Archives du blog

En Seine-Saint-Denis, on ferme une classe entière dès l’apparition d’un cas de Covid-19

Dès aujourd’hui, u seul cas de contamination au Covid-19 entraînera la fermeture de la classe concernée et ce pour une durée de deux à trois semaines​. Compte-tenu des alertes, il est à prévoir une accélération des fermetures de classe.

En contrepartie pour la gêne occasionnée, les parents pourront demander à bénéficier d’un arrêt de travail pour garder leurs enfants. Il suffira de présenter à son employeur un justificatif attestant de la fermeture de la classe. Un seul des deux parents peut bénéficier de cet arrêt de travail.

Le recteur de la mosquée de Pantin M’hammed Henniche démissionne pour qu’elle puisse rouvrir

Suite à l’affaire Samuel Paty et le partage de la vidéo du père qui accusait l’enseignant de blasphème sur l’Islam, la mosquée de Pantin avait été contrainte de fermer. M’hammed Hennniche, président de l’Union des associations musulmanes de Seine-Saint-Denis (UAM 93) et recteur de la mosquée de Pantin, avait en effet partagé cette vidéo sur la page Facebook de son association, vidéo qui aurait conduit un terroriste à passer à l’acte.

Pour permettre la réouverture de l’établissement et accueillir les fidèles pendant la période du ramadan, M. Henniche a préféré démissionner de ses fonction de recteur de la mosquée. M. Henniche est une figure emblématique pour les musulmans de la Seine-Saint-Denis et un interlocuteur privilégié des personnalités politiques, notamment à Droite.

La triste fin de l’atelier Allibert à Aulnay-sous-Bois, fabricant de carcasses d’abat-jour et d’objets en fil de fer

L »atelier Allibert était l’un des derniers ateliers de ce type, situé rue du Havre à Aulnay-sous-Bois. Cet atelier fabriquait des carcasses d’abat-jour et des objets en fil de fer, à la main comme autrefois. Cela nous permettait de nous doter d’une décoration de type industrielle, très en vogue aujourd’hui.

Le blog Aulnaycap avait été le seul à couvrir une démonstration de l’activité de cet atelier, vidéo que vous pouvez découvrir ci-dessous :

Le gérant nous avait accueillis lors de portes ouvertes pour faire découvrir sa passion. Hélas, ce fleuron d’Aulnay-sous-Bois a aujourd’hui disparu, l’atelier étant en cessation d’activité depuis 2020. Crise du Covid ? Nous avons essayé de joindre le gérant, en vain.

Aulnaycap a toutefois immortalisé à jamais cet atelier qui fut la fierté de tout un quartier !

Fermeture de la piste cyclable de l’Ourcq à Aulnay-sous-Bois pour cause de travaux

Dès jeudi 4 mars et pour une durée de 3 semaines, la piste cyclable du Canal de l’Ourcq sera fermée au niveau du Pont de l’Union afin d’effectuer un remplacement des gardes corps. Pour des raisons de sécurité, ces travaux nécessiteront une déviation de la circulation des cyclistes pendant toute la durée du chantier via l’avenue des Rosiers. Le passage des piétons restera néanmoins possible.

Le magasin Intermarché de Bondy fermé pour des raisons de sécurité !

Le magasin Intermarché situé a niveau de la gare de Bondy va devoir fermer ses portes ce mercredi 24 février pour des raisons administratives. En effet, la préfecture de la Seine-Saint-Denis a demandé l’arrêt total de l’accueil du public pour manquement au niveau des normes de sécurité. Parmi les éléments mis en avant, les difficultés d’évacuation en cas d’incendie et des problèmes de norme électrique au niveau du sous-sol.

Cette fermeture est provisoire en attendant les travaux.

Le Centre Commercial O’Parinor à Aulnay-sous-Bois tente de survivre avec les nouvelles restrictions

De nombreux commerces dans la galerie marchande du centre commercial O’Parinor sont fermés suite aux nouvelles restrictions sanitaires imposées par le gouvernement. Cependant, quelques commerces ont décidé de continuer à fonctionner comme :

  • Burger King
  • Carrefour
  • Cabinet Médical
  • French Cantine
  • L’Atelier du Boucher
  • ONYXIA
  • PHARMACIE CENTRALE
  • PHARMACIE PARINOR

Cette liste pourra évoluer en fonction des autorisations. En attendant, les clients pourront se tourner vers les commerces de proximité.

Pourquoi la mosquée d’Aulnay-sous-Bois reste fermée ?

Ne pas rouvrir, plutôt que créer des frustrations, voire des esclandres. C’est le parti pris des grandes mosquées de Seine-Saint-Denis, mais aussi de Paris et de la petite couronne dans son ensemble, alors que le gouvernement a annoncé l’autorisation des rassemblements religieux dans les lieux de culte à partir de ce samedi, à condition de respecter une jauge maximale de trente fidèles.

« C’est irréalisable dans de bonnes conditions », répondent nombre de recteurs de Seine-Saint-Denis. Ainsi, les portes des principales mosquées resteront closes pour les 700 000 musulmans du département.

Comment choisir les 30 heureux élus ?

A Montfermeil, par exemple, le calcul a été vite fait. Cette mosquée-pavillon accueille, lors de la prière du vendredi, 750 personnes sur deux offices. Un chiffre déjà divisé par deux depuis le début de la crise sanitaire pour respecter la distanciation sociale!

« Quand j’ai su qu’une jauge à trente personnes était fixée, j’ai compris qu’il ne fallait pas rouvrir, pour ne pas créer de frustration. Car on serait obligé de laisser des fidèles à la porte », résume Farid Kachour, le responsable de l’Association socioculturelle et éducative de Montfermeil (ASCEM). Qui ironise sur les solutions qui auraient pu être mises en place : « Qui laisser entrer en priorité ? Les plus généreux à la quête ? Les plus assidus ? Ou alors, je crée une carte prioritaire… Je préfère en rire ! »

L’idée est aussi d’éviter les attroupements de fidèles refoulés devant les mosquées, voire les prières de rue. « Accepter cette jauge aurait créé des problèmes : si 750 personnes se déplacent mais que seulement trente d’entre elles peuvent rentrer, certains peuvent vouloir prier sur place. Et l’on sait la réaction des autorités en cas de prière de rue : c’est la police à coup sûr », renchérit Farid Kachour.

Source et article complet : Le Parisien

Fermeture de la gare d’Aulnay-sous-Bois, les trains ne marquent pas l’arrêt à cause d’un bagage oublié !

Est-ce le vendredi 13 qui porte la poisse au RER B ? Ou est-ce une routine pour les usagers de cette ligne ? Un bagage oublié dans la gare du Blanc-Mesnil, puis acheminé en gare d’Aulnay-sous-Bois, a provoqué la fermeture de cette dernière. Une étourderie qui a été lourde de conséquence puisque de nombreux usagers ont été pris au piège.

Le trafic a repris vers 13h.

Fermeture de la galerie marchande O’Parinor à Aulnay-sous-Bois à cause du nouveau confinement

Le centre commercial régional O’Parinor est de nouveau fermé, à l’exception de Carrefour et des commerces essentiels, du fait de l’instauration du nouveau confinement. c’est encore un coup très dur pour les commerçants et celles et ceux qui veulent effectuer leurs emplettes à l’approche des fêtes de fin d’année.

D’autres galeries marchandes sont également fermées comme à Beau Sevran.

Intermarché abandonne définitivement les 20 000 habitants de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois

Le supermarché de proximité installé au cœur de l’immense cité a fermé brutalement. Les habitants crient à l’abandon. La ville va mettre en place des navettes vers un autre magasin.

Perdue dans ses pensées, une main sur son caddie, l’autre sur sa béquille, Feyza s’arrête devant la porte vitrée automatique du magasin Intermarché de la Rose-des-Vents, à Aulnay-sous-Bois. Elle patiente. Lève un œil. La porte ne s’ouvre pas.

Ce jeudi matin, le rideau est en partie baissé. À l’intérieur, on aperçoit des rayons vides, des cartons entassés, et un début de fatras. « C’est fermé ? » lance Feyza aux badauds assis devant le supermarché. « Oui, depuis quelques jours », répond un homme tirant sur sa cigarette.

À la Rose-des-Vents, l e supermarché ouvert il y a dix ans a brutalement fermé ses portes en fin de semaine dernière. En cause : un litige entre les gérants franchisés et la maison mère propriétaire des locaux, le groupe Immo-Mousquetaires, la foncière qui gère l’immobilier pour l’enseigne Intermarché.

Un repreneur attendu, mais quand ?

Un repreneur est bien prévu, mais « on ne sait pas quand il pourra s’installer, à cause de détails administratifs à régler entre les anciens gérants et le propriétaire », explique Séverine Maroun. La première adjointe au maire LR déplore « une fermeture brutale qui prive de très nombreuses familles d’un magasin de proximité ».

Car, entre 15 000 et 20 000 personnes vivent à la Rose-des-Vents, le nom officiel de cette cité auparavant appelée « les 3 000 », en référence au nombre de logements. La plus grande de la ville, l’une des plus grandes de Seine-Saint-Denis. Pour les habitants, le départ soudain de leur supermarché, qui avait pallié la fermeture du centre commercial du Galion, signe le début d’une grosse galère.

« On voyait bien que les rayons s’amenuisaient, n’étaient pas réapprovisionnés. Il y a même eu des grosses opérations de promotion récemment, sur les produits frais… mais on ne se doutait pas que cela allait fermer aussi vite », s’étonne Tarik, un trentenaire du quartier, habitué à venir faire ses courses ici. Comme tous les riverains, le jeune homme a fait ses comptes.

Source et article complet : Le Parisien

%d blogueurs aiment cette page :