Publicités

Archives du blog

Scènes de joie à Aulnay-sous-Bois suite à la qualification de l’Algérie en finale de la CAN

Plusieurs quartiers d’Aulnay-sous-Bois étaient à la fête hier non pas pour les célébrations du 14 juillet, mais pour la difficile qualification de l’Algérie face au Nigéria 2 buts à 1.

Un superbe coup franc de Riyad Mahrez en toute fin de match a délivré les Fennecs, but qui a tout simplement fait exploser de joie les supporters Algériens de la ville.

En marge de ces mouvements de liesse, quelques incidents nous ont été reportés comme quelques voitures brûlées et des tirs de mortier. Mais dans l’ensemble, l’esprit est resté bon enfant.

Publicités

Cris de joie lors de la qualification de l’Algérie face à la Côte d’Ivoire hier à Aulnay-sous-Bois

Après un match tendu et serré où l’Algérie n’est venue à bout de la Côte d’Ivoire en 1/4 de finale de la CAN par la séance des tirs au but (4 à 3), ce fut le grand soulagement pour les supporters de la sélection Algérienne. A Aulnay-sous-Bois, de nombreux cris de joie, des chants ont été entendus dans plusieurs quartiers de la ville, avec parfois l’utilisation de gros pétards.

Pas d’incident majeur comme ce fut le cas à Paris, mais une grande ferveur. Jusqu’où ira l’Algérie en Coupe d’Afrique des Nations ?

Victoire de l’Algérie face à la Guinée lors des 8èmes de finale de la CAN 2019, scènes de liesse à Aulnay-sous-Bois

Des chants, des pétards, des cris de joie : l’Algérie avait de nombreux supporters à Aulnay-sous-Bois après sa victoire facile (et logique) face à la Guinée (3 à 0).

L’Algérie rencontrera en 1/4 de finale soit le Mali, soit la Côte d’Ivoire, dont la rencontre entre les deux protagonistes à lieu aujourd’hui à 18h.

Marché des saveurs algériennes à Aulnay-sous-Bois ce samedi

tajineCe samedi de 16h00 à 23h30, le City Stade situé au 56 rue Auguste Renoir, face au Cap, accueille le marché Algérien « Les 1000 et une saveurs ». Au menu :

  • Plats préparés
  • Ingrédients pour faire le tajine

Cette opération est réalisée en partenariat avec le Consulat d’Algérie.

91 632 Algériens appelés aux urnes en Seine-Saint-Denis

Algerie_vote_93Des 18 consulats de France, c’est celui de Bobigny qui compte le plus d’électeurs algériens. 91 632 ressortissants, binationaux ou non, sont appelés à mettre leur bulletin dans l’urne, à partir de ce matin 8 heures et jusqu’au 17 avril, pour choisir le futur président en Algérie. Voteront-ils, et pour qui ? Quand les interroge, l’abstention et le nom du chef de l’Etat sortant, Abdelaziz Bouteflika reviennent souvent dans la conversation.

« Je ne vis pas là-bas, comment pourrais-je juger des besoins des gens sur place ? s’interroge Samir, jeune père de famille de Livry-Gargan qui a la double nationalité. Je ne me permettrais pas de voter pour un président dont je n’aurai pas à subir la politique. J’aurais l’impression d’imposer ma vision politique à des gens qui ne la partagent pas forcément. Je n’ai voté qu’une fois aux élections algériennes, c’était en 1996. Mais à l’époque, je n’avais pas encore été naturalisé, et je n’avais pas le droit de voter en France ! »

Tous n’accordent pas le même crédit à ces élections. « C’est une immense farce, les dés sont pipés. Cela maintient l’Algérie au bord de la rupture », pense un habitant du Pré-Saint-Gervais. « Bouteflika a ramené la paix après le terrorisme, d’accord mais il faudrait qu’il laisse sa place », pense Nouria, 47 ans qui n’ira pas voter parce que « ça ne servira à rien ». Elle préfère taire son nom, convaincue qu’il ne fait pas bon contester le pouvoir en place. « J’adore mon pays mais je l’ai quitté il y a six ans pour mes enfants, parce que je ne m’en sortais pas : pas de travail, pas de logement, pas de crédit. Ici, on réussit à vivre et mes enfants sont bien intégrés ». A l’inverse Ouarda Helli, couturière de Pierrefitte, qui a grandi en France pense que « l’Algérie est le pays des possibles, pour peu qu’on se donne la peine ». Sa famille vit entre Alger et la Kabylie et occupe des postes intéressants dans l’architecture, l’hôtellerie… « J’ai un projet d’atelier sur place, et Bouteflika a mis en place un programme d’aide pour l’artisanat qu’on aimerait avoir en France ! ». Elle votera donc pour le président sortant, tout comme Kheira, 33 ans, de Sevran. Cette dernière, en France depuis 10 ans projette de retourner en Algérie à la retraite. Selon elle, depuis Bouteflika, il y a moins de corruption dans les administrations. « Je regrette que l’Algérie ne soutienne pas plus ses enfants de France, qui se battent pour faire changer les choses », confie Mohamed Mechmache, cofondateur du collectif AC Lefeu (créé à Clichy-sous-Bois après les émeutes de 2005). Le militant, lui-même candidat sur la liste Europe Ecologie aux prochaines élections européennes, ira voter pour deux raisons : « Parce que je me bats contre l’abstention en France et parce que je le dois à mes parents. »

16 bureaux de vote et 150 bénévoles mobilisés

Aller au plus près des électeurs pour faire reculer l’abstention. « C’est un défi en Seine-Saint-Denis pour ce scrutin comme pour les élections françaises », commente Cherif Oualid, consul d’Algérie à Bobigny depuis 2009. Pour rapprocher les urnes des votants, des bureaux de vote décentralisés ont été exceptionnellement installés là où les électeurs sont les plus nombreux. On les trouvera à Saint-Denis, Aubervilliers, Aulnay et à Bagnolet, pour la zone englobant cette commune et Montreuil, sa voisine. Ces cinq villes regroupent près d’un quart des électeurs algériens du 93 (environ 28 000 personnes). Les bureaux de vote seront ouverts à partir d’aujourd’hui, de 8 heures à 19 heures, mais il est possible d’étendre ces horaires. 150 bénévoles prêtent main-forte à l’encadrement du scrutin.

Où voter ? A Saint-Denis, à la Bourse du travail, 9-11 rue Génin ; à Aubervilliers, école Eugène-Varlin, 5, rue Hemet ; à Aulnay, à l’école du Bourg, 39, rue de Sevran ; A Montreuil et Bagnolet, à la salle Pierre-et-Marie-Curie, 36, rue P.-et-M. Curie à Bagnolet.

Les habitants des autres communes votent au consulat, 17, rue Hector-Berlioz, à Bobigny. Se munir d’une pièce d’identité et de sa carte d’électeur.

Plus d’information : www.consulat-algerie-bobigny.org

Source et image : Le Parisien du 12/04/2014

Retour sur la commémoration du 51ème anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie

51éme anniversaire de la paix d'Agérie 011Plusieurs élus et personnalités locales ont commémoré le 51ème anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie, au nouveau cimetière d’Aulnay-sous-Bois. Plusieurs élus ont ainsi déposé une gerbe pour commémorer la fin de cette douloureuse page de l’histoire française, qui laissa des séquelles de part et d’autre.

Cette cérémonie s’est déroulée lundi dernier, à 11h00. La photo ci-contre a été envoyée par le Conseiller Municipal UDI Daniel Jacob.

Retour en vidéo sur le 2ème Café Citoyen à Aulnay-sous-Bois Partie 4

cafe_citoyen_aulnay_1

Vidéo

Suite et fin de notre reportage sur le 2ème café citoyen du 4 février 2013 au New Resto : la rédaction vous propose de prendre connaissance de quelques prises de parole dans le public et de la déclaration de Daniel Goldberg, député de la Seine-Saint-Denis.

On notera notamment l’intervention de la conseillère-adjointe Mokhtaria Kebli (deuxième vidéo) où l’on apprend que son père était un Moudjahidine (combattant de la foi qui s’engage dans le Djihad selon la définition de Wikipedia) ayant combattu aux côté du FLN.

cafe_citoyen_aulnay_2

Vidéo

Pour accéder aux vidéos, cliquer sur les images.

 

 

 

cafe_citoyen_aulnay_3

Vidéo

Retour en vidéo sur le 2ème Café Citoyen à Aulnay-sous-Bois Partie 2

Benjamin_Stora_Aulnay_1

Vidéo

Suite de notre reportage sur le 2ème Café Citoyen du 4 février 2013 dans le restaurant Le New Resto, la rédaction vous propose de prendre connaissance en vidéo de l’intervention de Benjamin Stora, historien et professeur des universités. M. Stora a écrit de nombreux ouvrages sur l’Algérie Française, la colonisation et l’indépendance de l’Algérie.

Benjamin_Stora_Aulnay_2

Vidéo

Pendant son discours, l’historien a marqué l’accent sur l’importante ce la conquête de l’Algérie par l’armée Française. Devenue partie intégrante de l’état français, l’indépendance s’est faite dans la douleur et a traumatisé une partie de la population française et algérienne.

Benjamin_Stora_Aulnay_3

Vidéo

Nous vous proposons d’écouter M. Stora en cliquant sur les images ci-contre, afin de prendre connaissance de son point de vue sur cette douloureuse page de l’histoire, qui n’est pas s loin.

Retour en vidéo sur le 2ème Café Citoyen à Aulnay-sous-Bois Partie 1

Cafe_Citoyen_Aulnay_1

Vidéo

La rédaction d’Aulnay Cap ! est venue à la rencontre des participants du 2ème Café Citoyen, autour de l’histoire de la guerre d’Algérie et de la répression du 17 octobre 1961.Près d’une centaine de personnes, composées en partie de militants ou sympathisants politiques, d’élus et de riverains, avait fait le déplacement au restaurant Le New Resto pour assister à ce débat mené principalement par Benjamin Stora, historien et spécialiste de la question Algérienne.

Cafe_Citoyen_aulnay_2

Vidéo

Plusieurs personnalités politiques étaient ainsi présentes, comme :

  • Le Maire Gérard Ségura
  • Le Député Daniel Goldberg
  • Le Conseiller Général et Conseiller Municipal Jacques Chaussat
  • Les adjoints Miguel Hernandez, Roland Gallosi et Marie-Jeanne Queruel du côté du groupe communiste
  • Les adjoints et conseiller-adjoints Mokhtaria Kebli, Raoul Mercier, Mario De Oliveira du côté Socialiste (nous en oublions certainement)
  • Daniel Jacob du côté du groupe Union des Républicains Sociaux

Nous vous proposons dans un premier temps d’écouter l’introduction effectuée par Miguel Hernandez et l’amorce du débat pour Benjamin Stora, en cliquant sur les images ci-contre. Nous reviendrons ultérieurement sur la suite de ce débat.

Rappel : Café citoyen avec l’historien Benjamin Stora ce soir à Aulnay-sous-Bois

Invit-Kfé-Citoyen-040213_Page_1« Aujourd’hui, à l’occasion d’un café citoyen, l’historien Benjamin Stora évoquera les manifestations pacifiques d’Algériens à Paris, le 17 octobre 1961, et la répression qui fit des centaines de victimes. Le débat portera sur le thème « Devoir de mémoire, pouvoir d’apaisement ».

Le journaliste Yahia Belaskri, lui aussi spécialiste de l’histoire de l’Algérie, Mohand Baziz, président de l’Association du souvenir du 17 octobre 1961, et le député PS Daniel Goldberg seront également présents.

Ce soir, de 19h30 à 21h30, au New Resto, 24, rue Jules-Princet. Entrée libre.« 

 Source : Le Parisien

%d blogueurs aiment cette page :