été transporté à l’hôpital privé de l’Est Parisien à Aulnay-sous-Bois et a été déclaré mort vers 19h30.

Un autre individu blessé au niveau des jambes

La police a été alertée par un appel indiquant que des personnes avaient fait usage d’une arme à feu avant de prendre la fuite à bord d’une voiture.

« Le véhicule ayant permis la fuite des auteurs était retrouvé vide d’occupants. Des traces de sang et 14 étuis percutés de calibre 9mm étaient découverts sur place », a indiqué une source proche de l’enquête.« 

Une autre personne a été blessée par balle au niveau des jambes et prise en charge par les secours.

Le contexte de l’homicide reste à préciser, a indiqué le parquet de Bobigny. L’enquête a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.

Source : BFM

%d blogueurs aiment cette page :