Archives de Catégorie: Gastronomie

Témoignage de Jean-Claude Cahagnet,chef étoilé à Aulnay-sous-Bois, sur le confinement et la restauration

Pendant la fermeture des restaurants, le seul étoilé du «93», motard rescapé d’une terrible chute, s’est improvisé traiteur à succès.

Et soudain, le «vide». Une sensation totalement inédite dans une existence jusqu’à présent traversée à tombeau ouvert, qui vous confisque la moindre capacité d’analyse, subordonnée à un minimum de clairvoyance. Comme tous les marmitons, cafetiers, maîtres queux et autres gâte-sauce de l’Hexagone, Jean-Claude Cahagnet n’est pas près d’oublier ce fameux oukase étatique du 14 mars, stipulant qu’à compter de minuit, devraient fermer sine die «tous les lieux recevant du public, non indispensables à la vie du pays», comme les «bars, cafés, restaurants…».

«Même s’il ne s’agissait pas d’un coup de théâtre, sur le coup, on n’y croit pas», resitue le chef de l’Auberge des Saints Pères à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis, chemisette noire, pantacourt et sandales, dans l’atonie proprette de la salle déserte où, d’ordinaire, affluent les fines gueules, bercées par le doux cantabile des ustensiles qui virevoltent dans la cuisine contiguë. 

Source et article complet : Libération

L’association Saddaka dans la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois propose des pâtisseries pas chères

Crédit : J.A.

Il est de plus en plus difficile de se faire plaisir pendant le confinement. L’association Saddaka propose des patisseries orientales à des prix raisonnables pour les habitants de la cité de l’Europe à Aulnay-sous-Bois, mais pas seulement.

Vous y trouverez toutes sortes de gourmandises à consommer modérément pour ne pas prendre trop de poids.

L’associaton est située 23 Chemin de Roissy en France à 93600 Aulnay-sous-Bois

La réouverture du McDonald à Aulnay-sous-Bois ne provoque pas un mouvement de foule

On s’attendait à une affluence record hier pour la réouverture du drive du McDonald d’Aulnay-sous-Bois, mais il n’en fut rien. Si plusieurs gourmands sont venus se ravitailler en hamburgers, cheeseburgers, menus Big Mac et autres sandwiches de la firme au clown, la journée était plutôt normale.

Reste à savoir si ce restaurant si emblématique de la restauration rapide parviendra à faire revenir sa clientèle ou à maintenir ce rythme.

Affluence attendue ce lundi au McDonald’s d’Aulnay-sous-Bois pour sa réouverture !

Le McDonald’s d’Aulnay-sous-Bois, situé non loin de la sortie A3 Aulnay Centre, rouvre ce lundi. Ce magasin si prisé pour ses hamburgers et autres sandwiches devrait subir une affluence record.

Pour les fins gourmets, il faudra attendre un peu plus avant que les restaurants traditionnels de rouvrent leurs portes.

En attendant, vous pouvez vous offrir un cheeseburger ou autres gourmandises avec un bon sundae et un café expresso.

Jean-Claude Cahagnet, chef étoilé à Aulnay-sous-Bois, se reconvertit dans la vente à emporter pendant le confinement

L’Auberge des Saints-Pères de Jean-Claude Cahagnet, déjà mobilisée pour nourrir les soignants, propose désormais le week-end des menus à emporter à 32 euros.

Asperges des sables sur gribiche-mimosa, tourte feuilletée de pintade au son da chi (un agrume japonais), poivrades et grenailles, et enfin un Paris-Brest de gastronome… Vendredi soir, à Aulnay, Marc Notarianni a invité son épouse et ses deux enfants au restaurant. A un détail près toutefois : le menu de haute volée, concocté par le seul chef étoilé du 93, a atterri… sur la table familiale. « Et c’était très bon, comme toujours ! »

C’est l’un des résultats inattendus du confinement. Faute de pouvoir recevoir les clients, L’Auberge des Saints-Pères, institution culinaire nichée dans le sud pavillonnaire d’Aulnay, se lance dans la vente à emporter*. Les premiers menus se sont écoulés ce week-end. « Il faudra du temps pour que la confiance revienne, même après la fin du confinement, estime le chef Jean-Claude Cahagnet. En attendant, pourquoi ne pas se payer un repas étoilé à la maison ? »

Pourquoi pas, en effet? L’initiative, discrètement annoncée sur la page Facebook du restaurant, a fait mouche. Pour le premier week-end, Jean-Claude Cahagnet tablait sur 30 commandes… Il en a eu 120. « Vous vous rendez compte, un menu étoilé à 32 euros? C’est le prix d’un Hippopotamus! », glisse Marc Notarianni.

Ce samedi, en fin de matinée, c’est donc le coup de feu dans la cuisine refaite à neuf du restaurant. Le pâtissier et le bras droit du patron s’activent au-dessus des portions, déposées au creux de grandes fleurs de carton, qui se referment façon origami. Son épouse gère les commandes.

Source, image et article complet : Le Parisien

Le McDonald’s de demain est né à Aulnay-sous-Bois et il est africain

Gastronomie subsaharienne à prix doux, servie dans des restaurants développés en franchise : Tombouctou, le concept créé par Matiné, ancien du quartier des 3000 à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), cartonne, avec dix ouvertures en six ans.

« J’ai toujours aimé la discrétion, je déteste être dans la lumière, même dans les affaires. Force est de constater qu’aujourd’hui… cela me sert ! » On a beau insister : Matiné ne veut pas être pris en photo. Pas même pour parler du Tombouctou, son «bébé», un concept de fast-food design servant des plats africains, qui rencontre un énorme succès depuis sa création, il y a six ans, à Aulnay-sous-Bois. En quelques années, dix restaurants ont ouvert en région parisienne et à Troyes (Aube)*. Un onzième doit voir le jour à Paris.

La recette est simple : les spécialités de l’Afrique noire — poulet ou bœuf en sauce façon Yassa, thieb rouge ou jaune, mafé, pour les plus connus — servis sur place ou à emporter, dans de petits restaurants déclinés selon le même code couleur, et soumis à de strictes normes d’hygiène. « Le Tombouctou, c’est un peu le McDo africain », rigole une habituée des lieux. Un comparatif qui ne déplaît pas du tout à Matiné, bien au contraire.

« L’idée est simple : chaque enfant issu de la diversité a eu, un jour, envie de faire goûter les plats de son pays d’origine. Alors, avec mes frères, qui sont associés, on s’est dit : pour quoi ne pas en faire un concept moderne, propre », explique l’entrepreneur de 36 ans, originaire du quartier des 3 000. Il poursuit : « Car jusqu’ici, il n’y avait que deux manières de manger facilement africain : les restaurants un peu chers à Paris avec menu à 25 euros, ou les foyers en banlieue. Ces derniers sont très bons, mais l’hygiène, ça reste à voir. »

8 euros le plat, 11,50 euros le menu

Matiné et ses frères ont acheté un petit local et une cuisine à Aulnay, l’un d’eux, architecte de formation, a créé un logo, et ils ont mis au point leurs recettes. « On a tâtonné pour le thieb, le plat-roi, parce que c’est compliqué à commercialiser, détaille-t-il. Il faut que ce soit suffisamment relevé pour être authentique, mais pas trop pour que les palais plus sensibles y résistent. »

A la carte aussi, des spécialités moins connues, comme les épinards façon saka-saka, ou du thiou, une viande cuisinée aux légumes. En dessert, du dégué, une sorte de bouillie de mil au lait cuit. A 8 euros le plat, 11,50 euros le menu avec dessert, entrée et boisson, le ticket moyen est le même que pour un fast-food de burgers. Le nom, lui, est tout trouvé : ce sera Tombouctou, la capitale du Mali, d’où sont originaires les parents de Matiné.

Source et article complet : Le Parisien

De la permaculture à l’église Saint Sulpice d’Aulnay-Sous-Bois

Jean François Bourgeois de Jésus, est permaculteur. ( Culture permanente)

Le but est de régénerer la terre sans la bêcher, sans la retournée.

Respecter la biodiversité du sol.

Avec la permaculture, le sol est toujours couvert de pailles, de feuilles, de foin.

« Nous prenons exemple de la fôret ».

Qui retourne la fôret?? qui bêche la fôret? qui balaie les feuilles dans la fôret?

Nous pratiquons la récupération des déchets de cuisine pour nos poules,

Nous réutilisons la paille et la fiente des poules pour enrichir le sol du potager.

Nous n’achetons jamais d’engrais.

Avec les poules, nous avons la chance d’avoir des oeufs frais tous les jours, ils n’ont pas la même couleur, ni le goùt des oeufs achetés en magasin et soi disant BIO.

La suite au prochain épisode.

Source: Jean François Bourgeois de Jésus.

Ci dessous, la vidéo:

 

53 eme foire gastronomique et des métiers d’art

53e foire gastronomique et des métiers d’art

FOIRE GASTRO

Vendredi 4 et samedi 5 octobre de 10h à 18h

La 53e édition de la Foire gastronomique aura lieu sur le boulevard de Strasbourg et la route de Bondy (côté magasin Picard).

Organisée par l’association « Les Vitrines d’Aulnay-sous-Bois », cette manifestation mettra à l’honneur les produits artisanaux et du terroir.

Lieu :
Boulevard de Strasbourg, route de Bondy
Accès libre

53ème foire gastronomique à Aulnay-sous-Bois ce week-end

La 53ème foire gastronomique aura lieu le vendredi 4 et samedi 5 octobre sur le boulevard de Strasbourg et la route de Bondy, de 10h à 18h. Cet événement est organisé par l’association « Les vitrines d Aulnay » et les services de la ville.

Samedi après-midi stand de maquillage pour les petits.

Le magazine  » OXYGENE  » du mois d’avril est en ligne

Votre magazine Oxygène du mois d’avril est en ligne ! Feuilletez-le dès maintenant sur le site de la ville

 

➡️ https://fr.calameo.com/read/000762781fb27539c635b?page=1

 

%d blogueurs aiment cette page :